#PRAYFORPARIS

Partagez | 
 

 #65 your mistake is asuming your survival is a war you must fight, bleed or die for; it is not (sloane)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: #65 your mistake is asuming your survival is a war you must fight, bleed or die for; it is not (sloane)   Sam 11 Oct - 11:36


Take my mind and take my pain. Like an empty bottle takes the rain and heal, heal, heal, heal. And take my past and take my sense. Like an empty sail takes the wind and heal, heal, heal, heal. Take a heart and take a hand. Like an ocean takes the dirty sand and heal, heal, hell, heal. Take my mind and take my pain. Like an empty bottle takes the rain and heal, heal, hell, heal. And tell me somethings last...

La nuit avait été longue, trop longue. Pourtant, Finn avait eu l’impression de la vivre en un souffle. Rien qu’un battement de cœur. Lorsque son ambulance a filée hors de la caserne, Maeve au volant, le brun avait collé son front contre la vitre de sa portière, regardant les lumières de la ville glisser sous ses yeux. Sa nuit allait être longue. Alerte, s’occupant de chaque blessé comme si la vie de ce dernier était en jeu, le jeune Harker faisait preuve d’une douceur et d’une méticulosité incroyable. Même lorsque l’ivrogne sur le point de faire un coma éthylique lui avait vomi sur le pantalon alors que Maeve rigolait gentiment de lui pendant qu’il se plaignait d’avoir fait laver sa tenue un jour auparavant. Même s’il ne le disait jamais à voix haute, Finn était bien heureux d’avoir une collègue comme la Grayson. Même lorsque leurs heures s’allongeaient de manière affolante, elle arrivait toujours à trouver de quoi le faire sourire. Il savait qu’au début ça n’avait pas été particulièrement facile, le brun savait qu’il n’était pas particulièrement facile, mais elle avait tenue bon et au final les deux s’entendaient très bien.
Après avoir rangé ses affaires et s’être changé, Finn récupéra les clés de sa voiture malgré la fatigue qui alourdissait dangereusement ses paupières. Il devait rentrer chez lui, ne serait-ce qu’un peu. Cependant, la seule chose qu’il voulait faire c’était se rouler là, sur la banquette arrière de sa voiture et dormir toute la journée. Profitant des maigres forces qu’il lui restait, le brun tourna sa clé dans le contact et démarra en saluant ses collègues, dont Maeve qui faisait mine de vomir comme l’ivrogne de cette nuit. Roulant, sans réfléchir à sa direction, il se retrouva en pilote automatique. Ce n’est qu’une fois garé qu’il se rendit compte de l’état dans lequel il était. Sa fatigue, sa lassitude. En soupirant, il arrêta le moteur avant de passer une main lassé dans ses cheveux et sur son visage aux traits tirés. Ca pouvait se lire sur son faciès, sa fatigue, les poches qu’il avait sous les yeux. Alterner la bouteille et le boulot n’était pas quelque chose d’aisé, surtout quand il sentait l’envie pressante de prendre une gorgée, rien qu’une gorgée. Luttant pour ne pas s’endormir là, installé au volant de sa voiture, Finn sorti difficilement de celle-ci pour se rendre compte qu’il n’était absolument pas dans la rue de son appartement. Claquant sa portière en ruminant, le brun n’eu aucun mal à reconnaître la façade des appartements face auxquels il était garé. Naturellement, il avait décidé sans même y songer à aller rendre visite à une amie de longue date, la seule qui arrivait à le remettre sur pieds sans qu’il ne cherche à se cacher comme un animal apeuré. Il en redemandait même. C’était pourquoi il était là. Pourquoi naturellement il avait roulé chez elle et pas jusqu’à son propre appartement. Comme un camé dans le besoin d’une autre dose, il était là pour avoir son shot d’adrénaline, sa dose d’espoir en intraveineuse. Se retrouvant devant la porte de chez Sloane, il sonna naturellement avant de se reposer contre le mur à côté de lui. La fatigue était là, coincée dans ses artères, endolorissant ses muscles froids et cherchant à faire fermer ses paupières. Après une nuit pareille, une semaine pareille, ça n’était pas vraiment étonnant. Heureusement qu’il avait son week-end pour se reposer, même s’il avait d’autres plans pour ses jours de congés. Lorsque la porte s’ouvrit, le brun songea seulement à l’heure matinale, puis aux horaires de son amie. Ca se trouvait, elle devait aller travailler d’ici une heure ou deux. Tant pis, une heure ou deux c’était déjà ça. Il n’aurait qu’à s’allonger quelques instants dans son divan, s’il écoutait ses paupières endormies, il dormirait à même le sol de chez Sloane, ce qui n’était pas une possibilité. Un peu gêné, le jeune Harker mordilla sa lèvre inférieure en se sentant un peu mal à l’aise. « Je ne te réveille pas j’espère ? » Parce qu’il aurait bien été capable de le faire, perdu dans son monde totalement hermétique à la réalité dans laquelle les gens normaux pouvaient évolués. S’invitant de lui-même dans l’appartement de son amie, le brun retira sa veste avant de la poser sur le porte manteau. Fourrant ses mains dans ses poches comme un adolescent qui ne saurait que faire de ses bras ballant, le brun se retourna vers son amie qui fermait la porte en disant : « Je ne sais pas vraiment pourquoi je suis là. J’ai passé ma nuit à bosser et je devrais probablement être en train de dormir, mais je me suis retrouvé chez toi. » Finn imaginait sans mal ce que son ancien thérapeute aurait tendance à dire face à une telle remarque. Et ça le soulagea d’autant plus d’avoir arrêté de voir ce charlatan sur le coup.  
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: #65 your mistake is asuming your survival is a war you must fight, bleed or die for; it is not (sloane)   Dim 12 Oct - 17:10



Sloane se trouvait devant l'immeuble de son appartement depuis quelques minutes déjà, la tête posée contre le volant de sa voiture. Elle n'osait même pas regarder l'horloge car voir l'heure avancée qu'il devait être la découragerais encore plus ... Elle était au bout du rouleau, elle portait encore sa tenue bleue qui la distinguait comme titulaire et qui avait depuis près d'un an maintenant remplacé la verte qui faisait d'elle une interne. La vérité était qu'elle adorait son boulot, a vrai dire il était ce qu'elle avait de plus important dans sa vie mais elle ne pouvait nier qu'il était parfois plus difficile de garder la face que d'autres jours. En effet, elle venait de perdre un petit garçon aujourd'hui, un enfant qu'elle avait vu naître et dont elle avait suivit tout les progrès, et observer la ligne plate qui ne remontait pas a été plus difficile qu'elle ne l'aurait pensé. Pire encore avaient étés les pleurs de la mère de James, dans ses bras pendant plusieurs minutes. On à beau penser qu'on est préparer ce n'est jamais vraiment la réalité. Dans l'habitacle la radio passe un vieux morceau de Jennifer Lopez supposé être entrainant mais qui n'a aucune répercussion positive sur la jeune femme. Elle le sait, elle doit sortir de la voiture, monter les escaliers et rentrer chez elle ou elle pourra déboucher du vin, boire au goulot en mangeant ce qu'elle trouverais et en regardant Titanic. C'était son rituel, c'était toujours ce qu'elle faisait quand elle perdait un patient, et peu importait l'heure. Pourtant après dix bonnes minutes et poussé par la musique déprimante qui passait à l'instant ou elle sortait de sa voiture, Sloane atteignit l'appartement. Elle laissa tomber sans aucune douceur ses affaires sur le sol, ne prit même pas la peine de ce changer gardant son ensemble de la parfaite titulaire, ce dirigea directement vers le frigo d'ou elle sortit une bouteille de vin blanc et resta la devant elle pendant un instant. Etait-ce vraiment raisonnable de s'enfiler une bouteille de vin blanc maintenant, le ventre vide, à l'heure du déjeuner ? Tandis que sa raison semblait reprendre le dessus sur le reste, elle fut tirée de ses penser lorsqu'elle entendit sa sonnerie résonner dans l'appartement. Un coup d'oeil à sa montre, qui pouvait avoir l'indécence de venir sonner chez elle à cette heure-ci ? Ce mordant la lèvre ce demandant de qui il pouvait s'agir, l'envie d'un petit déjeuner faisait déjà le trajet dans son cerveau quand elle découvrir un visage familier derrière la porte. Et si elle c'était apprêtée a crier sur la personne qui osait venir chez elle à cette heure, sa colère passagère était retombée quand elle avait vu le visage gêné de Finn « Je ne te réveille pas j’espère ? » un mince sourire s'étire sur son visage tandis qu'elle ce pousse sur le côté pour le laisser entrer. Elle le regarda poser sa veste sur le porte manteau mis à disposition, et regarda son tas d'affaire amoncelé en dessous, bah dis donc il avait plus de manières qu'elle !  « Du tout, je rentre du boulot moi aussi ! » car il était assez aisé de comprendre que Finn venait de finir un nuit de garde lui aussi, sinon il y'avait peu de raison pour qu'il soit ici à cette heure. S'arrachant a la contemplation de son bordel elle entreprit de le suivre, elle le dépassa même et lui montra sa tenue qui témoignait ses dires. « Je ne sais pas vraiment pourquoi je suis là. J’ai passé ma nuit à bosser et je devrais probablement être en train de dormir, mais je me suis retrouvé chez toi. » Elle se trouvait déjà dans la cuisine, elle avait donc vu juste lui aussi avait bossé toute la nuit. Elle le regarda un instant avec un sourire, tout les deux étaient crevés mais étrangement si elle avait d'abord aspiré a ce plonger dans Titanic, le fait que son ami se trouve ici la réjouissait bien plus. « Peut être que c'est parce que tu sentais que j'allais me faire un petit dej de fou ? » déclara t-elle en lui faisant un clin d'oeil. Elle avait une envie fulgurante de pancakes et de sirop d'érable, et elle ce réjouissait par avance d'avoir un jour écouté sa mère qui lui conseillait de toujours en avoir au congélateur. Elle prit soin d'en attraper un paquet, et les sortis avant de les déposer sur un plaque et direction le four. Rapidement elle ouvrit son réfrigérateur a la recherche d'un jus de fruit potable, en sortit du jus d'abricot qui était sa lubie des derniers temps et reporta son attention après l'avoir déposé sur l'ilot de la cuisine. « Thé ou café ? » Elle ne lui avait même pas laisser le choix de lui répondre si il souhaitait rester ou pas. C'était comme ça avec Sloane, elle ne laissait que très rarement le choix et puis Finn n'allait pas repartir dans cet état de toute façon !
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: #65 your mistake is asuming your survival is a war you must fight, bleed or die for; it is not (sloane)   Lun 13 Oct - 10:55


Take my mind and take my pain. Like an empty bottle takes the rain and heal, heal, heal, heal. And take my past and take my sense. Like an empty sail takes the wind and heal, heal, heal, heal. Take a heart and take a hand. Like an ocean takes the dirty sand and heal, heal, hell, heal. Take my mind and take my pain. Like an empty bottle takes the rain and heal, heal, hell, heal. And tell me somethings last...

Finn n’était pas du genre à partager ce qu’il avait sur le cœur. Il avait tendance à garder les choses pour lui, ce qui s’avérait énormément compliqué pour ses parents qui n’avaient pas idée de ce que leur fils pouvait avoir en tête. Néanmoins, le brun avait trouvé une personne sur laquelle se reposer chez Sloane. Dans ce qui s’était avéré être la pire nuit de sa vie, il avait rencontré la jeune Carrington, encore seulement une interne à l’époque. A sa manière, la jeune femme avait réussi à comprendre le Harker qui avait, alors, désespérément de soutien. Depuis, malgré lui, malgré son entêtement à dire qu’il allait très bien, ses mensonges et ses allures de garçon épanoui dans sa vie, il ne pouvait s’empêcher de continuer à voir son amie de longue date. Il se rendait chez elle lorsqu’il en avait besoin, Finn ne savait pas toujours pourquoi. Mais parfois, quand la mélancolie se faisait trop intense, il se retrouvait avec Sloane à chasser les brumes qui s’étaient installées sous son crane. Lorsque la brune ouvrit la porte, il se rendit compte de l’heure matinale qu’il était. Toute personne normal serait sans doute à peine en train de sortir de son lit, prendre la voiture ou bien se rendre au travail. « Du tout, je rentre du boulot moi aussi ! » Néanmoins, l’un comme l’autre revenait d’une nuit bien chargée de boulot, ça se voyait à leurs traits fatigués, l’usure de leurs rétines qui en voyaient de trop. Rentrant dans l’appartement, Finn pu contempler la tenue de travail de son amie qui n’avait même pas eu le temps de se changer. Il posa sa veste sur le porte-manteau sans réfléchir, sans même se rendre compte des affaires de Sloane étalée au sol. La fatigue rendait l’attention de l’urgentiste très sommaire et déficitaire, il avait clairement besoin d’aller se coucher, mais ce dernier savait que s’il essayait de fermer les yeux ses songes ne seraient pas paisible. Quelque chose en lui s’agitait et il sentait qu’il n’aurait pas droit au repos aussi facilement. Sincère au possible avec la jeune femme, bien qu’il se refusait toujours à lui parler de son problème de boisson, le brun expliqua simplement les raisons qui l’avaient poussées à venir ici. Suivant son amie jusqu’à la cuisine en trainant les pieds, il s’installa au comptoir, se mettant à chipoter avec les ustensiles se trouvant sur ce dernier. « Peut être que c'est parce que tu sentais que j'allais me faire un petit dej de fou ? » Un léger sourire amusé étira les lèvres de Finn à sa remarque. Il la voyait préparer ses pancakes avec un naturel déconcertant, comme une mère de famille prête à faire le petit-déjeuner gourmand de ses marmots, comme si elle ne venait pas de passer sa nuit à travailler dans son service. Sloane possédait une force à laquelle le Harker s’accrochait désespérément depuis qu’il la connaissait. Un petit quelque chose plein d’espoir qui permettait au brun d’aller de l’avant, même dans les pires moments, rien qu’en posant les yeux sur elle une seconde. La regardant s’affairer avec les pancakes fraichement sortis du congélateur, il resta silencieux bien que son estomac décida de se réveiller à l’évocation de la nourriture. Ce dernier gronda légèrement alors que son propriétaire se rendait compte de la fait qui lui tiraillait le ventre. « Thé ou café ? » « Thé, si je bois une seule tasse de café en plus je crois que je vais devenir dingue. » Souriant amusé de sa remarque, il se rappelait des nombreuses tasses qu’il avait du consommer entre ses interventions pour rester d’aplomb. Certaines nuits pouvaient être si calme qu’il arrivait à s’ennuyer alors que d’autres nuits s’avéraient si agitées que le brun avait régulièrement d’un remontant pour rester d’aplomb. Baillant lourdement, Finn écarta ses bras pour s’étirer et ainsi se détendre le dos, à l’image d’un chat se réveillant d’une sieste réparatrice. Avec Sloane préparant le petit déjeuner et le Harker installé à l’ilot de la cuisine, l’image avait tout de celle d’une famille dont la grande sœur en viendrait à faire à manger à son petit frère encore endormis. Sauf qu’ils n’étaient pas liés par le sang et qu’aucun des deux n’avait dormi. « Ta cousine s’est fichue de moi une bonne partie de la nuit parce qu’un homme particulièrement saoule m’a vomi sur le pantalon. Maintenant tout le monde me chambre à ce sujet. » Même si le brun faisait mine de râler à l’évocation de ce souvenir, quelque chose dans sa voix laissait entendre que même si cette expérience n’avait pas été plaisante, se la remémorer l’amusait un peu.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: #65 your mistake is asuming your survival is a war you must fight, bleed or die for; it is not (sloane)   Dim 2 Nov - 19:26



Sloane avait toujours eu en elle cette bonté d'âme qui en étonnait toujours plus d'un. Elle n'était pa s la petite peste que l'on pensait, bien entendu dans le cadre du travail elle ce devait de rester totalement différente afin de ce faire respecter, qui croirait d'elle qu'elle est un grand médecin respecté si elle disait à tout le monde que cette petite erreur n'était pas grave, si en voyant un interne peu intéressé elle lui demandait ce qui n'allait pas ? Ce n'était pas comme ça qu'il fallait faire et elle le savait très bien. Longtemps on avait cru qu'elle n'était pas faite pour ce monde a cause de sa personnalité justement, et elle avait su prouver qu'elle était capable d'être froide et sans pitié. C'était comme ça qu'elle survivait à la perte d'un patient, c'était en coupant la plupart de ses émotions et de ses réactions primaires, qu'elle avait réussit à traverser les années. Mais une fois la porte de son appartement franchis elle redevenait elle même. Cela pouvait être fatiguant selon certaines personnes, mais elle était maintenant habituée à être ainsi, si bien que beaucoup d'internes avaient peur de ce pisser dessus pendant une opération préférant ne pas bouger d'un millimètres plutôt que d'aller aux toilettes alors qu'ils n'étaient là que pour l'observer. Avec les patients cependant souvent ressortait sa douceur, elle n'était pas au point d'être très proche d'eux mais avait toujours beaucoup d'empathie à leur égard. Les choses avaient cependant étaient différentes quand elle avait pour la première fois rencontré Finn. L'histoire du jeune homme lui avait douloureusement rappelé la sienne, bien sûr elles n'étaient pas exactement les mêmes mais elle aussi avait perdu son fiancé, elle aussi avait souffert de cette douleur qui avait commencée à consumer Finn. Alors elle c'était trouvé des points communs avec lui, et c'était mis en tête de l'aider à surmonter tout ça, comme elle aurait aimé qu'on le fasse pour elle. Car pendant longtemps, on lui avait dit qu'on comprenait mais personne n'avait vraiment pu comprendre ce qui ce passait en elle à cet instant là et les entendre dire des choses pareils lui faisait plus de mal que de bien au final. Et au fur et a mesure ils étaient devenus amis, ce n'était pas chose facile de devenir ami avec Sloane, toujours persuadée qu'on allait finir par lui faire du mal il était difficile pour elle d'accorder sa confiance, mais avec lui c'était différent. C'est donc tout naturellement qu'elle avait continué son train train quand il était entré dans l'appartement, c'était un sentiment normal de l'avoir ici alors elle n'allait pas joué l'hôte coincée et casse bonbon et préférait le laisser faire ce qu'il voulait. Et puis il fallait bien l'avouer, elle commençait a avoir vraiment faim. Elle lui demanda si il voulait un thé ou un café, elle savait qu'elle même aurait besoin d'aide pour rester éveillée quelques minutes de plus et était en train de ce demander si elle n'allait pas boire deux cafés même ! « Thé, si je bois une seule tasse de café en plus je crois que je vais devenir dingue. » le sourire qu'il lui fit, la fit sourire à son tour. Elle comprenait sa douleur, lorsqu'elle enchainait les gardes le café était sa seule consommation, si elle avait pu ce l'injecter par intraveineuse ce serait déjà fait depuis longtemps. Mais une tasse de plus n'allait pas lui faire de mal, aussi mit-elle de l'eau à chauffer pour son ami et alluma t-elle la machine a café, cherchant lequel elle allait prendre ce matin, sachant qu'il serait toujours bien meilleur que celui de l'hôpital. Elle entendit Finn bailler, et ne mis pas longtemps à faire comme lui tandis qu'il était en train de s'étirer. « Ta cousine s’est fichue de moi une bonne partie de la nuit parce qu’un homme particulièrement saoule m’a vomi sur le pantalon. Maintenant tout le monde me chambre à ce sujet. » à la mention de Maeve, Sloane se tourna de nouveau vers son ami. Elle oubliait parfois que ses deux là travaillaient ensembles, et imaginait aisément le courage qu'il fallait à leurs collègues pour les supporter !! Cependant l'anecdote la fit rire, elle attrapa deux mug et installa le sien dans la machine à café avant de s'en faire couler de nouveau et de sortir les pancakes du four. « Le vomis est un sujet qui lui plait tout particulièrement, tu pourra lui rappeler qu'une fois elle c'est vomi dessus car elle était trop alcoolisée pour aller jusqu'aux toilettes ! » déclara t-elle un air de malice dans les yeux. Elle aimait bien donner des petites anecdotes à Finn au sujet de sa cousine, tout comme elle trouvait toujours très drôle d'entendre leurs petites histoires ! Elle déposa les pâtisseries sur le plan de travail ainsi que tout les condiments nécessaires et deux verres avant d'attraper un morceau brulant et le fourrer dans sa bouche « Croit moi, après elle t'embêtera plus ! » lança t-elle en lui faisant un clin d'oeil.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
----------------------------------------


MessageSujet: Re: #65 your mistake is asuming your survival is a war you must fight, bleed or die for; it is not (sloane)   

Revenir en haut Aller en bas
 
#65 your mistake is asuming your survival is a war you must fight, bleed or die for; it is not (sloane)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNTIL WE BLEED  :: 1ère version :: archives rps-
www. bazzart
www. topsite obsession
www. topsite prg
www. topsite bazzart
CONTEXTE
REGLEMENT
BOTTIN DES AVATARS
SCENARIOS
PRESENTATION
INVITES
les membres du mois