#PRAYFORPARIS

Partagez | 
 

 our memory is always within reach ↦ TOMMY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 137
ADRESSE ↦ : #34, wisconsin avenue - g e o r g e t o w n

MessageSujet: our memory is always within reach ↦ TOMMY   Ven 3 Juil - 20:08


tommy louis whelan
--------------------
Let your boat of life be light, packed with only what you need - a homely home and simple pleasures, one or two friends, worth the name, someone to love and someone to love you, a cat, a dog, and a pipe or two, enough to eat and enough to wear, and a little more than enough to drink; for thirst is a dangerous thin ▪️ crédits : nbcchicagofire.tumblr


Now is always temporary

NOM(S) ↦ Le pompier porte le nom de famille de ses parents adoptifs, la réalité c'est qu'il n'avait pas de nom de famille pendant quelques années. Dans le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui cela peux paraître assez fou, mais c'est ainsi. Quand l'adoption a été officialisée, il à prit le nom de Whelan, et le porte avec une certaine fierté aujourd'hui. D'ailleurs, dans le milieu ou il travaille on le reconnaît plus par son nom de famille que par son prénom en lui même et ça lui convient. Même si il faut l'avouer, il y'a parfois des petits soucis de compréhension, puisque son frère travaille dans la même caserne que lui, donc forcément ... PRENOM(S) ↦ Il c'est toujours appelé Thomas, c'est un prénom qui lui a été donné quand il a été retrouvé sur les marches du foyer alors qu'il n'était âgé que de quelques jours. Mais il faut l'avouer, quand il a été en âge de ce rendre compte que c'était un prénom qu'on lui avait donc donné complètement au hasard, il a voulu un peu changer tout ça ... Il c'est donc toujours fait appelé Tommy; dès l'âge de six ans. Son second prénom à quand à lui beaucoup plus de signification que le premier. En effet, ce sont ses parents qui le lui ont donné ... Il lui vient donc du père de sa mère, autrement dit son arrière grand père, qu'il n'a jamais connu mais qui a toujours été pour que sa fille adopte un enfant. Louis avait lui même été adopté à l'époque, et quand sa fille et son beau fils lui ont fait part de leur souhait d'adopter un enfant il les a aidé autant qu'il à pu. Malheureusement le cancer l'a emporté avant qu'ils n'adoptent Tommy, et ce-dernier n'a jamais pu le rencontrer. Cependant il a toujours fait partie intégrante de sa vie, par le biais de photos ou encore d'histoires qu'on lui à raconté. DATE DE NAISSANCE ↦ C'est un mystère. Le centre a tenté de retrouver sa trace dans les hôpitaux aux alentours, mais le fait est qu'il était introuvable. On suppose que sa génitrice à du le mettre au monde elle même avant de l'abandonner à son triste sort ... On lui à donc donné comme date de naissance, celle du jour ou on l'à trouvé là. Autant dire que ce n'est pas plus sympa que ça ... On fête son anniversaire le 30 Janvier. Ses parents ont toujours fait en sorte de faire les choses en grand, pour combler le fait que ce jour marquait aussi le jour ou il avait été abandonné.LIEU DE NAISSANCE ↦ Comme pour le reste de son passé, Tommy ne sait pas exactement ou il est né. Cependant ses parents l'ont adopté lorsqu'ils habitaient encore à Miami et il ne ce souvient pas avoir connu d'autre orphelinat que celui-là. Il en à donc rapidement déduit qu'il devait être né là bas. STATUT CIVIL ↦ Sa vie sentimentale n'a rien de simple, il faut l'avouer il était persuadé qu'il avait trouvé la femme de sa vie. C'est un peu idiot comme concept, mais les choses ce sont passées ainsi entre eux Gemma était pour lui la femme avec qui il allait finir sa vie, avoir des enfants et c'est pour ça qu'il lui à demandé de l'épouser. Et le jour ou elle à accepté fut l'un des plus beaux jours de sa vie ... Un rêve qui c'est transformé en un enfer sans fin pour le jeune homme quand elle à perdu la vie dans un accident de voiture. Une épreuve qui à été presque insurmontable pour lui, et qui aujourd'hui lui fait toujours beaucoup de mal. Il ne pensait pas un jour retomber amoureux de quelqu'un et pourtant c'est ce qui c'est passé quand il est revenu à Los Angeles et qu'il à rencontré cette jolie blonde. A vrai dire il était simplement venu pour voir les tableaux de cet artiste passionnant quand elle c'est retournée et qu'il à été frappé par sa beauté.  Nina Westmore est rentrée dans sa vie de façon inattendue, une surprise qui lui à fait un bien fou et dont il est tombé amoureux sans même s'en rendre compte. Elle c'est insinué en lui alors qu'il c'était promis de ne plus laisser ce genre de chose arriver, il ne voulait plus souffrir et pourtant il ce relançait dans une épopée sentimentale qui lui ferait perdre la tête. La vie de la jeune femme était rythmée par des mystères et des secrets, il fallait être idiot pour ne pas le comprendre et malgré le nombre de fois ou il a tenté d'en savoir plus elle n'a jamais trouvé le courage de ce confier à lui. Il aurait pu ce battre, il aurait dût d'ailleurs mais lorsqu'on lui à proposé une mutation à Washington et que Nina ne souhaitait pas plus que ça s'investir il à prit la décision de partir. Ici il à rencontré des jeunes femmes, mais sans plus d'importance jusqu'à ce que les choses évoluent avec Lola Chapman. Une fille pleine de ressources et de vie qui n'a pas été épargnée par la vie, ils ce sont rapidement rendu compte qu'ils ce faisaient du bien l'un l'autre et sont aujourd'hui en couple depuis près d'un an. Au fond, ils savent que leur histoire n'est pas faîtes pour durer, et puis Nina est en ce moment même à Washington ... ETUDES/METIER ↦ Tommy à toujours été passionné par l'art, sous toutes ses formes c'est pourquoi alors qu'il n'était alors qu'au lycée il c'est spécialisé dans cette filière en choisissant l'histoire des arts comme matière principale. Il à aussi toujours été passionné par les mathématiques, deux matières opposées ... Il y'a longtemps eu débat sur son futur avec ses parents, parce que tout ce qu'il aimait n'était pas compatibles ensembles alors il fallait faire des choix. Seulement alors qu'il n'avait que 18 ans, il a perdu sa fiancée tragiquement décédée dans un accident de voiture. Ce drame l'a beaucoup bouleversé, et chamboulé si bien qu'il a préféré prendre le large et c'est enrôlé dans l'armée. Il y'a passé six années de sa vie, et cela lui à beaucoup plus apporté qu'il n'aurait dur. Si il est revenu c'est parce que sa dernière mission c'est mal passé, si mal que les psychologues ont préféré qu'il reste au pays et ne reparte pas. C'est comme ça qu'il a rejoint sa famille qui c'était alors établie à Miami de nouveau, et qu'il c'est demandé ce qu'il allait bien pouvoir faire de sa vie. Et devenir pompier est devenue une évidence, car ce qui lui plaisait quand il était soldat était le fait qu'il pouvait dédier sa vie à aider les autres, et si il ne pouvait plus faire cela à travers le monde il pouvait très bien le faire d'ici. C'est comme ça qu'il a intégrer l'académie de pompiers, et qu'il est par la suite devenu candidat dans une caserne de la ville. Après six années au sein de cette caserne, et après avoir réussit son concours pour devenir lieutenant, il c'est vu offrir une mutation à Washington. Il avait des raisons de ne pas l'accepter, mais pourtant il l'a fait et il en le regrette absolument pas aujourd'hui puisqu'il est le Lieutenant dans la caserne 33, depuis deux ans maintenant à la tête du Squad 4. TRAITS DE CARACTÈRE ↦ Confronté à une réalité pas très glorieuse depuis son plus jeune âge, il à apprit à s'adapter dans toutes les situations, conscient que c'était la seule et unique chose à faire si il voulait pouvoir un jour trouver une vie un peu normal. Ce n'est que depuis qu'il a intégré la famille Whelan qu'il à pu réellement découvrir la personne qu'il était, puisqu'il n'avait que 6 ans quand ses parents l'ont adopté il à eu la chance de ne pas être trop infecté par le pessimisme ambiant dans les orphelinats. En effet, c'est un jeune qui garde toujours confiance quoi qu'il arrive, même si on lui démontre par A+B que les choses vont mal ce passer. Après il ne faut pas être naïf, à l'intérieur il n'est pas toujours comme ça mais il sait que si il le fait ressentir de cette façon, les gens autour de lui ce sentiront mieux et c'est tout ce qui compte. Dotée d'un bon fond, on le voit parfois comme l'homme gentil avec qui on pourrait être ami, sans ce doute qu'il à un passé un peu troublant. Les épreuves qu'il a traversé dans sa vie l'ont endurci malgré ce qu'il pourrait en dire, et au final c'est peut être mieux comme ça ... Car si il avait l'habitude de ce faire un peu marcher sur les pieds quand il était à l'école, les choses ont rapidement changé et l'ont transformé. Son mental d'acier fait que les autres ont tendance à le suivre même si ils n'en sont pas obligé, son caporal lui disait souvent d'ailleurs qu'il avait une âme de leader et qu'il pourrait aller loin dans l'armée ... Seulement il en l'a pas fait. Aujourd'hui il gère tout un camion, et chacun de ses collègues sont aussi ses amis, c'est pourquoi malgré le fait qu'il soit leur supérieur il est très proche de chacun d'entre eux et est toujours là quand ils ont besoin de lui. Malgré tout cela il à un caractère un peu excessif dans le sens ou quand les choses vont trop loin, il à du mal à les contenir et à besoin de les exprimés ... C'est pour cette raison qu'il pratique depuis toujours des arts martiaux, plutôt que de frapper sur des gens dans la rue ! Certains le voient encore comme un homme mystérieux, car en dépit du fait qu'il soit capable de donner beaucoup de choses aux autres, peu peuvent ce vanter de le connaître réellement puisqu'il ne partage pas ses côtés sombres et les cache autant qu'il peux.  20 CHOSES A SAVOIR SUR VOUS ↦ si il ne possède pas de tatouages, on ne peux pas passer à côtés des cicatrices apportées par ses années passées dans l'armée, son corps en est remplit et principalement sur le haut du dos ✳️ c'est un sportif un vrai, un passionné, il à besoin de courir tout les jours et assiste à tout les marathons possibles ✳️ si beaucoup de ses collègues font un autre métier en parallèle, lui n'est que pompier et n'a pas besoin de faire plus puisqu'il touche sa retraite de soldat. Pourtant il donne aussi parfois des cours à l'académie ✳️ il a été adopté, il n'en à pas honte ✳️ il à eu une période après l'accident de voiture mortel de sa fiancé, ou il a beaucoup trop bu, son meilleur ami lui a été d'une grande aide pour arrêter ✳️ il ne fume pas, n'a jamais fumé et ne c'est jamais drogué car cela lui a toujours semblé idiot et inutile ✳️ une photo de Gemma se trouve sur sa table de nuit, il en garde toujours une avec lui ✳️ il n'est pas du genre à coucher à droite et à gauche, il à eu quelques histoires mais une seule l'a marqué : Nina ✳️ Maeve est sa bouffée d'oxygène ✳️ il serait capable de tout, absolument tout, pour son frère ✳️  il ne confie pas facilement ses sentiments, et si vous voulez l'approcher il faut y aller doucement car si c'est un homme au grand coeur il apparaît aux premiers abords plus comme une bête sauvage ✳️ il ne retient jamais les prénoms c'est une horreur, il appelle tout le monde par leurs noms de famille parce que bizarrement c'est ceux qu'il retient le plus ✳️ il vas une fois par semaine au cimetière, d'ailleurs il connaît bien la fleuriste maintenant qui sait à l'avance ce qu'il va prendre ✳️ aussi étrange que cela puisse paraître, il adore passer du temps avec des enfants ✳️ c'est marié une fois, à Las Vegas avec Elvis comme prêtre, un scandale que peu de personnes savent et un divorce qui c'est fait le plus vite possible, ils sont aujourd'hui restés bons amis et en rigole quand ils ne sont que tout les deux ✳️ GROUPE ↦ break your plans.


VOTRE AVIS SUR LA VILLE DE WASHINGTON ↦ Tommy n'a jamais été un grand fan des métropoles, alors encore moins de la capitale du monde. Pourtant sans qu'il ne soit capable d'expliquer cela, il c'est toujours plus sentit chez lui ici à Washington, qu'à Miami ... C'est étrange puisque c'est dans cette dernière qu'il à passé la plus grande partie de sa vie. Ou peut être que c'est pour ça, parce que Miami l'a vu grandir tandis qu'ici, à DC, il à pu ce faire une nouvelle vie qu'il pourrait aimer et ou il pourrait oublier tout ce qui l'empêchait d'avancer. VOTRE MEILLEUR ET VOTRE PIRE SOUVENIR ↦ Il ne souhaite à personne de perdre l'être aimé, perdre Gemma a été une étape très difficile dans sa vie. Il ne croyait pas pouvoir remonter la pente, a vrai dire il ne l'a toujours pas vraiment remontée, elle était tout ce qu'il imaginais pour son futur et sans elle il était devenu l'ombre de lui même. Rejoindre l'armée l'a aidé, beaucoup aidé, mais cela n'a jamais effacer le souvenir de cette femme merveilleuse qu'il aime toujours autant aujourd'hui malgré tout, et qu'il n'oubliera jamais. Son meilleur souvenir est le jour ou elle a accepté de l'épouser, le jour ou dans ses yeux il à vu briller une étincelle qui voulait tout dire, qu'ils étaient sur la même longueur d'onde, qu'elle voulait passer le reste de sa vie avec lui. Ce moment là est le jour ou il à sentit que sa vie s'ouvrait devant lui, que plus rien ne pouvait les arrêter, il c'est sentit imbattable. C'est un sentiment plus agréable qu'on ne le croit, ce moment ou rien ne pourra nous faire tomber, tout du moins presque rien.. JUSQU'OU SERIEZ VOUS PRÊT A ALLER POUR SAUVER UNE VIE ↦ A partir du moment ou il à intégré les rangs de l'armée c'est devenu une de ses priorités, pas seulement la vie des autres mais aussi celle de ses camarades à ses côtés. Si on ce bat c'est pour notre vie, tout les jours quand on ouvre les yeux c'est pour sauver ce qui est le plus vital pour chacun d'entre nous. Il est prêt a aller très loin pour sauver une vie. Si il est prêt a sacrifier la mienne ? Son passé montre qu'il l'est en effet, il à beaucoup plus de choses a perdre aujourd'hui qu'auparavant cependant, il connait la valeur de sa vie, mais vaut-elle vraiment de sacrifier la vie des autres ? AVEZ-VOUS DEJA PERDU VOS MOYENS AU COURS D'UNE INTERVENTION ? ↦ Malheureusement c'est un problème récurent pour le jeune homme ... Lors de ses débuts dans l'armée il à plusieurs fois été remis à sa place, ainsi que lors de ses débuts en tant que pompier. Le fait est qu'aujourd'hui il sait ou sont les limites, alors qu'avant il ne savait pas vraiment ou elles ce trouvaient. Mais voilà, une chose est certaine aujourd'hui quand il perd ses moyens au court d'une intervention c'est bien plus calculé qu'auparavant, faisant toujours passer la vie des autres avant la sienne c'est ce qui fait de lui aussi un meilleur Lieutenant. LA PIRE CHOSE QUE POURRAIT FAIRE OU ETRE VOTRE VOISIN ↦ Son voisin joue dans un groupe. Son voisin joue dans un groupe d'Heavy Metal ... Est-ce qu'il y'a pire que ça ? Franchement à cet instant même il n'en est pas certain. Heureusement qu'il à souvent des gardes de nuits, parce que les répétitions nocturnes le pousserait presque à bout !! Il est d'ailleurs en train de chercher un nouvel appartement, afin de ne pas commettre sous peu un meurtre ! COMMENT AVEZ VOUS VÉCUE LA TRAGÉDIE QUI A TOUCHE WASHINGTON IL Y A 5 MOIS?  ↦ Si ce qui c'est produit est horrible, et affreux il sait aussi qu'ils seront surement de nouveau confronté à ce genre de tragédie incessamment sous peu. Le problème c'est qu'il était en plein dedans, et qu'il à fait plusieurs sauvetage ce jour-là, mais plus particulièrement celui de Wes Oakley. Si il n'était pas muni d'une conscience il l'aurait volontiers abandonné la dessous, parce que franchement il ne méritait pas mieux ... Mais Tommy à une conscience, et plus important que ça encore, Tommy à une Maeve. En sortant l'agent des décombres il c'est beaucoup trop appuyé sur son épaule, suite au fait qu'il fut difficile de sortir le jeune homme de là. Si on lui à remit son épaule en place, une douleur persiste, exactement comme la première fois. Il a été mis aux arrêtes pendant près d'un mois, un mois qui l'a rendu presque fou.


♦️♦️♦️

Partners in crimes

PRENOM/PSEUDO ↦ C'est encore moi, et oui, Tica est partout !!! COMMENT TU ES ARRIVE(E) ICI? ↦ C'était la première étoile à droite, jusqu'au matin alors j'avait pas vraiment le choix !! CONNEXION ↦ Même quand je suis pas là, je suis là !! TON DERNIER MOT ↦ Nina ne sait pas ce qu'elle à perdu en le laissant partir :hehe2:  


Dernière édition par Tommy Whelan le Jeu 15 Oct - 21:35, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 137
ADRESSE ↦ : #34, wisconsin avenue - g e o r g e t o w n

MessageSujet: Re: our memory is always within reach ↦ TOMMY   Ven 3 Juil - 20:08



  i'll find somebody

 
Lorsque l'on à seize ans on est idiots, au plus haut point en toute sincérité, parce qu'on se dit que personne dans cette fichu vie ne peux nous comprendre et que personne ne nous comprendra jamais. Au fond on à pas tellement tort dans ses moments là, parce que jamais personne ne saura ce qui ce passe dans votre tête étant donné que c'est bien enfermé mais on est cons quand on à seize ans ... Assis dans la petite cabane dans laquelle il avait l'habitude de jouer trois ans auparavant il à défait sa cravate et à sortit sa chemise de son pantalon, il s'en fiche que ce soit un costume à trois cent dollars, ça ne l'a pas empêché de l'écorcher pour monter dans cet arbre, attraper cette balle de tennis et la lancer contre le mur avant de la rattraper «  Tu ne peux pas trouver de meilleur endroit pour te réfugier ?  » à l'entente de cette voix il se relève brusquement et ce cogne la tête. Massant cette dernière il regarde à travers le trou qui est en train de monter et ne semble pas surpris, tendant une main afin de l'aider «  Je ne vois pas pourquoi d'un coup tu te met à porter des robes »   Réplique t-il après avoir aidé son amie à le rejoindre. Celle-ci ne fait même pas cas de sa réponse sous le coup de sa mauvaise humeur et contemple l'endroit en souriant. Elle avait beau être son amie depuis presque toujours, elle n’était jamais montée ici. «  Je suis une fille j'aime bien être jolie de temps en temps, même si je sais que tu ne connait pas ça. » elle ne l'a pas regardée mais sait qu'elle lui à bien répondu après tout, elle le connaît par cœur. Il lève les yeux au ciel reprenant sa balle de tennis et ce qu'il faisait avant l'intervention de la jeune fille, la rendant presque transparente tandis qu'elle observe les dessins qu'ils avaient dessinés son frère et lui lorsqu'ils n'étaient que des enfants. Cependant il la regarde tant qu'elle ne le voit pas, parce que ses derniers temps il n'en à pas eu l'occasion, bien trop fier et orgueilleux, il n'arrive pas à comprendre comment tout à pu autant changer au fil du temps, pourquoi faut-il qu'il soit différent, mais surtout qu'elle le soit ? Plongé dans ses pensées il finit par lâcher «  Tu n'a pas besoins d'une robe pour être jolie. » Elle vient juste de recevoir dans son cerveau ce qu'il vient de dire et se tourne vers lui tandis qu'il ne la regarde plus. Il a toujours été comme ça Tommy, un idiot, mais c'est à la fois ce qui fait son charme il faut croire. Il pourrait sortir avec n'importe quel filles au lycée, certaines connaissent son histoire et la trouve tellement fascinante qu’elles sortiraient avec lui seulement pour ça. «  Serait-ce un compliment Whelan ? Je devrais noter ça dans le livre des grands moments de Tom !  » lui lance t-elle avant de ce placer devant lui et d'attraper cette fichue balle de tennis. Celui-ci soupire, elle ne le lâchera donc jamais ... En même temps il ne pouvait s'en vouloir qu'a lui, c'était lui qui lui avait fait un compliment venu de nulle part, il ne comprenait pas lui même. «  Pourquoi tu fait ça , pourquoi tu est aussi ... en colère aujourd'hui ?  » elle a décidé de jouer la carte de la sincérité, elle sait que c'est risqué avec lui qu'il pourrait partir en courant ne voulant pas en parler. Parce qu’il était comme ça, le genre de garçon à vouloir tout garder pour lui, ne pas embêter les autres avec ses soucis. Mais elle sait aussi que c'est le seul moyen de savoir ce qui lui arrive, de savoir ce qui ce passe dans sa tête. Il la regarde un instant mordant sa lèvre avant de donner un coup de pieds dans la petite chaise en face de lui et de vider son sac «  Mon père ce fou de moi, mon frère est un idiot bien trop aveugle pour se rendre compte qu'il va droit dans le mur, j’étouffe, j’ai raté mon test d’histoire, et ... tu m'a repoussé bordel !  » Il la regarde dans les yeux, et peu remarquer la surprise à laquelle elle fait face. Elle c'était certainement attendu à tout sauf à ça, l’un et l’autre étaient à cet âge ou tout était saoulant, la famille était en général celle qui nous poussait le plus à bout, et Tommy ne faisait pas l’exception. Enfant il avait rêver de tout ça, d’un jour avoir une famille et si il s’énervait souvent après eux, il était aussi conscient de la chance qu’il avait. Mais c’est normal, c’est l’adolescence et il n’échappe pas à la règle. Non ce qui l’énerve plus que tout, c’est elle : Gemma Ruiz. Elle ne sait plus ou regarder tandis que lui la fixe du regard et lui attrape la main «  Pourquoi tu me repousse Gemma ?  » C'est arrivé quelques semaines auparavant seulement, tout les deux ce sont rendus à une soirée organisée par une connaissance commune. Ils y sont allés en moto parce que n'ayant pas encore l'âge pour conduire une voiture, Tommy avait finalement réussit à convaincre sa mère que conduire une moto était la meilleure alternative. Il a passé la soirée a la regarder de loin parce que depuis quelque temps déjà les choses ont changées mais qu'il ne veux pas tout foutre en l'air, et puis l'alcool faisant et l'euphorie de la fête aussi il à franchit le premier pas, a tenté de l'embrasser avant qu'elle ne le repousse et qu'elle parte en courant. Les quelques jours qui ont suivit sont restés plutôt froids, mais depuis deux ou trois jours elle est redevenue la même fille qu'elle a toujours été. Et là elle le regarde, sachant que cette fois elle ne peux pas s'enfuir «  Je m'en fou des autres d'accord, je m'en fou de ce qui ce passe en bas, je veux comprendre pourquoi tu me repousse, si tu ne m'apprécie pas dit le moi ce sera clair mais ne vient pas après ici en prétendant que tu en à quelque chose à faire de comment je m'en sens.  » il voit perler sur le coin de son regard d'ange une larme. Ce n'est pas forcément ce qu'il veut, il ne souhaite pas vraiment la faire souffrir, il veux juste qu'elle soit franche avec lui au lieu de la balader comme un vulgaire sac de patates !  «  Dit pas ça s'il te plaît ...  » commence t-elle a chuchoter sans qu'il ne comprenne pourquoi. «  Laisse tomber d'accord ? Je ... Je ne suis pas assez bien pour toi et ...  » Elle ne finit pas sa phrase, prête à partir le plus vite possible d'ici mais il ne la laissera pas faire, il ne la laissera pas partir encore une fois. Il tient déjà la main de la jeune femme dans la sienne et c'est rapproché d'elle afin qu'elle ne parte pas, et que pour une fois elle l'affronte, c'était la première fois pour Tommy, la première fois qu'il ce confiait à quelqu’un sur ses sentiments. Bien que relativement proche de son frère et lui aillant fait plusieurs fois des confidences il n'avait encore jamais autant ouvert son cœur à quelqu'un ... Il vit des larmes couler de nouveaux le long des joues de la jeune fille «  Les autres filles je n'en ai rien à faire, tu est la meilleure chose qui soit arrivée dans ma vie Gemma, je ne veux plus t'entendre dire que tu n'est pas assez bien pour moi tu m'entends ...  » se mit-il à murmurer tandis que leurs fronts se touchent déjà. Elle ferme les yeux, frissonnant à ce contact tandis que du bout de ses doigts, il essuie les larmes qui perlent sur son visage. Et avant même qu'elle n'ai pus dire quoi que ce soit, leurs lèvres se frôlent dans un baiser furtif et timide, comme si pour la première fois de leurs vies deux enfants découvraient le plaisir charnel d'un simple et futile baiser. Mais a peine eurent-elles le temps de ce séparer qu'elles ce retrouvèrent rapidement, ce cherchant, ce battant l'une contre l'autre, comme si elles avaient besoin l'une de l'autre pour exister et comme si rien d'autre ne pouvait compter. D'un même mouvement leurs langues ce joignirent tandis que Tommy tenais déjà fermement la taille de Gemma qui c'était collé à lui. «  Bah je vois qu’il y’en à qui profite bien de la fête !  » Trop occupés, aucun d’eux n’avait entendu Casey monter. Surpris ils ce séparent à une vitesse telle que cela fait rire le petit frère de Tommy, qui est déjà en train de s’installer à son tour dans la cabane. Mal à l’aise, Gemma ce sépare plus encore de Tommy tandis qu’il souhaiterait continuer ce qu’ils étaient en train de faire. Il aurait pu lancer un regard noir à Casey et le chasser à coups de pieds, mais il ne le ferait pas, ce n’était pas ce qu’il faisait avec lui en tout cas. «  Tu veux pas aller jouer ailleurs ? Les grands sont occupés. » Les propos de son frère font plus rire Casey qu’autre chose, il attrape la balle délaissé et la fait tourner dans ses mains pensif. Il montre Tommy du doigt, avant de montrer Gemma et soupire «  Vous étiez les seuls deux idiots à ne pas avoir remarquer ça ! » Il les montre l’un et l’autre de nouveau, avant de secouer la tête comme déconcerté. «  C’est à ce demander qui est les plus adulte de nous trois, vraiment !  » Après un moment de silence un peu gêné, Gemma ce met à rire. D’un rire si clair et sincère que les deux frères ne peuvent s’empêcher de la suivre par la suite. (...) Voilà qui est officiel, aujourd’hui il doit choisir tout le reste de sa vie, il doit choisir ce qu’il va faire après ses études et c’est un choix qu’il n’arrive pas à faire … Il ne sait pas ce qu'il deviendra mais il sait parfaitement ce qu'il doit faire tout de suite, maintenant. Cela fait quelques minutes maintenant qu’il attend devant la porte de l’appartement qu’elle loue depuis quelques mois. Elle arrive enfin et lui ouvre la porte en souriant tandis qu'il s'engouffre dans le dit-appartement «  Mais qu'est-ce que -  » elle le regarde sans comprendre, en même temps il était à peine seize heures et il lui avait donné rendez-vous à vingt heures afin qu'ils aillent manger ensembles en ville, lui aillant fait la promesse de la laisser réviser pour ses futurs examens. Vêtue d'un simple bas de jogging et d'un t-shirt en coton beige une simple crayon a papier retient sa longue crinière et une paire de lunette à trouver place sur son visage. Partout, éparpillés par terre, des livres et des notes, montrent qu'elle est en effet en train de réviser durement. Quelques jours auparavant ils ce sont disputés, elle lui à bien fait comprendre qu'elle n'était pas comme lui, qu’elle savait parfaitement qu’elle voulait devenir avocate et que pour ce faire elle devait ce concentrer un peu plus sur ses études. Jamais il ne lui a parlé de sa capacité à retenir tout ce qu'il lit une seule fois parce qu'il n'a jamais voulu s'en vanter, et encore moins auprès d'elle. Il lui a promit de lui laisser du temps pour réviser, et le voilà là débarquant comme un fou dans son appartement, elle le regarde sans comprendre ... «  Tu te souviens de ce que je t'ai dis la dernière fois, dans la cabane  » Comment aurait-elle pu l'oublier ? Après deux années passées ensembles, il l'a demandé en mariage. Une demande qu'elle ne pensait pas arriver aussi vite et qui arrivait en même temps au bon moment. Ils n'en avaient parlé à personne, la seule personne au courant était la mère du jeune homme qui avait tenu à ce que Gemma reçoivent la bague qui était dans la famille depuis des siècles. Depuis ils étaient fiancés et vivaient presque ensembles. «  Bien sur que oui, mais qu'est ce qu'il y'a Tom ?  » elle à doucement refermé la porte d'entrée et ce dirige vers lui, il lui attrape d'abord ses mains, et ensuite le visage avant de la regarder dans les yeux «  Marions-nous, maintenant, aujourd'hui, et fuyons ensembles. On prendra une chambre en ville le temps que tu finisse tes examens et après on partira ou tu voudras. Depuis des mois on me demande ce que je veux, et je suis incapable de le dire. A part que je te veux toi.  » Ils en avaient déjà parlé plusieurs fois, de la pression à laquelle ils faisaient face, et de tout ce qui entourait leurs familles respectives. Elle le regarda un instant avant de lui sourire et de passer sa main sur le visage de cet homme qu'elle a toujours aimé. «  D'accord.  » il la regarde surpris peu certain de comprendre ce qu'elle vient de dire, d'avoir bien entendu, mais elle lui sourit à nouveau en répétant ses paroles, avant qu'il ne la prenne dans ses bras en la faisant tourner « Je t'aime.  » Après avoir réglé ensembles les détails de leur escapade, il retourne chez lui pour préparer ses affaires assez rapidement, ils ce sont donné rendez-vous quelques heures plus tard pour lui laisser le temps de ce préparer comme il ce doit pour le mariage. Il passa une bonne partie de son temps au téléphone, appelant ses contacts et amis pour ce mariage express. Quand il eu enfin fait cela il retrouva sa mère alors installée sur un transat profitant des rayons de soleil du mois de Mai. Elle l'accueillit avec un grand sourire aux lèvres comme elle le faisait toujours, il lui raconta ce qu'il allait faire ce soir et à quel point il voulait qu'elle soit là, avec son père et Casey. Quand sa mère les larmes aux yeux accepta de l'accompagner, ils rentrèrent dans la maison pour qu'elle puisse aller ce préparer. C'est là qu'ils tombèrent nez à nez avec Casey, le visage fermé il regarda son frère pendant un moment avant de finalement prendre une grande inspiration et de déclarer  «  Gemma à eu un accident de voiture ...  »





  if you loved me, why'd you leave me ?

 
Les tirs, les morts, les blessures on s'y habitue avec le temps. Il pensait qu'il était prêt pour ça quand il c'est engagé, il pensait savoir tout mieux que tout le monde, qu'il pourrait survivre à l'armée de façon plus simple. Il n'avait pas grand chose à perdre, voir Gemma rendre son dernier souffle lui avait presque enlevé l'envie de ce battre. Il avait vécut un cauchemars, il avait du s'occuper des papiers pour l'enterrement, il avait du s'occuper de ses affaires et cela avait été la chose la plus difficile qu'il n'ai jamais eu a faire. Alors quand il est parti en mission pour la première fois, il c'était dit que ce ne pouvait pas être grand chose comparé à ce qu'il avait vécut. Mais il avait tort ... Ce n'était pas le même genre de souffrance, il ne pouvait dire si ça avait été pire ou non, c'était différent. Il a du apprendre à ce plier aux règles, ce qui n'a pas été chose aisé au tout début parce que trop têtu et trop fier pour ce faire dicter sa conduite. Pourtant il s'y ai fait, il a comme tout les autres pris le pli et en quatre ans il a monté les échelons assez rapidement, l'armée était devenue sa raison de ce lever le matin. Lorsqu'il était en permission cela ne l'empêchait pas de ce sentir mal de faire ça à sa mère qui lui demandait de revenir à chaque fois, ce faisant beaucoup trop de soucis pour lui. Mais il était lucide, il ne pouvait pas revenir parce qu’il n’était pas prêt, parce qu’il n’était pas certain d’être encore ce fils qu’elle avait élevé avec amour. Il rencontra des filles mais jamais aucune n'arriva a la hauteur de Gemma, il lui fut impossible de l'oublier aussi écumait-il les soirées et les bars avec son frère. Plusieurs fois il lui parla du métier de pompier, et lui indiqua qu'il devrait vraiment y penser plutôt que l'armée, comment lui en vouloir ? Lui même ne voulait pas qu'on lui apprenne un jour que son petit frère était mort sur le terrain. Pourtant il repartait après chaque permission, lançant deux ou trois blagues affirmant à tout le monde que tout irait bien, et c'était comme ça que c'était, tout allait bien. Être sur le terrain le faisait ce sentir vivant, et a vrai dire il ne s'imaginait pas pouvoir faire autre chose de sa vie que ce métier là. « Bravo 2 t'es pris pour cible » l'information grésille dans son oreille, l'homme en face de lui est le chef du village qu'ils viennent  d'infiltrer. Ce dernier est le responsable de la dernière bombe qui a enlevé la vie à dix de leurs soldats. Tommy ne quitte pas l'autre du regard en faisant un signe que peu verrait, seulement ses hommes il les connait et pendant un instant il s'attend à ce que l'on respecte ses ordres. Pourtant les minutes passent et l'homme en face de lui n'est toujours pas abattu « On ne tirera pas Bravo 2. » Finalement l'homme en face lui sourit prenant conscience que les choses tournent à son avantage. Si il sent au loin l'arme pointée sur lui, Tommy sent pourtant la frustration montée en lui, il sait qu'il pourrait dégainé et planter une balle entre les yeux de cet homme, responsable de bien des tueries pourtant il y'a des villageois aux alentours qui sont innocent. « A votre place colonel, je partirais d’ici. »  L'homme sourit, conscient qu'ici c'est lui qui à l'avantage et non pas eux. Il ne s'agit pas d'une mission suicide il le sait, trop de vie serait mise en jeu si il agissait aussi ce retire t-il finalement sans rien dire. De retour à la base pourtant, la frustration n'est pas passé quand son chef le fait venir à sa tente. « J'aurais pu l'avoir monsieur. » les dents et poings serrés, il ce tient debout face au Lieutenant Colonel Jonhson attendant que celui-ci lui réponde qu'il aurait du. Après tout ses attaques lui prenait ses hommes peu à peu il le savait. « Nous le voulons vivant Colonel Whelan » une jeune femme brune sort alors de la pénombre, rien qu'a la regarder on comprend qu'elle ne fait pas partit de l'armée et ceci même si elle porte les mêmes vêtements que les soldats. La façon qu'elle à eu de lui dire ça ne lui plait pas, ce croyant plus intelligente que lui peut être, croyant surement savoir de quoi elle parle. Il la regarde avec un air de défis, et si il avait pu tuer les gens d'un seul regard, peut être n'aurait-elle pas vécu bien longtemps. « Colonel, je vous présente l'agent Nikki Wolf de la CIA. Elle est ici afin de mettre en place un accord de paix. » La CIA ... Il aurait dû s'en douter, ils étaient bien fort pour mettre leur nez partout et ne rien arranger. Avec ce qu'il voyait tout les jours, la paix il n'y croyait pas du tout et n'en pouvait plus de devoir attendre que des hommes en costumes assis derrière des bureaux leur donne des ordres inutiles. La tension dans l'air laisse comprendre à la brune que Tommy ne l'aime déjà pas, tout simplement pour ce qu'elle représente. Personne ne peux comprendre ce qui ce passe tant qu'ils n'ont pas été sur le terrain. « Elle restera donc avec vous. » Le ton employé fait comprendre à Tommy qu'il n'a pas le choix, après l'avoir salué il sort de la tente sans attendre l'agent qu'il entend pourtant le suivre. De nature impulsive, il commence déjà marmonner tandis qu'elle continu de le suivre. « Vous savez que nous avons raison. » tente t-elle de lui faire entendre. Il finit par s'arrêter et elle aussi, il se tourne finalement afin de lui faire face, et pointe un doigt sur elle « Et vous, vous ne savez rien. » C'était évident alors, le reste du temps qu'ils allaient passer ensemble n'allait pas être de tout repos. Beaucoup vous dirons de Tommy qu'il est un homme incroyable, et juste, qu'il serait capable de donner sa vie pour ses soldats. Mais peut être que Nikki Wolf ne vous dira pas ça, car pendant toute la période ou elle lui fut assignée ils ce vouèrent une guerre verbale presque sans répit. Parfois certains soldats les regardaient faire en souriant, car ils ce disputaient comme pouvaient le faire un couple divorcé, ou des parents qui ne sont pas au même point de vue pour leurs enfants. L'amener sur le terrain ne lui faisait aucunement plaisir, bien sur il n'était pas dupe en tant qu'agent de la CIA elle ce devait d'avoir de l'expérience mais elle n'était pas son soldat. Car il avait en chacun d'entre eux une confiance aveugle, et il ne lui faisait pas confiance. Pourtant elle prouva rapidement qu'il avait tort de douter, car elle était aussi attentive et réactive que chacun d'entre eux, ce qui l'aida à ce calmer à son égard. « Alors ?  » devant lui ce tenait le soldat Carvers, un de ses meilleurs éléments qui avait passé le dernier mois en compagnie de Wolf. Il n'avait pas voulu paraître trop grossier à son égard car il avait d'autres choses en tête, notamment le fait que les bombes artisanales sur les convois militaire ce faisaient de plus en plus fréquente et qu'ils devaient mettre un terme à cela. Carvers lui indiqua qu'elle avait prit le pli, l'agent de bureau en elle commençait à s'effacer et c'était exactement ce qu'il attendait pour qu'elle le suive, car sur le terrain il n'avait pas besoin d'une femme qui avait passé la plupart de son temps dans des bureaux avec des talons a imaginer des hypothèses que lui et ses hommes avait a faire. Ils étaient aujourd'hui dans la vraie vie, et si la plupart du temps il voulait lui même la paix entre les deux pays c'était un fait, il avait perdu 10 soldats en moins de deux semaines et la haine avait rapidement commencé à prendre sa place. Après son entretien, il c'était dirigé à la réunion qu'il avait organisé afin de voir les derniers dispositifs pour le convois de nourriture prévu dans l'après midi jusqu'au village voisin. Ensembles ils avaient élaboré des parcours stratégique, tentant surtout de trouver comment ce séparer afin de ne pas tous ce faire toucher et mourir en vain. Quand il indiqua à tout le monde de prendre son poste il suivit lui même le mouvement avant d'attraper le poignet de l'officier « Wolf, vous venez avec moi. » De toute les personnes l'ayant connu avant l'armée, chacune d'entre elles auraient pu vous dire que Tommy n'était pas un homme froid. Si il avait l'habitude de ne pas ce faire marcher sur les pieds, ou bien parfois de démarrer au quart de tour, il n'était en aucun cas un homme aussi distant et froid. Beaucoup vous diront que l'armée l'a rendu ainsi, méfiant et toujours sur ses gardes, mais les personnes le connaissant mieux vous diront que c'est parce qu'il à perdu la femme qu'il aimait et qu'avec elle, il à perdu cette âme généreuse qui le rendait si bienveillant, et l'armée n'aura rien arrangé. Il ne sut déchiffrer son expression mais quand il sortit à son tour de la tente, elle le suivit. Dernièrement ils c'étaient opposés sur bien des choses, avaient beaucoup crié avant de trouver un terrain d'entente mais sur cette opération ils étaient tout les deux sur la même longueur d'onde : le but était de nourrir le village voisin, et de ne perdre aucuns soldats, car si elle ne s'en doutait pas Tommy n'aimait pas tuer. Et il tentait au plus de l'éviter, un comble pour un soldat, mais c'était un fait et ce qui le démarquait des autres. Ils rejoignirent rapidement le 4x4 de tête, il prit place devant tandis qu'elle s'installa a l'arrière et quand tout fut fin près ils quittèrent la base. « Je peux savoir pourquoi vous avez soudainement décidé que je pouvais vous accompagner, alors que cela fait plus d'un mois que vous m’assignait à bon vous semble ? » On lui parlait rarement de cette façon, et si au début les hommes le regardait un peu stressé de savoir comment il allait finir par lui tomber dessus, aujourd'hui ils voyaient là un jeu qui ne prenait jamais fin et qui commençait à les lasser. « Carvers ne pouvait plus vous supporter, j'ai du me sacrifier. » Elle ne répondit pas, peut être était-elle en train de chercher quoi lui envoyer à la figure, aussi profita t-il de ce moment de répit pour tenter de joindre l'autre partie du convoi à l'arrière afin de leur dire de ce disperser à ce moment là. « Bien Colonel, nous -  » Tommy n'eu pas le temps de comprendre ce qui venait de ce passer qu'un sifflement indiqua l'arrivé d'une bombe, sans même qu'il ne puisse le voir, le bruit provoqué coupa leur audit et fit penché leur propre voiture tandis que celle de derrière était en train d'exploser. Il lui fallut un certain temps avant d'ouvrir les yeux et de voir ou il était, coincé par la ceinture sa tête reposait sur celle du pilote qui ne vivait plus. Toujours perturbé par le silence il ne voit plus rien, mais en ce relevant et donnant un coup de pied dans la porte pour l'ouvrir et s'en extraire il voit Wolf bouger derrière, il ne peux pas parler aussi bien commence t-il a attraper son arme et il finit par attraper sa main. A ce moment là leurs regards ce croisent, il lui fait signe qu'il veux sortir et elle tente un léger hochement de tête. Dehors il commence à entendre les tirs, voir ses hommes se replier, appliquer la technique de sécurité qu'ils ont prévu une heure auparavant. Il sent un filet de sang couler le long de sa tête, et se tourne vers l'agent Wolf afin de voir si elle va bien, elle tient sa propre arme contre elle et a part quelques égratignures elle lui montre qu'elle va bien, aussitôt il l'attrape par la taille et la fait passer devant lui afin qu'elle ce réfugie dans le ravin avec les autres. Au moment ou tout les sons lui reviennent au même moment, ils viennent de rejoindre le reste de l'équipe, un petit passage rapide lui fait comprendre qu'ils ont perdu près de cinq homme, dont Carvers. Impossible de parler il agit en circonstance afin d'organiser un repli stratégique vers la dernière balise, avec un peu de chances l'explosion aura alerté les autres. Et pendant un instant tandis qu'ils se trouvent armes à la main, il croise le regard de la jeune femme et pour la première fois ils se comprennent, ils sont dans la même galère. Ils ont riposté côtes à côtes, comme une équipe tentant de sauver la peau des autres et la leur ensembles, plus tard sous la tente de l'infirmerie ils se croiseront avec respect pour une fois « Nkki. » dirait Tommy avec respect en hochant la tête en sa direction, elle lui offrirait son premier sourire en répondant du même ton  « Colonel. » Ils n’avaient pas besoin de plus.




  remember life is too short to be little.

 
Un instant il ouvre les yeux, le souffle court et le visage emplit de sueur il c’est relevé laissant tomber son drap sur le sol. Il est pris de panique pour une raison qui lui est encore inconnue et qu’il ne comprend pas … Cela n’est pas nouveau au fond pour lui, il serait presque habitué maintenant et pourtant la douleur qui lui déchire l’épaule à cet instant lui arrache un cri. D’un geste soudain et vif, il dépose sa main sur l’épaule qui lui brule en espérant peut être que cela va changer quelque chose, et puis tout lui revient en mémoire, absolument tout. Les cadavres, le sang, les tirs, la bombe … « Putain. » murmure t-il finalement, parce que la réalité le rattrape soudain, il est de retour dans la réalité. Cela fait deux mois maintenant qu’il est rentré à Miami, chez ses parents. Il n’est pas rentré le regard fier et les épaules hautes, mais dans un brancard direction l’hôpital à cause des dégâts causés par la bombe ayant explosé à quelques mètres de lui, que leur sniper n’avait pas été capable de maitriser. Ses parents c’étaient inquiété, vraiment inquiété puisque pendant un temps son pronostic vital avait été engagé, ils n’étaient pas certains de revoir le sourire de leur fils un jour et il lui arrivait encore aujourd’hui de surprendre sa mère en train de l’observer, chérissant surement le fait qu’il soit encore en vie. Il n’était pas mort, mais on l’avait immobilisé et mit à la retraite parce qu’il n’était plus apte a aller sur le terrain, brisé et cassé il c’était un instant retrouvé seul dans cette chambre glaciale, devant dire au revoir aux six années qu’il avait passé à servir son pays … L’armée l’avait sauvé en toute franchise, après le décès de Gemma il c’était donné corps et âme à cette institution, ce levant le matin avec le seul et unique but que de sauver des vies, ramener la paix. C’était ce qui l’avait fait vivre pendant si longtemps, c’était grâce à ça qu’il avait survécut et aujourd’hui il ne savait pas vraiment comment il allait faire. Il ce lève avec une difficulté qui le déconcerte, il c’était fait opérer quelques semaines auparavant et avait commencé la rééducation, on lui avait dit qu’il récupérerait complètement de sa blessure au bras mais il avait l’impression que cela ne viendrait jamais. Il détestait être faible, il détestait avoir mal, il détestait tout ça. Finalement il descend dans la cuisine pour aller chercher quelques chose à boire, ne prenant pas la peine d’allumer la lumière et faisant attention à ne faire aucun bruits, il ce félicite tout de même de ne pas avoir perdu ses aptitudes quand il arrive dans la cuisine sans avoir réveillé personne. C’était une minuscule victoire dont il ce contentait là, mais c’était assez. Il tient toujours son bras droit contre lui tandis qu’il s’apprête à ouvrir la porte du frigo, avant qu’un bruit ne le fasse ce retourner rapidement réveillant tout ses réflexes et son bras libre attrapant automatiquement le couteau le plus proche « Wow on ce calme Rambo!  » La voix de Casey emplit la pièce, tandis que Tommy ce tient toujours là prêt à frapper la première personne l’approchant, et que son frère les deux bras en l’air le regarde un peu crédule, ses clefs dans la main. « Qu’est ce que tu fou là ? » Tommy avait observé l’heure qu’affichait son réveil avant de descendre,  il était presque cinq heures du matin, et Casey avait un appartement alors pourquoi n’y était-il pas ? Un rapide regard lui indique qu’il revient certainement du boulot puisqu’il porte des habits portant tous les insignes de sa caserne. Doucement Tommy baisse sa garde, abaissant le couteau qu’il portait devant le visage et la douleur de son épaule le frappe à nouveau sans que pour cette fois il ne fasse une quelconque grimace. Casey avait changé en six ans, et lui aussi, si ils n’étaient plus aussi proches qu’ils ne l’avaient été jusqu’alors cela ne changeait absolument rien au fait qu’il était plus important que qui que ce soit d’autre pour l’ancien militaire. Son petit frère avant, dépose ses clefs sur le comptoir et ce fraye un chemin derrière lui pour ce diriger lui même vers le frigo. « J’ai bu, puisque la maison était plus proche que mon appartement à pieds, je me suis dit que j’allais dormir ici !  » la raison était louable, complètement idiote mais louable. Qui avait autant besoin de ses parents qu’eux à un âge aussi avancé ? Puisqu’il n’a apparement pas assez bu, Casey attrape une des bières favorite de leur père et entreprend de l’ouvrir après que Tommy ai refusé d’en prendre une. Tout ce qu’il voulait maintenant c’était prendre ses anti-douleurs, pour faire partir ce déchirement constant qu’il sentait dans son épaule. « Tu sais que tu vas dormir dans le canapé. » La nouvelle maison familial ne comportait qu’une chambre d’ami puisque leurs parents n’avaient jamais pensé avoir leurs deux fils en même temps, dans la même ville, aussi longtemps. Et il était hors de question que Tommy prenne le risque de dormir avec son frère, car ses souvenirs étaient encore frais de l’époque ou ils le faisaient et qu’il ce retrouvait à dormir par terre. La réflexion fait sourire Casey, tandis que Tommy sort enfin une bouteille d’eau, prend un certain temps à l’ouvrir mais une fois fait s’empresse d’avaler ses cachets. Il s’apprêt à abandonner son frère là, ce dernier n’aurait pas de mal à trouver le chemin du canapé, et il savait que c’était non négociable. Il connaissait assez bien Tommy pour savoir quand il rigolait et quand il était complètement sérieux, il devait d’ailleurs être l’un des rares à lire en lui comme dans un livre ouvert. D’un signe de tête Tommy lui indique que c’est son signal qu’il retourne ce coucher, et tandis qu’il lui tourne le dos pour remonter dans sa chambre Casey l’arrête en quelques mots « Tu y’à pensé ? » Une personne lambda entrant à cet instant aurait eu l’impression peut être d’assister à un discours de sourds, ne comprendrait pas du tout ce qui est en train de ce passer. Mais Tommy lui comprenait, son petit frère lui parlait de la conversation qu’ils avaient eu quelques jours auparavant. La vérité c’était que le jeune homme ne savait pas ce qu’il allait bien pouvoir faire de sa vie, aujourd’hui il avait tout simplement l’impression de n’être plus bon à rien, de ne servir à rien … Il aurait pu ce lancer dans l’art peut être, mais il savait que ce n’était pas ce qu’il voulait, plus important encore ce n’était pas ce qu’il lui fallait. Casey avait la solution toute trouvée, il en était certain mais Tommy l’était moins. Bien entendu le métier de pompier était un noble métier, et le jeune homme admirait son frère pour s’être lancé dans cette voix. Mais il avait été mis de côté par l’armée qui ne pensait pas qu’un jour il puisse ce remettre de cette blessure, alors pourquoi on accepterait qu’il devienne pompier ? La vérité était qu’il était fichu, il en était conscient et tout le monde devait l’être. Soupirant face à l’acharnement de son cadet, il ce tourne doucement vers lui pour lui faire complètement face. « Je te l’ai dit, c’est impossible à faire. » Il manquait de convictions, hors il n’en avait jamais manqué et ça Casey le savait. Si bien qu’il accueillit ses propos par un rire moqueur, qui dérouta Tommy. « Tu sais aussi bien que moi que c’est faux. Tu à besoin d’une motivation si tu veux avancer, et je suis persuadé que c’est ce qu’il te faut, vraiment. » Il ne savait pas qui était le plus sage des deux, ils accumulaient l’un et l’autre leur part de connerie, et leur part d’héroïsme si bien qu’ils ne pouvaient rivaliser, et puis ce n’était pas le but vraiment. Non ils s’entraidaient depuis toujours et c’était ce que Casey cherchait à faire à cet instant, il essayait de pousser son frère vers le haut quand il le voyait sombrer ainsi vers le bas. Tommy reste là silencieux, incapable de vraiment savoir quoi lui dire. Alors son frère hausse les épaules, attrape sa bière et vient ce placer à ses côtés. « Tu devrais vraiment y penser. » et après un sourire franc et sincère il le laisse là tout seul. Peut être que Casey avait raison, peut être que ce nouveau défis serait celui qui l’aiderait à sortir la tête de l’eau, il n’en était pas persuadé mais avait envie d’y croire, vraiment. (...) Le feu est de plus en plus intense, mais il n’a toujours pas trouvé la jeune femme censé être là, au deuxième étage. C’est son ami qui lui à dit quelques secondes auparavant, complètement paniquée parce qu’elle était partie chercher du pain et que jamais elle n’aurait pensé revenir vers un immeuble en feu … Il n’avait pas attendu les directives de son lieutenant, et c’était précipité tête baissé vers l’immeuble n’écoutant pas les cris censés l’en dissuader. Il avait finalement écouté son frère, ce n’était pas une mauvaise idée en soit de ce lancer la dedans puisqu’il ne pouvait plus faire l’armée, et puis c’était vrai cela l’avait motivé à continuer profondément sa ré-éducation. Ses mois passés à l’académie n’avaient pas été si longs, ni même compliqué pas quand on avait fait partit de la Navy Seal pendant près de six ans, finalement il aurait presque été capable de tout … C’était parfait, c’était ce qui lui convenait et cela faisait six mois maintenant qu’il était candidat dans cette caserne. Les choses ce passaient vraiment bien, il n’aurait jamais pensé que ça ce déroule aussi bien d’ailleurs et cela l’étonnait encore aujourd’hui. Sa radio grésille une fois de plus, il n’y prête pas beaucoup attention parce qu’il sait que c'est Adam qui est en train de lui dire de faire demi-tour, ce qu’il ne fera pas. Il sait qu’il devrait être en train d’écouter son Lieutenant, il en est amplement conscient mais jamais il ne sortira d’ici sans elle … Il n’aurait pas été capable de vivre en sachant qu’une jeune femme était abandonnée là dedans, toute seule face à son propre sort. « Pompiers répondez ! » c’est au moins la sixième fois qu’il prononce ses mots, avec l’espoir d’une réponse mais jusqu’alors il n’en à eu aucune, et cela n’engage rien de bon : il va devoir partir. Pourtant son instinct est sans équivoque il ne peux pas partir, pas maintenant. Tandis qu’une nouvelle poutre s’effondre en face de lui et qu’il porte les mains sur son masque par réflexe il l’entend, ce n’est qu’une toux au milieu de ce vacarme mais il sait alors qu’il n’est pas seul dans ce brasier. « Ou êtes vous ? » elle répond avec difficulté, car la suie à déjà du enduire ses cordes vocales, il ne sait pas exactement depuis combien de temps elle est là. C’est quand il l’aperçoit qu’il sent la pression le lâcher peu à peu, il pousse les meubles qui barrent son chemin et quand il arrive vers elle il n’hésite pas une seconde à enlever son masque pour qu’elle puisse recevoir de l’air pur. « Ne vous inquiétez pas, on va sortir de là! » il remonte son pull sur son visage afin de pouvoir respirer correctement le plus longtemps possible et attrape la taille de la jeune femme de son bras droit. Elle s’agrippe à lui, consciente que sa vie dépend de cette homme qui vient de surgir de nul part permis les flemmes. En fait c’était ce qu’il lui fallait cette adrénaline qu’il ressentait sur chaque appels lui rappelait celle qu’il avait lorsqu’il ce postait sur un toit pour protéger ses hommes, c’était suicidaire mais il en avait besoin. La jeune femme s’agrippe un peu plus à lui tandis qu’il commence à voir la lumière du jour au travers de la porte d’entrée, ses collègues sont tous là immobiles dans l’attente de savoir si il va ressortir un jour ou non. Aucun ne peux entrer, ils le savent parfaitement tout comme il sait que ce doit être compliqué pour eux de ne pas ce ruer à l’intérieur pour l’aider « Il l’a trouvé ! » S’écrit la voix de Jensen tandis que d’autres semble s’activer. La jeune femme soupire à ses côtés et il sent qu’elle lâche la pression, elle ne peux pas le lâcher maintenant si bien qu’il resserre la pression sur ses côtes et accélère la cadence. A peine à t-il enfin posé un pied à terre que tout le monde ce précipite vers eux, Eva attrape la jeune femme pour l’amené sur un brancard et vérifier qu’elle va bien tandis que Tommy tombe à genoux et attrape rapidement la première bouteille d’eau qu’on lui tend. Il sent sa gorge ce serrer, incapable de respirer et après l’avoir gargarisé avec de l’eau il s’en reverse sur la tête pour rafraichir ce qui en réalité avait presque faillit brulé la dedans. « Quand est-ce que tu arrêtera de faire le con Whelan ? » la voix d’Adam vient de derrière lui et quand il ouvre les yeux, son Lieutenant à fait le tour pour le regarder en face. Oui il avait désobéit aux ordres, enfin il n’avait même pas laissé le temps à Adam d’en donner. Oui il l’avait fait, mais si il était resté là immobile à l’attendre, cette fille serait morte brulée vive. « Comment elle va ? » demande t-il finalement entre deux quintes de toux. Il ce relevé avec difficulté et commence à enlever sa veste anti-feu, pour ce retrouver en t-shirt. Il relève les yeux vers Adam qui n’a rien dit, qui reste silencieux avant de capituler « A part un traumatisme, elle ira bien. » Il connaissait assez bien Adam pour savoir que son devoir voulait qu’il le réprimande, en fait il devrait même avoir un blâme et être assigné à la caserne pendant un temps défini. Mais la vérité c’était qu’en dehors du fait qu’il n’était encore qu’un candidat, il était un très bon élément dans l’équipe et que s’en passer serait une erreur. Après un dernier soupire, Adam lui donne une tape dans le dos avant de rejoindre le camion, ils en étaient tout les deux conscients, c’était un beau sauvetage qu’il avait fait là. Le soir même il ce rendit au bar dans lequel tout les pompiers de la ville avaient élu domicile, toutes casernes mélangés. En entrant il fut accueilli par les acclamations de ses collègues auxquels il répondit par un simple geste de main, avant de ce frayer un chemin vers le bar pour y commander sa bière, c’était tout ce dont il avait besoin à l’instant : une bonne bière bien fraiche. Ce qu’il eu en quelque secondes et qu’il tenta de savourer avant que deux mains ne s’abattent sur ses épaules « Mon frère, ce héros ! » Casey ce laissa tomber sur le tabouret à côté de Tommy tandis que ce-dernier ce mit à rire. Son petit frère fit signe au barman indiquant qu’il souhaitait la même chose avant de finalement retourner son attention sur son aîné. « Quand est-ce que tu vas arrêter de jouer au héros ? Non franchement, tu ternis ma réputation ! » Casey n’était pas dans la même caserne que lui, et n’était plus candidat depuis un certain temps. D’ailleurs il s’en vantait énormément auprès de son frère, lui rappelant que techniquement il était son supérieur et c’était à ses yeux un bon moyen de le charrier jours après jours. « Excuse moi, la prochaine fois je penserais à ta réputation d’abord promis ! » Tandis qu’ils ce mirent à rire l’un et l’autre, Tommy s’arrêta net ressentant une douleur intense lui traverser l’épaule. Ce n’était plus arrivé depuis longtemps aussi resta t-il immobile sous le choc de la douleur. Rapidement le regard inquiet de Casey balaya son visage « Ca va ? » Il était inquiet, et Tommy comprenait pourquoi. Mais afin de ne pas l’alarmer il prit sur lui, attrapa de nouveau la bière qu’il avait lâché avant de s’exclamer « Mais oui ne t’en fais pas! » Mais Casey n’était pas dupe, ni même idiot si bien qu’il ne lâcha pas aussi vite l’affaire et ne reprit pas leur conversation sympathique comme le suggérait le comportement de son frère. « Elle te fait encore mal ? » Son regard était plus qu’inquiet, il lui rappelait celui qu’il avait à chaque fois qu’il devait repartir. Quand Tommy avait décidé d’entrer dans l’armée, son frère avait essayé de l’en dissuader en vain. Le pompier ne voulait pas l’inquiéter d’avantage, si bien qu’il garda son sourire sincère et vint lui ébouriffer les cheveux comme il avait jusqu’alors toujours fait quand ils étaient petits « Je t’assure que je vais bien gamin ! » Détournant son attention avec ce surnom ridicule, il tenta de garder toujours ce sourire impeccable. Mais la vérité était tout autre, parce que son épaule lui faisait un mal de chien.

_________________

    that girl could start wars
    --------------------
    I know that it was wrong to love someone like her, but oh god did it feel right, to see the gentle curve on her lips. 14 months passed by, and I still talk about her as if she was mine, it fucking hurts. ▪️


Dernière édition par Tommy Whelan le Mer 14 Oct - 18:37, édité 10 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 137
ADRESSE ↦ : #34, wisconsin avenue - g e o r g e t o w n

MessageSujet: Re: our memory is always within reach ↦ TOMMY   Ven 3 Juil - 20:08



  You slept through the rain,
through the storm and blowing winds.
You woke in my arms


 
Quand il c’était retrouvé devant son placard, cherchant comment s’habiller pour la soirée à laquelle il devait ce rendre ce soir là il était longtemps resté indécis, partant dans un monde qu’il n’avait plus eu  l’occasion de visiter depuis longtemps. Sous housse se trouvaient trois tenues différents et avec chacun leur signification particulière … Le premier était celui qu’il avait porté lorsqu’ils avaient enterré Gemma, il lui était impossible d’arriver à ce souvenir de ce jour là, il aurait pu pourtant mais il avait tout fait pour emmurer ce souvenir. Il avait été si perdue, si mal … Sincèrement si sa famille n’avait pas été là pour l’entourer, jamais il n’aurait réussit à retrouver la surface, jamais. Il ne le regarde pas plus longtemps, il ne pouvait pas s’attarder à le regarder et ce renfermer dans ce monde noir qui l’engouffrait à chaque fois. Il pose ses yeux sur le second, si ses tenues militaires sont enfermés dans un carton dans le grenier de la maison familial, c’est lui qui à récupéré son costume bleu marine comportant ses médailles. Il l’avait porté plus d’une fois, mais plus pour enterrer des amis que pour célébrer quoi que ce soit … Enfin le dernier était celui qu’il avait acquérir en entrant dans l’académie, celui-ci ne lui avait servit jusqu’alors que pour des occasions particulières et il préférait que ça reste ainsi. Il ne pouvait pas porter de costume, c’était trop solennelle, c’était trop de mauvais souvenir et puisqu’il ne pouvait décemment pas porté ceux qu’il considérait comme étant trop cérémonieux le dernier était celui qui constituer ses derniers souvenirs de Gemma et il était hors de question qu’il le porte. Il ne faisait jamais attention à ce qu’il portait, il était plutôt le genre de mec à toujours porter le même type d’habit, un jean et un t-shirt sombre la plupart du temps et c’était très bien comme ça. Mais c’était différent aujourd’hui, non pas parce qu’il avait trouvé un attrait particulier à la mode qu’il n’avait alors jamais eu, mais parce qu’une femme était entrée dans sa vie … Il ne sait pas vraiment comment c’est arrivé, parce qu’il avait décidé de ne plus en laisser une seule entrer. C’était la meilleure chose à faire selon lui, parce que perdre Gemma avait été trop difficile, et parce qu’il avait placé son métier avant le reste et qui voulait commencer une quelconque histoire, un quelconque futur avec un homme qui risquait de ne jamais revenir ? Alors il avait eu de petites histoires qui devant le manque de sérieuse implication sentimental des deux parties n’avaient pas durées longtemps. Mais Nina était l’exception à la règle, la seule et unique et cela lui faisait bien plus peur qu’il ne voulait bien l’avouer. « Alors ? » la voix de la jeune femme lui vient de la salle de bain, elle avait prit la décision de ce préparer ici. La vérité c’était qu’elle était souvent chez lui et si ce n’était pas le cas, il était chez elle … Il n’avait jamais fait ça, cela ne lui ressemblait pas et pourtant c’était ce qui était en train de ce passer. Ils c’étaient rencontrés à Los Angeles tandis qu’il avait fait le chemin pour aller voir une exposition d’un photographe peu connu qu’il appréciait beaucoup. Ce dernier faisait un travail merveilleux sur les anciens combattants et l’avait convié à venir voir sa nouvelle série de clichés, lui proposant même de devenir le sujet de nouveaux tirages. Pas du tout à l’aise avec cette idée, Tommy avait gentiment décliné la proposition mais n’avait pu ce résoudre à ne pas aller voir ses nouvelles oeuvres. Il ne c’était pas attendu à voir une femme comme elle là ce soir-ci. Il ce souvenait d’avoir d’abord remarqué sa silhouette, car au milieu de toutes les personnes qu’ils étaient, tout à fait simple et décontracté elle brillait. Ce n’était pas une métaphore, du tout, elle portait une robe qui brillait au reflets du soleil et elle était la seule habillée ainsi. Elle aurait du ce sentir mal à l’aise d’être trop habillé pour un vernissage aussi intimiste que celui-ci, mais en réalité c’était toutes les autres personnes autour d’elle qui ce sentaient mal à l’aise. Elle envahissait la pièce sans même parler, sans même bouger, elle était subjuguante … Le plus étonnant était encore toute l’émotion qu’il avait pu lire dans ses yeux tandis qu’elle ne pouvait lâcher la photo des yeux … Ils avaient entamé la conversation d’une façon si simple, si usuelle qu’il ne c’était même pas rendu compte tout de suite qu’il ne voulait pas la terminer. Il était donc toujours là, jean sur les hanches et le regard posé sur son armoire qu’il referma quand elle entra dans la chambre un sourire collé au visage. « Je suis presque prêt. » Il ne pouvait pas porter son t-shirt de la caserne qui ce trouvait là balancé sur le lit, il n’avait pas bougé depuis qu’elle le lui avait enlevé quelques heures auparavant. Tandis qu’il ce tourne vers elle, il la voit mordre sa lèvre maquillé de rouge « Si tu reste comme ça, on ne risque pas de partir d’ici. » La remarque le fit rire, et c’était rare d’entendre de sa part un rire si franc. Tommy n’était pas le genre d’homme qu’on croyait qu’il était. Parfois froid aux yeux de certains, ce n’était là que les vestiges de l’armée et les contraintes d’un passé compliqué. Mais la vérité était tout autre, car quand on apprenait à le connaître Tommy était différent. Et Nina l’avait fait, elle avait apprit à connaître l’homme qu’il était normalement et semblait s’en accommoder. « Tu est magnifique. » elle l’était, comme toujours elle avait choisit une robe qui la mettait particulièrement en valeur et il ne pouvait s’empêcher de la regarder. Avancent vers elle, il vient attraper sa taille pour la coller contre lui tandis qu’elle pose ses mains encore fraiches sur le torse du pompier. « C’est la première robe que j’ai attrapé … » ce n’était pas vrai. Elle mentait et si il savait déceler ce petit mensonge, il était ironique qu’il ne voit pas tout ce qu’elle lui cachait … De l’avais de certain elle n’était pas du même monde que lui, et ils avaient raison. Car si son père avait toujours bien gagné sa vie et qu’ils avaient été élevé dans un un milieu des plus confortable, Nina était quand à elle bien au dessus de tout ça. Et c’était quelque chose qui aurait pu en faire fuir plus d’un, parce qu’elle était impressionnante et que ça faisait peur. Pourtant Tommy n’avait pas fuit, pour une raison qu’il ne savait expliqué il avait voulu rester, voir ou ça pouvait bien les mener. Il vient retrouver ses lèvres et après un mouvement de recul pour qu’il ne détruise pas son travail, elle ce laisse complètement aller contre lui. Il aimait ça, il aimait sentir sa peau douce contre la sienne, il aimait son parfum et les frissons qu’elle pouvait lui procurer. Il aimait être avec elle tout en ne sachant pas vraiment ce que cela signifier réellement, parce qu’il était incapable de mettre des mots sur ce qu’ils vivaient. Tandis qu’elle passe ses mains autour du coup de Tommy, il arrête de l’embrasser murmurant contre ses lèvres « On devrait y aller, ou on n’ira jamais à cette soirée. » Il aurait préféré rester ici avec elle, toute la nuit. Mais il savait qu’il était important pour son boulot qu’elle soit présente, et si sa présence à lui n’importait à personne elle avait voulu qu’il l’accompagne. Comme toujours il c’était un peu sentit à l’écart dans son monde à elle, il aurait pu ne pas être comme ça puisque malgré tout il y’avait sa place mais c’était plus difficile que ça … C’était le monde courant qui était compliqué pour lui. Tout ce qu’il avait toujours connu au fond c’était l’armée, et retrouver une vie normale n’était pas encore vraiment simple aujourd’hui. Il ce débrida un peu quand on commença à lui parler d’art, et au fond c’était la seule et unique chose dans laquelle il ce sentait complètement à l’aise. Sa passion pour l’art, et particulièrement pour la photographie, n’avait pas changé au fur et à mesure du temps si bien qu’il était capable de tenir une conversation de plusieurs heures sur le sujet sans ce lasser. Plusieurs fois il attrapa le regard de Nina de l’autre côté de la pièce, un sourire suffisait, et chacun reprenait son activité. Elle avait déclenché en lui quelque chose qu’il avait cru éteint à jamais, et même si c’était effrayant il ne pouvait nier l’évidence : il aimait ça. (…)   Il avait tenu cette lettre entre ses doigts pendant longtemps, trop longtemps. Il avait fait face à bien des choses dans sa vie, et il ne comprenait pas encore combien il pouvait être aussi motivée par quelque chose qui ce trouvait dans une enveloppe marron si classique. Il ne sait pas non plus pourquoi mais il l’avait reçue chez ses parents et non pas chez lui, est-ce que c’était un mauvais signe ? La seule et unique façon de le savoir était de l’ouvrir, et pourtant il n’en était pas capable. Puis son téléphone avait sonné, il devait absolument ce rendre à la caserne car ils avaient besoin de tout le monde qu’ils pouvaient avoir. Alors il l’avait glissé dans son sac ou il avait toujours ses affaires de la caserne et avait prit la route. Et puis sa garde inattendue avait durée si longtemps qu’il en avait presque finit par oublier cette lettre, ou tout du moins il avait réussit à la mettre dans son coin de son esprit pendant un petit moment, jusqu’à ce qu’il rentre chez lui. Il était entré, c’était installé sur son canapé avec une bière tentant de ce donner le courage de prendre une seconde douche parce que celle qu’il avait prit à la caserne ne semblait pas suffisante, il sentait toujours ce mélange de sueur et de fumée qui était typique des pompiers. Posée sur la table basse, il buvait doucement sa bière en l’observant. C’est l’arrivée de Nina qui le ramena sur terre cette fois-ci, il était prévu qu’elle vienne ce soir mais tout c’était tellement déroulée hors des plans aujourd’hui qu’il avait oublié. Possédant une clefs de l’appartement elle poussa la porte et déposa ses affaires dans le couloir avant de s’avancer vers lui. Il sentit la chaleur de son corps quand elle vint passer ses bras autour de son cou et déposer ses lèvres dans ce dernier. « Salut. » murmure t-elle dans son oreille. Les choses entre eux n’avaient jamais vraiment été simple, parce que Tommy n’était pas un idiot et qu’il ce doutait bien qu’elle lui cachait quelque chose. Cependant il était assez intelligent pour ne pas la pousser à ce confier sans le vouloir, il attendait qu’elle soit prête en dépit du fait que cela déclenchait souvent entre eux des disputes. C’était d’ailleurs ce qui c’était passé la dernière fois qu’ils avaient passé le week end ensembles, et ils ne c’étaient pas quittés dans les meilleurs des conditions. Il ne lui répondit pas tout de suite tandis qu’il la regarda faire le tour du canapé pour venir s’installer à ses côtés. « Ecoute je suis désolée pour la dernière fois, mais on en à parlé déjà plus d’une fois et … » Elle le voit hocher la tête, il ne souhaite pas relancer le débat c’est un fait. Dans d’autres circonstances il l’aurait peut être fait, parce qu’il voulait que ça marche. Il c’était dit que ça s’arrêterait peut être aussi rapidement que ça avait commencé entre eux, mais plus le temps passait plus elle prenait de la place dans sa vie, dans son coeur, alors il voulait qu’elle soit franche avec lui. Être capable de sentir qu’ils pouvaient avoir confiance l’un et l’autre, mais ce n’était pas le cas. Il ce redresse attrape la lettre et la place devant les yeux de Nina. « J’ai reçu ça ce matin. » Elle ne comprend pas tout de suite ou il veux en venir. Qu’aurait-elle pu comprendre finalement ? Elle ne savait pas qu’il avait passé le concours pour devenir Lieutenant, et qu’il l’avait réussit. Elle ne savait pas non plus qu’il avait proposé qu’on le mute dans n’importe quel caserne, même si elle n’était pas à Miami ou à Los Angeles. Et pendant plusieurs mois il n’avait eu aucunes réponses, si bien qu’il avait pensé que peut être il n’en aurait jamais. Tentant même de penser qu’il n’en avait pas besoin. Mais quand il avait vu l’enseigne de l’académie de Washington sur la lettre ce matin en arrivant chez ses parents, il avait sentit l’excitation l’habiter. Bien sûr qu’il voulait ça, bien sûr qu’il voulait devenir Lieutenant. Elle secoue la tête pour lui signifier qu’elle ne comprend pas vraiment de quoi elle parle, et quand elle fait ça il remarque qu’elle à de nouveau des bleus dans le cou. Il pourrait lui demander d’ou ils viennent, mais elle inventerait une nouvelle excuse qui ne tiendrait pas aussi bien la route qu’elle le pensait. « Qu’est ce que c’est ? » il reste silencieux un instant, peut être qu’il devrait lui demander, peut être que cette fois elle lui dirait la vérité. Mais c’était quelque chose qui n’arriverait probablement jamais, il en était conscient maintenant, Nina Westmore était un mystère qu’il n’arrivait pas à élucider et peut être n’y arriverait-il jamais. Il lui donne l’enveloppe avant de reprendre une gorgée de sa bière à présent trop tiède, « Je ne l’ai pas encore ouverte, je ne sais pas vraiment de quoi il s’agit. » Mais il s’en doutait, et il ne pouvait cacher l’angoisse qu’il avait eu en voyant que c’était Washington qui lui répondait. Cette ville était celle qu’il avait le plus apprécié au cour de sa courte vie, mais aussi celle ou il avait le plus perdu. Est-ce qu’il était capable de s’établir là bas ? Il n’en était pas certain. Pourtant il aurait du ce sentir flatté, parce que les pompiers de la capitale ne choisissait jamais n’importe qui. Elle l’observe un instant, tentant peut être de déceler quelque chose dans son regard mais voyant qu’elle n’y arrivait pas elle prit le soin d’ouvrir l’enveloppe sans la déchirer. Pourtant elle mourrait d’envie de comprendre de quoi il en retournait, et cela ce ressentit plus encore quand elle sortit la lettre avec un peu plus d’impatience. Il la regarda lire en silence les phrases qui se trouvaient à présent sous ses yeux, et quand elle eu finit elle leva son regard vers lui. « C’est vrai ? » demanda t-elle, la voix un peu moins assurée que d’habitude. Il sourit faiblement avant de lui prendre la lettre des mains, l’effleurant légèrement. Ce trouvait là, écrit noir sur blanc, ce qu’il avait voulu lire le plus au court de ses dernières années. Monsieur Whelan, nous avons l’honneur de vous annoncer que votre prise de poste dans la Caserne 33, à Capitol Hill sera effective à partir du 12 Janvier prochain. Il n’avait pas besoin de lire le reste des détails il le ferrait plus tard. Un sourire ce dessine tout de même sur ses lèvres, parce qu’au fond c’était une nouvelle qu’il avait attendue et qui lui faisait du bien. En devenant pompier il avait eu l’impression de servir à quelque chose de nouveau, c’était ce dont il avait besoin. Mais Nina elle ne sourit pas, à vrai dire elle n’était pas certain de attitude à adopter. « J’en avait fait la demande avant de te rencontrer, et honnêtement je n’espérais plus une réponse. » L’un et l’autre ne c’étaient rien promis, ils ne c’étaient pas dit qu’ils finiraient leurs vieux jours ensembles, ils n’avaient pas déjà choisit les prénoms de leurs futurs enfants, n’avaient pas acheté une maison, rien de tout cela. Si elle connaissait beaucoup de chose à son sujet, elle ne connaissait pas tout et l’inverse était tout aussi vraie, voir plus. Mais pour autant il fallait l’avouer, il c’était complètement attaché à elle, un peu trop même. « Alors tu t’en vas. »  elle ne lui demandait rien, elle affirmait ce qu’elle pensait qui allait ce passer. Et c’était ce qu’il voulait faire, mais toute la journée il c’était posé la question : et si il restait ? Il c’était demandé ce qui ce passerait si elle lui demandait de rester, si il était capable de renoncer à ce qui avait été son rêve ses dernières années pour rester ici ? Et il avait été incapable de répondre à la question. Parce que si il sentait que son affection pour Nina grandissait, et qu’il savait qu’elle l’appréciait aussi, il ne savait pas ou tout cela allait les amener. Alors que devait-il lui répondre ? C’était ce qu’il c’était demandé toute la journée. Il la fixe un instant, s’imprégnant de chacun des détails qui constituait son visage, son magnifique visage et lève les épaules. « Est-ce que je dois partir ? » C’était injuste de sa part de lui donner autant de responsabilité. Elle scrute son regard un instant à son tour. Devait-elle le laisser partir ? En était-elle capable ? Parce que cette routine qu’ils avaient prit ensembles était si agréable, leur faisait tellement de bien quand ils ne ce disputaient pas. « On devrait profiter du temps qu’il nous reste. » en quelques mots c’était décidé, il recommençait à nouveau, il retournait à Washington.




  The real test is if someone would rather stay with you,
even though walking away could be so much easier


 
« Allez Whelan, cul sec ! » le rire de la brune ce mélange aux autres rires autour de lui, mais c’est elle qu’il fusille du regard, pas les autres. Verre à la main, il prend une grande inspiration avant de finalement ce lancer. Le silence ce fait l’espace de quelques secondes car tous le regarde faire, ce demandant si il arrivera à aller jusqu’au bout, si il arrivera à boire cette pinte. Et quand il arrive vers la fin les murmures ce font dense, une fois le verre terminé on applaudit, on crie et lui il repose son verre dans un clac bruyant sur le bar. Sa tête commence à tourner, c’était idiot de faire les choses comme ça il le savait, mais il fallait profiter de la vie et il le savait aussi. Maeve boude l’espace de quelques seconds, tandis que Tommy lui donne son plus beau sourire « J’ai donc, gagné. » Le plaisir qu’il prend à dire ses mots est immense, on le voit sur tout son visage, jusqu’à ses yeux qui brillent. Parce que Maeve à dit qu’il n’y arriverait pas, elle était persuadée qu’il n’en serait pas capable et il lui avait prouvé le contraire. Elle avait donc perdu son pari, elle devait donc en faire de même et ainsi ils apprendraient qui était le meilleur d’entre eux « En fait, j’ai changé d’avis ! » déclare t-elle finalement en levant les yeux, et les épaules. Les rires redoublent … Il était arrivé quelques mois auparavant, et si les choses n’avaient pas été simples dès le début c’était bien différent maintenant. En effet il avait fini par trouver sa place dans cette caserne qui c’était déjà formée, à ce lier d’amitié avec ses collègues et plus particulièrement avec la jeune femme qui se trouvait devant lui. Il n’avait jamais vécu ce genre de chose, ou tout du moins avec personne d’autre qu’avec Gemma. Quand il avait pour la première fois adressé la parole à Maeve Stark, il n’avait pas pensé que leur relation pouvait évoluer de cette façon. Et pourtant c’était ce qui c’était passé, elle avait commencé à ce faire une petite place dans la vie du jeune homme et tenait à présent une place de choix. Elle était sa meilleure amie, son âme soeur, la soeur qu’il n’avait jamais eu et sincèrement il ne voulait plus jamais s’en séparer aujourd’hui. Beaucoup ne croyait pas à leur amitié profonde et sincère, non seulement parce qu’elle était arrivé de nul part en quelques jours seulement mais aussi, et surtout parce que le lien qui unissait ainsi un homme et une femme était aux yeux de tous plein d’ambiguïté. Ce n’était pas le cas, et si tout deux en avait pleinement conscience cela les faisaient rire encore aujourd’hui de faire marcher leurs collègues et laisser planer le doute … « Tu à du retard sur Blacklist il me semble, non ? » A peine à t-il prononcé ses mots que la paramédical le fusille du regard, il sait qu’il à touché une corde sensible et cela le fait rire de plus belle. C’était ainsi, ils étaient les premiers à occuper le canapé qui avait été mis à la disposition de tous dans la caserne pour suivre toutes les séries qui pouvaient passer par là. Ils faisaient ça pour passer le temps selon leurs dires, mais la vérité était qu’elle venait souvent chez lui pour suivre ce qu’ils avaient pu rater de leurs séries favorites. Avant elle il n’avait jamais fait ça, il en était certain, elle l’avait contaminé ! « Tu ne ferais pas ça ! » la menacer de faire le ménage pour un temps défini à la caserne n’aurait pas marché, alors que c’était la première chose qu’aurait dit n’importe qui. Mais ils ne connaissaient pas Maeve comme il la connaissait, malgré le fait que paradoxalement ils la connaissaient depuis plus longtemps que lui. Tommy secoue la tête, comme désolé de devoir en arriver là avant de commander un second verre. Maeve reste silencieuse un instant, le dévisageant comme si elle n’était pas capable de croire ce qu’il était en train de faire. « Impossible de dire non à son Lieutenant, Maeve ! » la jeune femme ce retourne violemment vers Jones, comme si il venait de dire quelque chose d’insensé. « C’est pas le mien, mais le tien ! » les autres gars ce moque de leur ami, qui décide de ne plus ouvrir sa bouche. Tommy était le lieutenant du Squad de la Caserne 33, c’était encore quelque chose de bizarre à réaliser parce qu’il n’était plus habitué à ce qu’on l’appelle Lieutenant depuis quelques années maintenant … Mais il avait retrouvé ses aises comme si cela ne l’avait jamais quitté, comme si l’armée n’était finalement pas bien éloigné des pompiers. Maeve ce tourne à nouveau vers lui, et soupire « Tom Tom Tom … J’avais tord, tu pouvais boire ce verre. » Il n’aimait pas quand elle prenait ce ton, ni même quand elle l’appelait ainsi mais il préférait cela aux moments ou elle l’appelait mon poussin ! Cependant, elle venait d’admettre qu’elle avait tord et ça n’avait pas de prix, aucun. Le barman lui amène son verre, qu’il prend dans sa main droite un instant et après un certain temps de réflexion il le tend vers Maeve. « Montre nous donc de quoi tu est capable Stark. » les encouragements semblent motiver un peu plus la jeune femme. Une fille aussi fluette qu’elle ne semblait pas capable d’encaisser autant d’alcool en si peu de temps aux yeux de tous, et cela faisait rire Tommy. Parce que Maeve en était capable, plus pour montrer aux autres qu’elle valait mieux que le préjugé qu’ils pouvaient ce faire. Mais si Maeve était capable de boire cette quantité d’alcool, il savait surtout qu’il serait celui qui la ramènerait ce soir, car elle ne pourrait plus tenir debout … Quand il arrive enfin devant l’appartement de la jeune femme cette dernière ce tient la tête en râlant, elle regretterais certainement d’avoir joué le jeu dès son réveil quelques heures plus tard. Mais pour l’instant elle ce contentait volontiers de l’appui de son ami qui l’amena jusqu’à sa porte d’entrée, qu’il réussit enfin à ouvrir après qu’elle ai eu beaucoup de mal à trouver les clefs. « Maeve ? » la voix de son colocataire s’éteint quand il arrive dans le salon, voyant Maeve ainsi serré contre Tommy. Wesley Oakley n’aimait pas Tommy, et ce dernier le lui rendait bien et pour plusieurs raisons … Déjà parce que leur mésentente était viscérale, ils n’avaient pas vraiment besoin de ce parler pour savoir qu’ils ne s’aimaient pas, c’était physique. Et si Wesley n’aimait pas Tommy parce qu’il était trop proche de Maeve, Tommy n’aimait pas Wesley parce qu’il la faisait beaucoup trop souffrir. Le flic reste donc immobile un instant, les dents visiblement serrées et les yeux fusillant le pompier. « Qu’est ce que tu lui à fait ? » c’était froid, tranchant, comme si en réalité Tommy avait blessé la jeune femme, ce qui n’était absolument pas le cas. Ce dernier ne prend pas en compte les propos qui viennent d’être dit, et aide Maeve à s’installer sur le canapé. Elle semble vouloir dire quelque chose, mais son marmonnement est incompréhensible. « Elle aurait besoin d’eau, et d’aspirine. » il aurait volontiers pris soin d’elle, et c’est ce qu’il avait prévu de faire mais la présence de Wes changeait la donne. Il ce fichait royalement de l’emmerder, mais il savait que Maeve était dans sa période ou elle voulait qu’ils s’entendent bien tout les deux, alors il ne ferait rien pour pousser l’agent à bout. Pourtant tandis qu’il fait glisser une couverture sur son amie, et qu’il repousse ses cheveux en arrière pour dégager son visage un sourire lui vient, il ce relève s’apprêtant à partir et s’exclame finalement « Et tu sais ce que je lui ai fais. » Cela sous entendait bien des choses, et Wesley en arriverait à une conclusion faussée, et Tommy adorait ça. Le sourire toujours présent sur son visage, il voit la rage monté sur le visage de Wes et décide de le quitter, là.   (..) La journée avait été longue pour le jeune homme, il avait passé un long moment à l’hôpital avec les anciens combattant, ce remémorant des souvenirs peu agréable certes mais dont ils avaient tous besoin de parler, d’extérioriser. Quand il était arrivé à la caserne il avait du ce vider l’esprit, et c’était parfois plus facile à dire qu’à faire, si bien que pendant un moment il était resté l’esprit complètement ailleurs. Il était assis dans les vestiaires depuis plusieurs minutes maintenant, faisant tourner entre ses doigts une douille qu’il avait gardé, n’expliquant pas pour autant sa signification à qui que ce soit. « Tommy ? » la voix de Lola atteint ses oreilles et il relève les yeux surpris, elle le regarde un sourire aux lèvres malgré le fait qu’elle ai l’air de l’appeler depuis un instant déjà. Quand elle est certaine d’avoir toute son attention, elle reprend « Tu sais que si tu à besoin de parler, on est là. » Il adorait Lola, plus qu’il ne voulait bien le dire ou le montrer d’ailleurs. Elle était la meilleure amie de Maeve et faisait elle aussi partit de la caserne. Il avait prit l’habitude de sa présence, parce qu’elle était très souvent avec Maeve et que Tommy était lui aussi souvent avec cette-dernière. Lola avait une vie qui faisait rêver plus d’une personne, et qui lui faisait regretter un futur qu’il avait lui même longtemps espéré avoir et auquel il avait prit le partit de dire adieu. Il aimait sa vie aujourd’hui, ne regrettait pas les choix qu’il avait fait, mais sans le savoir Lola lui faisait toujours du baume au coeur, par sa seul et unique présence. Elle n’était pas la seule à souvent remarquer qu’il était ailleurs, ça arrivait sans qu’il ne le décide vraiment et sans même qu’il s’en rende compte parfois. Il serre la douille dans son poignet avant de sourire, reconnaissant. Il n’y avait parfois pas besoin de mots. Il ce lève pour la rejoindre quand l’alarme retentit, aux aguets il attend de savoir si son équipe à besoin d’être déployée ou non, et à peine entent-il squad qu’il s’animer. Courant au travers de la caserne il rejoint les autres dans le hangar près du camion, abandonnant ses chaussures pour ses bottes enfilant sa veste et dans une routine qui demandait précision. Une fois sur place les ordres fusent que ce soit de sa part ou du lieutenant du camion, qui était un ami et avec qui il appréciait travailler. Maeve et son collègue étaient quand à eux déjà sur les lieux, s’activant tout en essayant de ne pas être au milieu des pompiers pour ne pas le gêner. Côte à côte les deux Lieutenant sont aux aguets prêt à intervenir si nécessaire quand Carlos sort, enlevant son masque et déclare qu’il n’y à personne à l’intérieur. Alors il pose sa main sur sa radio, prêt à obtenir une mise à jour de ses hommes et à leur dire de sortir de là afin qu’ils puissent commencer à éteindre ce feu. « Là il y’a quelqu’un! » la voix de Maeve vient de sa droite et ce diffuse tandis qu’elle avance en montrant une fenêtre. Il n’y avait là rien d’autre que des flammes, ce que lui répond l’autre Lieutenant. Mais plus têtue que jamais la jeune femme vêtue du même attirail que les pompiers ce jette à l’intérieur « Mais qu’est ce qu’elle fou ! » Gordon s’écrie, s’époumone, tandis que tout les autres ce mettent en mouvement, Tommy le premier. A l’instant ou il à comprit ce qu’elle allait faire il c’est lancé à sa poursuite, avant même que qui que ce soit ne réagisse. Dans ce métier on ne doit pas faire passer l’intérêt des personnes à qui l’on tient avant celles que l’on sauve, et c’était bien souvent plus facile à dire qu’à faire, et une chose était certaine il ne pouvait pas laisser Maeve ce lancer ainsi. Ils avaient des façons de faire, en général les pompiers faisait en sorte que les paramédiics puisse intervenir en toute sécurité. Le but n’était pas de les mettre en danger, au contraire … Il entend sa radio s’affoler tandis que de nouveaux ordres fusent, tandis qu’au milieu des flammes il voit le nom inscrit en jaune sur le tenue de son amie. « MAEVE! » il l’appelait rarement par son prénom dans le cadre du travail, mais à cet instant présent il s’en fichait royalement. Quand il est enfin assez proche d’elle, il dépose une main sur son épaule tandis qu’elle ce retourne une petite fille dans les bras à qui elle à passer son propre casque. Un instant les deux amis ce regardent dans les yeux, les mots ne sont pas toujours nécessaires … Il détache son masque à oxygène pour le poser sur l’enfant que tient Maeve dans ses bras avant de la lui prendre et de lui indiquer la sortie. Elle ne ce fait pas prier plusieurs fois et sort de là le plus rapidement possible tandis qu’il la suit, l’enfant serrée contre lui. Quand ils voient enfin le jour, on lui enlève l’enfant pour la mettre sur le brancard et Maeve est la première à s’en occuper malgré le fait qu’elle tousse a cause de la suie et qu’elle ai le visage complètement noir, elle s’active pour sauver cette vie. Gordon s’approche d’elle, prêt à lui passer un savon mais Tommy ce place entre eux une main en avant. Ce n’était pas le moment de lui faire la morale … Quand il ce tourne vers elle, la jeune femme lui fait un signe de tête avant de monter dans l’ambulance. Quelques heures plus tard elle passerait un mauvais quart d’heure, et viendrais s’installer à côté de lui devant la télé. C’est comme ça que ça ce passait, toujours. Tandis qu’elle tombe de tout son poids, il lui passe la télécommande parce qu’elle à mérité de choisir et tandis qu’elle change les chaines à la recherche de la chose la plus débile à regarder, il prend un ton des plus sérieux « C’était un beau sauvetage. » Il n’avait pas besoin de dire plus, ni même de la regarder, car elle le savait : il était fier d’elle en dépit du fait que son geste eu été stupide. Parce que si elle ne l’avait pas fait, ils auraient perdu une jeune enfant aujourd’hui.




  After all, how often do we get a second chance?

 
Il était assis là dans le siège qui était désormais le sien depuis quelques temps. Dans sa main il fait tourner une balle de tennis depuis quelques minutes déjà écoutant d’une oreille ce que dise les autres, tandis que son regard fixe une personne au loin. Lola est assise à son bureau, répondant depuis quelques minutes déjà au téléphone et il n’arrive pas à la quitter des yeux. Il ne cessait de ce demander pourquoi toutes ses choses lui étaient arrivées à elle ? C’était peut être la personne la plus honnête et la plus gentille qu’il n’ai jamais connu, elle ne méritait pas ça. Il connaissait bien moins Aaron mais il ce doutait qu’il devait être comme elle pour qu’elle l’ai épousé, et qu’elle ai décidé de fonder une famille avec lui. Aujourd’hui cette vie était derrière la jeune femme, et d’une façon inexpliquée elle avait trouvé du réconfort dans les bras de Tommy. Si au début ce n’était rien de bien sérieux, les choses avaient changé aujourd’hui … Il n’était pas idiot, elle aimait toujours son ex-mari sinon elle n’aurait pas agit comme elle agissait aujourd’hui, mais il fallait l’avouer et surtout ce rendre à l’évidence il avait lui aussi des sentiments pour quelqu’un d’autre. En y réfléchissant bien, il savait qu’il avait des sentiments pour Lola, il l’aimait mais ce n’était pas complètement pareil. Ils ce faisaient mutuellement du bien et c’était tout ce qui comptait à présent. Il fait de nouveau tourner la balle et l’arrête quand -en ce sentant observée- Lola lève les yeux pour rencontrer les siens. Un sourire ce dessine automatiquement sur son merveilleux visage, auquel répond le jeune homme avant qu’on ne lui donne une tape dans le dos. « A ta place je ne materais pas trop cette fille là, elle est prise ! » Tommy ne lève même pas les yeux pour voir la tête souriante de son frère, ce dernier s’installe à ses côtés saluant les autres. Tout deux n’avaient jamais eu l’occasion de travailler ensembles mais c’était chose faîte à présent. Et si il avait eu un bon feeling avec le lieutenant précédent, cela n’avait rien à voir avec le duo qu’ils formaient à présent. C’était en réalité bien plus agréable de travailler avec son petit frère qu’il ne l’aurait cru, parce que la plupart du temps ils n’avaient pas besoin de parler pour savoir ce qu’ils avaient à faire. Il le regarde attraper une part de pizza et l’engouffrer comme si il n’avait pas mangé depuis dix jours. « T’es à la mauvaise table, gamin. » le sourire qui ce trouvait sur le visage de Tommy laissait clairement deviner qu’il ce moquait de lui, et ce sourire s’agrandit plus encore lorsque Casey le fusille du regard. C’était comme ça, c’était son surnom et il ne pouvait pas y échapper même au sein de la caserne, surtout au sein de la caserne. Tout n’était pas tout beau, tout rose non plus car ils avaient parfois leur lots de désaccord et que l’un comme l’autre savait hausser le ton. De son humble avis, Casey avait débarqué à Washington pour de mauvaises raisons mais cela ne l’empêchait pas pour autant d’apprécier le fait que son frère était dans la même ville que lui. Car en plus d’être sa famille il était aussi son meilleur ami, et sa présence lui avait manqué. Casey lève finalement les yeux au ciel avant de poser ses pieds sur la table, imitant les autres « De toute façon, il est mieux que toi ! » Tommy et Lola n’avait pas révélé en grandes pompes qu’ils étaient ensembles, non seulement parce que ça les regardaient mais aussi parce qu’ils n’étaient pas ce genre de personnes. Quelques uns d’entre eux savait qu’il ce tramait quelque chose mais jamais ils n’en avaient fait une grande annonce, c’était inutile. Celle qui aurait du sautiller sur place de voir ses meilleurs amis former un couple c’était Maeve, et pourtant elle ne sautillait pas du tout. Elle leur souriait, disait qu’elle était contente pour eux mais la réalité était tout autre en dépit du fait qu’elle refusait de le dire … Et malgré tout, Tommy comprenait. « Oui c’est vrai, il paraît qu’il est vraiment beau ! » certaines personnes autour d’eux étouffent un rire tandis que quelques secondes plus tard les discussions reprennent bon train. Le moteur de l’ambulance les coupent quand elle arrive et rentre dans le hangar, quelques uns d’entre eux ce lèvent même pour savoir comment c’est passé l’intervention tandis que Tommy choisit cette diversion pour ce lever et rejoindre l’intérieur de la caserne. Un regard en biais à Lola et cette dernière fait de même le rejoignant presque automatiquement dans les vestiaires, ce n’était pas l’endroit le plus calme ni même le plus romantique de la caserne mais il savait que tout le monde était occupé ailleurs et déjà équipé alors qui serait là ? De plus leur garde avait commencé deux heures auparavant seulement, alors l’autre groupe ne risquait pas de venir. Quand elle arrive elle ce dirige presque automatiquement vers lui, comme attirée par une force inconnue et vient trouver ses lèvres. Il la serre un peu plus contre elle tandis qu’elle passe ses mains autour du cou du jeune homme. « Je viendrais. » murmure t-elle contre ses lèvres tandis qu’elle ouvre les yeux pour les plonger dans les yeux bleus de Tommy. Il reste immobile quelques secondes, il n’avait pas besoin d’explications quand à ses propos puisqu’il savait de quoi elle parlait. « Tu en est certaine ? » les parents de Casey et Tommy serait là le week end prochain. C’était simplement une petite visite pour venir voir leurs fils qui, il fallait le reconnaître, les avaient complètement abandonnés ses derniers temps. Si les Whelan avaient apprécié leur temps passé à Washington, ils aimaient bien trop Miami pour penser la quitter un jour à nouveau. Son père était pilote, si bien qu’il n’était pas bien compliqué pour eux de prendre un avion tranquillement et de les rejoindre quand ils le souhaitaient. Tommy était assez excité par ses retrouvailles puisqu’il n’avait pas vu ses parents depuis plusieurs mois déjà, mais à la fois assez grisé. Car c’était aussi l’anniversaire de la disparition de Gemma, et chaque années c’était un moment assez difficile à passer pour lui. Dans un sens il savait que ses parents venaient pour ça, qu’ils savaient à quel point c’était compliqué pour lui de ce retrouver dans cette ville, à cette date. Alors quand Casey avait lâché le morceau devant Lola, Tommy aurait pu l’étrangler. Si il assistait régulièrement aux réunions familiales chez les Valentino, il n’avait pas encore l’occasion de proposer à sa petite amie d’en faire autant avec sa famille et ne savait pas comment elle allait le prendre. Parce qu’il l’avait vu faire chez ses parents, parce qu’il l’avait vu faire avec que sa fille disparaisse : elle avait toujours été proche de sa belle famille. Il savait qu’elle n’avait plus beaucoup de leurs nouvelles, tout comme il savait qu’ils lui manquaient plus qu’elle ne voulait bien l’avouer. Alors il n’avait pas voulu lui faire ça, il n’avait pas voulu qu’elle ce sente forcée de venir. Et puis, il n’avait jamais présenté personne d’autre que Gemma à ses parents, et cela le faisait flipper aussi. Car à l’âge qu’il avait aujourd’hui, tout comme Casey après lui, leur mère avait des rêves pleins la tête et pouvait ce montrer parfois envahissante. Elle sourit avant de hocher la tête et vient la poser contre son torse. « Ne t’en fais pas, ça ira. » Il ne savait pas vraiment ou cette relation allait les mener, mais le fait qu’elle face ce geste prouvait des choses qu’il n’était pas certain de comprendre. Et si le fait qu’elle vienne l’avait jusqu’à présent assez fait flipper, ce n’était plus le cas maintenant qu’il la tenait dans ses bras (…)   Les couleurs chaudes de ce tableau en face de lui, rappellent par bien des aspects les flammes que ses amis et lui combattent tout les jours, et c’est ce qui fait qu’il l’apprécie énormément. Un instant il pese le pour et le contre, il veux l’acheter parce qu’il ne peux pas la quitter des yeux, mais l’acheter pour la laisser dans le grenier n’était pas une bonne idée … « Et pourquoi pas au dessus de ton lit ? » Lola n’a pas tord, il pourrait la mettre au dessus de son lit, il y’avait assez d’espace là. « Non en fait non, ça n’irait pas avec les couleurs de ta chambre. » il lève un sourcil et la regard, elle à glisser son bras sous celui du pompier et ce tient là, près de lui en train de chercher à sa place ou il pourrait mettre cette toile qu’il souhaite acheter. Ils ne vivaient pas ensembles, et c’était quelque chose qu’ils avaient choisit d’un commun accord, mais elle connaissait Tommy et sa passion pour l’art. Cela l’avait fait rire la première fois, elle avait pensé qu’il ce moquait d’elle quand il lui avait dit qu’il avait un diplôme en art, mais le sérieux qu’il avait gardé lui avait fait comprendre qu’il ne mentait pas. Il était rare de nos jours de voir un homme aussi contradictoire, mais cela semblait lui plaire. « Je ne sais pas si c’est une bonne idée, j’ai encore celle de Bergen a accroché. » c’était la toile qu’il avait acheté lors de la dernières expo à laquelle ils c’étaient rendus, et elle était toujours emballée et protégée. Il c’était passé la même chose, ils avaient regardé pendant des heures le chef d’oeuvre, avait cherché ou est-ce qu’il pourrait la mettre et une fois d’accord ils l’avaient prise. Et elle était encore là, toute seule à attendre qu’on la mette quelque part … Parce qu’ils avaient choisis la cuisine de Tommy, et qu’après réflexion cet endroit ne donnait pas assez de crédit à l’oeuvre. Lola acquise, elle partage les propose de Tommy, il lui arrive souvent de s’emporter quand ils sont devant une oeuvre aussi jolie et si elle venait d’habitude pour réfréner les envies du jeune homme, elle les attisaient à chaque fois. Puisqu’ils sont en train de penser à la même chose à ce moment même, quand ils croisent leurs regards respectifs ils ce mettent à rire. Il aimait beaucoup entendre ce son, le petit rire cristallin de Lola était superbe et il regrettait de ne plus l’entendre aussi souvent qu’auparavant. « Je te pensais plus Pridgen que Bergen, Tommy. » avant même qu’il ne ce retourne pour faire face à la personne qui vient de les rejoindre, il sait qui vient d’arriver. Il savait qu’elle était en ville puisqu’il l’avait croisé au café, et il c’était imaginé un jour la recroiser dans un événement comme celui-ci, seulement il n’avait pas pensé la croiser ce soir. Parce qu’elle n’aimait pas Pridgen, ils en avaient parlé pendant longtemps lors de leur première rencontre et elle avait tenu position affirmant que l’oeuvre de Bergen tout entière ne pouvait pas être comparé à celle de Pridgen, puisque ce dernier n’était qu’un peintre médiocre en comparaison. Il ce retourne finalement vers la jeune femme, qui ce tient là devant lui un sourire ensorcellent sur les lèvres. Ses cheveux d’un blond parfait étaient cette fois-ci remonté en un chignon qui dégageait son cou, et mettait en valeur la finesse de son visage. « Bonsoir Nina. » déclare t-il finalement avec douceur, comme si c’était la chose la plus banale qu’il soit, de la croiser en ce vendredi soir dans cette petite galerie de Washington, à l’exposition d’un artiste qu’elle n’aimait pas. Un instant il ce demanda ce qu’elle pouvait faire ici, et eu l’espace de quelques seconde la grande prétention de peut être le deviner. Avant de ce rappeler finalement que tout les mystères qui pouvaient entourer la jeune femme était la raison principale pour laquelle les choses n’avaient pas marchés pour eux, en dépit des sentiments qui étaient mis en jeux. Elle lui sourit de plus belle, et Tommy sent alors le bras de Lola ce resserrer contre le sien. Il n’avait pas oublié sa présence, subjugué par celle de Nina, en tout cas c’était certainement ce qu’elle pensait qu’il avait fait, mais ce n’était pas vrai. « Lola je te présente Nina Westmore. » la première lâche son étreinte pour avancer sa main vers Nina avec une certaine forme de politesse et un éclair de jalousie dans les yeux que seulement Nina serait capable de déceler. Lola ne savait pas qu’elle était l’ex petite-amie de Tommy, mais elle connaissait plus ou moins leur histoire puisque lorsqu’il en avait parlé avec Maeve la première fois, elle était présente. A l’époque ou ils n’étaient tout les deux que des amis, et qu’elle était en couple avec son mari. Quand les deux mains s’apprêtent à ce rencontrer il reprend « Nina, voici Lola Chapman, ma petite amie. » A l’entente de ses mots, Nina semble avoir un petit arrêt dans son geste. Il semblait évident que Lola était la petite amie du pompier, il suffisait de les avoirs vu ce comporter quelques secondes auparavant pour le savoir mais peut être que la jolie blonde avait espérer qu’il ne s’agissait là que d’une forte amitié. Et elle aurait pu avoir raison, si c’était Maeve qui avait accompagné Tommy ce soir, seulement ce n’était pas le cas. Lola n’avait pas quitté le nom de son ex-mari, peut être parce qu’elle c’était habituée à le porter … Il n’en savait trop rien, et elle n’avait jamais voulu en parler avec elle alors il la présentait de la façon qu’elle souhaitait. Finalement les deux jeunes femmes ce serrent la main, avec un sourire presque entendu avant que Nina ne reporte son attention sur Tommy. « Alors comme ça tu possède un Bergen ? Je pensais que tu ne l’aimais pas beaucoup … » lui qui avait exercé un tour de mettre en présentant Lola comme étant sa petite amie, regarde les yeux de Nina briller un peu plus. Elle avait raison, il n’aimait pas cet artiste ou tout du moins il n’avait jamais ressentis quoi que ce soit en voyant ses tableaux. Mais celui qu’il possédait était une exception, puisqu’il lui faisait penser à elle. Et la raison première pour laquelle il ne l’avait pas accroché était parce qu’il avait remarqué cela à l’instant ou il l’avait posé sur son mur, il avait vu dans les courbes de l’oeuvre une représentation exacte de son ex. Le sourire de Tommy ne bouge pourtant pas tandis que la main de Lola vient retrouver la sienne. « Les gens changent d’avais Nina, te voilà bien à cette exposition. » leur rencontre était bien loin de la première qu’ils avaient eu. Cette fois-ci ils n’étaient plus aussi gentils, plus aussi courtois, pour une raison inconnue ils ce lançaient des petites pics qu’ils étaient les seuls à pouvoir percevoir. La vérité était que le retour de Nina n’était pas une vraie bonne nouvelle, parce qu’il avait été capable d’abandonner ses rêves pour elle, et si elle le lui avait demandé il l’aurait fait. Jamais encore il n’avait cru un jour pouvoir le faire, jusqu’à ce qu’elle entre dans sa vie de façon si spontanée. La jolie blonde ne lui répond pas par des mots, mais ses yeux veulent tout dires. Il comprend, au fond il sait qu’elle est là parce qu’il est là, mais il souhaite de l’ignorer et ce tourne vers Lola. Il le savait il devrait lui expliquer cette scène quelques minutes plus tard, mais pour le moment il voulait juste sortir de là, pour ne pas faire face aux évidences : le retour de Nina le chamboulait plus qu’il ne voulait bien ce l’avouer.

_________________

    that girl could start wars
    --------------------
    I know that it was wrong to love someone like her, but oh god did it feel right, to see the gentle curve on her lips. 14 months passed by, and I still talk about her as if she was mine, it fucking hurts. ▪️


Dernière édition par Tommy Whelan le Jeu 15 Oct - 21:27, édité 15 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 325
ADRESSE ↦ : Santa Monica (LA) // Whashington Henley Suites (DC)


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST:

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: our memory is always within reach ↦ TOMMY   Ven 3 Juil - 21:42

bed2 bed2 bed2 sexy le petit Tommy hihi hihi

_________________


    Years, lovers, glasses of wine. These are things that must never be counted
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 137
ADRESSE ↦ : #34, wisconsin avenue - g e o r g e t o w n

MessageSujet: Re: our memory is always within reach ↦ TOMMY   Mar 14 Juil - 20:01

Est-il nécessaire de mentionner ton level de sexy ? :dead: bed2

_________________

    that girl could start wars
    --------------------
    I know that it was wrong to love someone like her, but oh god did it feel right, to see the gentle curve on her lips. 14 months passed by, and I still talk about her as if she was mine, it fucking hurts. ▪️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 348
ADRESSE ↦ : #63 app. dupont circle.

MessageSujet: Re: our memory is always within reach ↦ TOMMY   Dim 9 Aoû - 8:33

salut toi hehe :bave: bed2 bed2 bed2

_________________
    it's difficult to say goodbye and easier to live a lover's lie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 137
ADRESSE ↦ : #34, wisconsin avenue - g e o r g e t o w n

MessageSujet: Re: our memory is always within reach ↦ TOMMY   Sam 3 Oct - 23:03

Hello :hehe2:

_________________

    that girl could start wars
    --------------------
    I know that it was wrong to love someone like her, but oh god did it feel right, to see the gentle curve on her lips. 14 months passed by, and I still talk about her as if she was mine, it fucking hurts. ▪️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 1348
ADRESSE ↦ : Adams Morgan # 26 - Colombia Road w/ Wes Oakley


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: Couting stars by One Republic (+) Kiss me by Ed Sheeran (+) Say something by Big great world

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: our memory is always within reach ↦ TOMMY   Sam 3 Oct - 23:12

hrt hrt hrt hrt hrt  parce que je devais aussi de laisser mon empreinte avec Maeve free hugs free hugs free hugs
(et parce que c'est bizarre que je l'ai pas déjà fait en fait hehe )

_________________


    How did me & you against the
    world, become me against you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 125
ADRESSE ↦ : #00 app, .


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST:

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: our memory is always within reach ↦ TOMMY   Dim 4 Oct - 12:33

le big bro c'est le meilleur :check:

_________________


    I don’t just like you. I loved you and you rejected me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 137
ADRESSE ↦ : #34, wisconsin avenue - g e o r g e t o w n

MessageSujet: Re: our memory is always within reach ↦ TOMMY   Jeu 15 Oct - 19:34

Ne vous battez pas, il y'en aura assez pour tout le monde :hehe2:
Mais je vous aime quand même hein luv

_________________

    that girl could start wars
    --------------------
    I know that it was wrong to love someone like her, but oh god did it feel right, to see the gentle curve on her lips. 14 months passed by, and I still talk about her as if she was mine, it fucking hurts. ▪️
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 325
ADRESSE ↦ : Santa Monica (LA) // Whashington Henley Suites (DC)


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST:

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: our memory is always within reach ↦ TOMMY   Ven 16 Oct - 10:52

Citation :
Nina ne sait pas ce qu'elle à perdu en le laissant partir
emu emu emu

_________________


    Years, lovers, glasses of wine. These are things that must never be counted
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
----------------------------------------


MessageSujet: Re: our memory is always within reach ↦ TOMMY   

Revenir en haut Aller en bas
 
our memory is always within reach ↦ TOMMY
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNTIL WE BLEED  :: You're Up To-
www. bazzart
www. topsite obsession
www. topsite prg
www. topsite bazzart
CONTEXTE
REGLEMENT
BOTTIN DES AVATARS
SCENARIOS
PRESENTATION
INVITES
les membres du mois