#PRAYFORPARIS

Partagez | 
 

 it can't get worse than today (w/Nicholas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: it can't get worse than today (w/Nicholas)   Lun 13 Oct - 21:05


★★★
This letting go is so beautiful cause you make it so easy to fall so hard.
Like the white sand turns the clock in any hour glass.

Lily sentait ses yeux se fermer tout seuls, elle avait du mal à lutter contre la fatigue qui commençait à montrer sa présence. Elle prit une grande inspiration et termina de rédiger sa phrase sur le dossier d'un patient. Cela faisait presque 48heures qu'elle était à l'hôpital. Elle avait fait la garde de nuit comme à son habitude, et au moment de partir, on avait réquisitionné tout le personnel suite à l'explosion qu'il y avait eu à la gare dans la matinée. Lorsqu'elle avait entendu cette horrible nouvelle, elle avait été pétrifiée, elle ne pouvait plus bougeait d'un centimètre et elle regardait le chef de chirurgie annoncer cette nouvelle, elle le fixait et pourtant son regard était dans le vide. Elle ne pouvait pas y croire, cela ne pouvait pas arriver à Washington, c'était impensable. Mais si elle ne voulait pas y croire, elle avait été obligé de se faire une raison lorsqu'elle vit les informations à la télé dans la salle d'attente.  Elle avait sentit son cœur s'arrêtait de battre un instant, et puis elle avait eu des nouvelles de sa famille et amis, ce qui l'avait rassurée un peu. Un instant, elle ferma  les yeux, mais elle se rendit  rapidement compte qu'elle n'arrivait plus à réfléchir et que toute caféine avait disparu de son sang. Et pourtant, elle avait eu une dose plus importante que d'habitude. Elle se dit que c'était peut être comme toutes les autres drogues, à force le corps finit par s'habituer et on n'en ressent plus les effets. Elle referma le dossier et le tendit à l'infirmière derrière le comptoir en l'informant qu'elle prenait une pause de 10 minutes, mais qu'elle restait joignable si on avait besoin d'elle. Tout en se dirigeant vers la salle de repos, Lily sortit de la poche de sa blouse bleu son téléphone portable et composa le numéro de Julian, elle avait simplement besoin d'entendre qu'il allait bien même si elle était consciente qu'il ne pourrait sans doute pas lui répondre. Elle l'avait évité depuis quelques jours, trouvant toujours une excuse et elle s'en voulait aujourd'hui. Certes, elle avait besoin de réfléchir après le retour de Nicholas dans le paysage, mais elle culpabilisait aujourd'hui d'avoir été aussi distante que ça. Comme elle le pensa, elle tomba sur le répondeur du jeune pompier « Hey c'est moi, je voulais juste entendre ta voix et savoir comment tu allais. Rappelle moi quand tu auras mon message.» arrivée dans la salle de repos des internes, elle se rua vers la machine à café mais cette dernière était vide, elle soupira et reposa alors la tasse sur le comptoir. Elle avait besoin de caféine, elle en avait réellement besoin sinon elle n'était pas certaine de pouvoir tenir encore une garde de plus. A ce moment précis, elle ne rêvait que d'une seule chose : une bonne douche et s'allonger sur son canapé pour dormir. Heureusement, Lily n'était pas une grande dormeuse, ce qui était un atout dans son métier, mais ce matin elle aurait tout donné pour un bon sommeil réparateur. Le seul moyen d'avoir de la caféine était d'aller à la cafétéria de l'hôpital, mais elle n'avait aucune envie de monter au dernier étage, alors la seule solution de dernier recours était le distributeur des urgences. Bien que Lily s'était fait la promesse de ne jamais re-boire ce café qui n'en n'était pas, elle n'avait pas vraiment le choix aujourd'hui. Elle n'aimait pas ce distributeur, d'une part le café était très mauvais et d'une autre part, cette machine semblait vouloir lui voler tout son argent à chaque tentative de la jeune rousse. « Salut Carter, si tu viens ici en espérant trouver du café, tu peux faire demi tour.» le brun soupira à son tour et lâcha des insultes à l'encontre d'une personne imaginaire. Visiblement, elle n'était pas la seule en manque aujourd'hui. Elle tapota l'épaule de l'autre interne et s'amusa de sa petite moue déçue qu'il arborait sur son visage. Lily arriva devant le distributeur et le regarda un instant, comme si elle lui lançait un défi « Okay à nous deux distributeur. » elle mit un billet, composa le code du café qu'elle voulait et attendit. Et comme par miracle, il ne lui vola pas son argent. C'était peut être un signe pour que cette journée ne soit pas aussi pourrie au final. Elle attrapa le gobelet avec le liquide noir fumant qu'elle serra entre ses mains. Elle ferma un instant les yeux et profita de cette bonne odeur. En se retournant, elle regarda la personne en face d'elle, cette  silhouette bien trop connue et elle sentit son souffle se couper lorsqu'elle croise son regard. Le regard de Nicholas. Elle savait qu'il était dans l'hôpital puisqu'il lui avait dit qu'il avait un travail ici, et elle savait qu'elle ne pourrait pas l'éviter éternellement, vu qu'ils allaient travailler dans le même service. Mais depuis qu'ils s'étaient revus devant chez elle, elle avait réussi à ne jamais le croiser que ce soit en ville ou dans les couloirs du MedStar. Il est là comme si de rien était et pour la première fois depuis bien longtemps, elle ne savait pas comment agir. Fuir est la première option qui germeait dans sa tête mais également la plus tentante, pourtant elle savait qu'elle ne devait pas le faire sinon se serait lui donner raison, elle devait garder la tête haute, montrer que sa présence ne la touchait pas, alors que la vérité est tout autre, mais non, elle ne devait rien laisser paraître. Mais si extérieurement, son attitude ne laissait rien transparaître, intérieurement c'était très différent. Elle n'arrivait pas être indifférente devant lui, elle se perdait totalement dans ses yeux. Mais elle ne devait pas laisser baisser sa garde, elle ne pouvait pas et ne devait pas lui donner le loisir de pouvoir une nouvelle fois l’atteindre. Elle afficha alors un faible sourire, qu'elle donnait à tout le monde aujourd'hui et s’approcha de lui, d’un pas léger alors que les battements de son cœur commençaient à raisonner à l’intérieur de sa poitrine, ainsi que dans son corps entier. Lorsqu'elle arriva en face de lui, son visage se ferma et n’exprimait rien si ce n’est de l'indifférence. « Docteur Redwood. » Elle tentait d'être le plus neutre possible, même si elle avait du mal à se concentrer devant lui. Elle se contenta de le dévisager, de relever chaque point de son visage qu'elle avait tant admirer avant. « Il ne reste plus de café dans la salle de repos des médecins non plus? » si elle avait préparer tout un discours à lui dire lorsqu'elle le croiserait, tout s'envolait à l'instant où il posait les yeux sur elle.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: it can't get worse than today (w/Nicholas)   Mar 14 Oct - 0:23

Travailler longtemps ce n’est pas un problème et c’est à vrai dire une habitude pour Nicholas. Quand on est dans le domaine de la médecine on se dit que c’est la santé des gens avant tout. Les pompiers agissent ainsi également du moins tout amènent à penser ainsi. Ils sont eux même des fois dans l’obligation de se lever à une heure tardive de la nuit pour aller sauver la vie de tas de gens qu’ils ne connaissent pas. C’est ainsi pour certaines personnes, pour certains métiers et certes les autres métiers sont utiles mais on se dit que bien souvent ces gens ne sont pas assez remerciés pour ce qu’ils font. Travailler dans des conditions pas toujours évidentes, avoir le stress continuel et cette crainte de ne pas réussir à sauver tout le monde. Ce n’est pas facile tous les jours et pourtant ils continuent de faire ce métier qu’ils aiment tant tout cela pour voir le sourire d’autres revenir sur leur visage rien qu’en apprenant la nouvelle qu’un proche va mieux ou s’en sortira. Il avait enchaîné quelques heures au départ et son planning ne semblait pas si chargé que cela pour la semaine enfin il ne semblait pas à priori parce que bien évidemment avec les urgences rien ne permet de savoir à l’avance ce qui va tomber sur les bras des médecins. Les patients avant tout mais il faut dire que le sommeil même pour les plus grands travailleurs de cet hôpital se fait ressentir à un moment un autre surtout quand ces derniers ont enchaîné plus d’une journée de travail non-stop enfin peut être avec quelques petites pauses mais des pauses qui mises bout à bout ne valent pas tout leur temps de travail. Quand on est un médecin responsable des urgences on se doit de garder la forme malgré la fatigue qui ne cesse de se manifester, les yeux qui commencent à devenir difficile à garder ouvert. Pour Nicholas c’est simple, le café ne peut pas l’aider, les tisanes, tasse de thé non plus. Il n’y a qu’une seule chose qui puisse l’aider à tenir, les sodas. Faute d’apprécier le café à sa juste valeur et trouvant cela trop fort ou tout simplement immonde pour son palais il préfère se gaver au coca. Après tout cela contient de la caféine et si cela peut avoir le même effet alors tant mieux. Bien qu’il soupçonne la caféine du coca comme quelque chose qui n’agit plus du tout sur lui depuis des années. Les machines à café sont déjà plus nombreuses dans les salles de repos que les machines à soda et à gâteaux bien qu’il y en a quelques une tout de même mais pour le coup après tout le temps passé à l’hôpital pour Nicholas ces dernières heures, il n’y a plus le sucre nécessaire dans la machine qui le ravitaille depuis le début. Il avait envie de dormir et il avait quasiment trouver le temps de le faire mais c’était avant qu’une bombe ne fasse des victimes, dans la nécessité de recevoir tout le monde ou du moins les personnes nécessitants des soins et des examens, les personnes devant rentrer chez eux ou alors se reposer un instant, avaient été appelés pour se mettre à la tâche. Après avoir vu quelques patients, il buvait une bouteille de soda et une autre et ainsi de suite jusqu’à finalement avoir une pause, une longue pause car il semblerait que les patients arrivés lors de la première vague des urgences avaient tous été traités. A savoir s’il va y en avoir d’autres qui vont arriver mais pour l’instant ce n’est pas le cas. Nicholas s’aventura alors dans une autre salle repos ne pouvant pas aller dans celle des médecins étant donné qu’il n’y avait plus ce qu’il désirait dans la machine, il s’aventura voir s’il y avait le nécessaire dans celle des autres, il fut très heureux de pouvoir entendre tomber une bouteille de coca qu’il posa sur la table avant de s’assoir sur un fauteuil le temps qu’il puisse l’ouvrir sans que cela ne mousse et gicle partout. Il était en train d’attendre, seul dans la salle alors que quelqu’un fit son entrée, il se releva d’un coup en reconnaissant sans trop de mal cette dernière. Une longue chevelure rousse et ce regard…il lui était impossible de se tromper. Pourquoi s’être levé en sa présence ? Ce n’est pas la reine d’Angleterre ou encore le président des Etats-Unis. Et pourtant elle a plus d’importance à ses yeux que les deux personnes citées. Alors que cette dernière se rend compte de sa présence, elle s’avance et lui lance une remarque qui bien évidemment l’amène à répondre de sa présence ici. « Je pense inutile de rappeler que je n’aime pas spécifiquement le café…par conséquent ayant vidé notre machine de soda pouvant être consommé je suis venu ici m’en procurer. » La jeune femme semblait exténuée en même temps cela semble être le cas de beaucoup de membres du personnel qui ont accumulés des heures et des heures de travail sans vraiment avoir leur quotta de sommeil. « Depuis combien de temps travailles-tu ? Je veux dire depuis quand n-as-tu pas dormi ? »
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: it can't get worse than today (w/Nicholas)   Mar 28 Oct - 18:10


★★★
This letting go is so beautiful cause you make it so easy to fall so hard.
Like the white sand turns the clock in any hour glass.

La fatigue commençait réellement à se faire sentir pour Lily, et cette pause s'imposait d'elle même. Elle ne pouvait plus regarder un dossier sans devoir plisser les yeux pour lire. Et dans ce métier aucune erreur n'était admise et encore plus aujourd'hui. La jeune rousse n'avait qu'une seule peur c'est voir débarquer Julian blessé dans son service. A cette pensée, elle se sentit coupable encore un peu plus de l'avoir évité ces derniers jours, depuis que lui avait fait son apparition dans sa vie de nouveau. Lorsqu'elle aperçu Nicholas devant elle, elle avait eu envie de fuir. Mais au final ses pieds l'avait porté vers lui comme un automatisme. Lorsqu'elle était à Austin et qu'ils avaient des gardes aussi éprouvantes, elle avait l'habitude de le retrouver à l'écart de tout le personnel et de poser sa tête sur son épaules pendant leurs pauses. Il avait cette habilité à la rassurer, la calmer quand elle en avait besoin.  Lily savait qu'il était en ville, elle l'avait croisé devant chez elle, elle l'avait croisé à l'hôpital mais avait bien pris soin de changer de couloir pour l'éviter, ou bien elle prenait un dossier d'un patient et se plonger dedans. Elle était peut être enfantine, mais elle ne pouvait pas lui parler, mais visiblement aujourd'hui, elle n'avait pas d'autre choix et puis il était son chef. Lorsqu'elle était partie de Austin, elle pensait mettre toute cette histoire derrière elle, elle pensait pouvoir reprendre sa vie à Washington avec sa famille, ses amis... et Nicholas ne faisait plus partit de sa vie, elle l'avait rayé de sa vie - ou presque - lorsqu'elle avait découvert qu'il était marié. Il lui avait menti, et si Lily pouvait pardonner certains mensonges celui-ci ne faisait pas partit de la liste. Elle se sentait tellement coupable de s’être laissée embarquer dans cette histoire avec lui et pour autant elle ne regrettait rien, c’était un sentiment étrange. Selon certains cela s’appelle l’amour, pour Lily c’était probablement autre chose mais elle ne pouvait pas poser des mots dessus. Elle avait imaginé cette scène des centaines et des centaines de fois lorsqu'elle l'avait vu devant son immeuble, mais elle n'avait jamais réellement pris en compte le fait qu'elle le croiserait à l'hôpital. Naïvement elle pensait pouvoir l'éviter, elle avait d'ailleurs pensé à demander d'être transférer dans un autre service, mais elle adorait plus que tout bosser aux urgences de nuits. Elle ne s’attendait pas à le voir ce matin, elle ne s’était pas préparée mentalement, elle était totalement épuisée. Elle n’avait pas envie de se battre avec lui, non pas ce matin  « Je pense inutile de rappeler que je n’aime pas spécifiquement le café…par conséquent ayant vidé notre machine de soda pouvant être consommé je suis venu ici m’en procurer. » Elle esquissa un petit sourire à sa réponse, elle aurait dû s’en rappeler car le jour où il lui avait dit qu’il n’était pas un accroc au café cela l’avait fait sourire et l’avait surprise. Elle concevait tout à fait que certaines personnes n’aiment pas ça, mais elle ne pouvait s’empêcher de croire que c’était la boisson officielle ici à l’hôpital. « Depuis combien de temps travailles-tu ? Je veux dire depuis quand n-as-tu pas dormi ? » bien trop longtemps pensa-t-elle sans pour autant lui dire. Elle soupira et leva les yeux au plafond comme pour réfléchir à la réponse. Elle avait l’impression que cela faisait des jours qu’elle n’avait pas fermé les yeux, des jours qu’elle n’avait pas dormi « euh... je m'en souviens plus à vrai dire, mais je suis ici depuis trop longtemps. » elle aurait pu lui répondre que cela ne le regardait pas, mais elle avait bien réfléchie à la situation, du moins à l'attitude à adopter sur son lieu de travail. Etre professionnelle, oui elle devait le rester même si elle avait de l'envoyer balader, de lui dire de nouveau ses quatre vérités, elle avait pris la sage décision de ne rien dire. Lily n'était pas une personne qui aimait étaler sa vie privée aux yeux de tous, elle préférait rester discrète sur ce point là. Elle ne pouvait pas mettre sous silence toutes ses histoires familiales mais ce qu'elle pouvait garder pour elle, elle le faisait  «  Et j'ai la sensation que je ne suis pas prête à pouvoir dormir bientôt. » la situation en ville faisait que tout le monde devait être présent pour aider les victimes. Elle regarda autour d'elle,  elle ne savait pas quoi lui dire, ce qui était inhabituel pour eux. Ils avaient toujours de quoi parler, de quoi plaisanter, mais leur relation avait changé depuis ces moments là. C'était comme s'ils étaient deux étrangers à présent l'un pour l'autre.  « Tes premiers jours en tant que chef démarrent fort.  » elle serra sa tasse de café dans ses mains, et semblait se perdre dedans. Si elle plongeait ses yeux dans les siens, elle savait qu'elle allait s'y perdre, et perdre ses moyens et toutes ses bonnes résolutions, alors éviter de croiser son regard était la meilleure solution. Elle ouvrit la bouche mais ne dit rien et se ravisa de suite. «  C'est ta femme qui ne va pas te voir souvent avec ce nouveau job. » oui elle aurait mieux de ne rien dire, et de boire son café brûlant et pas très bon. Mais elle n'avait pas pu s'en empêcher. Et pourtant, parler de la femme de Nicholas n'était pas vraiment un de ses sujets de conversation favoris. 
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: it can't get worse than today (w/Nicholas)   Jeu 30 Oct - 14:58

Trop de fatigue ne peut pas être bon pour les médecins et internes de l’hôpital et heureusement la majorité qui ont été gardé pour travailler aux urgences ont plutôt l’habitude d’enchainer des heures et des heures de travail. Imaginez que l’on prenne quelqu’un qui n’a pas du tout l’habitude d’enchainer les nuits blanches et qu’on lui demande de travailler, cette personne risque de faire une connerie. Ce n’est pas une certitude mais bon la probabilité est quand même grande. La fatigue aura prit le dessus sur la personne et les réflexes ne seront plus les mêmes que si la personne concernée avait eut son quota d’heures de sommeil. Hors pour notre médecins c’est une habitude qu’ils ont prit, c’est quelque chose qui fait plus ou moins parti de leur quotidien alors les réflexes avec le manque de sommeil ils en ont. Depuis l’explosion à la gare et le débarquement de toutes les victimes dans leur service d’urgence, Nicholas à remarqué que ses internes étaient vraiment courageux, que beaucoup d’entre eux combattaient la fatigue mais surtout que beaucoup essayent de la cacher. Peut-être ont-ils peur qu’on leur ordonne de retourner chez eux ou juste d’aller prendre une petite pause pendant que leurs semblables feront leur travail. Cependant si un jour ce genre de chose arrive à des internes il ne faut surtout pas se penser faible mais juste se dire qu’ils ont fait le boulot nécessaire, qu’ils ont déjà fait beaucoup mais qu’une pause peut s’imposer avant une reprise du travail quelques temps après.

Pour le coup c’est vraiment une chose dont Nicholas n’aurait pas refusé, un peu de repos aurait été un cadeau tombé du ciel surtout en ce moment mais bon en tant que médecin il est impossible pour lui de se voir envisager ce genre de possibilité ou d’opportunité du moins certainement pas ce soir mais les internes ne doivent pas non plus se dire obligé d’en faire autant que les médecins. Visiblement cela fait également pas mal de temps que Lily a commencé son travail à l’hôpital et qu’elle s’occupe des victimes. Elle a l’air vraiment épuisée et alors que tout à l’heure Nicholas songeait à envoyer certains internes se reposer en les envoyant un par un ou deux par deux histoires de pouvoir en récupérer quand d’autres partiraient se reposer, le fait de parvenir à lire la fatigue rien qu’en regardant Lily ne faisait que renforcer son idée.

« Tu vas devoir revoir tes impressions…vous êtes plusieurs à être marqués par la fatigue…je vais voir ce que je peux faire mais je vais surement envoyer quelques uns d’entre vous prendre un peu de repos. Nous allons tourner histoire que vous puissiez reprendre des forces et un peu d’heures de sommeil à tour de rôle. »

Elle n’avait pas tort. Les premiers jours de Nicholas en tant que chef n’étaient pas de tout repos mais en même temps que ces jours mouvementés arrivent maintenant ou plus tard cela ne change rien. Bien évidemment il y a quand même une grosse différence à se dire que nos premiers jours en tant que supérieur ont été très mouvementées alors qu’ils auraient put être basiques et tranquilles.

« Oui…ça commence fort mais bon je pense que je me remettrais assez rapidement de ces débuts mouvementés en tant que chef des urgences. Je m’en remettrais ce qui n’est peut être pas le cas des victimes qui voient leur vie bouleversée ce soir. »

La chaleur de sa tasse semblait lui faire du bien et tandis qu’elle semblait concentrée sur cette dernière et avoir son regard perdu dans le vide, notre cher Nicholas la regardait lui aussi, il l’observait et à vrai dire il ne serait pas étonné que son regard à lui se perde aussi à un moment donné dans le vide et que ses pensées et la fatigue prennent le dessus. Alors que le silence avait prit le dessus entre eux deux, la jeune femme reprit la parole pour dire à son supérieur que c’était surtout sa femme qui n’allait pas pouvoir la voir souvent avec ce nouveau travail. Il fut amusé par ce changement de discussion ou disons par le fait que si soudainement on en vienne à parler de sa femme enfin de son ex-femme.

« Non…je pense que c’est surtout mon petit Wolfy qui a du mal à s’habituer à rester seul à la maison…du moins j’avoue que rentrer à la maison après des heures d’absences et le voir se précipiter vers moi est plutôt jouissif comme moment. Et oui…mon ex-femme n’en aura que faire de ma nouvelle situation de chef des urgences. Tout ce qui va surement l’importait c’est de savoir mes disponibilités pour pouvoir boucler définitivement ce divorce mais bon on est en bon chemin. »
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
----------------------------------------


MessageSujet: Re: it can't get worse than today (w/Nicholas)   

Revenir en haut Aller en bas
 
it can't get worse than today (w/Nicholas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNTIL WE BLEED  :: 1ère version :: archives rps-
www. bazzart
www. topsite obsession
www. topsite prg
www. topsite bazzart
CONTEXTE
REGLEMENT
BOTTIN DES AVATARS
SCENARIOS
PRESENTATION
INVITES
les membres du mois