#PRAYFORPARIS

Partagez | 
 

 Never date a girl with a gun ≈ Riley

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 281
ADRESSE ↦ : Appartment #10 - georgetown w/nymeria her cat


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: Oh wonder + X Ambassador + James Bay

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Never date a girl with a gun ≈ Riley   Sam 1 Aoû - 13:14


Riley Angela Valentino
--------------------
I'm thankful for all the ordinary citizens who have come up to me on the beat over the past year and thanked me for my service All two of them. Also bullet proof vests
crédits : dailymargot.tumblr // blue bloods


Now is always temporary

NOM(S) ↦ La jolie blonde porte le nom de Valentino comme le veux la pure tradition familiale qui veut que les enfants portent le nom du père de famille. un  nom de famille qu'on retrouve surtout en Italie, cette terre lointaine qui l'a vu naître. Elle est fière de porter son nom de famille, et elle y attache une importance toute particulière. Sa famille est très importante pour elle, elle plaisante souvent sur le fait qu'elle est le seul espoir pour son père de faire perdurer leur patronyme. Peut de gens l'appelle par son nom sauf dans le cadre de son travail, elle l'entend à longueur de journée et trouve que ça sonne bien "Agent Valentino du FBI" elle adore le lire à longueur de journée.  PRENOM(S) ↦ Lorsqu'elle a poussé son premier cri à l'hôpital de Florence, Paolo et Caitlin Valentino pensaient accueillir un petit garçon au sein de leur famille, et après avoir longuement hésité sur des prénoms italiens et anglo-saxon ils étaient tombés d'un commun accord sur le prénom Riley. Heureusement pour la jeune blonde c'est un prénom mixte et ce dernier lui colle à la peau. Elle est fière de ce prénom, d'ailleurs dans son travail lorsqu'on l'appelle Riley, on s'entend à voir un homme et quand elle débarque elle peut voir l'étonnement ou la déception dans les yeux des autres. Ces différentes expressions et parfois le malaise évident des autres la fait rire plus qu'autre chose. Ce prénom signifie "Celle qui entoure" et cela lui correspond parfaitement. Elle peut être parfois irresponsable et immature, lorsqu'il s'agit de ses proches elle est prête à tout et trouve toujours le petit mot pour réconforter ou pour faire rire. Son second prénom est d'origine italienne Angela, sa mère en choisissant ce prénom avait de grand espoir. Dès que Caitlin a posé les yeux sur sa fille, elle a de suite trouvé qu'elle ressemblait à un petit ange, et voilà comment Angela fut choisit. Bien évidemment ce n'est pas un prénom prémonitoire. Riley est plus un petit démon qu'un petit ange. DATE DE NAISSANCE ↦ Riley a vu le jour le 27 septembre 1990, pour elle c'est une date d'anniversaire comme une autre mais pour son père c'est un réel honneur d'avoir vu le jour à cette date. Comme tout Italien qui se respecte, Paolo Valentino est un grand fan de football et notamment de son équipe nationale. Son jouer favori a toujours été Franscesco Totti alors quand sa fille est née le même jour que lui c'était un signe. Riley doit avouer qu'elle trouve ce joueur très sexy mais elle ne ressent pas la même fierté que son père. La jeune blonde est donc âgée de 25 ans, vingt cinq années qu'elle est sur cette terre et elle le vit plutôt bien. Pour l'âge n'a pas vraiment d'importance, oui elle a déjà un quart de siècle mais peu importe. Elle veut simplement vivre sa vie, vivre de folles expériences et avoir pleins d'histoires à raconter à ses enfants et à ses petits enfants. LIEU DE NAISSANCE ↦ Riley a vue le jour à Florence, en Italie. Elle est donc une parfaite petit italienne fière de ses racines, fière de son pays. Florence est sans conteste l’une des plus belles villes d’Italie. Même si elle est partie pour le continent américain à l'âge de deux ans, elle ne rate jamais une occasion de retourner dans sa ville natale pour des vacances. Elle parle d'ailleurs couramment l'italien aujourd'hui. Si aujourd'hui, elle a la nationalité américaine elle reste proche de ses origines italiennes de part son père et australienne de part sa mère. Elle est fière de cette mixité de ses origines. STATUT CIVIL ↦Parfois elle pense qu'elle n'est définitivement pas faite pour être en couple, pour être amoureuse et qu'elle finira probablement entourée de chats et de poissons rouges. Elle n'a jamais vraiment été amoureuse, du moins elle ne pense pas. Elle s'est attachée à certains de ses petits amis, mais elle n'a jamais ressentit ce qu'elle pense être l'amour fou. Elle a eu des aventures mais toutes se sont soldés par échec ou bien elle a rompu car cela ne fonctionnait pas pour elle. La plupart du temps ces messieurs ne supportait pas son job. Son premier petit ami était le fils cadet des Chapman, Ethan, ils ne sont pas restés longtemps en couple mais il a compté énormément pour elle. Il a été son premier vrai petit copain, son premier vrai baiser, sa première fois. Ils ont fait les 400 coups ensemble, il l'a entrainé dans des histoires incroyables, elle a souvent été privée de sortie par sa faute mais chaque soirées passé en sa compagnie en valait vraiment le coup. Sans doute le seul qui a vraiment compté pour elle jusqu'à présent. Aujourd'hui, elle ne cesse d'enchaîner les relations qui n'ont pas d'avenir, mais elle s'entête a se dire que c'est peut être la bonne personne à chaque fois. Elle s'attache toujours au mauvais garçon qui finit par fuir quelques mois, voire semaines plus tard. Si une partie d'elle reste romantique, à croire qu'elle finira par trouver quelqu'un avec qui elle pourra construire quelque chose, une autre partie d'elle en doute sérieusement. Son boulot lui prend beaucoup de temps et avec tout ce qu'elle voit autour d'elle, elle devient de plus en plus méfiante envers les hommes qu'elle rencontre. Elle a été mariée, une année mais elle n'est resté en couple que 2 mois avec son ex-mari. Une histoire banale, un mariage à Las Vegas, pourtant elle était persuadée - et lui aussi - que les mariages à Vegas n'était pas de vrais mariages, mais les papiers signés chez l'avocat lui ont prouvé le contraire. Pourtant on dit bien "Tout ce qui se passe à Vegas , reste à Vegas" non? d'ailleurs depuis ce jour là, elle fait une allergie à la tequila et à Las Vegas, trop de mauvais souvenir. Le plus bizarre c'est que son ex-mari est devenu son meilleur ami aujourd'hui et qu'ils sont très proches. Sa situation amoureuse est donc indéfinie pour le moment. Avec Tevan ils ont une manière bien à eux de communiquer, toujours à se charrier, à se lancer des blagues pas toujours très drôles mais sur le terrain ils se connaissent par cœur et font une très bonne équipe. Ils se comporte parfois comme un vrai couple, cette ambiguïté permanente est bien présente mais aucun ne fait le premier pas. Pourtant cela se voit comme le nez au milieu de la figure qu'ils sont attirés l'un par l'autre, mais aucune histoire amoureuse n'est tolérée au sein de la police et en particulier lorsqu'il s'agit de deux partenaires. Mais lorsque Riley est partie à Quantico, il n'y avait plus rien qui les retenait, et pourtant ils hésitent à sauter le pas. Peur que cela ne marche pas, peur de briser leur complicité... Pourtant, lorsque Riley apprend que Tevan a été blessé sur le terrain il accourt chez lui et ils franchissent cette limite qui était tellement flou depuis le débute. Une nuit, puis deux, puis trois. Et à chaque fois, ils se disent que c'est la dernière fois... ils ne sont pas fait pour être ensemble. Aujourd'hui, il leur arrive de passer la nuit ensemble et le lendemain ils font comme si de rien n'était. Il ne veut pas le reconnaître, mais Riley est une partie importante de sa vie, il s'est attachée en elle bien plus qu'il ne veut se l'avouer. Pourtant, ils ne sont pas en couple officiellement, ils n'ont pas parlé de leur situation, ils se contentent de passer du bon temps ensemble. Mais, il la considère un peu comme sienne, il ne veut surtout pas savoir si elle va voir ailleurs. Il cache son côté jaloux mais surveille tous les hommes qui s'approchent d'elle, il sait qu'il n'a aucun droit mais il s'en fiche. Il y a bien quelque chose entre eux, mais aucun des deux ne veut le reconnaître. Ils se persuadent chacun de leur côté qu'ils sont simplement amis malgré les mains qui se touchent au café, les quelques baisers échangés en public et les nombreuses soirées passées ensemble. Ils sont effrayés tous les deux par ce qui pourrait y avoir entre eux. Aucun deux ne veut avoir une conversation sérieuse à ce sujet, tous les deux complètement flippés, et bien trop fier pour l'avouer.  ETUDES/METIER ↦ Les études ne l'ont jamais passionnée, elle préférait se concentrer sur les prochaines soirées auxquelles elle était invité, les prochaines bêtises à faire qu'étudier ses cours. Mais elle était aussi consciente que pour avoir un avenir, elle avait besoin d'un diplôme alors elle a fait le stricte nécessaire pour obtenir son diplôme de fin d'études. Aucune mention, aucune félicitation mais elle a eu son diplôme en poche. Comme beaucoup d'adolescent américain, elle a posé ses fesses sur les bancs de l'université pendant deux ans. Mais contre toute attente, elle a adoré suivre ses cours de criminologie, le seul problème c'est qu'être assise pendant des heures à écouter quelqu'un parler n'était pas vraiment pour elle. Alors sous les reproches de ses parents, elle décide d'arrêter et de s'engager dans la police. Et elle s'est avéré très douée pour ce travail, se retrouver au cœur de l'action est ce dont elle avait besoin au fond. Elle a été policière en uniforme, elle a été détective dans une unité de renseignement de la police de Washington et aujourd'hui elle est une excellente agent du FBI et ne changerait pour rien au monde. Cela fait deux ans qu'elle arbore l'insigne du FBI, et elle est une des plus jeune recrue de l'unité. Elle aime son métier, elle aime être utile à sa ville, même si ses parents ne sont pas d'accord avec son style de vie ça lui égal. Du moins, c'est qu'elle fait croire à tout le monde. TRAITS DE CARACTÈRE ↦ Riley a un personnalité complexe. Riley est une personne attachante mais parfois elle peut vraiment être une emmerdeuse. Elle le sait et joue bien souvent sur les nerfs des gens pour obtenir ce qu'elle veut. Elle est peu parfois se trouver à la limite de l'insolence mais elle connaît les limites à ne pas dépasser. Elle ne souhaite pas perdre son emploi pour insubordination. La jeune femme est ambitieuse, elle a toujours eu cette envie de réussir quelque chose, et elle s'en donne les moyens. Si elle commence une tâche, elle fera tout pour arriver à bout ce qui est une énorme qualité dans son travail de tous les jours. Elle est  très têtue et ne lâche jamais une affaire, ce qui explique pourquoi elle est douée dans son travail. Lorsqu'elle se plonge dans une enquête, elle ne laisse rien au hasard et peut parfois se perdre elle même tant elle est impliquée.  Si dans sa vie de tous les jours, elle est un peu immature, dans sa vie professionnelle c'est tout le contraire. Elle a toujours fait preuve d’une grande maturité et est appréciée pour ses conseils, qu’elle n’applique jamais à elle-même malheureusement. Fait ce que je dis, pas ce que je fais. Elle agit parfois de manière impulsive ce qui parfois la met en danger dans ses enquêtes, mais elle ne sait pas faire autrement, si elle a une intuition elle la suite jusqu'au bout, elle sait que Wes aura toujours ses arrières. Autoritaire mais juste, Riley peut parfois apparaître comme une personne froide au travail alors qu’il en est tout le contraire. Bienveillante, protectrice, elle serait prête à n’importe quoi pour les membres de sa famille et les personnes qu’elle aime. Riley c’est un peu le feu sous la glace. Calme en apparence, à l’intérieur, elle peut parfois perdre son sang froid et il ne faut pas la chercher ou la pousser à bout, sous peine de subir une tornade. Riley n'est pas du genre à se laisser submerger par ses émotions, elle se confie rarement, elle préfère faire de l'humour ou du sarcasme afin de cacher ce qu'elle ressent. Il y a très peu de personne qui la connaisse réellement et avec qui elle se laisser aller complètement. Elle a une certaine fierté parfois mal placée et refuse de passer pour une personne faible, surtout devant ses collègues. Elle ne veut pas qu’on s’inquiète pour elle, mais s’inquiète toujours pour les autres. Compétitrice dans l’âme, elle est également mauvaise perdante et peu parfois faire preuve de mauvaise foi. Elle adore lancer des défis à ses collègues mais surtout elle aime gagner, tout le temps. Au fond, Riley est une personne qui n’a pas vraiment confiance en elle, même si elle montre le contraire. Elle a peur de l’échec, peur de décevoir les gens qui comptent sur elle, les gens qu’elle aime, alors elle se met beaucoup de pression. Elle veut prouver à tout le monde qu'elle est aussi capable d'être un agent que les hommes, elle peut faire la même chose qu'eux et peut être mieux qu'eux.  20 CHOSES A SAVOIR SUR VOUS001. Riley est une accroc aux écharpes, elle en a une collection impressionnante chez elle. Elle est aussi une inconditionnelle des converses, son placard à chaussures en contient beaucoup trop, de toutes les couleurs. 002. Son travail c'est sa vie, et elle se surprend à le penser car lorsqu'elle était au lycée, elle n'était pas du genre à se préoccuper de son futur travail. Mais aujourd'hui, elle a changé et elle est plus que fière de porter l'uniforme bleu de la police de Washington. Et aujourd'hui elle porte avec fierté l'insigne du FBI même si cela lui attire quelques blagues douteuses de ses anciens collègues. 003. Elle a toujours eu un fort caractère un atout mais aussi un défaut. À la voir on ne se rend pas compte à quel point, elle peut être teigneuse quand elle s'y met et pourtant. De plus, son côté têtue l'oblige à tout faire pour avoir le dernier mot. 004. Elle adore la musique, elle n'aime pas le silence alors il faut qu'elle mette de la musique partout, dans sa voiture, dans son appartement ou lorsqu'elle se balade dans la rue avec son ipod. Elle a une petite préférence pour le rock et la musique indie, mais elle écoute un peu de tout en général sauf de la country, elle n'est pas fan. 005. Elle adore allumer des bougies en fin de soirée, une ambiance détente qui apaise l'esprit selon elle. 006. Riley adore les fêtes. De Noël à Halloween en passant par la St Valentin et Thanksgiving, elle a tendance à être bien plus optimiste qu'à son habitude durant ces périodes, ce qui a tendance à agacer certaines personnes autour d'elle. Sa préférence va pour Thanksgiving, c'est une fête qu'elle aime car il n'y aucune pression pas de cadeaux à offrir, pas d'attente particulière simplement une bonne journée en famille en perspective.  007. Elle adore la décoration et elle pourrait passer des heures à faire et refaire la décoration de son appartement. D'ailleurs, il n'est pas rare de voir son mobilier changer de position d'un jour à l'autre, elle a alors l'impression d'avoir un nouvel appartement très souvent. 008. Elle lit son horoscope tous les jours. Elle n'y croit pas car cela ne changera absolument pas le cours de sa journée ou quoi que ce soit, mais c'est plus fort qu'elle. Elle râle bien souvent quand la prédiction ne va pas dans son sens. 009. Depuis 2 ans aujourd'hui, elle est agent au FBI. Elle adore son partenaire, même si elle clame haut et fort le contraire. Son truc à elle est de toujours avoir l'idée contraire à celle de Wes, juste parce qu'elle adore leurs petites disputes. Bien que durant les interventions, ils sont sur la même longueurs d'ondes, ils font une bonne équipe et ressemble presque à un couple marié selon leur supérieur. 010. Elle parle couramment l'italien de part ses origines, et elle parle Russe aussi. A l'académie de police, elle a décidé de suivre des cours de Russe se disant qu'un jour ses connaissances pourraient lui servir et elle a eu raison, c'est grâce à cela qu'elle a intégré les rangs du FBI. 011. Riley est quelqu'un pour qui la famille est très importante, elle ne le montre pas forcément mais elle aime sa famille. Et sa sœur est tout pour elle, c'est pourquoi lorsque Minx, sa nièce, a été enlevée le fait que sa sœur lui reproche le fait de ne pas avoir assez bien fait son travail pour la retrouvée lui a fait très mal. Elle a remuée ciel et terre pour retrouver Minx, et encore aujourd'hui elle n'a pas arrêté ses recherches mais elle n'en parle à personne et enquête sur son temps libre.  012. Elle est compétitive, parfois un peu trop. Lorsqu'elle était enfant, ce côté là était moins important qu'aujourd'hui, sans doute le fait d'évoluer dans un univers d'homme. Elle adore faire des paris avec ses collègues, et elle aime gagner. Elle se rappelle son premier jour à Quantico, elle devait faire équipe avec 4 hommes qui ne voulaient pas d'elle, alors elle les a défié au tir et elle leur a montré qu'elle était aussi douée qu'eux si ce n'est plus. 013. Elle déteste qu'on la juge pour son physique, pourtant elle sait que parfois il est un avantage. D'ailleurs, si elle est entrée au FBI avant la fin de sa formation c'est à cause de son jolie minois qui correspondait à la mission sous couverture en cours mais si elle est resté aujourd'hui c'est qu'elle a fait ses preuves. Si elle n'aime pas qu'on la juge sur son apparence, elle sait en jouer et n'hésite pas à le faire. 014. Elle connaît ses limites, mais elle adore jouer avec le feu. Elle a parfois tendance à être un peu trop impulsive, si parfois c'est une bonne chose, parfois c'est le contraire et au fond heureusement qu'elle fait équipe avec Wes, ils arrivent à se raisonner mutuellement. 015. Elle a été mariée et a divorcé l'année suivante. Elle s'est mariée à Las Vegas à la White Chapel, elle pensait que ces mariages n'étaient pas réellement reconnus et elle avait aussi trop abusé de tequila, d'où sa surprise lorsqu'elle a dû se rendre chez un juge pour signer les papiers du divorce. Et cet aventure en est ressortie une bonne chose: Tevan. Son ex mari est devenu son meilleur ami aujourd'hui, et leur amitié comporte quelques avantages. 016. Tout le monde à un pêché mignon, pour Riley c'est un bon Irish Coffee, elle tient cela de son officier formateur lorsqu'elle débuté en tant qu'officier de police. Après chaque arrestation, ils avaient pour habitude d'aller boire un verre dans leur pub irlandais favori. 017. Riley plus tendance à s'entendre beaucoup mieux avec les hommes, elle est entourée d'homme dans son travail ce qui est sans doute la raison de cela. Mais elle a trouvé son double féminin en la personne de June Oakley, cette petite brune est son rayon de soleil, elle ferait tout pour elle. 018. A l'âge de 16 ans, son père lui a interdit d'aller à une fête sur le campus universitaire, mais elle n'a pas accepté la réponse qu'il lui a donné, alors en compagnie de Ethan, elle a emprunté la voiture de mme Lawson, leur voisine, pour se rendre à cette fête. Manque de chance, elle a accidenté la voiture et elle a dû payer 2700 $ à mme Lawson pour les réparations de la voiture, la vieille dame n'a pas porté plainte et bien heureusement sinon elle aurait pu avoir un casier judiciaire. 019. Lorsque Lola et Aaron se sont séparés, Riley n'a pas pu faire un choix même si elle aurait dû se ranger du côté de sa sœur mais elle ne l'a pas fait. Elle voit toujours Aaron, souvent en compagnie de Wes. Elle est persuadée qu'ils sont fait l'un pour l'autre, c'est une évidence il leur fait du temps simplement pour s'en rendre compte. 020. Le jour de l'explosion, elle se trouvait à la gare. Elle a été légèrement blessée, mais elle a été vraiment choquée par cette tragédie. Elle fait encore des cauchemars aujourd'hui, cependant elle n'en parle pas. Elle préfère faire comme si tout allait bien. 021. Elle aime changer de couleurs de cheveux, blonde est sa couleur naturelle, mais elle aime aussi le brun ou le roux. C'est selon ses humeurs, mais depuis quelques mois elle s'est arrêtée sur le blond. 022.  Tevan n'est sans doute pas fait pour elle, mais elle ne peut s'empêcher de complètement être dépendante de lui. Il y a quelque chose entre ces deux là. Mais ils ne le reconnaîtront pas. Bien trop effrayés de devenir trop dépendant l'un de l'autre et de voir leur histoire volé en éclat une fois encore. 025. Chez les Valentino c'est une tradition familiale de dîner en famille le samedi soir. Riley met un point d'honneur à s'y rendre sans faute mais l'ambiance n'est plus la même. Lola n'est plus que l'ombre d'elle même et le nouveau poste au sein du FBI de Riley sème la discorde entre elle et son père. GROUPE ↦ votre réponse ici.


VOTRE AVIS SUR LA VILLE DE WASHINGTON ↦ Riley a grandit à Washington et cette ville a donc une place très particulière dans son cœur. Elle connait tout les recoins de la ville, c'est son terrain de jeu favori. Elle est admirative de tout ce que la ville représente aux yeux du monde entier et aujourd'hui elle est très fière de jouer un rôle dans sa protection avec son job au sein de la plus que célèbre et respecté agence du gouvernement: le FBI. Connaître la ville, et certains de ses petits secrets l'aide à bien faire son travail et arrêter les criminels. Même si depuis quelques années, elle voit le côté sombre de la ville, elle l'aime quand même et fera son possible pour la rendre plus sûre. Alors oui DC est sa ville, c'est là que son cœur se trouve, elle n'a peut être pas vu le jour ici mais elle est tout autant attachée à la ville que tous les autres citoyens. VOTRE MEILLEUR ET VOTRE PIRE SOUVENIR ↦ Elle a une multitude de bons souvenirs qui sont rattachés à la ville de Washington. Son premier baiser avec Ethan Chapman dans le jardin de sa maison d'enfance, sa première bouteille de bière avec ce même Ethan sous les gradins du stade de son école. La première fois où elle est allée visiter la maison blanche avec sa classe, le jour du mariage de sa sœur, le jour où elle est devenue la tante la plus gaga du monde avec sa petite nièce. Elle pourrait aussi vous parler du jour où elle a reçu son insigne de la police de Washington, la première fois où elle a mit son uniforme. Ou encore son premier jour en tant qu'agent du FBI... Oui Washington regorge de bons souvenirs pour la jeune blonde, les souvenirs joyeux on s'en rappelle toujours à la perfection non? Alors oui elle ne peut pas en choisir un parmi tout ceux qui font qu'elle est la femme qu'elle est aujourd'hui. Mais elle peut vous dire son pire souvenir sans hésité, celui où sa nièce à disparue. Elle se rappelle encore le son de la voix de sa mère quand elle lui a appris la nouvelle. Et ce qu'elle regrette le plus c'est de ne pas avoir pu se rendre chez Lola et Aaron dès l'instant où elle a su. Elle a dû finir sa surveillance et elle n'a pu les voir que le soir. Ca a été très dur pour elle de se voir tenir à l'écart de l'enquête car elle était trop impliquée. Elle dû subir les reproches de son père et de Lola, mais elle a tout encaisser et elle le fait encore aujourd'hui. Ce n'est rien comparé à ce que Lola peut ressentir. JUSQU'OU SERIEZ VOUS PRÊT A ALLER POUR SAUVER UNE VIE ↦ Avant d'intégrer les rangs de la police, Riley ne se pensait pas aussi courageuse et investit pour sauver la vie des autres. Elle peut aller loin pour sauver la vie d'une personne, elle serait prête à mettre sa vie en danger même pour un inconnu, c'est la définition même de son travail. Parfois, elle se sent invincible et c'est sans doute pourquoi dans ce job on travaille toujours à deux. Et si elle est capable d'aller loin pour un inconnu, elle peut encore aller plus loin pour sa famille et ses amis. Riley est loyale envers les gens qu'elle aime. Elle ne devrait probablement pas l'avouer, mais elle serait prêt à commettre un meurtre pour sauver sa famille et ses amis proches. Elle serait capable de bien des choses pour eux, d'ailleurs elle a bien réfléchit à ce qu'elle pourrait faire à l'ordure qui a kidnapper sa nièce. Et chaque jours, elle a de nouvelles idées comment lui faire payer le mal qu'il a fait à sa grande sœur.  AVEZ-VOUS DEJA PERDU VOS MOYENS AU COURS D'UNE INTERVENTION ? ↦ Riley se souvient très bien de sa première arrestation, c'est un peu comme son premier baiser ou sa première fois impossible à oublier. Ce jour là, elle et son officier formateur avaient été appelé sur une dispute conjugale, selon formateur rien de plus banal. Mais lorsqu'ils sont arrivés sur les lieux, l'homme menacé sa femme et son petit garçon de 3 ans avec un couteau. Et si au début Riley était paralysée devant cette scène, elle n'a pas résister à dire ses quatre vérité à cette homme qu'elle méprisait clairement, elle l'a désarmé avec l'aide de son formateur et lui a coller une belle droite en plein figure. Elle lui a cassé le nez mais peu importe. Aucun homme n'a le droit de menacer une femme et son enfant. Elle a perdue son sang froid, elle a frappé un homme en portant son uniforme. Mais c'était plus fort qu'elle, elle voulait simplement lui faire payer les coups qu'il avait donné à sa femme. Elle a été assigné au bureau d'accueil du commissariat pendant trois semaines, mais elle ne s'est jamais excusé pour son geste. Selon elle, il était totalement justifié et l'homme n'a eu que ce qu'il méritait. Aujourd'hui, même si certaines choses la révoltent, elle sait garder son calme et n'agit plus aussi impulsivement. LA PIRE CHOSE QUE POURRAIT FAIRE OU ETRE VOTRE VOISIN ↦ Son voisin est déjà le pire voisin qu'elle puisse avoir. Un fils à papa qui se croit tout permis tout ça parce qu'il a de l'argent et que monsieur est étudiant à Georgetown en droit. C'est un petit merdeux, trop dragueur, dealer de drogue et fêtard invétéré qui donne plus de fêtes qu'un groupe de rock. Elle le déteste et lui semble amusé par la situation. Sinon sa voisine de palier, juste en face son appartement est une mamie qui est bien trop curieuse et qui adore les chats. Riley a bien plus peur de sa voisine d'en face que du petit jeune dealer.   COMMENT AVEZ VOUS VÉCUE LA TRAGÉDIE QUI A TOUCHE WASHINGTON IL Y A 5 MOIS?  ↦ Ce jour là, Riley - dans un élan de gentillesse extrême envers son partenaire - a déposé Wes à la gare. C'était une journée off normale pour les deux agents. Ils ont plaisantés comme à leur habitude. N'ayant pas eu le temps d'avaler sa dose de caféine avant de partir de chez elle, elle a décidé de s'arrêter acheter son café. Elle se voit commander son café et après le trou noir. Elle ne se rappelle de rien, sauf s'être réveiller un peu plus tard avec une horrible douleur dans le bras gauche et avec le visage d'un pompier qui lui demander comment elle allait. Peut être que c'est mieux si elle ne souvient plus tellement de ce qui s'est passé. Mais son co-équipier n'a pas eu la même chance qu'elle, il a été beaucoup plus touché, elle est heureuse qu'il soit encore en vie et elle n'a qu'une hâte qu'il revienne au boulot pour qu'elle se débarrasse de son vieux partenaire trop ennuyeux et trop misogyne.





Partners in crimes

PRENOM/PSEUDO ↦ votre réponse ici. COMMENT TU ES ARRIVE(E) ICI? ↦ votre réponse ici. CONNEXION ↦ votre réponse ici. TON DERNIER MOT ↦ votre réponse ici.  


Dernière édition par Riley Valentino le Dim 4 Oct - 20:28, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 281
ADRESSE ↦ : Appartment #10 - georgetown w/nymeria her cat


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: Oh wonder + X Ambassador + James Bay

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: #669966 ethan #cc9900 mom #996666 dad #cc6633 lola #9999ff elena #009999 wes   Sam 1 Aoû - 13:14



 It's a party, mother. Not a drunken orgy

 
Assise sur la banquette arrière d'une voiture de police, Riley se demande bien comment elle va pouvoir expliquer ça à ses parents. La cadette Valentino a toujours eu un don pour se sortir de n'importe quelles situations mais aussi un talent pour se retrouver dans ce genre de situations. Elle attire automatiquement les ennuis. Mais elle manie la langue de Shakespeare avec une telle aisance qu'elle peut faire croire n'importe à n'importe qui. Ou presque. Mais cette fois, elle n'allait pas pouvoir mentir car les policiers allaient ruiner son mensonges avec ses parents. Elle ne sait pas comment se tirer de cette situation, car elle n'est pas réellement supposé être à une fête en compagnie d'Ethan et avec de l'alcool, non elle est supposée être chez Nicole pour travailler sur un projet pour le lycée. Bien entendu, Riley avait couvert ses arrières. Tout d'abord avec Nicole qui devait dire que oui bien sûr elle était avec elle, et si ces parents voulaient lui parler, elle devait simplement dire qu'elle était aux toilettes, ou une autre excuse bidon du genre. Et elle avait aussi demandé à sa grande sœur de la couvrir. Juste au cas où. Mais comment expliquer que deux policiers la ramènent chez elle alors qu'elle est  supposée être sagement en train d'étudier? Riley perdue dans ses pensées ne fait même pas attention à la personne assise à côté d'elle, elle sursaute lorsqu'elle sent une main se poser sur la sienne « Hey je dirais que c'est ma faute. » elle sourit et tourne la tête lentement vers le jeune brun à ses côtés. Ethan Chapman. Son acolyte de soirées, son binôme.... Si Lola était inséparable d'Aaron, Riley l'était tout autant de Ethan depuis quelques années. Elle soupire tout en laissant sa tête tomber contre l'appuie tête du siège passager avant. Bien que cela soit très chevaleresque de sa part et réellement adorable, elle n'était pas sûre que jeter la faute sur Ethan allait la tirer d'affaire. Caitlin et Paolo connaissait bien leur fille, ils savaient très bien qu'elle n'était en aucun cas influençable et qu'elle prenait ses décisions seule. Ô grand jamais elle ne se laisserait entrainer dans une chose avec laquelle elle ne serait pas d'accord « Chapman je crois que ca va pas marcher. Mais.... » elle tourne la tête vers lui tout en laissant son front sur l'appuie tête en cuir « ... Je me suis bien amusée ce soir, jusqu'à ce qu'ils viennent gâcher la fête. » elle sourit au jeune brun, et elle parle assez fort pour que le policier assis derrière le volant entende, que c'est leur faute. Elle le voit lever rouler ses yeux, arrêter des mineurs car ils sont en train de boire ne le mettait visiblement pas de bonne humeur. Lorsque son collègue le rejoint, les deux policiers raccompagnent les deux adolescents chez eux. Pendant le trajet, personne ne parle, Riley pose sa tête sur l'épaule d'Ethan et elle pense déjà au savon qu'elle va avoir lorsque ses parents vont ouvrir la porte. Parce que oui, ces charmants officiers de police - qui ont oublié visiblement ce que s'est d'être jeune - vont sonner à la porte et attendre bien sagement d'avoir les parents en face. Elle pourrait tenter de négocier avec eux pour qu'ils racontent un petit mensonge totalement innocent à ses parents, mais elle savait d'ores et déjà qu'elle n'arrivera pas à les convaincre. Premier stop la demeure familiale des Valentino, tels un parfait gentleman le policer ouvre la porte à Riley qui prend réellement son temps pour sortir, elle n'a pas vraiment envie de quitter Ethan quand elle sait ce qu'il l'attend derrière la porte en bois massif. L'officier se racle la gorge pour signaler que sa patience commençait à diminuer et fait les gros yeux à la jeune blonde qui ne change pas d'attitude. A la limite de l'insolence. Riley a toujours eu du mal avec l'autorité, elle n'est pas une enfant difficile mais elle aime contrer les ordres, elle aime faire le contraire de ce qu'on lui demande. Elle est têtue, vraiment bornée même. Le policier aux cheveux grisonnant lui attrape gentiment le bras pour l'escorter jusque devant l'entrée et appuie sur le bouton de la sonnette. Elle aimerait le supplier pour qu'il ne dise rien, qu'il raconte qu'elle s'est perdue sur le chemin du retour et qu'elle a demandé aux officiers de la raccompagner. Elle ne dit rien mais le supplie du regard. La porte s'ouvre sur ses parents étonnés en premier lieu et elle voit le regard de son père s'assombrir petit à petit « Je crois que cet enfant vous appartient Mr et Mme Valentino? » cet enfant? Riley se sent légèrement offensée par ce mot, mais elle ne dit rien, elle ne doit pas aggraver son cas. Elle n'est plus une enfant, elle est une adolescente et elle y tient. Elle n'est plus une petite fille de cinq ans, et elle aimerait que tout le monde le remarque d'ailleurs. Elle en a assez d'être traitée comme une enfant chaque jours que dieu fasse. Elle a 15 ans maintenant, elle est presque une adulte. Mais si elle continue à se comporter ainsi ces parents, ils n'allaient pas réellement lui laisser plus de liberté et ce soir, elle avait probablement perdue cette chance. Caitlin sourit chaleureusement à l'officier tout en lançant un regard réprobateur à sa cadette. Riley tourne la tête vers la voiture de patrouille, elle essaie d'apercevoir Ethan mais elle n'y arrive pas « Oui tout à fait c'est notre fille. » elle ne trouverait définitivement aucune excuse pour se sortir de cette situation qui s'annonçait déjà très compliquée. Le policier relâche le bras de Riley et cette dernière rentre chez elle, elle ne bouge pas et reste dans l'entrée. Les yeux sur ses chaussures. Lorsque la porte se ferme, elle fait volte face et commence à ouvrir la bouche mais son père l'arrête en levant le doigt pour lui signaler qu'il ne vaut mieux pas qu'elle parle à ce moment précis « Je ne veux pas entendre d'excuses de ta part Riley, tu montes dans ta chambre de suite et on reparlera de tout ça demain matin.» elle baisse la tête et monte dans sa chambre. Le fait que son père ne lui passe pas directement un savon peut être une chose positive. On dit bien que la nuit porte conseil? Alors peut être que Paolo ne voulait pas dire des choses qui dépasseraient le fond de sa pensée et qu'il pourrait regretter par la suite. Mais cela pouvait aussi bien dire qu'il était en train de réfléchir à une punition qui n'allait sans doute pas plaire du tout à Riley. Elle traine des pieds jusqu'à sa chambre et en passant devant la chambre de Lola elle aperçoit de la lumière. Elle frappe doucement avant de rentrer et laisse passer sa petite tête en attendant l'approbation de sa grande sœur pour entrer « La police? une première Riley bravo. Papa ne va pas laisser passer cette fois. » Lola ou la voix de la sagesse. Si l'aînée de la famille était sérieuse, assidue en classe, et calme, la cadette était tout le contraire. Téméraire, impulsive, inconsciente aussi. Elles sont différentes c'est une évidence, mais elles sont aussi très proches l'une de l'autre et ce depuis leur enfance. Bien sûr elles se sont disputés comme tous les enfants d'une fratrie et pour des broutilles mais elles se sont toujours réconciliées quoi qu'il arrive. Riley sait qu'elle peut compter sur le soutient de Lola et l'inverse est vrai aussi. Même si Riley ne le montre pas tous les jours, elle aime plus que tout Lola et pourrait tout faire pour elle. Elle pourrait même se faire punir pour elle si cela pouvait aider Lola, et elle sait que Lola pourrait faire la même chose. La petite blonde soupire et s'assoit sur le lit de sa sœur « Je sais Lola. » Lola a parfaitement raison, jamais elle ne trouverait une excuse valable pour se sortir de celle là. Jamais. Ce soir ces parents avaient bien évidemment deviné qu'elle les avait mener en bateau, qu'elle avait mentit et que le fait d'étudier n'était qu'une couverture pour se rendre à cette fête. En réalité, Riley était si excitée à l'idée de suivre Ethan à cette soirée, qu'elle n'a pas correctement évalué la situation. Elle n'a pas réfléchie une seule seconde que la police pourrait débarquer. La seule chose qu'elle savait c'est qu'Ethan ne l'avait pas laissé tombée ce soir. Car il aurait pu s'enfuir sans se faire arrêter mais il ne l'avait pas fait. Cette idée la fit sourire, lui aussi allait passer un sale quart d'heure avec ses parents. Mais l'idée de ne pas être la seule, la réconfortait presque « Tu étais avec Ethan? » Lola ferme son livre et le pose sur sa table de nuit avant de reporter toute son attention sur Riley qui affiche un immense sourire à l'entente de ce prénom. Pourquoi un sourire aussi niais? elle ne sait pas, mais Ethan a le don de la faire sourire n'importe quand. Mais attention, elle n'est en aucun cas amoureuse du jeune garçon. Il est tout simplement son meilleur ami, pour seule réponse elle acquiesce de manière positive et de suite après elle entend soupirer Lola. Cette dernière ne voyait pas d'un très bon œil que le petit frère d'Aaron embarque sa sœur dans toutes ses situations irresponsables  « Qu'est ce qui t'es passé par la tête Riley? » très bonne question. Elle n'en sait rien. Elle avait simplement envie de s'amuser ce vendredi soir, elle n'avait pas envie de rester à jouer à un jeu de société avec ses parents, ou bien regarder un film à l'eau de rose avec Nicole. Non elle avait eu envie de profiter de son vendredi soir, de faire quelque chose de différent, de s'amuser tout simplement. Bien qu'elle se serait passer volontiers de la petite balade en voiture de police. Elle se relève un peu et s'appuie sur ses coudes afin de pouvoir regarder Lola. Elle la jugeait c'était évident « Rien du tout. J'avais juste envie de m'amuser et on faisait rien de mal avec Ethan, les voisins de Justin ont appelés la police car on faisait trop de bruit et comme il y avait de l'alcool....» c'était la stricte vérité. Ils n'avaient pas cambriolés une banque, non ils avaient simplement mis la musique un peu fort et les voisins ont porté plainte pour tapage nocturne. Non mais qui va au lit à 23 heures un vendredi soir? complètement stupide selon Riley. Lorsqu'ils avaient entendus les bruits de sirènes tous les adolescents se sont mis à jeter les verres avec l'alcool et a courir pour rentrer chez eux, mais voilà Riley était quelque peu occupée à embrasser Ethan et n'a pas eu le temps de s'enfuir. Mais elle avait décidé de laisser ce petit détail de la soirée sous silence. Si elle en parle à Lola, elle va en faire une affaire d'état et ce n'est pas vraiment ce que recherche la blondinette « Riley... » son soupir ressemble étrangement à un reproche et jugement regroupé. Riley se relève et s'assoit au bord du lit de sa grande sœur. Elle la regarde avec un immense sourire elle lui répond « Oui je sais ce que tu vas dire. Mais au moins je te fais passer pour un ange, la fille parfaite.  » le petit ange et le petit démon. Lola n'était pas une sainte, mais elle était un peu moins rebelle que sa petite sœur. Et Riley cultivait à merveille cette différence, on dit bien souvent que dans une famille il faut un enfant calme et un peu plus turbulent pour équilibrer les choses. Lola se lève et ferme la porte de sa chambre, Riley hausse les sourcils est ce que le reste de la conversation devait rester confidentielle?  « Il se passe quelque chose avec Ethan? » voilà la raison du grand secret. Lola prend place à côté de sa sœur et la regarde impatiente d'avoir la réponse. Pourquoi tout le monde pense qu'il y a quelque chose entre eux? Une fille peut être ami avec un garçon sans arrières pensées non? Oui c'est une amitié un peu particulière entre Ethan et Riley mais ils sont avant tout amis. Riley ne voit pas pourquoi elle doit se justifier encore une fois, même s'ils échangent quelques baisers dans une soirée ne veut pas dire qu'ils sont en couple  « Tu passes beaucoup de temps avec lui ces derniers temps. »  comme le font deux amis. Riley hausse les épaules et soupire « On est amis Lola. Bon d'accord j'avoue on s'est embrassé mais ça s'arrête là. » rien de plus. Riley était bien trop jeune pour se plonger dans une relation amoureuse, et elle n'en n'avait pas envie. Au contraire de Lola, elle ne croyait plus vraiment aux contes de fées, le grand amour existe elle le sait, elle y croit mais elle sait que contrairement à sa grande sœur elle ne le trouvera pas à quinze ans. Elle doit avouer que parfois elle envie Lola de déjà savoir qu'elle passera le reste de sa vie avec Aaron, son meilleur ami et le seul amour de sa vie bien que pour l'instant elle se voile la face sur ce qu'elle ressent réellement pour le jeune blonde « Tu l'as embrassé mais vous n'êtes pas ensemble? » il arrivait parfois à Lola d'être un peu vieux jeu et en particulier sur ce sujet là. Le ton de sa voix est transparent, elle ne comprend pas sa sœur et semble étonnée du détachement que fait preuve Riley en lui avouant le type de relation qu'ils entretiennent  « Non, tu sais on ne trouve pas toute notre prince charmant à l'âge de quatre ans. » elle lui tire la langue et se met à rire, sa grande soeur s'apprête à répondre mais Riley enchaîne rapidement pour éviter d'entendre encore la même chose « Et ne dis rien parce que tu sais que j'ai raison, Maeve le sait, en fait tout le monde le sauf toi et Aaron. » Lola ne répond rien, car au fond d'elle, elle sait que sa petite sœur, son ennuyante petite sœur, a totalement raison. Riley se lève et se dirige vers la porte, mais avant de sortir et de regagner sa chambre pour une nuit de sommeil bien mérité, elle se retourne vers Lola « Tu sais parfois on doit embrasser plein de crapaud avant de tomber sur le prince charmant.» tout en riant. Le rire de Riley est communicatif et Lola se joint rapidement à elle. Lorsque leur père passe devant la chambre, elles peuvent l'entendre leur demander de faire moins de bruit et d'aller se coucher, elles se stoppent de suite et Riley ouvre la porte « C'est pas gentil pour Ethan ça. » pour seule réponse Riley lui tire la langue et s'en va rapidement. Mais au moment de regagner son lit, son père les bras croisés et assis au bureau de Riley. La jeune blonde pose sa veste et ses chaussures qu'elle tenaient à la main sur le fauteuil qui trône à côté de la porte d'entrée de la pièce. Finalement, elle n'aura pas a attendre demain matin pour savoir la punition à laquelle elle allait avoir droit et au vu de l'expression fermée sur le visage de son père, cette punition ne sera pas une petite comme celles qu'elle a eu auparavant « A partir de maintenant mademoiselle, tu travailles tous les weekends au restaurant avec moi et quelques soirs par semaines aussi. » il se lève et fait quelques pas pour se rapprocher de Riley. Elle aime le restaurant de son père, elle aime y aller après les cours et aime aider de temps en temps. Mais pas au point d'y passer tout son temps libre non plus. La punition est vraiment injuste selon Riley qui au fond n'a rien fait de mal si on y regarde de plus près. Elle profite simplement de ses années lycées  « Mais papa.... »  il lève la main pour la faire taire. Il n'est pas d'humeur à entendre ses explications ou supplications  « Pas de mais jeune fille. Plus de sorties en semaine et couvre feu à minuit pour les weekends jusqu'à nouvel ordre. » elle ouvre la bouche choquée par la dureté de la punition, mais elle fronce finalement les sourcils et regarde son père  « D'accord mais tu te bases sur quel fuseau horaire pour le couvre feu? » le regard de son père s’assombrit, et elle comprend que ce n'était peu être pas la meilleure question qu'elle aurait pu poser. Elle regrette soudain d'avoir voulu jouer à la plus maligne avec son père ce soir  « Riley ne commence pas, je trouve déjà que je suis bien trop indulgent avec toi. » visiblement ils n'avaient pas la même définition du mot indulgent. Ils ne devaient pas avoir le même dictionnaire, car pour Riley c'est une punition plus qu'horrible, c'est comme si elle se retrouvait en prison. Elle a peut être tendance à exagérer un peu mais avec elle c'est tout ou rien. Et devoir consacrer tout son temps libre à travailler ne l'enchantait guère, comment allait-elle avoir le temps de voir Ethan et de sortir avec ses amis? « Si je peux pas sortir la semaine est ce que Ethan pourra lui venir à la maison? » elle tente le tout pour le tout. Elle affiche un grand sourire et son regard de chien battu, habituellement avec cette combinaison elle obtient tout ce qu'elle veut de tout le monde. Jamais personne ne résiste à ce genre de regard « Non. Ethan ne pourra pas venir. Et tu me feras le plaisir de me donner aussi ton téléphone portable quand tu rentres à la maison. » Riley perd peu à peu son sourire, et lève les mains au ciel avant de les faire retomber le long de son cœur. Elle joue sur le côté dramatique pour essayer de faire flancher son père.  Être privée de son téléphone portable c'est comme sortir de chez elle sans chaussures, c'est comme aller au cinéma et ne pas manger de popcorn. C'est donc impossible pour Riley  « Non parce que je suis aussi privé de téléphone portable? » cette punition était définitivement bien trop importante pour son petit délit de la soirée. Elle n'avait tué personne, elle n'avait pas été arrêté pour cambriolage. Elle n'a même pas été en état d'arrestation mais elle se retient bien de dire tout cela à son père car elle sait que cela ne servira strictement à rien. « Riley si tu continue tu vas perdre le privilège sortie le weekend.» il tend la main pour qu'elle lui donne son téléphone portable, elle soupire et finit par obtempérer sans pour autant arrêter de râler car tout cela est vraiment injuste. Une fois son père sortie de sa chambre, pour montrer son mécontentement à toute la maison, elle claque sa porte en fermant. Elle s'attache les cheveux de frustration et de se demande comment elle va prendre des nouvelles d'Ethan et lorsque son regard se pose sur lit un sourire apparait sur son visage. Son ordinateur portable est là, à portée de main. Mais à peine elle eut le temps de l'allumer que son père entre de nouveau dans la chambre de sa fille et lui confisque également son ordinateur. Riley se met à crier qu'elle le déteste, que ce n'est pas juste et finit par se laisser tomber sur son lit tout en mettant la tête sous son oreiller.  

Le lycée. Tout le monde ne cesse de dire que ce sont les quatre années les plus importantes d'une vie, qu'il faut en profiter à fond mais qu'il faut également être sérieux car ces quatre années déterminent le reste de votre vie. Riley était plus dans l'optique de profiter au maximum de ses dernières années d'insouciance. Elle ne savait pas encore ce qu'elle voulait plus tard, elle n'était pas certaine de vouloir même s'inscrire dans une université l'an prochain. Elle n'était pas comme Lola, ou Aaron. Non elle ne savait pas quoi faire de sa vie, elle n'y avait jamais vraiment réfléchie pour être tout à fait honnête. Bien sûr elle avait des idées pour son futur métier mais rien ne la passionnait vraiment pour qu'elle plonge la tête la première. Quand elle était plus jeune, elle voulait être une princesse, et puis elle a appris que ce n'était pas un vrai métier et elle s'ennuierait bien trop vite à ne rien faire et simplement jouer le faire valoir d'un prince. Ensuite, l'idée d'être institutrice comme sa mère lui a plu - quelques mois - mais lorsque sa mère lui a proposé de jouer les assistantes d'une journée, elle rapidement compris que travailler avec des enfants n'était pas pour elle, pas assez de patience pour ces petites têtes blondes qui étaient de vrais terreurs. Devenir avocate comme sa grande sœur lui a effleurée l'esprit lorsqu'elle regardait Ally McBeal ou the Good Wife mais cette idée n'a fait qu'un bref passage dans son esprit. Riley ne savait vraiment pas quoi faire, aucune passion qui pourrait la pousser dans une branche ou une autre. Si ne pas savoir ne la dérangeait pas, pour ses parents c'était le contraire, ils s'inquiétaient pour leur cadette. Riley pose le menton sur sa main et regarde les papiers de différentes universités posés sur son bureau, elle regarde autour d'elle et tout le monde semble pressé d'écrire leurs futurs vœux. Aujourd'hui c'est la journée d'orientation, plusieurs universités sont présentes pour faire leur pub, ou encore des écoles professionnelles et tous ces camarades semblent plus qu'impatient mais pas elle. Elle soupire tout en jouant avec son crayon dans les mains, elle est perdue, totalement perdue. Quelques minutes plus tard, le professeur leur demande de se diriger vers le gymnase afin de rencontrer les intervenants de la journée, si tout le monde se lève rapidement pour préparer leur avenir, Riley, quant à elle prend son temps et traine des pieds. Elle s'arrête à l'entrée du gymnase et serre les brochures qu'on lui avait donné quelques heures auparavant contre elle. Elle donnerait tout pour être loin, très loin d'ici à cet instant précis. Elle marche à travers les stands des universités, des écoles, elle sourit de temps en temps quand on la regarde mais ne s'arrête pas pour poser des questions. Finalement, elle décide de s'assoir sur les gradins, elle regarde les lycéens les uns après les autres. La plupart ont l'air de savoir ce qu'ils veulent ou alors ils sont de très bons acteurs pour prétendre. Même les pom-pom girls semblent avoir trouvé une école qui leur conviennent, et si ce genre de fille peut aller dans une université Riley pourrait en faire de même. Elle continue de parcourir la salle des yeux et son regard se pose sur un stand, celui de la police de Washington. Son regard croise celui d'un policier qui lui adresse un sourire chaleureux, elle lui répond timidement et réfléchit à cette éventualité. Pourquoi pas s'inscrire à l'académie de police. Elle entend déjà ses parents se lamenter sur son choix, lui prouver par A + B que c'est un métier bien trop dangereux et définitivement pas fait pour elle. Mais après tout, peut être que cela lui conviendrait. Elle se lève décidé à demander des renseignements, après tout qu'est ce qu'elle risque? elle ne veut pas signer un contrat aujourd'hui, elle va juste se renseigner. Elle s'approche de la table attrape une brochure, elle la regarde attentivement et entend des gloussements dans son dos, elle reconnaît Mindy, cette pom-pom girl qu'elle ne supporte pas. Elle décide de l'ignorer, pourtant elle a une forte envie de se retourner et de lui dire d'aller se faire voir mais elle ne le fait pas. Le policier en uniforme s'approche d'elle et commence à lui parler, lorsqu'elle lève les yeux vers lui elle est frapper par la couleur émeraude de ces yeux. Elle a sans doute l'air d'une complète idiote mais elle ne le lâche pas des yeux « Je vois que le lycée ne change pas vraiment. » sa voix la ramène à la réalité, et elle sourit et détourne rapidement le regard « Le jour où ça sera un crime d'être aussi idiote le lycée changera peut être.  » Riley et son tact légendaire. Le problème parfois avec la jeune blonde c'est qu'elle parle sans réfléchir, elle est très honnête et franche. Une qualité bien sûr mais aussi un défaut qui lui attire des ennuis. Dès qu'elle prononce cette phrase, elle réalise qu'elle est en train de parler à un inconnu qui pourrait très bien être de la famille de cette idiote de Mindy Carter. Mais le rire du policier la rassure quelque peu. Il lui tend d'autres brochures et lui dit que s'il a des questions elle peut se rendre sur le site de la police de Washington ou bien venir au commissariat où il travaille. Elle le remercie et s'éloigne du stand. Elle marche en direction de la sortie, elle n'a pas besoin de rester beaucoup plus longtemps ici, elle n'ira pas se renseigner sur Harvard, ou encore Stanford... aucune chance qu'elle y soit admise avec ses résultat scolaire et aucune chance qu'elle veuille postuler. Elle n'est pas faite pour ça. Elle le sait. Alors qu'elle sort elle regarde la brochure qu'on vient de lui remettre, mais elle se stoppe rapidement quand elle entend son prénom murmuré par plusieurs personnes suivit de petit rire moqueur et d'expression de choc. Elle lève les yeux et voit un papier sur le panneau d'affichage, elle s'approche un peu plus et voit son prénom avec son numéro de téléphone et une petite phrase qui dit que si les garçons veulent passer du bon temps il suffit de l'appeler. Elle regarde autour d'elle, tout le monde rigole, Mindy en tête avec les autres meneuses de claques. Elle arrache le papier du panneau, et prend une grande inspiration avant de se retourner et de faire face aux lycéens qui se moquent ouvertement d'elle. Elle ne dit rien, retient ses larmes et tente d'atteindre son casier avec la tête haute, elle tente de faire abstractions des murmures sur son passage qui sont très clair. Elle aurait été très amicale avec les membres de l'équipe de foot du lycée, très amicale même. Elle pose la main sur le cadenas de son casier et compose sa combinaison, toujours sans rien dire, ni rien laisser paraître. Comme si tout était normal, elle attrape ses livres pour le prochain cours et se dirige vers la bibliothèque, la pièce la plus proche d'elle. Elle n'est pas sûr de pouvoir se retenir de craquer plus longtemps. Elle pousse la porte et se dirige rapidement vers la section philosophie, jamais personne ne vient ici, trop de livres rasoirs. Elle appuie son dos contre une des étagères et se laisse tomber sur le sol. Les genoux ramené à sa poitrine, elle enfouie sa tête sur ses genoux et laisse les larmes qu'elle retenait couler. Si Riley semble forte et si rien ne semble la déstabiliser c'est faux, elle a cette attitude sûre d'elle mais au fond elle est comme toutes les adolescentes. Elle ne souhaite simplement pas montrer ses faiblesses. Et encore moins devant ces filles qu'elle méprise au plus haut point. Son téléphone n'arrête pas de vibrer, Ethan n'arrête pas de la harceler par message ou avec des appels. Elle soupire et ignore l'appel en cours, elle n'a pas vraiment envie de parler. Elle veut juste se cacher ici jusqu'à la fin des cours et rentrer chez elle pour s'emmitoufler dans sa couette et attendre simplement que ça passe. Demain est un autre jour n'est ce pas? Elle renifle et laisse sa tête tombée en arrière, elle esquisse une grimace lorsque son crane heurte l'angle d'un livre, même les livres de philo lui en veulent aujourd'hui. Elle ferme les yeux et essaie tant bien que mal d'ignorer son téléphone portable qui ne cesse de vibrer, elle jette un oeil sur l'identité de l'appelant maintenant c'est Elena. Décidément les nouvelles vont vitre dans ce lycée. « Hey Valentino pourquoi tu te caches?» elle sursaute lorsqu'elle entend sa voix. Elle soupire assez fort pour lui faire comprendre qu'elle n'est pas ravie de le voir ici, et pour lui signaler aussi son humeur massacrante. Mais Ethan s'en fiche, il la connait bien. Il sait que quand mademoiselle Valentino n'est   pas d'humeur il vaut mieux fuir très loin, mais il s'en fiche de faire envoyer balader. Il dépose son sac à dos par terre, et s'assoit à côté de Riley « Chapman qu'est ce que tu fais ici?» son ton est froid et très peu amical  mais peu importe il s'installe confortablement et attend un petit peu avant de justifier sa présence ici. Il attend de voir ce que Riley va lui dire pour qu'il parte, il attrape son téléphone portable qui vibre encore et encore, et répond. Elena veut savoir si Riley va bien, Ethan la rassure rapidement et raccroche. Le fait d'avoir prit son téléphone portable comme ça lui vaut un regard meurtrier de la jeune blonde, il hausse les épaules et répond enfin à la question de son amie « Je me suis dis que je te trouverais là, c'est le seul endroit où ces idiotes de cheerleader ne viennent jamais. » il rit à sa propre blague. Riley lève simplement les yeux au ciel, elle se mort la langue pour ne pas lui sortir une remarque acerbe, mais le silence qu'il laisse s'installer entre eux ne fait que la tenter encore d'avantage. Elle tourne la tête vers lui, c'est la première fois depuis qu'il est arrivé qu'elle lui adresse un regard « Je suis même surprise que tu saches que la bibliothèque existe. » Ethan n'était pas connu pour son assiduité en classe, il était un peu plus sérieux et plus doué que Riley cependant, mais les seules fois où il venait à la bibliothèque pendant ses pauses c'était simplement pour parler ou se connecter sur le net sans grande réelle envie d'étudier. Mais le plus étrange c'était de le trouver dans la section philosophie, d'ailleurs Riley ne pensait pas que quelqu'un la trouverait ici. Elle venait souvent ici lorsqu'elle avait besoin de se réfugier, d'être au calme et seule  « On en apprend tous les jours. Comment tu vas? » il lui pose la question avec une voix douce, il est inquiet pour elle, elle l'entend dans sa voix. Ce qui veut dire qu'il sait pourquoi elle se cache ici, il est au courant. Toute l'école doit être au courant probablement. Son téléphone vibre encore une fois, un numéro inconnu cette fois, elle reçoit plusieurs textos également de numéros inconnus. L'aperçu des messages lui font rapidement comprendre que son numéro de téléphone ne devait pas être que sur un seul panneau d'affichage. Elle devra probablement changer de numéro très vite.  « Super je vais sûrement devoir prendre des cours d'été si je veux pas redoubler et apparemment j'ai couché avec la moitié de l'équipe de foot. » ironie quand tu nous tient. Elle soupire et ignore une nouvelle fois des appels, Ethan lui prend le téléphone des mains et l'éteint. Il passe son bras autour des épaules de Riley et elle se blottit contre lui. Elle appréciait vraiment Ethan, il était un des seuls avec Elena à qui elle avait une confiance aveugle, bien sûr il y avait sa grande sœur mais au lycée, ils étaient les seuls avec qui elle pouvait vraiment être elle même. La cadette des Valentino pouvait compter ses amis sur les doigts d'une main, elle n'était pas vraiment populaire, pas vraiment sociable avec les autres. Elle faisait croire qu'elle avait une tripoté d'amis à ses parents, à sa sœur mais la vérité c'était que oui elle connaissait du monde mais aucun n'était de véritable amis. Elle 'n’était pas aussi proche de Nicole qu'elle le faisait croire. Elles étaient bonnes amies mais elles ne se confiaient pas non plus tous leurs secrets mais cela ne dérangeait pas plus que ça Riley. Elle avait sa grande sœur, Elena, Ethan et Aaron et son petit monde lui suffisait amplement « Riley tu t'en fous de ce qu'on dit de toi okay? elles sont idiotes ces filles, elles sont jalouses de toi. » jalouses de Riley? elle n'avait rien qu'on pouvait envier alors elle avait bien du mal à croire Ethan, il se voulait gentil et rassurant mais il était tellement loin de la vérité que cette affirmation fait rire nerveusement la jeune lycéenne  « Jalouses? » elle se relève un peu et hausse les sourcils tout en regardant Ethan, il est sans doute tombé sur la tête pour penser une chose pareille c'est évident. Ces copains de l'équipe de basket on dû lui jeter le ballon sur le tête bien trop fort « Oui voyons, tu es en couple avec le plus beau mec du lycée. »  elle le regarde surprise, d'ailleurs son visage doit exprimer la surprise car Ethan se met à rire doucement en remarquant la réaction de son amie. Elle lève les yeux au plafond comme si elle réfléchissait qui pouvait être ce mystérieux homme parfait dont il parlait. Elle pose la main sur l'épaule du jeune homme « Quoi Scott Fowley? non je ne suis en pas en couple avec lui voyons. » elle serait la première au courant si c'était le cas. Il prend un air vexé ce qui fait immédiatement rire la lycéenne . Un sourire malicieux apparait sur le visage d'Ethan, et Riley le connait. Lorsqu'il arbore ce sourire là, cela veut dire qu'il a une idée derrière la tête et ce n'est pas tout le temps une bonne idée. La dernière idée qui était née avec ce même sourire les avaient conduis directement sur la banquette arrière d'une voiture de police, c'était peut être il y a deux ans mais Riley s'en souvenait comme si c'était hier.  Elle le regarde inquiète de ce qui va suivre mais elle attend avec impatience ce qu'il va lui annoncer « Scott est un crétin. Tu en couple avec moi et plus amoureuse que jamais. Tu ne peux donc pas me tromper je suis trop cool.» Ethan avait son petit fan club elle devait bien lui accordé ça . Ethan charmant était plutôt beau gosse elle ne pouvait pas dire le contraire, il avait son charme « Les frères Chapman sont les supermans des sœurs Valentino c'est bien connu. » il se lève et lui tend la main pour l'aider à se relever, elle hésite une seconde et puis prend sa main et prend Ethan dans ses bras et lui murmure un merci discret. Elle ramasse ses affaires, il fait de même et lui prend la main pour sortir de la bibliothèque. Il avait raison les frères Chapman sont les meilleurs, mais elle se contente simplement de le penser, cela ne sert à rien de gonfler l'égo du jeune brun et si elle l'avoue, il pourrait s'en servir pendant des années encore « Oui enfin moi je crois que c'est plutôt les sœurs Valentino qui sont irrésistibles. » elle lui lance un clin d'oeil et se met à rire avant de se faire reprendre par la bibliothécaire qui les trouvaient bien trop bruyant. Elle ne manque pas de leur montrer le panneau avec le mot silence affiché en grand. Mais les deux jeunes lycéens n'en font pas cas et continue de parler comme s'ils étaient seuls jusqu'à ce qu'ils poussent les portes pour rejoindre le couloir du lycée « Il y a de ça aussi j'avoue. » il lui serre un peu plus la main pour lui faire comprendre qu'il est avec elle et que tout va bien se passer. Il lui sourit « Allez viens on sort de là et on défendre ton honneur. » elle prend une grande inspiration et se balade dans le couloir du lycée main dans la main avec Ethan. Elle n'était pas vraiment de comment cette histoire allait régler son problème. Et les rumeurs sur Ethan et elle allaient forcément faire le tour du lycée, et elle avait peur que cela arrive aux oreilles de sa sœur même si cette dernière était déjà partie pour l'université.





 It is so nice when you can sit with
someone and not have to talk


 
 « Tu as plaqué l'université? » Elena les yeux grands ouvert est bouche bée suite à ce qu'elle vient juste d'entendre. Riley par réflexe raccroche rapidement son téléphone portable et pose sa main sur la bouche de son amie. Elle avait exprimé son étonnement un peu trop fort et ce n'était pas le jour pour parler de tout ça. Aujourd'hui Lola se marie, alors hors de question d'aborder le sujet avec ses parents ou une autre personne. Et demain, ça ne sera toujours pas le bon moment car les lendemain de mariages sont toujours un peu difficile, et le surlendemain elle n'était pas sûre que ce soit une bonne idée de briser la bulle de bonheur de ses parents. En fait cela ne sera jamais le bon jour pour annoncer qu'elle laisse tomber ses études. Jamais. Lorsque ces parents l'apprendraient ils allaient la tuer, littéralement. Surtout qu'elle avait tout plaqué pour entrer à l'académie de police. Chose que Paolo Valentino avait formellement interdit à sa fille lorsqu'elle avait amené l'idée après avoir obtenu son diplôme au lycée. Elle n'était pas faite pour les études, c'était plus qu'évident mais pour faire plaisir à ses parents elle s'était inscrite à l'université publique de la ville. Les cours qu'elle suivait lui plaisaient, et c'était dans la lignée de ce qu'elle voulait faire plus tard mais honnêtement rester sur une chaise toute la journée était un peu insupportable pour elle. Et elle n'était pas vraiment du genre super à cheval sur ses révisions, non elle préférait sortir avec ses amies plutôt que de s'enfermer à la bibliothèque pour travailler « Chuutttt Lena, mes parents pourraient t'entendre. » toujours la main sur la bouche de la jeune brune Riley lui fait les gros yeux. Elle l'interroge du regard pour savoir si elle peut enlever sa main ou non, il hors de question que cette information filtre aujourd'hui. Riley a juste besoin d'un petit peu de temps pour trouver comment annoncer la nouvelle à ses parents. Mais surtout comment les convaincre de la laisser suivre les cours à l'académie de police, car techniquement elle avait besoin de leur consentement pour déposer son dossier, n'ayant pas encore 21 ans, elle n'était pas légalement majeure. Ce qu'elle trouve d'ailleurs mais elle ne peut pas revoir les lois américaines. Et si elle serait majeure dans quelques mois, il fallait qu'elle dépose son dossier très vite pour pouvoir intégrer l'école à la rentrée prochaine. Elena tente de parler pour dire à Riley, qu'elle ne fera plus de bruit mais cette situation fait bien trop rire la blondinette pour arrêter de suite. Finalement après quelques minutes, elle laisse la bouche d'Elena libre de parler  « Tu comptes leur dire quand?  Ton père va te tuer Riles. » et ce n'est pas euphémisme, elle en est plus que consciente. Son père serait capable de l'enfermer dans sa chambre pendant des jours jusqu'à ce qu'elle change d'avis. Il voulait que sa cadette fasse ce qui lui plaise dans la vie, mais il ne voulait pas qu'elle risque sa vie pour vivre. Il avait bien trop peur que quelque chose arrive à petite fille, il lui avait expliqué ses réticences déjà et pour apaiser la situation, Riley avait accepté de suivre des cours à l'université mais cette idée d’intégrer les rangs des forces de l'ordre trottait toujours dans son esprit. Elle voulait se sentir utile, et elle voulait faire quelque chose de significatif et ce n'est pas en devant psychologue ou encore serveuse qu'elle allait pouvoir le faire  « Je sais pas j'ai pas encore réfléchit, peut être que je leur écrirais une lettre. » elle regarde Elena peut être qu'elle attend une réponse, ou la solution magique mais tout ce qu'elle obtient c'est un regard remplie de reproche. La jeune blonde lève les yeux au ciel, elle n'aime pas ce regard, elle l'a vu si souvent dans les yeux de ses parents ou de sa sœur. Il est donc hors de question qu'Elena lui jette ce genre de regard, elle n'est pas très bien placé pour la juger. Riley se rapproche d'un pas de son amie et sourit, ce sourire qui n'annonce rien de bon pour la personne en face d'elle « Oh ça va épargne moi ce regard mademoiselle Chapman. Si tu parles, je révèle à tout le monde lors de mon toast ce qu'il t'est arrivée il y a deux jours au ESL! » Riley est une très bonne amie, elle sait garder les secrets. Elle est une tombe quand il s'agit de ça. Mais elle sait aussi faire du chantage et prendre le meilleur de la situation pour que cela aille dans son sens. Elena ouvre de grands yeux et la défie du regard  « Tu n'oserais pas....» la jeune blonde hausse les sourcils et les épaules pour réellement immiscer le doute dans l'esprit de son amie. Il est évident que Riley ne ferait jamais une telle chose à Elena, elle l'aime trop pour cela et Riley n'est pas méchante. Mais bien sûr Elena ne le sait pas pour sûr, Riley lui sourit  « Ne me défie pas chérie. » elle lui adresse un clin d'œil, Elena ouvre la bouche pour répliquer mais Maeve fait son apparition pour signaler aux demoiselles d'honneurs que le couple va bien faire son apparition dans la salle, leur premier pas en tant que monsieur et madame Chapman. Riley attrape la main de Lena et elles entrent dans la salle de restaurant afin d'être prête pour accueillir les jeunes mariés. Elle se place juste à côté des ses parents et remarquent que son père se retient de pleurer, il a les yeux qui brille. Mais étant un homme et un italien il est bien évidemment hors de question qu'il craque comme cela, surtout en public. Riley sourit en le regardant, il est tellement fier de sa fille et tellement ému  de la voir dans cette robe de princesse. Elle tourne le regard vers sa mère, qui elle n'a aucune honte à pleurer en public, elle marie son aînée et elle toute les raisons du monde d'être très heureuse aujourd'hui. Elle se dit qu'au moins ils auront la chance d'avoir assisté à un mariage dans la famille, parce qu'il était hors de question pour Riley de se faire passer la corde au cou un jour. Elle aime les mariages, elle trouve que c'est sublime, que c'est mignon mais très peu pour elle. Après que les jeunes mariés aient fait leur entrée, tous les invités regagnent leur table attitrée pour la soirée et prennent place. La soirée s'annonce riche en émotion et particulièrement festive. La bonne humeur emplie la pièce du restaurant familial décorée pour l'occasion, et tout le monde sourit, rit aux éclats. Durant la soirée, Riley fait la connaissance du témoin d'Aaron, Wesley Oakley, bien sûr on l'a déjà prévenue sur sa réputation de Don Juan, mais elle le trouve plutôt pas mal. Et quelques heures plus tard, les voilà qui s'éclipsent de la salle de réception. (...) Riley replace une mèche dans son chignon comme elle peut, et ne peut s'empêcher de regarder le jeune brune en face d'elle en train de remettre sa chemise blanche.  S'envoyer en l'air à un mariage dans le vestiaire est d'un tel cliché, et plus particulièrement avec un témoin du marié. Mais Riley se fiche d'être un cliché, celui  de la demoiselle d'honneur désespérée. Car elle sait qu'elle ne l'est en aucun cas. Elle profite de chaque moment de sa vie et celui qui venait d'arriver était un de ces moments. Wesley Oakley faisait honneur à sa réputation et puis qui pourrait résister à ce sourire, ces yeux bleus. Visiblement pas Riley, elle savait pourtant que ce n'était pas bien, que ce n'était pas la chose à faire aujourd'hui mais dès qu'elle a posé ses yeux lui elle ne pouvait pas s'enlever cette idée de la tête. Entre deux baisers -  pour se donner bonne conscience - elle a quand même demandé à Wes s'il n'était pas en couple. Si elle voulait profiter de sa vie, elle ne voulait en aucun cas être une briseuse de ménage et encore moins pour Maeve qui était une très bonne amie à elle mais aussi la meilleure amie de Lola, sa grande sœur. Riley avait quand même des principes, et un auquel elle tenait particulièrement était de ne jamais avoir une aventure avec un homme marié ou un homme en couple. Elle ne le pourrait pas, sa conscience ne la laisserait jamais tranquille si elle se retrouvait dans une telle situation. Alors avant de faire des folies avec le témoin d'Aaron, elle avait posé la question. « Je crois qu'il va falloir retourner dans la salle, ils vont se demander où on est partis. » elle sourit et laisse son regard ce balader sur Wes et se mort la lèvre inférieure, le jeune brun se rapproche d'elle tout en souriant. Une fois qu'ils sont assez proche l'un de l'autre, elle attrape la cravate de Wes et commence à refaire le nœud qu'elle a défait un peu plus tôt. Elle n'est pas certaine qu'il a besoin de son aide mais si elle ne s'occupe pas les mains, elle risque de se perdre. Encore une fois. Aucun des deux ne parle, le silence s'installe dans le vestiaire, pas qu'ils soient mal à l'aise loin de là. Riley n'a aucunement honte de ce qu'elle vient de faire, mais elle garde le silence et tente de ne pas le regarder dans les yeux parce qu'elle serait capable de se jeter à nouveau sur lui.  Lorsqu'il pose ses mains sur ses épaules, elle frissonne et elle ferme un instant les yeux « Ou on peut rester encore un peu ici.» elle finit de faire le nœud à la cravate et fait un pas en arrière. Mais si elle pouvait rester enfermer encore quelques heures dans cette pièce avec lui, elle y resterait mais elle était demoiselle d'honneur et ne pouvait pas s'éclipser trop longtemps au risque que son absence soit remarquée « Je vais sortir en premier. » elle lui fait un clin et ne peut s'empêcher de l'attirer contre elle en tirant légèrement sur sa cravate. Elle pose ses lèvres sur les siennes, mais lorsqu'elle sent qu'elle va de nouveau perdre le contrôle, elle met fin au baiser et le repousse légèrement. Elle passe les mains dans sa chevelure blonde et ouvre doucement la porte en prenant soin de regarder à droite puis à gauche pour être sûre que personne ne la voit. Elle ne veut pas que certaines personnes commencent à parler de sa sortie du vestiaire au mariage de sa grande sœur, non elle ne voulait pas faire la une de la soirée. Elle se glisse lentement à l'extérieur, et une fois dans le couloir, elle ajuste sa robe, et ajuste son bustier également mais lorsqu'elle relève la tête elle subit le regard noir de Lola, ce regard tellement désapprobateur. Riley regarde Lola qui a très bien compris ce qu'elle vient de faire dans ce vestiaire. L'expression sur le visage de sa grande sœur la fait sourire, elle pince ses lèvres de manière à ne pas se mettre à rire devant le comique de la situation. Si l'ainée de la famille croit en l'amour, au conte de fée, à l'amour éternel, la cadette n'est pas vraiment dans cette optique  « Vraiment Riley? » elle pose les mains sur ses hanches et regarde sa petite sœur dans l'attente d'une réponse. Si Riley arrive à mentir à beaucoup de personne, Lola c'est une autre histoire. Elle n'a jamais su mentir une seule seconde à Lola, peut être parce que sa sœur la connait si bien qu'elle peut le deviner de suite que quelque chose cloche dans le discours de Riley, c'est d'ailleurs la raison pour laquelle elle avait cessé d'essayer de raconter des mensonges à sa sœur. Elle découvrait toujours la vérité alors à quoi bon. Et Riley aimait tellement Lola qu'il lui était impossible de le lui mentir sincèrement « Je cherchais ma veste.... » l'excuse la plus lamentable de la journée même de l'année. Habituellement elle est plus convaincante que cela.  Lola, toujours les mains sur ses hanches ne lâche pas sa petite sueur du regard, mais au moment où elle ouvre la bouche pour parler et sans doute faire la morale à Riley, Wes sort du vestiaire en réajustant sa  veste de costume et se fige de suite en voyant le regard de Lola. La jeune mariée baisse les bras et pousse un soupir d'exaspération, au fond elle n'est probablement qu'à demie étonnée de la scène qui se déroule sous ses yeux « Et tu n'as pas trouvé ta veste mais tu as trouvé Wesley ?» elle se retient de ne pas rire, elle n'y peut rien mais cette situation à tout d'une situation comique pour elle. Wesley regarde Riley puis Lola, puis de nouveau Riley et s'éclipse rapidement afin de retourner aux festivités et probablement flirter avec les autres demoiselles d'honneurs ou avec les invités. Riley s'approche de Lola et pose sa main sur son bras comme elle a l'habitude de le faire quand elle parle à sa grande sœur et elle lui sourit « Ne t'en fait je ne te volerais pas la vedette et je m'applique juste à être l'enfant terrible de la famille pour te laisser être la charmante et parfaite ainée. » la même excuse depuis des années. Toujours la même. Comme si Riley se cachait sous cette image qui lui collait à la peau depuis son enfance, comme si elle faisait tout pour coller à cette image. Peut être une certaine peur de grandir aussi. Peut être aussi le fait de se dire que si elle a un tel comportement, on ne s'attendra pas à de grande chose de sa part. Une façon de ne décevoir personne si elle échoue dans sa vie. Elle sourit et elle sait que dans une seconde Lola va comme à son habitude rouler des yeux, et la regarder tendrement comme pour lui faire comprendre que ce n'est pas le cas. Qu'elle n'est pas le petit démon qu'elle pense être.  « Ma chérie tu pourrais trouver tellement mieux que ... Oakley. » Lola pose une main sur son épaule avec toute la douceur dont elle sait faire preuve. Riley ne veut pas d'un petit ami, elle ne veut pas d'un homme bien en réalité, car elle pourrait bien trop s'attacher à lui et même si elle n'a jamais eu de peine de cœur  importante, elle ne veut pas tomber amoureuse. Ce n'est pas pour elle ce genre d'histoire. Alors oui elle a tendance à s'éprendre d'homme du genre de Wes, ceux qui ne recherche pas une relation sérieuse. Tout est plus simple comme ça. « Lola.... je cherche pas un petit ami tu sais....» elle est sincère quand elle lui dit ça. Bien sûr elle envie sa sœur d'avoir trouver son prince charmant aussi tôt, et elle l'envie de pouvoir s'attacher autant à une autre personne mais cette perspective lui fait peur aussi. Elle a tellement peur que tout se finisse rapidement qu'elle préfère foncer tête baisser avec les hommes qui ne sont pas fait pour elle. Elle sourit à Lola et rejoint le reste de l'assemblée comme si de rien n'était. Et elle joue tout le reste de la soirée son rôle de demoiselle d'honneur à merveille en dansant jusqu'au bout de la nuit et en célébrant comme il se doit la journée en l'honneur de Lola.
.

_________________
i guess that i have never really had you, through unbelievable, yesterday, i delayed a stutter that was slowly calming me.


Dernière édition par Riley Valentino le Sam 26 Sep - 20:29, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 281
ADRESSE ↦ : Appartment #10 - georgetown w/nymeria her cat


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: Oh wonder + X Ambassador + James Bay

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: #339966 tevan #9999cc june   Sam 1 Aoû - 13:14

Aujourd'hui est un grand jour pour Riley. Sa nouvelle carrière est sur le point de commencer. Elle ferme les yeux un instant et profite de cette brise légère, pour respirer calmement, l'air frais venant de l'extérieur lui fait du bien et l'aide à se calmer et à ne pas totalement paniquer à l'idée de ce qui l'attend aujourd'hui. Si elle parait sûre d'elle en toute circonstance, intérieurement c'est une autre histoire. C'est une façade qu'elle offre aux personnes autour d'elle, toujours zen, toujours pleine de confiance mais au fond, elle panique vite et se pose toujours des milliers de questions. Mais elle a appris à ne jamais montrer ses doutes et ses peurs. Elle remercie d'ailleurs son père de lui avoir appris à être forte comme lui. Elle a toujours voulu être policière, elle en est persuadée mais jusqu'à présent c'était une idée, une représentation dans son esprit mais le fait d'être en tenue aujourd'hui, de mettre son glock 18  dans son holster rend sa décision bien plus réelle. Elle ne regrette pas son choix d'orientation professionnelle, non loin de là, mais c'est juste impressionnant de se retrouver ici. Elle regarde autour d'elle, et d'autres "bleus" comme elle, se retrouvent dans la même situation. Ils semblent serein, sûr d'eux mais intérieurement tout le monde appréhende ce premier jour. Elle est la seule femme dans le groupe et elle entend déjà les rires ou autres remarques sur sa présence ici de ces petits camarades. Elle ferme son casier et décide de les ignorer, du moins pour le premier jour. Cela ne sert à rien de se faire remarquer de suite, et puis elle aura bien le temps leur prouver qu'elle est bien meilleure qu'eux. Riley a cet esprit de compétition très développé et encore plus lorsqu'il s'agit de faire ses preuves pour ce qui compte pour elle.  Elle n'aime pas qu'on la juge sur son physique, sur le fait qu'elle ne soit qu'une femme. Lorsqu'elle est entrée à l'académie, elle a tout fait pour faire ses preuves, pour démontrer à tout le monde qu'elle était capable de faire ce métier, et elle veut aussi se le prouver à elle même. Bien sûr elle a dû faire face à certaines moqueries, et des réflexions sur son physique mais elle les a fait taire rapidement en sortant majeure de sa promotion et en excellent dans tous ces test d'aptitudes. Elle ne veut en aucun cas se vanter de quoi que ce soit, mais elle a besoin d'être la meilleure dans tout ce qu'elle fait, elle a besoin de se dépasser elle même. Elle n'aime pas perdre, on peut donc dire clairement qu'elle est mauvaise perdante. Même si les mœurs ont bien changés, il est toujours difficile dans ce milieu d'homme pour une femme de se faire une place et de devenir leurs égales, les habitudes sociales ont parfois la vie dure. Mais heureusement, tous les hommes dans la police ne pensent pas ainsi et ceux qui se permettraient de le faire n'en garderons pas un bon souvenir. Une fois en tenue, elle referme son casier et se dirige dans la salle de briefing, quelques officiers sont déjà présents, ils s'échangent les dernières banalités ou bien les dernières arrestations de la garde précédente. Riley ne peut s'empêcher de sourire, elle n'arrive pas encore à réaliser qu'elle porte vraiment l'uniforme et que dans quelques minutes elle va arpenter les rues de Washington. Lorsque le chef de la brigade entre dans la salle, il n'a pas besoin de dire quoi que ce soit que des rangs se forment rapidement face au pupitre qu'il occupe. Plus un bruit, on peut entendre une mouche qui vole. Tous les yeux sont fixés sur le chef qui met en ordre ses papiers pour donner les affections et les dernières nouvelles à ses officiers. Riley se tient droite, les mains dans son dos. La position militaire. Si un jour on lui aurait dit qu'elle se retrouverait ici, elle ne l'aurait jamais crue. Elle a tellement de problèmes avec le fait de suivre les règles, avec l'autorité que se plier à une telle discipline, presque militaire, n'était pas réellement ce qu'on aurait pu pensé d'elle. Et pourtant, suivre ces règles là, ne la gêne en aucun cas. Suivre les règles de l'académie ne lui avait jamais posé un soucis, bien qu'elle devait avouer que parfois elle avait adorer les enfreindre avec d'autres étudiants de sa promotion. Mais après tout les règles sont faites pour être détournées non?  « Aujourd'hui vous intégrez les rangs de la meilleure police du pays. Je suis conscient que tous les chefs disent la même chose, mais pour nous c'est le cas.  Vous faite partie d'une famille, d'une grande famille qui sera toujours derrière vous quoi qu'il arrive. Enfin sauf si vous êtes reconnu coupable. Félicitations à vous tous et j'espère que vous allez rendre fier notre district. » le chef du commissariat adresse un sourire aux nouvelles recrues et assigne chaque apprentis policiers à un officier formateur. Tout le monde se regarde du coin de l’œil,  si à l'académie ils enseignent le maximum de chose rien ne vaut l'expérience de la rue. Riley le sait, elle en est consciente et si lors des différents tests elle s'en est sortie haut la main, en face d'une véritable personne elle savait que cela serait plus dur mais elle était prête à relever ce challenge. Elle sourit au jeune homme à sa droite et lève les yeux au ciel lorsqu'elle le voit, en face d'elle, avec son sourire arrogant et pourtant si charmant. Tevan Swarek, qui dans son uniforme bleue marine a vraiment une bonne allure, elle doit le reconnaître. Tevan est le mari de Riley. Oui le mari de la jeune blonde, mais il a ce titre plus par erreur que par choix. Certes il est charmant, attirant mais elle se demande bien pourquoi elle a été aussi idiote ce weekend là. Elle avait trop bu, elle avait voulu profiter à fond du fait qu'elle allait intégrer les rangs des forces de l'ordre, elle avait voulu se sentir encore libre une nuit de plus. Elle avait voulu mettre en suspens ses futures responsabilités et être une dernière fois inconsciente. Elle n'avait aucune idée qu'elle allait le revoir ici, elle savait qu'il était policier mais elle ne savait pas que c'était dans ce commissariat. Sûrement une histoire de karma. Elle espérait qu'une chose ne pas être en équipe avec lui, la situation était bien assez gênante comme ça, sans pour autant devoir le supporter toute la journée. Le jeune blond s'approche de Riley et lui passe le bras autour des épaules, pas le moins du monde gêné par les commérages qui pourraient faire surface dans le commissariat « Heureusement que dans tous les livres sur les ruptures ils disent qu'il ne faut pas parler à son ex pendant soixante jours. Une chance qu'on travaille pas ensemble n'est ce pas? » non mais quelle idée lui ait passé par la tête le jour où elle lui a dit oui? Pour sa défense, elle était totalement soûle et elle était à Las Vegas, elle n'avait aucune idée qu'un mariage à la white chapel était un vrai mariage, reconnu aux yeux de la loi. Elle pensait naïvement que tout ce qui se passait à Las Vegas, restait à Las Vegas. C'est ce qu'on entendait partout non? Malheureusement pour elle, si elle s'était réveillée avec un horrible mal de crâne, elle s'était aussi réveillée avec la mauvaise surprise d'être mariée à Tevan, qu'elle ne connaissait littéralement que depuis quelques heures. Certes, il était sexy et elle avait passé une nuit de folie avec lui mais ce n'était pas une raison pour se marier. C'était totalement la folie de s'unir face à Elvis comme ils l'ont fait mais l'alcool vous fait faire bien des choses. Totalement sobre, jamais elle n'aurait fait cela et en particulier avec un total inconnu. D'ailleurs elle n'aurait jamais dit oui pour la vie même si c'était à une personne qu'elle connaissait « Le fait que tu lises ce genre de bouquins me conforte dans l'idée de plus être avec toi. » ils n'étaient plus en couple et ne l'avait jamais réellement était au fond. Mais le mariage, lui était toujours bel et bien d'actualité. Pour annuler le mariage, il aurait fallu qu'ils se présentent plus tôt chez un juge, mais n'étant pas au courant ni l'un ni l'autre de l'authenticité de ce mariage ils n'avaient pas vraiment pensé à la solution. Peu de personnes sont au courant de leur union, bien sûr Riley n'a pas parlé de cette aventure à ses parents, mais ceux qui connaissaient la vérité c'est à dire June, Lola et Aaron leur répétaient bien trop souvent qu'ils se disputaient comme un couple marié et ne manquait jamais une occasion de la charrier sur cette histoire. En tout honnêteté, elle se serait charrier elle même. Toujours avec un immense sourire et un clin d’œil il ne peut s'empêcher d'ajouter  « Mais on est toujours mariés chérie.» elle le trouvait trop sûr de lui, trop arrogant pour que leur couple puisse marcher. Et pourtant il y avait quelque chose en lui qui faisait qu'elle avait besoin de lui dans sa vie, un sentiment bien étrange pour Riley. Elle ne savait pas comment définir cela, mais elle l'appréciait et le détestait en même temps. Deux sentiments contradictoires et pourtant complémentaires. Peut être parce qu'il était le seul homme a lui tenir tête, parce qu'ils se ressemblaient peut être plus qu'ils ne veulent l'admettre. Elle bouge son épaule pour lui faire enlever son bras et fait un pas en arrière tout en le repoussant  « Plus pour longtemps Tevan. » elle compte divorcer, ne plus être unie par les liens du mariage avec lui. Le mariage n'était pas fait pour Riley, elle ne voulait pas dépendre de quelqu'un, elle ne le voulait. Son métier était plus qu'incompatible avec le mariage et puis cela ne lui ressemblait pas du tout. Elle avait besoin de se sentir libre, libre de ces faits et gestes, elle ne voulait rendre des comptes à personne. Tevan lui pince la joue droite, elle déteste ça, pourquoi faisait-il tout pour l'énerver de bon matin? elle le repousse rapidement du revers de la main, mais sourit en même temps. Elle n'est pas vraiment très convaincante au fond. Ils ressemblent à deux enfants tous les deux, mais leur petite dispute est bien vite interrompu par deux officiers impatients de rejoindre leurs voitures de patrouilles pour arpenter les rues de la ville. « Bon les filles vous avez finit de parler cuisine. » les deux jeunes officiers s'arrêtent net. Tevan est policier depuis un an déjà, il n'est donc plus considéré comme un débutant et il est donc un officier de police à part entière et il ne manquera pas de le faire remarquer à Riley à chaque fois que cela sera possible. Un homme au cheveux grisonnant lui fait signe du doigt de venir avec lui, il n'a pas l'air très aimable et apparemment Tevan n'est pas ravie de faire équipe avec lui aujourd'hui « Swarek avec moi. » mais avant de partir, il ne peut s'empêcher de s'adresser une nouvelle fois à Riley qui elle, attend patiemment de savoir avec qui elle va faire équipe. Elle espère que son formateur sera gentil et plutôt sympa « Le devoir m'appelle beauté. » il accompagne sa phrase d'un clin d'œil, et se fait de nouveau réprimandé par son co-équipier.  Riley ne peut s'empêcher de rire et de lèver les yeux au ciel. Elle avance vers son officier formateur qui tape déjà du pied en l'attendant. Elle commence mal son premier jour, mais la faute à Tevan. Elle regarde celui qui va être son formateur, un homme brun aux yeux noisette, une trentaine d'année, plutôt beau garçon mais il n'a pas l'air très souriant. Il la regarde de haut en bas, il la juge, elle le sait et lui dire ce qu'elle pense la démange mais elle ne dit rien. Elle n'a pas envie de se mettre à dos l'homme avec qui elle va être en équipe pendant presque sa première année, et celui avec qui elle va passer le plus clair de son temps enfermé dans une voiture. Il ne dit pas un mot et lui fait signe de le suivre, Riley ne dit rien, elle ne sait pas bien ce qu'elle doit dire en réalité. L'attitude de l'homme la déstabilise, et habituellement il lui en faut beaucoup, mais là elle ne sait pas quoi faire. Alors elle le suit rapidement, elle le percute presque quand il s'arrête et se retourne soudainement vers elle en la plongeant son regard dans le sien « Okay alors on va mettre les choses au clair, je ne suis pas ton petit ami et je ne vais pas te tenir la main. » l'officier Collins annonce la couleur dès le début à Riley, qui ne comprend pas vraiment où il veut en venir exactement. Elle ne lui demande pas de lui tenir la main, loin de là mais la partie sur l'analogie avec le petit ami reste perturbant et très flou pour la jeune blonde. Elle ouvre la bouche pour lui poser une question, mais il tourne les talons et se dirige vers la sortie du commissariat. Elle regarde autour d'elle, certains policiers étouffent un rire, mais elle reprend rapidement des esprits et emboite le pas à Collins. Elle savait ce matin en se levant que la journée n’allait pas être de tout repos mais la démonstration du pouvoir de Logan Collins la conforte dans cette idée et lui fait comprendre qu'il n'est pas là pour rire, ni pour être son ami. Mais cela lui va très bien, elle n'est pas là pour qu'on la materne ou autre chose, elle est là pour apprendre, et elle se dit qu'être formée par un officier comme Collins sera sans doute une bonne chose, du moins elle espère . Ils s'installent dans la voiture, elle côté passager et lui derrière le volant. Il la regarde, elle aussi et ne sait pas vraiment si elle doit répondre quelque chose mais au vu du regard qu'il lui lance elle tente une réponse comme a l'habitude avec une petite pointe d'humour « Ce n'est pas un problème, je ne sors pas avec des flics de toute façon. » réplique-t-elle en souriant, mais cette phrase sonne faux dans sa tête quand elle pense à Tevan.  Mais lui c'était différent. Ce qui était réellement perturbant. « Chérie, tu n’es pas mon style » s’empresse-t-il de rajouter tout en démarrant la voiture. Il n'est pas le style de Riley non plus, ils sont au moins d'accord sur une chose, c'est un début. Cependant, la jeune blonde se demande s'il fait le même discours à tous les nouveaux, ou plutôt toutes les nouvelles avec qui il fait équipe. Habituellement, ce genre de conversation ne la met en aucun cas mal à l'aise, mais à cet instant précis, elle doit avouer qu'elle est un peu gênée. Elle ne comprenait pas réellement pourquoi il lui disait tout ça. Riley pose son regard sur les bâtiments qui défilent sous yeux « Et tu sais on dit qu’il n’y a pas de questions idiotes ? et bien si il y en a, et tu vas éviter de me les poser. » elle préfère simplement acquiescer et ne rien dire. Cela ne sert à rien, ne pas contrarier son chef pour le premier jour, mais comment savoir si sa question est idiote avant de l'avoir poser? Elle ne veut pas faire mauvaise impression mais elle ne peut pas non plus s’écraser devant lui et lui faire croire qu’elle n’a aucune volonté. Elle doit prouver qu’une femme est tout aussi capable qu’un homme dans ce métier. Elle se mord la langue pour ne rien dire et continue de regarder la route. Mais au bout d'une minute, elle tourne la tête Collins et finalement elle ne peut pas résister à l'envie de lui répondre « Mais je peux quand même poser des questions n’est ce pas ? non parce que si tout ce que je vais dire va être jugé stupide, on va jamais s’en sortir. » ce n'était peut être pas une bonne idée de vouloir lui tenir tête, de faire ce genre de réflexions mais tant pis. Elle le regarde, elle essaie d'étudier son expression, elle essaie de savoir à l'avance si il va s'énerver et la laisser de suite sur le trottoir. Mais son visage reste impassible, elle n'arrive pas à savoir ce qu'il pense et c'est tellement frustrant pour Riley. Puis un sourire apparaît au coin de ses lèvres « Tu as du répondant, je pense qu’on va bien s’entendre. Mais il y a des choses à savoir : tu ne dis rien sur ma conduite, tu ne touche pas mon café et tu as toujours mes arrières. Compris Valentino ? » elle acquiesce tout simplement accompagné d'un petit « Okay chef » finalement le partenariat s'annonce plutôt bon, elle espère seulement être à la hauteur de ce que son officier formateur attend d'elle. Riley peut souvent paraître désinvolte, mais son job comptait plus que tout pour elle. Elle avait peu d'échouer, elle ne voulait pas donner raison à son père qui lui avait répété que ce n'était pas un travail pour elle. Il ne voulait pas être vexant, du moins pas directement, mais le fait que son père ne croit pas en elle, l'avait blessée. Bien sûr elle comprenait qu'il se faisait du soucis pour elle. Tous le reste de la journée, elle a écouté avec attention son partenaire, il lui a donné des conseils et lorsqu'ils sont rentrés au commissariat il l'a même féliciter pour sa première journée. Un bon signe.





 Even when you do what seems like the right thing it can still turn out wrong

 
Riley descend de la voiture de patrouille et pose sa main sur son arme, elle a toujours ce réflexe lorsqu'elle sort de la voiture après avoir reçu un appel, quel qu'il soit. Que ce soit une dispute de famille, un braquage ou même un accident banal de la circulation. Il faut être préparé à tout quand on sort de la voiture. L'officier Collins, avec qui elle avait passé pratiquement une année, lui a toujours dit qu'il fallait qu'elle soit prête dès qu'elle pose un pied au sol, et Riley écoute toujours les conseils de son formateur. Sans doute la seule personne dont elle ne se permet pas de remettre la parole en doute. C'est ce qui fait qu'elle est douée pour son job, car elle a appris avec le meilleur. Elle a appris beaucoup avec lui, et elle l'admire pour tout ce qu'il a accompli dans sa carrière. Alors même si aujourd'hui, la cadette des Valentino vole de ses propres ailes, elle est officiellement un officier des forces de l'ordre de Washington, elle a toujours cette petite voix dans la tête qui la rappelle à l'ordre si elle se comporte de manière inconsciente. Elle ferme la porte et attend que Tevan, son partenaire, la rejoigne pour s'avancer dans cette petite ruelle. Ruelle que la jeune blonde juge plus que glauque. Digne d'un film noir des années 50 ou d'un film d'horreur. Depuis six mois aujourd'hui, elle fait équipe avec son ex-mari, bien sûr personne n'est au courant de leur union passée, sinon ils ne seraient de toute évidence pas en équipe. Puisque toute relation amoureuse présente ou passée, empêche deux personnes à devenir partenaire, selon les supérieurs et le règlement c'est pour éviter toute complication et distraction. Mais ce duo fonctionne plutôt bien, ils se connaissent bien, se protègent l'un l'autre. Aujourd'hui, ils sont devenus proches, et ils ne conçoivent pas leur vie l'un sans l'autre, aussi étrange que cela puisse paraître. Une forte amitié est née de toute cette histoire. Une fois Tevan à ces côtés, elle ouvre son holster et pose de nouveau la main sur son arme de service, Tevan l'imite rapidement et ils commencent à avancer dans la petite rue.  Un simple appel pour un sans abris allongé dans la ruelle et qui semblait pas en très bonne forme, mais ils ne savent pas réellement dans quoi ils s'embarquent et ils doivent être prudents, d'autant plus que le quartier n'est pas réputé pour être très tranquille. Seulement, cela ne les empêchent pas de continuer la conversation qu'ils avaient commençaient dans la voiture de patrouille  « Dis moi que tu as vu le nouveau Star Wars? » il donne un coup de pied dans un carton pour être sûr que personne ne se cache dessous, et ils continuent leur inspection, Riley secoue la tête pour lui répondre, mais elle se rappelle que le jeune homme ne la regarde pas alors elle verbalise cette réponse. « Non.» une simple réponse, elle n'élabore pas plus. Elle se fiche d'ailleurs de savoir si il y a un nouveau film avec Dark Vador ou non, elle regarde derrière la première poubelle à sa droite et quand elle ne voit rien de dangereux, elle s'arrête et regarde Tevan en fronçant les sourcils « Attends il y a un nouveau film star wars? Dark Vador il meurt pas? » il se retourne vers dès qu'elle a finit de poser sa question, les yeux grand ouverts, choqué par ce qu'il vient d'entendre. C'était comme si elle venait de lui annoncer qu'ils étaient encore mariés ou une autre nouvelle du même genre « Oh mon dieu ma co-équipière vit dans une grotte. » il se met à rire à sa propre blague, elle déteste quand il fait ça, il le sait et le fait exprès à chaque fois. Elle le pousse un peu et hausse les épaules « Oh tais toi, je n'ai pas trop de temps libre. »  ils marchent toujours dans cette allée qui n'est pas très rassurante mais parler de choses futiles c'est leur moyen de ne pas complètement flipper, mais ils restent quand même sur leur gardes, ils n'oublient pas qu'ils sont sur le terrain « Hey je travaille autant que toi et je sais quand même qu'il va y avoir un nouveau film star wars. » elle sursaute lorsqu'elle voit un chat détaler devant elle, et souffle de soulagement lorsqu'elle s'aperçoit que ce n'est rien qu'un petit félin qui a sans doute eu aussi peur qu'elle. Elle entend le rire étouffé de Tevan dans son dos, elle ne le voit pas, mais elle sait qu'il est amusé par la situation et qu'il meurt probablement d'envie de la traiter de fillette. Oui elle le connait par cœur. Ce qui est en soit assez effrayant pour elle. Elle le rejoint et lui pose la main sur l'épaule pour lui signaler que c'est elle « Geek.»  il hausse les épaules et tousse tout pour couvrir ce qu'il lui répond « Accroc au travail. » il se croit plus fort que Riley, mais il se trompe. Elle se vengera plus tard, comme elle le fait toujours. Mais il n'a pas tort, Riley est une accroc au travail, elle accepte avec plaisir des gardes supplémentaires dès qu'on lui demande, elle aime être dans la rue, elle aime être sur le terrain. Le weekend dernier elle a accepté de faire une surveillance avec l'unité guns and gang, et si elle n'aime pas faire de surveillance car elle trouve cela trop long et ennuyant, elle avait appréciée son weekend. Peut être parce qu'elle avait du passer du temps à l'arrière du van avec le détective Jensenn qui fait craquer toute la gente féminine du commissariat, mais le fait qu'elle s'était amusée et qu'elle avait largement préféré son weekend plutôt que de savoir si il y avait un nouveau film dans la saga Star Wars. Elle se retrouve à côté de Tevan, une porte entre ouverte à quelques mètres devant eux. Ils continuent à avancer plus lentement qu'au début, plus sur leurs gardes qu'au début de la rue. S'ils plaisantent beaucoup sur le terrain, dès que la situation l'exige ils savent redevenir sérieux et professionnel « Ce que je veux dire c'est que... » elle s'arrête de parler et se stoppe net tout en pointant son arme, elle a entendu un bruit, Tevan l'imite rapidement tout en plongeant son regard dans le sien rapidement. Ils font quelques pas de plus, et arrivé près de la porte entre-ouverte, elle murmure presque « On devrait demander des renforts.» elle commence à  avoir peur, pas cette peur qui la ferait fuir, mais elle sent quelque chose ne vas pas. Elle a un mauvais pressentiment. Elle le regarde, elle le supplie du regard d'appeler à la radio « Oh aller je suis sûr que c'est un chat, c'est rien. On va voir. » un chat? elle n'est pas vraiment convaincue par son explication, mais après tout c'est peut être rien du tout. Mais la petite voix de Collins lui rappelle qu'il vaut mieux appeler la cavalerie pour rien que de se faire tirer dessus. Elle semble réfléchir un instant et puis elle fait un signe de tête à son partenaire pour lui donner son accord, Tevan pose la main sur la poignée de la porte en métal afin de pouvoir pénétrer à l'intérieur du bâtiment qui semble abandonné.  Mais les bruits qu'ils ont entendus un peu plus tôt les rendent sceptiques. Ils sont sur leur garde, leur arme en main. Tevan se stoppe en entendant du bruit, des voix il regarde Riley « On devrait appelé des renforts je le sens mal. » Riley scanne l’entrepôt du regard et Tevan pose la main sur sa radio, mais il ne dit rien. Elle a entendu le bruit de la radio se déclencher, mais elle n'entend pas la voix de Tevan ce qui est bizarre. Elle fronce les sourcils et se retourne vers son partenaire pour le voir avec une arme braquée sur la tête, elle n'a pas le temps de réagir qu'elle se retrouve dans la même situation. Elle sent le froid du métal du canon appuyer sur l'arrière de sa tête, elle ne bouge plus, seul ses yeux font l'aller retour entre Tevan et l'homme qui pointe son arme sur lui « Vos armes au sol de suite. » ils se regardent, ils n'ont pas très envie d'obtempérer mais ont-ils vraiment le choix? Il serait idiot de leur de part de ne pas obéir. Elle regarde rapidement quelles issues sont possibles, mais elle voit rien du tout. Ils sont piégés. Riley est la première à enlever son doigt de la gâchette, tout en enclenchant la sécurité de son arme, elle lève les mains pour se rendre. Elle se baisse lentement toujours l'arme braquée sur sa tête et dépose son glock devant elle. Tevan lui ne lâche pas son arme et fixe Riley. Lorsqu'elle relève la tête vers lui, il lui adresse un regard noir, il ne comprend pas pourquoi elle a fait ça. Pourquoi elle prend ce risque de se séparer de son arme de service. Comment ont-ils pu se retrouver dans cette situation et ne rien voir venir. Riley ne dit rien mais supplie le jeune blond de faire comme elle, elle n'a aucune envie qu'il lui arrive quelque chose. Et les deux hommes n'ont pas l'air de plaisanter « Vous faite une grave erreur. » mais il obtempère à son tour. Il dépose son arme au sol avec regret, elle lit dans son regard toute la colère et elle sait qu'il doit se retenir pour ne pas se rebeller.  En tant que policiers il faut savoir prendre une décision en une fraction de seconde, la meilleure décision. Pas simplement la première idée qui passe dans la tête. Il faut se décider rapidement mais être réfléchie en même temps.  Il ne faut pas agir dans l'intention du causer du tort à qui que ce soit, un civil ou bien son partenaire.. Si un agent prend une mauvaise décision ça n'affectera pas seulement les citoyens de cette ville, ça affectera aussi les officiers eux mêmes d'une manière qu'une seule personne ayant traversé cela peut pleinement comprendre. Les policiers sont tenus à un niveau de responsabilités plus élevé que le reste de la population, car ils sont là pour protéger cette dernière. Mais il ne faut pas oublier que ce sont aussi des personnes,  des hommes et des femmes soumis aux mêmes doutes et regrets que tout le monde.  « Non c'est toi qui fait une erreur si tu poses pas ton arme. Obéis sinon ta jolie copine ici présente va se retrouver avec un joli trou dans la tête. » il se mort la joue, Riley le connaît suffisamment pour savoir qu'il fait réellement un effort dans cette situation. Les deux hommes toujours armes aux points leur font signent d'avancer, les deux policiers gardent leurs mains en évidence. Ils arrivent dans une nouvelle pièce de l'entrepôt où se trouve une table remplie de billets et de sachet de drogue. Deux autres hommes arrivent et les fouillent. Riley se demande réellement comment ils vont se sortir de là, elle n'aime pas être dans cette situation, même si elle ne le montre pas, elle est terrorisée. Elle n'aime pas perdre le contrôle de la situation. Alors oui bien sûr qu'elle a eu une formation pour ce genre de cas, mais à l'académie de police ce sont des armes factices, ce ne sont pas des vrais criminels. Mais aujourd'hui c'est bien différent. Tout est réel, et si les hommes décident de les abattre sur place ils ne pourront rien dire pour leur défense.  Un des deux hommes s'approche de Riley et commence à poser ses mains sur elle pour vérifier qu'elle n'a pas d'autres armes sur elle, il trouve son téléphone portable et le prend, elle n'aime pas ça, l'homme laisse un peu trop longtemps ses mains sur elle, et le frapper la démange. Mais elle ne fait rien, elle reste calme et sereine - du moins en apparence - mais le sourire satisfait de l'homme la dégoute. Si elle peut cacher ses émotions aux hommes en face d'elle, cela ne marche pas avec Tevan puisque le jeune blond décide d'intervenir « Enlève tes mains d'elle ou...» il fait un pas en avant mais reçoit un coup dans les côtes, le bruit du poing s'écrasant sur ses côtes fait frémir Riley et elle grimace. Elle ressent la douleur comme si c'était elle qui avait été frappé. Voyant que Tevan se relève rapidement et avec un sourire sur son visage, l'homme qui semble être celui en charge fait signe à ses hommes se le mettre à terre une nouvelle fois. L'homme en noir s'exécute et lui donne un coup dans les genoux pour qu'il tombe au sol. Le chef  s'approche de Riley avec un air de défi dans les yeux. Il regarde Tevan tout en souriant  « Je connais beaucoup d'homme comme vous officier....» il se penche vers lui pour lire le badge « Officier Swarek. Mais laissez moi vous dire, chacun de ses hommes ont un point faible que je peux exploiter pour obtenir tous les renseignements que je souhaite. » tout en disant cela, il passe sa main dans le cou de Riley, elle esquisse une grimace et plonge son regarde dans celui de son partenaire. Elle espère qu'il pourra lire dans son regard qui le supplie de ne rien faire de stupide « ... et à votre regard et votre réaction je connais déjà cette faiblesse vous concernant. » l'homme fait signe à ses hommes de s'occuper des deux policiers, sans leurs armes ils ne sont pas vraiment capable de faire quoi que ce soit , mais d'un signe de tête ils se comprennent et décide donc d'attendre pour tenter quoi que ce soit. Ils se retrouvent rapidement contre le mur avec deux gorilles en face d'eux avec des armes pointées sur eux. Ils ne peuvent qu'observer ce qui se déroule sous leur yeux. Les minutes passent, elles semblent interminables, Riley a cette impression d'être là depuis des heures. Elle regarde Tevan et reporte son regard sur les deux hommes. Aucune idée ne lui traverse l'esprit de comment sortir de cette situation et c'est ce  qui l'énerve le plus. Puis sans qu'elle ne puisse réellement penser à ce qu'elle allait faire, elle réagit au quart de tour lorsqu'elle entend les sirènes de polices à l'extérieur et les voix de ces collègues entrer dans l'entrepôt. Elle se retourne vers l'homme derrière elle et lui décoche un coup de coude dans les côtes, mais le coup qu'il lui rend la déstabilise et elle tombe au sol, elle n'a pas le temps de se relever que Tevan se jette sur l'homme et le frappe au visage plusieurs fois. Il s'acharne presque sur lui, même les cris de rappel à l'ordre de Riley n'y font rien, il faut que le sergent arrive avec un autre officier pour les séparer. Une fois tout le monde menottés et prêt à partir pour faire un petit voyage au commissariat, Riley attrape un des suspects pour le mettre à l'arrière de leur voiture de patrouille. Le trajet retour se fait dans un silence presque glacial, seul les blagues pas vraiment drôle de l'homme à l'arrière brise le silence dans l'habitacle. Elle regarde à l'extérieur et évite de croiser le regard de son partenaire. Arrivée devant le district, Riley claque la porte de la voiture de patrouille après avoir fait sortir le criminel et ne s'arrête pas lorsque Tevan l'interpelle. Elle n'a aucune envie de lui parler, et ne comprend pas sa réaction à l'entrepôt. Elle peut se débrouiller seule et elle n'a pas besoin de son intervention pour maîtriser le suspect. Après avoir laissé, l'homme à ses collègues pour qu'ils puissent le mettre derrière les barreaux en attendant qu'un détective vienne l'interroger. Elle passe devant Tevan et décide de lui parler de nouveau, elle veut une explication  « On a pris ses empreintes et il se calme en attendant.» parce que rester fâchée contre son ami trop longtemps est impossible. Il lève les yeux vers elle, surpris qu'elle revienne si vite vers lui. Habituellement, juste pour marquer la chose, elle lui fait la tête quelques heures. Il remercie l'officier qui vient juste de prendre sa déposition sur les évènements de la journée  « Tu veux finir le rapport? » en lui tendant un dossier, elle secoue la tête de gauche à droite et l'attrape par le bras pour l'amener loin des oreilles indiscrètes du commissariat. Il y a avait déjà assez de rumeurs et de murmures sur les actions de l'officier Swarek « Non je veux parler de ce qui s'est passé. » elle le tire par le bras pour aller dans la salle de repos mais à l'entente des propos de Riley le jeune blond s'arrête en plein milieu du couloir. Riley est surprise mais se tourne vers lui. Il hausse les sourcils  « Qu'est ce que tu veux dire? » elle lui attrape le bras et l'amène contre le mur pour ne pas rester au milieu du passage, elle regarde autour d'elle et se rapproche de lui et murmure presque  « Tu t'es littéralement jeté sur ce gars... » il reste bouche bée par sa réaction, il lève les bras et les laisse tomber le long de son corps, il se fiche qu'on les entendent se prendre la tête alors il hausse la voix. Ce qui met Riley mal à l'aise, quelques têtes se tournent vers eux « Qu'est ce que j'étais supposé faire Riley? » il n'était pas supposé réagir de la manière dont il l'a fait, elle en est certaine. Bien sûr l'idée d'avoir un homme qui prend sa défense comme cela est agréable et même flatteur, si il avait eu ce comportement alors qu'ils n'étaient pas en uniforme, elle n'aurait sans doute pas réagis de la même manière, mais aujourd'hui c'était différent. Ils étaient sur le terrain, et elle n'aimait paraître faible sur le terrain. Elle n'aime pas qu'on prenne sa défense comme ça quand elle est en uniforme, elle est supposée représenter l'ordre et la force dans son costume bleu  « Tu étais supposé me laisser me débrouiller. » elle aussi elle élève la voix. Elle n'aime pas être vue comme une fille sans défense, elle n'aime pas être vue comme une fille. Car oui pour elle c'est limite une insulte. Elle sait que cette réaction est peut être un peu exagérée, car au fond il lui avait sans doute éviter bien des maux, il lui avait sans doute évité un petit détour par les urgences et grâce à lui, elle n'aurait qu'une petite marque sur la lèvre inférieure pendant quelques jours. Il avait réagit en partenaire mais Riley ne le voyait pas comme ça « Attend, attend juste pour que tout soit clair pour moi. Tu es en colère parce que tu m'en veux d'avoir réagit un peu trop vite avec un gars qui te menaçait avec son arme et qui t'a frappé? » il accompagne sa phrase d'un rire jaune, il n'a en réalité aucune envie de rire mais c'est nerveux. Il pose sa main sur la joue de Riley, et plonge son regard dans le sien, elle se pince les lèvres mais grimace, la douleur la rappelle à l'ordre, elle ferme les yeux devant le ton terriblement accusateur de Tevan et finit par soupirer « Tu as agis comme si je ne pouvais pas m'en sortir seule. Devant le boss qui plus est. » parce que le cœur du problème était bien là. Elle n'était en réalité pas en colère contre lui pour l'avoir défendue, mais parce que son officier formateur, aujourd'hui devenu sergent avait vu toute la scène. Il s'apprête à répliquer mais la voix grave et  peu amicale du sergent Collins raisonne dans le couloir lui demandant de venir immédiatement dans son bureau. Il soupire et fait un signe de tête, il tourne le dos à Riley et lorsque la porte du bureau claque derrière Tevan, elle sursaute. Certaines personnes la regarde et elle affiche un petit sourire mal à l'aise et se hâte à l'extérieur pour prendre l'air. Une fois à l'extérieur, elle prend une grande inspiration et tente de se calmer et de remettre ses idées en place. Elle sera probablement convoquée après Tevan pour parler de ce qui c'était passé dans cet entrepôt et sur le comment du pourquoi ils se sont retrouvés dans cette situation en premier lieu.
La jeune blonde se laisse tomber sur son lit dès qu'elle passe la porte de sa chambre, elle est épuisée et ne sent plus ses jambes, ou ses bras. Depuis ce matin cinq heures, elle court, elle fait des pompes, elle court de nouveau, elle s'entraine au tir et elle court encore... une journée banale à Quantico en somme mais additionnée à une semaine similaire c'est bien trop à supporter. Riley savait que ce ne serait pas facile en mettant les pieds ici il y a trois mois, mais aujourd'hui elle était à deux doigts de craquer. Les étudiants avaient une telle pression que cela n'était pas rare d'en voir prendre leurs affaires et tourner le dos au centre de formation du FBI. Et si elle y pensait sérieusement à ce moment précis, elle savait aussi que ce n'était qu'un retour de fatigue. Que tout irait mieux demain. Une nouvelle journée et qu'elle allait oublier ce petit moment de doute. Elle avait rêvé de ce vendredi soir depuis le début de la semaine, une soirée tranquille enfin. Et elle avait trouvé le parfait compagnon pour profiter de cette soirée de liberté: son lit. Elle ne rêvait que de lui depuis qu'elle s'était levé ce matin. Elle ferme les yeux et profite de ce moment de calme, qui malheureusement ne dure que quelques secondes. Sa colocataire ouvre la porte et soupire tellement fort que Riley est persuadé que toute l'académie l'a entendu. Elle lève la tête vers elle et la regarde en lui faisant comprendre qu'elle aurait pu être un peu plus discrète sur son entrée bien trop théâtrale. Riley n'aime pas partager sa chambre, elle n'a jamais aimé. Elle aime être entourée, elle aime avoir de la compagnie mais lorsqu'elle a besoin de se retrouver au calme sa chambre est son seul havre de paix. A l'université, elle avait eu bien du mal à partager sa petite chambre et même à Quantico c'était dur pour elle. Et sa camarade de chambre lui tapait réellement sur le système et ce, depuis le premier jour. Cette dernière sans aucune gêne allume son ordinateur met de la musique et cela ne semble pas la gêner. Riley la regarde avec insistance dans l'espoir qu'elle comprenne qu'il faut qu'elle mette des écouteurs car elle n'a aucune envie d'écouter son horrible musique country. Non mais qui écoute encore ce genre de musique, mise à part peut être le texan perdu au milieu de son désert qui n'a pas accès à la technologie. Mais visiblement son regard insistant et limite noir ne semble pas fonctionner. Riley laisse tomber sa tête sur son lit et pose son oreiller sur son visage pour étouffer son cri. Sa seule soirée de libre. Elle a sans doute la poisse c'est pas possible autrement. Lorsqu'elle entend son téléphone portable lui signaler qu'elle vient de recevoir un message, elle se jette littéralement dessus et affiche un immense sourire en voyant le prénom de June et ce qu'il y a d'écrit dans le message. Ni une ni deux, elle tapote sur son clavier une réponse rapide et efficace : okay j'arrive. Soudain, elle n'est plus fatiguée, elle a retrouvé toute son énergie et elle est plus qu'heureuse de fuir pendant une soirée l'académie. Et en plus pour retrouver June Oakley. Cette magnifique petite brune était devenue rapidement indispensable dans la vie de Riley, elle qui avait toujours eu du mal à s'entendre avec les filles, mise à part avec sa grande sœur, Maeve et Elena, les relations avec les autres filles et Riley étaient toujours assez tendues sans qu'elle ne sache réellement pourquoi. Elle s'était toujours mieux entendu avec la gente masculine. Elle attrape rapidement une tenue dans le placard de la chambre et se hâte dans la salle de bain. Elle va enfin pouvoir quitter cet horrible pantalon marron clair et ce t-shirt bleu clair qu'elle ne peut plus voir en peinture. Elle comprend l'idée d'un uniforme pour tous les en agents en formation mais elle est toujours heureuse de pouvoir enfiler une tenue différente. Si habituellement, la jeune blonde met des heures à se préparer dans la salle de bain, aujourd'hui elle se prépare en un temps record. Comme si elle avait peur qu'on lui dise que finalement elle ne pouvait plus partir. Elle ne dit même pas au revoir à sa camarade de chambre, attrape son sac à main à la volée et marche rapidement dans le couloir des dortoirs, elle va enfin quitter ce bâtiment depuis deux semaines. Deux semaine qu'ils avaient eu interdiction de sortir et de parler à leur proche - sauf pour urgence - selon les professeurs un entrainement à leur vie future sous couverture. Selon Riley c'était limite du kidnapping. Elle sort son téléphone de son sac et regarde le message qu'elle vient de recevoir, son père qui lui rappelle le dîner samedi soir au restaurant, elle soupire et ne répond pas de suite. Elle cherche une excuse pour ne pas y aller depuis quelques jours et elle n'arrive pas à se décider laquelle donner. La plus simple serait de dire qu'elle doit rester au centre de Quantico mais elle sait aussi que cette réponse ne plairait pas du tout à son père, surtout après deux repas manqués. Les relations avec ses parents s'étaient un peu tendues depuis sa décision de rentrer au FBI, déjà rien que lorsqu'elle a annoncé son entrée dans la police cela avait fait l'effet d'une bombe pour ses parents, mais là le FBI c'était pire. Paolo est certes fier de sa petite dernière mais la savoir risquer sa vie, il ne le supporte pas. Et d'ailleurs ne se gêne pas pour lui faire remarquer et parfois de manière assez dure, mais Riley sait encaisser les coups. Perdue dans ses pensées, elle ne regarde pas où elle marche et fonce dans une personne « Désolée je ... » elle lève les yeux vers la personne en face et se retrouve nez à nez avec un de ces instructeurs - et pas n'importe lequel celui sur lequel toutes les filles de l'académie craquent complètement - « Il n'y a pas de mal Riley. Tu as l'air pressée de sortir. » observe-t-il en souriant, elle acquiesce « On sait jamais si le boss change d'avis, j'aimerais être partie avant.  » il pousse alors la porte de la sortie et lui fait signe de sortir. Elle le remercie et continue son chemin. Trente minutes plus tard, elle retrouve June à la terrasse de leur café favoris dans le quartier de Dupont Circle. Un immense sourire apparaît sur le visage de la jolie blonde et elle serre son amie dans ses bras aussi fort qu'elle peut. C'est fou comment June lui a manqué ces derniers mois, depuis qu'elle était entrée à Quantico elle n'avait eu que rarement de moments de répits et lorsqu'elle en avait elle était tellement épuisée pour faire quoi que ce soit qu'elle avait négligée sa famille, et ses amis et elle se sentait terriblement coupable. Alors même si aujourd'hui, elle était aussi exténuée, elle n'avait pas voulu encore une fois remettre un petit café avec sa meilleure amie encore une fois. Riley s'assoit en face de June et fait signe au serveur, elle meurt de soif et de faim aussi. Elle pourrait dévorer tout et n'importe quoi à cet instant « Je n'ai jamais fait autant de sport de toute ma vie que ces 3 derniers mois.» elle se laisse tomber sur le dossier de sa chaise et accompagne son geste d'une grimace, elle a mal partout. Elle a cette impression de ne pas avoir fait de sport pendant ces dernières années, alors qu'elle est assez sportive de nature mais là c'était un peu trop. June sourit, elle semble avoir de la compassion pour son amie, elle aussi est passé par là, elle lui adresse un petit sourire et le serveur arrive pour prendre leur commande. Si June commande un simple café, Riley elle commande un café bien entendu mais accompagné d'une part de gâteau au chocolat et d'un muffin. Oui elle a vraiment faim. June étouffe un rire à l'entente de la commande de son amie et bien sûr elle ne résiste pas à ajouter une petite remarque indirecte sur tous les calories que Riley avait demandé « Au moins c'est impeccable pour la ligne. » Riley la regarde sans sourire, elle essaie d'afficher un regard noir sur son visage mais elle ne résiste pas longtemps et se met à rire avec June. Riley se fiche bien de savoir si elle va prendre trente kilos d'un coup ou non, si elle fait attention à sa ligne en règle générale aujourd'hui n'était pas un de ces jours. Elle hausse les épaules « Mouais, j'ai surtout l'impression qu'ils veulent nous achever avant qu'on puisse réellement faire partit du FBI. Sélection naturelle. » June lui avait parlé d'un entrainement intensif, elle s'était aussi renseigné mais elle n'avait pas réalisé que c'était à ce point. Il y a être sportif et être sportif, faire huit heures de sport non stop dans la journée est légèrement un peu excessif aux yeux de Riley, mais même si elle râle, jamais elle n'abandonnera. Il est hors de question qu'elle abandonne en cours de route. Elle sait qu'elle peut y arriver, et elle le fera. Et avoir le support de ses amis et de sa famille est réellement important pour elle. Elle sourit à June et s'installe confortablement sur sa chaise « Mais on n'est pas là pour parler de ça. Enfin on pourrait parler de ma colocataire super bizarre ou de ce prof de sport super canon mais j'ai envie de tout savoir sur comment ça se passe pour toi.  » cela faisait tellement longtemps qu'elles ne s'étaient pas vues, que Riley avait l'impression d'avoir louper tout ce qui se passait dans la vie de June ces derniers temps. C'était comme si elle s'était enfermée dans une bulle depuis le début de sa formation, comme si elle avait mis sa vie extérieure à Quantico entres parenthèses, en attente. Et si elle était consciente que c'était nécessaire, et que tout rentrerait dans l'ordre rapidement, elle ne pouvait s'empêcher de culpabiliser, que ce soit par rapport à June, à Lola, à Minx... à son entourage en réalité.  June hausse les épaules et s'attarde une remarque qui s'adresse au fameux professeur de sport qui est si cruel avec eux et pourtant on pourrait tout lui pardonner tellement il est canon « Le prof super sexy c'est Booth hein? » en chair et en os. Apparemment, les filles de la promotion de Riley n'était pas les seules à laisser leur regard s'égarer sur le jeune homme pendant les cours et même en dehors. Riley se met à rire, ce rire si particulier à Riley, et ouvre de grand yeux pour répondre à la jolie brunette en face d'elle  « Ouais.... » le serveur se présente à leur table avec la commande, elles le remercient et reprennent leur conversation normalement « Au moins ses cours sont motivants. » et c'était peu de le dire.  Mais il restait quand même très sadique avec ses entrainements digne des navy seals. Riley pose ses mains sur sa tasse de café et profite de cette chaleur bienvenue et de cette odeur qu'elle aime tant. La caféine et Riley, une réellement histoire d'amour, elle est accroc et peut être d'ailleurs d'une humeur massacrante si elle n'a pas son café du matin « Et comment va ...euh... Dylan? » June affiche une petite grimace, signe que ce sujet est déjà une histoire ancienne, ce qui n'étonne pas Riley. June et Riley sont similaires au niveau de leurs vies sentimentales respectives : pas réellement douées pour les relations. Chacune une excuse différentes mais un même problème. « Tu sais bien ce qu'on dit n'est ce pas? » les yeux de Riley se mettent à bouger à droite, en haut, à gauche et puis il se repose sur June, non elle ne sait pas ce qu'on dit « Ne jamais sortir avec une fille armée. » elle a déjà entendu cette phrase quelque part c'est vrai, mais elle ne peut s'empêcher de se mettre à rire de nouveau. Si sa réponse peut paraître hors contexte pour le monde extérieur, pour Riley ça a du sens. Elle sait alors que monsieur Dylan a pris la fuite en apprenant le métier de sa meilleure amie. Elle attrape sa tasse de café et la lève en l'air et d'une très sérieux « Au célibat... on s'amuse deux fois plus que si on était en couple non? » June semble d'accord avec cette idée et lève à son tour sa tasse pour la cogner doucement contre celle de la blondinette. Avec leur choix de carrière avoir une relation amoureuse est plus que compliquée, déjà que en temps normal c'est pas vraiment facile alors dans leur situation impossible. Mais ni June, ni Riley semblaient malheureuse de cette situation au fond. Les deux amies restèrent un moment ensemble, à parler de tout et de rien. Mais surtout de rien. Leur jeu favori: dire du mal de toutes les personnes qui passent devant elle, certes c'est mesquin mais cela les fait bien rire. Mais le téléphone de June interrompt leur petit moment entre fille « Je dois aller sauver le monde. » elle se lève suivit de prêt par Riley, elle l'a prend dans ses bras et se jure de ne pas laisser autant de temps passer avant qu'elles ne se revoient. Dans un mois Riley aura finit sa formation et elle reprendra le cours de sa vie presque normale. Sur le chemin du retour au centre de formation, Riley reçoit un appel de son ancien sergent ce qui l'étonne beaucoup. Bien sûr c'est lui qui l'a recommandé pour cette formation, car sans sa lettre et son appuie elle aurait dû attendre encore quelques mois avant de pouvoir déposer son application, car elle n'avait pas l'âge requis normalement demandé pour accéder à Quantico et elle n'avait pas non plus de diplôme universitaire de validé. Mais avec son excellent dossier et ces nombreuses recommandations, le directeur du bureau avait accepté de la prendre en formation. Et Collins avait été d'une grande aide. Mais il n'était pas du genre à appeler pour prendre des nouvelles, alors l'entendre à l'autre bout du fil n'était pas normal, surtout avec cette voix là, grave. Et puis les mots Tevan, fusillade, hôpital avait été comme un choc pour Riley. Après avoir entendu cela, elle n'écouta plus vraiment le discours de Collins, elle n'entendait que ces trois mots se répéter sans cesse dans sa tête. Sans réfléchir une seconde de plus, elle se précipite dans le métro le plus proche, et se met à courir pour attraper la rame déjà présente. Son regard est perdu dans le vague, et les mêmes images s'entre choquent dans son esprit.  Elle sait qu'il est rentré chez lui, Collins lui a dit, elle a réussit à entendre la fin de la conversation. Mais tant qu'elle ne l'aura pas vu de ses propres yeux, elle ne pourra pas être rassurée. Ses pas sont hésitants à l'approche du building dans lequel Tevan vit, habituellement elle n'est pas comme ça. Elle a l'habitude de venir chez lui, de venir sans prévenir. Mais ce soir elle sent que c'est différent. Peut être parce qu'elle vient de réaliser qu'elle aurait pu le perdre ce soir et elle ressent des choses qu'elle n'aurait jamais penser ressentir envers Tevan. Il était son meilleur ami, il était celui dont elle avait besoin pour avancer mais jamais elle n'avait ressentie ce sentiment actuel. Elle s'arrête devant la porte d'entrée du hall, elle connait le code de sécurité par cœur, elle pose son doigt sur le pavé numérique mais ne compose pas le code de suite. Elle hésite, elle ne sait pas comment faire. Finalement, la voisine de Tevan la prend de cours et l'invite gentiment à entrer dans la résidence avec un grand sourire. Cette grand mère est vraiment gentille, et elle a l'air de bien aimer Tevan. Lui aussi selon les souvenirs de Riley. Mais cela fait tellement longtemps qu'elle n'est pas venue ici que sa culpabilité augmente encore un peu plus. Si elle n'avait pas eu ce coup de téléphone serait-elle venue le voir ce soir? Elle monte les escaliers jusqu'au troisième étage lentement, plus lentement que jamais. Ses pas hésitants l’avaient amené jusqu’ici, et désormais, ses pieds refusaient de continuer leur chemin jusqu'à cette porte qu'elle connaissait si bien, elle aurait pu faire le trajet jusqu'ici les yeux fermés tellement elle y passait du temps depuis presque trois ans maintenant. Une fois devant la porte d'entrée, elle prend une grande inspiration et elle tape contre le bois. Elle attend, le cœur noué par une multitude d’émotions qu’elle ne peut pas vraiment identifier, les mains moites et le regard absent. Elle a cette impression de plonger dans le vide, sans savoir si quelqu'un sera là pour la rattraper. Cette attente va finir par l’achever. Elle joue nerveusement avec ses mains. Lorsque la porte s'ouvre enfin, un sourire s'affiche sur son visage si inquiet, elle est soulagée de le voir sur ses deux jambes. Elle sait qu'il devait porter son gilet par balle mais elle était rassurée. Cependant elle ne peut empêcher son regard de se fixer sur son torse, il ne porte pas de t-shirt et elle peut apercevoir un pansement blanc. Elle soupire et relève le regard vers celui du jeune homme « Il faut que je me fasse tirer dessus pour que tu daignes venir me rendre visite maintenant. » il n'est pas fâché, au contraire il plaisante comme à son habitude. Elle ne dit rien et le prend dans ses bras, elle essaie de ne pas lui faire mal. Elle ne veut plus le lâcher, elle entoure ses bras autour de son cou et reste un moment comme ça, sans bouger, simplement le serrant dans ses bras. « Je suis désolée Tev' je voulais venir avant mais... » elle desserre son étreinte et le regarde dans les yeux « ... enfin non j'ai aucune excuse en fait. Tu veux toujours me parler?  » il se met à rire et la prend par les épaules tout en fermant la porte derrière eux. Même s'ils ne s'étaient pas vu depuis quelques semaines, rien n'avait changé entre eux, ou peut être que si en réalité, quelque chose venait de changer « J'ai remarqué ton regard sur mes supers abdos, ils t'ont manqué hein?! »  elle le pousse gentiment et étouffe un rire. Il lui avait terriblement manqué, plus qu'elle ne veut se l'avouer au fond. Lui, son humour, son rire, son sourire.... oui Tevan lui manquait Mais elle ne lui dira pas directement. Le jeune homme revient dans le salon avec un t-shirt sur le dos et rejoint Riley qui s'était déjà installer sur le canapé. Elle se blottit dans ses bras immédiatement mais elle ne peut s'empêcher de regarder ce pansement sur ses côtes. Elle lève un peu la tête vers lui et sans réfléchir, elle pose ses lèvres sur les siennes. S'ils y avait une limite à ne pas franchir lorsqu'ils étaient collègues, aujourd'hui ce n'était plus le cas. Et sans savoir pourquoi, Riley avait envie de plus avec Tevan. Mais cette idée était aussi terrifiante pour elle, mais ce soir elle ne pense à rien du tout et écoute seulement ses envies.

_________________
i guess that i have never really had you, through unbelievable, yesterday, i delayed a stutter that was slowly calming me.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 281
ADRESSE ↦ : Appartment #10 - georgetown w/nymeria her cat


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: Oh wonder + X Ambassador + James Bay

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: Never date a girl with a gun ≈ Riley   Sam 1 Aoû - 13:14



What does FBI stand for anyway, Famous But Incompetent?

Être convoquée dans le bureau du directeur du FBI c'est pire qu'être convoquée dans le bureau du principal. Et Riley connait la chanson par cœur, elle ne compte plus le nombre de fois où elle s'est assise dans le bureau du principal lorsqu'elle était au lycée. Jamais elle n'a eu peur car ce n'était simplement que le lycée, mais là c'est effrayant et stressant. Elle fait les cent pas dans le couloir, elle se ronge les ongles - ce qu'elle ne fait jamais en principe - la secrétaire la regarde n'ayant sans doute pas l'habitude de voir un tel comportement. C'est comme si elle était suspecte dans une affaire. Toutes sortes de questions lui passent par la tête, est ce qu'elle a fait quelque chose de mal? est ce qu'ils ont découvert quelque chose dans son dossier? est ce que quelqu'un de sa promotion à Quantico a dit quelque chose? Elle n'était certes pas rentrée le soir où elle avait vu June, elle était revenue que le lendemain matin juste avant son premier cours de la journée. Elle n'a aucune idée du pourquoi de sa présence dans le bâtiment principal du FBI. Lorsque la porte s'ouvre elle sursaute, elle affiche un faible sourire à l'homme qui se tient devant elle et qui lui fait signe d'entrée dans son bureau. Sans un mot il lui fait signe de s'assoir ce qu'elle fait sans attendre. Elle obéit de suite sans poser de question et elle attend qu'il lui adresse la parole. Riley n'a jamais été aussi impressionnée qu'aujourd'hui. Son regard ne peut s'empêcher de se balader dans la pièce, elle le trouve plutôt cool ce bureau et ce n'est pas du tout comment elle l'imaginait. Le directeur lui propose une tasse de café, qu'elle accepte timidement. Elle meurt d'envie de lui demander pourquoi elle est ici mais ne le fait pas. Il la regarde un instant sans rien dire et ouvre le dossier marron posé sur son bureau. Elle a une impression de déjà vu. Elle joue avec ses mains qui sont caché sous le bureau, son pied bouge rapidement. Ce silence va finir par la tuer, littéralement. Puis le directeur referme le dossier et prend la parole pour premièrement la féliciter sur ses excellent résultats, sur son parcours en tant que policière. Elle se détend au fur et à mesure qu'il parle, mais elle n'est pas pour autant rassurée. Puis il referme le dossier et lui tend un papier, elle doit se rendre à un autre étage du building pour sa première assignation. En lisant ce mot, elle ouvre grand les yeux et relis encore et encore cette convocation. Elle n'arrive pas à y croire, elle est probablement en train de rêver. Elle demanderait bien au directeur de la pincer pour être sûre d'être bien réveillée mais elle est persuadée que ça ne se fait pas. Elle lève les yeux vers l'homme en face d'elle, elle l'interroge du regard et de vive voix il lui explique qu'elle est un de leur meilleurs éléments et la plus qualifiée pour cette mission sous couverture. Elle affiche alors un immense sourire et ne tient plus en place, mais cette fois ce n'est pas le stress mais l'excitation de découvrir ce qui l'attend. En sortant du bureau, elle remercie une nouvelle fois le directeur en lui serrant la main. Sa première mission sous couverture, et elle n'a même pas finit sa formation. Certes il ne lui manque qu'une semaine, mais elle ne pensait pas avoir autant de responsabilité aussi rapidement. Si elle est impatiente de découvrir la suite, elle se remet aussi à être stresser. Elle veut être à la hauteur des attentes que l'on a d'elle, elle a une énorme pression sur les épaules. Une fois à l'étage indiqué sur sa convocation, un homme d'un certain âge et pas vraiment aimable lui demande de s'assoir et ne pas bouger jusqu'à ce qu'il lui dise le contraire. Riley obéit sans un mot mais n'en pense pas moins. Elle ne veut pas écouter aux portes mais elle ne peut s'empêcher d'entendre ce qui se dit dans le bureau derrière elle, les vitres ne sont pas réellement très épaisses. Lorsqu'elle entend une voix masculine dire qu'elle ressemble à un prostituée russe, elle affiche une expression outrée, et encore plus lorsqu'elle aperçoit la personne à l'origine de ces mots. Wesley Oakley. Et elle ne peut s'empêcher d'aller lui dire deux mots à ce sujet. Pour qui il se prend au juste? Mais leur petite explication est interrompu par l'agent Fowler qui d'un signe de la main demande à Riley de venir dans son bureau. Elle n'aime pas son attitude, son ton est glacial et limite aimable. En quelques mots il lui explique la situation et lui propose de se rendre dans la salle de conférence pour qu'on puisse la briefer sur cette affaires qui s'annonce d'ores et déjà importante et compliquée. Tout en ouvrant la porte de son bureau, il lui colle sans ménagement un dossier épais dans les mains en lui disant qu'elle a tout intérêt à bien étudier toutes les informations s'y trouvant si elle veut sortir de là en vie. Riley retient de justesse les feuilles à l'intérieur du dossier et le suit un peu perturbée parce qu'il vient de lui dire. Si elle veut rester en vie? Elle ne sait pas réellement dans quoi elle s'engage mais elle sait qu'elle ne peut pas dire non, cela serait inconscient de sa part de refuser une première enquête. A ce moment là, elle a peur, et c'est bien la première fois depuis qu'elle est ici. En pénétrant dans la salle de conférence, elle aperçoit Wes assit sur un coin de table, un dossier à la main et deux autres personnes totalement inconnue pour Riley. Une de ces personnes s'approche d'elle et se présente comme l'agent Marsden, il va superviser la mission. Puis sans grande cérémonie, il prend la parole tout en montrant des photos sur les écrans accrochés au mur « C'est la dixième fille qui disparaît comme Ana. Et ceux depuis 6 mois. Elles ont toutes envie de vivre le rêve américain, elle réserve cette auberge de jeunesse et elles disparaissent sans laisser de traces. » Riley regarde les photos de ces jeunes filles défiler sous yeux et elle écoute aussi avec attention sur comment les ravisseurs procèdent pour les attirer dans ce piège. Des visages d'hommes pas vraiment recommandables s'affichent alors sur un des écrans, leurs casiers judiciaires sont loin d'être vierges, ils ne sont pas enfants de chœurs et pourtant ils sont encore en liberté. Tout en écoutant l'agent Marsden qui lui fait un topo sur l'affaire, elle prend alors conscience qu'elle va devoir jouer le rôle d'une de ces filles. Personne ne l'a dit clairement mais si elle est présente aujourd'hui ce n'est pas simplement pour entendre ces histoires tellement tristes  «Donc vous avez besoin d'une personne qui peut retracer les pas d'Ana. Et trouver ce qui leur arrivent? » il acquiesce. Il affiche alors les photos d'une fille retrouvée il y a quelques jours dans un quartier malfamé de la ville de Washington. Par réflexe, Riley pose la main sur sa bouche, les photos du corps de cette jeune adolescente la choque. Elle a été probablement battue jusqu'à la fin, si à Quantico ils ont travaillé sur des anciennes affaires de ce genre, savoir que celui est récent et encore plus perturbant. Et encore plus, sachant qu'elle peut se retrouver dans la même situation que cette russe. Et peut encore pire si les hommes en question apprennent qu'elle est du FBI. Elle ne dit rien, car elle ne sait pas quoi dire. Wes se lève et prend alors la parole depuis le début de la réunion «Tu porteras un micro, on restera proche mais je ne vais pas te mentir, on est dans le flou. On y va à l'aveugle. » elle apprécie la franchise, il ne tente pas de lui dire qu'elle ne risque rien, qu'il ne lui arrivera rien. Il est honnête, et elle apprécie. Même si cela la terrifie, elle veut aider dans cette affaire. Tous les yeux sont tournés vers elle, tout le monde a conscience que mettre une telle pression sur une novice n'est pas sans danger. Wes l'a lui même fait remarqué dans le bureau de son chef un peu plus tôt. Mais peut être que mettre une nouvelle dans cette situation est un avantage, elle n'a pas encore tous les réflexes d'un agent expérimenté et peut être que les hommes russes y verront que du feu. Elle sera sans doute moins suspecte. Du moins elle se donne cette raison pour se dire qu'elle peut y arriver. Mais une question ne cesse de la hanter pourquoi elle? «Pourquoi moi? je veux dire je n'ai pas finit ma formation et... » l'agent Marsden lui coupe la parole « On a besoin d'une femme qui parle russe et qui correspond au type recherché par ces gars, ton seul prénom est apparu. » elle a son explication. Elle se demande si elle doit être flattée ou non. Elle n'est pas sûre de savoir comment le prendre. Elle a été choisie que pour son physique?  Riley déteste ce genre d'explication, elle n'aime pas qu'on la juge sur son apparence même si dans ce cas là son physique à jouer un rôle important dans la décision de l'engager pour cette mission. Et si elle est fière d'avoir été choisie, elle est aussi déçue de la raison principale. Bien sûr elle est consciente que si elle était nulle en tant qu'agent, il ne lui aurait jamais demandé une telle chose. Mais elle reste partagée sur comment prendre la chose. Mais comme à son habitude, elle préfère prendre cela avec une pointe d'humour «J'espère que ça veut jeune et sexy. » tout le monde dans la salle esquisse un sourire, sauf peut être Wes qui n'a pas envie de plaisanter aujourd'hui. Elle la connu beaucoup plus sympa, elle a un souvenir totalement différent de Wesley Oakley. Certes dans un contexte totalement différent, mais elle n'avait jamais imaginé le jeune homme aussi sérieux. Sa réputation en dehors de son boulot le précédent. Il attrape la télécommande de la télé pour afficher la photo du chef de l'équipe russe « Alors le grand méchant russe c'est Woj..Woje....» Riley se pince les lèvres pour ne pas rire, mais l'expression sur le visage de Wes la fait sourire. Elle regarde les autres agents présents dans la salle et aucun ne semble savoir comment prononcer ce nom russe, alors tout naturellement elle prend la parole pour aider Wes « Wojciechowski » tous les regards se tournent vers elle, elle hausse les épaules « Ca se prononce comme ça autant être précis » elle replonge le nez dans son dossier. Si elle était stressée au début de la réunion, elle semble avoir retrouvé son self control depuis quelques minutes. Qu'elle soit là pour ces compétences ou son physique, peu importe au fond. Elle est la seule à pouvoir aider ses jeunes filles et elle compte bien réussir. Elle veut voir ses hommes derrières les barreaux ou entre quatre planches, peu importe l'issue de la situation pour eux tant qu'ils ne sont plus en liberté et qu'ils ne pourront plus faire autant de mal à d'autres filles innocentes qui veulent juste venir vivre sur le sol américain. « Bref, lui....» Wesley continue la petite histoire sur le chef, et donne les détails sur les autres personnes impliquées. Riley est très attentive à tout ce qui se dit présentement, cela fait beaucoup d'information mais elle a encore deux jours pour apprendre tout ça et être opérationnelle pour le début de la mission. (...) Quelques heures plus tard, Riley est toujours dans la salle de réunion en train d'étudier l'affaire. Elle est assise en indien sur la grande table en bois avec des dossiers étalés tout autour d'elle. Elle doit connaître ce dossier sur le bout des doigts, elle doit être parfaite dans son rôle. Elle veut prouver à tout le monde qu'elle mérite son insigne du FBI, et elle a aussi quelque à se prouver à elle même. Car cette mission est un test, un test pour le FBI bien sûr mais aussi pour elle. A la fin de cette mission, elle saura si elle est faite pour boulot ou non. Lorsqu'elle entend la porte s'ouvrir elle lève les yeux et sourit à la vue de Tevan devant elle. Cela fait quelques jours qu'ils ne sont pas vus et qu'ils n'ont pas reparlé de ce qui c'était passé entre eux. Riley n'avait pas forcément envie de parler de tout ça, car elle ne savait pas vraiment ce que c'était et elle n'avait pas vraiment envie de mettre un terme dessus. Et Tevan, de son côté ne semblait pas non plus vouloir aborder le sujet et ce n'était ni l'endroit ni le moment pour le faire. Elle soupire et pointe son doigts vers écrans « Tu peux m'aider à démêler tout ça? » elle sourit, mais sa tête va finir par exploser à force de lire et relire tous les dossiers et annotations. Trop d'information en peu de temps pour Riley. Alors voir Tevan ici lui redonne un peu plus le moral. Il croise les bras, et la regarde sérieusement, jamais elle n'a vu ce regard sur lui « Non je ne pense pas pouvoir. » au début elle pense que c'est parce qu'il n'a pas d'informations sur l'affaire mais son regard en dit long. Ce n'est pas qu'il ne peut pas l'aider, mais il ne veut pas. Et c'est bien la première fois qu'il refuse de l'aider, de lui rendre service. Elle pose le dossier qu'elle tient dans la main et le plonge son regard dans le sien « Tu es venu jusqu'ici, tu as passé la sécurité et tu ne vas même pas m'aider? » elle lui pose quand même la question histoire d'être sûre d'avoir bien compris. Le détective s'avance vers les écrans et regarde les photos, celles des suspects, celles des filles, celles de la victime qu'ils ont retrouvé  et toujours dos à Riley il répond tout simplement « Non parce que je pense que tu devrais pas le faire. » le ton de sa voix n'est pas comme d'habitude, il est inquiet. Même si elle ne voit pas son visage, elle l'entend dans sa voix. Elle se demande si cette inquiétude est en partie dû à ce qui c'est passé entre eux quelques nuits auparavant ou si il est juste inquiet pour elle, comme il l'a été avant quand ils étaient partenaires sur le terrain. Si il y a toujours eu une limite bien flou entre eux, aujourd'hui Riley ne sait pas vraiment comment se comporter. Ce qui lui fait prendre conscience que cette nuit était une erreur. Jamais elle n'aurait dû faire ça avec Tevan. Elle prenait conscience qu'elle avait peut être tout gâché entre eux, mais c'était aussi peut être simplement son imagination qui lui jouait des tours. Peut être que dans la tête de Tevan, ce n'était rien d'autre qu'une partie de jambes en l'air, et que cela n'avait aucune importance. Elle se lève et se dirige vers lui, elle lui attrape le bras et le force à lui faire face « Pourquoi? Parce que je suis une sorte de petite fille qui ne peut pas se débrouiller seule? » elle en avait assez d'être traitée comme une enfant, comme si elle n'avait aucune idée dans quoi elle avait accepter de s'embarquer. Elle était consciente des risques, mais malgré cela elle voulait aller jusqu'au bout. Elle savait qu'elle pourrait y laisser sa vie mais elle avait signé pour ce genre chose non? Tevan fait un pas en arrière et pointe son doigt sur la photo de la jeune blonde à la morgue « Non Riles, tu pourrais être un navy seal que je te dirais la même chose. L'opération a été monté bien trop vite. Tu n'as pas eu le temps de préparation nécessaire pour apprendre ton histoire, et tu ne réalises pas les risques. » il insiste sur ses derniers mots en laissant son doigt sur la photo de la victime. La même photo qui avait briser le cœur de Riley quelques heures plus tôt. Elle baisse les yeux un instant et prend une grande inspiration « Que j'y vais totalement à l'aveugle? Que ma vie est en jeu? Je l'ai accepté. Je suis en paix avec cette idée depuis que je suis entrée à l'académie. » elle en était plus que consciente mais à son entrée à l'académie de police, elle avait signé un papier comme quoi elle accepté que sa vie soit en jeu chaque jours, elle avait signé pour donner son accord que s'il lui arrivait quelque chose sur le terrain, personne ne tiendrait les forces de l'ordre pour responsable. Elle avait signé ce fichu papier qui en clair exprimé le fait qu'elle est d'accord pour donner sa vie pour la ville de Washington. C'est comme signer le formulaire avant de subir une opération risqué. Pour dire que l'on a totalement conscience du danger mais que l'on accepte quand même « Riles c'est différent. » son ton s'est adouci, il prend la main de Riley et affiche un sourire. Mais elle, elle n'a pas envie d'entendre cette phrase, c'est différent de quoi au juste? Elle repousse Tevan, elle est contrariée. Par ses propos certes, mais beaucoup plus par le fait qu'il refuse de l'aider alors que jamais il ne lui a dit une seule fois non depuis qu'ils se connaissent. C'est d'ailleurs peut être ça le problème, le fait qu'il lui dise non et que Riley a dû mal accepter qu'on lui refuse quoi que ce soit « Non ce n'est pas différent, c'est la même chose. Alors si tu ne comptes pas m'aider Tev' tu peux partir. » pour accentuer ses paroles elle tend le bras vers la porte de sortie. Elle n'a pas envie de se disputer avec lui, ce n'est ni l'endroit ni le moment, encore une fois. Elle a du travail et s'il ne veut pas l'aider elle préfère rester seule pour se concentrer. Il soupire et attrape sa veste pour se diriger vers la porte, mais avant de sortir il se retourne vers Riley « Okay si je ne peux pas te dissuader alors je vais te dire ceci. La meilleure couverture est proche de la vérité. Comme ça même sous la pression tu ne peux pas craquer. » il ne la laisse pas répondre quoi que soit et il sort de la pièce. Mais comment elle peut trouver une histoire proche de sa vie alors qu'elle n'a jamais vécue ce que vivent ses filles venues de l'Est, le seul point communs qu'elles ont c'est leur âge, le fait qu'elle parle Russe. Elle soupire et se laisse tomber sur une chaise près d'elle. Elle se replonge dans l'affaire et étudie son dossier à elle. Elle étudie sa double vie, elle doit tout savoir sur le bout des doigts, elle doit devenir Irina. Perdue dans les dossiers elle ne s'aperçoit de l'heure que tardivement lorsqu'elle reçoit un appel de sa sœur qui lui rappelle qu'elle doit venir dîner ce soir au restaurant. Elle murmure un juron, elle avait totalement oublié, heureusement que Lola lui avait laissé un message. Trouver une excuse de dernière minute pour son absence n'était pas envisageable, pas ce soir, alors rapidement elle rassemble ses affaires et les dossiers qu'elle a le droit d'emporter chez elle pour bosser un peu plus l'affaire et être au point sur tous les petits détails dans deux jours. Bien sûr au repas de ce soir elle ne mentionnera pas cette mission, premièrement parce qu'elle en n'a pas le droit et deuxièmement parce que si elle en parle son père va tout faire pour l'en dissuader, et elle ne veut pas inquiéter sa famille. Elle arrive au restaurant familial avec quelques minutes de retard, mais rien d'inhabituel pour Riley. Elle accueillie par son adorable petite nièce qui profite de savoir marcher pour fausser compagnie dès qu'elle le peut à ses parents. Elle pose son sac sur le comptoir à l'entrée et prend la petite Minx dans ses bras pour l'embrasser et profiter en même d'un câlin avec ses petits bras de petite fille. Cette petite tête blonde a un pouvoir incroyable de pouvoir faire oublier n'importe quoi à Riley. A ce moment elle a oublié sa journée au FBI, elle en oublie aussi sa mission le temps d'une soirée. Quelques secondes plus tard, Aaron débarque et regarde sa fille en souriant. Riley garde Minx dans ses bras et salue tout le monde, mais tout d'un coup Lola la tire par le bras et demande à Aaron de prendre Minx car elle a besoin de parler à Riley. Cette attitude ne dit rien de bon à Riley, si Lola veut s'isoler pour lui parler c'est que le sujet va être sérieux « Pourquoi tu peux pas écouter Tevan au moins une fois? » la cadette des Valentino fronce les sourcils, puis en se répétant les mots de Lola, elle comprend que Tev' a vendu la mèche sur sa mission où du moins qu'il a dit que Riley ne devrait pas accepter l'affaire qu'on lui confiait. Et Riley n'avait aucune envie d'aller dans les détails avec sa sœur, elle n'avait pas à savoir quoi que ce soit « Lola arrête, c'est mon job. Et puis c'est une super opportunité pour moi. Je peux prouver ce que je vaux. » grâce à cette affaire, elle pourrait s'assurer une place au sein du FBI avant même d'avoir terminer sa formation et c'était une occasion en or et inespérée. Elle pourrait directement avoir une place d'agent sur le terrain si elle montrait ce dont elle était capable. Bien sûr mener des enquêtes était ce qu'elle voulait faire, mais travailler sous couverture était encore mieux. Elle était aussi consciente que si elle s'engageait dans cette branche elle devra faire des concessions pour ses proches, mais pouvoir être au cœur de l'action était ce qu'il y avait de mieux « Risquer ta vie? C'est une opportunité pour toi? » elle croise les bras sur sa poitrine, elle prend cet air maternel qu'elle possède depuis longtemps mais qui encore plus présent aujourd'hui qu'elle est devenue une maman à part entière. Elle a toujours eu cette attitude avec sa petite sœur, avec le petit démon de la famille Valentino « Je ne veux pas que tu fasses cette mission. » elle pose à présent  les mains sur ses hanches et lui adresse un regard tellement inquiet et autoritaire en même temps. Riley lève les yeux au plafond de la cuisine  « Ce n'est pas toi qui décide.... » elle a ce ton enfantin qui ressort, comme lorsqu'elles étaient enfants et que Lola essayait d'instaurer une certaine autorité sur Riley. Bien sur la jeune blonde n'en faisait toujours qu'à sa tête car Lola n'était pas sa mère. Son excuse favorite lorsqu'elle était plus jeune. Elle n'aime pas l'attitude de Lola en ce moment, elle n'aime pas qu'elle lui dise quoi faire. Lola ajoute « Papa ne le voudra pas non plus. » comme à chaque fois, Lola sortait son père en dernier recours. Toujours pour faire flancher Riley. Elle avait peur de son père, enfin elle n'était pas effrayée par lui mais elle savait que c'était celui qui la punissait le plus et qui ne se laisser jamais amadouer par son regard de chien battu ou ses petites moues. C'était Paolo le plus stricte dans la famille et Lola le savait. Habituellement Riley capitulait à l'entente de cela mais pas aujourd'hui. Elle était adulte et prenait ses décisions seules, aussi mauvaises soient-elles. On apprend de ses erreurs non? « Il n'en saura rien . Écoute Lola je ne suis même pas censée t'en parler, et rappelle moi de dire deux mots à Tevan. » il n'avait aucun droit de le dire à Lola, elle comprenait pourquoi mais ce n'était pas à lui d'en parler. Elle ne voulait que personne ne le sache pour éviter justement ce genre de conversation. Cela ne servait à rien d'inquiéter tout le monde. Au fond c'est bien mieux d'ignorer certaines choses, on dit bien que l'ignorance est  gage de bonheur « Et si il t'arrive quelque chose? » Riley prend Lola dans ses bras. Elle voulait éviter ce genre de regard, maintenant Riley culpabilise d'avoir accepté cette mission sans doute plus risquée qu'elle ne veut bien se  l'avouer. Toujours en serrant sa grande sœur dans ses bras elle la rassure  « Il ne m'arrivera rien, j'aurais une équipe avec moi et Wes sera là. » elle ne voit pas Lola, mais elle connait la réaction de la jeune femme à chaque que le prénom de Wesley arrive dans la conversation ce qui fait sourire Riley. Et lorsqu'elle s'écarte de Lola pour voir son visage, elle se met à rire en la voyant lever les yeux au ciel « Même si tu ne l'apprécies que modérément tu sais très bien qu'il est excellent dans son job. » et c'était vrai, Wes était totalement différent dans la vie de tous les jours et dans son boulot. Riley avait pu le constater aujourd'hui, d'ailleurs le voir aussi sérieux avait été un choc pour la jeune blonde qui s'attendait à ce qu'il soit aussi désinvolte comme à son habitude « Bon maintenant aide moi à ressembler à une petite fille innocente qui arrive de Russie. » elle affiche un grand sourire et Lola se met à rire, elle prend sa petite sœur par les épaules et elles sortent de la cuisine pour rejoindre tout le monde « Innocente? je peux pas faire de miracle petite sœur. » Riley lui tire gentiment les cheveux pour se venger de ses propos. Même si elle joue le jeu, elle sait que Lola ne laissera pas tomber aussi facilement, elle sait qu'elle va se faire du soucie pour elle car si la situation avait été inversée Riley aurait fait pareil. Elle aurait essayé de dissuader sa sœur de partir dans cette affaire sans avoir réellement peser le pour et le contre, mais Riley ne faisait jamais cela. Elle agissait et réfléchissait toujours après aux risques ou aux conséquences.
« Tu es sûre de vouloir le faire ? » Riley regarde June surprise de la question. Bien sûr qu’elle est sûre de vouloir faire cette mission, elle a bûché pour ça ces deux derniers jours et si elle est aujourd'hui au milieu de tous ces agents c'est pour cette raison. Il est hors de question qu'elle se dégonfle si près du but. Sa future carrière en dépend.  Elle prend une grande inspiration et se regarde une dernière fois dans le miroir en face d’elle. Elle ne se reconnait pas, elle est habillée totalement à l’opposé de son style vestimentaire habituel, elle est bien trop maquillée pour que cela soit naturel. Dans le reflet de la glace, elle aperçoit Wes qui la regarde en souriant amicalement, elle entend déjà ce qu'il pourrait lui dire sur sa tenue mais pourtant il ne fait aucun commentaire, aucune blague dont lui seul à le secret. Wes agent du FBI est totalement différent du Wes que Riley a connu. Habituellement elle est la première à se plaindre de ce comportement mais à cet instant précis, elle aurait tout donné pour une petite remarque qui serait certes un peu déplacée mais qui aurait le mérite de détendre un peu l'atmosphère lourde qui règne dans la pièce en ce moment « Je suis prête » répond-elle avec un petit accent russe dans la voix. Wesley s’approche d’elle et lui tend une montre, elle n’a rien de spécial à première vue mais un micro est intégré à la montre pour permettre à l’équipe d’entendre tout ce que Riley pourra dire mais surtout ils pourront entendre les criminels et donc mieux protéger Riley si jamais cette mission venait à mal tourner. Elle est contient aussi une puce pour savoir où se trouve Riley à tout moment. Une sécurité supplémentaire pour toute l’équipe. Elle connait les risques, les agents lui ont expliqué ce qui pourrait mal tourner, ou du moins une partie de ce qui pourrait de passer. Mais personne ne sait d'avance ce qui va se passer une fois que Riley sera livrée à elle même avec ces hommes. Il lui explique rapidement le fonctionnement, elle meurt d’envie de lui dire qu’elle sait comment fonctionne une montre mais elle est bien trop stressée pour dire quoi que ce soit et plaisanter. Elle écoute avec attention les dernières recommandations. Elle n’a pas dormi la nuit dernière bien trop angoisée pour aujourd’hui, elle ne veut pas tout faire foirer. Maintenant qu’elle n’était qu’à quelques minutes de mettre un pied dans cette mission, elle a peur. Sûrement une bonne chose mais pas pour elle « Riley tu te souviens le code si jamais ça tourne mal ? » elle hoche la tête positivement, elle s’en rappelle très bien. Et elle sait qu’elle peut l’utiliser à tout moment et que son équipe sera là pour la sortir là en un temps record. Elle serre dans ses bras June qui l’encourage pour sa première mission et puis elle sort de la chambre d’hôtel dans laquelle le FBI avait installé son quartier général pour la préparation de la mission. Lorsqu’elle se retrouve dans la rue, elle frisonne, le froid la surprend un peu et elle croise les bras sur sa poitrine comme pour se réchauffer un peu. Elle se positionne à côte d’une cabine téléphonique comme convenue et attend que quelqu’un vienne la chercher. Elle balade ses yeux partout autour d’elle, elle est en alerte et fait attention à chaque petit détails qui peuvent être cruciaux. Sa vie en dépend.  Elle joue avec sa bague, elle appréhende ce qui va se passer. Elle a peur. Jamais elle n'a eu peur comme ça. Elle aperçoit un van ralentir à sa hauteur et le chauffeur lui fait signe de monter. Elle avale difficilement sa salive, et affiche un sourire aussi naturel qu’elle le peut, et monte dans le van côté passager. Lorsqu'elle monte dans le van, elle regarde l'homme qui conduit. Il n'est pas très clair, la tête de l'emploi comme elle a  l'habitude de dire avec Tevan. Elle donnerait tout pour qu'il soit là avec elle. Il a une arme à la ceinture. Le conducteur et un  autre homme sur la banquette arrière parle en russe, et entendre ce qu’ils se disent ne rassure pas du tout Riley. Ils parlent d’elle, ils parlent de son physique, elle semble être le type qu’ils recherchent. Mais à aucun moment il ne lui adresse la parole. Soudain elle se met à penser à Ana, ce qu’elle a dû ressentir lorsqu’elle a compris qu’elle se trouvait dans un piège, Riley avait un avantage, elle savait dans quoi elle s’embarquait, mais toutes les autres filles n’en n’avait aucune idée. L’homme derrière elle lui demande de lui donner son sac, il la menace d’une arme pour donner plus de poids à ces paroles. Elle obéit sans rien dire, sous la menace d’une arme elle ne peut pas vraiment faire autrement et puis elle doit jouer son rôle à la perfection. Son cœur s’emballe et elle se demande si Wes et les autres la suive toujours. Elle tente de regarder par la fenêtre et dans le rétroviseur mais elle ne voit que des phares. Rien de plus. Et puis c'est le trou noir. Elle ne se souvient de rien du tout.  Elle se réveille avec un horrible mal de tête, comme un lendemain de cuite sauf qu’elle n’a pas pu bu une goutte d’alcool. Elle tente de faire abstraction de cette douleur et regarde autour d’elle. Elle n’a aucune idée de l’endroit où elle se trouve, elle voit d’autres filles avec elle dans cette immense pièce. Aucune fenêtre, une simple lumière assez pâle, des matelas à même le sol et rien d’autre.  Elle commence à paniquer mais se rappelle son job. Elle se lève doucement et commence à regarder tout autour d’elle, elle fait quelques pas mais la douleur à la tête lui fait horriblement mal. Elle pose alors la main sur ses tempes dans l’espoir d’atténuer la douleur, mais rien n’y fait. Elle s’approche de la porte, et lorsqu’elle pose sa main sur la poignée elle s’aperçoit qu’elle ne porte plus la montre, un vent de panique l’envahie, si son équipe n’a plus le son, elle n’a aussi plus d’indice sur sa position actuelle. La montre possédait aussi une sorte de GPS pour  savoir où elle se trouvait à tout moment.  Est ce qu’elle était seule ? elle tente d’ouvrir la porte mais elle se doute bien que s’enfuir ne peut pas être aussi simple, les ravisseurs ne sont pas aussi stupide que ça. Mais cela ne coute rien d'essayer après tout. Elle sursaute lorsqu’elle voit la porte s’ouvrir, elle se retrouve nez à nez avec une espèce de gorille blond, pas vraiment avec un air sympathique, il la pousse sur le côté sans ménagement et continu son chemin dans la pièce à travers les filles et les matelas. Après avoir fait les cent pas dans cette pièce sans issues, Riley décide de s’assoir et de parler avec les autres filles pour en apprendre un peu plus sur elles mais aussi sur les raisons de ces kidnappings. Et au fur et à mesure, elle apprend des choses, des choses qui ne lui plaisent pas, et qui la révolte au plus au haut point. Les hommes font des allers et retours dans la pièce et parfois ils emmènent des filles avec eux, Riley tente de savoir ce qu’il se passe mais elle ne peut pas vraiment bouger ou trop fouiner sans se faire remarquer. Elle se sent complètement inutile en ce moment, elle ne peut rien faire et cela l’énerve. « Toi tu viens avec moi. » elle lève les yeux vers l’homme a la voix grave et avec un accent russe très prononcé,  elle se recule et se colle contre le mur comme un réflexe. Elle est réellement terrifiée et ne joue aucun jeu maintenant. Il l'attrape par le bras, il resserre sa prise sur son bras, elle se débat mais cela ne sert à rien, il est bien trop fort pour elle. Il l'amène dans une autre pièces, encore plus insalubre que la première et bien moins lumineuse. Ses yeux se posent sur l'arme à la ceinture de l'homme et un instant elle se dit qu'elle devrait se saisir de l'arme et faire son travail mais très vite deux autres hommes entrent dans la pièce. Elle réalise alors qu'elle ne fera pas le poids, et qu'il la tuerait bien avant qu'elle n'ait pu faire quoi que ce soit. Et elle a promis à Lola qu'il ne lui arriverait rien, alors elle préfère rester prudente pour l’instant. Pendant de longue minutes ils ne font que la regarder, et parler entres eux, elle tend l'oreille mais n'entend pas ce qu'ils disent, ils ne parlent pas assez fort. Ses yeux ne cessent de chercher un moyen de s'échapper. Être prise au piège est bien plus stressant qu'elle ne l'aurait imaginé, même si elle a une longueur d'avance sur tout le monde. Elle a beau avoir été formée pour ce genre de situation rien n'est comme dans la théorie. Un des hommes s'approche d'elle, par réflexe elle fait un pas en arrière, puis deux mais se retrouve rapidement coincée contre le mur « Tu vas nous rapporter beaucoup d'argent toi.» elle sent son cœur battre à vivre allure, elle déglutit difficilement et stoppe sa respiration lorsqu'il lui montre la montre qu'elle portait à son poignet à son arrivée dans ce bâtiment « Un agent du FBI va nous rapporter un gros pactole.» Riley pourrait parler et le convaincre qu'elle n'est pas un agent mais cela ne servirait à rien, elle ne peut rien dire pour sa défense, si elle prétend le contraire l'homme pourrait s'énerver encore plus. Pour l'instant elle préfère se taire et voir comment la situation va évoluer. Elle reste de marbre, elle essaie de ne pas trembler, elle ne veut pas que l'homme en face d'elle remarque sa peur. Lorsque l'un des hommes sort son arme et la braque sur elle, elle ferme les yeux. Elle ne préfère pas voir ce qui va lui arriver, elle a l'impression que sa vie défile devant elle, elle ne peut rien faire à part attendre. Dans un élan de courage, elle ouvre les yeux et les braque sur l'homme qui tient l'arme, elle plonge son regard dans le sien « Tuer un agent du FBI c'est une grave erreur. Je peux vous aider mais vous devez me garder en vie. Si vous me gardez en vie, vous avez un bon avantage dans les négociations. Si vous me tuez vous signez votre arrêt de mort. » mentalement elle se gifle pour avoir dit cela. Elle vient de leur avouer qu'elle fait partie du FBI et c'est à double tranchant. Soit les Russes la laisse vivre soit ils la tuent de suite sans le moindre remords. Ce genre d'hommes se sont pas connus pour leurs états d'âmes ou leurs consciences. Mais elle peut lire dans son regard une once d'hésitation, il enlève la sécurité de son arme et approche l'arme du visage de Riley. Le provoquer comme elle a fait n'était sans doute pas une bonne idée, elle s'en rend compte maintenant. Mais c’est trop tard. Elle a sans doute signé son propre arrêt de mort au final. Si Riley n'est pas du genre à prier, ni même à croire en Dieu ou à une quelconque force supérieure, à ce moment précis elle prie. Ce duel de regard semble durer une éternité pour la jeune agent, si elle baisse les yeux elle perd toute crédibilité. Puis lorsqu'elle pense que tout est finit, elle entend du bruit dans la pièce à côté, mais l'homme aux cheveux gris ne bouge pas, elle ferme les yeux et entend un coup de feu partir. Et elle entend des voix crier FBI, elle est soulagée mais n'ouvre pas pour autant les yeux. Elle sent encore la présence de l'arme proche de son visage, elle sait que c'est finit pour elle. La porte s'ouvre à la volé, un autre coup de feu et plus rien. Elle n'a pas bougé, elle est appuyée contre le mur, les yeux toujours clos « Tu vas bien? » à l'entente de la voix de Wes, elle soupire de soulagement et ouvre les yeux. Elle regarde son t-shirt qui est taché de sang, ce n'est pas le sien mais elle ne peut pas enlever son regard de ce dernier, elle reste un moment interdite par ce sang sur elle. Elle passe la main sur son visage et quand elle regarde sa main, elle remarque aussi du sang. Un faible sourire apparaît sur son visage, elle est saine et sauve ou presque, elle n'a plus rien à craindre. Elle souffle et se laisse glisser contre mur, ses jambes tremblent tellement qu'elle a dû mal à rester debout. Elle a vraiment cru que sa dernière heure avait sonné lorsque le russe avait braqué son arme sur elle et qu’elle avait entendu ce petit clic de la gâchette. Mais elle était plus que soulagée de voir Wes devant elle, elle avait eu si peur de se retrouver seule. Il se baisse pour arriver à sa hauteur et pose une main sur son épaule tout en l'examinant de près pour apercevoir une quelconque blessure. Elle sourit comme à son habitude et hoche la tête positivement pour répondre à son partenaire « J'ai besoin d'un verre, ou deux ou... sept peut être. » elle ne sait pas trop de quoi elle a besoin présentement, elle est encore un peu sous le choc. Après tout, elle n'était pas encore totalement une vraie agent du FBI, techniquement elle était toujours en formation et pourtant on l'avait envoyé en mission. Si la théorie à Quantico était simple, la pratique dans la vie réelle était une chose bien différente. Les armes à Quantico étaient chargées à blanc, ils utilisaient des armes de paint ball mais ici et aujourd'hui ce n'était plus un entrainement. Et elle l'avait réalisé bien trop brutalement lorsqu'elle avait eu le canon de l'arme braquée sur son front. Elle se rappelle alors la phrase de Wesley lorsqu'elle a eu son affection à la mission: bienvenue dans la cours des grands. Elle se relève avec l'aide de Wes, qui ne la lâche pas alors que les autres agents de leur groupe s’affaire à mettre toutes les évidences dans des sacs en plastiques pour réunir des preuves suffisante contre la mafia russe à l'origine de ces enlèvements. Riley ne le lâche pas non plus, depuis qu'il est entré dans la pièce, elle n'a pas lâché son bras droit qu'elle n'a aucune envie de laisser partir. Elle le regarde et elle ajoute « J'ai besoin d'un câlin en fait je crois. » le jeune brun lève les yeux au ciel, et se retient de rire, mais lorsqu'il ouvre la bouche pour répliquer à sa nouvelle partenaire, un autre agent prend la parole « Je me dévoue Valentino et si t'as besoin de plus je suis..... » wes le pousse et lui ordonne de pas s'approcher d'avantage et en lui lançant un regard noir menaçant. Toujours très protecteur envers Riley, il passe son bras autour de ses épaules après lui avoir prêté sa veste bleue floquée au nom de l'agence fédérale. Ils sortent tous les deux du bâtiment et il accompagne Riley jusqu'à une ambulance. Elle s'assoit sagement et regarde avec regret Wes s'éloigner. C'est bien la première fois de sa vie que Riley ne dit pas un mot, elle n'a même pas envie de plaisanter même pas un petit peu. Ce qui, quand on connait la jeune blonde est vraiment étrange. Deux heures passent sans qu'elle ne dise un seul mot, sauf oui ou non pour répondre aux questions des paramédics. Elle n’arrive toujours pas à mettre des mots sur ce qu’elle a vécue aujourd’hui, elle sait qu’elle va devoir faire son rapport mais pour l’instant elle ne réalise pas encore. Dans ce métier il faut toujours prendre une décision à la seconde, et suivant la réaction et la réponse tout peut changer en une fraction de seconde. Elle joue avec la manche de la veste et se repasse la scène sans cesse dans sa tête, et si elle avait réagie autrement ? et si….  « Agent Valentino, je dois vous accompagner au bureau pour le rapport d’enquête. » elle sursaute à cette interruption, et se lève sans rien dire pour suivre l’agent qui vient de lui parler. Pendant le trajet, elle joue avec son téléphone portable, n’adresse la parole à personne. Elle envoie un simple message à Tevan pour qu’il passe la chercher dans trois heures, elle n’a pas envie de rester seule ce soir. Elle sait qu’elle devrait aller voir Lola, mais elle n’a pas envie de parler de ce qui s’est passé et elle sait que Tevan ne posera aucune question. Et ce dont elle a besoin maintenant, de ne répondre à aucune question.



_________________
i guess that i have never really had you, through unbelievable, yesterday, i delayed a stutter that was slowly calming me.


Dernière édition par Riley Valentino le Mar 10 Nov - 23:55, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 281
ADRESSE ↦ : Appartment #10 - georgetown w/nymeria her cat


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: Oh wonder + X Ambassador + James Bay

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet:    Sam 1 Aoû - 13:14



Ah, another day of crime fighting. We should get capes

Cela fait presque deux mois que Minx a disparue. Deux mois que Riley réduit ses heures de sommeils considérablement et use des ressources du FBI pour avancer sur cette enquête. Enquête qu'elle n'est pas censée mener car étant de la famille de la petite fille elle n'a pas le droit d'être dans l'équipe. Elle n'a même pas le droit de poser des questions aux agents en charge de l'affaire. Mais elle ne peut pas s'empêcher, elle veut se sentir utile, elle veut retrouver Minx car voir Lola dans cet état de tristesse extrême est insupportable pour elle. Il est deux heures du matin et elle est encore à son bureau, elle est seule dans le bâtiment probablement. Mise à part les vigiles au rez de chaussée elle n'est pas certaine que quelqu'un soit encore en train de travailler à cette heure là. Elle soupire et laisse tomber sa tête sur son bureau lourdement. Un tas de dossier ouvert recouvre son bureau et certains sont même sur le bureau de Wes à sa droite. Il n'est pas là alors elle s'étale. Elle n'y voit pas plus clair mais tant pis, elle s'étale quand même. Elle n'a aucune piste, même pas une toute petite piste et c'est ce qui la contrarie le plus. Comment une petite fille peut disparaître de la sorte sans laisser de trace? Elle se lève et se dirige vers la salle de repos pour prendre un énième café, si habituellement la caféine l'aide à être énergique toute la journée, ce soir c'est comme si elle n'avait plus aucun effet. Peut être qu'elle avait bu trop de café pour que cela soit réellement efficace. Elle attrape la cafetière et machinalement remplie son mug au couleur du FBI, lorsqu'elle repose cette dernière sur le socle, elle le ne lâche pas la poignée et repense aux mots que sa sœur lui a dit « Tu m'es complètement inutile » Riley commençait à le croire, Lola avait raison en quoi elle pouvait être utile si elle n'était pas capable de retrouver sa nièce? Elle était une bien piètre agent  « C’est papa et maman qui avaient raison, tu fais honte à la famille et tu rates toujours tout ce que tu entreprends ! » cette dernière phrase ne voulait plus quitter ses pensées. Elle reste gravée dans son esprit, et elle se rappelle à elle constamment. Si Riley n'est pas réellement du genre à douter d'elle même, avec ce genre de phrase elle n'est plus sûre de rien du tout la concernant. Et si Lola avait raison? Elle soupire une nouvelle fois et revient à son bureau, mais elle n'est plus bonne à rien, elle a du mal à voir clair dans tous ses dossiers, elle a du mal à regarder son écran d'ordinateur sans cligner des yeux tellement la fatigue l'envahie. Elle se laisse tomber sur le dossier de sa chaise et pose son regard dans le vide, tout en se passant en boucle la dispute avec sa grande sœur. Elle ferme les yeux, juste un instant, elle a juste besoin de quelques minutes pour reprendre ses esprits et elle continuerait d'éplucher tous les dossiers et les profils des suspects qui pourraient avoir un quelconque rapport avec l'enlèvement de Minx. Juste une minute. Mais la jeune blonde se réveille en sursaut avec le son d'une main qui s'écrase violemment sur son bureau, elle lève la tête ne sachant pas très bien ce qu'il lui arrive où elle se trouve. Il lui faut quelques minutes pour réaliser qu'elle s'est endormie sur son bureau, sur ses dossiers et que c'est le petit matin. Elle regarde l'homme en face d'elle, qui semble trouver la situation amusante, mais Riley n'a aucune envie de rire « Valentino ce n'est pas un hôtel c'est un bureau ici. »  l'agent lui assène cette remarque sur un ton glacial et très peu amical, si habituellement Riley aurait répondu par une petite remarque sarcastique en lui demandant s'il s'était levé du pied gauche ce matin, elle ne fait rien. Elle hoche simplement la tête et se hâte de ranger son bureau. Le responsable de son unité n'a pas besoin de savoir qu'elle travaille en cachette sur le dossier de sa nièce, il lui passerait un savon à coup sûr et elle était nouvelle, encore dans sa période d'essai, elle n'avait droit à aucune erreur si elle voulait garder son précieux badge « Et rentrez dormir un peu, vous avez une mine affreuse. Ce soir vous serait de surveillance avec Shaw pour la peine. » elle soupire, elle n'aime pas Shaw, il est bizarre limite pervers et il n'arrête pas de manger toutes les cinq minutes ce qui a tendance à l’écœurer au plus haut point. Le cliché des policiers aimant les Donuts? et bien cela vient probablement de Shaw. Une vraie calamité. Une fois son bureau rangé, elle s'éclipse de l'étage et croise Mason Woods, nouvel agent comme elle, qui se met à rire en la voyant « On a fait la fête sans moi Valentino. » elle secoue la tête et ne lui répond pas. Elle n'a pas la force de faire quoi que ce soit à vrai dire ce matin, elle n'a qu'une envie retrouver son lit pour quelques heures avant d'affronter sa soirée surveillance avec l'homme le plus ennuyeux au monde. Une fois arrivée chez elle, elle ne prend même pas la peine de se changer ou quoi que ce soit, elle laisse tomber son sac à main, sa veste et enlève ses chaussures dans l'entrée et traine des pieds jusqu'à son canapé qui lui tend les bras. Elle se laisse tomber lourdement sur ce dernier, attrape du bout des doigts le plaid blanc posé au fond du canapé et s'allonge. Elle ferme à peine les yeux que la voilà partie pour une bonne sieste. Elle est épuisée, elle a besoin de dormir, peut être même durant toute une année. Mais quelques heures plus tard, elle ouvre les yeux, encore un peu endormie et pas vraiment dans l'état d'esprit de retourner au travail mais elle n'a pas le choix. Elle traine des pieds mais finit par se lever. Elle sait qu'elle va devoir ralentir ses nuits blanches car elle ne tiendra jamais bien longtemps à ce rythme. Après avoir pris une bonne douche, avoir enfilé des vêtements propres elle est prête - ou presque - pour une nuit entière à l'arrière d'un van avec Shaw pour surveiller un petit dealer de bas étages. La description de la soirée de l'enfer pour la jeune blonde, qui n'avait qu'une envie retrouver Tevan pour regarder un film tout simplement. Sa définition de la soirée parfaite. Mais cette option ne fait pas partie de ses choix pour ce soir, alors elle prend sur elle et retourne au travail. Elle marche les mains dans les poches en direction du van noir - quoi de mieux pour se fondre dans la masse - et elle ouvre la portière et lorsqu'elle aperçoit que l'agent Shaw n'est pas seul, elle se dit finalement que la soirée de surveillance n'allait peut être pas être si horrible que ce qu'elle avait imaginé. Elle sourit et monte dans le van pour prendre sa place, l'agent Ryan Appleton est présent ce soir, ce qui est l'agréable surprise. Il est plutôt agréable pour les yeux et bien plus intéressant que Shaw. Elle s'installe derrière les écrans et enlève sa veste en cuir pour être plus à l'aise, après tout elle est pour quelques heures « Alors Riley, Oakley est sympa avec toi j'espère? » elle ne quitte pas l'écran des yeux  « Ça aurait pu être pire. » dit-elle en souriant et en adressant un coup d’œil discret vers l'agent Shaw. Ryan se retient de rire mais son expression vaut bien toute les réponses du monde. Elle avait eu de la chance pour son partenaire, elle devait le reconnaître mais par principe elle ne le dira jamais en face de Wes, c'est vrai elle aurait pu tomber sur Shaw comme partenaire  « Je suis pas sûr qu'il y va y avoir beaucoup d'action ce soir. » la rue est déserte, excepté un groupe de jeune en train de fumer devant la porte du club qu'ils surveillaient ce soir. S'il ne se passe rien, elle va tomber de fatigue. Elle a besoin d'un peu d'action, ou d'un autre café peut être. Pendant quelques temps, le silence gagne le van, seul le bruit des clic de la souris d'ordinateur se fait entendre. Riley ne peut s'empêcher de jeter de temps en temps des petits regard à l'agent assis à côté d'elle «  L'heureux élu est Monsieur Martinez ce soir. Hum...  » elle ouvre le dossier marron avec en première page une magnifique photo du dealer « Il a pas eu le mémo pour le sourire.» Ryan se met à rire à la remarque de la jeune blonde, elle lève la photo pour lire le dossier et ouvre les yeux en grand lorsqu'elle voit toute la liste des arrestations et autres condamnations à son actif. Un jeune homme polyvalent et jamais au chômage apparemment « Il a l'air très bien ce jeune homme dis donc... atteinte à la vie d'un agent du FBI? » elle fronce les sourcils lorsqu'elle lit exactement ce qu'il s'est passé lors de son arrestation mais avant qu'elle ait pu arrivé au nom de l'agent, Ryan prend la parole  « La mienne, on est super pote tous les deux. » l'agent Shaw fait remarquer sa présence en soufflant de manière forte, mais Riley décide de l'ignorer totalement et de continuer sa conversation avec Ryan « Je vois que tu sais bien choisir ton entourage. Latin Kings, il faut toujours avoir des potes bien placés. » en lui adressant un clin d’œil. Les Latin Kings ou un des gangs les plus dangereux de la côte Est du pays. Une triste réputation. Depuis quelques mois, ils avaient décidé d'importer leurs  activités à Washington, ils avaient déjà une bonne influence sur New York, Philadelphie, et Los Angeles, en plus de leur ville de prédilection Chicago. Et la capitale était une nouvelle proie pour eux. Riley devait avouer qu'elle a toujours été fascinée par ce genre de groupe, pas au point de passer de l'autre côté de la loi, mais elle admirait en quelque sorte leur dévotion et leur loyauté à leur famille de fortune. Tout le monde respectait la hiérarchie, rien ne filtrait, et personne n'osait dire quoi que ce soit contre le chef actuel. C'est bien connus les mauvais garçons sont de suite plus intéressants non? Lorsqu'elle était encore agent en uniforme, elle avait souvent collaborer avec l'unité guns and gangs du département de la police et c'était ses missions favorites. Après quelques heures à fixer les écrans de surveillances, elle commence à fatiguer. Elle regarde sa montre, plus que quelques heures et elle pourrait sortir de là. Elle avait envie de prendre l'air, de se dégourdir les jambes. Même si elle appréciait la compagnie, elle ne rêvait que de rejoindre son lit. Après quelques bâillements supplémentaires, quelques café plus tard il était enfin l'heure de remballer « Hey Valentino je te paye un petit déjeuner? » elle est sur le point de lui répondre par la positive lorsqu'elle reçoit un message du gars de l'informatique qui a une peut être une piste sur l'affaire dont elle lui a demandé de jeter un œil. Elle sourit à Ryan, elle hésite. Mais elle décline gentiment l'offre en lui indiquant qu'elle a déjà des projets mais que ce n'est que partie remise. (...) Devant le commissariat, elle salue les quelques policiers prenant leur pause cigarette et monte les escaliers deux par deux pour rejoindre l'accueil « Sergent Morgan.» il lève les yeux de son ordinateur et l'interroge du regard, pas un bonjour comment tu vas depuis le temps. Non rien du tout. Mais elle ne s'offusque pas pour autant, le sergent Morgan n'est pas connu pour son amabilité par ici « Swarek est là? » avec un immense sourire. Dès qu'elle doit retrouver Tevan, elle a ce sourire qui ne quitte jamais son visage. Sans en connaître réellement la question. Depuis la disparition de Minx, il est sa bouffée d'air. Il est celui qu'elle appelle à trois heures du matin pendant ses insomnies pour parler de l'affaire ou bien du dernier film qu'elle a vu. Et jamais il ne lui raccroche au nez, jamais il ne l'envoie balader, d'ailleurs il déboule souvent chez Riley avec des bagels et des cafés dans l'heure qui suit son appel. Riley serait littéralement perdue sans Tevan « Il est actuellement en interrogatoire. Un message à lui laisser? » elle secoue la tête et ajoute rapidement « Non je vais attendre à son bureau merci.» le sergent lui crie de revenir ici pendant qu'elle s'éclipse vers l'étage où se trouve les bureau de l'unité de Tevan. Elle ignore un ordre direct du sergent qui lui intime de ne pas bouger. Il n'osera pas lui tirer dessus alors qu'est ce qu'elle risque? Elle s'en fiche, elle n'a aucun compte à lui rendre.  Riley prend place et commence comme à son habitude à fouiller un peu partout dans les tiroirs du bureau du blondinet. Une sale habitude selon Tevan, une déformation professionnelle selon Riley. Parfois, elle se demande comment ils peuvent s'entendre aussi bien tous les deux, ils sont tellement similaires et en même temps totalement différents que c'est assez déroutant pour les personnes autour d'eux. Ils ont leurs manies, leurs manière bien particulières de communiquer. Tout les rapproche et en même temps tout les éloigne. « Violation de propriété privée Riles » elle sursaute lorsqu'elle entend sa voix dans le bureau et se cogne au tiroir qu'elle avait oublié de fermer. Elle accueille le jeune homme avec un grand sourire tout en se massant le cuir chevelue. Elle déteste quand l'angle d'un tiroir rentre en contact avec sa tête. C'est trop douloureux. Elle attrape le téléphone portable de Tevan posé sur le bureau, l'écran s'éclaire et laisse apparaître la photo d'une très jolie brune. Elle tend son cou afin de pouvoir lire le prénom mais le l'agent de police récupère le téléphone pour le ranger dans sa poche. Il pose le dossier sur son bureau et regarde Riley « Nouvelle petite amie? » la curiosité est un vilain défaut, mais elle ne peut s'en empêcher. Elle est jalouse, hyper jalouse mais ne veut pas l'avouer. Elle n'aime pas quand Tevan s'intéresse à d'autres filles, non elle n'aime pas ça, il sourit et soupire tout en s'asseyant sur le rebord de son bureau « Que me vaut ce plaisir? » elle pourrait lui dire que c'est parce qu'elle sait qu'elle ne pourra dormir car elle pense trop à Minx, elle pourrait aussi lui dire que c'est parce qu'elle avait envie de le voir, ou encore qu'elle meurt de faim et qu'il lui doit un petit déjeuner. Mais finalement, elle n'invoque aucune de ses raisons et avec un sourire parfait elle répond  « Je prend une pause d'avec Shaw si je reste une minute de plus avec lui je risque de me jeter sous les roues d'un bus ou de le jeter à lui j'ai pas encore pris ma décision. » elle hausse les épaules. Oui elle était de corvée de surveillance avec Shaw, et elle hésitait réellement à commettre son premier meurtre avec lui comme victime mais ce n'était pas la raison principale de sa venue ici. Elle avait simplement besoin que Tevan lui change les idées. Elle désigne le tableau avec les photos des suspects d'un geste de la tête « Ton grand méchant loup? » le jeune blond se lève et se place près du tableau. Quelques photos, quelques adresses et quelques noms ornent le tableau. Il soupire et passe la main dans ses cheveux. Riley connait assez bien son ami pour savoir que son enquête n'avance pas, et il est frustré. Il n'aime pas quand les investigations sont à l'arrêt, il déteste faire du sur place. Elle a travaillé un moment avec lui pour reconnaitre tous ses tics comme celui de se passer la main dans les cheveux. Il regarde Riley tout en souriant « Il a la tête de l'emploi avoue?! » et c'est peu de le dire. A croire que tous les criminels ont le même regard, la même tête qui vous fait changer de trottoir lorsque vous les croisez dans la rue. Si c'était si facile de les repérer, Riley et Tevan seraient sans doute au chômage. Certes, certains ont la tête de l'emploi mais parfois ils sont comme tout le monde, et peuvent se fondre dans la foule sans éveiller les soupçons. Riley a toujours dit que c'était eux les pires de tous. Car on ne les soupçonne jamais et pourtant ils sont capable des pires atrocités. Elle hausse les épaules et plisse un peu les yeux afin d'observer en détail la photographie « Il a un côté bad boy tatoué et serial killer assez charmant je dois dire. Il a totalement le profil pour me plaire je crois. »  un homme à présenter aux parents en somme. Tevan lève les yeux au ciel, mais elle sait que si parfois il se plaint d'elle, elle lui manque c'est évident. Elle se lève à son tour et se poste aux côtés de Tevan devant le tableau blanc « Pourquoi le sergent Elisson est épinglé? il a trompé sa femme avec monsieur crane rasé? » le sergent était une personne respecté au sein de la police de Washington, un homme bien sous tout rapport. Un homme décoré pour ses nombreuses années de service alors le voir sur ce tableau est étonnant pour Riley. Elle garde en tête un souvenir plutôt positif de ce sergent. Il a aidé ses parents lorsqu'ils ont été dévalisés une fois au restaurant familial, il a aidé Riley plusieurs fois lorsqu'elle était encore adolescente et lui a évité beaucoup de nuit en cellule sans que personne ne le sache. Alors le voir épinglé comme un criminel la laisse perplexe.  « On pense qu'il est impliqué dans l'affaire. » elle tourne rapidement la tête vers Tevan, choquée et surprise par ses propos. Comment pourrait-il impliqué dans une histoire de gang? non c'est impossible. Pas avec ses états de services. Le sergent Elisson c'est un genre de super flic alors cette idée est totalement saugrenue pour Riley  « Un flic corrompu? voyons chéri ça n'existe pas. Non mais sérieux si il est ripoux moi je suis Miley Cyrus.  » elle répond avec une pointe d'humour dans la voix, mais a bien du mal à croire ce que vient de lui dire Tevan. Mais elle n'est sans doute pas très objective après tout, et elle ne connait pas toute l'affaire. L'agent de police lui donne un petit coup dans l'épaule et retourne s'assoir à son bureau « D'ailleurs ta nouvelle chanson elle craint. » Riley arque un sourcil et se tourne vers Tevan. La transition avec Miley Cyrus est bien trop suspecte pour qu'elle laisse passer sans rien dire. Rien n'est innocent avec lui, et elle le sait. Alors c'est avec un grand sourire, limite moqueur qu'elle s'approche de son ami et qu'elle attrape la chaise au bureau d'à côté pour la trainer près de celle de Tevan. Toujours avec un regard malicieux sur le visage « Si ta nouvelle conquête écoute Miley Cyrus c'est qu'elle est vraiment trop jeune pour toi. Ca aurait du être un warning d'ailleurs. » elle affiche une grimace. Elle soupire en voyant le regard de Tevan, elle est amusée par la situation et même temps un peu irrité. Mais sans réellement savoir d'où vient ce sentiment. Ils ont été mariés, ils ont été ensemble mais elle a tout arrêté. Elle a mis une fin à leur relation qui n'était pas définie réellement. Ils leur arrivent de finir dans le même lit mais cela ne veut strictement rien dire n'est ce pas? Une amitié avec certains avantages, voilà ce qu'ils partagent « Je peux utiliser la carte de l'ex femme qui revient? » elle fait mine de réfléchir, elle le laisse la supplier. Elle aime avoir le pouvoir comme ça. Alors elle laisse encore un peu mariner Tevan. Alors qu'elle sait pertinemment qu'elle va accepter de jouer ce rôle, comme elle l'a si souvent joué par le passé. Combien de fois elle l'a sortit de situation embarrassante avec la gente féminine? Elle ne les compte plus aujourd'hui. Mais le jeune homme a bien souvent fait la même chose. Elle lève le regard au plafond et tout en soupirant, pour faire comme si cela l'embêtait alors qu'en réalité elle adorait ça « Textote moi l'heure et l'endroit et je me ferait un plaisir de jouer l'ex femme toujours accroc et hystérique.»  avec un clin d'œil et un éclat de rire qui n'appartient qu'à elle. Sans le savoir, Tevan avait réussit à al faire sourire, à lui faire oublier tous ses doutes. Il se lève, dépose un baisé sur son front et tout en se dirigeant vers la salle de repos il lui demande « Café? » elle répond positivement à cette proposition. Elle ne refuse jamais un café. Elle reste seule un petit moment, son regard parcours la salle, tout est calme, Tevan est le seul au travail. Ce qui n'est pas vraiment étonnant au fond. Elle ne peut empêcher son regard de dériver sur la photo sur le bureau de son collègue, une adorable petite brune sourit en montrant ses magnifiques dents blanches visiblement très heureuse d'avoir un petit chat pour elle. Riley sourit à la vue de la photo de cette petite fille, elle lui fait penser à Minx. A la seule différence que la petite fille est brune aux bleus, sinon elle pourrait être la sœur de Minx. Tevan la sort de ses pensées en agitant légèrement la tasse de café devant elle, elle s'excuse et attrape le mug de ses deux mains et respire l'odeur en faisant une grimace « Qui a fait le café? » cet odeur là ne lui plait pas vraiment. Le café n'a pas la même odeur que d'habitude, elle regarde le liquide marron pas vraiment convaincue puis reporte ses yeux sur Tevan qui visiblement trouve la scène amusante. Il se moque d'elle c'est évident, et elle n'aime pas ça. Elle n'aime pas quand il se moque ouvertement d'elle comme il le fait actuellement. Entre deux rires il parvient à répondre non sans effort « Ta remplaçante » et il repart à rire comme si Riley avait raconté la meilleure blague de la journée. Elle plonge ses lèvres dans le liquide encore fumant et le recrache de suite dans le mug en esquissant une grimace. Et elle appelle ça du café? du jus de chaussette oui. Elle repose la tasse sur le bureau tout en la poussant du bout des doigts comme si c'était du poison « J'espère qu'elle est meilleure dans son job que pour faire le café. » parce que si elle était aussi douée en tant que détective elle n'irait sans doute pas loin dans la vie, Riley regarde Tevan, voilà pourquoi lui n'a pas pris du café. Il le savait. Il croise ses bras en se laissant tomber contre le dossier de sa chaise « Elle te ressemble beaucoup. » elle n'est pas sûre de savoir comment prendre ce qu'il vient de dire. Un compliment? une insulte? une moquerie? « Ah ouais? elle est aussi douée dans son boulot que super canon? » elle ne peut pas s'en empêcher, elle est toujours obligé d'ajouter sa petite touche d'humour n'importe quand. Surtout en présence de Tevan. Elle affiche un immense sourire, le genre qui veut dire qu'elle est fière de ce qu'elle vient de dire mais Tevan sait parfaitement comment la faire redescendre sur terre. Riley n'est en aucun cas imbus de sa personne ou vaniteuse, non c'est tout le contraire. Elle aime simplement plaisanter n'importe quand « C'est une emmerdeuse de première.» elle perd son sourire rapidement et lui tire la langue. Elle fait semblant de bouder quelques minutes avant que Tevan ne reprenne son sérieux. Ce n'est jamais bon signe lorsqu'il affiche ce regard, elle le sait. Elle sait que le reste de la conversation ne va pas forcément lui plaire mais qu'elle n'aura pas le choix. Il tire la chaise de la jeune blonde un peu plus vers lui, et lui prend les mains délicatement. Ces moments avec Tevan sont ceux qu'elle préfère et en même temps elle n'aime pas, car elle sait que la suite s'annonce sérieuse  « Comment va ta sœur? » oui le sujet ne lui plait pas. Riley et Lola sont des sœurs très proches, toujours prêtent à se soutenir dans n'importe quelle situation mais depuis la disparition de Minx rien n'est plus comme avant. Lola est distante, elle est de mauvaise humeur tout le temps, elle est méchante même. Et leur dernière rencontre en est la preuve parfaite. Riley comprend que ce soit plus que dur pour elle, elle a perdue sa fille, l'être le plus cher qu'elle avait sur cette terre, mais ce n'est pas une raison pour passer ses nerfs sur ses proches. Riley ne reconnait plus sa grande sœur, et si elle est consciente qu'il lui faut du temps pour aller un peu mieux, si elle a besoin d'extérioriser sa frustration, sa colère, elle a dû mal à encaisser les remarques de Lola. Qui sont assassines. Littéralement. Riley se sent assez coupable sans qu'on le lui rappelle qu'elle n'est qu'une bonne à rien. Et ce sentiment d'impuissance est le pire au monde pour la cadette des Valentino. Car elle remue ciel et terre pour tenter de trouver le moindre petit indice sur ce kidnapping et elle n'arrive à rien. Chaque piste semble s'essouffler après quelques recherches, c'est horrible. Elle en vient presque à perdre espoir. Et pourtant, elle se doit d'être forte, elle se doit d'être positive pour Lola, pour Aaron, pour ses parents. Mais c'est difficile de voir sa relation avec Lola se détruire de la sorte. Elle ne veut pas baisser les bras, mais elle ne sait plus quoi faire. Car Minx lui manque terriblement aussi, elle était sa petite nièce, son petit rayon de soleil et probablement le seul petit enfant que les parents pourront avoir. Quand Riley ne sentait pas au top de sa forme, elle n'avait qu'à se rendre chez sa soeur et prendre Minx dans ses bras pour que tout disparaisse autour d'elle. Un simple sourire de la petite fille, ou un simple petit rire lui redonnait le moral. Comme si plus aucune mauvaise chose ne pouvait arriver  « Je suis allée la voir et .... »  elle serre un peu plus la main de Tevan dans la sienne et marque une pause avant de reprendre « Tevan soit honnête est ce que tu crois que je suis la honte de ma famille et que je suis bonne à rien? » elle plonge son regard dans le sien, elle a les yeux qui brille. Si elle a honte de pleurer en public, avec Tevan c'est différent, elle se fiche bien de pleurer devant lui. Elle n'a pas besoin d'être infaillible devant lui «  C'est une question piège? » comme à son habitude il tente une plaisanterie mais lorsqu'il voit le regard de son amie, il comprend qu'elle n'a pas envie de rire maintenant. Il lui adresse un petit sourire et pose son front contre le sien quelques minutes. Un silence s'installe entre eux, mais ce n'est pas un silence gênant bien au contraire. Elle inspire et ferme les yeux, elle profite simplement de la proximité avec Tevan et se cale sur sa respiration pour tenter de penser à autre chose, de se calmer. Il se recule et pose une main sur sa joue  «  Arrête Riley. Tu sais très bien que tu n'es rien de tout ça. Elle était en colère c'est tout. » il a raison, elle le sait mais l'entendre de la bouche de Lola lui a fait plus d'effet que lorsqu'elle l'entend de la part de son père. Son père lui a bien fait comprendre qu'il n'aimait pas ses choix de carrière depuis le début, mais Lola l'a toujours encourager. Elle l'a toujours pousser à se surpasser. Lorsque Riley était sur le point de craquer que ce soit à l'académie de police ou lors de son stage à Quantico, Lola était la première à lui remonter le moral, à la pousser à continuer. Elle était fière d'elle mais aujourd'hui  elle avait honte de sa soeur  « Je n'arrive pas retrouver Minx, je commence à me poser des questions aussi et il n'y a pas que Lola qui pense ça.  » Aaron devait penser exactement la même chose, ses parents aussi, ceux de Aaron également. Tevan l'attire vers lui pour la prendre dans ses bras. Elle ne résiste pas et se laisser aller. Elle le serre aussi fort qu'elle peut à son tour. Elle est épuisée, elle a juste envie de fermer les yeux, de dormir. Et lorsqu'elle les ré-ouvrira peut être que tout ça ne sera qu'un mauvais rêve.




Never underestimate the pain of a person, because in all honesty,
everyone is struggling. Some people are just better at hiding it than others


Riley le regard rivé sur son téléphone portable, esquisse un sourire à la lecture du message de Jake. Elle tapote son clavier pour écrire une réponse mais elle sursaute lorsque son responsable d'unité laisse tomber un énorme dossier marron sur son bureau. Tout les agents présents dans la salle lèvent les yeux vers lui, personne ne comprend  pourquoi autant de bruit d'un coup. Elle le regarde sans vraiment comprendre ce qui lui arrive et attend qu'il prenne la parole. Elle a appris à gérer son responsable depuis son arrivée, elle sait qu'elle n'a aucun intérêt à faire une remarque avant qu'il ne parle, il n'aime pas cela. Certains des agents en ont déjà fait les frais. Et Riley n'aime pas recevoir des remarques de sa part, qui sont rarement aimables. Elle range donc son portable dans la poche de sa veste sans avoir terminé sa réponse, mais à voire l'expression qui orne le visage de son chef, le message passe réellement au second plan  « Oakley et toi vous allez faire une petite balade chez nos amis russes, une sombre histoire de recel d'armes à feux. » une information loin d'être inhabituelle concernant les hommes en question. Lorsqu'il entend son nom, Wes se lève et vient s'assoir sur le rebord du bureau de sa partenaire tout en tendant le bras pour attraper le dossier. Depuis son arrivée, Riley récolte toujours les affaires avec les russes. Elle est la seule à parler russe dans son unité et son supérieur avait trouvé qu'elle avait fait du bon boulot sur sa première enquête sous couverture. Ce qui est plutôt positif pour la jeune stagiaire du bureau. Elle tend la main vers Wes pour avoir une partie du dossier et lire ce qui les attends pour la journée. Leur chef leur donne les ordres et repart dans son bureau, Riley soupire. Jamais elle ne s'habituera à son manque de politesse. Et elle a réellement du mal à ne pas lui faire des réflexions, mais elle sait que ce serait mal vu et elle n'a pas envie d'avoir un blâme dans son dossier pour insubordination.  Elle se lève et attrape sa veste, Wes l'imite rapidement et ils se dirigent vers l'ascenseur, la jeune blonde appuie sur le bouton. Riley porte son regard sur le petit écran où défile les numéros des étages « Alors avec ce pompier? » elle hausse un sourcil et regarde son co-équipier surprise de la question « Quel pompier? » sur un ton complètement innocent, ou du moins sur le ton le plus innocent qu'elle peut avoir. Elle sait très bien de qui il parle, il s'agit de Jake. Ce pompier qu'elle a vu deux fois et qui elle doit l'avouer a beaucoup de charme et pourtant, elle n'arrive pas à s’investir dans cette histoire. Qui certes ne fait que débuter, mais il y a quelque chose qui cloche. Il est gentil, adorable, très beau mais... si elle était honnête avec elle même elle dirait qu'il n'est pas Tevan, mais bien sûr elle se voile la face à ce sujet. Alors elle n'arrive pas à mettre le doigt sur ce qui ne va pas. Wes et Riley ont de nombreux points communs, à commencer par le fait qu'ils travaillent en équipe, mais aussi leur sens de l'humour qui n'est pas forcément le meilleur et le plus adapté aux différentes situations. Le fait que de s'investir dans une histoire d'amour les fait carrément flipper, leur dévouement pour leur job... Ils se ressemblent beaucoup et c'est sans doute toutes ces petites similitudes qui font que leur partenariat fonctionne très bien sur le terrain. La porte de l'ascenseur s'ouvre pour laisser entrer deux personnes. Riley et Wes font un pas en arrière, et Riley laisse son dos reposer contre la paroi  « Oh fait pas l'innocente, celui qui est venue te chercher l'autre soir. » visiblement niveau discrétion elle aurait pu faire mieux ce soir là. Même si ce n'était pas la fin du monde que ces collègues soit au courant pour Jake. Cependant si elle n'a pas vraiment envie de parler de sa vie privée avec lui, elle ne peut s'empêcher de détecter un petit sentiment d'agacement ou de jalousie pour les pompiers de la ville de Washington. Elle sourit et se tourne vers lui tout en croisant les bras sur sa poitrine « Quelque chose contre nos adorables pompiers Oakley? »  à ce moment là quelques regards se tournent vers eux. Ce qui fait encore plus sourire la jeune blonde, qui sans réellement le vouloir avait mis Wes dans un certain embarras devant les autres personnes. Riley connait les quelques petits problèmes avec certains pompiers de la ville et Wes, notamment Tommy Whelan dont elle avait pu entendre le prénom parfois lorsque Wes était en colère. Les deux partenaires se dirigent vers la sortie de l'immeuble abritant les bureaux du FBI. Un petit signe de tête aux vigiles et les voilà sur le parking « Je vois pas ce que vous leur trouvez je dois avouer. » le fameux mystère de la gente féminine. Elle hausse les épaules car elle même n'a aucun élément de réponse précis à cette question. L'uniforme? le fait qu'ils soient vus comme des héros? Elle ne sait pas mais elle sait aussi que lorsque les filles entendent le mot pompiers de suite tout devient plus intéressant « Est ce que tu as déjà vu un calendrier avec les flics de la ville? » elle pose sa main sur la poignée de la voiture. Elle ne conduit pas. Non Wes ne la laisse pas conduire. Jamais. Elle a bien sûr crié au scandale à maintes reprises mais rien n'y fait. Il lui ressert toujours le même discours: il a plus d'expérience, c'est sa voiture, il n'aime pas être sur le siège passager, Riley est une femme donc par définition elle ne sait pas conduire...  des excuses plus stupides les unes que les autres selon l'agent Valentino mais elle laisse passer. Sauf quand elle a envie de prendre la tête à son charmant collègue. Ce qui arrive fréquemment à vrai dire « Non. Mais je vais peut être en lancer un. » tous deux s'installent à l'intérieur. Cette réponse fait rire Riley, qui n'a pas le moins du mal à imaginer monsieur Wesley Oakley poser pour un calendrier du genre. Ce serait mentir que de dire qu'elle n'était pas attiré par Wes, toutes les filles de la ville sont attirées par lui, c'est un fait. Et elle ne peut pas dire le contraire au vue de ce qu'il s'est passé entre eux au mariage de sa grande sœur il y a quelques années en arrière. Bien qu'aujourd'hui, Riley a totalement rayé cette idée de son esprit. Ils travaillent ensemble et sont de très bons amis. Leur relation s'arrête à cela. Pendant le trajet, Riley regarde les différents dossiers des hommes à qui elle va devoir faire face aujourd'hui. Tous font aussi peur l'un que l'autre, réellement peur. De vrais têtes de mafieux. D'ailleurs ils n'auraient probablement pas pu faire un autre métier que celui qu'ils exercent en ce moment même. Au vue des arrestations, condamnations il ne sont pas des enfants de chœurs. Elle n'est pas réellement pressée d'aller à leur rencontre, mais ce sentiment de danger lui plait au fond. Sans doute pourquoi elle est devenu policière puis agent au FBI, bien sûr servir son pays et protéger sa population est une raison première mais le fait aussi de jouer avec le feu à chaque instant de sa vie lui plait.  Elle relève la tête du dernier dossier et remarque qu'ils sont déjà arrivés devant le bar en question. Un bar tenu par un russe, connus des services de police mais en aucun cas menaçant pour le pays. Riley regarde le bar avec curiosité, elle est passé devant cet endroit plusieurs fois sans jamais y entrer. Ce n'est pas le genre d'endroit à fréquenter en réalité. Pas forcément un repère de brigands mais bien connu de la police pour recevoir certains des plus dangereux membres de la mafia. Mais toute le monde est innocent jusqu'à preuve du contraire, et venir boire un verre ici ou bien regarder un match de football n'est pas un crime à l'heure d'aujourd'hui. Alors même si les forces de l'ordre ont des soupçons tant qu'il ne se passe rien de concret il est impossible de jeter tous ces types derrière les barreaux. Et c'est ce qui rend aussi malade Riley. Car ces types sont louches, ils ne sont pas innocents mais on ne peut pas les enfermés seulement pour des rumeurs ou des faits passés.  Elle laisse le dossier sur le siège, ajuste son arme dans son holster avant de descendre de la voiture. Un regard vers Wes qui fait la même chose. Ils ne savent pas ce qui les attendent à l'intérieur. Avant de pousser la porte d'entrée, Wes passe une main autour de la taille de Riley. Cette attitude la fait sourire, mais elle ne dit rien. Ce n'est pas la première fois qu'ils jouent les faux couples pour une affaire. Ce qui a de bien aujourd'hui, c'est qu'ils ne sont pas obligés de se parler pour se comprendre et savoir ce qu'ils ont à faire. Wes en gentlemen parfait laisser passer Riley en premier, qui d'un coup d'œil parcours la salle. Ce n'est pas bondé, et seulement des hommes présents, sauf  une serveuse derrière le comptoir. Wes lui fait signe de s'assoir à une table près de l'entrée « Tu restes là Valentino et tu observes comment on obtient une information. » elle hausse les sourcils. Sérieusement? il se la joue comme ça? Elle regarde la salle et reporte son attention sur Wes « Tu crois pas que je.... » mais il lui coupe la parole de suite tout en affichant ce sourire si confiant sur son visage. Elle soupire et se laisse tomber contre le dossier de sa chaise, elle allait simplement lui dire qu'elle devrait y aller au vue de la population dans ce bar. Que ce serait plus simple pour elle d'obtenir une information, mais elle le laisse faire. Elle ne voudrait surtout pas le vexer ou quoi que ce soit. Loin d'elle cette idée. « Tu observes et tu apprends. » elle observe le petit manège de Wes avec le barman, il lui commande deux bières et pose des questions probablement innocentes en apparences mais qui sont étudiées au millimètre prêt. Elle n'entend pas exactement ce qu'ils se disent, mais au vue de l'expression sur le visage de son partenaire, il n'obtient pas ce qu'il veut et elle sait que ça l'agace. Elle le sait parce qu'elle le voit plisser les yeux légèrement et resserrer sa mâchoire. Elle le connait assez bien pour remarquer ce genre de tic chez Wes, et puis elle est formé pour remarquer ce genre de chose. Elle regarde le jeune brun revenir vers elle, les bières à la main, il n'a rien obtenu et ce n'est pas nécessaire qu'il lui dise. La jeune blonde attrape sa boisson et en boit une gorgée. Elle ne devrait pas car elle est en service mais elle donne simplement le change, car si les deux agents sortent de suite sans toucher à leur boisson cela pourrait paraître suspect. Riley regarde par dessus l'épaule de Wes et reporte son attention sur lui  « Tu permets que j'essaie? » il secoue la tête négativement, non pas qu'il lui interdit quoi que ce soit, mais il sait que c'est perdu d'avance « Ils ne parleront pas. » elle fronce les sourcils et sourit. Elle enlève sa veste et ajuste son décolleté, tout en laissant apparaître un peu sa poitrine et son soutient gorge noir en dentelle. Les yeux de Wes bloque sur la poitrine de Riley qui se délecte de ce moment. Elle se racle alors la gorge pour qu'il la regarde dans les yeux. Décidément dès que les femmes montrent un peu de peau tous les hommes sont obnubilés. Mais ce comportement ne la choque en rien, elle connait Wes, elle connait sa réputation avec la gente féminine. Et elle mentirait si elle disait qu'elle n'aimait pas attirer le regards des hommes. Elle détache ses cheveux blonds qui tombe sur ses épaules « Observes et apprends Oakley » elle lui adresse un clin d'œil en quittant la table. D'un pas assuré, elle se dirige vers la table où trois hommes sont assis autour d'un café. Ils parlent Russe et donc ils ne soupçonnent pas un instant que Riley pourrait comprendre ce qu'ils disent. Et à l'entente de certains mots, elle comprend rapidement qu'ils n'ont pas une conversation des plus innocentes.  Ce n'est pas une discussion sur le dernier match de l'équipe de football nationale. Elle affiche un grand sourire et avec un simple bonjour est ce que je peux m'assoir, elle obtient une place à leur table. Elle rigole, peut être un peu fort mais ça marche. Ca marche toujours de jouer les filles un peu stupide au fond avec ce genre d'homme. Elle bat des cils, minaude. Elle reste en leur compagnie un petit moment, elle flirte ouvertement avec l'homme en face d'elle, mais jette aussi quelques regards aux deux autres. Elle ne tient pas à les vexer. Elle veut obtenir cette information et elle est prête à tout - ou presque - lorsque la main de l'homme à sa droite se pose sur sa cuisse, elle sourit. Mais ce sourire est crispée, elle n'aime pas ça. Elle n'aime pas avoir sa main sur elle. Elle tente de cacher son dégoût au maximum, elle jette un regard en biais à Wes qui semble prêt à intervenir si besoin. Il a sa main proche de son holster à la ceinture. Elle espère que l'homme ne trouvera pas le sien car la main du russe se balade dangereusement dans son dos. Riley s'excuse et trouve une raison pour partir, mais avant elle doit laisser son numéro de téléphone aux hommes, bien entendu elle laisse un faux numéro. Il est hors de question qu'elle laisse son vrai numéro, elle n'est pas folle. Elle se dirige vers la porte du bar et fait un simple de tête à Wes pour qu'il la suive à l'extérieur. Elle s'arrête et se retourne vers son partenaire tout en souriant, et en lui tendant une serviette en papier avec une adresse notée. Elle est fière d'elle, elle a gagné, elle a obtenue l'information et pas lui. Elle l'a battu. Oui ce comportement peut paraître enfantin mais Riley assume totalement. Elle est une très mauvaise perdante, alors quand elle gagne elle le montre. Parfois un peu trop. Wesley soupire et attrape la serviette en papier. Lui aussi est mauvais perdant surtout lorsqu'il s'agit de sa partenaire « 350 à l'angle de Flowers et Reagan. » il la regarde en haussant les sourcils. Il sait qu'il va entendre cette histoire encore longtemps « Le talent Oakley. Je t'apprendrais peut être un jour.  » elle lui adresse un clin et une tape sur l'épaule. Elle ne peut s'empêcher de rire tout en se dirigeant vers leur voiture. Elle savoure sa victoire. Elle s'installe à sa place côté passager et elle attend patiemment que monsieur Oakley est finit de râler et marmonner dans sa barbe. Lorsqu'il s'installe derrière le volant, il regarde Riley en secouant la tête légèrement « Quel talent? tu as juste montrer tes seins je te ferais remarquer. » effectivement, si elle était honnête avec elle même, elle avouerait qu'elle a obtenu cette piste grâce à sa plastique, mais bien sûr cela ferait bien trop plaisir à Wes. Elle hausse les épaules, après tout elle a bien le droit d'utiliser ses avantages non? Sur un ton complètement détaché « J'ai des avantages il faut que je m'en serve non? » lorsque Riley utilise son physique pour obtenir ce qu'elle veut, cela lui pose jamais de problème. Elle est une jeune femme déterminée et elle n'aime pas l'échec, alors elle met toujours toutes les chances de son côtés pour arriver à ses fins. Mais elle ne l'accepte que lorsque c'est elle qui en prend la décision. Elle déteste lorsqu'on utilise son physique ou le fait qu'elle soit une femme à son insu. Riley Valentino est une féministe dans l'âme. Mais elle est aussi de mauvaise foi sur ce sujet, mais elle ne le reconnait que très rarement. Et avec ce genre d'homme, il n'y a que ce genre de comportement qui marche. (...) Riley s'étire, elle soupire et laisse tomber sa tête sur l'appuie tête de son siège dans la voiture. Elle ferme les yeux une seconde et passe ses mains sur son visage, comme pour se réveiller un peu. Cela fait trois heures qu'elle n'a pas bougé, trois heures qu'elle fixe cette fichue porte rouge en face d'elle. Trois heures qu'il ne se passe strictement rien et elle commence sérieusement à perdre patience. Les surveillances, elle n'aime pas. Elle déteste cette partie de son travail qui est plus qu'ennuyeux selon elle. Certes c'est nécessaire, mais qu'est ce que c'est rasoir. Aucun mouvement à signaler, aucune personne n'a passé le pas de porte que ce soit pour sortir de l'immeuble ou bien pour y entrer. Elle sursaute lorsqu'elle entend la porte conducteur s'ouvrir, et pose rapidement la main sur son arme de service, mais lorsqu'elle aperçoit Wes, elle se détend rapidement. Elle se hâte à attraper le gobelet que lui tend Wes, elle a besoin de café, il en va de sa survie aujourd'hui. Elle porte la boisson encore brûlante à ses lèvres et toujours en fixant cette fichue porte, elle s'adresse au jeune brun « Tu sais ce qu'il y a lundi? » bien sûr il ne doit pas savoir, il n'y a sans doute que Riley pour exactement savoir de quoi elle parle. Mais une petite partie d'elle même espère que Wes s'en souvient ou du moins va deviner quel grand évènement s'approche à grand pas « Non » elle grimace et enchaîne rapidement « C'est un anniversaire... » elle affiche un immense sourire, avec cet indice il va peut être s'en souvenir. Le jeune brun tourne la tête vers elle, et attend visiblement un peu plus d'information car au vu de son regard il est complètement perdu avec la conversation actuelle « Le notre. » une date évidemment à fêter, à retenir. Mais Wes ne semble pas de cette avis, dès que la jeune blonde prononce ces mots il manque d'avaler de travers son café et de recracher une partie sur le tableau de bord , la tête qu'il affiche mériterait une photo. D'ailleurs Riley regrette de ne pas avoir son téléphone à porter de main pour immortaliser ce grand moment de fou rire. Riley ne peut s'empêcher de rire et de se moquer de lui, la situation est vraiment trop tentante, sa tête est inestimable « Quoi? » il la regarde avec de grand yeux. Riley peut y lire de l'incompréhension, et même un petit peu de peur face à cette annonce d'anniversaire. Elle soupire et affiche une petite moue déçue qu'il ne se souvienne pas de cette date. Mais elle a décidé d'être indulgente avec lui et par conséquent de ne pas lui en vouloir, du moins pour cette fois « En tant que partenaires. Ça fait exactement un an, ce qui veut dire que ma période de probation sera officiellement terminée lundi. »  et elle a hâte. Très hâte même. Dans quelques jours, elle sera officiellement une agent du FBI à part entière, elle sera l'égale de Wes, mais aussi de June et elle pourra ainsi se moquer des nouvelles recrues. Des petits bleus de la future promotion. Elle sera officiellement plus haut gradé que Tevan, qui lui aussi avait décidé de rejoindre les rangs de police fédérale du pays. Il était encore en formation, mais bientôt il sera sur le terrain. Et Riley aimait cette idée. Elle aimait l'idée de pouvoir éventuellement être de nouveau en équipe temporaire avec le jeune blond  «Félicitation Valentino. » Riley sourit comme une petite fille, elle est réellement excitée par cette idée de finir sa période de probation. Elle n'a pas été maltraitée ou quoi que ce soit. Elle a appris beaucoup et elle sait qu'elle apprendre encore beaucoup tout au long de sa carrière. Mais lundi ça serait officiel pour elle  « Merci. Et ou vas-tu m'amener? » elle se tourne vers lui et affiche un air plus que sérieux suite à cette question. Elle attend une sorte de petite célébration de la part de son partenaire. Mais la réaction de Wes n'est pas réellement celle qu'elle espérait. Il se met à rire, ce qui arrache une grimace à la jeune blonde. Les deux agents ne sont plus concentrés sur la porte, plus du tout. Mais peu importe Riley veut le fin mot de l'histoire. Wesley doit l'invité à boire un verre ou à manger pour célébrer son entrée officielle au FBI « Premièrement tu sais que tu as eu de la chance avec moi. Je suis la meilleure soyons réaliste. Et deuxièmement on doit célébrer le fait que maintenant je suis ton égale Oakley. »  elle venait d'évoquer les raisons pour lesquelles il devaient marquer le coup. Mais elle avait surtout insister sur le fait qu'elle était aujourd'hui - ou dans trois jours officiellement - au même niveau de la hiérarchie que lui, et que par conséquent il ne pouvait pas lui fourguer toutes les tâches qu'il ne voulait pas faire. Parce que oui, Wes avait tendance à trop donner les rapport à taper à Riley, il avait tendance à lui demander d'aller chercher le café pendant leur surveillance.... et si elle effectuait ces tâches là sans rechigner pour le moment, dans trois petits jours tout changerait. Même si actuellement, elle ne se gênait pas pour lui faire des remarques « N'allons pas trop vite. J'ai encore beaucoup plus d'expérience que toi. »  il veut avoir le dernier mot? Mais manque de chance pour lui, Riley aime aussi avoir le dernier mot dans n'importe quelle situation. Un vrai combat de coq entres ses deux là de ce côté là. Elle sourit et tend la main vers le jeune homme, d'abord réticent Wes lui attrape la main. Elle lui serre la main tout en prenant la parole et d'un ton plus que sérieux et solennel elle ajoute  « Et je dois aussi te féliciter Oakley car c'est ta plus longue relation avec une fille. Qui aurait cru que ça marcherait aussi longtemps tout les deux. » les deux agents ne peuvent s'empêcher de rire à cette remarque et d’acquiescer. Oui Wes n'est pas connu pour la durée dans le temps de ses relation avec la gente féminine, mais avec Riley c'était différent. Dans le cadre du travail c'était différent. Pourtant, leur partenariat n'avait pas réellement commencer sous les meilleurs hospices. Mais avec le temps, ils avaient chacun trouver en l'autre un complément, un équilibre au fond. Riley est impulsive mais Wes arrive à la canaliser, et c'est la même chose du côté de Wes. Ils se complètent sur le terrain, ils ont le même humour et peuvent donc se permettre parfois de relâcher la pression sans que l'un ou l'autre soit outré par le comportement de son partenaire. Ils n'ont parfois pas besoin de parler, d'un simple regard ils se comprennent et peuvent alors agir en toute discrétion sur le terrain. Riley et Wes étaient une équipe de choc, même si personne ne donnait cher de leur duo lorsqu'ils ont été mis ensemble. « Si tu es sage je te paierais une bière, mais seulement si tu es sage. » son ton malicieux et son clin d'oeil font soupirer Riley « Dans tes rêves Oakley. » Riley veut avoir le dernier mot. Et Wes s'apprête à répliquer car bien entendu entre eux c'est une bataille sans fin ce genre de chose, mais il se stoppe et fait signe à Riley de regarder la porte de l'immeuble. Enfin un peu d'action. Ils sortent de la voiture et marche en direction du suspect qu'ils ont en vus, ils se séparent chacun de son côté de la rue pour couvrir le plus de terrain possible. Et l'arrêter si jamais l'homme décide de prendre la tangente. Et bien entendu, comme tout bon suspect qui se respecte l'homme se met à courir lorsqu'il voit Wes arriver dans sa direction, Riley soupire et lève les yeux au ciel. Elle n'a pas vraiment envie de courir aujourd'hui. Pourquoi ils s'enfuient tous à la vue des forces de l'ordre? Bon en même temps c'est un bon indice pour savoir qu'ils sont coupables ou qu'ils ont quelque chose à se reproche. Un innocent ne prend jamais la fuite face à la police. Riley se met donc à sa poursuite, Wes passe par la rue parallèle pour l'intercepter plus facilement. Et lorsque les rues se rejoignent, Wes se jette sur le suspect et le plaque au sol. Digne d'un plaquage des meilleurs joueurs de la ligne nationale de football. Riley s'arrête et pointe son arme sur l'homme en noir. Il répète qu'il est innocent, qu'il n'a rien à voir dans cette histoire. Wes le force à rester à terre pour lui passer les menottes « Ne me raconte pas que tu es innocent parce que c’est une insulte à mon intelligence et ça me rend de mauvaise humeur » elle sourit au jeune homme qui ne doit pas avoir plus de 25 ans et range son arme lorsque Wes pousse l'homme vers la voiture « Et crois moi tu veux pas la mettre de mauvaise humeur. » tout en riant. Finalement, la surveillance ennuyante de plus de trois heures aura été fructueuse.

_________________
i guess that i have never really had you, through unbelievable, yesterday, i delayed a stutter that was slowly calming me.


Dernière édition par Riley Valentino le Mar 10 Nov - 23:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 348
ADRESSE ↦ : #63 app. dupont circle.

MessageSujet: Re: Never date a girl with a gun ≈ Riley   Dim 9 Aoû - 8:26

ma petite sestra d'amour ouah ouah c'est toi la plus belle :dead:

_________________
    it's difficult to say goodbye and easier to live a lover's lie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
----------------------------------------


MessageSujet: Re: Never date a girl with a gun ≈ Riley   

Revenir en haut Aller en bas
 
Never date a girl with a gun ≈ Riley
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNTIL WE BLEED  :: You're Up To-
www. bazzart
www. topsite obsession
www. topsite prg
www. topsite bazzart
CONTEXTE
REGLEMENT
BOTTIN DES AVATARS
SCENARIOS
PRESENTATION
INVITES
les membres du mois