#PRAYFORPARIS

Partagez | 
 

 « another one bites the dust » (nikki w. et ceux qui veulent s'interposer entre eux)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: « another one bites the dust » (nikki w. et ceux qui veulent s'interposer entre eux)   Mar 15 Juil - 13:21

another one bites the dust
Are you happy ? Are you satisfied ? How long can you stand the heat ? Out of the doorway the bullets rip to the sound of the beat.

55ème journée des héros. La 14ème pour moi. La 8ème pour le maire actuel. Le maire, John Pratt, je l'applaudissais après son discours d'ouverture. Je ne travaillais pas en cette journée mais je m'étais tout de même vêtu de mon uniforme pour la forme. Ce jour était pour nous, alors autant nous montrer tel que nous étions au quotidien. Je portais donc mon pantalon avec ce polo au sigle de la caserne ainsi que mes rangers que je ne quittais que très rarement ces derniers temps. J'étais lieutenant de l'équipe 2 du Squad de la 33ème. Celle qui s'occupait du quartier de Capitol Hill, de ce quartier.  Je devais d'autant plus montrer l'exemple puisque nous étions sur notre terrain. Les regards seraient d'avantage tournés sur nous. Je commençais donc à marcher entre les habitants venus célébrés ce jour avec nous et leurs enfants. Mon tour de garde pour le stand d'apprentissage était bien plus tard, j'avais donc du temps pour moi. Je faisais ainsi le tour du coin, ne reconnaissant pas le jardin du Capitol que j'avais tant foulé au fil de ses 14 années de bons et loyaux services. Je me faisais alors bousculer par un groupe de gosses. « Excuses, m'sieur. » Je levais la main. J'étais de trop bonne humeur pour m'en prendre une gamine. Je continuais donc ma route. Cependant, je fus une nouvelle fois arrêtée. La gamine venait de m'attraper par le polo. Je me retournais vers elle et m'accroupis pour être à sa taille.

« Qu'est-ce que tu m'veux toi ? » Lui demandais-je calmement en la chatouillant. Oui, j'étais vraiment bien. Une humeur en béton qui ne pourrait être anéanti. « T'es pompier ? » « Oui, pourquoi ? Tu veux devenir pompier toi aussi. » « Han non ! Moi, je veux être détective comme Nikki Wolf ! » Surpris, je finis par redresser mon visage. Elle était donc là. Moi qui ne manquait jamais une occasion pour lui faire du rentre-dedans, je n'allais pas passer à côté de celle-ci. L'enquête sur la mort de mon frère était toujours en cours et ça m'énervait. Les flics ne faisaient rien. Ils n'allaient pas assez vite, ne trouvaient pas d'avantage de preuves et n'enquêtaient que quand je leur mettais mon pied au cul. Je me raclais la gorge. « Et dis-moi, tu pourrais m'emmener voir cette Nikki Wolf ? J'ai bien envie de lui dire quelques mots pour qu'elle t'en apprenne un peu plus sur les ficelles du métier. » Oui, je manipulais une gamine de moins de 10 ans pour satisfaire l'envie de me frotter à cette flic. « Ah ouiii ! Je veux. » J'attrapais la petite et la portais dans mes bras. « On y va alors ! »

La gamine m'indiqua alors son chemin. Après quelques erreurs de parcours, je finis par retrouver la demoiselle. Au stand de tir, bien évidemment. Je déposais l'enfant à terre. « Tu me laisses parler, ok ? » Elle acquiesça d'un signe de tête, m'attrapa la main et nous avancions tous les deux vers cette Wolf que je reconnus parmi toutes. Pour l'avoir interpellé un nombre incalculable de fois depuis le décès de mon cadet, je pourrais la reconnaître n'importe où. « Nikki Wolf ! » Lançais-je en posant une main délicate sur son épaule pour avoir toute son attention. Mon regard était presque noir, froid et distant. J'avais toujours cette amertume quand je la voyais. L'enquête n'avançait pas et c'était entre autre de sa faute. « Cette gamine voudrait faire comme vous plus tard. J'me suis dit qu'il serait intéressant de partager avec elle le quotidien des flics pour qu'elle comprenne la lenteur pathologique de ces agents à résoudre le meurtre d'un jeune homme d'à peine 24 ans. » Ma respiration était beaucoup plus saccadée. La colère m'envahissait mais je restais calme. Pour la petite. Elle me permettait de canaliser toute cette énergie négative à l'égard de Nikki Wolf. « Bonne idée, n'est-ce pas ? Vous en pensez quoi ? »


Dernière édition par Monroe Valentine le Mar 22 Juil - 13:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: « another one bites the dust » (nikki w. et ceux qui veulent s'interposer entre eux)   Mer 16 Juil - 22:09


 
★★★
It is the things you cannot see coming that are strong enough to kill you
jodie picoult@tumblr

La journée des Héros. Lorsqu’elle était plus jeune Nikki adorait cette journée, son père s’arrangeait toujours pour être de retour en ville, et ils y allaient ensemble. C’était le bon temps, mais aujourd’hui, Nikki avait grandit et sortir avec son père n’avait plus la même consonance. Elle adorait son père, il n’y avait aucun doute mais depuis quelques temps, il critiquer tous les choix de carrière ou personnel de sa fille, et elle avait dû mal à le supporter. Elle n’avait aucune idée d’où cela venait, mais c’était toujours la même histoire depuis qu’elle avait pris la décision de partir sur terrain, ou bien lorsqu’elle lui avait annoncé qu’elle quittait la CIA. Mais aujourd’hui, si Nikki ne travaillait pas, elle avait promis de venir aider aux différents stands mis en place et son patron avait bien fait comprendre à toute son équipe qu’il fallait être présent.  Elle avait bien essayé de trouver une excuse, elle s’était même proposée pour rester au bureau et s’occuper de la paperasse mais elle n’avait pas eu gain de cause. Alors la mission d’aujourd’hui serait d’éviter son père.  Elle ne voulait pas entendre des reproches ou autres de sa part. Elle se gara non loin du jardin du Capitole et se dirigea vers le stand d’apprentissage pour savoir quand elle devait être présente « Oh Nikki c’est très gentil de ta part d’être venue. Tu peux venir dans l’après midi si tu veux. » elle signa de son nom sur la fiche de présence « Tu sais que je ne louperais jamais une journée comme ça hein Garry ! » elle fit un sourire forcé et repartit dans sa promenade pour voir tous les stands qu’il y avait cette année. Rien n’a réellement changé, puis elle fut appelée au stand de tir pour son premier tour de garde en quelque sorte. Alors qu’elle était en train d’apprendre à un petit garçon de tenir son pistolet pour viser les ballons et remporter le gros prix qu’il voulait, elle entendit une voix assez familière derrière elle. « Nikki Wolf ! » elle se retourna en affichant un sourire sur son visage, mais elle diminua ce sourire en voyant la personne qui l’interpellait. Monroe Valentyne, un pompier de la caserne 33, elle le connaissait que très peu pour dire la vérité mais lorsqu’ils se croisaient ce n’était jamais pour parler du temps qu’il faisait ou bien pour discuter cinéma. Non leurs rencontres étaient toujours assez mouvementés. Mais si élever la voix faisait partit de leurs habitudes, ici il fallait garder son sans froid. « Monsieur Valentyne. Vous venez vous essayez au tir ? » dit-elle sur un ton calme et neutre. Elle baissa la tête vers la petite fille qui l’accompagnait « Cette gamine voudrait faire comme vous plus tard. J'me suis dit qu'il serait intéressant de partager avec elle le quotidien des flics pour qu'elle comprenne la lenteur pathologique de ces agents à résoudre le meurtre d'un jeune homme d'à peine 24 ans. »  Nikki perdit son sourire bien vite, elle ne s’attendait pas à ce qu’il parle de cela aujourd’hui et ici mais apparemment toutes les occasions étaient bonnes pour faire remarquer qu’il n’était pas satisfait du travail des policiers. « Bonne idée, n'est-ce pas ? Vous en pensez quoi ? » elle posa les petits papiers qu’elle tenait dans la main et se mit à la hauteur de la petite fille « Certaines enquêtes sont plus longues que d’autres. On ne peut pas toujours attraper les méchants de suite. » elle se releva et toujours sur un ton calme elle s’adressa à Monroe. « Vous savez qu’on fait tout ce qu’on peut trouver le responsable, on doit vérifier pleins de pistes pour être certains qu’on a le vrai coupable. » elle avait toujours le même discours. Ce n’était pas qu’elle prenait cette enquête à la légère, elle y accordait autant d’attention qu’aux autres mais il n’avait pas eu de nouvelle piste pour l’instant et cela prenait du temps de trouver d’autres pistes, il fallait creuser dans le passé de certaines personnes pour trouver quelque chose. Mais elle comprenait aussi que cela soit difficile pour Monroe mais ce n’était pas une raison pour passer ses nerfs sur elle ou sur Maxyne quand elle était dans les parages. Et elle était bien placé pour savoir que certaines enquêtes ne pouvaient pas être résolues rapidement.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: « another one bites the dust » (nikki w. et ceux qui veulent s'interposer entre eux)   Mar 22 Juil - 19:38

another one bites the dust
Are you happy ? Are you satisfied ? How long can you stand the heat ? Out of the doorway the bullets rip to the sound of the beat.

Je m'avançais avec une certaine amertume en direction de Nikki Wolf, accompagné par cette petite qui me serrait fortement la main. Elle était impressionnée. C'était facilement reconnaissable mais je préférais ne pas en dire un mot. Être impressionné par ça, c'était d'un pathétique que je gardais mes pensées pour moi. Je ne voulais pas briser les rêves de cette gamine. « Monsieur Valentine. Vous venez vous essayez au tir ? » Si elle savait. Je possédais très certainement plus d'armes à feu qu'elle. J'en avais quatre chez moi. Trois pistolets dont un semi-automatique et un fusil à pompe pour dissuader les voleurs notoires. Le tir, je maîtrisais et la jeune femme devait l'ignorer. J'avais donc une carte à jouer et l'envie de la ridiculiser au tir me semblait être la meilleure des idées. « Certaines enquêtes sont plus longues que d’autres. On ne peut pas toujours attraper les méchants de suite. » J'observais du haut de mon 1 mètre 96 Nikki. Je l'écoutais surtout. J'étais prêt à péter un plomb, prêt à m'énerver et à hausser d'un ton. J'aurais pu aussi serrer les poings mais le fait que je tienne la gamine dans une main me dissuada. Cependant, mon regard en disait long. Le lieutenant Wolf connaissait déjà mon ressenti et savais que je n'étais pas du genre à rester de marbre. Pourtant, je l'étais actuellement. Je continuais de la suivre du regard quand elle se releva après avoir discuté avec la petite. « Vous savez qu’on fait tout ce qu’on peut trouver le responsable, on doit vérifier pleins de pistes pour être certains qu’on a le vrai coupable. » Je lui soupirais au visage. Ça m'insupportait. C'était même lassant d'avoir toujours le même discours. « Toujours les mêmes excuses. » Lançais-je sur un ton agressif. Je n'étais pas tendre avec elle, tout comme avec sa collègue. Si Maxyne Oakley avait été présente, je me serais directement adressé à elle. Malheureusement pour cette Wolf, je n'avais qu'elle sous la main et elle devrait faire face seule à mon humeur décadente.

La gamine se dégagea alors de mon emprise. Ne forçant pas pour la retenir, elle n'eut aucune difficulté à retirer sa main de la mienne. Elle se positionna alors entre Nikki et moi, les poings posés au niveau de sa taille avec cet air mauvais qui me faisait sourire. « Qu'est-ce qui t'arrive ? » Lui demandais-je calmement, tout en rigolant face à ses mimiques et son comportement soudain. Elle serait une future chieuse, c'était maintenant une évidence. Elle était faite pour être flic ! « On parle pas comme ça à Nikki Wolf ! » Me lança-t-elle avec des gros yeux. Je levais les mains en l'air, surpris par tant d'agressivité dans ce petit corps de jeune fille. « Je suis sérieuse, monsieur le pompier ! » Continua-t-elle en tapant du pied sur le sol. Je ne pus me retenir de rire en la voyant faire. « Et c'est pas drôle ! On touche pas à Nikki Wolf ! » Je me raclais la gorge et reprenais mon sérieux. Une future chieuse, c'était bien ce que je disais. Je me penchais alors vers elle. « Non mais t'inquiète pas, petite. Nikki, c'est une vieille, très vieille amie. On se taquine toujours. » Mensonge. Mais la gamine n'était pas obligé de connaître la vérité. A son âge, mieux valait éviter les détails sanglants et morbides de la situation. C'était préférable pour qu'elle puisse garder le peu d'innocence qu'il lui restait car, d'ici quelques années, il sera trop tard. Puis, elle disparut soudainement, courant derrière moi. Je ne compris pas immédiatement ce qu'il se passait. Mais après m'être retourné, j'avais rapidement conclu qu'elle venait de répondre à l'appel de sa mère qui devait sans nulle doute s'inquiéter de son absence. Je lui faisais alors un dernier signe de la main pour lui au revoir et reportais mon attention sur la policière avec, cette fois-ci, une liberté inespérée. « On en était où déjà ? » Pensais-je à voix haute en faisant glisser deux de mes doigts sur mon menton. « Ah oui, c'est vrai... » Je fixais ainsi la demoiselle en face de moi. « Nous parlions de votre incapacité à trouver un meurtrier. »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: « another one bites the dust » (nikki w. et ceux qui veulent s'interposer entre eux)   Mar 29 Juil - 21:26


 
★★★
It is the things you cannot see coming that are strong enough to kill you
jodie picoult@tumblr

Parler de son métier était quelque chose que la jeune brune adorait, elle était passionnée par son job alors faire partager sa passion ne la dérangeait pas, et aujourd’hui elle pouvait en parler. Du moins elle n’était pas obligée de mentir sur son travail. Mais passer la journée avec des enfants n’était pas réellement quelque chose qu’elle aimait, bien sûr elle ne détestait pas les enfants loin de là, mais elle ne savait simplement pas comment s’y prendre, c’est pourquoi elle avait demandé d’avoir quelqu’un d’autre avec elle sur le stand lorsque ce serait son tour. Mais avant de faire son tour de garde au stand, elle avait la liberté de se promener à travers les jardins et pourquoi ne pas s’essayer au tir. Et s’il y a bien une personne qu’elle ne s’attendait pas à voir, du moins qu’elle aurait préférée éviter c’était bien Monroe Valentyne, non pas que le pompier l’impressionnait - ou pas vraiment - mais simplement parce que leurs échanges n’étaient jamais calme et apparemment cela allait être le cas aussi aujourd’hui « Toujours les mêmes excuses. »  Nikki venait tout juste de lui dire que toutes les affaires n’avançaient pas aussi vite qu’on le voudrait. Mais oui bien sûr c’était toujours la même justification qu’elle lui donnait car elle n’en n’avait pas d’autres. Même pour elle ou Maxyne c’était frustrant de ne pas résoudre une affaire de ce type rapidement. Elle savait que c’était frustrant pour le jeune homme aussi, mais ce n’était pas une raison pour passer ses nerfs sur elles. Elle se dit qu'elle aurait bien laissé sa place à Maxyne là de suite. Nikki prit sur elle, pour ne pas répondre car la petite fille écoutait attentivement la conversation des deux adultes, et elle ne voulait pas se montrer vulgaire devant elle. Elle dû se mordre la langue pour ne pas résister. Le ton de Monroe lui était sec et froid, ce qui fit immédiatement réagir la petite fille. « On parle pas comme ça à Nikki Wolf ! » elle avait prit sa petite voix autoritaire et se planta devant Monroe. « Je suis sérieuse, monsieur le pompier ! » Nikki se retenait de rire, car ça n’allait pas vraiment aidé la situation et Monroe aurait une nouvelle excuse pour l’engueuler, et elle ne voulait pas vexer la petite fille non plus. « Et c'est pas drôle ! On touche pas à Nikki Wolf ! »  elle n’avait pas l’habitude d’entendre son nom au complet autant de fois. Et cela faisait longtemps que personne n'avait pris sa défense comme ça. « Non mais t'inquiète pas, petite. Nikki, c'est une vieille, très vieille amie. On se taquine toujours. » comme pour rassurer la petite fille, Nikki fit un signe de tête positif, comme pour appuyer les propos du pompier. La petite fille partit rejoindre ses parents qui visiblement la cherchaient depuis un moment, mais l’attitude de la petite fille avait beaucoup étonnée Nikki et l’avait fait sourire. Nikki n’est pas le genre de femme a avoir l’instinct maternel mais pourtant elle aime bien les enfants. Enfin ceux des autres, car elle sait qu’elle ne supporterait pas d’en avoir un à elle. Non elle n’était pas assez patiente et puis son job comptait trop pour elle, pour qu’elle arrête et elle n’avait pas assez de temps à consacrer à une possible famille. Elle regarda la petite fille, et en avait presque oublié le sujet houleux qu’elle et Monroe avait mis sur le tapis   « On en était où déjà ? » mais visiblement Monroe n’avait pas oublié et maintenant qu’ils n’étaient plus que tous les deux, les vieilles habitudes allaient revenir au galop « Ah oui, c'est vrai... » Nikki soupira et leva les yeux au ciel. Il n’y avait donc plus personne pour éviter que le ton monte. « Nous parlions de votre incapacité à trouver un meurtrier. » garder son calme en toute circonstance ? Oui mais il y a des limites, et Monroe semblait les dépassaient à chaque rencontre avec la détective. Et si elle tentait au début de ne rien dire, de ne pas s’énerver c’était comme s’il trouvait le point faible de Nikki à chaque fois, le point qui l’a fait sortir de ses gonds. « De mon incapacité ? Non mais vous rigoler j’espère ? » Elle avait dit cela sur le ton de l’exaspération, c’était toujours la même chose, la même rengaine et cela en devenait épuisant à la longue. Elle n’attendait pas réellement de réponse de sa part, c’était plus une question rhétorique. Elle regarda autour d’elle, et continua « On travaille sur cette affaire mais ça s’avère plus complexe de jour en jour. On fait notre boulot comme vous faite le votre. » Elle insista bien sur sa dernière phrase comme pour y donner plus de poids, pour qu’il comprenne qu’elle ne se tournait pas les pouces, et qu’elle ne mangeait pas que donuts toute la journée, car elle était bien consciente que cette image, plus que stupide, collait à la peau de touts policiers. Et cela avait tendance à l’agacer, en plus elle n’aimait même ça.  « Est ce que je viens à la caserne vous dire comment faire le votre ? » le ton était monté, les dés étaient lancés, ça allait être à qui allait avoir le dernier mot, et les deux adultes étaient joueurs et ne laissaient pas tomber aussi facilement. Mais c’était un dialogue de sourd entre ces deux là. « Non. Alors ne me dit pas comment faire le mien » elle en avait assez qu’on lui dise comment faire son travail, comment agir. Monroe Valentyne n’était pas le seul à lui faire des reproches, tout le monde en avait mais si elle savait que cela faisait partit du job, elle n’était pas là pour ne rien répondre non plus.  

Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: « another one bites the dust » (nikki w. et ceux qui veulent s'interposer entre eux)   Mar 29 Juil - 22:48


Quel idée de faire un journée des héros sous une chaleur insoutenable comme celle qui s'abat sur la ville de Washington aujourd'hui ? Le pire dans tout ça, c'est qu'il aurait presque envie qu'il pleuve là tout de suite. Le stand est en ébullition depuis quelques heures déjà, les gamins affluent de toute part, veulent jouer sur le camion, essayer les casques et les uniformes. Et au bout de deux heures Jaxson n'en peux plus, ce n'est pas qu'il n'aime pas les gosses au contraire, mais il faut bien l'avouer il s'en sort plus au milieu d'un immeuble en feu plutôt que qu'entouré de petites têtes blondes !! Alors il faut bien l'avouer, quand il voit Roman arriver pour prendre la relève il ce sent l'homme le plus chanceux au monde ! Il est à la limite de le prendre dans ses bras, l'acclame à son arrivée et ce dernier ce moque alors de lui « Effrayé par ses petites âmes innocentes ? » demande son meilleur ami en riant. Pour toute réponse Jaxson se met à rire, cherchant dans la glacière une bière a se mettre sous la main. Comme a chaque fois qu'il bouge, un enfant le regarde avec de grands yeux admirateurs, l'effet de l'uniforme apparemment. Une journée des héros implique une journée ou on ne travaille pas mais ou on porte l'uniforme, t-shirt au sigle de la caserner représentée, pantalon de sécurité larges aux couleurs bleu et jaune si bien connues de tout les pompiers, et grosse chaussures. Et pourtant le lieutenant aurait volontiers troqué sa tenue actuel contre un bermuda, bien plus agréable sous cette chaleur que l'uniforme des plus chaud. « Dans deux heures tu fera moins le mariole croit moi ! » Roman prend place à son tour, commence à sourire à quelques personnes passant par là tandis que Jaxson s'ouvre enfin cette bière fraiche qu'il attendait avec impatience. « T'a pas vu mini-Grayson ? » Maeve manquait à l'appel, il savait qu'elle devait passer dans la journée mais ne savait pas si elle devait ce trouver sur le stand. Roman répondit à la négative, tant pis il irait lui révéler la fin de la série qu'elle regardait en ce moment, plus tard. Ils restèrent un instant tout deux sur le stand, avant que Roman ne soient submergé par des enfants et que Jaxson trouve le moment parfait pour s'éclipser. Marchant un peu au hasard au milieu des stands, il ce rappelle vaguement des journées précédentes, si pour certains elles ont une importance particulière pour lui cela ne lui rappelle pas de moments en famille car il ne croit pas avoir vu ses parents poser un pied ici une seule fois. Les seules journées qu'il ai pu faire sont celles avec le boulot, et elles commencent à être un certain nombre. Il avise quelques personnes qu'il connaît, des amis et des collègues, cet idiot de Wes Oakley en train de draguer une fille encore et l'envie de le frapper devient très grande comme a chaque fois qu'il est dans les parages. Alors il cherche un autre point sur lequel ce focaliser, et croise une crinière blonde, à croire que les Oakley sont aujourd'hui faits pour roder autour de lui ! Bien qu'il n'ai rien de personnel contre Maxyne et l'ayant même apprécié à une époque, il la tenait pour responsable de l'état de son ami et préférait ne jamais la croiser. Il fit donc demi-tour, ce qui le dirigea jusque vers le stand de tir, un stand qui était toujours assez apprécié et relativement désert aujourd'hui, une occasion parfaite pour aller faire quelques petits tirs et aisément mettre la honte aux petits joueurs qui voudraient ce mesurer à lui. Mais alors qu'il avance il distingue deux silhouettes qui ne lui sont pas étrangère, la première est celle qu'il reconnaît immédiatement : Nikki. Bizarrement le fait de savoir qu'elle est là le fait sourire, d'un sourire presque niais et idiot, à croire que c'est le comportement qu'il à majoritairement en ce moment quand il se trouve à ses côtés. Pas le moins du monde inquiet par les éclats de voix qui lui parviennent, il plaindrait presque le pauvre homme se trouvant en face d'elle, prêt à déclenché sa colère. Il l'avait très bien connu, et ne souhaitait a personne de s'engrainer avec Nikki Wolf !! Il vit une petite fille prendre le parti entre les deux adultes, et le ton redescendre. C'est alors qu'il reconnu la deuxième silhouette, impossible de passer à côté d'un costume similaire au sien et d'une telle carrure. Qu'est ce que Monroe voulait à Nikki ? Sa curiosité piquée à vif, il avance un peu plus rapidement. Lorsqu'il fut assez proche d'eux il entendit les quelques paroles de la jolie brune « Est ce que je viens à la caserne vous dire comment faire le votre ? » le ton qu'elle utilisait n'était pas son favoris, elle était franchement pas de bonne humeur et cela l'interpella un peu. Lorsqu'il s'approcha enfin il entendit les derniers mots de la détective « Non. Alors ne me dit pas comment faire le mien » Bon et bien clairement, le pompier avait eu le don de la pousser hors de ses retranchements ce qui n'était pas chose aisée pour tout le monde. C'est la fin de cette phrase que choisit Jaxson pour arriver comme un cheveux sur la soupe, un sourire aux lèvres il donne une tape amicale dans le dos du Lieutenant « Alors Valentine on ennuie les jeunes femmes ? » Il détourne son attention sur Nikki, elle est clairement en colère et il n'aime pas trop ça. Un nouveau sourire s'affiche sur son visage, différend de celui qu'il à lancé à son collègues quelques secondes auparavant « Est-ce que cet énergumène t'embête ? Je peux lui botter le cul un peu plus loin si tu veux ! » Jaxson avait toujours appréciait Monroe, ils c'étaient assez bien entendus dès le début ce qui n'était pas chose simple avec l'ancien militaire, alors plaisanter de la sorte à ses dépends était quelque chose d'assez habituel entre eux.

Je me permet de m'incruster, je pense que ça pourrait être drôle ! Les images arrivent bientôt !
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
----------------------------------------


MessageSujet: Re: « another one bites the dust » (nikki w. et ceux qui veulent s'interposer entre eux)   

Revenir en haut Aller en bas
 
« another one bites the dust » (nikki w. et ceux qui veulent s'interposer entre eux)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNTIL WE BLEED  :: 1ère version :: archives rps-
www. bazzart
www. topsite obsession
www. topsite prg
www. topsite bazzart
CONTEXTE
REGLEMENT
BOTTIN DES AVATARS
SCENARIOS
PRESENTATION
INVITES
les membres du mois