#PRAYFORPARIS

Partagez | 
 

 Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez vous Δ (romyne et ceux qui le veulent!)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 1475
ADRESSE ↦ : #67, FOGGY BOTTOM


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: Your Guardian Angel - THE RED JUMPSUIT

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez vous Δ (romyne et ceux qui le veulent!)   Sam 19 Juil - 22:46


“ Did you say it ?
i love you, i can't live without you ”

❋❋❋
La journée avait vraiment mal commencé, son réveil n’avait pas sonné et de ce fait elle n’avait pas pu aller courir. L’eau été passée du chaud au froid en l’espace de quelques secondes tandis qu’elle ce douchait, si bien qu’elle avait du laver ses cheveux à l’eau froide. Son sèche cheveux avait rendu l’âme assez rapidement, tout comme sa cafetière quelques minutes plus tard. Enfin lorsqu’elle avait voulu s’habiller, elle n’avait pas trouvé d’affaire n’ayant pas rétréci au lavage, si ce n’est qu’un vieux jean un peu troué et un t-shirt blanc remisé au fond de son placard. « Je t’attends en bas princesse ! » la voix de son frère avait résonné dans son téléphone, aussi s’empressa t-elle de lui répondre qu’elle arrivait. Le temps d’attraper son sac à main et ses clefs, elle ce mit à descendre les escaliers quatre à quatre, il était hors de question qu’elle ce laisse minée par tout ses mécontentements et rate la journée des héros. Lorsqu’on lui avait demandé si elle était libre pour tenir le stand elle avait répondu directement a l’appel, impossible pour elle de ne pas se rappeler lorsqu’elle y allait avec son père et son frère, des souvenirs qu’elle chérissait énormément. Elle ce souvenait encore de la fois ou Wes avait tiré comme il se devait sur les cibles du stand de tir, remportant un affreux lapin rose qu’il lui avait offert. Si la peluche était moche cela n’enlevait rien au fait qu’elle l’avait tout de suite adoré et adopté, rapidement elle en avait fait un nouveau doudou et c’était cette même peluche qu’elle tenait dans ses bras le soir ou son frère la tira de leur maison en feu. Le jeune homme lui fait un signe de main, rapidement elle entre dans la voiture déposée un baiser claquant sur sa joue et s’installe. « Vas falloir que tu m’explique comment ça ce fait que tu ai autant de poisse ! » Elle l’avait appelé la veille a la rescousse quand sa voiture pourtant flambant neuve avait rendue l’âme. Depuis deux jours sa vie était une succession de catastrophe, elle pensait que cela allait rapidement ce calmer, mais son ordinateur au boulot avait attrapé un virus et la plupart de son électro ménager avait aussi décidé de se mettre dans le complot. Elle lève les épaules au ciel en soupirant « Je n’en sais rien, mais ça va vite ma gaver ! » elle laisse tomber son sac à main entre ses jambes et abaisse le miroir afin de pouvoir attacher ses cheveux. Elle n’a pas pu en prendre soin, ils sont horribles … Plusieurs fois dans le cadre du boulot elle a hésité a les couper, après tout elle doit toujours les attacher pour qu’ils ne la gênent pas a quoi bon les garder aussi longs alors ? Pourtant elle n’y arrive pas, après tout c’est une des rares choses qu’elle a hérité de sa mère, cette magnifique chevelure blonde. Du coup elle n’a jamais vraiment encore eu le courage de le faire, pourtant quand elle passe ses doigts dans les cheveux humides elle ce dit que ce ne serait peut être pas la pire des idées après tout. Elle entend Wes rire à ses côtés, c’est dans ses habitudes du jeune homme de rire de sa sœur, elle lui donne un léger coup de poing dans le bras tandis que celui-ci continue de rire. « Arrête ! » Cependant elle ne voulait pas vraiment qu’il arrête, cela lui avait atrocement manqué de ne pas partager de moment avec lui, c’était un fait. Elle s’en était rendu compte rapidement, il lui manquait énormément c’était indéniable, mais quand elle l’avait enfin retrouvé elle savait que plus jamais elle ne pourrait s’en aller, elle en serait incapable cette fois.  « J’arrêterais si tu m’offre a manger, je meurs de faim ! » Elle lève les yeux au ciel, comme une mère le ferait exaspérée par le comportement de son fils. Après avoir enfin trouvé une place elle ce dirigea vers l’endroit que lui avait indiqué Nikki la veille, elle n’avait pas eu l’occasion de s’y rendre pour aider a monter le stand mais Nikki oui. Elle le trouva rapidement, présenta son frère aux collègues qu’il ne connaissait pas –ils furent peu- et avisa Gary. « Salut Bellâtre ! » comme a chaque fois qu’on le complimentait ce dernier lui servit un étincelant sourire, « Oakley te voilà enfin ! » Elle lui rendit un sourire équivalent, rapidement il lui montra ce qu’elle devait faire, rien de bien compliqué puisqu’elle devait simplement expliquer son métier aux enfants avides de savoir, elle avait été à leur place une fois rêvant de devenir détective un jour. Rapidement elle ce mit dans le jeu, Wes resta un instant avec elle avant de finalement déclaré qu’il avait vraiment trop faim et qu’il allait leur chercher de la vrai nourriture. Quelques minutes plus tard un petit garçon vint vers elle, il lui demanda comment et pourquoi elle avait décidé de faire ce métier, impressionné par sa plaque il fut plus difficile pour la jeune femme de parler avec cet enfant qu’elle ne le pensait. Il ressemblait exactement à la vision qu’elle c’était faite de son propre enfant, il avait des cheveux blonds  et des yeux bleus, s’appelait Adam. Cependant formé à toujours garder son calme et continuer, elle lui montra des armes factices, lui expliqua comment ce déroulait un intervention dans le cas ou un chat venait à voler des bonbons et celui-ci sembla apprécier ce moment partagé presque autant qu’elle, et puis il lui attrapa la main ce qui eu le don de la surprendre tout à coup « Alors j’hésite, tu veux pas venir avec moi ? Je voudrais que tu me dise ce qu’il y’a de mieux entre ton métier et celui du monsieur. » Un rapide coup d’œil aux parents de l’enfant lui firent comprendre qu’elle pouvait en effet, elle avisa Gary en lui expliquant qu’elle revenait rapidement. Elle suivit Adam qui raconta qu’il avait toujours voulu être pompier, mais que depuis peu devenir policier lui plaisait aussi. Profitant du moment elle ne releva pas plus que ça la déclaration de l’enfant, lui expliqua surtout qu’il avait le temps pour choisir mais que dans les cas il fallait bien travailler à l’école. Ils arrivèrent alors devant le stand des pompiers, qui comme celui des policiers et détectives rassemblaient plusieurs collègues de district différents. Quelles étaient les chances qu’elle tombe sur Roman, et non pas sur n’importe quel autre officier de la ville ? « Alors voilà, je voulais être pompier mais maintenant je voudrais être policier ! Monsieur, dîtes moi pourquoi je devrais être pompier ? » Maxyne n’écoutait déjà plus Adam, elle ne lâcha pas sa main pour ne pas le vexer, mais elle voulait juste partir en courant et très vite. La dernières fois qu’ils c’étaient vus, Roman lui avait relativement fait comprendre qu’il ne voulait pas la revoir. Elle regarda Roman, qui la dévisageait elle aussi. Après quelques secondes de silence elle secoua la tête pour reprendre ses esprits « Tu sais Adam, les deux métiers sont très honorables. Je suis sûr que ton choix ce fera sans même que tu ne t’en rende compte. » déclara t-elle avec douceur en ce focalisant sur l’enfant. Elle ce baissa a son niveau avant de lui dire qu’elle devait rejoindre son stand, l’enfant lui fit un sourire étincelant et demanda à ses parents si ils pourraient retourner la voir avant de partir. Devant leur acquisition elle n’eu pas beaucoup de mal à quitter la main du jeune garçon, prendre congé de ses parents et n’adresser aucun regard à Roman. Elle s’en tiendrait à cela, elle respecterait son choix. Cependant tandis qu’elle fait demi-tour, elle sent un poids ce former à l’intérieur d’elle, c’est plus dur qu’elle ne l’aurait pensé finalement.

_________________
{ When I say I love you more, I don’t just mean I love you more than you love me. I mean I love you more than the bad days ahead of us. I love you more than any fight we will ever have. I love you more than the distance between us. I love you more than any obstacle that could ever try and come between us. I love you the most } ❖ »   oakley team «
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez vous Δ (romyne et ceux qui le veulent!)   Lun 28 Juil - 14:49




« uc. »

✩✩✩

La journée des héros s’avérait probablement être la journée la plus importante pour toutes les recrues chargées de la sécurité de la ville, à commencer par les flics, mais aussi et surtout les pompiers, dont Roman faisait parti. C’est donc tout naturellement qu’il avait répondu positivement à l’invitation. Il s’était même empressé d’accepter de tenir un stand avec Quinn, pour faire partager son savoir, pour faire partager sa passion aux plus jeunes. Il fallait être honnête, s’il a toujours été enthousiaste pour ce genre d’activité, aimant plus que tout faire découvrir à toutes ces petites têtes blondes les bons côtés du métier de pompier, c’était aussi et surtout un moyen de redorer son blason. Oui, ces derniers temps, il n’avait pas été le pompier si exemplaire qu’il était autrefois. Il n’était plus celui qu’il avait toujours rêvé d’être, parce qu’il avait laissé sa vie privée laborieuse s’interférer dans son travail. Et s’il avait toujours condamné les personnes qui le faisaient, il ne valait aujourd’hui par mieux qu’eux. Cependant, il était décidé à se rattraper et à redevenir celui qu’il était, que ce soit avec ou sans la femme qu’il aimait. Après tout, il n’avait pas besoin de Maxyne pour vivre. C’était d’ailleurs la première chose qu’il se dit ce matin-là en ouvrant les yeux. Il inspira profondément, fermant les yeux pour se relaxer un instant et surtout pour se donner du courage. Cette journée allait être longue et probablement éprouvante, mais c’était pour la bonne cause. Il le savait, il risquait de croiser Maxyne, après tout c’était sa journée aussi. Et il n’avait pas envie de la voir, ni même de lui parler. S’il avait pu faire redescendre sa colère ces derniers jours, se concentrant sur d’autres soucis, il n’était parvenu à éliminer complètement sa rancune. Oui, il ne pouvait hélas pas oublier ce qu’avait engendré pour lui le départ précipité de Maxyne. Il lui en voulait toujours autant de l’avoir abandonné, et il n’était pas encore prêt à émettre un quelconque pardon. Son psychiatre lui dirait surement que s’il n’est pas prêt à faire toutes ces choses, cela veut peut-être dire qu’il est encore bien trop attaché à elle. Roman s’empresserait d’affirmer le contraire, tout en sachant pertinemment au fond de lui qu’il mentait. Il l’avait présentée à de si nombreuses reprises comme la femme de sa vie, celle qui faisait battre son cœur comme jamais, celle avec qui il voulait finir ses vieux jours, celle pour qui il serait prêt à tout, presque même autant que pour Linly, sa jeune sœur. Et aujourd’hui, elle n’était plus rien pour lui, du moins c’est ce qu’il voulait faire croire. Alors il tentait par tous les moyens de prouver au monde entier et peut-être même à lui-même qu’il la détestait. Ce n’était pas une tâche facile. Roman secoua la tête, lâchant un profond soupire, et voilà qu’il repensait à elle. A croire que toutes ses pensées se rapportaient à la jolie blonde. Il jeta un regard vers l’heure qu’indiquait son réveil. Il était déjà en retard. Ni une, ni deux, il sauta du lit pour se rendre immédiatement dans sous la douche. Une vingtaine de minutes plus tard, il était prêt. Vêtu d’une partie de son uniforme de pompier, Roman descendit quatre à quatre les marches qui menait au rez-de-chaussée, où il trouva Linly, affalée dans le divan, devant une série pour adolescents attardés. Il esquissa un sourire, vint embrasser le front de la jeune femme avant de lui ébouriffer les cheveux. Elle détestait ça, mais il adorait l’embêter, et ce depuis toujours. Elle bougonna quelques secondes avant de reprendre sa concentration ultime vers le poste de télévision. Sans plus attendre il prit le chemin du Capitol où se déroulaient les festivités. « Hastings enfin ! J’en peux plus des gosses, prend la relève ! » Quinn arriva à sa rencontre avec une mine si dépitée que Roman ne put s’empêcher de rire à la vue du spectacle. Il connaissait Quinn depuis des années et il le savait, s’il était très bon dans son boulot, il n’avait absolument pas la patience ni même la fibre paternelle adéquate pour passer la journée avec des enfants. « C’est bon je m’en occupe, va donc prendre une pause ! » lâcha Roman après un clin d’œil amusé et une tape amicale dans le dos du pompier qui s’empressa de remercier son collègue et de s’échapper du stand, pour celui offrant un large service de junk food en tout genre. Roman entreprit alors de prendre la relève et s’installa derrière le stand. Il déposa ses affaires avant d’extirper une bière de la glacière que Quinn avait surement ramené spécialement pour l’occasion, afin de se consoler de devoir passer la journée entouré d’enfants turbulent. Il lâcha un léger soupire. Maintenant il ne restait plus qu’à attendre. Et alors qu’il amena la bière à ses lèvres, son premier curieux arriva. « Alors voilà, je voulais être pompier mais maintenant je voudrais être policier ! Monsieur, dîtes moi pourquoi je devrais être pompier ? » Interpellé par cette voix d’enfant, Roman leva les yeux, avec un sourire bienveillant. Et alors qu’il se levait pour s’approcher il s’arrêta. La vision qu’il avait actuellement juste en face de lui, lui brisa le cœur. Maxyne en train de tenir la main de cet enfant. Cette petite tête blonde qui aurait très bien pu être leur fils, celui qu’ils auraient dû avoir… Le souffle littéralement coupé il resta quelques secondes là, presque béat devant ce spectacle qui n’avait finalement rien de réellement choquant. L’enfant fronça les sourcils alors qu’il laissait vagabonder ses yeux entre Maxyne et Roman, cherchant probablement à comprendre ce qui leur prenait à tous les deux. Ils se fixaient, se dévisageaient sans la moindre raison apparente. Mais bien sûre, en un seul et unique regard les intéressés savaient de quoi il en retournait. Malgré le fait qu’il lui avait clairement fait comprendre qu’il ne voulait plus rien à faire avec elle, Roman savait qu’elle l’avait compris. Il savait qu’elle était consciente de ce à quoi il pensait en la voyant avec cet enfant. Et sans savoir pourquoi, Roman n’avait qu’une envie, contourner cette table et la serrer dans ses bras. La protéger de cette perte qu’elle avait subi. Cependant, il savait que ce genre de comportement n’aurait aucun sens. Pas après ce qu’il lui avait balancé au visage la dernière fois qu’ils s’étaient vus. Il entrouvrit alors la bouche, mais aucun son de parvint à sortir alors qu’il ne parvenait à quitter Maxyne du regard. Elle semblait dans le même état que lui. Finalement, il ne leur suffisait que d’un regard pour se comprendre, et ce encore aujourd’hui, malgré tout ce qu’ils avaient vécu. C’est l’enfant qui vint sortir les deux jeunes adultes de leur rêverie des plus étranges. En effet, il dû presser la main de Maxyne, puisque celle-ci reprit tout à coup conscience de la situation et vint briser le silence. « Tu sais Adam, les deux métiers sont très honorables. Je suis sûre que ton choix se fera sans même que tu ne t’en rendes compte. » Roman afficha un mince sourire. Elle savait toujours quoi dire, dans n’importe quelle situation. Il l’admirait pour ça. Le jeune homme acquiesça à ses paroles mais resta pour autant silencieux. Et alors qu’elle écourte sa visite en congédiant l’enfant, Roman s’adressa à l’enfant. « C’est certain, chez les pompiers tu ne trouveras pas de recrues aussi belles que celle-ci mais nous on a un super camion ! » plaisanta-t-il en faisant un clin d’œil à Adam qui ne put s’empêcher de rire. Mais s’il semblait tout à coup très intéressé par le camion de pompier dont lui parlait Roman, ses parents le rappelèrent à l’ordre, probablement devaient-ils avoir bon nombre de chose à faire. Roman lui indiqua qu’ils auraient tout le temps de se retrouver plus tard dans la journée et reprit place sur l’un des sièges de fortune qui avait été déposé là, histoire de ne pas être debout toute la journée. Mais son regard dévia aussitôt vers Maxyne. Elle avait pris la fuite. Elle ne lui avait pas dit le moindre mot et malgré le fait que c’était à peu près ce qu’il lui avait demandé de faire, il lui en voulait presque de ne pas se battre pour eux, pour lui. Et sans s’y attendre le moins du monde, il se leva, se redressant de tout son corps et sortit du stand. « Maxyne ! » A peine avait-il crié son prénom qu’il le regretta. Mais qu’était-il en train de faire ? Cependant, c’était déjà trop tard, il ne pouvait plus faire marche arrière, il venait de l’appeler et elle n’allait pas tarder à se retourner. Il s’injuria de tous les noms dans sa tête alors qu’il tentait de garder la tête froide et surtout d’afficher un parfait sourire hypocrite. « Est-ce que c’était fait exprès ? » Il plissa légèrement les yeux, laissant immédiatement retomber son sourire. Il n’avait absolument pas réfléchit à ce qu’il pourrait bien lui dire. Mais maintenant qu’elle avait fait volte face, il se retrouvait au pied du mur et ne pouvait à l’évidence garder le silence. Alors il lâcha le premier reproche qui lui vint à l’esprit. C’était un reproche idiot. « Cette visite avec le petit … » précisa-t-il histoire de lui faire comprendre le fond de sa pensée. Il savait pourtant que croire qu’elle ait pu mettre en scène toute cette histoire pour l’atteindre était idiot et serait terriblement cruelle de sa part. Et Maxyne n’avait rien de cruelle, Roman le savait. Mais, il n’avait trouvé que ça. Il n’était parvenu à la laisser partir et à lui échapper à nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 1475
ADRESSE ↦ : #67, FOGGY BOTTOM


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: Your Guardian Angel - THE RED JUMPSUIT

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez vous Δ (romyne et ceux qui le veulent!)   Mar 29 Juil - 12:23


“ Did you say it ?
i love you, i can't live without you ”

❋❋❋
Lorsqu'on lui avait demandé si elle était libre pour la journée des héros, elle avait répondu oui sans même vraiment y réfléchir. Elle en avait vécu quelques unes, son père était lui même policier avant elle et leur mère les avaient souvent amener pour le voir, Wes et elle. C'est d'ailleurs lors d'une de ses journées qu'elle avait décidé de suivre le même chemin que son père, bien sûr elle le vénérait et cela avait toujours eu une petite place dans son cerveau mais c'était vraiment cette journée qui l'avait convaincu. En tant qu'enfant elle avait adoré chacune des journées qu'elle avait faîte, c'était parfait, il y'avait des activités partout et surtout tout était mis en place pour qu'en tant qu'enfant ou adulte, tout ce passe merveilleusement bien. Elle n'avait donc que de bons souvenirs, mais pendant longtemps elle n'avait plus remis un pied à cet événement, la mort de ses parents l'ayant affreusement chamboulée elle avait refusé de s'y rendre à plusieurs reprises car c'était trop dur pour elle, ça amenait trop de mauvais souvenirs. Il lui avait fallut attendre d'avoir une quinzaine d'années pour accepter de s'y rendre avec Maggie et Wes, et si au début cela lui avait paru vraiment bizarre et anormal d'être là sans son père et sa mère, rapidement elle avait retrouvé ses sensations agréables qu'elle avait eu en tant qu'enfant. L'année dernière elle n'avait pu y participer, étant partie vivre à New York, elle n'avait aucune raison de revenir pour l'occasion, mais pourtant elle n'avait pu s'empêcher d'y penser, ce remémorant celle de l'année d'avant. Il était impossible pour elle de l'oublier, tellement cette journée avait été plaisante, elle avait tenu le stand de son district comme a l'accoutumé, et une fois son tour passé elle avait rejoint Roman sur le sien, ce régalant de le voir faire, l'aidant parfois. Ensuite ils avaient flâné au milieu des stands main dans la main, une merveilleuse journée en somme. Au final cette journée des héros représentait à ses yeux bien plus de choses qu'une simple journée, et il était assez incroyable de voir qu'au final elle y était beaucoup attachée. Ce retrouver là était encore plus bizarre que ça n'avait pu l'être auparavant, tout était tellement remplit de bons souvenirs que cela lui faisait presque mal. Heureusement que Wes l'avait accompagnée, elle ne savait pas si elle aurait été capable de s'y rendre sans lui, elle savait qu'il n'était pas loin et c'était ce qui la rassurait en réalité. Ce faire approcher par des enfants elle s'y était attendue, c'était évident qu'ils étaient les premiers à être intéressé par ce genre d'événement, mais le petit garçon qui s'accrocha à elle lui demandant de l'accompagner était tellement semblable à l'enfant qu'elle c'était imaginé avoir avec Roman que cela lui faisait un mal de chien. Elle en avait le coeur briser, et la fille que tout le monde connaissait, dure et ne ce laissant pas faire était en train de ce ficeler pour laisser place à la jeune femme perdue et capable de pleurer plusieurs heures d'affilées. Pourtant elle ravala ses larmes et suivit le petit garçon, tout en échangeant quelques mots avec ses parents, et quand elle se rendit compte d'ou il l'amenait il était trop tard pour faire marche arrière. C'était une évidence que ce serait vers ce stand là qu'ils allaient, il était moins drôle de l'amener vers un stand tenu par une caserne qu'elle ne connaissait pas. Elle savait qu'elle allait le croiser ici, elle s'en doutait mais espérait pouvoir facilement l'éviter, le contourner, avoir l'occasion en tout cas de ne pas avoir à lui faire face finalement. Pourtant là, elle était bel et bien en face de Roman, silencieuse, mal à l'aise et tenant la main d'un petit garçon qui n'y était pour rien mais qu'elle blâmait malgré elle. C'était trop lui demander, garder une façade vis à vis de ce petit garçon adorable qui ne demandait qu'a être aidé était une chose, se retrouver là avec cet enfant dans la main en face de celui qu'elle considérait encore comme l'homme de sa vie, s'en était trop. Roman avait été clair la dessus, il ne voulait pas la voir et elle c'était appliquée à respecter sa volonté jusqu'a aujourd'hui. Un silence presque gênant s'installa entre les deux adultes, ce regardant longuement ils comprenaient l'un et l'autre ce qui était en train de ce passer. Elle comprit qu'il imagina tout de suite la même chose qu'elle, il imagina aisément qu'Adam aurait pu être leur enfant et cela lui brisait encore plus le coeur. Elle ne pouvait pas rester ici, c'était un fait aussi prit-elle partit de laisser Adam avec Roman et retourner à son propre stand. Elle vit Roman sourire faiblement, et ne prit pas la peine de rester la plus longtemps. Son coeur battait la chamade, comme si elle venait de faire un marathon, et tout à coup l'oxygène commençait à lui manquer. Elle ne pouvait décidément pas continuer d'agir de cette façon, elle ne pouvait pas ce laisser atteindre aussi facilement. A New York elle avait su gérer facilement ses émotions, mais ici à Washington c'était trop compliqué. Elle avisa son frère un peu plus loin se dirigeant vers le stand de tirs, à croire que ça avait toujours été son préféré celui-là. Elle pensa un instant qu'elle allait le rejoindre, parce que sa présence l'apaiserait et que tirer dans des canards n'était pas une mauvaise idée, Gary l'engueulerait un peu quand elle reviendrait vers le stand mais tant pis, elle ne pouvait pas y retourner comme ça. Rejetant ses cheveux en arrière et prenant une inspiration elle prend la direction du stand quand quelque chose, ou plutôt quelqu'un l'interpelle « Maxyne ! » Elle ferme les yeux un instant envisageant ses options face à la situation, elle pouvait ce retourner le plus naturellement possible et cacher la guerre faisant rage à l'intérieur d'elle en ce moment, ou bien elle pouvait encore prendre la fuite et faire semblant qu'elle ne l'avait pas entendu. Seulement la dernière était de loin la plus intelligente à prendre, et bon sang pourquoi faisait-il cela ? Il avait clairement fait comprendre à la jeune femme qu'il ne voulait pas la voir, alors pourquoi vouloir qu'elle se retourne ? Pourtant après avoir pris une grande inspiration c'est ce qu'elle fait, ce heurtant finalement à un sourire très peu convaincant du pompiers. Elle aimait chacun de ses sourires, mais celui là n'était pas le plus agréable qu'elle ai jamais reçu de sa part, et à la fois c'était presque normal qu'il lui lance ce genre de sourire totalement faux et dénué de réalité. Elle s'apprête à lancer les formules de politesse, lui demander comment il va, si sa journée ce passe bien, le genre de questions que l'on pose pour meubler le vide car elle sait que la situation va tout de suite être gênante. Cependant elle lui offre à son tour le plus beau sourire qu'elle pourrait avoir ... « Est-ce que c’était fait exprès ? » et ce sourire retombe immédiatement, la question vient de la frapper avec une violence inattendue. Le jeune homme semble regretter ses paroles à l'instant ou il les a prononcées mais c'est trop tard, le mal est fait. Elle sent sa colère monter, et le fusille du regard « T'es sérieux là ? » Comment avait-il pu penser cela, ne serait-ce qu'une seconde ? La première pensée qu'elle eu était qu'il pouvait être bien con quand il le voulait. Comment pouvait-il croire ne serait-ce qu'une seconde qu'elle avait fait exprès d'amener cet enfant vers lui ... Jamais elle n'aurait été capable de faire ce genre de chose. « Cette visite avec le petit … » Et maintenant il la croyait assez idiote pour ne pas comprendre son reproche. Elle ne bouge pas d'un poil, ne le lâche pas du regard. Si seulement il n'avait pas dit ses mots ... « Tu crois vraiment que ... » elle secoue la tête, non il ne peux pas penser ça, c'est impossible ... Pourtant il ne bouge pas d'un pouce lui non plus, attendant une réponse de sa part. Elle reste silencieuse un instant, tentant de savoir si il n'est pas en train de ce moquer d'elle, mais découvre rapidement qu'il est vraiment sérieux. « Mon dieu ! » murmure t-elle finalement presque à bout de souffle. Elle mord sa lèvre inférieur pour calmer la colère qui l'habite a présent, le genre de colère qui lui faisait parfois faire n'importe quoi. Et affiche finalement un sourire déçu, avant de reprendre. « T'a raison, j'ai choisit ce petit exprès parmi tout les gamins qui sont ici. Et puis je lui ai dit, vient on va voir Roman, comme si c'était exactement la chose à faire. Comme si ne serait-ce que le voir une seconde ne me faisait pas assez de mal, j'allais me torturer encore plus en faisant exprès de l'amener vers toi ! » Elle avait parlé vite, reprenant finalement sa respiration elle ce rend compte que le fait qu'il puisse penser cela, lui fait plus de mal qu'elle ne l'aurait cru.

_________________
{ When I say I love you more, I don’t just mean I love you more than you love me. I mean I love you more than the bad days ahead of us. I love you more than any fight we will ever have. I love you more than the distance between us. I love you more than any obstacle that could ever try and come between us. I love you the most } ❖ »   oakley team «
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com

Contenu sponsorisé
----------------------------------------


MessageSujet: Re: Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez vous Δ (romyne et ceux qui le veulent!)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Il n’y a pas de hasard, il n’y a que des rendez vous Δ (romyne et ceux qui le veulent!)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNTIL WE BLEED  :: 1ère version :: archives rps-
www. bazzart
www. topsite obsession
www. topsite prg
www. topsite bazzart
CONTEXTE
REGLEMENT
BOTTIN DES AVATARS
SCENARIOS
PRESENTATION
INVITES
les membres du mois