#PRAYFORPARIS

Partagez | 
 

 VERTIGO.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: VERTIGO.   Mer 9 Juil - 19:49


crédits : tumblr.

Nova Lucia Onassis
there was no greater natural advantage in life than having an enemy overestimate your faults, unless it was to have a friend underestimate your virtues.

NOM(S) ✮ Officiellement, elle est encore Madame Moriarty, mais pour plus très longtemps elle l’espère. Elle se fait toutefois de nouveau appeler par son nom de jeune fille, Onassis, nom de sa famille adoptive. PRENOM(S) ✮ Nova Lucia. Elle n’a pas vraiment d’idée d’où le premier peu venir, sa mère était une junkie un peu tordue, alors qui sait. Lucia par contre, est celui de sa grand-mère maternelle, elle ne l’a que très peu connue, mais cette femme au caractère de feu a beaucoup marqué la jolie blonde. DATE DE NAISSANCE ✮ 15 avril 1984, elle aura trente ans l’année prochaine et ne s’est jamais sentie aussi bien dans sa tête. LIEU DE NAISSANCE ✮ Washington. STATUT CIVIL ✮ En instance de divorce, elle le vit très bien, merci. ETUDES/METIER ✮ Nova est officiellement à la tête d’une agence immobilière spécialisée dans les biens de luxe. Officieusement, elle tient d’une main de fer sa petite organisation criminelle qui fournit la ville en drogue, qu’elle a repris en main demain que son pauvre futur ex-mari est en prison. TRAITS DE CARACTÈRE ✮ Réponse ici. GROUPE ✮ Réponse ici.
Now is always temporary

VOTRE AVIS SUR LA VILLE DE WASHINGTON ✮ Réponse ici. VOTRE MEILLEUR ET VOTRE PIRE SOUVENIR ✮ Réponse ici. JUSQU'OU SERIEZ VOUS PRÊT A ALLER POUR SAUVER UNE VIE ✮ Réponse ici. AVEZ-VOUS DEJA PERDU VOS MOYENS AU COURS D'UNE INTERVENTION ou AVEZ VOUS DÉJÀ ÉTÉ IMPLIQUE DANS UNE HISTOIRE AVEC LA POLICE ✮ Réponse ici. (Pour les métiers des forces de l'ordre vous répondrez à la première question, et sinon pour les habitants répondez à la seconde question) LA PIRE CHOSE QUE POURRAIT FAIRE OU ETRE VOTRE VOISIN ✮ Réponse ici. 20 CHOSES A SAVOIR SUR VOUS ✮ Réponse ici.


Partners in crimes

PRENOM/PSEUDO ✮ déborah COMMENT TU ES ARRIVE(E) ICI? ✮ grâce à la pub sur Bazzart CONNEXION ✮ tous les jours pendant les vacances TON DERNIER MOT ✮   :excited: 


Dernière édition par Nova Onassis le Mer 9 Juil - 23:10, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Mer 9 Juil - 19:49

The only easy day was yesterday
 

crédits : tumblr.


Janvier 2014, Washington DC.
« Quand est-ce que tu es devenue comme ça Nova ? » Un sourire sarcastique, presque mauvais s’étire sur le visage de l’intéressée. . « Devenue comme toi tu veux dire, mon amour ? » L’homme fronce les sourcils, ouvre la bouche pour parler, mais sa femme ne lui en laisse pas le temps. « Des années à tes côtés, mon ange. Tu vois à quel point j’ai bien appris, tu devrais être fier de moi, non ? » Et c’était peur dire. Elle avait tout appris à ses côtés, l’amour, le vrai, et la haine la plus pure, deux sentiments qui, elle en était persuadée, s’épanouissaient en duo. Elle avait appris qu’il fallait toujours agir dans l’ombre et ne faire confiance à personne. C’est ici qu’il avait fait sa première faute. Adam Moriarty avait placé trop de confiance en elle. S’ouvrant totalement à cette femme de qui il était tombé éperdument amoureux, dès le premier regard. Il lui avait ouvert les portes de son monde, grâce à lui elle avait connu le luxe et l’opulence, elle, cette pupille de l’état, qui a connu l’abandon, le rejet et le besoin. Il lui offrait l’amour, l’argent et la stabilité. Adam Moriarty lui avait aussi appris à se détourner du droit chemin, à oublier la notion de bien et de mal pour se concentrer sur quelque chose de beaucoup plus important : qu’est-ce qui est bien pour moi ?



Juin 2009, les Hamptons.
« J’ai vécu selon ce principe, et regarde où cela m’a mené ? » lui avait-il dit un jour, planté au beau milieu de sa villa des Hamptons estimée à un prix qui à l’époque lui avait paru terriblement indécent, si bien qu’elle avait sérieusement pensé à ne plus jamais revoir un type pareil. Imbu de lui-même, prêt à tout pour gagner encore plus d’argent. Adam Moriarty, comme sa femme quelques années plus tard, était le stéréotype même du self made man à l’américaine. Il était parti de rien et maintenant, il avait tout. L’argent, le pouvoir, et une femme qui en faisait rêver plus d’un. Pourtant, ce n’était pas gagné pour ce fils d’ouvrier élevé à Harlem, entouré par une population majoritairement noire. Il était le petit blanc, un peu chétif et beaucoup trop intelligent que l’on aimait tourmenté. Parce qu’Adam Moriarty était d’une intelligence rare. Il n’était pas particulièrement bon à l’école, ne savait parler qu’une seule langue –qu’il maîtrisait toutefois bien mieux que la plupart des gens du haut de ses sept ans-, n’avait aucun don à proprement parlé, mais Adam savait observer. Les habitudes de vie de ses voisins n’avaient aucun secret pour lui, il passait des journées entières à divaguer dans les rues, sans but précis, s’arrêtant de temps en temps pour observer un couple sur un banc, un père et son fils jouer au ballon, il observait l’habituel et l’inhabituel. Et doucement, au fil des années, avec ses propension à l’observation –voire au voyeurisme- lui vient un propension à la manipulation. Il avait appris les ficelles de la vie, en observant les autres vivre et petit à petit, à son niveau, il commençait à tirer les ficelles des gens qu’il côtoyait. Il allait inséminer une idée dans la tête de quelqu’un et la regarder germer tout doucement. Oh bien sûr, il ne changeait pas des vies, ne poussait pas des gens au suicide ou à lui léguer des millions de dollars, non, il perfectionnait doucement son art. C’est ainsi, grâce à une observation méticuleuse, à un don malsain pour la manipulation et à un peu de chance qu’il avait réussi à comprendre comment le monde fonctionner et, petit à petit, à gravir l’échelle sociale. Du petit blanc raillé du quartier de Harlem il était devenu un homme d’affaire incontournable ici à Washington. Il était arrivé à la capitale à vingt-cinq ans, il avait déjà amassé un petit capital, mais pas de quoi assouvir sa soif d’argent et de pouvoir. Il voulait monter son propre business, il voulait prospérer. C’est là que la chance intervint pour lui. Il rencontra les bonnes personnes –ou les mauvaises, selon le point-de-vue. Il fit bientôt connaissance avec un monde qu’il n’avait encore jamais rencontré dans toutes ses années d’intense observation ; le monde de la drogue. Evidemment, il connaissait les petits dealeurs dans la rue, ceux qui se piquent à leur propre came et n’amassent rien si ce n’est des maladies. Ce qu’il n’avait pas encore eu la chance –ou la malchance- de connaître ce sont ceux qui tirent les ficelles, les requins, en haut de la chaîne alimentaire. De fils en aiguilles, et au terme d’une observation méticuleuse et organisée, il finit par en connaître plus sur ce monde que n’importe qui d’autre dans le pays. C’est ainsi qu’à trente ans il se retrouva à la tête d’un empire financier, il dirigeait officielle sa propre entreprise qui lui permettait également de blanchir l’argent qu’il gagnait grâce à son autre activité, beaucoup moins légal ; le trafic de drogue. Adam Moriarty avait donc réussi sa vie, il avait enfin obtenu tout ce qu’il voulait. Et puis, il la rencontra, cette garce, ce poison, Nova Onassis.


Janvier 2014, Washington.
C’est grâce à lui, en effet, qu’elle avait arrêté de vivre en ce demandant si ce qu’elle faisait était bien aux yeux des autres, qu’elle avait arrêté de vivre pour que les autres l’aiment mais pour qu’enfin, elle s’aime elle-même, qu’elle aime sa vie et soit fière de la femme qu’elle est devenue. Elle s’en était toutefois tenu à un principe ; soit droite envers toi-même. Elle n’avait jamais dévié de sa ligne de conduite, avait vécu selon ses propres règles, certes, mais ne les avait jamais transgressées. Fais ce qui est bien pour toi avant tout. Ne fais confiance à personne, sauf à toi-même. Pardonne, mais n’oublie jamais. Ne garde aucune rancœur, venge-toi. Entoure-toi des bonnes personnes. Ne te défonce jamais avec ta propre came. Elle s’était endurcie grâce à lui. Il lui avait dit ; « Je t’aimerais, malgré tout, malgré tout ce que tu pourras dire ou faire, je serais là, à tes côtés, et même dans le pire, je t’aimerais toujours. » Que restait-il de cela ? De cette déclaration qui avait permis de s’émanciper, d’oublier la petite fille fragile qu’elle était autrefois, la jeune femme terrifiée par l’abandon qu’elle était quand elle l’a rencontré. « Tu sais à quel moment tu as eu tort, mon amour ? » Elle posa son verre de vin sur la commode de leur chambre et s’approcha de lui d’une démarche gracieuse et sensuelle. Nova lui fit face, le regard droit, la tête haute et toujours ce petit sourire… « Tu m’as sous-estimé, dès le  départ. Mais j’ai appris du meilleur, ne l’oublie pas. » C’est vrai, qui ce serait méfié de cette pauvre petite Nova au visage d’ange ?


Mai 2009, Washington.
Elle n’avait que vingt-quatre ans quand elle l’a rencontré, elle venait tout juste d’obtenir son diplôme d’agent immobilier et travaillait jusqu’à présent à mi-temps dans un grand restaurant, comme serveuse. Elle n’avait pas réellement de qualification, elle avait d’ailleurs plusieurs fois renversé du vin rouge –qui coûtait au moins un bras- sur la magnifique robe en soie –qui coûtait au moins un œil- de certaines clientes du restaurant. Mais elle représentait l’atout charme du lieu, elle ne se faisait aucune illusion, pour ce job, sa poitrine généreuse avait été son plus grand atout. Ca et le fait qu’elle ne vienne pas du même milieu, les gens riches aiment faire une bonne action de temps en temps, un peu d’altruisme ça fait du bien au karma, n’est-ce pas ? Nova avait été, au début, un peu réticente à accepter ce travail, et la pitié qui venait avec, mais elle avait besoin d’argent, alors elle avait mis sa fierté de côté. Ce boulot payait bien -mieux que n’importe quel autre job qu’elle aurait pu espérer décrocher avec si peu de qualifications et aucune relation- et elle pouvait ainsi aider financièrement sa famille d’accueil. La seule chose bien qui lui était arrivée jusque là. Nova Lucia Osburn avait était placé en foyer –lisez orphelinat- à l’âge de huit, lorsque sa junkie de mère avait encastré la voiture dans un poteau, parce qu’elle était beaucoup trop défoncée pour conduire, et pour cuisiner, faire les courses, travailler, bref, pour s’occuper correctement de sa fille unique, qu’elle élevait seule puisque conçue avec… elle n’en avait honnêtement aucune idée. Ce fut à la fois un soulagement pour Nova, pour qui une mère défoncée en permanence était un fardeau trop lourd à porter à son âge mais également un déchirement, un profond traumatisme ; si sa propre mère ne l’aimait pas assez pour arrêter de se piquer, alors qui pourrait l’aimer ? Durant deux ans Nova vécut entre famille d’accueil et orphelinat, revenant de temps à autres sous la garde de sa mère pendant quelques semaines après ses cures de désintoxication, puis elle replongeait et Nova repartait en foyer. Lorsqu’elle eu dix ans, sa mère fut définitivement déchue de tout droit sur sa fille qui devint donc candidate à l’adoption. Il fallut un an pour qu’une famille décide d’adopter cette gamine de onze ans, fille de toxico. Les Onassis étaient des gens profondément bons. Auxquels Nova voue un amour et une reconnaissance sans faille. Ils lui ont appris la droiture et la loyauté envers les personnes qui en valent la peine. Ne sois jamais celle qui trahit, mais régit en conséquence. C’est un soir, au travail, qu’elle rencontra Adam Moriarty. Il était un peu plus vieux qu’elle, beaucoup plus riche et tout aussi séduisant. Ce fut le coup de foudre, des deux côtés. Il l’impressionnait et exerçait sur elle une domination presque malsaine. C’est en partie ce qui lui avait plus chez elle, elle s’était laissée dominer sans rechigner, ne faisait aucune remarque sur ses activités illégales, était avide d’apprendre et avide d’aimer. Il l’aimait à sa façon, il aimait sa douceur et sa docilité, il aimait la voir s’épanouir grâce à lui, il aimait être celui qui pouvait lui offrir le monde. C’est ce qu’il fit, onze mois exactement après leur rencontre, il lui demanda sa main, lui offrant ainsi son nom et la moitié de son empire.


Janvier 2014, Washington.
L’homme était resté impassible. C’était une des choses qu’elle admirait chez lui, il gardait son calme en toutes circonstances. Alors qu’il lui arrivait d’exploser, de hurler et de lui envoyer divers objets au visage, lui restait calme et serein. Son expression ne changea que lorsqu’au loin se firent entendre les sirènes. « Petite pute. » , lâcha-t-il entre ses dents, dans son regard un savant mélange de haine, de colère, de peur et, elle en était sûre, d’admiration. L’élève avait dépassé le maître. « Adam, ne te rabaisse pas à cela voyons. Mais tu sais quelle a été ta véritable erreur ? Tu t’ai laissé me détester. Il ne faut jamais détester ses ennemis, ça affecte ton jugement. Penses-y, ça pourrait te servir à l’avenir. » Au fil des années, leur couple c’était dégradé. Elle avait pris trop de confiance, son influence sur lui, sur son empire et sur le monde en général n’avait fait que croître. C’était à présent vers elle que l’on se tournait pour les décisions importantes concernant le trafic de drogue. Ses ennemis la pensaient trop douce pour leur faire un mauvais coup et ses amis trop loyale. Et cela le rendait fou. Fou de colère et fou d’amour également. Il n’arrivait plus à la maîtriser, elle respirait l’assurance et la confiance en elle, et si cela n’avait pas mis en péril sa propre réussite, il l’aurait admiré pour cela. Tandis qu’il se prenait à rêver d’un temps où les rôles étaient bien définis entre eux, il était l’homme dominant et elle celle qu’il avait sauvé de la misère, Nova voyait de plus en plus clair dans son jeu. Il fallait qu’elle reprenne sa place dans la chaîne alimentaire ; sous lui. Il disséminait de temps à autres des petites remarques acerbes sur son passé en foyer, sur sa junkie de mère. La rabaissant dès qu’il en avait l’occasion, mais toujours d’une manière très intelligente, très douce, il n’allait jamais au conflit mais tentait, par des moyens détourner, de lui faire perdre confiance en elle. Malheureusement pour lui, il n’avait plus à faire à la Nova d’avant, et si sa technique de manipulation fonctionnait avec d’autres, Nova, sa femme, le connaissait beaucoup trop pour cela. Les premiers temps, elle ne fit rien, elle finissait par s’enfermer dans la salle de bain pour pleurer après chacune de ses petites remarques, mais elle continuer à tenir le coup devant lui ; des années de galère lui avaient appris à ne jamais rien lâcher. Ce ne que quand, exaspérer, il fit ce qui aurait pu être une brillante idée, mais fut en réalité la plus grosse erreur de sa vie, une vraie attaque frontale, que la situation se retourna contre lui et qu’enfin, elle comprit son petit manège.


Décembre 2012, Washington.
« Il y a quelqu’un pour toi à la porte, Nov’ » Adam était venue la trouver dans leur chambre, alors qu’assise devant sa coiffeuse elle mettait une dernière touche à son maquillage, il avait ensuite déposé un doux baiser sur ses lèvres et c’était éclipsé sans un mot de plus. Quelques secondes plus tard, lorsqu’elle descendit pour ouvrir la porte à ce visiteur inattendu, il se tenait en haut des escaliers, un petit sourire un coin qui lui donnait un air détestable. A la seconde où les ses yeux se posèrent sur le visage derrière la porte, elle la reconnu, malgré son visage meurtri par des années d’addiction, elle l’aurait reconnu entre mille. Sa mère. Elle qu’elle n’avait pas revu depuis ses dix ans, elle qui n’avait pas cherché à la revoir en dix-huit ans, elle était là, chez elle. Instinctivement, elle se retourna vers son cher et tendre mari. Et elle su. Une colère qu’elle n’avait jamais ressenti en vingt-huit ans de vie s’empara d’elle, mais en dehors d’une mâchoire serrée et de dents qui grincent, elle ne laissa rien paraître. «  T’as rien à faire ici. » Et elle referma la porte. Sur sa mère, sur son passé, mais également son sur mariage qui venait de se terminer ici. Elle l’avait détesté, haït, maudit pour ce qu’il avait fait ce jour là, pour avoir essayé de la détruire, mais elle s’était ressaisit, rien de bon ne naît de la haine. Cela lui avait pris en tout et pour tout un an. Un an pour tout mettre au point, un an pour oublier cette idée idiote de meurtre, un an pour se laver de tout soupçon, un an pour mettre son futur ex-mari au trou.


Janvier 2014, Washington.
Les sirènes se rapprochaient, bientôt les flics de la brigade des stups montèrent les escaliers de l’immense demeure des Moriarty en plein centre de Washington. ] « Tu es la pire chose qu’il puisse arriver à un homme Nova. » Et demain, alors qu’Adam cirera les bancs d’une prison miteuse en attendant d’être juger pour trafic de drogue, blanchiment d’argent…, Nova fera la une de tous les magazines du pays, en pleurs, la mine défaite de la femme trahie, de celle qui ne savait pas.



Dernière édition par Nova Onassis le Mer 9 Juil - 23:05, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Mer 9 Juil - 19:50

Scarlett ♥️ Le fantasme à l'état pure ! Bienvenue et bonne chance pour ta fiche ma jolie  ouah 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Mer 9 Juil - 19:52

Oh bon sang, Scarlett la magnifique :excited: :excited:
Bienvenue parmi nous, j'ai hâte d'en apprendre un peu plus sur ton perso ouah
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Mer 9 Juil - 19:54

quelle rapidité  :dead: 
merci beaucoup !  I love you  je t'avoue que je viens de me remettre sérieusement à SOA et Charlie c'est mon petit coup de coeur du moment  :hehe2: 

merci Drew  I love you  ouah 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Mer 9 Juil - 20:07

Oh la jolie Scarlett  ouah :dead: :dead: 
Bienvenue && je suis fan du pseudo  :light: :light: :light: 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Mer 9 Juil - 20:45

J'aime tellement le pseudo moi aussi I love you
bienvenue parmi nous  ouah ouah ouah 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Mer 9 Juil - 20:46

Bienvenue ! Smile
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Mer 9 Juil - 21:07

merci à vous !  I love you je suis contente que le pseudo vous plaise, j'espère que le personnage vous plaira tout autant. j'ai énormément d'idées pour elle, c'est fou  :excited: 

han, Michael Hall, ça aussi c'est fou (ahah), je crois que c'est la première fois que je le vois sur un forum, c'est top de l'avoir choisi !  ouah 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Mer 9 Juil - 21:34

C'te femme *_*
Ce pseudo !
Bref j'ai hâte de voir ce que tu nous réserves ma belle :D
Et sinon bienvenue ici !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Mer 9 Juil - 22:10

Norman  :excited: 
merci beaucoup !  I love you I love you 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Mer 9 Juil - 23:13

la sublime scarjo.  :dead: bienvenue et bon courage pour ta fiche ! I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Mer 9 Juil - 23:44

Bienvenue !!
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Jeu 10 Juil - 1:28

Bienvenue à toi  ouah 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Sam 12 Juil - 17:48

Sca Jo :bave: Bienvenue sur le forum et bon courage pour ta fiche ! assemble :check: :superman:
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Dim 13 Juil - 11:25

SCARLETT est juste magnifique (a)
J'aime tellement cette femme. I love you
Bienvenue parmi nous ma belle. I love you
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: VERTIGO.   Lun 21 Juil - 20:21

Le délai est terminé. Si tu as besoin de plus de temps n'hésites pas à nous demander Razz
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
----------------------------------------


MessageSujet: Re: VERTIGO.   

Revenir en haut Aller en bas
 
VERTIGO.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNTIL WE BLEED  :: 1ère version :: archives scénarios-
www. bazzart
www. topsite obsession
www. topsite prg
www. topsite bazzart
CONTEXTE
REGLEMENT
BOTTIN DES AVATARS
SCENARIOS
PRESENTATION
INVITES
les membres du mois