#PRAYFORPARIS

Partagez | 
 

 fly like a bird through the night ≈ Serena

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 463
ADRESSE ↦ : une jolie maison #58 - capitol hill w/asher rhodes


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: verite - weekend + One republic + 30STM + Munford & sons + Betty Who

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: fly like a bird through the night ≈ Serena   Sam 20 Juin - 20:34


Serena Beatris Renfield
--------------------

Let me tell you, it scared the hell out of me.
Because the minute you see all the things you have, you see all the things you stand to lose
▪️ crédits : dailyserindaswan.tumblr // quote - greys anatomy


Now is always temporary

NOM(S) ↦ La jolie blonde porte le nom Renfield, ce nom là n'est pas inconnu il a plusieurs fois fait la une des magasines et journaux du pays, pas toujours pour les bonnes raisons mais il parait que l'important est d'en parler que ce soit en bien ou en mal. Si ce nom là est associé à la réussite professionnelle du père de famille et de sa femme pour leur chaîne d'hôtel présente dans plusieurs villes américaines et aussi dans le monde, il est aussi connu pour un drame qui a eu lieu il y a quelques années. Même si cela fait quinze ans que cette tragédie a touché la famille, Serena n'a pas pour autant oublié même si parfois elle a l'impression que ces parents ne sont plus aussi tristes. Peut être une bonne chose pour eux. En effet, leur fils unique est mort au combat, il a perdu la vie en défendant la patrie américaine, il est mort en héro. Du moins c'est ce que la famille pense et la plupart des gens sur le continent américain qui connaissent l'histoire. La jeune blonde a dû alors porter tout le poids de la pression familiale sur ses épaules, elle a dû tout faire pour rendre fier ses parents, ne pas entacher leur renommée. Et elle a dû mettre au placard ses rêves de petites filles pour obéir à son père, pour faire perdurer la tradition familiale. PRENOM(S) ↦ Son premier prénom est Serena, un clin d’œil aux origines italienne de sa mère et un prénom qui lui va parfaitement. Cela signifie "pur" ou encore "calme", ce qui correspond tout à fait à la jeune blonde. Elle aime son prénom, elle en est fière. Elle n'en changerait pour rien au monde. Une chose qu'elle n'aime pas c'est les surnoms, oui elle n'est pas une grande fan des surnoms que l'on peut lui attribuer. Le seul qu'elle tolère, du moins qu'elle tolérait était Cece, son grand frère est le seul à pouvoir l'appeler ainsi. Cela fait des années que personne ne l'a affublé de ce surnom et elle assène un regard noir aux personnes qui le tentent. Il n'y a que Robb qui pouvait l'appeler ainsi. Son second prénom est Beatris, oui comme dans le roman à la mode Divergent. D'ailleurs elle n'a jamais lu les romans mais elle a adoré les films, il faut avouer que Theo James est plutôt convaincant. Elle ne connaît pas l'histoire derrière ce prénom, sa mère ne lui en a jamais vraiment parlé, elle n'a jamais réellement demander d'explications. Après tout il est juste inscrit sur ses papiers d'identités, peu de personne le connaisse. DATE DE NAISSANCE ↦ Elle a vue le jour à le 08 Mars 1985. Elle a cinq ans de différence avec son frère, et elle était aussi attendu que lui, mais elle n'a pas été un bébé très facile. Apparemment elle n'arrêtait pas de pleurer, d'être grincheuse et un peu capricieuse il faut bien l'avouer. Elle est née le jour de la journée des femmes ce qui d'après son père est une explication pour son caractère. Mais Robb a toujours eu une toute autre explication: elle est une fille, et une fille c'est toujours capricieuse. Serena est une retardataire, elle née 2 jours après la date de terme, elle n'était sans doute pas réellement pressée de sortir. Mais elle a été accueillie comme une princesse par ses parents et son grand frère. LIEU DE NAISSANCE ↦ Serena est née à Washington DC, elle a grandit ici, elle connait la ville comme sa poche. Elle aime d'ailleurs se promener seule dans les rue de Washington, elle s'émerveille toujours de cette magnifique architecture qui l'entoure. Elle aime sa ville, et elle ne trouve aucun point négatif sur cette dernière,sauf peut être le fait que Robb ne soit plus avec elle. Ses marches solitaires l'amènent très souvent au cimetière militaire de la ville pour passer du temps avec son frère. D'ailleurs son père a toujours trouvé que ce n'était pas une attitude saine à avoir pour la jeune femme, mais il n'a jamais pu l'empêcher de s'y rendre. Et l'abandonner pendant six ans a été dur pour elle.STATUT CIVIL ↦ Serena est fiancée depuis presque un an maintenant, mais cette situation ne la rend pas heureuse loin de là. Elle n'est pas fiancé à son grand amour, non elle est fiancé à Asher Rhodes un homme choisit par son père car c'est une bonne chose pour le business. Oui elle est en couple seulement pour l'intérêt des affaires de son père. Cela peut paraître très moyen âge, et c'est sans doute le cas. Serena a sans doute été amoureuse de Asher à une époque, du moins c'est qu'elle pensait. Ces deux là ont eu une relation amoureuse au lycée, ils étaient le couple parfait aux yeux de tous, et elle pensait réellement passer le reste de sa vie avec lui, elle pensait en être amoureuse. Mais si ça avait été le cas, elle n'aurait pas tout plaquer après la remise des diplôme pour partir à des centaines de kilomètres de lui et de sa famille pour enfin voler de ses propres ailes. Et puis lorsqu'elle a croisé son regard, elle a de suite su qu'elle n'avait jamais été amoureuse dans sa vie, elle n'avait jamais connu ce sentiment qui vous donne des papillons dans le ventre, qui vous fait sourire comme une enfant, et qui vous fait rougir à chaque fois qu'il pose les yeux sur vous. Elle est tombée amoureuse de Casey Whelan, avec lui elle a connu le grand amour. Le seul et l'unique et pourtant elle a tout gâché pour revenir à Washington. Elle s'en mord les doigts, elle a été odieuse et injuste avec lui mais elle devait se donner une excuse pour partir sinon jamais elle n'aurait eu le courage de le quitter. Aujourd'hui, elle est malheureuse, elle n'aime pas Asher, n'a jamais oublié Casey mais pour sa famille, elle met tout ça de côté et essaie de se plonger corps et âme dans le travail. Mais apparemment l'univers à un sens de l'humour douteux puisque Casey est de retour en ville, et qu'il lui rappelle à chaque minutes qu'elle a fait une terrible erreur. ETUDES/METIER ↦ Serena a toujours rêvé de voyager dans le monde, elle aime la photographie et elle aime écrire. Alors lorsqu'elle était enfant, elle se voyait déjà reporter aux quatre coins du monde, elle se voyait au pied des chutes d'Iguaçu, puis le jour d'après au milieu du désert du Maroc. Elle se voyait parcourir le monde avec son appareil photo et un carnet pour écrire ces récits de voyages. Son père lui a toujours dit que ce n'était qu'un simple hobby. Et au fond, Serena savait qu'il avait raison, elle était consciente que chez les Renfield on ne choisit pas le travail que l'on fera plus tard, la tradition familiale veut que les enfants travaillent dans l'entreprise familiale. Dans l'hôtellerie. Et pendant un temps, Serena c'était faite à cette idée, elle s'était préparée mais après la remise des diplôme du lycée, elle a soudainement décidé qu'elle vivrait sa vie pour elle et non pour sa famille. Elle a décidé qu'elle ne voulait pas que son père lui dicte sa vie, alors elle est partie sans rien dire poursuivre son rêve. Elle est allée quelques temps à New York, puis elle est partie à Charlotte, puis à la Nouvelle Orléans et puis elle a posé ses bagages à Miami. Au début dans le simple but de travailler et de se refaire un peu d'économie pour pouvoir repartir de plus belle, mais elle l'a rencontré et finalement elle en ait jamais repartie. Mais il y a deux ans, son père lui a demandé de rentrer à Washington, il lui a fait comprendre que sa petite escapade avait assez durée, qu'elle ne menait à rien et qu'il fallait qu'elle prenne enfin ses responsabilités. C'est à dire rentrer à la maison et travailler à l'hôtel. Elle a donc fait ses valises, et aujourd'hui depuis deux ans elle est manager principal de l'hôtel Washington Henley Suites , elle n'aime pas son travail mais s'y plonge corps et âmes pour éviter de penser. De penser à sa vie où elle était heureuse, pour éviter de penser à lui au fond. TRAITS DE CARACTÈRE ↦ Serinda est une jeune fille rêveuse, elle a la tête souvent dans les nuages mais elle garde aussi les pieds sur terre. Elle sait faire la part des choses, elle sait ce qu'elle peut faire ou non. Mais il lui arrive souvent de se réfugier dans son monde lorsqu'elle se sent triste ou seule. C'est une personne très douce, elle a tendance à éviter les conflits, elle les fuit comme la peste. Elle préfère régler ses problèmes en discutant entre adultes, on résout bien plus de choses calmement. Mais attention, elle ne se laisse pas faire pour autant, elle sait ce qu'elle veut et fait tout pour arriver à ses fins, mais elle a aussi compris que parfois les compromis sont la seule route vers le succès. La seule personne contre laquelle elle n'ose jamais s'imposer c'est son père, elle fait tout ce qu'il lui dit même si cela va à l'encontre de ses principes. Elle est assez discrète, elle n'aime pas attirer l'attention sur elle. Réfléchie, son éducation lui a appris à ne pas être impulsive, à bien réfléchir à ses faits et gestes. Elle pèse toujours le pour et le contre dans ses décisions, ce qui fait que peut être parfois elle préfère jouer la carte de la sécurité mais parfois elle aime prendre des risques. Elle a été impulsive une fois dans sa vie, et cette décision à été la meilleure de toute sa vie. Elle a été heureuse à cette période, mais elle était jeune, du moins c'est ce qu'elle se dit pour ne pas sombrer dans ses souvenirs. La jeune blonde a tendance à être un peu impatiente, elle n'aime pas attendre, elle déteste ça même. Si vous avez un rendez vous elle, ne soyez jamais en retard ou sinon elle vous le fera regretter. Elle n'est pas violente, mais elle sait se faire comprendre dans ses paroles. Oui elle est douce et gentille, mais il ne faut pas non plus pousser.  Jalouse, même si elle sait que c'est un vilain défaut, elle n'aime pas qu'on s'approche trop de ce qui est à elle, elle a ce côté possessif qu'elle tente de contrôler.  Il lui arrive d'être très sarcastique, parfois un peu trop directe quand la situation l'irrite. Maniaque, chaque chose à sa place. Dans son métier c'est une qualité dans sa vie privée c'est autre chose. Elle est maniaque mais peut être un peu trop, chez elle les livres dans sa bibliothèques sont rangés par ordre alphabétique et elle déteste quand on les mélange, ses CD le sont aussi... parfois c'est limite maladif. Ambitieuse, elle sait où elle va, elle sait ce qu'elle veut et ne laisse jamais tomber avant d'être arrivée à ses fins. Elle a hérité aussi du pire défaut de son père, celui d'être rancunière. Elle peut reprocher les choses pendant très longtemps, elle ne pardonne pas facilement. Il faut travailler dur pour regagner sa confiance, elle ne supporte pas la trahison. Pour elle, c'est la pire des choses. Les mensonges aussi elle a dû mal et pourtant cela ne lui pose pas de problème d'en raconter de temps en temps.  20 CHOSES A SAVOIR SUR VOUS ↦  01 ≈ Serena fait partie de ses gens qui ont la chance d'avoir le rire facile. Il est rare de ne pas voir un sourire accroché à ses lèvres et surtout, elle a un talent naturel pour rendre le sourire aux autres. Elle n'est pas tout le temps heureuse ou de bonne humeur, mais elle estime que les personnes autour d'elle n'ont pas à subir ses sautes d'humeur.  02 ≈ Serena a grandit dans une famille riche, pratiquante et très à cheval sur les règles. Bien que son grand frère se faisait un plaisir de les enfreindre, elle, elle mettait un point d'honneur à les respecter à la règle. Elle a toujours été la petite fille parfaite, la petite fille modèle. 03 ≈ Elle déteste les films d'horreurs mais, elle ne peut pas s'empêcher d'en regarder, quitte à passer une nuit blanche après, tant elle est terrorisée.  04 ≈ Lorsque son frère est mort au combat, elle a été très triste. Pendant des semaines, elle n'a parlé à personne et elle dormait uniquement dans le lit de son frère. Elle n'avait peut être que quinze ans mais la perte de son frère a été la pire des choses pour elle. Elle ne s'en ait toujours pas réellement remis encore aujourd'hui. Trois fois par semaine, elle va fleurir la tombe de Robb et y reste un moment parfois sans rien dire, et parfois elle a ce besoin de lui parler.  05 ≈ Depuis 2 ans maintenant elle travaille en tant que manager dans l'hôtel de ses parents en ville, elle déteste son job mais tente de le faire tout de même à la perfection.  06 ≈ Elle est une grande fan de Marvel, les comics c'est son dada. Elle a regardé une dizaine de fois les films Xmen, elle adore. Et elle aime aussi James McAvoy, oui elle le trouve super sexy et aimerait se marier avec lui.  07 ≈ Elle ne fait presque que du shopping en ligne, son ordinateur sur les genoux, sous sa couette avec un café. Elle va rarement dans les boutiques car elle n'a pas le temps avec son travail. Et à 2heures du matin, elle n'en trouve pas d'ouvertes. 08 ≈ A l'âge de 19 ans, elle a fuit de chez elle, elle a fuit la pression familiale pour réaliser son rêve: devenir photographe et découvrir le monde. Elle faisait ce qu'elle aimait, c'est tout ce qui lui importait, elle ne roulait pas sur l'or et elle avait parfois des difficultés à boucler les fins de mois. Dur d'imaginer pour une fille venant d'une famille comme la sienne, mais son père lui a couper l'accès à ses comptes en banques lorsqu'elle est partie. Il pensait sans doute lui donner une leçon, mais elle n'a jamais été aussi heureuse.  09 ≈ Il lui arrive de temps en temps de fumer, surtout lorsqu'elle est stressée.  10 ≈ Elle n'a été qu'une seule fois amoureuse dans sa vie, et elle le sera probablement toujours de lui. Mais elle a tout plaqué simplement sur demande de son père. Elle est encore amoureuse de Casey, elle sait qu'elle a fait une erreur en le quittant mais elle doit prendre ses responsabilités. 11 ≈ Elle a peur du noir. Cela peut paraitre enfantin mais c'est comme ça. Il faut qu'elle laisse toujours une lumière allumée dans son appartement, sinon elle panique vite. Et ce même pour dormir. C'est pourquoi dans son appartement il n'y a que des petites lampes de chevets ou autre lumière tamisée. Ce qui faisait toujours sourire Casey qui adorait la taquinait sur cette peur enfantine. 12 ≈ Elle aime marcher pieds nus dans le sable. 13 ≈ Si à première vue, elle a tout d'une jeune femme forte et pleine de vie, n'hésitant pas à dire tout haut ce qu'elle pense, elle est pourtant dévorée par des dizaines de doutes qui font qu'elle n'a aucune confiance en elle. 14 ≈ Elle n'aime pas le jus de pamplemousse, ni le jus de tomate. Pourtant elle adore les bloody Mary. 15 ≈ Elle a peur de l'eau, elle a manqué de se noyer l'année de ses dix ans et elle trouve des excuses à chaque fois pour son entourage quand on lui propose de se baigner. Elle n’est pas peureuse, mais sa peur de l’eau la paralyse totalement. 16 ≈ Elle croit au karma, elle se dit que si quelque chose doit lui arriver c’est qu’elle l’a mérité au fond. 17 ≈ Elle est accro à la caféine et à la théine. Elle en a besoin pour fonctionner comme un être humain normal. Sa boisson favorite est le spice latte pumpkin du starbucks, mais ce n’est que quelques mois par an qu’elle peut y goûter.  18 ≈ Elle ne peut pas manger quelque chose après que la date de péremption soit passée. C'est psychologique même passée d'un jour ce n'est pas possible. 19 ≈ C'est très important pour elle de manger équilibrer, de faire du sport et en définitive de garder la ligne mais il faut bien avouer qu'elle ne refusera jamais un muffin framboise de chez starbucks. 20 ≈ Elle est capable de regarder le même film 100 fois de suite sans jamais s'en lassée. Surtout si il y a Jason Statam dans le film. 21 ≈ Serena est sans doute la personne la plus impatiente du monde, attendre ne serait-ce que cinq petites minutes est déjà trop pour elle. Ce qui est assez ironique étant donner qu'elle est de surcroît la personne la moins ponctuelle qu'il puisse exister. En dépit de tout les efforts qu'elle pourra faire pour arriver à l'heure elle trouvera toujours le moyen d'arriver à ses rendez-vous au moins avec un retard de dix minutes. Sauf pour ses rendez professionnels, là elle arrive toujours à l'avance. 22 ≈ Elle possède deux tatouages, un qui est visible pour tout le monde, c'est le symbole de l'infini sur son poignet droit avec le prénom de son frère juste au dessus et le sien en dessous, elle l'a fait le jour de ses 16 ans, le second est dans un endroit plus caché au bas de son dos, celui ci représente trois petits oiseaux noirs, symbole de la liberté pour elle. 23 ≈ Nulle en travaux manuels, elle n'est pas capable de se servir d'un tournevis ou d'un marteau sans se faire mal. La fois où elle a voulu monter un meuble, le truc s’est écroulé et à casser toute sa vaisselle. 24 ≈ C'est une véritable enfant ce qu'elle aime par dessus tout ce sont les fête foraine et les barbes à papa. Elle adore aller au train fantôme, elle est toujours morte de rire quand elle ressort. 25 ≈ Elle a la phobie des guêpes et des abeilles. S'il y en a une qui s'approche de trop près, elle pique une crise et se met à bouger dans tous les sens. Ça peut paraître idiot, mais depuis qu'elle s'est fait attaquée par un nid quand elle était petite, il n'y a plus rien à faire. Certains ont peur des serpents, des araignées, elle c'est les abeilles.
GROUPE ↦ votre réponse ici.


VOTRE AVIS SUR LA VILLE DE WASHINGTON ↦ Washington c'est l'aire de jeu de la demoiselle. Elle a grandit dans cette ville, elle a appris à marcher ici, elle a fait ses premiers pas dans le jardin de la maison blanche, elle a eu son premier baiser devant la statue qui rend hommage au Titanic... Serena aime sa ville, elle a ses petites habitudes, sa famille est ici. Pourtant, elle l'a quitté il y a quelques années sans se retourner. Washington DC c'est sa maison et quoi qu'elle en dise ou qu'elle en pense parfois, elle aime sa ville. Elle aime vivre ici. VOTRE MEILLEUR ET VOTRE PIRE SOUVENIR ↦ Son meilleur souvenir? Elle en a deux en réalité, le premier se serait lorsque son frère lui a gagné la peluche qu'elle convoitait tant  lors de cette fête foraine en ville. Il l'avait amené sans le dire à ses parents à la fête pour son anniversaire. Elle était tellement triste que Robb ne soit pas là pour partager avec elle le gâteau qu'elle avait choisit, qu'elle avait pleurer toute la journée. Alors qu'elle jouait à la cabane en bois dans le jardin, Robb l'avait en quelque sorte kidnapper pour passer du temps avec sa petite sœur. Bien sûr quand ils sont rentrés, ils ont eu droit à une superbe leçon de morale, et à une punition digne de son nom mais le jeu en valait la chandelle. Son second souvenir, c'est la fois où elle est partie en road trip improvisé avec sa meilleure amie Enéa, elles s'étaient levées très tôt ce matin là, aucune destination particulière simplement une lubie comme elles en avaient parfois. Elles ne sont cependant pas allées bien loin car elles sont tombées en panne d’essence à deux cents kilomètre de Washington. Son pire souvenir ? le jour où elle a vu ces militaires venir frapper à la porte de la maison familiale pour leur apprendre la mauvaise nouvelle. Le jour des funérailles de Robb, le colonel en charge de l'équipe du jeune homme a remis un drapeau américain à ses parents et il a remis les plaques d'identification du jeune homme à Serena. Si au début cela lui a parut vraiment étrange, aujourd'hui elle ne les quitte plus. Elles sont dans son porte monnaie, toujours avec elle. JUSQU’OÙ SERIEZ VOUS PRÊT A ALLER POUR SAUVER UNE VIE ↦ Serena ne s'est jamais vraiment posé la question en réalité. Elle aime penser qu'elle serait assez courage pour réellement sauver la vie de quelqu'un, mais en situation réelle elle n'est pas sûre qu'elle en serait capable. En théorie, elle se comporterait comme wonderwoman, en pratique elle est persuadée qu'elle serait figée sur place par la panique. Elle espère ne jamais se retrouver dans une telle situation pour être honnête. AVEZ VOUS DÉJÀ ÉTÉ IMPLIQUE DANS UNE HISTOIRE AVEC LA POLICE ↦ Peu de temps après son retour en ville, alors qu'elle était dans sa banque pour un rendez vous pour l'hôtel, il y a eu un braquage. Elle s'est retrouvée prise au piège dans cette banque avec des armes braquées sur elle. Elle a eu la peut de sa vie, mais elle a rencontré l'agent Wesley Oakley qui aujourd'hui est un ami sur qui elle peut compter. Il l'a beaucoup aidé après cette mésaventure - et récemment, elle a eu à faire à une équipe du FBI pour une enquête sur un homme pas très recommandable soupçonné de proxénétisme. Elle a bien sûr collaborer avec le FBI et plus particulièrement avec l'agent June Oakley. N'ayant rien à se reprocher, Serena a de suite accepté que les agents prennent possession de l'hôtel le temps de terminer leur enquête. LA PIRE CHOSE QUE POURRAIT FAIRE OU ÊTRE VOTRE VOISIN ↦ Sa voisine est une vieille dame un peu trop curieuse d'ailleurs. C'est ce genre de personne que Serena n'aime pas, toujours à vouloir se mêler de la vie des autres, toujours en train de répandre des rumeurs... Mais le point positif, c'est que si jamais elle est cambriolé elle le saura de suite. Mais le pire serait sans doute d'avoir un serial killer sur le même pallier, sans doute la réponse que tout le monde donnerait. Elle aime les voisins discrets, un bonjour dans le hall ou dans le couloir et chacun retourne à sa vie. COMMENT AVEZ VOUS VÉCUE LA TRAGÉDIE QUI A TOUCHE WASHINGTON IL Y A 5 MOIS?  ↦ Serena était présente à Washington, elle se rappelle de ce qu'elle faisait comme si c'était hier. Elle était chez elle, avec Asher comme tous les matins, elle était sur sa tablette avec sa tasse de café à la main. Elle ne s'attendait pas à une telle chose, elle a été choquée. Elle a de suite pensé à Casey qui étant pompier en ville devait sans doute se rendre sur les lieux. Elle a eu envie de l'appeler, de courir sur place pour s'assurer qu'elle allait bien mais elle n'a rien fait. Elle est restée scotchée devant sa télé, à scruter toutes les personnes pour voir si elle le voyait. Dès le lendemain, elle s'est rendue sur place et à proposer son aide. Dans le fond elle espérait le revoir, le voir sain et sauf l'ont rassurée.

♦️♦️♦️


Partners in crimes

PRENOM/PSEUDO ↦ lady berry/caroline. COMMENT TU ES ARRIVE(E) ICI? ↦ une licorne m'a envoyé un message et me voila. CONNEXION ↦ tous les jours en principe. TON DERNIER MOT ↦  gruik  gruik  :youpi:  :youpi:  :youpi:    


Dernière édition par Serena Renfield le Sam 6 Fév - 17:21, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 463
ADRESSE ↦ : une jolie maison #58 - capitol hill w/asher rhodes


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: verite - weekend + One republic + 30STM + Munford & sons + Betty Who

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: fly like a bird through the night ≈ Serena   Sam 20 Juin - 20:34



Fake it till you make it.
Trust me, I've been there


Vendredi, la dernière journée de la semaine. La journée tant attendue par tous les élèves de ce collège, et Serena ne fait pas exception.  Elle regarde le tableau noir avec tous ces chiffres, elle ne comprend rien, elle ne trouve aucune explication à tout ce bazar. Elle soupire et pose alors sa tête sur sa main, elle commence a dessiner sur sa feuille, elle n'a aucun talent pour le dessin mais elle griffonne. Elle passe le temps en réalité. Elle regarde la pendule derrière le professeur mais celle-ci n'a avancé que de cinq minutes depuis la dernière fois qu'elle avait jeté un œil. Elle est désespérée et elle a l'impression que cette seconde heure d'algèbre ne finira jamais. Elle a l'impression que le weekend est encore loin, très loin. Pourtant elle ne rêve que d'une chose rejoindre Enéa au stade du lycée et parler de tout et de rien. Prévoir leur weekend, et surtout elle était impatiente de voir Robb qui lui avait promis de venir la chercher à la maison pour l'amener manger quelque part. La sonnerie de la fin des cours retentit enfin, ni une ni deux Serena range ses cahiers dans son sac, elle n'a qu'une hâte sortir de cette salle de classe. Pendant deux heures, elle a été torturée par son professeur de mathématiques. Elle ne l'aime pas, il ne l'aime pas. Si Serena est une excellente élève, sérieuse, assidue en mathématiques c'est autre chose. Elle n'a jamais compris toutes ses équations, elle a du mal à comprendre la logique des nombres mais maintenant ils rajoutent des lettres. A ne plus rien y comprendre. Et puis elle est certaine qu'avec le métier qu'elle fera plus tard tout cela ne lui servira à rien. Elle ne compte pas devenir mathématicienne. Elle met son livre d'algèbre dans son sac et regarde Enéa qui l'attend sur le pas de la porte. Elle lui sourit et se lève à toute vitesse avant que monsieur Tyrell lui fasse encore des remarques. Elle le soupçonne d'ailleurs de l'avoir dans sa ligne de mire à cause de son grand frère, Robb Renfield. Qui n'était certes pas un élève modèle. Elle sourit à la brune qui l'attend avec impatience et se met à rire dès qu'elle arrive près d'elle. Enéa lui attrape le bras et les deux amies déambulent dans les couloirs du collège « Il faut que tu viennes chez moi ce weekend, Asher sera la.» sa demande, ou plutôt son ordre est accompagné d'un sourire entendu ce qui fait rire la jeune Serena. Asher Rhodes ou le garçon le plus populaire de l'école, il était le cousin d'Enéa et par conséquent Serena le connaissait elle aussi depuis longtemps. Il était brun, un regard à se damner et il était populaire et l'année prochaine il allait rentrer au lycée, tout pour plaire. Il faut dire que Serena ne faisait pas vraiment attention aux garçons, bien sûr elle avait remarqué qu'il était très beau mais elle n'avait jamais pensé qu'il pourrait y avoir quoi que ce soit entre elle et lui. Elle était encore en âge de vouloir vivre ses histoires d'amour dans ses films ou encore les romans qu'elle dévorait rapidement. Et puis, Robb lui avait dit qu'il ne voulait pas la voir au bras d'un garçon avant ses dix huit ans. Elle ne comptait pas attendre jusque là, elle savait que c'était simplement Robb qui jouait son rôle de grand frère à la perfection mais elle devait aussi avouer qu'elle avait peur de présenter un garçon à son frère ou bien à ses parents. Elle savait que Robb n'aimerait personne qu'elle pourrait présenter, il trouverait toujours quelque chose qui cloche et ses parents feraient la même chose. « Je t'ai dit que je viendrais Néa, mais pourquoi tu me parles de Asher?  » elle regarde son amie curieuse de cette révélation. Jamais Serena n'avait fait une allusion à Asher ou à d'autres garçons du collège, sauf peut être son coup de foudre sur le nouveau professeur d'anglais, mais c'était simplement un rêve car bien sûr jamais elle ne draguerait un adulte travaillant dans son collège.  Et elle était persuadé que cela était aussi illégal. Si à son âge beaucoup de jeune fille craquaient sur un garçon différent tout les jours, Serena n'était pas comme ça, pour le moment elle ne semblait pas intéressée. Elle préférait se concentrer sur ses études, sur ses livres et surtout trouver la meilleure excuse pour pouvoir s'éclipser de chez elle et passer de super moment avec Enéa. Ces deux petites brunettes étaient amies depuis le bac à sable, elles ont grandit dans le même milieu social, elles étaient voisines pendant très longtemps ce qui a sûrement joué dans la naissance de leur amitié. Enéa Stark est et restera pour toujours sa meilleure amie. Elle ne pouvait pas vivre sans elle, c'était elles contre le monde entier « Il t'aime bien je crois. » Enéa pousse la porte bleue pour enfin sortir du collège. Elle regarde son amie en souriant, Serena semble réfléchir à ce que vient de lui dire sa meilleure amie, un petit sourire apparait sur son visage. C'était un beau compliment pour elle, que le très beau Asher s'intéresse à elle  « Tu crois? »  cela lui semble tellement impensable qu'il puisse la remarquer. Elle n'a rien à voir avec ses filles populaires du collège, elle ne se fait pas remarquer pour un rien, elle ne s'habille pas comme elles et n'évolue clairement pas dans le même milieu qu'elles. Ses filles là sont tellement belles, tellement admirées que c'est une surprise pour Serena. « La dernière fois qu'il est venu à la maison avec ses parents, il m'a demande pourquoi je t'avais pas invité. » elle la regarde et lui adresse un clin d’œil. Ce qui fait rire Serena, les deux jeunes filles retrouvent leur groupe de copines juste à l'entrée de l'établissement scolaire, elles se mêlent au groupe et comment à parler de leur weekend. Il fait beau alors Kali propose de suite une après midi piscine chez elle. Et elle invitera les garçons. Asher sera sans doute de la partie avec sa bande de copains. Ce programme est tentant pour tout le petit groupe, et elles conviennent donc d'une heure de rendez vous, le soir Enéa et Serena iront dînaient dans la famille Stark pour terminer leur journée en beauté. Enéa donne un coup d'épaule à son amie en faisant un petit signe de tête « Serena ton frère est là. » elle tourne la tête rapidement pour vérifier par elle même, elle n'écoute déjà plus ce que lui raconte Kali. A vrai dire ce qu'elle raconte ne l'intéresse pas du tout. Un immense sourire se dessine sur ses lèvres, elle s'excuse rapidement auprès d'Enéa et descend les escaliers en bétons quatre à quatre pour arriver plus vite dans les bras de son grand frère. Elle ne l'a pas vu depuis une semaine, et c'est bien trop long pour elle. Elle en voulait encore énormément à ses parents pour avoir forcé le jeune homme à partir de la demeure familiale, ils l'avaient pratiquement mis à la porte presque renié car il ne rentrait pas dans le moule que monsieur et madame Renfield imaginaient. La jeune adolescente n'avait jamais compris cet état esprit. Il était leur fils après tout. Après avoir sauté dans les bras de Robb, Serena se retrouve ses pieds toute souriante de le voir ici « Je t'emmène quelque part suit moi. » elle hausse un sourcil et le regarde surprise. Si elle s'en va maintenant, elle va rater un cour, le dernier de la journée et ses parents risquent de piquer une crise et de la punir de sortir pour le weekend. Et même si elle prétend le contraire, elle a très envie de voir Asher. Elle se rapproche de Robb et murmure presque « Mais j'ai cours Robb, je peux pas sortir de l'école.» comme si elle avait peur que quelqu'un l'entende et la dénonce à la principale. Comme si elle commettait un crime en ce moment. Robb croise les bras sur sa poitrine et regarde sa petite sœur amusé par son comportement. Elle était définitivement bien différente de lui, plus sérieuse, plus mature et même si elle n'avait que treize ans. Il pose ses mains sur les épaules de Serena et la regarde droit dans les yeux, comme il avait l'habitude de le faire quand il s'apprêtait à lui demander de mentir à ses parents sur ses faits et gestes. La jeune brune le regarde aussi, elle le fixe et attend patiemment ce qu'il s'apprête à lui demander « C'est quoi ton prochain cours? »  elle réfléchit une seconde « Sport.» son frère se met à rire suite à sa réponse, le ton employé par Serena le fait rire aussi, elle lui a répondu cela sur un ton peu certain. Comme si elle attendait son aval pour sécher le cours. Il la connaissait très bien, elle n'aimait pas les cours de sport, elle n'aimait pas son professeur. Elle s'était d'ailleurs une fois confié à Robb sur le comportement plus que bizarre de monsieur Raeken, il avait parfois un regard limite pervers comme le disait bien souvent Enéa. Il n'était coupable de rien, sauf d'être bizarre mais là encore c'était bien subjectif. Mais Robb avait bien dit à sa petite sœur que si jamais il avait un quelconque geste déplacé ou une parole il fallait qu'elle en parle à la direction ou à ses parents « Raison de plus pour venir avec moi. Papa et maman ne sauront rien ne t'inquiète pas. Demande à Enéa de te couvrir.»  elle regarde Robb puis elle regarde Enéa qui l'attend à présent seule en haut des marches, Serena hésite. Elle ne sait pas quoi faire, il est vrai que la proposition de Robb est cent fois plus tentante que l'idée d'aller courir au stade, mais si elle part maintenant, elle ferait donc l'école buissonnière et jamais elle n'avait manqué un seul cours depuis le début de l'année. Cela ne ressemblait en rien à Serena Renfield. Son regard fait l'aller retour entre son grand frère et sa meilleure amie. Robb voit qu'elle hésite et tente le tout pour le tout pour convaincre « Il faut qu'on parle petite soeur. » son ton et son regard son si sérieux, jamais elle n'a vu cette expression sur le visage de Robb. Elle comprend alors rapidement qu'elle n'ira pas au cours de sport, elle donne son sac à Robb et cours vers sa meilleure amie pour lui demander de la couvrir, d'inventer une excuse pour justifier de son absence. Enéa accepte sans hésitation. Serena espère vraiment que ses parents ne seront rien de tout ça. Elle n'est pas censé partir avec Robb comme ça, son père lui avait presque interdit de le revoir mais bien sûr c'était peine perdue. Jamais elle ne ferait à son grand frère. Elle saute dans la voiture de Robb côté passager et reste silencieuse pendant tout le trajet mais toutes sortes de questions lui traversent l'esprit. Elle a si peur qu'il lui annonce qu'il quitte la ville, qu'il déménage pour refaire sa vie ailleurs. Elle sait que les relations familiales sont compliquées, mais elle ne veut en aucun cas qu'il parte. C'est d'ailleurs égoïste de sa part mais elle ne veut pas se retrouver seule. Elle veut garder Robb pour elle toute seule. Le jeune brun gare la voiture près au bord de la rivière Potomac. Serena n'est pas idiote, elle n'est pas naïve s'il l'amène ici c'est que la discussion va être sérieuse, et elle sait qu'elle ne va s'en doute pas aimer le dénouement de cette dernière. Ils ont l'habitude de venir se promener tous les deux au bord de la rivière, et si elle n'a que des bons souvenirs ici, elle a bien peur que celui-ci fasse partir des mauvais souvenirs. Ils font quelques pas et c'est l'adolescente qui décide de briser ce silence pesant qui les entourent depuis qu'ils sont partis du collège. « Je t'écoute » il tourne les yeux vers elle, mais il ne la regarde pas longtemps son regard est fuyant. Si bien que Serena l'arrête de la main, et fait un pour se retrouver devant lui. Elle croise les bras sur sa poitrine et affiche son regard le plus sérieux du monde. Elle n'aime pas quand on tourne autour du pot, elle a l'impression d'être une enfant quand cela arrive et elle n'est plus une enfant aujourd'hui « Je veux que tu l'apprennes de moi. Je ne veux pas que ça soit les parents qui te le disent. » il met les mains sans les poches de son jean et baisse les yeux. Elle se demande ce qu'il a pu faire encore comme bêtises, elle sait qu'il a eu des ennuis avec la police, elle sait que son père a parlé à un avocat à propos de son fils délinquant mais elle ne peut pas croire que son père ait pu le dénoncer à la police. Non Robb ne peut pas aller en prison. Impossible. Elle se rapproche de Robb et essaie de rencontrer son regard « Tu me fais peur Robb qu'est ce qui se passe? » il lui fait signe de s'assoir sur le banc qui se trouve juste à leur gauche. Serena n'aime pas quand elle doit s'assoir comme ça, elle sait que la conversation qui va suivre va être désagréable. Sa mère avait eu le même comportement lorsqu'elle lui a annoncé que sa grand mère était décédé, le même manège s'est reproduit quand son père lui a dit que Robb quittait la maison. Et la même chose est arrivée quand on lui a annoncé que son chien avait été amené chez le vétérinaire. Alors oui ce genre de conversation où il fallait s'assoir n'était jamais de bonne augure. Il prend une grande inspiration « Tu sais que je t'ai promis de toujours être la pour toi n'est ce pas? » elle le regarde presque les larmes aux yeux. Elle joue avec le bracelet qu'il lui a offert à son dernière anniversaire. Elle est nerveuse, anxieuse de ce qui va suivre, elle arrive à peine a articuler sa réponse « Oui. » ce oui est un oui timide, elle a peur. Robb doit s'en apercevoir car il se rapproche d'elle et passe son bras autour de ses épaules « Quoi qu'il arrive je serais toujours là pour toi. » elle a presque envie de partir en courant et ne pas entendre la suite. Elle sait qu'il va lui dire qu'il s'en va. Elle le sent. Il ne tiendra pas sa promesse. Elle essuie une première larme qui s'échappe sur sa joue du revers de sa manche. Elle baisse la tête pour ne pas le montrer à Robb, mais ce dernier pose sa main sur le menton de sa petite sœur pour qu'elle le regarde dans les yeux. Ses yeux sont humides. Elle tente par tous les moyens de refouler ses larmes, elle est une Renfield après tout. Et dans la famille on ne montre jamais ses peurs, sa tristesse, c'est une question d'apparences. C'est ce que son père ne cesse de répéter à longueur de temps: il faut garder ses émotions pour soi. Il ne faut jamais se montrer vulnérable en public. Et si Serena voulait montrer à son père qu'elle pouvait le faire, avec Robb c'était totalement différent. Elle se fichait au fond qu'on la voit pleurer, qu'on la voit en colère. Elle ne comprenait pas vraiment pourquoi elle ne pouvait pas faire part aux autres de ses émotions « J'ai décidé de m'engager dans l'armée. » cette phrase raisonne dans sa tête. Elle reste bouche bée. Ce n'était pas possible, il ne pouvait pas s'engager dans l'armée. Il ne pouvait pas. Robb est allergique à l'autorité. Elle le regarde sans rien dire, lui ne dit rien et attend la réaction de Serena qui ne semble pas venir. Elle ne peut pas le croire. L'armée. Il allait partir sur le terrain, il allait partir se battre dans des pays étrangers. Elle n'était peut être qu'une collégienne, mais elle savait ce que faire l'armée signifiait. Elle avait des amis dont les parents ou les grands frères étaient partis à l'armée, et certains d'entre eux n'étaient jamais revenus. Elle avale difficilement sa salive, et elle entre ouvre la bouche pour parler mais se ravise. Quelques minutes plus tard, elle pose enfin la question « Pourquoi? » elle le regarde droit dans les yeux, elle le voit un peu flou, les larmes commencent à se former dans ses yeux mais elle les retient. Elle veut entendre une raison valable de la part de Robb, s'il veut partir il doit lui donner une bonne raison. Il baisse les yeux, presque honteux de devoir annoncer cette nouvelle à sa petite soeur « Je crois que c'est le mieux pour tout le monde. Mais je reviendrais je te le promet. » mieux pour tout le monde? non ce n'est pas mieux pour elle, en aucun cas c'est la meilleure solution. Elle est désolée que ça ne passe pas bien avec ses parents, elle est désolée que son père soit si dur avec lui mais en quoi partir à l'autre bout du monde se battre est mieux pour tout le monde? Elle a envie de lui dire tout ça, mais elle n'y arrive pas. Elle se lève brusquement et fait un pas de plus vers le bord de la jetée, elle soupire et tourne le dos à Robb. Elle l'entend se lever du banc à son tour et s'approcher d'elle « Ne fais pas de promesse que tu ne pourras pas tenir Robb.» cette maturité chez Serena surprendra toujours Robb. Elle avait dit cela sur un ton assez froid. Il tente de la prendre dans ses bras mais elle refuse, elle le repousse et regagne la voiture du jeune homme en courant. Elle s'assoit côté passager et attend que Robb arrive pour la ramener à la maison. Pendant tout le trajet elle ne lui adresse pas la parole. Elle lui en veut. Elle est rancunière. Mais arrivés devant chez eux, elle tourne la tête vers lui et se jette dans ses bras. Elle ne peut pas lui en vouloir, elle ne veut pas le laisser partir sans lui avoir dit au revoir. (...) « Serena il est temps de partir.» elle ne réagit pas, elle ne bouge pas. Elle est allongée dans le lit de son frère, elle va froisser sa jolie robe noire que sa mère lui a acheter pour l'occasion comme elle lui a dit, mais Serena se fiche de savoir si elle va froisser la robe ou non. Elle se fiche bien de cette robe qu'elle ne remettra plus jamais. Elle se fiche de tout aujourd'hui. Elle sait déjà qu'elle va brûler cette robe de malheur « Asher est en bas. » toujours aucun réaction. Habituellement, lorsque sa mère lui annonce que son petit ami est arrivé, un grand sourire apparait sur son visage, elle arrange ses cheveux et regarde dans son miroir pour que tout soit parfait. Mais aujourd'hui, cela lui ait égal. Serena et Asher formaient le couple le plus envié du lycée depuis un an maintenant. Elle était heureuse, amoureuse. Il était gentil, pratiquement parfait. Mais depuis qu'elle avait appris la mort de Robb il y a une dizaine de jour, elle n'avait plus goût à rien. Elle ne sortait presque plus de chez elle, elle ne voulait pas quitter la chambre de Robb, elle refusait de dormir sans son propre lit. Sa mère ne savait plus quoi faire, même si Asher et Enéa étaient venus la voir, elle ne voulait pas mettre les pieds dehors. Serena fait son apparition dans le hall d'entrée que une demi heure plus tard, Asher est assis sur les marches de l'entrée, il l'attend patiemment. Lorsqu'il l'aperçoit, il se lève rapidement et va de suite la prendre dans ses bras « Cece ca va? » elle le repousse un peu pour voir son visage, aucune émotion ne transparait, elle le regarde et sur un ton presque glacial « Ne m'appelle pas comme ça. Tu n'as pas le droit Asher. » ce surnom il n'y a que Robb qui peut l'employer, personne d'autre et cela depuis à peu près toujours. Il s'excuse timidement et lui prend la main. Il ne lui en veut pas. Il ne peut pas lui en vouloir, elle vient de perdre son frère. Et il la connait, elle n'est pas comme ça d'habitude. Serena se sent complètement vide, elle est là auprès de ces parents du moins physiquement, mais mentalement elle est déjà loin. Ses yeux sont rougis par les larmes qu'elle n'a pas su contenir depuis la triste nouvelle. Sa mère se cache derrière des lunettes noire mais Serena ne l'a pas vu pleurer, pas une seule fois depuis que ces militaires son venus frapper à la porte de la demeure familiale. Elle n'a pas vu son père craquer non plus, mais lui c'est un homme, et les hommes de la famille Renfield ne montrent jamais leurs faiblesses. Elle le sait, et ne comprend pas. Elle ne comprend pas comment dans un moment pareil son père peut rester aussi insensible. Son fils unique, son premier enfant a perdu la vie et cela ne semble pas le rendre triste. Devant elle, dans un trou, à l'intérieur d'un cercueil son grand frère repose. Reposer, elle en déteste le sens, elle déteste ce mot. Cette boîte cirée avec le drapeaux par dessus lui donne la nausée. Elle ne supporte pas cette idée, elle ne supporte pas l'idée que Robb est pu l'abandonner comme ça. Se retrouver seule ici, il lui avait promis de toujours être là pour elle, il lui avait promis, les larmes la submergent de nouveau à cette pensée. Sa vision déjà peu nette ne s'améliore pas sous ce nouveau flot de larmes. Son corps tremble de toute sa petite hauteur et le si peu de force qu'il a pour la maintenir debout s'évapore.  Elle est en colère contre ses parents qui l'ont laissé partir à l'armée, elle est en colère contre Robb qui a décidé de partir au danger. Elle est en colère contre l'armée de lui avoir pris son frère, elle en veut à celui qui l'a tué, même si elle ne sait pas qui c'est, elle ne connait pas les circonstances exactes de sa mort mais elle en veut au responsable. Elle en veut à la terre entière. Robb était la seule personne qui la comprenait, il était son grand frère. Et aujourd'hui c'est comme si elle se retrouver seule, complètement seule. Elle sait que ces parents sont avec elle, mais elle les rend responsable de la mort de Robb, oui c'est eux les fautifs. Serena sent ses jambes flancher petit à petit, elle repose alors  tout son poids sur la jolie brune à sa droite, Enea Stark, sa meilleure amie. Celle-ci glisse sa main dans celle de Serena en la pressant avec tendresse.  Serena avait insisté pour Enéa soit présente aujourd'hui, elle ne voulait pas être seule pour affronter cette journée de malheur, l'homme habillé en noir devant elle lui fait signe de s'avancer. Elle presse d'avantage la main de sa meilleure amie, et presse celle du jeune brun à sa droite, Asher Rhodes. Il était lui aussi présent pour soutenir Serena aujourd'hui. Elle ne veut pas avancer, elle ne veut pas laisser tomber la terre sur le cercueil car tout sera alors réel. Elle espère encore qu'elle va voir Robb arrivé dans son uniforme de l'armée, et qu'elle va pouvoir le serrer dans ses bras encore une fois. Elle ne veut pas rendre réel toute cette scène. Asher lâche doucement la main de la brune pour mettre son bras dans son dos, il s'approche d'elle et lui murmure « Reposes toi sur nous Serena, on est là pour toi. »  elle pose sa tête contre l'épaule de son petit ami en s'accrochant à son manteau, comme une enfant qui ne veut pas laisser partir ses parents le premier jour d'école.  Elle met maladroitement un pied devant l'autre, elle s'avance un peu plus vers la tombe de Robb, une pierre blanche derrière le cercueil, son nom, son prénom Robb, elle a insisté pour simplement Robb apparaisse. Elle sait combien il n'aime pas son prénom, alors elle s'est battue avec ses parents pour cette inscription. Elle aperçoit les dates gravées, et cette phrase juste en dessous. Elle fixe la boîte marron devant, où est posé le drapeau des Etats Unis d'Amériques, une tradition pour un militaire. On lui parle, mais elle n'entend rien, son esprit n'est plus ici, elle est déjà très loin. On lui propose un tas de terre, mais son attention ne se détourne pas de la tombe. Asher lui prend la main délicatement pour qu'elle prenne une poignée de terre.  Elle se laisse faire, elle n'a pas la force de protester. On parle, mais tout ce que la belle peut entendre c'est ce même bourdonnement qu'elle entend depuis que les mots « Il est mort en héro et nous vous remercions pour votre patriotisme... » l'ont frappé de plein fouet. Elle est assez grande pour savoir que ce sont juste de belles paroles que le colonel donne à toutes les familles de militaires, elle a conscience qu'il n'en a rien à faire, c'est juste le discours habituel . Asher l'aide à jeter le tas de terre, il regarde Enéa pour qu'elle dise quelque chose «   Tu veux dire quelque chose ? » les grands yeux chocolat de Enéa rencontrent les siens avec sympathie. Serena la fixe, elle ne sait pas si elle aura la force de dire quoi que ce soit. Elle acquiesce discrètement pour accepter la requête. Le prêtre lui désigne alors le pupitre qui a été mis en place pour l'occasion, elle regarde sa meilleure amie et son petit ami qui l'encourage du regard.  Ses mains s'agrippent au bois du meuble. Elle regarde alors les personnes présentes, elle n'en connait même pas la moitié. Elle essuie ses larmes et prend une grande respiration, un faible sourire s'affiche sur son visage, elle repense à Robb et tous les bons moments qu'ils ont eus. Elle sait elle doit dire quelque chose, tout le monde la regarde. Elle se tourne vers la tombe de Robb « Tu vas me manquer Robb. » elle n'a pas la force de faire un grand discours, elle ne peut pas. Elle rejoint les bras d'Enéa et ceux de Asher aussi. Elle veut simplement partir d'ici au plus vite. Quelques heures plus tard, elle se retrouve seule dans sa chambre, elle est assise sur la chaise en face sa coiffeuse blanche, elle se regarde dans le miroir. Le reflet de cette fille que Serena ne connait pas l'effraie. Cette personne dans le miroir n'a rien d'une enfant, c'est une adulte détruite au visage creusé par la peine et la souffrance. Son regard éteint n'a pas un seul éclat de vie. Elle n'a jamais été aussi triste de toute sa vie, aujourd'hui est le pire jour de son existence car si lorsqu'elle a appris la terrible nouvelle de la disparition sur le terrain de son frère, elle avait encore un espoir de le revoir. Un infime espoir, mais un espoir quand même. Il aurait pu se mettre à l'abri, les militaires auraient pu faire une erreur et se tromper. Mais aujourd'hui, elle sait que ce petit espoir venait de disparaître à jamais. Elle regarde son reflet et du revers de sa main elle essuie le mascara qui a coulé sur ses joues. Elle ne ressemble pas à grand chose. Elle serre les plaques d'identification de l'armée qu'on lui a remise quelques heures plus tôt au cimetière, et son regard se pose sur la dernière photo qu'elle a prise avec Robb.  Le jour de son départ, habillé de son uniforme de l'armée, elle fixe la photo. Un haut de cœur puis un second soulèvent son estomac. Elle serre encore un peu plus fort ses plaques en métal. Les larmes coulent le long de ses joues, elle tente de les retenir mais elle ne peut pas. Elle ne peut rien faire. D'un coup elle se lève et d'un coup de bras rapide elle balaie tout ce qui se trouve sur sa coiffeuse, tout est à terre maintenant, éparpillé sur le sol de sa chambre. Elle hurle aussi fort qu'elle peut, elle doit laisser sortir cette colère en elle si elle veut aller mieux. Elle attrape une boule en verre qui contient quelques flocons de neiges et un petit pingouins qui trône au milieu. Elle la regarde un instant, elle se souvient que depuis que son père lui a offert cette boule à neige, elle s'est toujours sentie triste pour ce petit manchot tout seul dans sa boule. Et aujourd'hui elle est dans le même cas, elle est seule. Dans un geste brusque elle lance de toute ses forces la boule en verre sur le sol, elle se brise, le petit animal se détache de son socle et roule sous son lit. Elle reste un instant devant ce carnage, ses larmes ont cessées c'est déjà ça. Elle tourne sa tête vers la porte d'entrée, de là où elle se tient, elle peut voir la chambre de Robb. D'un pas timide elle sort de sa chambre, elle traverse le couloir et pousse la porte de celle de Robb. Elle est plongée dans le noir, seule la lumière de la lune éclaire un peu l'intérieur. Elle s'arrête sur le pas de porte et regarde partout dans la pièce, elle aperçoit un pull gris du jeune homme, elle s'approche du lit de Robb et enfile le pull à capuche, bien trop grand pour elle mais elle se sent mieux. Le parfum est celui de Robb, elle se blottit alors dans ce pull gris et s'allonge sur le lit de son grand frère. Elle se recroqueville sur elle même. Elle repense à ce qu'on lui a dit au cimetière: avec le temps on oublie tout. Mais elle ne veut pas oublier Robb, non elle ne veut pas. Elle ne sait pas très combien de temps après, mais elle ferme enfin les yeux et rejoint les bras de Morphée. Elle se réveillera plusieurs fois pendant la nuit, en pleur, tremblante. Elle se réveille toujours à cause du même cauchemar, son frère ne reviendra jamais. A cet instant, elle est certaine qu'elle ne pourra jamais se remettre de tout ça. C'est impossible.






I'm trying so hard to keep going but sometimes,
sometimes all I can think about is how much I miss him


Serena descend les escalier de chez elle, elle tente de ne faire aucun bruit. Son père travaille dans le salon et sa mère elle doit lire probablement dans le jardin. Elle n'a pas envie d'affronter une nouvelle fois leur regard ou leur remarque. Elle n'a pas envie d'entendre son père lui dire une nouvelle fois qu'elle gâche sa vie en refusant d'entrer à l'université, que si elle n'y va pas elle n'aura pas une bonne situation et qu'elle sera malheureuse toute sa vie. Elle ne veut pas entendre que la photographie n'est qu'une perte de temps et que cela ne la mènera nulle part. Elle est consciente qu'elle ne pourra vivre de cette passion, impossible mais elle trouvera un petit job à côté et elle pourra voyager comme elle l'entend. Elle ne veut pas être coincée dans un hôtel toute sa vie. Elle est consciente que sans diplôme universitaire elle se ferme sans doute quelques portes, mais peu importe, elle ne sera pas malheureuse pour autant. Non ça elle en est sûre. Avant de quitter une bonne fois pour toute le domicile familial elle dépose une enveloppe sur le comptoir de la cuisine en marbre. Elle jette un dernier regard à sa maison, elle soupire et finalement elle passe la porte d'entrée. Elle ne se retourne pas, si elle regarde en arrière elle serait capable de courir se réfugier dans la chambre de Robb et ne plus en sortir. Elle passe le portail et s'arrête un instant, elle prend une grande inspiration et marche un peu jusqu'à l'arrêt de bus pour se rendre à la gare. Elle sourit faiblement au chauffeur et monte pour s'assoir un peu à l'arrière du bus, elle se glisse sur le siège contre la fenêtre et pose sa tête contre celle-ci. Elle repense à Asher, à leur dernière conversation hier soir. Elle ne lui a pas donner le choix, elle ne lui a pas donner le temps de dire ce qu'il avait sur le cœur. Non elle lui a simplement dit que tout était finie et qu'elle partait. C'est tout pas plus, pas moins. La peine a laissé place au vide, les larmes se dissimulent derrière un jolie sourire qu'elle affiche hypocritement tous les jours. Ce même masque qui la fixe de ces yeux vides dans le miroir tous les matins. Serena aimerait ne plus avoir à faire ça. Elle aimerait ne plus penser à lui, elle aimerait l'oublier, elle aimerait qu'un remède pour ne plus y penser existe.  Son regarde se tourne sur l'horloge pendue au mur en face d'elle. Cinq minutes encore... Cinq interminables minutes qui ne pourraient ne pas être si importantes et pourtant. Elle est assise depuis une heure maintenant sur cette chaise de la gare de Washington, elle tient avec anxiété son sac à main sur ses genoux, une simple valise à ses pieds. Elle est partie de chez elle , elle n'a rien à personne, sauf à Enéa. Elle a laissé une simple lettre pour ses parents. Elle sait que fuir la ville ne l'aidera pas aller mieux, elle en est consciente et pourtant elle sait que c'est ce dont elle a besoin. Elle a besoin de prendre l'air, de changer d'air. Elle a besoin de partir loin d'ici pour reprendre sa vie en main, pour tenter de moins penser à lui. Mais aussi elle a un grand besoin de fuir ses parents. Elle ne supporte pas qu'ils régissent sa vie, elle n'est pas libre et cela lui pèse. Si après la mort de Robb, elle n'a rien dit et à suivit les directives de son père ou de sa mère, aujourd'hui elle n'en pouvait plus. Alors sur un coup de tête, elle avait décidé de tout quitter. Elle n'ira pas à l'université, son père a bien failli s'étouffer avec son bacon au petit déjeuner quand sa fille a lâché la bombe. Pour lui c'était inconcevable que sa fille unique n'intègre pas la grande école de Harvard pour suivre des études supérieures de marketing et de management. Comme lui même l'avait fait à son époque. Avec ce diplôme, elle serait devenue la propriétaire de l'hôtel de famille à Washington DC. Si pour ses parents s'était quelque chose d'acquis et de normal, la tradition familiale en somme, pour Serena ce n'était pas normal. Elle voulait choisir ce qu'elle ferait de sa vie, elle ne voulait en aucun être un pion, elle ne voulait pas qu'on dirige sa vie. Elle voulait faire plaisir à ses parents, elle voulait bien entendu les rendre fier mais elle ne voulait pas être prisonnière d'une vie qu'elle n'a pas désirée.  Elle fixe toujours cette pendule tout en tapant du pied sur le sol, elle n'est pas très patiente c'est un fait que tout le monde connaît. En réalité, elle est anxieuse. Elle veut partir d'ici mais elle se demande si c'est vraiment la meilleure solution. Se retrouver dans une ville inconnue lui fait peur et en même temps elle trouve cela exaltant. Elle peut devenir une autre personne là où personne ne la connait. « Serena! » elle lève la tête et cherche la personne qui l'interpelle, elle n'est pas sûre d'avoir réellement entendu son prénom. La seule personne qui sait où elle se trouve est sa meilleure amie et elle lui avait promis de ne pas venir car l'une comme l'autre ne pourraient pas supporter une seconde fois des adieux. Les premiers s'étaient fait entre larmes et rires et quitter sa meilleure amie était la chose la plus difficile à faire pour Serena, mais lorsqu'elle aperçoit une silhouette lui faire un signe de main elle sourit en la reconnaissant. Elle se lève rapidement et la brune se dirige vers elle en courant « Néa qu'est ce que tu fais ici? » elle est essoufflée et peine à reprendre son souffle mais elle sourit heureuse d'avoir pu trouver son amie à la gare. Serena la regarde amusée par la situation, et à cet instant précis c'est comme si sa peur de partir venait de s'envoler. Enéa avait cet effet là sur Serena, dès qu'elle se trouvait en sa compagnie, elle ne pensait plus à rien, elle était calme et sereine  « Si tu es là pour me dire de ne plus partir je ne changerais pas d'avis. » et même si elle doutait de la décision qu'elle avait prise il y a quelques jours, elle ne voulait pas changer d'avis. Il fallait qu'elle parte, et sa meilleure amie avait bien entendu essayer de la dissuader lorsque l'idée était arrivée dans leur conversation. Partir vers l'inconnue est terrifiant pour tout le monde mais parfois c'est tout que l'on a besoin pour avancer, pour refaire surface. La brunette reprend doucement son souffle et regarde Serena en secouant la tête rapidement de gauche à droite « Non, non je... enfin je voulais juste te voir avant que tu partes. Tu sais pour pas que tu m'oublies quoi. » cette réaction fait immédiatement rire la jeune Renfield et dieu sait qu'elle en a besoin en ce moment. Si depuis la mort de Robb, Serena avait changé elle était moins joviale qu'avant, elle ne prêtait que très peu d'attention à ce qui l'entourait avec Enéa c'était différent. Elle était la seule à pouvoir lui faire tout oublier, mais réellement oublier. C'était sa bouffée d'oxygène, elle était en réalité son âme sœur, elle en était convaincue et cela depuis la première fois qu'elles se sont vues. Et depuis ce jour elles ne s'étaient jamais quittées. Elle ne lui parlait que très rarement de son frère, elle préférait que ce soit elle qui en parle en premier. Remuer le couteau dans la plaie ne servait à rien et Enéa n'aimait pas voir son amie triste. Alors quand elles étaient ensemble c'était seulement pour le meilleur, des rires, des pleurs mais de joie  « Impossible Néa. » elle pose ses mains sur les épaules de son amie et la regarde dans les yeux. Comment elle pourrait oublier Enéa Stark? sa meilleure amie, sa personne, la seule personne qui la comprend sans même qu'un seul mot ne soit prononcé. Elles se connaissent depuis des lustres et même si aujourd'hui quelques kilomètres allaient les séparaient rien ne changerait entre elles, impossible. Serena ne le permettrait pas « Tu es sûre que tu veux partir? » elle lui pose tout de même la question, qui ne tente n'a rien et Enéa se dit que peut être Serena aurait pu changer d'avis depuis hier soir. Oui elle est sûre, plus qu'elle ne l'était il y a quelques minutes. Voir Enéa l'avait en quelque sorte rassurée dans sa prise de décision, peut être qu'elle avait au fond besoin d'un second au revoir de sa meilleure amie. Le plus dur pour Serena serait d'être loin de Robb pendant le temps qu'elle allait être absente, elle le laissait seul et elle culpabilisait au fond. Elle avait un peu le même sentiment culpabilité pour Enéa mais elle savait aussi que cette dernière avait sa famille près d'elle. Elle était donc rassurée. Mais Robb? c'était la personne la plus difficile à quitter pour elle. Elle essuie ses yeux qui commence à devenir humide, et elle étouffe un rire nerveux avant de répondre   « Oui je suis sûre. Mais on se parlera tous les jours. »  la jeune brune la prend dans ses bras et lorsqu'elles se séparent un sourire enfantin se dessine sur les lèvres d'Enéa, elle lève sa main vers Serena et lève uniquement son petit doigt, ce qui fait rire de suite Serena qui fait rapidement pareil : pinky swear. L'habitude que les deux amies avaient depuis qu'elles étaient hautes comme trois pommes. Tout d'un coup, elle pense à Asher. Elle le laisse derrière elle aussi, elle l'aime, enfin elle croit être amoureuse, elle n'a que 18 ans après tout qu'est ce qu'elle connait du véritable amour? Elle est attachée à lui, oui, mais elle se rendra compte quelques années plus tard qu'elle n'a jamais été amoureuse comme elle a pu le lire si souvent dans ses romans. « Tu m'appelles quand tu arrives même si c'est quatre heures du matin hein? » Serena acquiesce et reprend sa meilleure amie une nouvelle fois dans ses bras. Elle la serre le plus fort possible. Voilà pourquoi elle ne voulait qu'elle l'accompagne à la gare, car elle n'arrivait pas à se diriger vers les quais maintenant. Mais en jetant un œil sur le tableau des départs, elle voit que son train est prêt à partir.  Après une bonne dizaine de minutes, elle arrive enfin à quitter Enéa, elle prend son sac de voyage qu'elle a rempli qu'avec le stricte nécessaire et la voilà en route pour sa première étape de son voyage Boston. Elle part à l'aventure et elle en est heureuse, elle va pouvoir vivre sa vie comme elle l'entend et bien qu'elle est promis à Enéa de revenir un jour à Washington elle n'est définitivement pas sûre de tenir cette promesse. Elle prend sa place dans le wagon, elle s'assoit contre la fenêtre et regarde un peu partout. Finalement elle finit par fermer les yeux un instant, elle est partie pour six heures trente de train jusqu'à Boston. Elle espère seulement qu'elle n'aura personne de curieux à côté d'elle, car elle n'a pas vraiment envie de faire la conversation à un inconnu. Elle a simplement envie d'avoir la paix. Elle ferme les yeux et les ouvre de nouveau  à Boston, nouvelle ville, nouvelle vie. (...) Elle appuie sur le bouton d'appel de l'ascenseur et commence à sortir son ipod de son sac à main.  Elle salue les autres personnes dans l'ascenseur et tout en mettant ses écouteurs dans ses oreilles et elle fixe du regard le petit cadran au dessus des portes sur lequel défile les numéros des étages.  Trois ans aujourd'hui qu'elle arpente ces rues de Boston, elle commence à avoir sa petite routine en ville, ses habitudes, ses chemins favoris. Elle pousse enfin les portes de l'immeuble où se trouve le Boston Herald, un des meilleur journal de la ville, celui qui peut se vanter de rivaliser avec le New York Times lui même. Elle pourrait être fière de travailler dans ce journal si elle n'était pas seulement la petite réceptionniste que les journalistes qui ont la grosse tête aiment tant draguer et pas réellement de manière subtile. Oui elle pourrait être fière de ce job si elle occupait un de ces petits bureaux au douzième étage. Mais elle n'était que la réceptionniste et elle n'avait rien pour fanfaronner. Depuis deux ans et demi, elle occupe ce poste  à l'entrée des locaux dans l'espoir un jour de pouvoir s'assoir derrière un ordinateur afin d'écrire une chronique qui serait publié dans le journal. N'importe quelle chronique à vrai dire, même celle qui fait les chiens écrasés de la ville... mais pour le moment elle fait son travail et essaye juste de profiter de sa vie en toute liberté. Elle n'est pas malheureuse à Boston, mais elle n'est pas non plus heureuse. Enéa lui manque en réalité, elles se parlent tous les jours pratiquement que ce soit par téléphone ou bien sur skype mais ce n'est pas la même chose que de la retrouver en personne pour boire un café. Elle se sent seule, pourtant elle s'est fat des amis. Elle a une colocataire un peu folle mais adorable. Son voisin de palier est un charmant jeune homme qui travaille dans le petit coffee shop en bas de chez elle, elle apprécie discuter avec lui mais ce n'est pas la même chose que ses amis à Washington. Après avoir marcher une bonne heure, elle arrive enfin devant l'entrée de l'immeuble où elle habite, un petit immeuble sans prétention mais qui est son chez elle depuis trois ans environ. Elle prend le courrier et monte les escaliers tout en regardant les lettres, et autre publicités. Il lui est d'ailleurs déjà arrivé de manquer une marche et de se retrouver par terre, elle le sait lire en marchant est dangereux mais lire dans les escaliers encore plus. A peine eut-elle poussé la porte de son appartement qu'elle entend sa colocataire râler après elle ne sait quoi. Elle sourit, elle a l'habitude, Torrey n'est pas quelqu'un de très patiente et quand quelque chose l'ennui ou bien quelqu'un on le sait de suite. Serena dépose ses affaires dans l'entrée et se dirige vers la chambre de sa colocataire, elle frappe doucement à porte pour signaler sa présence et ne pas la surprendre. Torrey se tourne rapidement vers elle et soupire, elle est exaspérée par la tenue qu'elle porte, une robe noire informe « J'en déduis que tu n'aimes pas cette robe mais que tu es obligé de la porter parce que ton client l'adore? »  la jeune brune croise les bras et appuie son épaule contre le cadre de la porte de la chambre tout en souriant et en regardant son amie qui tente d'ajuster cette fichue robe qui ne semble pas vouloir lui obéir. Torrey est une rousse vraiment magnifique, elle sait utiliser ses charmes pour arriver à ses fins et dans ce cas gagner beaucoup d'argent. Elle ne le cache pas, elle est escort girl et adore son job. L'argent qu'elle gagne lui permet de profiter de la vie comme elle l'entend, elle aussi a une relation conflictuelle avec ses parents. Torrey enlève la ceinture couleur or qu'elle avait attaché autour de sa taille et la jette sur le lit où se trouve quelques ceintures qui n'ont pas été sélectionnées. Elle fait un pas vers son dressing et cherche l'accessoire parfait « Tu sais que tu pourrais te faire beaucoup plus d'argent si tu acceptais de bosser avec moi. » Serena soupire. Ce n'est pas la première fois qu'elles ont cette conversation, et ce n'est sans doute pas la dernière fois non plus. La brunette lève les yeux au ciel, elle lui a dit non des centaines de fois, elle ne s'abaissera jamais à cela même si elle doit parfois se serrer la ceinture pour finir le mois, peu importe. Elle ne sera jamais une escort girl. Elle préfère encore retourner travailler à l'hôtel de famille plutôt que de rentrer dans ce genre de job « Je galère peut être à la fin du mois, mais j'ai encore un peu de dignité Torrey. » et elle y tenait à sa dignité. Elle ne jugeait en aucun cas son amie pour ses choix de vie, elle ne comprenait pas vraiment non plus mais elle ne disait rien. Chacun fait ses choix et les assume par la suite. Mais ce qui était clair pour elle, c'est que jamais elle n'accepterait ce genre de chose sous prétexte de gagner un peu d'argent « Oh s'il te plait qui peut résister à gagner 800 dollars en une soirée? » elle la regarde comme si cela était naturel, comme si c'était normal. Bien sûr qu'une telle somme lui ferait du bien, bien sûr qu'elle aimerait avoir cette somme sur son compte en banque. Cela lui permettrait de pouvoir partir de Boston et voyager un peu afin de pouvoir faire les clichés qu'elle aurait besoin pour peut être décrocher un poste dans un journal. Mais était-elle vraiment prête à cela pour obtenir ce qu'elle veut? Serena a grandit dans une famille dont les moyens financiers ont toujours été au dessus de la moyenne, elle a toujours été la petite princesse et jamais on ne lui a refusé quoi que ce soit. Mais ce n'est pas pour autant qu'elle n'a aucune notion de la valeur de l'argent. Alors oui bien sûr elle n'a jamais eu de soucis d'argent, et donc aujourd'hui c'est nouveau pour elle, mais elle ne pouvait pas faire ça. Si elle voulait se faire un peu d'argent rapidement elle prendrait un second travail en plus de celui au journal, serveuse avec les pourboires en plus cela peut être intéressant « Je ne couche pas pour de l'argent. » elle tourne les talons et regagne le salon. Mais elle entend le bruit des talons de Torrey dans son dos, il est évident qu'elle n'a pas du apprécier la réponse de Serena. Elle a été un peu directe cette fois, mais elle est épuisée d'avoir encore et encore la même conversation avec elle. Serena se retourne vers elle, et peut lire dans son regard qu'elle se sent un peu vexée par ses propos, et elle a toute les raisons de l'être.  Elle ramasse un petit tas de lettre sur la table basse et trie son courrier, elle tombe sur une lettre dont elle reconnaît l'écriture, elle la retourne et voit l'adresse de l'expéditeur: sa mère. Elle ne l'ouvre pas et met la lettre dans le tas de publicités qui est destiné à la poubelle « Qui a parlé de coucher Serena? C'est juste tenir compagnie à de riches hommes d'affaires en manque d'affection. » aucune différence pour Serena sauf que ce n'est pas dit explicitement mais c'est du pareil au même. C'est jouer avec les mots c'est tout. Certes cette idée aurait pu faire une bonne histoire, un bon article mais elle n'était pas non plus aussi tordue que ça.  Elle doit avouer qu'elle y avait pensé au début, la première fois que Torrey lui avait proposée de la suivre dans une soirée de travail. Elle était à deux doigts d'accepter, elle aurait pu écrire un article sur ce genre de travail et le présenter à la responsable du service mais elle avait refusée de s'abaisser à une telle chose. Suite à la réponse de amie, elle hausse les sourcils « Ah oui excuse moi c'est vraiment différent. » elle laisse tomber le reste du courrier sur le canapé et fait quelques pas pour rejoindre la cuisine. L'appartement n'est pas très grand, suffisant pour deux personnes mais parfois cela semble trop petit, Torrey ne lâche pas son amie et tente encore de la convaincre de venir avec elle. Soudain Serena se met à penser à Robb, elle s'imagine ce qu'il lui dirait s'il était là. Si il entendait Torrey lui proposer de devenir Escort Girl. Aujourd'hui, elle arrivait à penser à lui sans se mettre à pleurer, c'était un progrès mais tout récent. Il parait qu'avec le temps la douleur diminue et peut être que c'était le cas. Elle pouvait repenser aux bons moments qu'ils avaient eu, ou elle pouvait parfois imaginer ce qu'il lui dirait sur ses choix de vie. Et si elle disait oui à Torrey, elle ne pourrait jamais se le pardonner, non jamais. Même si en effet autant d'argent en une soirée était vraiment tentant « Je suis sérieuse. Et tu pourrais partir plus vite de cet endroit. » elle le sait. Elle attrape une bouteille d'eau dans le frigo et se tourne pour faire face à son interlocutrice, elle lui sourit et d'une voix douce elle lui répond simplement « Merci pour la proposition mais je préfère encore me tuer à la tâche dans ce boulot pourrie plutôt que de faire ce que tu fais. » elle ne veut pas être blessante avec elle, elle veut juste qu'elle comprenne qu'elle ne le fera jamais et que cela ne sert à rien de lui demander encore une fois. Car la réponse sera toujours la même « Tu ne sais pas ce que tu perds Serena. » la jeune brune soupire et rejoint sa chambre. Elle ne pensait pas rester aussi longtemps en ville mais le fait est qu'elle avait besoin d'argent pour changer de ville et que pour l'instant elle n'avait pas assez. Ses parents avaient décidé à son départ de lui couper l'accès à son compte en banque sur lequel son argent se trouvait. Elle n'avait même pas été étonnée de leur comportement. C'était plus que logique. Elle était parfaitement consciente que son père faisait cela pour qu'elle revienne plus vite, pour qu'elle accepte la vie qu'elle devait avoir. Il devait penser que jamais elle n'arriverait à se débrouiller seule. Mais Serena était bien décidée à lui prouver le contraire. Elle pouvait se débrouiller sans leur aide, elle était une grande fille aujourd'hui. Enfin c'est ce dont elle voulait se convaincre. Elle ne s'apitoie pas sur son sort loin de là, elle aime Boston, c'est juste son job qu'elle n'aime pas. Mais comme elle le dit si bien c'est un job alimentaire, à côté elle suit des cours de photographie pour se perfectionner et pouvoir décrocher une place dans un journal ou dans un magasine. Et puis cela lui permet d'être au contact de journalistes, bien que pour l'instant son travail consiste à répondre au téléphone et récupérer le courrier. Rien de glamour en soit. Elle sait que sans diplôme sa recherche allait être plus difficile, mais pas impossible. Après tout quand on veut quelque chose si on met toutes les chances de notre côté on peut y arriver. Sa grand mère lui avait beaucoup répétée cette phrase. Une fois dans sa chambre, elle ouvre son ordinateur qui traine sur son lit et se connecte. Elle regarde l'heure, dans dix minutes elle pourrait enfin parler à sa meilleure amie et cette idée là lui faisait oublier un peu ses soucis financiers et autres. La sonnerie de skype retentit et c'est avec un sourire qu'elle clique sur répondre à l'appel, voir la petite bouille de Enéa lui remonte de suite le moral « Salut toi. Alors ta journée? » elle s'assoir confortablement dans ses coussins et attend impatiemment le récit de son amie « M'en parle pas, j'ai dû supporter ce flic encore une fois. » le fameux policier dont Enéa n'arrêtait pas de parler depuis quelques semaines, enfin dont elle n'arrêtait pas de se plaindre plutôt mais c'était plus qu'évident qu'il lui plaisait et même si elle ne le voyait pas encore pour Serena s'était plus qu'évident. La vie sentimentale de Serena au jour d'aujourd'hui était réellement inexistante, elle n'avait pas le temps ni l'envie de se plonger dans une relation. Alors elle se délectait de celle se sa meilleure amie « Le sexy flic que tu as rencontré  la semaine dernière?  » elle ne l'avait certes jamais rencontré mais elle était persuadé qu'il devait être charmant et même plus. Il plaisait à Enéa donc c'était une raison suffisante pour l'imaginer vraiment canon. Elles avaient toujours eu un peu le même types de garçons ces deux là, jamais elles ne s'étaient disputés ou fâchées à cause d'un garçon mais bien souvent elles craquaient sur les mêmes hommes « Oui lui même. » elle fait une pause et fronce les sourcils « Sexy? tu ne sais pas à quoi il ressemble. » elle venait de tomber dans le piège de la brune, elle venait d'avouer qu'elle trouvait sexy. C'est tout ce qu'il fallait à Serena pour afficher un énorme sourire remplit de sous entendus. Lorsqu'elles étaient ensemble, elles retombaient rapidement dans l'adolescence  et c'était comme si elles ne s'étaient jamais quittées  « Non mais tu m'en a parlé et le mot sexy est arrivée dans la conversation. »  elle ne voulait pas avouer de suite qu'elle avait tenté de la piégé, avec la méthode la plus ancienne qui soit. Elle avait cependant avouer. Elle fixe Serena et plisse ses yeux « T'es sûre?  je suis pas amnésique quand même et je suis sûre que je ne t'ai rien dit de tel. » Serena essaie de se retenir de rire, mais c'est peine perdue elle le sait bien et Enéa le sait tout aussi bien. Mentir? aucun soucis pour Serena, elle a perfectionné sa technique au fil des années, et elle a eu d'excellents professeurs en l'instar de ses parents. Le mensonge ou la dissimulation c'est une seconde nature chez les Renfield, mais avec Enéa c'est impossible. Elle ne peut rien lui cacher et même si elle le voulait, ce n'était pas possible. Sa meilleure amie a toujours su lire en elle comme un livre ouvert, elle la connaissait sans doute bien qu'elle ne se connaissait elle même. Au bout deux minutes, Serena éclate de rire, elle rend les armes, elle sort le drapeau blanc. Elle doit tout avouer « Bon okay j'avoue tu n'as rien dit mais tu viens d'avouer que tu le trouvais sexy. » un clin d'œil accompagne sa réponse, ce qui fait aussi rire Enéa derrière son écran. Elle plaisante encore quelques minutes sur le sujet, Serena veut tout savoir sur ce Mason qui fait enrager sa meilleure amie, elle lui dit aussi qu'il faudra qu'elle le rencontre pour l'approuver ou non. Elle ne compte pas laisser sa meilleure amie avec un goujat, non hors de question.  « Bref, et toi au journal? » la brune soupire et lève les yeux au plafond comme pour réfléchir à la réponse qu'elle va donner, comment ça se passe pour elle? Elle ne cesse d'entendre les potins à la machine à café, elle en a assez de se faire draguer par des hommes qui se pensent supérieur à elle, alors qu'il faut être honnête ce ne sont que des nuls, elle a envie de partir en courant d'ici. Elle sourit et répond à son amie « Voyons voir.... j'ai dû mentir à la femme du big boss en lui disant qu'il était en réunion très importante alors qu'il était avec sa secrétaire et ça n'avait rien d'une réunion si tu veux mon avis, et le gars de l'informatique se croit tellement irrésistible que ça en devient lassant et Ben de la rubrique sport veut m'inviter à aller voir un match de football avec lui sous prétexte que ca sera plus agréable que de bosser seul au bord du terrain. » son ton est las, elle n'a aucune envie d'aller voir un match en compagnie de Ben ou d'un autre d'ailleurs. Elle déteste mentir à la femme du patron, car oui ce n'est pas la première fois qu'elle doit le faire. Elle préférait largement que le barman du petit pub irlandais proche de chez elle l'invité mais il est marié apparemment  « Quel succès miss Renfield. » elle se passerait bien d'avoir un succès pareil avec eux. Les deux amis se mettent en rire une fois de plus « Oui si on veut mais bientôt direction new york, j'espère trouver mieux que de répondre au téléphone. » son sourire est plus que sincère, elle a vraiment hâte de déménager à New York, elle n'a pas un entretient en particulier mais elle se dit que dans cette ville tout est possible,  c'est la ville du rêve américain par excellence et elle espère pouvoir vivre le sien au fond . Un petit silence s'installe et Enéa décide de le briser « Quand est ce que tu rentres? » combien de fois elle lui a posé cette question? combien de fois Serena a hésité à lui demain? combien de fois elle a eu envie de prendre un avion après cette question? bien trop de fois pour qu'elle puisse compter au final « Même si j'avoue qu'être loin de toi c'est dur, je ne compte pas donner raison à mon père encore.  » elle était têtue. Et ce n'est rien de le dire. Etre loin de chez elle, était bien plus dur qu'elle ne l'avait imaginé en réalité, mais elle ne voulait pas abandonner maintenant, au risque de le regretter plus tard. Elle se donnait encore deux ans, et si dans deux ans, elle n'était pas plus heureuse ou si elle ne décrochait pas un poste qui lui plaise, elle ferait ses bagages et rentrerait à la maison. Elle capitulera et rejoindra l'entreprise familiale, elle deviendra la parfaite petite fille obéissante que son père a toujours voulu qu'elle soit. Mais elle voulait essayer de vivre pas ses propres moyens encore un petit peu. Elle voulait se prouver à elle même qu'elle pouvait le faire. Qu'elle pouvait y arriver.




Spoiler:
 


Dernière édition par Serena Renfield le Sam 6 Fév - 17:01, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 463
ADRESSE ↦ : une jolie maison #58 - capitol hill w/asher rhodes


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: verite - weekend + One republic + 30STM + Munford & sons + Betty Who

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: fly like a bird through the night ≈ Serena   Sam 20 Juin - 20:34



I have to prove that I'm not some tragic little girl
who can't take handle herself.


Jamais elle n'aurait pensé s'habituer aussi vite au style de vie de la côte floridienne, et si elle avait plusieurs aprioris sur le ville, elle aimait bien l'ambiance qui y régnait. Chaque quartier racontait une histoire, il y avait beaucoup de choses  à découvrir. Elle a posé ses valises en ville il y a maintenant six mois et cela n'a pas toujours été facile. Elle était venue vivre ici car elle avait eu une offre d'emploi, un job dans un journal de la ville, ce n'était pas le Herald Boston, ou le Washington Post mais ce n'était pas grave, elle voulait juste acquérir de l'expérience et tout travail était bon à prendre. Seulement voilà, elle n'a été engagée que pour une courte période et elle s'est retrouvée sur le carreaux après cinq mois de travail. Si lorsque la nouvelle est tombée, elle était prête à mettre les voiles, elle n'a pas pu s'y résoudre, elle ne savait pas pourquoi mais elle avait l'impression qu'elle devait rester encore un peu en ville. Un pressentiment, et elle ne savait pas encore mais heureusement qu'elle n'a pas sauté dans le premier avion. C'est comme cela qu'elle a poussé la porte du diner de Hank et Karine, le 11th street diner dans le quartier de Miami Beach, un petit restaurant familial avec une ambiance et un décors typiquement américain. Elle avait pris ces habitudes en un mois et s'entendaient à merveille avec les propriétaires et leur fille Maisie. Elle était devenu rapidement comme une petit sœur qu'elle adorait. Comme tous les matins depuis quelques mois, Serena se lève aux aurores pour faire son jogging matinal, elle n'a jamais été vraiment sportive lorsqu'elle était au lycée mais depuis qu'elle avait posé ses valises à New York, elle avait pris cette habitude. Et elle avait continué cette nouvelle tradition, ce nouveau style de vie lorsqu'elle avait déménagé à la Nouvelle Orléans et lorsqu'elle avait posé ses valises à Miami. Et contre toute attente courir lui faisait beaucoup de bien. Elle arriver à se vider la tête un petit moment et c'était parfait pour elle, simplement penser à elle. Même si elle aime se prélasser sous sa couette, elle s'était dit que l'avenir appartenait à ceux qui se lève tôt alors depuis quelques années maintenant elle faisait un jogging presque tous les matins. Et aujourd'hui, une fois de plus elle enfile ses tennis, sa tenue de sport et elle part à l'assaut des plages de la ville de Miami. The magic city. Après son running matinal, elle rentre chez elle et se prépare pour sa journée de travail, son petit rituel qu'elle prend plaisir à effectuer. Une heure plus tard, elle est devant le restaurant et pousse les portes pour découvrir le sourire accueillant de Karine et Maisie qui finit ses devoirs sur le comptoir. Elle pose la main sur l'épaule de l'adolescente et lui adresse un sourire amical pour la saluer, et à peine derrière le comptoir, elle épingle son badge au chemisier blanc qu'elle porte, elle fait un rapide petit tour dans les cuisines pour dire bonjour à toute l'équipe et prend enfin son service. Cafetière à la main, elle se dirige vers la table d'un habitué, toujours à la même table, à la même depuis des années. Si au départ, elle avait trouver cet homme au cheveux grisonnant un peu bourru et très peu amical, aujourd'hui elle avait appris à le connaître et ne faisait plus cas de son comportement parfois un peu rude  «  C'est moi où le café à vraiment un goût horrible? » elle lève les yeux au ciel suite à sa remarque et lui sert tout de même une autre tasse de café noir fumant, il fait tous les jours la même réflexion sur le café et elle lui répond toujours la même chose depuis qu'elle est arrivée ici « Il n'aurait pas aussi mauvais goût Harold si tu ne rajoutais pas ton whisky dedans. » il avait peut être l'impression que personne ne le voyait vider sa flasque d'alcool dans son mug, personne ne disait rien. C'était comme ça. Elle lui sourit et va servir d'autres clients. Il est encore tôt, le restaurant n'est pas bondé, et Serena aime bien les matinées comme ça. Elle a le temps d'avoir un petit mot gentil pour tous les clients et la plupart à cette heure matinale sont des habitués. Cela ne fait qu'un mois qu'elle travaille au restaurant, mais avec certains clients elle est tellement à l'aise qu'elle a l'impression de les connaître depuis très longtemps. Si vous lui aviez dit au lycée qu'un jour elle serait  serveuse, elle vous aurez rit au nez, il était hors de question pour elle de servir dans un restaurant ou même dans un bar. Non pas qu'elle trouvait ce travail pas assez bien pour elle, mais avec sa maladresse c'était impossible. Mais au final, elle se plaisait dans ce métier, ou plutôt dans ce restaurant. Lorsque la sonnette de la porte d'entrée se met à retentir, elle lève rapidement les yeux pour apercevoir un groupe d'hommes en train de rire et de parler entre eux, un simple geste vers Hank et ils prennent place à une table près de la grande baie vitrée qui donne sur la rue. C'est la première fois que Serena les voit , mais elle a déjà croisé quelques uns de ces hommes en sortant du travail. Elle avait entendu parlé d'eux, elle tourne alors les yeux vers Maisie qui affiche un immense sourire et elle laisse rapidement tomber ses cours d'algèbres et pour retrouver Serena derrière le comptoir. Elle lui attrape le bras, et tourne le dos aux tables. Elle rougit tellement que Serena trouve cela adorable au fond.  Elle sourit mais se retient de rire face à son amie, elle ne veut en aucun cas la vexer  « Pourquoi tu rougis? » les joues de l'adolescente rosissent encore un peu plus face au regard insistant de Serena. Elle se souvient alors quand elle aussi elle avait le béguin pour un garçon plus âgée et que soudain elle perdait totalement ses moyens en face de lui, elle se souvient aussi qu'elle pouvait rougir plus vite qu'une tomate au soleil. Tout en parlant à Maisie, elle regarde discrètement le groupe qui provoque cet effet chez Maisie. Elle ne peut s'empêcher de remarquer qu'ils portent tous la même veste avec le numéro de la caserne de pompier qui se situe juste en face le restaurant de l'autre côté de la rue. Elle comprend aussi par leur familiarité avec Karine et Hank qu'ils sont des clients réguliers « Les pompiers. » le prestige de l'uniforme fait toujours un certain effet sur les femmes quel que soit leur âge c'est un fait universel apparemment  « D'accord, à t'entendre j'imagine que tu veux prendre leur commande? » elle tend son bloc note à la jeune rousse et sourit, cette dernière hésite à le prendre  « Oui mais je bafouille toujours quand ils me parlent, ils sont tellement beaux.» la lycéenne est gênée, et c'est tout à son honneur. Mais Serena peut lire dans ses yeux qu'elle aimerait prendre leur commande mais la peur de ridiculiser est plus grande  « Toi tu craques pour un du groupe n'est ce pas? » elle affiche une petit moue moqueuse à l'égard de Maisie qui ferme les yeux une minute comme si elle hésitait à tout avouer de suite, elle soupire et hausse les épaules  « J'avoue, surtout celui en bout de la table. » elle désigne un pompier au yeux bleus d'un petit geste de la tête discret, Serena oriente son regard vers la table discrètement, elle fait mine d'attraper un stylo près de la caisse afin de pouvoir voir l'objet de l'attention de Maisie, elle reste sans doute un peu trop longtemps à le regarder, car il lève les yeux vers elle et leur  croise son regard. Pour ne pas se faire prendre la main dans le sac, elle lui adresse un petit sourire comme pour lui dire bonjour. Et à ce moment elle se sent comme une adolescente surprise par son crush de lycée. En espérant qu'il n'est pas remarqué qu'on parlait de lui. Serena reporte son regard sur la jeune fille en face d'elle « Est ce que tu veux t'en occuper ou je le fais et j'essaie de te récupérer son numéro de téléphone? » avec un clin d’œil, aujourd'hui cela serait simple pour elle de demander son numéro de téléphone mais elle était bien consciente qu'à l'âge de Maisie c'était une chose effrayante « Arrête je suis sûre qu'il est déjà en couple et puis je n'ai que 16 ans je suis pas sûre qu'une gamine dans mon genre l'intéresse, par contre toi .... » soudain elle ne rougit plus et affiche ce regard qui dit qu'elle a une idée derrière la tête. Serena n'aime pas ce regard, elle sait ce qu'il veut dire. Enéa affiche exactement le même quand elle s'apprête à faire quelque chose dont elle sait pertinemment que Serena ne va pas être d'accord avec. Et ce n'était pas la première fois depuis son arrivée dans ce restaurant que la jeune adolescente essayait de la caser avec un client. Certes elle ne choisissait pas les plus désagréables, mais elle ne recherchait en aucun un petit ami. Elle n'était pas sûre de rester en ville très longtemps, et elle n'était pas stable en ce moment. Il était donc hors de question pour elle de s'investir dans une histoire vouée à l'échec. Peut être que Serena était un peu pessimiste en ce qui concerne l'amour, mais elle a juste besoin de savoir ce qu'elle veut faire de sa vie, elle a besoin de se trouver en réalité avant de pouvoir se donner à une autre personne. Depuis son départ de Washington, elle ne cessait de bouger à droite et à gauche, elle ne prenait pas vraiment le temps de rester dans une ville pour vivre un peu, pour se faire de véritable amis. De véritables connaissances, elle rencontrait des gens mais tout restait superficiel. Mais elle ne s'en sentait pas capable, c'est comme si elle cherchait à tout prix à fuir les relations sociales qu'elles soient amicales ou amoureuses. Elle avait ce problème depuis la mort de Robb, comme si elle avait peur que toutes les personnes à qui elle s'attacherait finirait pas la quitter un jour où l'autre. Ce qui la rendait si peureuse au fond de se lier à quelqu'un de peur de le voir partir «  Maisie il faut que tu arrêtes de vouloir me caser avec tous les clients. » elle la montre du doigt comme pour accentuer un peu plus sa réponse dans l'espoir qu'elle laisse tomber cette idée saugrenue. Et puis comme elle l'a si bien dit elle même, il doit avoir quelqu'un dans sa vie, un homme comme lui ne peut pas être célibataire c'est carrément impossible.  « Les pompiers ne te font pas fantasmer?  »  elle se rapproche de son amie tout en souriant, un sourire malicieux, elle la regarde avec insistance, elle veut connaître la réponse, mais son père vient les interrompre avant que Serena ne puisse répondre à la question de Maisie, qui semble déçu de pas avoir sa réponse tant attendue « Mesdemoiselles je crois que les clients attendent et toi Maisie tu vas être en retard au lycée.  » Maisie attrape ses affaire et commence à faire son sac pour le lycée, elle n'a pas l'air très enjouée à cette idée comme tous les matins où elle commence par algèbre au fond. Serena passe derrière elle tout en lui ébouriffant un peu les cheveux, elle passe devant la table où se trouve les pompiers, et va prendre la commande de la table derrière, mais elle ne peut s'empêcher de regarde le jeune homme blond à la table d'à côté, Maisie surprend son regard tout en poussant la porte d'entrée, et lui adresse un grand sourire comme si elle lui disait télépathiquement "je le savais tu craques aussi", mais Serena reporte rapidement son attention sur le client devant elle « Vous avez choisit? » elle s'apprête à écrire leur commande et affiche toujours un sourire polie même si elle trouve qu'il met un peu trop de temps parce qu'il a le regard rivé sur ses jamais à vrai dire. Il relève les yeux vers elle, s'arrête un moment sur sa poitrine pour finalement la regarder dans les yeux. Si elle n'était pas une employée elle lui aurait sûrement envoyer son verre de coca au visage, mais elle reste de marbre et continue à sourire « Oui ton numéro de téléphone? » tellement original. Elle a entendu cette réplique de drague lamentable trop de fois depuis qu'elle travaille ici, toujours la même chose. Cela devient lassant à force mais elle trouvait toujours une parade tout en restant polie et professionnelle. Même si dans sa tête elle n'était pas si courtoise. « Ce n'est pas sur le menu et on ne sert rien qui ne se trouve pas sur le menu. » elle le regarde et fait un signe de tête pour désigner le menu qu'il tient dans ses mains. Elle aurait aimé lui dire qu'il pouvait toujours se brosser pour son numéro, que jamais elle ne le donnerait à un homme comme lui imbus de sa personne et tellement condescendant. Mais elle sortie brusquement de ses pensées par le haussement du ton du client. Il la regarde froidement et visiblement très contrarié de sa réponse, cependant elle ne bouge pas et ne dit rien « Pardon? je crois que tu n'as pas comprit. Si je te demande ton numéro tu me le donnes, on ne me dit jamais non à moi. » elle se recule un petit de la table lorsqu'elle le voit se rapprocher du bord de la banquette, non pas qu'elle ait peur de lui, non bien au contraire, elle sait comment tenir tête à ce genre d'homme, mais elle ne veut pas subir un geste déplacé de sa part car elle n'est pas sûre de pouvoir se retenir de le frapper dans ce cas là « Il y a une première fois à tout. Alors si vous n'avez pas choisit je vous laisse encore une minutes. » elle sourit poliment et se dirige vers la table juste derrière afin de prendre la commande des pompiers « Vous avez choisit? » toujours et inlassablement la même question qu'elle répète à longueur de journée. Elle entend encore l'homme râler à sa gauche, et elle lève les yeux aux plafond en signe d'exaspération, il marmonne et ne supporte pas qu'elle ait pu lui refuser quoi que ce soit. Le jeune blond sourit et parcours le menu des yeux comme si il cherchait ce qu'il pourrait commande puis avec un charmant sourire, il lève les yeux vers elle  « Je crois que je vais devoir réfléchir encore un peu je pensais demander votre numéro mais apparemment ce n'est pas au menu du jour. » il hausse un peu la voix que l'homme entende et ses amis autour de la table se mettent à rire. Serena essaie de retenir son rire, mais elle ne tient pas longtemps et ce joint à eux mais reprend rapidement son sérieux. Même si elle n'a aucun respect pour l'homme qui l'a ennuyé, elle ne peut pas se permettre de se moquer des clients même ceux qui le mérite. Elle pointe son stylo vers le blond et ajoute « Vous êtes le comique de la bande je parie? »  ses collègues acquiescent tous apparemment elle a vu juste à son sujet  « ah je suis démasqué. Si jamais vous avez besoin d'aide avec eux je propose mes services. » il reprend son sérieux pour finir sa phrase. La galanterie n'est peut être pas morte après tout ou bien ce n'est simplement que sa technique de drague qui Serena en est sûre peut marcher avec n'importe quelle femme de cette ville et même de la terre entière, mais elle n'est pas comme tout le monde et même si elle trouve sa proposition adorable et charmante, elle ne tombera pas dans le panneau pour autant. Elle est romantique, elle croit au coup de foudre et au prince charmant mais elle n'est pas naïve pour autant. Elle sait que tout ne peut pas se passer comme dans les films et elle retiendra toujours la phrase de sa grand mère "chérie si c'est trop beau pour être vrai, c'est que c'est probablement le cas" et cela s'appliquait parfaitement aux les hommes.« Non je peux gérer ils sont plus bêtes que méchants au fond. » le brun à ses côté se met à rire et lui donne un petit coup sur l'épaule tout en se mettant à rire. Le plus âgé prend la parole pour commander son petit déjeuner, et les autres suivent rapidement. Si elle retourne à son poste, Serena ne peut s'empêcher de jeter des regards à leur table et sans savoir pourquoi son regard s'arrête souvent, peut être un peu trop sur lui. Des regards échangés, des sourires discrets mais qu'est ce qu'elle est en train de faire. Cela ne lui ressemble pas. Pas du tout. Elle essaie de chasser toutes ses idées, tous ses regards de son esprit toute la journée. Aujourd'hui c'est elle qui fait la fermeture, elle aime ces moments de calme, de silence... la seule chose dont elle n'est pas fan c'est le rangement. Elle doit tout remettre en ordre: les menus, les tables, les chaises, le comptoir pour que tout soit parfait le lendemain matin. Mais au moins ces petits moments de solitude lui permette de penser un peu à ce qu'elle va faire de son avenir, car elle ne peut pas travailler ici jusqu'à la fin de ses jours, elle se demande d'ailleurs si elle a fait le bon choix de partir. Elle n'aurait jamais pensé un jour se dire que finalement travailler à l'hôtel de famille n'était peut être pas une mauvaise chose. Et pourtant elle sait que  le pire des échecs c'est de baisser les bras, que la vraie force c'est la persévérance, il parait que l'espoir fait vivre, qu'il faut toujours garder à l'esprit le chemin parcouru mais qu'il faut toujours se tourner vers l'avenir, qu'il ne faut jamais lâcher prise... Elle est un peu perdue en réalité. Et c'est dans ces moments là qu'elle doute car elle est seule avec ses pensées et c'est le pire. Elle se met à penser que Robb qui lui manque, et elle culpabilise de ne pas aller lui rendre visite tous les jours. C'était son rituel, tous les jours elle allait le retrouver et rester des heures au cimetière sans rien dire la plupart du temps. Serena a été élevée dans une famille catholique et pratiquante mais elle n'a jamais cru en quoi que ce soit. Mais si elle était sceptique pour beaucoup de chose dans la religion, elle comprenait le fait que certaines personnes aient besoin de se recueillir sur les tombes et de parler. Elle ne le faisait pas, ou bien très rarement mais elle comprenait ce besoin. Mais aujourd'hui, elle ne le faisait plus, plus du tout. Et puis elle pense à Enéa et toutes les choses qu'elle manque avec elle, consoler sa meilleure amie par écrans interposés ce n'est pas simple à vrai dire. Depuis tout à l'heure, elle nettoie le même coin de son comptoir sans s'en rendre compte, totalement perdue dans son monde. Elle sursaute même lorsqu'elle entend la sonnette de la porte d'entrée, elle était pourtant persuadé de l'avoir fermée à clés. Avant de lever les yeux vers la porte, elle prend une grande inspiration pour tenter de calmer les battements de son cœur qui se sont accélérés en une seconde « Je suis désolée on ferme.» elle range le chiffon sous le bar et attrape les clés pour faire comprendre à la personne qu'elle ne compte pas faire quoi que soit pour elle. Elle lève enfin les yeux vers l'entrée, il est là les mains dans les poches un peu gêné de ne pas avoir lu les horaires sur la porte sans doute « Donc je suppose que c'est trop tard pour un café? » elle sourit et repose son sac à main ainsi que ses clés et elle attrape un mug et lui sert un café. Tout d'un coup, faire quelques heures supplémentaires ne la dérange pas plus que ça, elle a pensé à lui une bonne partie de la journée, elle la pourtant nié devant les accusations de Maisie. Elle sourit tout en lui tendant le mug de café« Je veux bien faire une exception pour vous.» il s'assoit sur un tabouret en face d'elle et la remercie , un petit silence s'installe dans la salle mais il vient rapidement le briser en reprenant la parole « Il faut bien que l'uniforme ait ses avantages non? » sur de lui. Une qualité mais aussi un défaut selon Serena, les hommes comme lui ne sont en principe pas ceux qu'il faut fréquenter et pourtant ce défaut chez lui avait quelque chose d’intrigant, de charmant même. Elle ne sait pas comme l'expliquer mais elle a cette impression que ce n'est peut être qu'une façade. Il lui fait penser à Robb sur certains points, le côté sûr de lui, le fait qu'il ait toujours réponse à tout... elle doit dire que c'est plutôt agréable « Et je parie qu'ils vous apportent beaucoup d'avantages » elle ne peut s'empêcher de rire à sa propre remarque, elle a beau dire le contraire elle doit avouer qu'effectivement son uniforme lui a fait servir son café ce soir même si elle n'avait qu'une envie retrouver son lit et son appartement pour ce soir « Je dois avouer que oui surtout avec la gente féminine. » il accompagne ses propos d'un sourire très fier de lui et d'un clin d'œil. Elle roule des yeux mais se met à rire en même temps, un petit rire discret, un petit rire moqueur. Décidément jamais à court de réponses  « Merci Serena. » elle le regarde les yeux rond, et fronce un peu les sourcils « Comment vous.... » il sourit de nouveau et montre le badge qu'elle porte encore sur son chemisier blanc « Ton badge. » Elle attrape un autre mug et se sert à son tour un peu de café, elle n'a plus très envie de rentrer chez elle finalement. Elle contourne le bar et s'assoit à côté du jeune homme dont elle ignore encore son prénom mais elle n'a pas vraiment envie de lui dire de partir et qu'elle est exténuée alors elle engage la conversation. Mais elle en oublie totalement de lui demander son prénom encore une fois mais cela semble peu importer au fond.  (...) Elle pousse enfin la porte de son appartement après trois heures de vol, elle est fatiguée, ce voyage a finit de lui prendre l'énergie qu'il lui restait. Elle avait tellement voulu profiter du temps qu'elle avait avec Enéa que les deux amies avaient bien souvent fait l'impasse sur leur sommeil souhaitant profiter de chaque instant ensemble. Elles avaient été séparées tellement longtemps que ce besoin de rester ensemble pendant le séjour de Serena avait été vital pour elles deux.  Elles parlaient toute la nuit, elles sortaient jusqu'à pas d'heures. Serena s'était d'ailleurs fait la réflexion que Mason Woods était vraiment l'homme parfait pour sa meilleure amie, car pas une fois il s'est plaint que Serena accaparait un peu trop sa fiancée. Le mariage était plus parfait, et le temps d'une journée Serena s'était permise de ne penser à rien et de seulement profiter du moment présent. Se vider l'esprit lui avait réellement fait du bien, et même si la fatigue était bien présente, elle se sentait plus légère. Ce retour aux sources avait eu une influence positive sur son humeur à n'en pas douter. Elle dépose sa valise dans l'entrée et ouvre de suite la fenêtre de la cuisine, le bruit des vagues se fait immédiatement entendre. Ce son si relaxant lui avait manqué et pourtant elle a peur de l'eau depuis qu'elle petite. Mais ce bruit la relaxe, elle s'endort très souvent au rythme des vagues. C'est comme une thérapie pour elle, pourtant elle ne s'approchera jamais près des vagues. Elle pose le courrier sur le comptoir de la cuisine, elle n'a pas la force de le lire et de voir les factures. Elle enlève ses chaussures qu'elle laisse traîner en plein milieu, elle rangera plus tard et elle se dirige directement vers son canapé. Elle se laisse tomber de tout son poids sur ce dernier et soupire, elle était enfin chez elle. Oui Miami était son chez elle à présent et même si retourner à Washington avait été positif pour la jeune brune, elle s'était sentie comme une étrangère ou presque. Elle n'y avait plus ses habitudes. Il parait que pour qu'une chose ou une personne vous manque il faut partir quelques temps, et lorsqu'on retrouve cette chose ou cette personne on s'aperçoit que tout quitter ne serait-ce quelques jours est difficile. Et c'était le cas pour Serena, pendant son séjour à Washington elle s'était surprise à quel point son pied à terre à Miami lui manquait. Et si elle était tout à fait honnête avec elle même, elle dirait que Casey lui avait manqué aussi. Elle avait beau le remettre à sa place à chaque fois, leurs conversations nocturnes lui manquait. Revoir Enéa pendant ces quelques jours lui avait fait beaucoup de bien. Elle n'avait passé que très peu de temps avec ses parents, et le peu de temps qu'elle avait passé avec eux avait été largement suffisant. Elle aime ses parents malgré tout, car ils sont sa famille mais elle ne les comprend plus vraiment et cela depuis bien longtemps. Ils avaient encore essayé de la convaincre de rentrer - ou plus particulièrement son père, qui estimait qu'elle gâchait sa vie - et de travailler avec eux. Elle avait passé du temps avec Robb également ce qui avait fait partir une part de culpabilité en elle. Pourtant chaque année à la même date, son anniversaire, elle faisait livrer un bouquet de fleur sur sa tombe, elle ne voulait pas qu'elle reste vide durant son absence. Elle se perd dans ses souvenirs et ferme les yeux, la fatigue prend totalement possession d'elle. Elle ne sait pas exactement depuis combien de temps elle dort mais lorsqu'elle ouvre de nouveau ses yeux, le soleil s'est couché. Il lui faut quelques minutes pour reprendre totalement conscience, elle oscille entre le demi-sommeil et le fait d'être réveillée. Elle passe sa main dans ses cheveux et sursaute presque lorsque quelqu'un frappe à son porte. Elle met quelques seconde à réaliser qu'elle ne rêve pas, la personne derrière la porte fait de nouveau savoir qu'elle est là. Elle se lève alors trop rapidement et sent sa tête lui tourner. Elle inspire doucement pour se remettre  de ce petit vertige et traine des pieds jusqu'à sa porte d'entrée. Lorsqu'elle aperçoit la personne qui se tient devant elle, un sourire béat apparait sur son visage. A croire que lui seul  peut la faire sourire aussi rapidement et aussi sincèrement «  Casey. » son ton de voix est enjouée, cela s'entend clairement, elle est plus que contente de le voir débarquer chez elle à l'improviste, et finalement elle n'est plus aussi fatiguée maintenant. Elle ne se souvient pas lui avoir dit où elle vivait, mais elle se dit que Maisie avait dû vendre la mèche pendant son absence au restaurant. Elle appuie sa tête sur l'arrête de la porte et le regarde tout en souriant de nouveau, elle ne peut pas enlever ce sourire probablement niais de ses lèvres « Je me suis dit que ça serait sympa de regarder le match à la télé. »  elle le regarde sans comprendre pourquoi il lui dit ça, elle s'attendait à bien des choses de sa part mais pas ça. De quel match lui parlait-il? et pourquoi lui parlait-il de football? à supposer que c'était du football. Elle regarde avec attention ses yeux afin d'y déceler le moindre indice, il n'a pas l'air soul pourtant ce qu'il dit n'a pas vraiment de sens pour la jeune femme. Mais elle décide de rentrer dans son jeu comme à leur habitude. Depuis ce soir là où ils s'étaient parlés au restaurant ils leur arrivaient bien souvent d'avoir des conversations qui n'avaient sans doute pas vraiment du sens, mais c'était leur manière de communiquer, d'apprendre à ce connaître et pour eux cela semblait être censé « Peut être qu'il faudrait que tu rentres chez toi alors pour le voir »  ses lèvres bougent pour parler et pourtant son esprit lui dit le contraire, elle ne veut pas qu'il reparte, elle veut qu'il reste. Sa voix, son rire lui ont manqué, bien sûr elle ne peut pas lui déballer tout ça là et maintenant. Elle passerait sans doute pour une folle ou encore une fille désespérée, et Serena était bien des choses mais aucune de celles-ci. Non elle n'a pas besoin d'homme dans sa vie pour se sentir épanouie ou heureuse, mais il est vrai que Casey Whelan pourrait  la combler parfaitement. Elle chasse ses idées de sa tête, ce n'est pas vraiment le moment de penser à tout ça. Peut être que le fait de voir sa meilleure amie nager dans le bonheur lui avait aussi donné envie de vivre la même chose, mais Serena était bien loin de pouvoir se lancer corps et âme dans une relation amoureuse. Jamais elle n'avait eu ce genre de pensée avec ses amants précédents, mais que lui arrivait-il? « Je n'ai pas de bière chez moi. » il met les mains dans ses poches et lui sourit. Est ce qu'il cherchait une excuse pour justifier sa présence à sa porte ce soir? Elle fronce un peu les sourcils et cherche une signification à tout ça mais elle ne trouve rien. Rien ne lui vient en tête « Il y a un magasin juste au coin de la rue. » ce petit jeu avec Casey l'amuse. Elle aurait pu lui proposer d'entrer, elle devait avoir des bières au frigo, elle n'avait pas encore fait les courses mais elle était sûre qu'elle pourrait trouver quelque chose pour lui offrir à boire. Le jeune pompier fait un pas vers elle tout en faisant bien attention de rester sur le pas de porte de Serena. Il était plus qu'évident qu'il attendait une invitation de la part de la jeune femme, mais elle avait décidé de jouer un peu avec lui, de le faire languir. S'il voulait une invitation pour entrer chez elle, il allait falloir qu'il soit un peu plus explicite que ça. Il s’éclaircit la gorge et affiche son plu beau sourire et il lui répond  « C'est toujours plus sympa de regarder le match avec quelqu'un non? » ce sourire qui ferait fondre n'importe quelle femme sur cette terre, et même si elle tente de résister elle fond elle aussi comme neige au soleil. Même si elle prétend le contraire. Elle fait un pas sur le côté et lui fait un signe de la main pour l'inviter à entrer chez elle. Il passe à côté d'elle sans rien dire, il plonge seulement son regard dans le sien, elle ne le lâche pas du regard non plus. Un regard vaut parfois de long discours n'est ce pas? Il fait quelques pas à l'intérieur et s'arrête dans l'entrée, il est dos à elle mais elle sait que son regard parcours son appartement. Heureusement pour elle, tout était bien rangé rien ne traîner. Elle le regarde un instant et sourit de nouveau comme une adolescente de quinze ans lors de son premier rendez vous,  elle ne dit rien et fait les pas nécessaires qui la sépare de son frigo pour regarder si elle a quelque chose à lui proposer. Il n'y a pas grand chose dans le frigo, mais elle y trouve trois bouteilles de bières. Elle revient quelques minutes plus tard auprès de lui et lui tend sa bouteille tout désignant le salon d'un signe de tête mais aucun des deux ne bougent. Ils restent plantés dans l'entrée « Qu'est ce qui t'amène chez moi Casey?» elle a besoin de parler, de briser ce silence pour tenter de cacher sa nervosité, pourtant elle n'a aucune raison de l'être avec lui. Elle le connait assez bien maintenant pour ne plus être nerveuse ou quoi que ce soit, mais ce soir elle ne peut pas s'en empêcher. Elle avait cette impression que quelques mots, quelques gestes et tout pouvait changer. Serena Renfield n'est pas une romantique dans la l'âme, et elle sait que dans la vie ça ne se passe pas comme dans les films. Et que ce silence, ces regards entre eux pouvaient être interprétés de deux manières différentes.  Casey fait un pas vers elle « Tu m'as manqué au restaurant, personne ne restait tard pour me servir le café. » elle se perd dans ses yeux, elle noie totalement. Elle trouve cette réponse adorable. Elle se dit qu'il devait faire ce genre de numéro à toutes les filles qu'il rencontre, elle n'est sans doute qu'une future conquête. Son charme, sa facilité à parler étaient définitivement ses armes de séduction, et le fait qu'il soit pompier car si elle avait bonne mémoire il lui avait dit que son uniforme lui donnait certains avantages. Et elle était certaine qu'il savait s'en servir à la perfection. Elle détourne un peu le regard et justifie alors son absence de ces derniers jours, elle est surprise que Maisie ou Karine n'est rien dit d'ailleurs. Mais après tout Casey n'avait sûrement pas demandé. A cet instant précis elle aimerait pouvoir mettre son cerveau en pause, elle aimerait ne plus penser, ne plus chercher une explication à tout ça « Je suis rentrée chez moi pour le mariage de ma meilleure amie » leurs regards se croisent une fois de plus, et ils se rapprochent dangereusement l'un de l'autre sans même s'en rendre compte, du moins pour Serena.  Mais ils gardent quand même cette distance entre eux , distance qui se diminue de plus en plus. Elle se mord la lèvre inférieure tout en le fixant et... «  Hey Serena tu es rentrée, je pensais qu'on aurait pu....» Heather. Serena soupire discrètement, elle regrette que le jeune homme s'éloigne d'elle, elle sourit à Casey comme pour s'excuser du fait que son amie est débarquée comme ça. Casey fait un pas en arrière et baisse les yeux , ils regardent ses chaussures, et Heather réalise alors que Serena  n'est pas seule et qu'elle aurait dû sans doute frapper avant de rentrer chez elle comme une furie. Serena regard Casey un peu gênée et elle sent le rouge monter sur ses joues. Elle relève la tête vers la jolie rousse et sourit « Oh désolée je voulais pas interrompre euh... bref je repasserais plus tard .... ou demain.  » Serena sourit et s'éclairci la gorge pour tenter de faire partir sa gêne. Elle marche jusqu'à  Heather et la pousse gentiment vers la sortie. C'était comme se faire prendre en flagrant délit, en soi il n'y avait de gênant, Ils étaient adultes et ils ne faisaient rien de mal, mais pour Serena c'était tout de même un peu gênant, sans vraiment qu'elle puisse se l'expliquer. Heather recule tout en tenant le bras de son amie et sourit et ne se gêne pas pour jeter des petits regards entre Serena et Casey. Elle esquisse un clin d'œil et murmure « Wow il est totalement canon....» Serena se met à rire tout en la poussant plus vigoureusement vers la sortie cette fois. Elle entend Casey étouffer un rire dans son coin, il est évident qu'il a entendu, Heather n'était pas vraiment de nature discrète et encore moins quand il s'agissait de chose pareille. Elle ferme la porte et ne se retourne pas de suite vers le jeune homme, elle ferme les yeux et croise les doigts pour qu'il n'est rien entendu de ce que Heather avait pu dire  « Oh moins je sais que je plais à ta copine.  » il avait entendu, et il avait parfaitement compris, Serena ne pourrait pas trouver une autre explication. Elle se tourne lentement vers Casey et sourit « Oh Heather elle trouve tout le monde canon.» pourquoi? pourquoi elle avait ouvert la bouche au juste? « Je vois. » les deux jeunes se mettent rire, elle ne l'a peut être pas dit mais elle trouve Casey aussi totalement à son goût et plus que charmant. Elle lui fait signe d'aller s'assoir ils n'allaient pas rester dans l'entrée toute la soirée cela ne rimerait à rien. Ils restent un petit moment sans rien dire, ils portent leurs bouteilles de bières à leurs lèvres presque en même temps. Elle tourne le regard vers lui, mais lorsqu'il fait de même Serena braque ses yeux sur la télé en face d'elle. Elle sourit, la situation la fait doucement rire, elle se demande alors ce qu'il se serait passé si Heather n'avait pas tout interrompu tout à l'heure. Elle prend alors son courage à deux mains, elle pose sa bière devant elle sur la table basse et regarde son voisin « Tu veux peut être manger quelque chose? » ce n'est pas réellement ce  qu'elle voulait lui dire, mais au dernier moment elle n'a pas eu le courage. En réalité, elle voulait lui dire qu'elle était d'accord avec Heather. Il secoue la tête de manière négative et se rapproche un peu plus de Serena et sans plus entendre ses lèvres s'emparent des siennes. Elle ne pensait qu'à ses lèvres sur les siennes depuis que Heather avait interrompu leur moment. Elle ne se fait pas prier pour répondre à son baiser, elle passe ses mains dans ses cheveux et à contre cœur elle se détache de ses lèvres tout en souriant « On devrait peut être regarder le match non? c'est ce que tu voulais non en venant chez moi? » il laisse échapper un rire , elle ne tarde pas à le suivre. Bien sûr qu'elle se fichait du match, elle ne savait toujours pas de quel match il parlait. Et elle préférait largement l'activité à laquelle ils allaient s'adonner « On pourrait, oui. » il marque une pause et sourit en coin  « Ou on pourrait… » son regard équivoque la fait de nouveau sourire. Comme pour donner son accord, ses lèvres rencontrent les siennes dans un baiser chaste, et puis baiser qui s’intensifie au fur et à mesure. Elle ne se lasse pas de ses baisers, de ses caresses, de sa chaleur, de son corps et finalement, tout ça vaut bien plus que le programme initialement prévu par le jeune. Mais peut être qu'en venant chez elle ce soir, il savait très bien comment allait finir leur soirée. Cette nuit n'est que la première d'une longue série en compagnie Casey, en compagnie de l'homme qui la fera rester à Miami.






It may have been in pieces,
but I gave you the best of me


L'amour est un sentiment étrange. Un mélange d'alchimie et de destiné. Tout le monde a plus ou moins une idée du partenaire idéal, tout le monde a son coup de cœur pour telle ou telle célébrité mais finalement c'est l'amour qui choisit. Et c'est bien connue, on ne choisit pas de qui on va tomber amoureux. L'amour c'est une amitié qui s'embrase comme un feu de forêt, Serena avait lu cette métaphore dans un magasine féminin et si au début cette phrase lui avait fait levé les yeux au ciel et si elle avait cherché bien des raisons de se moquer de cet idée aujourd'hui elle pensait différemment. L'article du magasine disait aussi que si on avait la chance de trouver une personne avec qui on aimerait s'abandonner corps et âme, alors il fallait s'accrocher et foncer tête baissée , en espérant ne pas se brûler les ailes. La jeune blonde n'avait pas vraiment eu de chance en amour, elle n'avait pas non plus cherché  à en avoir au fond. Elle ne restait jamais très longtemps avec un homme, elle ne souhaitait en aucun cas s'attacher, elle ne souhaitait pas tomber amoureuse. Elle ne voulait pas s'engager dans une quelconque relation. Sa stabilité de vie n'était pas propice, son envie de bouger tous les mois ou presque ne pouvait pas marcher. Mais aujourd'hui, elle semblait avoir trouvé une certaine stabilité à Miami, elle était là depuis près d'un an et ne souhaitait pas faire ses valises pour partir vers de nouvelles aventures. Non elle se sentait bien dans cette ville. Peut être parce qu'elle avait trouvé l'homme qui avait su la convaincre de rester. Casey Whelan était cet homme là. Quand elle pensait à Casey, elle repensait un jour à ce que sa grand mère lui avait dit "Tu dois avoir la conviction que la personne dont tu t'éprends dans la vie...En vaut la peine, pour toi." et aujourd'hui elle en était convaincue. Elle était convaincue que cette personne était Casey. Elle était convaincue qu'il en valait la peine. Jamais elle n'a voulu s'engager auprès d'une autre personne, la peur de l'abandon étant bien trop présente. Elle sait pourtant que c'est une peur rationnelle et tout à fait normale au vue de son passé mais elle a bien souvent pris cette peur pour excuse. Une excuse pour éviter de souffrir, une excuse pour ne pas se poser. Quitter avant de s'attacher était con crédo depuis bien trop longtemps. Mais aujourd'hui tout semblait tellement différent, elle avait toujours cette peur en elle mais elle semblait surmontable. Plus qu'avant du moins. Serena plongée dans un sommeil profond sur le canapé ne remarque pas ce qui se trame dans ce petit appartement. Depuis qu'ils formaient officiellement un couple, Serena passait plus de temps chez Casey que chez elle. Le jeune homme vivait plus près de son travail et par conséquent de celui de la jeune femme. C'était plus simple pour eux d'eux de passer plus de temps ici, que chez Serena. Il lui avait même fait de la place dans son dressing pour qu'elle puisse mettre ses affaires, il lui avait aussi cédé un tiroir de sa commode. Ce qui avait bien fait rire la jeune blonde, elle ne vivait pas officiellement chez lui mais c'était tout comme. Elle ne s'est pas réveillée lorsque Casey a quitté le canapé pourtant elle n'aime pas quitter les bras du jeune homme, il n'est pas rare qu'elle tente de le retenir le plus possible lorsqu'il se lève plus tôt qu'elle pour rejoindre la caserne. Il lui ait d'ailleurs arrivé de se présenter pour sa garde avec quelques minutes de retard tout ça à cause de Serena. Mais il ne se plaignait jamais de ses retards.  Mais ce soir elle n'a pas bougé d'un cil. Elle n'a même pas ouvert les yeux. Elle est fatiguée, elle a travaillé toute la journée au restaurant, toute la journée sur ses pieds l'avait épuisée aujourd'hui, pourtant elle a l'habitude et si ce n'est pas le boulot qu'elle rêvait cela lui convenait parfaitement. C'était un travail stable et agréable, aucune pression.  Jamais elle n'aurait imaginé rester aussi longtemps à Miami, cette ville n'était qu'à la base une ville étape, une ville de transition dans sa vie. Mais le destin en décidé autrement, et elle n'était pas mécontente d'être restée. Enéa semblait elle aussi ravie que sa meilleure amie se pose enfin quelque part. Peut être parce qu'elle savait qu'elle avait enfin trouver son bonheur, elle ne pensait plus à fuir une quelconque peur et c'était un progrès pour Serena. Elle ne peut pas se passer de Casey, de ses bras, de son parfum. Elle est complètement accroc et dépendante du jeune homme, il est sa drogue, celle qu'elle a choisit. Jamais elle n'avait imaginé tomber aussi amoureuse de quelqu'un e ce sentiment à quelque chose de totalement effrayant et en même réconfortant  « Serena » il pose sa main sur son épaule et la presse délicatement pour ne pas la brusquer, pour seule réponse elle soupire et tourne le dos à Casey pour enfouir sa tête dans le coussin du canapé du salon, elle n'a aucune envie de se réveiller, elle veut juste dormir, elle n'a pas la force d'ouvrir les yeux. « Réveille toi marmotte » elle émet un petit son de mécontentement. Serena n'aime pas du tout être réveillée. Casey prend un gros risque ce soir, elle pourrait être de très mauvaise humeur pendant très longtemps pour cet affront. Casey l'enveloppe alors tendrement dans ses bras, comme pour se faire déjà pardonner. Lentement, elle se tourne vers lui, voulant profiter encore de la chaleur des bras, mais si elle apprécie ce contact et se genre de réveil, elle est de tout de même bien décidé à lui montrer qu'elle lui en veut. Ne serait-ce qu'un tout petit peu. Manière de marquer le coup. Mais quand elle croise son regard, elle se noie littéralement dans ses yeux et en oublie tout autour d'elle, elle oublie qu'elle veut lui faire payer de l'avoir réveillée en plein milieu de la nuit. Elle sourit tendrement à Casey et pose une main sur sa joue délicatement « Ne me dis pas que tu dois retourner à la caserne Casey. » il se penche vers  elle et dépose un baiser sur son front en lui murmurant que  ce n'est pas le cas. Elle semble rassurée, elle sait très bien que c'est son métier et elle est tombée amoureuse de Casey malgré cela mais à chaque fois qu'il lui dit au revoir où qu'elle entend l'alarme se déclencher à la caserne, elle ne peut s'empêcher de s'inquiéter. Bien sûr elle fait toujours comme si de rien n'était, mais au fond d'elle c'est la panique totale. Il lui sourit et se relève un peu, elle voit qu'il attrape quelque chose sur la table basse, mais sa position ne lui permet pas d'avoir une vue claire. Elle se relève alors un petit peu sur le canapé, toujours un peu endormi.  Il cache quelque chose derrière son dos, et elle veut savoir ce que c'est. Elle le regarde en plissant les yeux et en penchant la tête sur le côté afin de voir ce qu'il peut bien avoir dans ses mains, mais le jeune homme ne souhaite pas lui montrer de suite. De part son comportement, il sait que la curiosité de sa petite amie est à son apogée, elle meut d'envie de savoir ce qui se trame sous son nez « Tu as quoi dans ton dos Casey? » elle penche de nouveau sa tête sur le côté mais le jeune pompier lui bloque la vue et décide de la distraire avec un baiser. Ce n'est pas juste, c'est déloyal car elle ne résiste jamais à ses baisers, il le sait et s'en sert d'ailleurs un peu trop souvent pour se sortir de certaines situations. Comme quand elle lui reproche quelque chose, qu'une dispute va éclatée, il l'embrasse et elle oublie le pourquoi de sa colère ou elle oublie ce qu'elle voulait lui dire. Elle est terriblement faible face à Casey. Elle pose ses deux mains sur ses joues et se rapproche de lui comme pour déposer ses lèvres sur les siennes, mais elle n'a aucune intention de le faire, elle veut juste le déstabiliser, elle veut savoir ce qu'il cache. Mais il sait très bien ce qu'elle fait, il la connait bien. Il la laisse penser qu'elle mène la danse, mais au dernier moment il dépose un rapide baiser sur ses lèvres de nouveau, elle n'a pas réussit à le faire flancher. Mais il se relève un peu, s'assoit un peu plus près d'elle « Ferme les yeux s'il te plait. » elle le regarde un instant, réellement intriguée de ce qui va se passer. Son regard se pose sur l'horloge au dessus de la télé, il presque minuit et soudain elle se dit qu'il ne lui reste que quelques heures de sommeil avant de prendre son service. Mais cette pensée est vite éclipsée par le sourire pressant de son petit ami qui attend impatiemment qu'elle daigne lui obéir.  Il semble impatient, ce qui lui ressemble au fond, cela ne devrait en rien l'étonnée mais pourtant ce soir elle trouve cette impatience suspecte. Elle hausse les épaules et finit par fermer les yeux. Elle ne triche même pas  bien que l'envie soit bien présente. Elle s'assoit en tailleur sur le canapé, les yeux fermés et attend. Elle se demande vraiment ce que peut fabriquer Casey. Elle lutte contre l'envie d'ouvrir un œil, ne serait qu'un petit peu. Un peu comme quand elle regarde un film d'horreur et qu'elle se cache dans les bras du jeune homme, elle a beau mettre la main devant ses yeux pour ne pas voir la scène qui se déroule sous yeux, elle ne peut pas résister à l'envie de jeter un œil. Elle laisse alors dans ses doigts un petit espace pour regarder la télé, comme si voir l'image à moitié pouvait atténuer sa peur. Ce qui faisait d'ailleurs toujours rire Casey qui ne comprenait pas réellement le concept qui était pourtant universel chez la gente féminine. Elle bouge un peu pour montrer son impatience mais garde bien ses yeux fermés « Okay tu peux les ouvrir maintenant. » elle ouvre lentement les yeux, elle est anxieuse de découvrir ce qui se passe. Un sourire se forme sur ses lèvres au fur et à mesure qu'elle voit ce qui est face d'elle. Casey est assis sur la petite table du salon, un muffin dans les mains avec une bougie sur le dessus. Elle le regarde et se mord la lèvre inférieure  « Bon anniversaire Mademoiselle Renfield. » elle n'a qu'une envie sauter dans les bras de Casey, mais pourtant elle se retient. Elle souffle officiellement sa vingt-cinquième bougie à minuit pile ou plutôt à minuit et trois minutes. Il est officiellement le premier à lui souhaiter un joyeux anniversaire. « Fais un vœu.» elle fixe la flamme un instant, elle réfléchit au vœu qu'elle veut faire. Un vœu par an c'est peu, mais est ce que cela marche au fond? Elle a souvent fait des vœux pour ses anniversaires et aucun ne s'est vraiment réalisés. A vrai dire depuis l'âge de ses quinze ans elle fait inlassable le même vœu en soufflant cette stupide bougie et jamais il n'est devenu réalité. Mais aujourd'hui, elle avait envie d'être positive, de croire que ce vœu pourrait se réaliser et lui apporter le bonheur. Elle s'apprête à souffler la bougie mais se ravise au dernier moment et lève les yeux vers le jeune homme  « Et si je n'ai pas besoin de faire un vœu parce que j'ai déjà tout ce que je veux? » elle plonge son regard dans le sien, comme elle le fait si souvent depuis quelques temps « Alors souhaite que rien ne change. » elle ferme les yeux une seconde et souffle la bougie qui trône sur ce muffin qui lui fait terriblement envie. Casey lui adresse un clin d'œil, il pose alors le gâteau sur la table. Si elle était fatiguée et peu réveillée il y a quelques minutes, maintenant c'était tout le contraire. Elle ne résiste pas à l'envie de goûter aux lèvres de Casey, elle met ses mains autour de son cou pour qu'il se rapproche et l'embrasse. Elle espère vraiment que cette fois son vœu se réalisera, il est plus réalisable que celui qu'elle ne cessait de faire après tout. Mais elle décide de chasser toutes ses questions de son esprit et de simplement profiter de ce moment avec lui. La sonnerie de son téléphone portable se fait entendre, un message vient d'arriver.  Elle étouffe un petit rire et à contre cœur, elle se lève pour quitter ses bras. Elle a sa petite idée sur la nature de ce message nocturne, mais elle ne peut s'empêcher de vouloir le lire de suite. Casey s'installe confortablement dans le canapé et ne la lâche pas du regard lorsqu'elle lit son message. Un sourire de pur bonheur s'affiche sur son visage, il s'illumine d'un coup. Le nom de sa meilleure amie s'affiche sur l'écran, elle aussi veut être la première à lui souhaiter un bon anniversaire, ce qui habituellement est le cas. Enéa est toujours la première avec un message ou un appel à minuit pile pour le huit mars. Mais cette année elle est arrivée en seconde position, et son message la fait rire. Car elle le sait qu'elle s'est fait battre au poteau cette année, elle a dix minutes de retard et met ce retard sur le dos d'un stupide défilé de mode auquel elle ne voulait même pas se rendre. Serena regarde Casey sur le canapé, ce dernier lui répond par un sourire. Elle tapote alors rapidement un réponse pour Enéa en lui disant qu'effectivement, elle a été battue cette année et elle lui dit ce que son petit ami à fait pour elle. Utiliser le mot "petit ami" lui fait bizarre mais en même temps elle aime cette idée. Cela signifie que Casey est à elle, et rien qu'à elle. Et même si c'est terrifiant, c'est exaltant en même temps. Elle pose son téléphone sur le comptoir de la cuisine et fait un pas vers le canapé lorsque finalement elle se ravise et revient vers son téléphone portable. Elle n'a aucune intention de téléphoner ou quoi que ce soit mais elle coupe le son. Ils ne pourront plus être dérangé ce soir. Elle trottine jusqu'au canapé et prend place aux côtés du pompier tout en souriant comme une enfant.  « Tu crois que je peux manger mon gâteau? » elle attend l'autorisation mais en vrai elle meurt d'envie de goûter au muffin depuis qu'il lui a présenté. Elle sait que ce muffin sera excellent puisqu'elle sait qu'il vient du restaurant, elle a reconnu l'emballage et c'est d'ailleurs la raison première de son impatience pour le manger. Elle raffole des muffins de Karine. Serena a toujours été une gourmande, et encore plus lorsqu'il s'agissait de ces petits gâteaux en particulier. Elle sait aussi que ce n'est pas par hasard qu'il a choisit un muffin pour son gâteau d'anniversaire, Casey le sait très bien qu'elle ne résiste jamais à ces douceurs. Il acquiesce mais avant de lui tendre le gâteau il la regarde tout en le gardant près de lui  « On partage hein? » elle sourit, et fait mine de réfléchir, elle tend la main vers lui pour lui voler le muffin des mains, une fois fait elle le regarde comme si c'était le graal et qu'elle l'avait enfin entre les mains. Elle regarde à tour de rôle Casey et le muffin  « Je sais pas si tu le mérites. » il prend un air offusqué, et se rapproche de la jeune femme tout en posant sa main sur ses hanches, il se rapproche encore un peu plus, il dépose un baiser dans sou cou, puis un autre et un autre ce qui fait immédiatement sourire la jeune blonde. Elle ne résiste jamais à ce genre d'attention de sa part, non les bisous dans le cou son sa faiblesse. Il pourrait obtenir tut ce qu'il veut d'elle avec ce genre d'attention, il reste toujours près d'elle et lui murmure « J'ai sauvé un petit chat du feu aujourd'hui. »  cette réponse la fait rire. Elle tente de ne pas rire, vraiment pas mais elle ne peut résister. Le jeune homme se recule pour lui faire face, il semble vexé par son attitude, bien sûr il en rajoute un peu et cette attitude n'aide pas Serena a reprendre son sérieux face à lui. A la vue de sa tête, elle éclate littéralement de rire « Ne rigole je suis sérieux.»  bien sûr qu'il l'était, elle n'en doutait pas mais elle s'attendait à tout sauf à cette réponse de sa part en réalité. Elle pince ses lèvres pour reprendre son sérieux, elle inspire et le regarde et l'enlacement tendrement comme pour se faire pardonner de s'être moquée de lui quelques minutes plus tôt « Mais je ne me moque pas, je suis que la charmante propriétaire du petit félin t'as chaleureusement remerciée. » tout en posant ses mains sur ses joues « Elle a voulu m'inviter boire un verre ou deux. Elle a été très reconnaissante. » elle s'imaginait une grand mère qui pour le remercier lui aurait sans doute pincer les joues comme elles font toutes mais le fait qu'il lui dise qu'elle l'avait invité à boire un verre révéler alors que la charmante propriétaire du chat devait être plus jeune. Une pointe de jalousie fait son apparition, elle sait que Casey a beaucoup de succès avec les femmes, elle le sait, elle l'a vu. Et elle ne peut s'empêcher d'être jalouse à chaque fois qu'une femme ose le regarder ou même ne serait-ce que lui toucher le bras. « Oh vraiment.... et tu lui a répondu quoi?  » la jalousie s'entend dans sa voix et comme par réflexe elle coupe un bout de son gâteau sans en proposer au jeune homme et le mange. Il sourit, il s'amuse de la situation «  Je lui ait dit que c'était très gentil de sa part mais que j'avais des projets pour ce soir. » il marque une pause avant de terminer « mais on a convenu d'un rendez vous demain soir. Je ne peux décemment pas refuser un tel remerciement n'est ce pas? » elle le fusille du regard, elle ne sait pas bien s'il plaisante ou s'il est sérieux au final. Elle a dû mal à savoir avec lui. Il attend quelques minutes avant de rire de s'emparer des lèvres de Serena encore une fois. Avec ce baiser, elle oublie tout ce qu'il a pu dire avant, elle lui tend le muffin et il mord dedans. Serena ne dormira pas le reste de la nuit, Casey non plus. Ils n'ont pas vraiment vu le temps passé mais ils le regretteraient sans doute durant la journée qui allait suivre. Elle n'avait pas passé d'anniversaire comme ça depuis bien longtemps, depuis qu'elle était partie de chez elle, ses anniversaires se ressemblaient et se suivaient. Elle restait des heures au téléphone avec Enéa, elle restait dans son appartement ou elle travaillait. Mais ce soir était vraiment parfois pour la jeune blonde.  (...)




Dernière édition par Serena Renfield le Sam 6 Fév - 17:15, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 463
ADRESSE ↦ : une jolie maison #58 - capitol hill w/asher rhodes


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: verite - weekend + One republic + 30STM + Munford & sons + Betty Who

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: fly like a bird through the night ≈ Serena   Sam 20 Juin - 20:34

(...) Serena ouvre à peine les yeux, elle n'a aucune envie de regarder l'heure qu'il est, aucune envie de quitter les bras de Casey. Elle referme les yeux et se blottit un peu plus contre son homme, ce dernier resserre son étreinte autour de ses épaules. Il est rentré il y a seulement quelques heures de sa garde. Une certaine routine s'est installée mais elle n'est pas désagréable, elle est réconfortante pour la jeune blonde, qui depuis son arrivée à Miami avait trouvé la stabilité dont elle avait besoin. Elle le regarde un instant dormir et finalement elle se résout à se lever, avant que son réveil ne se mette en route, elle éteint la sonnerie, pour éviter de déranger Casey. Mais elle ne peut s'empêcher d'avoir un pressentiment sur cette journée, elle ne peut pas l'expliquer mais il y a quelque chose qui la dérange. Elle a pourtant dormi toute la nuit, mais elle se sent fatiguée, comme si elle n'avait pas eu son quota d'heure de sommeil, comme si elle avait presque passé une nuit blanche. Elle a ce poids sur la poitrine qu'elle ne sait expliquer, qu'elle ne sait reconnaître. Une fois devant le miroir de la salle de bain, elle s'examine avec attention, ses traits sont tirés, elle a de petits yeux. Elle soupire et se glisse dans la douche, peut être que cela va la réveiller et faire partir cette idée qu'elle ferait mieux de rester au lit avec Casey plutôt que d'aller travailler. Elle mit plus de temps que d'habitude pour se préparer ce qui fait qu'elle est arrivée en retard au restaurant, pas un énorme retard mais suffisant pour finir de la contrariée pour le reste de la journée. Le reste de la journée ne fut pas mieux pour la cadette Renfield, ce n'était pas vendredi 13 pourtant mais c'était tout comme. Serena est une fille très superstitieuse, elle déteste le vendredi 13, elle ne passe jamais sous une échelle, ne pose jamais son pied gauche en premier en sortant du lit, ne brise jamais un miroir .... Elle ne sait pas vraiment d'où vient cette obsession, mais elle ne peut pas s'en débarrasser. Et si l'on rajoute à cela que la journée fut très longue, une impression de journée sans fin, on pouvait vraiment dire qu'aujourd'hui n'était pas son jour. Elle est alors soulagée lorsque la pendule indique l'heure pour elle de partir, si habituellement elle traîne toujours un peu plus pour être sûr que Karine n'a pas besoin d'aide, aujourd'hui elle ne fait pas d'heures supplémentaire. Elle ramasse rapidement ces affaires et se précipite vers la sortir. Elle aperçoit Casey qui l'attend devant le restaurant, elle affiche un immense et sincère sourire, le premier de toute la journée « Tu peux pas savoir à quel point je suis contente de te voir. » elle se jette littéralement dans ses bras, le jeune homme ne semble pas vraiment comprendre ce qui se passe mais la connait assez bien aujourd'hui pour savoir qu'il ne vaut mieux pas lui demander d'explication. Il sait qu'elle lui parlera quand elle en aura besoin, elle enfouie un peu plus son visage dans le cou du jeune homme « A ce point? » avec une pointe d'humour dans sa voix mais Serena ne relève rien du tout. Elle a juste envie de rentrer chez elle et de ne plus en sortir, elle n'a qu'une hâte que cette journée se finisse enfin pour retrouver sa bonne humeur demain. Casey n'ajoute rien de plus et le couple prend alors la direction de l'appartement de Serena, elle devait finir de ranger ses affaires pour officialiser le fait qu'elle et Casey vivait ensemble maintenant. A la fin du mois, elle allait rendre son appartement, qu'elle gardait au cas où mais elle n'y vivait déjà plus depuis un moment. Le trajet se fit dans le silence le plus complet, silence qui n'aidait pas Serena à se défaire de ce pressentiment négatif. Après avoir conduit une petit vingtaine de minutes, le couple se gare devant la résidence et avec des cartons sous les bras ils se dirigent vers l'appartement. A peine la porte ouverte, Serena s'arrête net en voyant la personne devant elle, si bien que Casey qui regarde son téléphone portable lui fonce dedans « Maman? » elle manque de s'étouffer en la voyant ici devant elle. Voilà pourquoi cet horrible pressentiment que quelque chose allait arrive ne l'avait pas quitter depuis ce matin. Le diable en personne lui rendait visite. Peut être qu'elle exagère, c'est vrai, sa mère n'est pas si diabolique que ça. Mais si elle est là, devant Serena, dans son appartement c'est qu'elle a une idée derrière la tête et ça elle en est persuadée. Si l'humeur de la jeune serveuse n'était pas au beau fixe, voir sa mère dans son salon n'aidait en aucun cas  « Bonjour ma chérie. » avec un immense sourire tellement hypocrite que Serena roule des yeux. Sa mère fait un pas vers elle pour la prendre dans ses bras, mais Serena fait un pas en arrière. Les rapports avec ses parents sont définitivement très mauvais, Casey n'ose rien dire, il connait l'histoire. Et ne veut visiblement pas s'en mêler et c'est sans doute une sage décision. Depuis que Serena avait fuit la maison familiale, elle n'avait eu que très peu de contact avec ses parents. C'était sans doute mieux pour tout le monde comme cela. Son père lui en voulait beaucoup d'avoir fuit ses responsabilité dans l'entreprise familiale et a mère lui en voulait tout simplement d'être partie presque comme une voleuse. Serena pose son sac à main dans l'entrée ainsi que les cartons qu'elle tenait et sur un ton presque glacial elle s'adresse à sa mère « Qu'est ce que tu fais ici? » Serena affiche un sourire forcé son égard peut être pour atténuer sa contrariété dans sa voix. Sa mère n'a encore rien dit, et cela ne présage rien de bon. Si elle est là aujourd'hui c'est qu'elle veut quelque chose, ce n'est en aucun cas une visite de courtoisie. Elle la connait trop bien pour se dire que cette visite est complètement innocente. Serena appréhende réellement ce qu'elle va lui annoncer mais elle s'est qu'elle ne va pas aimer « J'espère que je n'interromps rien.» elle regarde Casey, le jeune homme comprend rapidement qu'il est temps pour lui de s'éclipser, pourtant Serena le supplie du regard de rester avec elle. Elle ne se sent pas capable d'affronter sa mère sans lui, non vraiment pas. Casey s'approche d'elle, lui dépose un baiser rapide sur les lèvres et se retourne vers madame Renfield tout en lui souriant chaleureusement  « Je te laisse Serena, ravie de vous avoir rencontré madame Renfield. » elle le reconduit à la porte, et elle lui chuchote qu'elle le rejoindra chez lui plus tard. Toujours dos à sa mère, elle ferme la porte et prend un instant pour se calmer, pour éviter de craquer dès le début de la conversation. Mais bien sûr toute bonne résolution pour se comporter en petite fille parfaite vole en éclat dès qu'elle croise le regard de sa mère, qui comme à son habitude regarde autour d'elle avec un air hautain et hautement réprobateur. Serena inspire. Non elle ne fera aucune réflexion, du moins pas de suite. La jeune blonde fait quelques pas de plus pour rejoindre son salon et demande naturellement - ou presque - à sa mère « Comment tu es entrée chez moi? »  sa mère a éviter pour l'instant la question qui fâche: la raison de sa présence à Miami. Car oui si elle a fait le voyage jusqu'ici il est évident que ce n'est pas simplement pour visiter son appartement ou simplement demander comment elle va ces temps-ci. Et ce n'est pas non plus pour soutenir sa fille pour cet anniversaire tragique qui a touché il y a quelques années la famille. Non car il faut être réaliste, Diana Renfield a probablement déjà oublié cette date là. Elle a joué la comédie pendant quelques temps en étant la mère si triste de la perte de son fils ainé mais aujourd'hui c'était bien révolue, ce qui révolte Serena. Mais elle est bien décidé de ne pas aborder le sujet, car cela ne servirait à rien d'avoir une énième dispute sur ce sujet. Mais ce n'est probablement pas non plus innocent de sa part d'avoir choisit ce moment là précisément pour rendre visite à sa fille. Elle sait bien que Serena est plus sensible, plus manipulable à cette  date là. Diana pose son sac à main sur la table basse « Ton propriétaire m'a laissé entrer. Je trouve ça d'ailleurs très dangereux de savoir qu'il a le double des clés de chez toi et que donc il peut venir quand il le souhaite. » ce que Serena trouvait dangereux c'était effectivement de se servir de ce double de clés pour faire rentrer n'importe qui chez elle. Car comment pouvait-il savoir qu'elle était bien sa mère après tout? Avait-il demandé une pièce d'identité? le livret de famille? Qu'il ouvre aux policiers, aux pompiers, aux huissiers même passent encore mais là c'était clairement une violation de propriété privée. D'ailleurs elle se dit qu'il fallait qu'elle touche deux mots à son propriétaire sur ce comportement irresponsable. Peut être qu'elle en rajoute, certes mais c'est une question de principes. A la vue de l'expression qu'affiche sa mère, Serena décide alors de prendre cela à dérision comme beaucoup de chose lorsque cela concerne ses parents « C'est une question de sécurité maman. Il se doit d'avoir les clés de tous les appartements de l'immeuble. » elle marque une pause et ajoute avec un petit sourire narquois « Tu sais au cas où il y est un meurtre, il faut bien que quelqu'un découvre mon corps non? » elle interroge sa mère, même si elle sait que cette dernière ne va pas apprécier sa petit blague de mauvais goût. Ce qui est rapidement confirmer par sa réaction. Parfois il n'y a pas besoin de mots pour réellement exprimer ce que l'on veut dire. Et Diana le savait parfaitement. Elle se pince les lèvres, sans doute pour ne rien ajouter, car elle sait que sa fille aura toujours une réponse à lui donner. Elle fait alors quelques pas vers le mur à sa droite et parcours les photos du regard. Serena et Robb lorsqu'ils n'étaient encore que des enfants, beaucoup de photos de Enéa, quelques unes du lycée ou encore à son mariage. Et puis des photos avec des personnes qu'elle ne connait pas. Et qu'elle ne connaîtra jamais mais une photo attire son regard: celle de Casey. Elle sourit et se tourne vers sa fille « Il a l'air gentil ce jeune homme.» elle va à la pêche aux informations. Mais cela ne marchera pas. Serena prend une pile de livres et de magasines qu'elle dépose dans un carton « Casey? oui il est très gentil maman.» rien de plus. Elle ne parlera pas de sa relation avec Casey à sa mère, elle ne veut pas entendre ses remarques sur le fait qu'il n'est sans doute pas assez bien pour elle, qu'il n'est qu'une passade pour Serena. Car oui elle a déjà entendu tout ça venant de sa mère et aujourd'hui n'est pas le jour pour qu'elle subisse encore cela. « Oh je t'ai apporté un cadeau ma puce.» elle sourit et lève les bras au ciel comme si elle avait presque oublier la raison de sa présence. Elle préfère changer de conversation quand elle voit que Serena ne veut visiblement pas parler de Casey. Elle se penche et attrape une jolie poche nacré avec un magnifique petit ruban en soie bleu en forme de nœud. Elle le tend alors à sa fille, d'abord hésitante elle regarde la poche sans savoir si elle veut vraiment savoir ce qu'il contient ou non. Elle a cette sensation de piège. C'est vraiment cynique de penser cela de sa mère, mais le passé à appris beaucoup de chose à Serena concernant les cadeaux de sa mère. Diana se rapproche de Serena et lui tend une nouvelle fois le cadeau « Le nouveau sac à main de ton designer préféré. » un petit spoiler sur la contenance du sac comme pour tenter Serena de prendre le cadeau. Un cadeau hors de prix suivit d'inlassablement de la même demande, et qui entraine toujours la même réponse de la part de la cadette de famille. Si parfois, elle regrette d'être partie de chez elle comme elle l'a fait, à chaque fois qu'elle discute avec ses parents elle se dit que c'était la meilleure idée qu'elle n'est jamais eu. Elle a pu vivre sa vie comme elle l'entendait, certes elle ne roulait pas sur l'or mais et elle ne pouvait par conséquent s'acheter un sac de son couturier favori mais peu importe elle était heureuse « Je ne veux pas de ton cadeau maman, je ne rentrerais pas à la maison. » elle peut paraître froide et limite insolente mais elle  veut juste que ses parents comprennent qu'elle veut faire ce qu'elle a envie, elle ne veut pas vivre une vie dictée de A à Z. Si cela avait convenue à Walter Renfield, ce n'est pas le cas de sa fille. Il a bien essayé de faire entrer ses enfants dans un moule depuis leur enfance, mais aucun n'a accepté cette vie toute tracée. Et aujourd'hui, c'est comme s'ils avaient perdus leurs deux enfants et pourtant cela ne semble pas les culpabiliser ou bien les faire réagir sur leur comportement. A croire que certaines personnes n'apprennent pas de leurs erreurs  « C'est juste un cadeau ma puce. Je voulais simplement te faire plaisir pour ton anniversaire.» Serena aurait pu y croire, le seul problème c'est qu'il y a tellement eu de mensonges et de manipulation qu'elle a bien dû mal à se dire que ce cadeau est en effet un cadeau sans arrières pensées. C'est triste d'en arriver à ce point là, au point qu'elle ne peut plus faire confiance à ses parents et qu'elle questionne la moindre de leurs actions. Serena croise les bras sur sa poitrine, bien décidée à faire comprendre à sa mère qu'elle n'est pas la bienvenue. Si la journée n'avait pas bien commencé, elle n'allait pas bien se terminer c'était une évidence. Elle aurait aimé que Casey reste un peu plus longtemps, sa présence aurait sans doute apaiser les tensions dans la pièce « Ce n'est que dans deux mois. » elle regarde Diana et décide d'en venir à la raison de sa présence en ville, elle n'a plus envie de tourner autour du pot et de parler des banalités de la vie, elle n'a pas la patience pour cela ce soir « Pourquoi tu es là? » son visage est fermé, aucune émotion ne transparait. Elle veut en finir au plus vite « Tu ne m'as pas laissé le choix Serena. Tu ne réponds pas à mes appels ou mes messages. Ni à ceux de ton père. » elle étouffe un rire, un rire qui sonne faux. Elle lève les bras et les laisse retomber le long de son corps en signe d'une totale exaspération, elle secoue la tête de droite à gauche, est ce que sa mère ne peut pas prendre cette attitude comme une réponse évidente à sa question « Parce que je n'ai pas envie de te parler ou de lui parler maman.» c'est une telle évidence. Quand une personne évite vos appels ou vos sms c'est qu'il y a une raison et cela veut aussi dire qu'elle ne souhaite pas vous voir débarquer chez elle à l'improviste. Du moins dans la situation des femmes de la famille, c'était le cas. Si Serena coupait peu à peu les ponts avec ses parents ce n'était pas simplement pour les agacer, non c'est qu'elle en avait besoin. Depuis la mort de Robb les rapports familiaux étaient plus que compliqués, certes ils l'étaient bien avant, depuis le départ de leur fils ainé en vérité. Et Serena avait choisit son camp, celui de son frère. Elle aurait pu faire un effort pour comprendre ses parents, mais les voir rejeter la faute sur Robb la mettait hors d'elle « Je suis ta mère, tu es obligé de me parler.» elle ouvre grand les yeux est-elle vraiment sérieuse? « Non je ne suis pas obligée maman. Je n'ai rien à te dire ou je n'ai pas envie d'entendre ce que tu vas me dire, que j'ai rater ma vie bla bla bla. Je ne veux rien entendre. » elle est excédée par toute cette mascarade. Diana pouvait bien jouer les innocentes mais Serena n'était pas dupe. Bien sûr sa mère était tout aussi manipulatrice que son père sauf qu'elle était bien plus discrète, bien plus sournoise au fond. Si au début Serena admirait ce côté de la personnalité de sa mère, aujourd'hui qu'elle l'utilisait contre elle, c'était de suite moins admirable il fallait le dire. Serena savait comment la discussion allait se terminer, un vrai dialogue de sourd entres elles et pourtant, elles insistaient toutes les deux . Diana pose une main sur son cœur et affiche une minée offusquée et triste, elle s'approche de Serena  « Je suis blessée par ton comportement ma chérie. Tu es censée être la petite fille toute douce et ...» elle touche une mèche de ses cheveux comme elle avait l'habitude de le faire quand elle avait une discussion sérieuse avec Serena lorsqu'elle était plus jeune, mais aujourd'hui elle n'est plus une enfant et elle ne compte pas se laisser manipuler aussi facilement. D'un geste brusque elle repousse la main de sa mère « Comparé à Robb c'est ça? Je suis censée être la petite fille parfaite qui obéis au doigt et à l'œil hein? beh tu sais quoi j'en ai ma claque. » il y avait tellement de non dit dans la famille Renfield que c'était peut être une bonne chose que tout éclate aujourd'hui. Car oui Serena avait toujours été la petite fille modèle, sérieuse en cours, docile et obéissante mais elle avait grandit et elle avait pu prendre du recul avec tout ça. Lorsqu'elle était enfant elle ne comprenait pourquoi Robb défiait tout le temps ses parents, elle lui faisait parfois la morale sur son comportement, ce qui faisait rire le jeune homme. Elle se souvient qu'il lui répétait sans cesse qu'elle était encore bien trop jeune pour comprendre, mais qu'un jour elle comprendrait ce besoin de se rebeller. Elle se souvenait aussi qu'il avait l'air heureux du moins lorsqu'ils étaient tous les deux. Il n'a jamais essayé de lui dire quoi faire, il l'encourageait toujours à prendre ses propres décisions, à faire des expériences, en d'autres mots il lui a toujours dit de profiter de sa vie ce qu'elle avait sans doute oublié pendant quelques temps « Je comprends pourquoi tu m'en veux.  Mais on a déjà eu des disputes avant et j'ai toujours patienté que tu reviennes vers moi et que tu me pardonnes. » il parait qu'on doit s'efforcer de pardonner. On doit aussi oublier et aller de l'avant quand quelque chose de grave nous arrive, car c'est notre expérience qui nous fait grandir. On apprend de nos erreurs.  Trop souvent, on ne fait ni l'un ni l'autre. A la place, on garde nos rancunes et on reste fâchés. Blessures, colères, traîtrise sont des choses difficiles à pardonner. Encore plus à oublier. Serena ne peut pas oublier, elle ne peut pas oublier l'enfer qu'à vécu Robb à cause de ses parents. Elle a toujours pris sa défense et la prendra encore et toujours quoi qu'ils fassent. Ca ne changera jamais. Elle la prendra encore toute sa vie, il est hors de question qu'on dise du mal de son grand frère. Quoi qu'il est pu faire ou ne pas faire, peu importe. Personne n'a ce droit, pas même Walter et Diana Renfield. Serena commence à perdre petit à petit sa mince patience, elle hausse le ton  « De quoi tu as besoin? Parce que c'est toujours de ça qu'il s'agit ou qu'est ce que papa veut cette fois hein? » elle laisse éclater sa colère. Elle en a besoin. Elle a besoin de dire ce qu'elle a sur le cœur, ce qu'elle a gardé si longtemps en elle pour ne blesser personne et parce qu'elle n'a jamais trouvé le courage de tenir tête à ses parents « Tu as besoin que je te pardonne?  » sa mère hoche la tête de manière positive « Très bien. Je te pardonne alors. » elle se laisse tomber sur son canapé et regarde sa mère, elle ne pense bien entendu aucun des mots qu'elle vient de dire, mais si cela peut faire partir sa mère le plus vite possible, elle serait prête à faire ou dire n'importe quoi « Mais tu ne le penses pas vraiment. » l'attitude de sa mère énerve de plus en plus Serena. Elle n'en peut plus de cette conversation qui l'épuise et qui tourne en rond. Pourquoi ne dit-elle pas pourquoi elle est venue jusqu'ici, parce qu'il faut être réaliste ce n'est pas simplement pour offrir un cadeau hors de prix à sa fille « Non c'est un mensonge. Parce que c'est la base de notre relation dans cette famille. Le mensonge. » Diana est outrée par l'attitude de sa fille. Serena se lève et se dirige vers la porte d'entrée, elle l'ouvre et fait signe à s amère que la conversation est terminée « Je veux que tu partes maman. S'il te plait part maintenant. »  elle semble rendre les armes, elle attrape son sac à main et sa veste, elle fait les quelques pas qui la sépare de la porte d'entrée, mais elle s'arrête sur le pas de porte et tourne pour faire face à sa fille et d'un ton plus que sérieux elle prend la parole « Serena ta petite crise a assez durée, tu rentres à la maison et tu vas travailler à l'hôtel. Et aucune négociation. Ton père est malade. Il doit subir une opération et il ne pourra plus gérer la société seul. » un nouveau mensonge? Walter Renfield en est bien capable, se servir de son état de santé pour apitoyer sa fille, pour lui faire entendre raison. Mais cette phrase la fait réfléchir quelques secondes. Elle est peut être en froid avec lui mais elle ne veut pas qu'il meure, non elle n'est pas aussi insensible. Elle avale difficilement et scrute le regard de sa mère, elle tente d'y déceler un mensonge ou la vérité. Elle regarde ses chaussures une seconde et relève le regard vers Diana  et fait un signe négatif de la tête. Mais elle est perdue, elle ne sait plus quoi faire. Elle est dans le doute, sa mère le sait  « Tu n'as pas le choix, on t'a laissé partir parce qu'on s'est dit que ça t'aiderait à grandir un peu, à prendre tes responsabilités et maintenant tu dois les assumer. » Diana tourne les talons et remet un billet d'avion dans les mains de sa fille, elle regarde la date de ce vol: dans un mois. Elle a un mois pour faire ses valises et rentrer à Washington, elle sait que c'est un ultimatum, il n'est pas clairement dit mais c'est implicite dans la famille. Serena claque la porte une fois sa mère partie et se laisse glisser le long de cette dernière. Elle ne veut pas partir, non elle en n'a aucune envie. Elle ne veut pas quitter Casey mais elle ne peut pas lui demander de venir avec elle, elle ne peut pas être aussi égoïste que ça. Elle ne peut pas lui demander de faire un choix. Elle sait que la seule solution: c'est elle de le faire choix. Casey ou sa famille. Et si on lui avait posé la question avant cette discussion, elle aurait choisit Casey mais le fait d'apprendre que son père est malade la fait douter. Sa mère a gagné, son père a gagné car elle hésite maintenant. C'était tout ce qu'il fallait au fond. La manipulation est art.





Is it still manipulation if you know it's happening,
but it works anyway?


Installée dans la salle d'attente depuis plusieurs heures, Serena jette un premier coup d’œil à la pendule accrochée à sa gauche puis un second, et un troisième. Elle n'aime pas cette attente, et ce silence autour d'elle. Le talon de sa chaussure tape de façon continue sur le sol en lino. Elle joue avec sa bague tellement elle est nerveuse en ce moment. Pourtant relativement patiente, l'attente joue avec ses nerfs et devient alors insoutenable, et chaque battement de porte éveille en elle une lueur d'espoir qui s'éteint dès qu'elle comprend qu'on ne vient pas pour elle. On ne lui disait pas un mot sur l'avancée des soins, ni même quoi que ce soit à vrai dire. Elle détestait l'attente dans cet endroit. Elle s'imagine le pire sur l'état de son petit ami, elle déteste être gardée dans l'ignorance comme cela.  « Mademoiselle Renfield? » la jeune  blonde se lève  rapidement et s'approche du médecin, comme pour la rassurer il pose sa main sur l'épaule de la jeune femme et affiche un petit sourire rassurant, il devait avoir lu la panique dans son regard lorsqu'il l'a appelé  « Il va bien, sa blessure n'est pas grave. » elle laisse échapper un soupir de soulagement sans prêter davantage attention aux autres détails de ce charabia médical auquel elle ne comprend rien. Et elle ne cherche pas à comprendre non plus. Elle avait eu l'essentiel : Casey va bien et le reste n'était pas important pour elle  « Vous pouvez aller le voir. » Elle remercie le médecin rapidement et une infirmière lui indique le chemin. Elle presse le pas pour arriver plus vite dans la chambre portant le numéro 10. Elle veut bien croire le médecin mais elle veut en avoir le cœur net, elle veut voir par elle même l'état de Casey. Elle pousse la porte de la chambre de Casey et s'arrête net devant la scène qui se déroule sous ses yeux. Keira  et Casey visiblement en grande conversation et un peu trop proches à son goût. Serena reste interdite devant ce qui s'offre à ses yeux.  Pourtant, combien de fois il lui a assuré qu'il ne se passait rien entre eux, qu'ils étaient simplement de très bons amis. Elle lui faisait confiance, sincèrement mais elle ne pouvait s'empêcher d'être jalouse à chaque fois. Elle avait confiance en lui, mais certainement pas en elle. C'est dans son caractère, et elle ne peut rien y faire. Elle  décide à frapper légèrement trois petits coups sur la porte pour faire remarquer sa présence et  affiche un sourire complètement forcé et faux lorsque les regards se tourne vers elle. Elle ne veut pas paraître désagréable, ou glaciale mais elle a bien du mal à contenir sa jalousie envers Keira qu'elle trouve bien trop proche et bien trop tactile avec Casey et cela depuis qu'elle a fait sa connaissance. Elle sait qu'elle doit travailler sur son côté jaloux, elle en est consciente mais c'est plus fort qu'elle. Dans une autre vie Keira et Serena aurait pu être amies. Mais dans cette vie là c'était impossible pour Serena de faire confiance à cette fausse blonde. Combien de fois lorsque les pompiers venaient prendre leur déjeuner ou leur petit déjeuner au restaurant, elle avait eu envie de lui renverser le café brulant sur les genoux, ou bien de renverser son verre de sirop bien sucré et collant dessus? A chaque fois à vrai dire. Mais elle prenait sur elle, ne montrait que rarement ce côté là en public, bien en privé elle ne se gênait pas le faire remarquer à Casey qui lui s'amusait bien trop de la situation « J'interromps quelque chose peut être? » si il y a quelque jours cette situation aurait pu sembler anodine, aujourd'hui ce n'était pas le cas. Premièrement parce que Serena avait dû patienter des heures dans cette salle d'attente sordide pour qu'on la laisse enfin voir Casey et qu'on daigne lui dire quelque chose sur son état, alors que Keira était avec lui depuis le début. Et deuxièmement, parce que sa mère avait réussit à la faire douter plus qu'il ne le fallait sur sa présence ici, et sur le fait que retourner auprès de sa famille - aussi dysfonctionnelle soit-elle - était peut être la chose la plus responsable à faire. Pourtant l'idée de quitter Casey lui était insupportable. Elle ne pouvait pas se faire à cette idée, mais tout était tellement embrouillé dans son esprit. Et probablement que Casey le sentait aussi. Elle ne lui avait pas vraiment dit ce qui c'était passé avec sa mère, il savait qu'elles s'étaient encore disputées mais c'est tout. Elle ne lui avait pas dit que son père était malade - enfin si c'était la vérité - elle ne lui avait pas dit qu'elle avait un billet de retour simple pour Washington. Serena était en train de tout faire foirer avec Casey seulement pour se donner une raison, pour se donner du courage de tout plaquer et d'écouter ses parents. Pour redevenir cette petite fille obéissante qu'elle avait laissé derrière elle il y a des années. Ses parents arrivaient toujours à la manipuler malgré ce qu'elle pouvait dire. « Hey Serena. Non pas du tout je tenais juste compagnie à monsieur pour éviter qu'il s'évade. » sur un ton enjoué et moqueur, elle  prend Casey dans ses bras, Serena toujours sur le pas de porte regarde la scène sans rien dire. Elle a toujours était jalouse de Keira, mais depuis quelques temps le couple se prenait régulièrement la tête sur cette amitié que Serena jugeait un peu trop ambigüe. Alors que pour Casey c'était totalement innocent. Elle n'avait qu'une envie exploser, elle voulait lui crier de lâcher Casey de suite mais elle ne fit rien. Elle sourit à la jeune femme lorsqu'elle s'apprête à sortir, elle tente de mettre de côté cette tension. Une fois seul, elle regarde Casey et soupire. Elle est tellement soulagé qu'il aille bien, lorsqu'elle avait reçu ce coup de téléphone de la part d'un collègue du pompier elle avait cru que le monde venait de s'écrouler autour d'elle. Car bien sûr, comme tout le monde, elle avait de suite pensé au pire. Comment ne pas y penser quand on est en couple avec un pompier? Mais le lieutenant de son équipe l'avait rapidement rassuré, il avait su comment la calmer. Il devait avoir l'habitude avec ce genre d'appel maintenant. Elle s'avance vers lui et pose délicatement sa main sur son bras « Rien de grave, quelques bleus c'est tout. » il lui prend la main et la presse légèrement comme pour la rassurer. Elle ne dit rien et adresse simplement un sourire affectueux à Casey. Son regard parcours son visage et s'arrête sur le bleu autour de son œil qui commence à apparaître. Après que le docteur soit passé pour donner les dernières indications à Casey et ses médicaments, il signe le bon de sortie.  Il semble pressé de partir d'ici, et elle le comprend parfaitement. Si elle avait à sa place, elle aurait tout fait pour s'enfuir rapidement de cet endroit aussi. Il enfile sa veste bleu marine à l'effigie de sa caserne et récupère un sac avec sa tenue d'intervention « Tu sais Keira aurait pu me ramener à l'appartement si tu ....» elle ne le laisse pas finir sa phrase  et lui coupe la parole. Comment pouvait-il penser qu'elle ne viendrait pas? Bien que depuis quelques jours elle est invivable, elle sait qu'elle n'est pas toujours de bonne humeur mais jamais elle aurait ignoré Casey aujourd'hui. « Non je voulais venir te chercher. »  elle lui sourit et dépose un tendre baiser sur les lèvre du jeune homme. Elle ne se lassait jamais de ce contact avec lui. Il était évident pour elle de venir le voir, et de le ramener chez eux. Ils avaient aménagés ensemble officiellement dans l'appartement du jeune homme. Et si Serena était excitée à l'idée de passer cette étape avec Casey, cela c'était compliqué avec la venue de sa mère. Serena avait cette tendance à s'éloigner, à se renfermer sur elle même lorsque quelque chose la contrariait et c'était le cas en ce moment. Elle n'était pas des plus agréable avec Casey depuis deux trois jours. La limite d'expiration de l'ultimatum de sa mère allait prendre fin dans quelques semaines et elle ne savait toujours pas quoi faire. Bien sûr la meilleure solution aurait été pour elle de tout ignorer, de tout envoyer balader et de continuer à vivre sa vie avec Casey mais ce n'était pas simple. C'était comme si elle voulait trouver une raison de partir, pourtant elle redouter plus que tout ce moment là. Elle avait cette tendance de vouloir tout arrêter lorsque quelque chose devenait sérieux, et si elle reproduisait encore et encore le même schéma avec Casey? Elle avait peur qu'il l'abandonne comme Robb, elle avait peur tout simplement. Mais elle n'était pas prête à l'avouer  « Tu veux qu'on s'arrête acheter à manger ... ?? » ils sortent de l'hôpital et elle fait un signe de tête à gauche à Casey pour lui signaler que la voiture se trouvait de ce côté du parking. Serena n'avait pas de voiture à elle, elle avait le permis mais elle n'était pas fan de la conduite. Elle préférait marcher ou bien prendre les transport en commun. Elle n'était pas une folle de l'environnement mais c'était simple bien plus pratique. Et surtout moins onéreux il fallait bien le dire. Mais aujourd'hui, elle faisait une exception et elle avait emprunter la voiture de Casey. Il ouvre le coffre et lance sans réel ménagement son sac dedans, et s'installe côté passager « Non avec Kei' on a mangé à l'hôpital. » évidemment. Aujourd'hui tout ce qui concernait Keira  l'agaçait au plus au point. Elle avait l'impression d'entendre parler que d'elle depuis qu'ils étaient partis de l'hôpital et même depuis quelques jours. Mais elle ne préfère ne rien dire, il est inutile de se disputer ce soir et encore moins dans la voiture. Elle sourit alors simplement et hausse les épaules comme réponse. Le trajet se fait dans le silence, Casey semble somnoler ce qui fait qu'elle n'ose pas lui poser de questions. Pourtant elle veut savoir comment c'est arrivé, comment il s'est retrouvé à l'hôpital. Serena n'avait pas vraiment eu de détail, ni le lieutenant ni le médecin ne lui avait vraiment expliqué la cause de l'accident. En réalité elle se cherche une excuse pour partir et elle n'aime pas cette sensation que cela lui procure. Elle se sent tellement mal, qu'elle cherche absolument à provoquer une dispute avec Casey alors qu'il a besoin de tout sauf de ça ce soir. Elle a été distante presque toute la fin de semaine, elle pensait que tout serait plus facile comme ça. Lorsqu'ils arrivent chez eux, le jeune blond se laisse tomber dans le canapé sans plus attendre. Elle reste quelques secondes à l'observer et hésite à aller le rejoindre. Elle pèse le pour et le contre dans sa tête et la sonnerie de son téléphone la sort de ses pensées, elle peut lire le prénom de sa mère sur l'écran de son iphone, elle ignore l'appel et raccroche. Elle sait que le vol est demain soir et Diana veut savoir ce que sa fille a décidé. Le problème c'est qu'elle n'a pas vraiment le courage de le faire, elle n'a pas le courage de quitter Casey. Elle passe ses mains sur son visage pour ne pas pleurer de suite, Casey la regarde il l'interroge du regard « Je ne peux plus vivre comme ça Casey. » prononcer ses quelques mots à haute voix lui brise lui cœur et encore plus lorsqu'elle voit le regard du jeune. Il tombe de haut, il ne comprend pas ou ne veux pas comprendre peut être. Elle s'en veut de lui faire ça, elle s'en veut d'être aussi faible face à ses parents. Elle se déteste en toute honnêteté. C'est sans aucun doute la décision la plus dure qu'elle n'ait jamais eu à prendre « Serena? » il se lève et vient la rejoindre dans l'entrée, elle n'a pas bougé depuis leur arrivée. Elle le regarde et contrôle les larmes qu'elle sent venir, il ne faut pas qu'elle pleure, pas maintenant, pas devant lui « Je peux plus vivre dans la peur continuelle de te perdre à chaque fois que tu vas à la caserne. » sa voix tremble, sa vision est trouble mais elle ne flanche pas « Tu aurais pu mourir aujourd'hui et ....» il s'approche d'elle et la prend dans ses bras, elle se laisse faire car elle en a besoin. Elle a vraiment eu peur pour lui c'est la vérité. Elle resserre ses bras autour du cou de son petit ami, elle laisse couler ses larmes, il ne peut pas le voir pour l'instant. Comment savoir quand c'est fini ? Qu'il faut tourner la page et avancer ? Parfois, la décision est spontanée. Et d'autres fois, elle est réfléchie. Mais quelque soit la manière dont on l'a prise, il est  toujours difficile d'oublier le passé. Grandir est douloureux, changer est difficile. Certains jours on  voudrait que tout  s'arrête. Elle voudrait pouvoir prendre une décision sans le faire souffrir, mais elle ne pouvait pas lui dire qu'elle partait quelques temps et qu'elle reviendrait car elle savait pertinemment que ce n'était pas le cas. Si elle prenait la décision de monter dans cet avion demain soir, elle ne reviendrait jamais à Miami, et elle ne pouvait pas demander à Casey de tout laisser tomber ici pour la suivre. Il y avait sa famille ici, ses amis, ses collègues et Keira. Le jeune homme la rassure comme il peut « Je vais bien. Ne t'en fait pas.» il la repousse doucement pour la regarder dans les yeux, il pose délicatement ses mains sur ses joues et essuie une larme avec son pouce, avec un sourire tendre et prévenant et le ton le plus doux dont il peut preuve il ajoute « Tu sais que c'est mon job. » elle en est terriblement consciente et s'en veut de servir de cette excuse pour partir. Elle a d'ailleurs pensé à un moment à lui laisser un simple mot d'adieu, ne rien lui dire, ne pas l'affronter mais elle ne pouvait se résoudre à ce geste. C'était terriblement lâche. Et n'était pas ce genre de personne. Elle préférait au fond qu'il la haïsse pour ce qu'elle s'apprêtait à faire pour que ce soit plus facile pour lui de passer à autre chose. Elle était prêt à prendre tout le blâme  sur elle, prête à être la méchante de l'histoire. Même si son cœur se briserait en mille morceau. Elle n'était pas certaine de pouvoir faire face à cette rupture, mais Enéa serait avec elle et naïvement elle pensait que sa seule présence suffirait à tout lui faire oublier. Elle se trompait lourdement et elle l'apprendra à ses dépends. Elle était prête à sacrifier son bonheur. « Je suis désolée Casey mais je peux plus supporter cette vie. » sa voix est encore plus chevrotante qu'au début, elle sent son courage s'en aller lorsqu'elle plante son regard dans le sien. Elle n'a jamais su penser clairement lorsqu'il pose son regard sur elle. Mais le jeune homme brise ce moment en faisant un pas en arrière. Il comprend où elle veut en venir, il n'est pas idiot. Il le sait et pourtant il ne semble pas vouloir y croire. Il est beaucoup plus facile de vivre dans le déni. Ainsi on se  protège soi-même de toutes les choses qu'on ne veut pas reconnaître. Parce que si Serena était honnête avec elle même, et aussi avec Casey, elle lui dirait clairement qu'elle rentre chez elle parce que sa mère a réussit à la convaincre, elle se le dirait à elle même qu'au fond elle n'a pas vraiment changer de cette adolescente qui faisait tout pour rendre fier et ces parents. Elle a beau clamer et haut fort qu'elle a changé, qu'elle n'est plus cette petit fille obéissante, elle se ment à elle même et à son entourage « Qu'est ce que tu es en train de me dire? » elle avale difficilement et s'éclaircit la gorge. Elle baisse le regard et pince ses lèvres puis lentement elle relève les yeux vers Casey «  Je rentre à Washington. »  ces quelques sont si difficiles à prononcer en face de lui, elle n'est même pas sûre que cela semble convaincant. Elle essaie pourtant d'être froide dans ses propos, elle sait qu'elle va lui faire du mal mais c'est nécessaire. C'est pour son bien. Du moins c'est ce qu'elle se répète inlassablement depuis des jours et des jours pour se convaincre de prendre la meilleure décision. Elle n'essaie pas de se déculpabiliser car elle n'y arrivera pas, ce n'est même pas pour apaiser sa conscience car c'est impossible. Elle veut simplement lui éviter de souffrir mais en ayant ce comportement c'est ce qu'elle fait encore plus qu'en étant honnête et en lui donnant le choix de la suivre ou non « Tu vas revenir n'est ce pas? » elle ne répond pas à cette question, et baisse une fois de plus les yeux. Elle n'a pas le courage d'affronter son regard, mais on dit bien qu'un silence veut dire beaucoup plus que des mots. Elle joue avec sa bague, ce qu'elle lorsqu'elle ne sait pas quoi dire, lorsqu'elle est mal à l'aise. Il lui relève le menton et la force à affronter son regard « Non Serena tu peux pas faire ça, je t'aime. »  sa lèvre tremble, elle peine vraiment à retenir ses larmes, sa vision est de nouveau troublée par les larmes, elle puise dans le peu de force et de courage qui lui reste pour lui répondre cette phrase tellement bateau qui sonne tellement faux dans sa tête « Casey, je suis désolée.....» il retire sa main de son épaule et s'écarte d'elle. Son regard est froid, ses yeux à elle regarde partout dans la pièce sauf lui. Elle le voit attraper sa veste et ses clés « Très bien. C'est ta décision. » il ouvre la porte d'entrée et avant de partir il se retourne et elle est effrayée par le regard qui lui adresse « Je vais faire un tour, et quand je rentre je ne veux plus te voir ici. » elle ne répond rien et sursaute lorsque la porte claque. Il est en colère, il est blessé et il a tout les droits de l'être, elle mérite ce regard de haine, elle aurait mérité qu'il s'énerve contre elle, qu'il la traite de tous les noms. Elle n'est pas sûre que cela aurait rendu la situation plus facile, mais ce dernier regard était pire que ce à quoi elle s'attendait. Voir la tristesse de Casey lui donner envie de s'écrouler au beau milieu du salon, elle avait envie de crier. Elle renifle et passe la manche de son pull sur ses yeux, le noir de son mascara se retrouve sur la manche grise mais c'est le cadet de ses soucis. Elle traine les pieds jusqu'à la chambre et pose sa valise sur le lit afin d'y mettre ses affaires. Elle est seule et ne fait plus aucun effort pour retenir ses larmes. Elle ne prend même pas la peine de plier ses habits, elle met toute ses affaires en vrac,  elle veut partir d'ici au plus vite. Elle n'aura pas la force de revoir Casey. Non elle ne pourra. Une fois ses deux valises fermées, elle jette un dernier regard à l'appartement et à tous ses souvenirs avec lui. C'est beaucoup plus difficile de tout quitter qu'elle ne l'aurait pensé. Parce que malgré ce qu'il peut penser d'elle, elle aime vraiment Casey et elle n'a jamais été aussi amoureuse d'une autre personne que de lui. Une fois assise derrière le volant de sa voiture de location, elle passe ses mains sous ses yeux , elle prend une grande inspiration et démarre la voiture. (...) 




Dernière édition par Serena Renfield le Sam 6 Fév - 17:02, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 463
ADRESSE ↦ : une jolie maison #58 - capitol hill w/asher rhodes


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: verite - weekend + One republic + 30STM + Munford & sons + Betty Who

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: #cc9933 enea #336666 asher #339999 casey   Sam 20 Juin - 22:17

Une jolie jeune brune pose un tas de dossiers sur le bureau de Serena, elle dépose également une tasse de café encore fumante et lui demande si elle peut faire autre chose pour elle. Serena n'a pas l'habitude qu'on fasse tout ça pour elle. Elle n'arrive pas à s'habituer au fait qu'elle est une assistante. Il y a encore quelques mois c'était elle qui aurait pu se trouver à sa place. Elle sourit amicalement à Mara, et la remercie pour le café et les dossiers. Si elle pouvait lui échanger sa place avec elle, elle le ferait volontiers. Porter le nom de famille Renfield a ses avantages, et aussi beaucoup d'inconvénients si vous demandez à Serena mais aujourd'hui, il était un immense avantage. Sans diplôme en poche, elle pouvait être la responsable de l'hôtel Henley Suites de Washington. Il était bien entendu évident que c'était ce que l'on pouvait clairement définir comme du favoritisme, du piston... une évidence flagrante mais pourtant personne n'osait dire un mot sur cette situation. Elle était consciente qu'on devait parler dans son dos à la machine à café mais elle avait décidé de ne pas y prêter attention et de juste faire son travail, simplement faire ce qu'on son père attend d'elle. Elle n'était pas non plus une patronne horrible et toujours sur le dos des employés, tant qu'ils faisaient leur travail elle n'avait rien à redire. Elle déteste être derrière ce bureau, elle déteste venir travailler tous les matins mais pourtant depuis son retour en ville elle se plie à cette nouvelle routine qui lui pèse déjà. Cela ne fait sept mois qu'elle est à ce poste de manager, et elle ne rêve que d'une chose: fuir. Le seul point positif de son retour était d'avoir retrouvé sa meilleure amie, la personne la plus importante pour elle: Enéa. Les deux jeunes femmes pouvaient enfin se voir tous les jours, et sa présence et son constant soutient était la seule chose qui l'empêchait de craquer. Serena regarde les quatre dossiers sur son bureau, chacun avec une couleur différente et les papiers à l'intérieur tous organisés de manière à ce que tout soit plus facile pour elle. Elle laisse les dossiers de côté et décide de profiter d'un moment pour apprécier la vue qui s'offre à elle, le seul avantage d'être dans ce bureau la vue sur Capitol Hill, Serena se lève et se met debout face à cette immense baie vitrée et porte la tasse de café à ses lèvres. Elle regarde au loin et peut apercevoir la maison blanche, l'endroit qu'elle préfère en ville, elle aime se balader dans les jardins publics de cet endroit majestueux et imposant. Elle se perd dans la contemplation de cette immense maison qui représente beaucoup de chose pour le pays mais aussi pour la ville, elle fait le vide autour d'elle. Tout d'un coup elle s'imagine à Miami encore, derrière son comptoir au restaurant en train de regarder Casey assis à la table en face d'elle. Cela faisait sept mois qu'elle est partie et cela fait sept mois qu'elle se maudis d'avoir pris la pire décision de sa vie. Mais elle ne pouvait pas revenir en arrière, elle avait fait ce choix et elle devait en assumer les conséquences aussi déplaisantes soient-elles. Ses parents dirigeaient à nouveau sa vie, elle ne le supportait déjà plus, mais elle prenait sur elle. Elle avait sacrifier son propre bonheur pour le bonheur financier de sa famille, car la vérité était là. Ce n'était pas tellement qu'ils avaient besoin d'elle pour gérer l'hôtel de famille, certains employés étaient la depuis tellement longtemps qu'ils auraient pu aisément tenir ce rôle tout en gardant la tradition familiale Renfield. Mais pourtant c'était bien elle qui se tenait à se poste et dans ce bureau qui lui semblait être une prison. Elle détestait se sentir comme ça, elle n'avait aucune envie de s'apitoyer sur son sort. Elle pouvait rejeter la faute sur sa mère, sur son père au final elle avait pris la décision elle même. Elle était la responsable de ses choix. Tellement absorbée dans ses pensées, elle sursaute lorsqu'elle entend une voix dans son bureau « Tu es partie n'est ce pas? » Serena se retourne vers sa meilleure amie qui vient de faire irruption dans son bureau, Mara à ses côtés semble toute désolée de l'avoir laissé entrer comme ça. Mais Serena lui fait signe que ce n'est pas un problème, la petite brune repart à son bureau pour continuer son travail. La jeune blonde fait le tour de son bureau pour retrouver sa chaise en cuir beige alors que Enéa prend place sur un petit fauteuil également en cuir beige en face d'elle. Pendant quelques minutes, les deux amies se regardent sans rien dire, l'une attend une réponse à sa question et l'autre se demande bien de quoi elle peut bien parler. Habituellement elles se comprennent même sans se parler mais là Serena était un peu perdue  « De quoi tu parles? » elle ne le fait pas exprès, elle est sincère. De quoi l'accuse-t-elle ce matin? Enéa insiste, elle ne dit rien encore pendant quelques seconde et reprend la parole « Casey. C'est toi qui a rompu avec lui? pourquoi? » à l'entente de ce prénom Serena lève son regard d'un coup vers la jeune brune en face d'elle, elle sent sa gorge se nouer, elle a une boule dans l'estomac qui se forme. Elle n'avait pas réellement parlé de la rupture à Enéa, elle lui avait dit qu'ils s'étaient disputés, et qu'elle avait pris la décision de rentrer, et pour justifier cela elle lui avait expliqué que son père était malade et qu'il avait besoin d'aide pour l'hôtel. Il y avait une part de vérité, la seule chose qu'elle n'avait pas vraiment avouer c'était que c'était elle qui avait créer la dispute et qui avait pris la décision sans lui laisser le temps de dire quoi que ce soit. Le prénom de Casey raisonne dans sa tête et elle n'arrive plus à penser à autre chose maintenant. Elle ne cessait jamais de penser à lui mais elle arrivait à mettre de côté quelques heures ses souvenirs en se plongeant dans son travail, dans son jogging du matin ou encore la nuit dernière lorsqu'elle avait croisé Asher. Mais c'était toujours de court moment de répits. Elle remet une mèche de cheveux derrière son oreille et s'assoit droite dans sa chaise « J'ai pas envie d'en parler. » clair et précis. Mais à la vue de l'expression sur le visage de sa meilleure amie, il était clair qu'elle n'aurait pas gain de cause. Elle savait déjà qu'elle n'échapperait pas à la conversation ce matin. Elle se lève avant qu'Enéa ajoute quelque chose et lui propose un café qu'elle accepte volontiers. Serena ne pourra pas survivre à cette discussion sans café, impossible. Elle aurait bien besoin de quelque chose de plus fort mais il était bien trop tôt pour y penser, et elle ne voulait pas passer pour une alcoolique si jamais elle évoquer l'idée à haute voix. Quelques minutes plus tard elle revient à son bureau avec deux tasses dans les mains, et elle espère secrètement qu'Enéa aura changer d'avis, elle qu'elle ne voudra plus parler de Casey et de ce qui s'est vraiment passé entre eux. Serena avait peut être l'impression que si elle n'en parlait pas, elle oublierait. Mais c'était complètement naïf de sa part. Enéa attend que son amie reprenne sa place dans son fauteuil, et la regarde « C'est bête parce que moi oui Serena. Pourquoi? » elle 'assoit au bord de sa chaise et pose sa tasse sur le bureau, elle laisse une seconde avant de reprendre la parole quand elle voit que sa meilleure amie ne répondra évidemment pas à sa question « Tu n'as jamais été aussi heureuse qu'avec lui je comprend pas.» Serena se laisse tomber sur le dossier de sa chaise et soupire. Enéa était vraiment heureuse de revoir sa meilleure amie, de l'avoir à nouveau pour elle mais elle ne comprenait pas vraiment ce revirement de situation. Ce genre de conversation n'est pas celle qu'elle aime avoir le matin, en réalité c'est une conversation qui sera pénible à n'importe quel moment de la journée. Depuis son retour, elle a soigneusement évité de parler de Casey ou de Miami en règle générale. Elle change de conversation dès que ces idées sont évoquées « S'il te plait Enéa je n'ai pas envie de parler de Casey. » sa voix est presque suppliante, elle ne veut pas en parler et elle ne peut pas en parler.  La vie n'est qu'une question de choix. Les choix, tout le monde en fait à chaque moment de la vie qu'ils soient petits ou importants. Mais, comment réagir lorsque l'on réalise que son existence n'est composée que d'une triste série de mauvaises décisions ? Serena donnerait n'importe quoi pour pouvoir reconsidérer les choix qu'elle regrette aujourd'hui. Mais c'est impossible. Elle adresse un faible sourire à Enéa pour réellement lui faire comprendre que ce n'est pas vraiment le moment, et lorsque cette dernière reprend place au fond de son siège, Serena se sent soulagée. Elle lui parlera de tout ça c'est évident, elle lui dira la vérité mais pour le moment c'était bien trop tôt et elle ne se sentait pas capable de revivre son départ de Miami. Enéa hausse les épaules tout en portant sa tasse aux couleurs de l'hôtel à ses lèvre « Très bien alors tu peux me dire pourquoi tu sortais de l'immeuble de Asher ce matin avec les même fringues de la veille? » les yeux écarquillés Serena la fixe quelques instants. Comment pouvez-t-elle savoir une chose pareille? Elle était consciente qu'Asher était extrêmement proche de sa cousine mais il n'était pas du genre à raconter ce genre de chose au petit matin. Serena aurait pu nier, mais au vue de son expression de surprise, Enéa savait qu'elle avait vu juste. Serena ne voulait pas en faire une affaire d'état, oui elle avait passé la nuit avec Asher mais cela ne voulait strictement rien dire. Juste deux adultes profitant de leur célibat, et Serena pensait qu'elle pourrait oublier plus rapidement Casey « Non mais tu fais partie de la CIA maintenant? » tout en plaisantant, il était impossible de cacher quoi ce soit à sa meilleure amie c'était bien sûr plus qu'évident. Elle ne savait pas quoi lui répondre pour Asher, elle ne savait même pas ce que cela signifiait pour elle sauf qu'elle avait bu un ou deux verres de trop hier soir dans un bar, et qu'elle avait trouvé attirant Asher. Pourquoi elle avait fait ça? aucune idée, elle n'avait aucune idée en tête.... oui elle ne pensait à rien quand elle lui a dit oui pour aller chez lui « Je veux juste savoir ce qui se passe dans ta petite tête ma puce. » c'est un grand mystère actuellement. Serena se lève et s'assoit sur le fauteuil auprès d'Enéa et affiche une mine plus que sérieuse « Je.... Casey et moi c'est finit, et j'ai pas envie d'en parler parce que.... parce que je ne trouve aucune raison suffisante à mon geste. Et Asher ...c'est juste comme ça. Il n'y a rien entre nous, on s'est revus, on a dîner et une chose en entrainant une autre....» elle veut oublier Casey, elle le veut vraiment mais elle ne peut pas et ne pourra certainement jamais. Mais il fallait qu'elle passe à autre chose il en allait de sa santé mentale. Elle veut oublier le jeune homme mais elle attend pourtant toujours qu'il revienne ce qui est vraiment paradoxal en soit. Elle aimerait croire la petite voix dans sa tête qui lui murmure qu'un jour il pourra peut être lui pardonner, même si elle n'est pas vraiment convaincue. Enéa pause sa main sur celle de la blonde et d'une voix douce  « Tu essais d'oublier Casey avec Asher si je comprends bien? c'est ça? » on pouvait le résumer comme cela effectivement et dit à haute voix cela faisait de Serena une horrible personne égoïste et insensible. Elle sait qu'Asher est très proche de sa cousine, et elle avait peut qu'Enéa la juge pour ça. Elle baisse les yeux, prenant conscience de son comportement honteux. Mais au moment de répondre à  Asher, si elle voulait prendre un dernier verre chez lui, elle avait eu cette réplique de Samantha Jones de Sex and the City qui lui était venu à l'esprit "Le meilleur moyen d'oublier une personne et de sauter dans le lit d'un autre" sur le moment cela a eu du sens pour elle. Même si ce matin ce n'est plus aussi clair que ça dans son esprit. Elle regarde Enéa qui attend une confirmation de sa part « Visiblement je ne pourrais pas oublier Casey vu que tu fais que en parler. » elle ne veut pas non plus parler de Asher ce matin. Elle ne veut pas parler de sa vie amoureuse plus que désastreuse, elle veut se changer les idées. Elle veut parler d'autre chose avec son amie. Enéa affiche un petit sourire à l'égard de Serena, elle semble comprendre qu'il faut rendre les armes aujourd'hui, elle n'aura pas plus de détails sur Casey ou Asher ce matin mais elle ne peut s'empêcher d'ajouter d'une manière douce et prévenante  « Je veux juste que tu sois heureuse. » Serena acquiesce, elle le sait qu'Enéa ne veut pas la faire pleurer ou la forcer à quoi que ce soit. Et quand elle aura besoin de se confier, elle sera la première personne vers laquelle elle ira c'est obligatoire « Okay alors s'il te plait parle moi de ta vie amoureuse parfaite, ça m'aidera à aller mieux. »  parce qu'Enéa vivait définitivement un conte de fée avec Mason et que si Serena n'avait jamais jalousé sa meilleure amie auparavant, aujourd'hui elle était bien jalouse de sa vie amoureuse. Elle était plus qu'heureuse pour la petite brune, qui avait trouvé son prince, elle se disait qu'il y avait toujours un espoir pour être heureuse en amour au fond  « Ou je peux te parler de la prochaine tenue que tu porteras pour la prochaine réception à ton hôtel? » avec un sourire malicieux. Serena et Enéa étaient toutes deux des accrocs à la mode, elles adoraient ça et elles avaient de la chance d'avoir les moyens de pouvoir se payer presque tout ce qui leur faisait envie. Mais elles n'étaient en aucun cas superficielles, non bien au contraire. Faire du shopping ensemble avait toujours été et sera toujours un réel pour plaisir pour les deux amies. Dans quelques jours, Serena avait prévu une petite réception à l'hôtel pour se faire un peu de pub mais aussi pour remercier les clients les plus fidèles et dans la famille Renfield, les réceptions de ce genre se devait d'être grandiose bien entendu, tout le gratin de la ville serait présent et il fallait que la maîtresse de cérémonie soit parfaite et elle avait eu l'idée de demander ce petit service à sa meilleure amie. Elle lui avait demandé de lui dégotter une robe superbe pour faire une bonne impression « Si tu me prends par les sentiments. » depuis son retour en ville, comme par hasard, Serena avait retrouvé l'accès à son compte bancaire qui était plus que bien remplie, son père lui avait alors donné une nouvelle carte bancaire. Tous les petits privilèges qu'il lui avait enlevé lorsqu'elle a décidé de partir de la maison étaient de retour comme par magie. Elle s'en fichait un peu à vrai dire, mais quand elle n'avait pas le moral rien de tel qu'une virée shopping ou bien un shopping sur son ordinateur accompagné d'un bon verre de vin. Après avoir montré sa sélection de tenue, Serena opta pour une petite robe beige assez simple, rien de bien clinquant, mais très classe. Elle comptait d'ailleurs sur sa meilleure amie pour la conseiller sur les accessoires un peu plus tard. Et si Serena aurait voulu garder Enéa encore quelques heures avec elle dans son bureau, le téléphone portable de cette dernière les ramena très vite à la réalité. Le boulot. C'est à contre cœur que Serena laisse partir Enéa. Elle attrape les dossier sur son bureau et décide de s'installer sur le petit sofa près de la fenêtre pour regarder les nouvelles de l'hôtel mais aussi la liste des clients avec leurs attentes et leurs habitudes. Il fallait que tout soit parfait pour les habitués, ils avaient tous des habitudes auxquelles il fallait faire très attention, et Serena se chargeait de faire appliquer tout cela avec ses employés. Elle étale les papiers sur le canapé, sur le sol elle peut alors avoir une vue d'ensemble. Mais n'ayant pas assez de place sur le sofa, elle décide de s'assoir à même le sol, elle enlève même ses chaussures à talons. Elle aime être à l'aise pour travailler dans son bureau. Plongée dans ses dossiers elle entend à peine les trois petits coups sur sa porte, elle lève la tête tout en marmonnant un entré à l'adresse de la personne qui apparaît dans l'entrebâillement de la porte. Un charmant brun au sourire ravageur, Asher Rhodes, où l'homme avec lequel toutes les femmes de la ville aimerait sortir. Elle lui fait signe d'entrer, elle aperçoit même le regard de Mara le suivre dans le bureau jusqu'à ce que la porte se ferme « Je crois que tu as tapé dans l'œil de mon assistante. » il sourit et vient s'assoir sur le sofa tout en prenant une pile de papier qu'il commence à lire. Le jeune homme travaille pour la famille Renfield depuis quelques années maintenant, et son avis semble plus qu'important pour le père de Serena, d'ailleurs lorsqu'ils formaient un couple au lycée il a toujours espéré qu'ils se marient pour devenir le couple à la tête de l'entreprise familiale. Asher pose les papiers un peu plus loin et sort de la poche intérieure de sa veste de costume un téléphone rose. Et il le tend à Serena  « Je te rapporte ton téléphone, il n'arrête pas de sonner. » elle attrape son téléphone et le remercie avec un sourire, elle presse le bouton du milieu et ouvre grand les yeux à la vue du nombre d'appels en absence. Elle n'avait pas consulté  ses appels depuis seulement quelques heures, et elle frôle l'attaque cardiaque en apercevant la petite pastille rouge au dessus de l’icône des mails. Jamais elle n'avait eu tant d'appels, ou de mails ou même de textos sur son téléphone. Elle regarde sa messagerie, parcours rapidement les noms et soupire. Elle ne voit pas son prénom, elle ne sait pas pourquoi exactement à chaque fois qu'elle reçoit un message elle espère que ce soit lui. C'était idiot d'attendre comme ça. C'était tellement logique qu'il ne veuille plus lui parler  « Tu es très demandée apparemment. »  elle lui tend une feuille et lui fait signe de la poser sur le tas à sa gauche « Et je suis sûre que la personne qui m'appelle le plus est ma mère. » c'était presque du harcèlement selon Serena. Asher se met à rire, il regarde autour de lui et se penche n peu vers la jeune blonde tout en murmurant, comme si les murs pouvaient avoir des oreilles  « J'avoue le prénom du diable s'est affiché plusieurs fois. » avec lui c'était simple, ils se comportaient avec elle comme si rien ne s'était passé, elle avait l'impression qu'elle avait quitté Asher il y a seulement quelques semaines pour des vacances. C'était fou d'avoir ce sentiment alors qu'ils ne s'étaient pas revus depuis le mariage d'Enéa il y a six ans. Elle se surprenait d'ailleurs à être aussi à l'aise en sa présence « Merci Asher. » elle le remerciait pour le portable mais aussi pour ce qu'il faisait pour elle. Il l'avait vraiment beaucoup aidé quand elle a pris ses fonctions de manager, et jamais il ne lui avait fait sentir qu'il lui en voulait de ce qu'il s'était passé entre eux il y a douze ans, de l'eau avait coulé sous les ponts mais c'était agréable pour Serena « Je me disais que si ce soir tu ne fais rien, on pourrait dîner ensemble? » il affiche ce sourire qui doit en faire fondre plus d'une, Serena n'est pas insensible  à ce sourire non plus, mais c'est différent pour elle. Elle pose les quelques feuilles qu'elle a dans les mains et regarde le jeune brun « Ash...je...» elle ne veut pas qu'il se fasse des idées sur ce qui s'était passé hier soir entre eux, ils n'avaient pas parlé ce matin ou très peu puisque tous les deux étaient quelque peu en retard pour leurs jobs respectifs, Asher prend la main de Serena « Hey je te demande pas en mariage, c'est juste un dîner entre amis. » son sourire et son ton son rassurant et il n'est pas le moins du monde vexé ou il n'attend pas quelque chose en particulier. Il connait Serena, il connait son histoire, son passé et il ne veut en aucun cas la brusquer  « Si tu veux rester chez moi après je n'y verrais aucun inconvénient bien sûr mais à toi de voir. » il accompagne sa phrase avec un clin d'œil ce qui la fait rire. Il se lève, et se penche vers elle pour déposer un baiser au sommet de son crâne « Je t'appelle ce soir pour avoir ta réponse.» elle ne répond rien, car elle ne sait pas quoi répondre. Le jeune homme attache sa veste noire et ouvre la porte du bureau, le regard de Mara ne peut s'empêcher de dévier sur le jeune homme, et ce moment là Serena ne peut s'empêcher de rire toute seule dans son bureau. Elle met quelques minutes pour reprendre ses esprits, décidément Asher Rhodes est toujours aussi populaire qu'au lycée. Il y a des choses qui ne changent pas au final.





I just feel stuck, like I’m afraid to take any steps
in case they’re the wrong ones


 Serena ajuste sa veste noire en cuir lorsqu'elle sent les première gouttes de pluie tomber, elle ajuste également son écharpe mais continue de marcher d'un pas un peu plus rapide, elle n'a pas pensé à prendre un parapluie, il lui reste plus qu'à espérer qu'il ne tombera pas une averse. Cela faisait tellement longtemps qu'elle n'avait pas rendue visite à son frère, une longue semaine,  que même un déluge d'eau ou la neige ne pourrait pas la faire changer d'avis. Elle avait ce besoin d'être à ses côtés, elle avait tellement pensé à lui ces derniers jours. Arrivée devant l'entrée du cimetière, elle prend une grande inspiration, comme pour se donner un peu de courage. Cet endroit est tellement sinistre qu'elle a toujours la chair de poule en y entrant, elle passe rapidement devant les pierres tombales et arrive près de celle de son grand frère, un petit sourire apparait sur son visage lorsqu'elle voit les lys blanc fraichement déposés. A cet instant, elle sait que sa grand mère était venu se recueillir sur la tombe de son petit fils, elle y avait déposé ses fleurs préférées ce qui avait toujours fait sourire Serena, car ces fleurs là n'avait aucune note de masculinité. Et que c'était bien trop loin de l'esprit de Robb, mais pour la grand mère peu importait les fleurs, elle montrait simplement qu'elle ne l'avait pas oublié malgré les années. D'ailleurs, elle et Serena était probablement les deux seules personnes à venir ici encore aujourd'hui. Elle dépose à son tour le bouquet qu'elle venait d'acheter à la fleuriste en bas de chez elle. Agenouillée dans l'herbe fraîches qui s'étend presque à perte de vue, son regard ne peut  quitter cette pierre qui se dresse devant elle. L'inscription le rend toujours triste : depuis toujours et à jamais dans nos cœurs. Clignant délicatement des yeux, une larme s'échappe pour perler le long de sa joue rosie par la tristesse et le froid. D'un revers de main, elle balai cette larme, mais une seconde la remplace rapidement. Elle renifle légèrement avant de s'effondrer en larme. Elle amène ses deux mains  à son visage et elle y enfuit celui-ci. C'était à chaque fois la même scène quand elle venait ici. Elle ne pouvait pas ne pas pleurer. Elle reste un petit moment sans rien dire, assise dans l'herbe. Mais le vibreur de son téléphone portable la ramène à la réalité soudainement. Elle soupire, essuie ses larmes et pose une main délicate sur la pierre tombale dans le silence le plus complet. Elle se lève, replace une mèche de cheveux derrière son oreille droite et tourne les talons pour se diriger vers la sortie. Une fois derrière le volant, elle reprend ses esprits et se remaquille rapidement, manière de masquer un peu ses yeux rouges. Et elle prend la direction de l'hôtel pour se replonger dans sa vie quotidienne, pour se replonger dans son travail. Quelques heures, et quelques frayeurs plus tard, Serena est assise à l'arrière d'une ambulance sur le parking de la banque. Elle se laisse examiner par une jeune brune, qui semble bien connaître Wes. Elle n'a pas vraiment envie de rester assise là mais elle n'a pas vraiment le choix, elle exprime son mécontentement clairement à la paramédic qui ne fait que son travail. Mais peu importe, elle lui fait remarquer. Elle n'a qu'une envie : rentrer chez elle, se blottir sous sa couette et y rester des jours et des jours. Ce matin en se levant, elle n'aurait jamais pensé qu'elle allait être victime d'un braqueur fou à la banque. Elle n'y va jamais, habituellement elle y envoie Mara, mais ce matin elle avait décidé de faire un tour pour prendre l'air. Sa visite à Robb l'avait chamboulée plus qu'elle ne l'aurait voulu sans savoir réellement la raison, et elle avait eu besoin de marcher, prendre l'air, se changer les idées car si elle restait enfermée dans son bureau elle aurait complètement fondu les plombs. Elle était donc heureuse que sa jeune assistante ne ce soit pas retrouvé à sa place ce matin. Elle n'a jamais eu aussi peur de sa vie, jamais. Avoir une arme pointé sur la tête n'est jamais agréable, et c'est toujours terrifiant pour le commun des mortels. Et Serena avait vue sa vie défiler devant ses yeux. Heureusement dans son malheur, elle avait eu la chance d'être en compagnie de Wesley Oakley, le meilleur amie d'Enéa et aussi un excellent agent du FBI. Il avait gardé son calme pendant toute la prise d'otage.  Elle était encore un peu perdue, encore sous le choc mais elle tenait le coup. Un agent s'approche d'elle et lui demande s'il peut lui poser des questions, même si elle n'a pas vraiment envie elle sait qu'elle n'a pas le choix, elle se plie donc à l'interrogatoire et il lui demande s'il peut prévenir quelqu'un de son entourage, mais sans prendre le temps de réfléchir, elle lui dit non. Elle ne veut prévenir personne, non cela ne sert à rien d'alerter la terre entière, elle va bien. Après avoir répondu à quelques questions et lorsque Maeve avait finit de s'occuper d'elle, elle se dirige vers Wesley avec un petit sourire au coin des lèvres « Ca va? » elle hausse les épaules, est ce qu'elle va bien? elle ne sait pas trop. Physiquement elle va bien, un peu secouée mais pas de blessure grave. Mais psychologiquement c'est une autre histoire, elle sent encore l'arme braqué sur sa tempe, elle a cette impression d'avoir encore les bras de l'homme autour de son cou.  A cette pensée elle pose sa main sur son cou, comme pour s'assurer qu'elle va bien. Elle s'assoit à côté de lui sur le capot de la voiture et joue machinalement avec son collier  « On a pointé une arme sur toi aujourd'hui tu as le droit de dire que tu ne vas pas bien tu sais? » il pose sa main sur la sienne, comme il l'avait fait à l'intérieur de la banque pour la rassurer. Ce contact lui fait du bien, sans qu'elle ne puisse vraiment l'expliquer. Son regard se pose sur les ambulanciers qui pousse le brancard avec l'homme qui a été tué par le braqueur, elle sent son estomac se retourner d'un coup, elle ferme les yeux une seconde. Elle sent également une pression sur sa main de la part de Wesley. Elle se met à rire discrètement, un rire nerveux à l'évidence car la situation dans laquelle elle était n'a rien de drôle. Elle est sûre à cent pour cent qu'elle va en faire des cauchemars pendant très longtemps encore, et elle presque sûre qu'elle ne reviendra plus jamais à la banque. Du moins pas pour le moment, elle allait éviter toutes les banques de la ville pendant un temps « Merci de me le rappeler j'avais presque oublié.»  tout le monde en face d'elle s’affaire à récupérer le moindre indice, ils posent des questions à tous les clients présents sur place, elle enlève son écharpe et la plie en boule avant de poser la poser sur le capot de la voiture « Tu fais déjà de l'humour sur la situation? c'est bon signe. » Contrairement à tout le monde sur les lieux, Wes est le seul à ne pas vraiment avoir ce regard totalement paniqué et effrayé. C'est son boulot, c'est vrai mais elle l'admire vraiment pour le sang froid dont il a preuve. Elle, elle avait totalement paniquée. On pense toujours à ce qu'on aurait pu faire dans ce genre de situation. On refait la scène dans sa tête avec plusieurs scénarios possibles mais sur le moment, on est tellement paralysé qu'on ne bouge pas d'un pouce. Serena savait qu'elle n'avait en rien l'âme d'une héroïne, mais elle n'aurait jamais pensé être aussi tétanisée dans une situation pareille. Le jeune brun se lève et tend la main à Serena qui le regarde étonnée « Aller je te raccompagne chez toi. Si je ne me comporte pas en gentlemen avec toi Enéa serait capable de me le faire payer. » il avait donc prévenu Enéa. Elle ne sera donc pas surprise de la voir débarquer chez elle ce soir. Elle sourit et attrape sa main pour à son tour descendre du capot de la voiture, elle n'a qu'une seule envie partir rapidement d'ici, mais elle ne veut pas qu'il se sente obligé de faire quoi que ce soit pour elle, il en a déjà fait beaucoup à l'intérieur de la banque. Sans lui, elle ne serait peut être pas sortie vivante d'ici « Tu n'es pas obligé, je peux appeler un taxi je.... »  il ne la laisse pas finir sa phrase et il passe son bras sur ses épaules tout en affichant un grand sourire « Non ce n'est pas négociable. Aller en route Renfield. » habituellement elle n'est pas très à l'aise avec ce genre de geste de la part d'une personne qu'elle connait à peine, mais  Wesley c'était différent. Peut être parce qu'il était le meilleur ami d'Enéa, et qu'elle savait qu'elle pouvait donc lui faire confiance. Elle avait entendu parler de lui à plusieurs reprises et elle connaissait bien le personnage mais aujourd'hui, elle avait vu une autre facette de sa personnalité. Il lui fait signe que sa voiture se trouve juste là. Le trajet jusqu'à chez elle se fait dans le silence le plus complet, Serena pose son front contre la vitre et regarde défiler la ville devant ses yeux, elle ne pense à rien. Ce qui est plutôt une bonne chose. Wes gare la voiture juste devant l'immeuble du quartier de Dupont Circle. Il arrête le moteur et ne dit rien pendant quelques secondes, Serena le regard fixé droit elle ne dit rien non plus. Finalement, c'est l'agent du FBI qui brise le silence « Demain on se retrouve au commissariat pour ta déposition. » elle tourne la tête vers lui et affiche une moue enfantine « C'est vraiment obligé? » elle pensait qu'elle avait répondu à toutes les questions possibles et inimaginables sur place déjà, et revenir sur cette journée de l'enfer ne l'enchantait pas vraiment. Et sortir de chez elle non plus à vrai dire. Elle avait décidé de se faire porter pâle à l'hôtel demain, et d'ignorer son téléphone portable toute la journée mais visiblement ses plans devaient changer « Oui c'est obligé. Écoute je sais que c'est dur à gérer ces situations mais tu verras avec le temps ça ira mieux. » elle pose sa main sur la poignée mais n'appuie pas dessus directement, elle sait qu'il veut simplement être gentil et prévenant mais elle ne peut s'empêcher de lui répondre, pas de manière méchante, mais peut être avec un peu trop de sarcasme  « J'ai déjà entendu ça quelque part. Enfin sache pour ta gouverne monsieur l'agent du FBI que c'est des conneries. » rien en passe avec le temps. Si c'était la vérité, tout serait plus simple dans la vie. Rien n'est oublié avec le temps, c'est juste que les personnes apprennent à vire avec c'est tout. Il y a une différence pour Serena. Wes pose ses mains sur le volant, il ne sait pas vraiment quoi lui répondre « Je... » elle lui sourit et ajoute rapidement pour le rassuré, pour ne pas qu'il pense qu'elle l'envoie balader « Tu essais juste d'être gentil et rassurant je sais. » elle presse la poignée de porte  mais avant qu'elle ne puisse l'ouvrir le jeune brun la retient « J'imagine que si je te dis qu'un psychologue peut te recevoir si tu veux parler tu vas m'envoyer balader? » perspicace en plus d'être charmant. Elle ne veut en aucun cas parler à un psychologue de ce qui s'est passé, elle veut juste mettre cette journée dans un coin de sa tête et ne plus y penser pendant quelques temps. Refouler ses sentiments est une chose à laquelle, Serena Renfield est plutôt douée. Éviter de parler des sujets qui fâchent. Une qualité dans la famille. Elle acquiesce positivement à la question de Wesley tout en souriant « Et si tu as envie de parler de ce qui est arrivé autour d'un verre avec moi n'hésites pas. C'est mieux? » il hausse les sourcils pour accentuer sa question ce qui fait encore plus sourire la jeune blonde. Elle passe une main dans ses cheveux et répond en plissant légèrement les yeux, se demandant où il voulait en venir exactement. Elle avait sa petite idée en tête au vu de ce qu'elle avait pu entendre sur le don juan qui se trouvait dans l'habitacle avec elle « Tu proposes toujours ça aux jeunes demoiselles en détresse que tu sauves? » il passe une main dans ses cheveux et affiche un petit sourire en coin, elle ne saurait dire s'il est nerveux ou mal l'aise. Il secoue sa tête de droite à gauche avant d'ajouter « Non j'évite de mêler job et vie privée en général. » il a au moins le mérite de lui faire oublier ce qu'elle a vécue il y a quelques heures, il a le mérite de la faire rire dans cette situation complexe et inédite pour elle et c'est tout à son honneur « C'est gentil je garde ta proposition en tête. » elle lui fait un clin d'œil et ouvre la portière, elle pose un pied par terre sur le trottoir et se penche pour attraper son sac à main  « Tu veux que je monte avec toi? » elle se retourne vers Wesley  « Je crois que mon petit copain n'apprécierait pas. » elle parlait d'Asher mais elle savait qu'il n'était pas là ce soir et elle ne voulait pas l'appeler ce soir non plus. Elle aurait pu dire oui à Wes si elle n'était pas prise, si elle n'était pas en couple mais ce n'est pas le genre de Serena. Elle ne pouvait pas nier le fait qu'elle trouvait le jeune brun charmant et elle comprenait pourquoi il avait tant de succès « C'est bien que tu restes pas seule ce soir. » elle descend de la voiture, elle ajuste sa veste et avant de refermer la porte, elle se penche pour confirmer le rendez vous de demain avec l'agent « Demain à 9 heures c'est ça? » il acquiesce de la tête et fait un signe de la main à Serena. Il a raison elle ne devrait pas rester seule ce soir, mais elle n'a pas envie d'avoir de la compagnie, elle n'a pas envie d'être avec quelqu'un qui lui posera des centaines de questions. Mais arrivée devant sa porte, elle aperçoit une ombre, elle sourit pour elle même et au fur et à mesure qu'elle approche, elle reconnait sa meilleure amie avec un pot de glace dans une main et une bouteille de vodka dans l'autre. « Je me suis dis que pour ce soir on avait simplement besoin de Ben et Jerry comme hommes pour nous tenir compagnie. » Elle sort les clés de son sac à main, elle est reconnaissante à Enéa d'être venue sans rien lui demander car elle aurait refuser sa présence si elle avait demandé. Les deux jeunes femmes passent la soirée ensemble, sans parler de ce qui s'est passé, simplement. Une compagnie qui est bien agréable pour Serena. Et être avec la jeune brune, l'a empêché de trop penser à ce qu'elle a vécue et elle ne s'est pas torturer l'esprit en regardant l'écran de son téléphone pour s'empêcher de l'appeler pour simplement entendre sa voix. (...)Serena bloque le téléphone sous son oreille et attrape une tasse pour se servir un café, cela ne fait que deux heures qu'elle est réveillée mais elle est déjà en pleine conversation téléphonique avec Enéa. Elle verse le liquide noir fumant dans sa tasse et reprend le téléphone dans sa main. Depuis un mois Enéa avait annoncé son divorce avec Mason, et Serena ne comprenait pas d'où cette décision pouvait venir. Ils étaient si heureux, si parfait tout les deux que la nouvelle avait réellement était un choc pour la jeune blonde. Mais elle évitait d'en parler sauf quand Enéa commençait sur le sujet. Et en se levant ce matin, elle avait eu envie d'appeler Enéa qui serait déjà au bureau pour se plonger tête baissée dans le travail. Elle voyait bien que sa meilleure amie n'allait pas bien et malgré tous les efforts qu'elle faisait elle se sentait impuissante. Elle n'avait aucune idée de comment aider sa meilleure amie, alors elle faisait ce qu'elle savait le mieux faire. Être là pour elle n'importe quand et à n'importe quelle heure de la journée ou de la nuit, et tenter par tous les moyens de lui changer les idées. Elle attrape le lait dans le frigo et verse un  nuage dans son café « Est ce que tu crois que c'est possible de rencontrer une personne qui est parfaite pour toi, mais pourtant tu es engagée auprès d'une autre? » elle ouvre un placard pour attraper une barre de céréale, et elle entend son amie à l'autre bout du fil esquisser un petit rire. Ce genre de question n'était pas habituelle le matin d'aussi bonne heure, c'était plutôt une question à poser tard dans la nuit après avoir bu quelques verres mais elle trottait dans la tête de Serena depuis quelques jours et elle n'arrivait pas à passer autre chose « Tu ne choisis pas de qui tu vas tomber amoureuse, oui je sais ça craint. » l'amour est une chose plus que mystérieuse et si Serena semble heureuse aujourd'hui ce ne sont que des apparences. Bien sûr elle apprécie la compagnie d'Asher mais elle n'arrivait pas oublier Casey. Ce n'était pas qu'elle ne voulait pas tourner la page, mais la page elle même ne voulait pas se tourner. Elle n'arrivait pas à l'oublier, et elle se disait qu'elle ne pourrait jamais l'effacer de sa vie. Pourtant, elle s'était récemment fiancé à Asher Rhodes, le plus beau partit de la ville selon sa mère, alors pourquoi ne pouvait-elle pas passer à autre chose? Au fond elle connaissait la réponse à cette question, elle est toujours amoureuse de Casey. Et Asher? elle l'aime beaucoup mais pas de la même manière et leur engagement l'un envers l'autre n'était ni plus ni moins pour le business familial. Même pour lui c'était parfois difficile de vraiment savoir ce qu'il pouvait ressentir. « Tu as des doutes sur Asher à cause de Casey n'est ce pas? » elle est remplie de doute mais pas seulement depuis ses fiançailles, depuis qu'elle a quitté Miami en réalité. Elle s'est laissée embarquer dans cette histoire avec Asher dans l'espoir d'arriver à tourner la page et encore aujourd'hui c'était impossible. Le fait que Casey est débarqué en ville n'aidait pas la situation c'est évident, et le croiser en ville était dur pour la jeune Renfield. Car elle prenait tous les jours en pleine figure la décision la plus stupide de toute sa vie surtout lorsqu'elle le croisait en charmante compagnie « Non qu'est ce que tu vas imaginer, c'est juste que j'ai vu un film hier soir et cette question me restait en tête. » elle grimace dans l'espoir qu'Enéa ne décèle pas le mensonge dans le ton de voix mais même sans la voir, Serena sait qu'elle ne croit en rien les propos de son amie, et qu'en ce moment elle lève les yeux au ciel et secoue sa tête de gauche à droite, comme elle le fait si souvent lorsque Serena tente de dissimuler la vérité « Mais oui bien sûr et je suis la reine d’Angleterre. » à cette réponse, Serena se met à rire. Tout d'un coup elle se demande pourquoi elle lui parle de tout ça, alors qu'elle traverse la pire crise qu'elle puisse traverser. Elle se sent idiote de lui parler de ses problèmes comme ça « On mange ensemble à midi? » mais au moment où Enéa commence à répondre à sa question, Serena porte la main sur sa bouche face à l'image qu'elle voit à la télé, Enéa doit voir la même chose car elle entend murmurer un "oh mon dieu" d'un commun accord les deux amies raccrochent. Serena attrape la télécommande et augmente le son « Nous interrompons votre programme habituel du matin pour vous faire part d'une tragédie qui touche notre ville en plein cœur. Une ou plusieurs bombes ont explosé il y a à peine trente minutes à la gare Union Station. Pour l'instant nous ne savons pas la raison de cette tragédie, les équipes de secours sont déjà sur place et font leur possible. Nous vous tiendrons au courant dès que nous aurons plus d'information....» Serena le regard rivé sur la télé n'écoute plus la présentatrice, elle voit ses lèvres bouger mais c'est tout. Si elle n'avait pas sa tasse café posé sur le comptoir de sa cuisine, elle l'aurait sûrement lâchée sur le sol. Elle ne bouge plus, et fixe la télé et les images d'horreur qui s'offre à elle. Seule la main d'Asher la fait revenir à la réalité lorsque celui ci la pose dans le bas de son dos. Elle se blottie contre lui mais ne détourne pas le regard de la télé, elle est rassurée qu'il soit avec elle, mais elle s'inquiète pour Mara, pour June et son frère qui font partis du FBI et qui seront sans doute mêlés à cette histoire, et elle s'inquiète aussi pour lui. Pour Casey. Il va se retrouver en première ligne sur place en tant que pompier. Elle ne peut s'empêcher de penser à lui, elle se demande s'il va bien, s'il n'est pas blessé. Elle a du mal à croire que ces images soient réelles. Le silence s'installe dans la maison et seule la voix de la journaliste se fait entendre. Le jeune couple est comme hypnotisé par la télé. Aucun des deux n'osent parler, Asher resserre son étreinte autour des épaules de Serena. Le téléphone d'Asher est le premier à sonner puis quelques minutes plus tard celui de Serena se fait entendre « Je vais aller au bureau pour voir si tout le monde va bien. » elle regarde l'écran de son téléphone et acquiesce simplement, elle va devoir faire la même chose. Elle est perdue, elle ne sait pas comment réagir en réalité, Asher pose ses mains sur ses joues et plonge son regard dans le sien « Hey tout va bien se passer Serena. Le principal c'est que tu sois là avec moi. Le reste on va gérer, okay? » sa voix est douce, réconfortante. Il sait toujours comment la calmer, elle souffle plusieurs fois d'affiler pour se calmer et reprendre ses esprits, le jeune brun ne la quitte pas du regard. Il dépose ses lèvres sur les siennes dans un chaste baiser « Si tu as besoin de quoi que ce soit tu m'appelles. » il l'embrasse sur le front délicatement et attrape sa veste avant de s'éclipser. Serena se retrouve seule, toujours à la même place dans la cuisine, elle n'a pas bougé. Mais la sonnerie de son téléphone la ramène sur terre, elle répond Mara veut savoir si elle va bien et si elle va venir à l'hôtel car c'est un peu la panique avec les employés et les clients. Elle la rassure du mieux qu'elle peut, et lui dit qu'elle se met en route de suite. Elle finit son café mais elle grimace, du café froid la pire chose pour Serena le matin. Elle fourre dans son sac à main son téléphone portable, son ipad et ses clés du bureau et elle part aussi rapidement qu'Asher. Elle doit s'assurer que ses employés sont tous sains et sauf, mais également que ses clients sont toujours présents à l'hôtel ou bien joignables. Une demi-heure plus tard, elle apparaît dans le hall de l'hôtel et Mara se rue de suite sur elle, elle n'a pas le temps de penser à quoi que ce soit, que son assistante l'abreuve d'informations qu'elle a du mal à assimiler à cette vitesse. Le reste de la journée se passe dans l'attente, dans le stress pour tout le monde. Toutes les télés sont allumées sur la même chaîne d'information, le nombre de victimes augmente au fil de la journée. Mais ce qui rassure Serena c'est que toutes les personnes qui sont dans sa vie vont bien, elle sait qu'ils vont bien et qu'ils sont sains et sauf, sauf lui. Et cette pensée la hante toute la journée. Elle ne connaît personne dans le département des pompiers à qui elle pourrait demander, et ne pas savoir la stresse vraiment. La tête posée sur son bureau Serena sursaute lorsqu'elle entend la voix de son assistante « Serena vous devriez rentrer. Il est tard. » la blondinette s'éclaircit la gorge et sourit à Mara « Toi aussi Mara, rentre chez toi. Dis moi par hasard, tu ne connaîtrais pas une personne qui travaille à la caserne 33 d'Adams Morgan? » la jeune brune répond par la négative et salue sa patronne avant de prendre congé. Elle éteint la lampe de bureau et attrape sa veste, en sortant de son bureau elle envoie un message à Asher pour lui dire qu'elle doit aller voir son père et qu'elle rentrera plus tard. Ce qui est un mensonge. Elle sait que ses parents vont bien, elle les a vus  à l'hôtel aujourd'hui, mais elle doit vérifier par elle même que Casey va bien. Elle sait d'avance que c'est une mauvaise idée, les fois où ils se sont croisés n'ont pas été des plus amicales, mais même s'il l'envoie sur les roses elle doit le voir. Elle n'attend rien de spécial, elle veut juste être sûre qu'il n'est pas blessé. Elle n'a pas réfléchie à ce qu'elle allait lui dire mais tant pis. Elle hèle un taxi en sortant de l'hôtel et lui donne l'adresse de la caserne 33. Une fois arrivée devant, elle hésite un instant à descendre du taxi, elle demande au chauffeur si il aurait la gentillesse de l'attendre quelques minutes, il râle mais à la vue du billet vert que lui tend la jeune Renfield il ne peut que lui dire oui. Elle se dirige d'un pas hésitant jusqu'à l'entrée, elle demande à la première personne qu'elle voit dehors une jeune femme blonde si Casey Whelan serait là, mais lorsque cette dernière lui demande son prénom, elle sait que si elle dit qui elle est, il n'acceptera jamais de la voir, alors avec un grand sourire elle répond à la jeune femme qu'elle préfère garder la surprise. Elle se dit que c'est bon signe que la blondinette ne lui dise pas qu'il est à l'hôpital, elle se sent quelque peu soulagée. Lorsqu'elle le voit sortir, con cœur s'arrête, physiquement il va bien, bien qu'il semble fatiguée, épuisé par la journée qui vient de s'achever, elle lui adresse un sourire timide et ne sait plus très bien pourquoi elle a décidé de venir ici « Serena en quoi puis-je t'aider? » son ton presque glacial la surprend, et en même temps elle sait qu'elle le mérite amplement. Il faut qu'elle parle, qu'elle dise quelque chose n'importe quoi « Euh... je voulais juste m'assurer que tu allais bien. C'est tout. Je te dérange pas plus longtemps. » elle doit partir et pourtant ses pieds ne bougent pas. « Comme tu peux le voir je vais bien. » elle n'a qu'une envie se jeter dans ses bras, parce que ces bras lui manquent, son parfum lui manque. Mais a t-on le droit de montrer son affection à une personne à qui ont a brisé le cœur? Lorsqu'elle voit les collègues de Casey sortir à leur tour, elle prend congé et remonte dans son taxi. Venir le voir n'était pas une bonne idée. Elle était rassurée mais elle était encore plus troublée maintenant.  



_________________


    People aren't always who you
    think they are. You learn to see
    through it. You learn fast


Dernière édition par Serena Renfield le Sam 6 Fév - 17:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 716
ADRESSE ↦ : Incapable de garder la maison qu'elle partageait avec son mari, elle à acquit un superbe Loft dans le quartier de Capitol Hill au numéro 33


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: i was here ❆ BEYONCE

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: fly like a bird through the night ≈ Serena   Ven 18 Sep - 18:57

La plus belle ouah

_________________


    HELLO FROM THE OTHER SIDE ≈
    You close your eyes to the chaos around you as you crash into the stone cold wall of your own personal hell, and you ask yourself, ‘Why am I not the only one who has to suffer?' ~ i know i'll lose you 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 463
ADRESSE ↦ : une jolie maison #58 - capitol hill w/asher rhodes


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: verite - weekend + One republic + 30STM + Munford & sons + Betty Who

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: fly like a bird through the night ≈ Serena   Sam 19 Sep - 20:24

ma sexy BFF hrt hrt hrt hrt calin calin calin

_________________


    People aren't always who you
    think they are. You learn to see
    through it. You learn fast
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
----------------------------------------


MessageSujet: Re: fly like a bird through the night ≈ Serena   

Revenir en haut Aller en bas
 
fly like a bird through the night ≈ Serena
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNTIL WE BLEED  :: You're Up To-
www. bazzart
www. topsite obsession
www. topsite prg
www. topsite bazzart
CONTEXTE
REGLEMENT
BOTTIN DES AVATARS
SCENARIOS
PRESENTATION
INVITES
les membres du mois