#PRAYFORPARIS

Partagez | 
 

 There comes a time to rule by fear ( w/Robb)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 325
ADRESSE ↦ : Santa Monica (LA) // Whashington Henley Suites (DC)


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST:

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: There comes a time to rule by fear ( w/Robb)   Lun 26 Oct - 20:52

if i cut everyone of my life who made a mistake i wouldn't have anyone left
Faire des recherches sur une personne en ne possédant que son prénom n'est pas chose aisée. Même si elle a ses moyens d'obtenir n'importe quelle information sur n'importe qui, la jeune blonde n'est pas non plus une experte en informatique. Elle connait le nécessaire et c'est tout. Elle des employés pour tout ce qui est plus poussé dans ce milieu là.  Elle perd vite patience quand elle ne trouve pas ce qu'elle veut. La patience est une qualité qui fait défaut à Nina. Et elle ne peut pas décemment  demander à un de ses hommes de suivre Lola ou de trouver des renseignements sur elle. Ce serait tout simplement non professionnel et ça pourrait mettre en danger la jeune blonde, ce qui n'est pas le but de Nina. Elle ne veut en aucun mettre une cible sur son dos. Trouver des informations sur la jeune blonde n'est pas dans le cadre de son business, cela n'a strictement rien à voir. Et elle sait qu'il ne faut pas mélanger vie privée et business. C'est toujours une erreur quand ces deux choses se mélanges. C'est simplement pour satisfaire sa curiosité personnelle. Et si cela arrivait aux oreilles de Robb, elle ne donnait pas cher de sa vie, elle entendrait les remarques les plus assassines les unes que les autres comme quoi elle dépassait totalement les bornes et elle recevrait une leçon de morale - bien mal placé selon elle - de la part de son associé. Leur relation était déjà assez tendue depuis leur arrivée en ville, sans qu'elle ne lui donne une raison supplémentaire  pour lui faire des reproches. Le dialogue n'étant toujours pas totalement au rendez-vous. Effectivement la communication n'a jamais été un réel point fort entre eux, la vérité demeurant dans le fait qu'ils sont si similaires l'un et l'autre qu'à un moment donner ils n'arrivent tout bonnement plus à se parler sans se crier dessus et sans se faire des reproches pour tout et n'importe quoi, tel un vieux couple marié. Alors elle avait décidé de faire des recherches à l'ancienne, avec son meilleur ami Google et autres archives de journaux de la ville. Elle avait juste besoin d'en savoir plus sur elle, curiosité mal saine probablement mais indispensable selon Nina. Elle aime connaitre les personnes qu'elle croise, elle aime être au courant pour éviter toutes surprises désagréables par la suite. Déformation professionnelle sans doute. Pourtant, elle n'avait aucun droit de faire, et aucun intérêt si ce n'est peut être que pour trouver un moyen pour tourner la page. Assise sur le lit de sa chambre d'hôtel Nina tapote sur le clavier de son ordinateur, plusieurs fenêtres d'ouvertes sur le bureau de son macbook, tous faisant état de la tragédie qui a touché la famille Chapman. Nina avait certes une image de femme des glaces mais elle se sentait presque mal de lire tous ses articles, et pourtant elle n'arrivait pas à décrocher ses yeux de l'écran. Mais après avoir lu encore trois articles relatant les mêmes fait avec des mots différents, d'un geste vif elle ferme son ordinateur et le pose délicatement sur le lit à sa droite. Être consignée dans sa chambre l'énerve, elle a l'impression d'être revenue à l'adolescence quand son père l'enfermait de force dans sa chambre et qu'il prenait soin de faire garder la porte par deux de ses hommes. Et si lorsqu'elle vivait dans la demeure familiale elle passait par la fenêtre pour échapper à toute surveillance parentale, aujourd'hui de sa chambre d'hôtel c'était bien plus compliqué. C'était d'ailleurs impossible. Elle se lève et s'approche de sa fenêtre pour admirer la vue, mais elle est vite lassée. Washington est une ville agréable, Nina a toujours aimé venir dans cette ville mais jamais elle n'était restée aussi longtemps et sa ville natale, Los Angeles, lui manquait. Et elle commençait à s'ennuyer ici. Rodéo Drive lui manque, la plage lui manque, le surf lui manque, son frère lui manque. Elle va devenir folle elle le sent. Et encore plus quand Renfield décidait de l'assigner à résidence alors qu'elle était supposé faire un deal dans la journée. Un deal comme d'habitude sans réel danger pour la jeune femme. Elle soupire et se tourne vers la table en bois marron, une mallette trône au beau milieu avec une arme à l'intérieur. La sienne. Elle l'a nettoyée, démontée et remontée trois fois déjà. Preuve que rester enfermée comme un poisson rouge dans un bocal n'est pas pour elle. Elle attrape son glock noir avec la crosse grise, une petite fantaisie qu'elle s'est accordée à l'achat de cette arme il y a trois ans maintenant. Elle prend l'arme dans ses mains et la contemple, mais le bruit d'une personne frappant à sa porte, elle réagit au quart de tour et range rapidement l'arme sous le coussin du fauteuil et ferme la mallette. Elle fait quelques pas pour atteindre la porte et lève les yeux au ciel dès qu'elle aperçoit la personne qui est devant elle. Elle laisse la porte ouverte et retourne proche de la fenêtre  « Nina  je.... » elle s'arrête net et fait volte face rapidement vers le jeune brun, elle le fusille du regard, de quel droit se permet-il de l'appeler par son prénom? Il s'arrête lui aussi et semble comprendre l'erreur qu'il a commise à l'instant. Nina ne supporte pas autant de familiarité de la part de Parrish, il a de la chance que son arme ne soit pas chargée car vu l'état des nerfs de la jeune blonde elle aurait pu l'abattre de suite dans cette chambre d'hôtel « Miss Westmore ... Je n'ai rien trouvé de suspect pour l'acheteur de votre peinture, il a l'air clean. » elle le regarde stupéfaite de la réponse qu'il vient de lui donner. Il a l'air clean? mais il se fout clairement d'elle, il n'y a pas d'autres explications. Il a l'air clean. Elle lève les yeux au ciel une nouvelle fois, elle est désespérée, et prend une profonde inspiration, et sur un ton des plus calmes - du moins le plus calmement qu'elle le peut - elle lui répond comme à son habitude avec un réel sarcasme, du grand Nina Westmore « Merci d'avoir été d'une totale inutilité aujourd'hui. »  dit-elle à l'adresse de Parrish tout en lui lançant un chargeur de son arme dessus. Elle est en colère. Elle le montre. Lorsque la jeune blonde est en colère, elle prend ce qui lui tombe sous la main et le lance à travers la pièce. Le brun évite de justesse le chargeur de l'arme. Il avait réussit une fois de plus à mettre à bout Nina. Certes ces derniers temps il lui en fallait peu mais Parrish avec ce don incroyable, il pouvait agacer Nina même sans dire un seul mot. Nina l'avait pris en grippe dès son arrivée sans vraiment savoir pourquoi mais c'était comme ça, d'ailleurs elle n'a toujours pas pris la peine d'apprendre son prénom. Elle s'en fiche qui plus est. Peut être que c'est Ryan son prénom, ou Jordan. Oui Jordan Parrish ça sonne bien. Puis Nina se rappelle soudain que non, que si ce prénom lui est familier c'est tout simplement parce qu'elle l'a entendu dans la série qu'elle avait regardé hier soir en rentrant de son dîner d'affaire avec Mr Noshimuri. D'ailleurs c'est sur le passé de ce dernier que Parrish devait faire des recherches, et bien entendu ce client n'était pas clean et ces liens avec la mafia chinoise ou japonaise, peu importe, étaient bien plus qu'évident. Parrish s'excuse et sort de la chambre de Nina. Elle travaille vraiment avec des abrutis parfois, mais Parrish était encore dans les parages car elle le trouvait plutôt craquant, et qu'elle pouvait le manipuler comme elle l'entendait. Mais le fait de pouvoir faire cela, la contrariait aussi, car cela voulait dire qu'il serait prêt à donner des informations à l'ennemi sous la torture. Mais sans vraiment pouvoir mettre le doigt dessus, Nina ne pouvait se résoudre à le virer. C'était un grand mystère, il l'exaspérait souvent, elle avait souvent envie de l'étrangler et pourtant, elle lui confiait toujours de nouvelles missions. Mais attention, ce comportement n'est en aucun cas à confondre avec de l'amour, ou quoi que ce soit. Elle même n'en connait pas la raison. La jeune blonde ramasse le chargeur de son glock, le range précieusement dans la mallette et repose ainsi l'arme à sa place attitrée. Puis tout en verrouillant la mallette, elle la dépose dans le coffre de sa chambre d'hôtel. Elle attrape sa veste, et son sac à main. Elle est bien décidé à ne plus rester enfermer dans sa chambre, elle doit prendre l'air, sa survie en dépendant. Tout en sortant de l'hôtel, elle aperçoit les deux hommes attribués à sa sécurité, des hommes du cartel qui sont là sous les ordres de Robb bien entendu. Elle les salue de la main et affiche un grand sourire, les narguer un réel jeu pour la jeune femme. Oui quand Nina s'ennuie, elle est vraiment chiante et c'est peu de le dire. Elle arrête un taxi, et elle sait qu'ils vont la suivre alors elle décide de s'amuser un peu et de les balader dans les rues de Washington. Ils feront leur rapport à Robb, et ce dernier fera bien entendu des remontrances à Nina sur son comportement mais peu importe. Elle s'ennuie donc il faut qu'elle passe le temps. Arrivée à destination, elle paye le chauffeur et lui donne un large pourboire, il le mérite après tout. Elle se dirige alors vers la réception de l'hôtel Watergate Complex. Le nom de l'hôtel dans lequel Robb avait posé ses valises faisait doucement rire la jeune Westmore. Le Watergate, le même nom que ce fameux scandale d'espionnage avec monsieur Nixon en première ligne. Bien que Nina n'a jamais été très attentive pendant ses cours d'histoire, elle connaissait cette histoire sur le bout des doigts. Notamment parce que le jour où elle a eu un cours sur ce scandale américain, le professeur d'histoire était le remplaçant et que Nina avait un faible pour lui. A la réception, un homme dans la quarantaine, une aubaine pour Nina qui va pouvoir jouer la carte de la femme étourdie pour obtenir la clé de la chambre de Robb. C'est donc avec un immense sourire, qu'elle s'approche du comptoir, sans oublier de mettre son décolleté en valeur. Si au début, l'homme ne semble pas vouloir lui donner ce qu'elle veut, elle insiste encore un peu, elle lui raconte que son mari va bientôt rentrer du travail, et qu'elle veut lui faire une surprise ... un gros mensonge mais qui marche. L'homme ne l'a cependant pas beaucoup regarder dans les yeux mais peu importe elle a ce qu'elle veut, c'est tout ce qui compte et elle n'a pas eu à soudoyer l'homme donc encore mieux. Une fois dans la chambre de Robb, elle fait le tour du propriétaire puis elle décide de s'assoir sur le lit et d'attendre qu'il daigne revenir. Elle n'a aucune idée de l'heure à laquelle il va rentrer, ou même s'il va rentrer seul, mais elle sait être patiente quand elle le veut. Heureusement son téléphone portable lui tient compagnie. Elle entend la clé dans la serrure et affiche son légendaire sourire. Elle est dans la pénombre, seule la lumière du parking passe à travers les stores à demi fermés. A peine eut-il mit un pied à l'intérieur de la chambre, il allume et sort aussitôt son arme de son dos. Le fait qu'il soit aussi doué pour remarquer que quelque chose ne va pas l'a toujours fascinée. Elle aime ce côté chez Robb. Bien sûr elle ne lui dira jamais et préféra le charrier sur ce côté de sa personnalité. Nina n'a pas bougé d'un millimètre, les armes ne lui font pas peur, et encore moins lorsque Robb braque la sienne sur elle. Elle n'aurait jamais fait cela avec un de ses hommes par exemple, bien souvent un peu trop impulsif avec la gâchette, mais Robb est toujours réfléchie avec une arme dans la main « Je te demanderais bien comment tu vas aujourd'hui, mais en fait ça m'est égal » dire qu'elle n'est pas de bonne humeur est un doux euphémisme, Robb à l'habitude de ces humeurs comme celle d'aujourd'hui. Certes elle aurait pu commencer par lui dire bonjour, de simple banalités et politesses qu'il est d'usage d'avoir mais Nina ne fait pas comme tout le monde. Et elle se fiche bien de savoir comment il faut commencer une conversation. Elle se glisse vers le fond du lit pour se rapprocher de Robb lentement « Quelqu'un est entré dans ma chambre d'hôtel et ce n'est pas la femme de ménage.»  elle aussi elle est douée pour remarquer quand quelque chose cloche, dans chaque hôtel où elle va, elle organise ses affaires de manière a savoir si quelqu'un est bien trop curieux. Elle sait ce que les femmes de chambres changent pendant leur ménage des chambres et elle sait ce que des rivaux peuvent chercher et donc toucher. Nina est très prudente, elle est toujours sur ses gardes et elle n'aime pas quand on met le nez dans ses affaires. Que ce soit dans ses petites culottes ou ses dossiers « Qu'est ce que tu as fait encore? » dans un soupir d'exaspération. Comme si tout ce qui se passait dernièrement devait être lié aux actions de Robb. Et même si elle ne savait pas de quoi il retournait, elle avait ce mauvais pressentiment que tout était lié à cette histoire avec June. Celle qui depuis quelques temps avait retourné la tête de Robb et qui tapait sur les nerfs de Nina Westmore. Nina est jalouse. Très jalouse. Elle n'a jamais été du genre à partager ses jouets ou ses affaires. Et elle n'aime pas partager Robb et encore moins avec elle. Oui Nina est capricieuse mais elle ne s'en cache pas. Elle est possessive avec Robb, comme lui peut l'être avec elle parfois, elle affiche une petite moue joueuse et attrape la veste de Robb « Pourquoi je n'ai pas pu avoir le plaisir de voir le charmant Chase Carstairs? tu es jaloux? » elle attrape le sac que Robb venait de déposer sur le lit et l'ouvre sans demander la permission. Chose qu'elle fait jamais bien entendu. Bien sûr elle se fichait bien de savoir avec qui Robb avait pris du bon temps, mais elle voulait savoir dans quoi il s'était encore embarquer. Elle savait très bien que ce n'était pas elle. Car depuis son arrivée en ville, elle avait fait profil bas.

_________________


    Years, lovers, glasses of wine. These are things that must never be counted
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 655
ADRESSE ↦ : hôtel, Watergate Complex, chambre #312

MessageSujet: Re: There comes a time to rule by fear ( w/Robb)   Ven 30 Oct - 21:03


As I cannot be the hero, let me be the monster, and lesson them in fear in place of love. ››› nina westmore and robb renfield


Robb ressort du ELS avec une envie impressionnante de meurtre. Il a envie de tirer une balle dans la tête de cette plus qu’agaçante Alba Malone. Pour la simple et bonne raison qu’elle avait été plus forte que lui sur ce coup et qu’elle l’avait de toute évidence doublé. Et s’il y avait bien une chose que Robb Renfield ne supportait pas, c’était d’être doublé. Il détestait lorsqu’il ne tenait plus les rênes, lorsqu’un élément lui échappait et qu’il devait faire face à une très désagréable surprise en retour. C’était exactement ce qu’il s’était passé lors de cette rencontre qu’il devait préalablement effectuer avec Chase Carstairs. Enfin, ce n’était même pas avec lui que le rendez-vous avait été fixé mais avec Nina par le biais de l’un de ses hommes et Robb avait immédiatement sentit que quelque chose clochait. Chase ne traitait pas avec Nina. A la rigueur, il traitait avec Shae, aussi rare que cela puisse être, mais pas avec Nina. Parce qu’elle se faisait plutôt discrète depuis son arrivée en ville, et que Robb l’empêchait de faire bien des choses, avouons-le. Comme il l’avait fait aujourd’hui en décidant autoritairement de prendre la place de la blonde pour se rendez-vous. Parce qu’il le sentait mal, qu’il avait eu vent de quelques rumeurs qui l’avaient clairement déplu et qu’il préférait prendre les risques lui-même plutôt que d’envoyer Nina. Alors il l’avait assigné à résidence, demandant à ses hommes de la surveiller. Il avait pris la relève et il ne le regrettait pas une seule seconde. Car comme il l’avait pensé, le rendez-vous n’était pas un simple échange de marchandise contre un lot de billets comme ils avaient l’habitude de le faire. Non. Ce n’était pas du tout cela, et pour ainsi dire, Chase Carstairs n’était même pas là. Le chef, celle qui dirigeait finalement le cartel, celle qui tirait les ficelles, celle qui était la tête pensante de leur trafic de drogue n’était absolument pas la personne que l’on croyait être. Aux yeux de tous, il s’agissait de Carstairs. Parce qu’il était le visage officiel du groupe et qu’il fallait toujours passer par lui pour les plus gros clients. Les transactions s’étant toujours déroulées dans de bonnes circonstances, Robb n’avait pas cherché plus loin, il faisait confiance à Shae et à ses hommes pour se renseigner sur leur cocontractant avant tout échange. Mais de toute évidence, le travail avait été mal fait. Note pour lui-même, passer un savon à Shae. Car personne ne lui avait énoncé que Chase Carstairs n’était finalement qu’un homme de main parmi tant d’autres et qu’il s’agissait bien de la belle et plantureuse Alba Malone qui gérait tout cela d’une main de faire. Leur échange avait été houleux bien entendu, comme on pouvait s’y attendre. Pas parce qu’il y a quelque jours de cela, Alba avait séduit Robb, qu’ils s’étaient sauvagement sauter dessus à l’arrière de sa voiture, sans qu’il ne sache une seule seconde de qui il s’agissait ; mais bien parce que les menaces étaient rapidement venues sur le tapis. Certains hommes de Robb avaient blessé Carstairs à l’issus d’un règlement de compte de clients tiers et ce stupide Carstairs n’avait rien trouvé de mieux que d’être présent malencontreusement. Alors ses hommes n’avaient fait la moindre différence, ils avaient descendu et battu à mort la plupart des personnes présentes. Et maintenant, Robb devait rendre compte auprès de Malone. Bien sûr, il lui avait expliqué la méprise, le quiproquo mais elle n’avait rien voulu entendre. Lui réclamant les noms des hommes qui avaient agis pour son compte. Elle était bien naïve de penser qu’il lui aurait docilement fournis ceux-ci. Si bien que les choses étaient rapidement tournées au vinaigre. Elle lui avait alors rappelé qu’il était sur son territoire ici, qu’elle était le maître des lieux et qu’il se devait de tenir ses hommes. Puis les menaces avaient eu raison de leur conversation. Jamais ô grand jamais Robb ne se laisserait menacer de la sorte. Jamais il ne laisserait qui que ce soit toucher à un seul des cheveux de Nina, de Shae et pire encore de Serena, puisqu’il était évident que c’était d’elle dont il était finalement question. Chose que Robb lui avait bien fait comprendre. Il assumait parfaitement l’erreur de ses hommes, mais si elle en venait à toucher à un seul de ses hommes, et surtout à un seul des cheveux de sa sœur, il était prêt à l’éventrer de ses propres mains. Il ne fallait pas voir Robb fou de rage, ça n’était pas beau à voir. C’était dommage, terriblement dommage qu’ils en viennent à ce genre d’échange. Après tout, Alba et Robb étaient identiques. Ils semblaient travailler de la même façon, avaient le même statut, ne se faisaient finalement pas concurrence puisqu’ils ne vendaient pas le même produit, et avaient passé un moment plutôt agréable à l’arrière de cette voiture. Mais ceci étant, les choses avaient dérapées et aujourd’hui ils avaient un contentieux. Robb avait cherché à être diplomate –oui cela arrive- mais il était évident que cette histoire était loin d’être terminée. Ceci étant, Robb était ressorti de cet échange, plus en colère que jamais. D’autant plus qu’il se retrouvait piéton, Bran étant parti surveiller Nina sur ses ordres. Et il n’était pas question qu’il s’engouffre dans les transports en commun. Il décida dans un premier temps de commencer le chemin à pied, en profitant pour fumer une cigarette libératrice. Ce que la nicotine pouvait faire du bien sur ses nerfs. Jusqu’à ce qu’il ne passe devant un magasin de moto. Rouler avec son Harley lui manquait. Avoir quitté Los Angeles était de toute évidence pas l’idée du siècle, d’autant qu’il n’avait prit que sa voiture et que celle-ci était restée dans le parking de l’hôtel. Sur un coup de tête et quelques dizaines de billets, il acheta une moto. Elle n’était pas aussi belle que celle qu’il avait à LA, mais elle ferait l’affaire. Le vendeur en resta stupéfait de le voir le payer aussi rapidement, en cash et surtout en insistant pour ne lui fournir aucun nom. Cependant, l’amabilité légendaire de Robb fit qu’il ne posa la moindre question et lui fournit le nécessaire. Une fois tout en place, il grimpe sur la moto, enfile le casque et peut enfin rentrer. Ce que cela pouvait fait du bien de retrouver cette sensation, au volant de ce genre de bolide. Le vent venant se répercuter contre chacune de ses parties du corps. Une fois arrivé au Watergate Complex, Robb laisse sa moto dans le parking sous-terrain, juste à côté de sa voiture. Il paierait un autre emplacement, ça n’était pas vraiment un problème. Puis il remonte jusqu’à la réception. « Bonsoir Monsieur Baker, vous avez passé une bonne journée ? » Robb, qui n’était pas assez stupide pour avoir donné sa véritable identité, ne prêta la moindre attention au maître d’hôtel. Il n’était pas franchement le genre à raconter sa journée à qui que ce soit et encore moins à un inconnu. Et puis, il n’avait pour habitude de se prêter à des conversations anodines, dire bonjour était déjà pour lui un effort. Effort qu’il n’était aujourd’hui pas prêt à fournir. Ignorant complètement l’homme à la réception, Robb fonce directement vers les escaliers. Il ne supporte que très peu les ascenseurs dans lesquels il a toujours l’impression d’être pris au piège. Puis il monte quatre à quatre les marches. Il n’est qu’au troisième étage, cela ne lui posait guère de problème. Il ne tarde pas à rejoindre sa suite, mais au moment où il s’apprête à poser sa main sur la poignée, il sent que quelque chose cloche. Son regard s’arrête sur la poignée de la porte qui n’est pas dans la position exacte de celle dans laquelle il l’avait laissé. On pourrait le croire complètement parano, mais le fait est qu’il avait bien trop d’ennemi pour ne pas s’inquiéter de tout. Et son intuition lui avait valu bien des fois d’échapper à la mort. Il jette un coup d’œil à droite, puis à gauche, pour s’assurer qu’il est seul. Puis il sort son arme. Il fait tourner la clé et pousse la porte, définitivement sur ses gardes. Il brandit alors son arme devant lui, et pénètre doucement dans la pièce, après avoir allumé la lumière. Aussitôt qu’il aperçoit Nina Westmore étendue sur son lit, il soupire et abaisse son arme. Ce qu’elle pouvait être agaçante. D’un coup de pieds il ferme la porte derrière lui et laisse son cœur reprendre une allure normale. On l’avait assez emmerdé pour la journée. Il dépose son casque flambant neuf sur la console de sa chambre, ses clés et un sac en papier renfermant le butin de sa vente effectuée. Car finalement, Alba Malone avait accepté la transaction. Ils devaient vraiment être dans le besoin. « Je te demanderais bien comment tu vas aujourd'hui, mais en fait ça m'est égal » A peine avait-il mis un pied dans la chambre qu’elle était désagréable. Et Robb n’était de toute évidence pas le moins du monde apte à ses jérémiades. Il n’avait qu’une envie, à défaut de pouvoir étrangler quelqu’un, qui était celle de prendre une douche et de boire un bon verre de Whiskey pour se détendre. Mais il fallait toujours qu’elle vienne assombrir le tableau. Lui qui pensait pouvoir être tranquille, il se mettait de toute évidence de doigt dans l’œil. « Qu’est-ce que tu fous là Nina ? Comment est-ce que tu es rentrée ? » Elle voulait être désagréable ? Très bien, il n’avait pas l’intention de l’être moins qu’elle. Son ton était froid et réprobateur. Il n’avait pas envie de la voir là. Il avait envie d’être seul, ou bien s’il ne l’était pas, il aurait préféré que ce soit à cause d’une jolie femme qui savait se la fermer et avec qui il pourrait s’envoyer en l’air, juste pour la détente après une grosse journée. Nina n’était pas ce genre de femme, elle ne se la fermait jamais. Et si Robb appréciait cela dans le cadre de leur job, il détestait la plupart du reste du temps cela. Il arque les sourcils à son adresse, attendant une réponse de sa part, quand bien même il avait déjà sa petite idée sur la question. Elle devait avoir fait du charme à cet abruti de la réception pour qu’il lui refile le double des clés –note à lui même qu’il devrait dire à ce crétin de ne jamais faire ce genre de chose s’il tenait un minimum à son job ou tout simplement à sa vie- et elle devait vouloir lui faire valoir son point de vu au sujet de cette transaction dont il l’avait sans la moindre délicatesse écarté de force. « Quelqu'un est entré dans ma chambre d'hôtel et ce n'est pas la femme de ménage. » De nouveau, il arque un sourcil. Qu’est-ce que cela pouvait bien lui faire ? Il la regarde sans dire quoi que ce soit. Si elle se disait assez grande pour pouvoir faire face à certaines grosses affaires, elle devait probablement l’être tout autant pour empêcher les intrus de faire irruption dans sa chambre d’hôtel, ou pour mener son enquête sur le pourquoi du comment. Oui Robb n’était pas le moins du monde enclin à la discussion. Il était d’une humeur massacrante et cela pouvait aisément se voir. « Qu'est ce que tu as fait encore ? » L’attitude de Nina ne lui plait pas du tout. Comme s’il pouvait être le seul à ramener les problèmes. D’autant plus qu’il n’avait pour une fois absolument rien à voir là dedans. Il secoue nerveusement la tête. « Tu n’as qu’à demander à ton idiot de Parrish ! A savoir pourquoi on le garde celui-là ! » Robb n’aimait pas Parrish, comme il n’aimait pas chacun des hommes qui regardaient d’un peu trop près Nina et il ne lui avait fallu que peu de temps pour remarquer l’effet qu’elle avait sur lui. Il ne l’aimait pas mais il l’avait gardé car il faisait un travail relativement correcte et qu’il n’avait pas le temps de se consacrer à la recherche de nouveaux hommes de confiance. Mais, ceci étant, Parrish avait à nouveau commis une erreur, en plus de son faible pour Nina. En effet, Parrish était celui qui était chargé de la mission, avec plusieurs autres hommes et qui avait blessé Carstairs. Il les avait foutu dans une belle merde, c’était un fait et Robb ne décolérait pas. Parce qu’à cause de lui, il avait passé une sale journée et qu’en plus de cela, il avait dû le couvrir –ce qui lui avait fait mal au cœur, il faut le dire. Après un soupire, Robb se dirige vers un placard qui renferme quelques verres et un Whiskey pur malt qu’il a acheté il y a quelques jours de cela. Il s’en verse sans demander à Nina si elle en désire. Elle n’avait qu’à retourner dans sa chambre et passer commande à la réception si elle en souhaitait. Il poursuit tout de même, pour pouvoir énoncer le fond de ses pensées. « Ils ont tiré sur Carstairs, sans savoir que c’était lui ! » Voilà pourquoi Parrish était un abruti, voilà pourquoi Alba Malone voulait leur mort. « Cet abruti traitait avec les Gutierrez. » Les Gutierrez étaient une famille mafieuse avec laquelle le cartel traitait de temps à autre, mais le fait est que ceux-ci étaient de très mauvais payeurs, n’hésitant pas à se foutre ouvertement d’eux. Et c’était pour leur infliger une bonne correction que Robb avait donné l’ordre à ses hommes de s’occuper de cette famille et de se débrouiller pour qu’ils paient. Ceci étant, il avait fallu que Carstairs soit à ce moment en grande conversation avec les Guttierrez. Il boit une gorgée de Whiskey sans sourciller avant de revenir vers Nina. La jeune blonde s’avance vers lui et attrape sa veste. Il déteste la moue qu’elle a actuellement sur le visage. Il ne la connaît que trop bien. Parce qu’elle s’en serre en permanence. Mais Robb n’est en aucun cas sensible à cela –enfin la plupart du temps. Il retire sa main de sa veste d’un geste sec alors qu’il lève lascivement les yeux au ciel. « Pourquoi je n'ai pas pu avoir le plaisir de voir le charmant Chase Carstairs? Tu es jaloux? » Le fait qu’elle utilise le mot charmant pour qualifier cet idiot de Carstairs le fait une fois de plus rouler les yeux. Il s’appuie alors sur le rebord de la console et croise les bras, ne la lâchant pas des yeux. Parce qu’il ne supporte pas qu’on fouille dans ses affaires et que la vue de Nina en train de fouiner dans le sac l’agace. Mais il ne dit rien. Parce qu’il ne s’agissait là que de leur butin et qu’elle allait bientôt en avoir une partie pour elle. Ca n’avait pas vraiment d’importance. Mais aussi parce qu’il ne voyait pas bien en quoi la jalousie avait à voir avec le sujet. « Parce que ce n’était pas Carstairs qui était au rendez-vous. » dit-il simplement. S’il écartait souvent Nina de certaines missions qu’il jugeait dangereuses, elle n’en restait pas moins son associée et elle devait savoir la vérité. Elle devait savoir dans quoi Parrish les avait embarqué de force et que sa vie pourrait très bien être en danger d’ici quelques jours. « Et que maintenant, grâce à ton cher et tendre Parrish, leur cartel veut notre peau. » En gros, c’était ça dont il était question. Bien entendu, Robb ne ratait pas une occasion de rappeler à Nina qu’il n’appréciait guère la relation qu’elle avait avec Parrish, aussi anodine soit-elle selon elle. « Ou au moins celle de Parrish. » dit-il avec un léger sourire. Car Parrish était celui qui avait blessé Carstairs, il était celui dont Alba voulait le nom et en tout franchise, il préférait que ce soit lui plus que n’importe quel homme. Car il ne tenait tout simplement pas à lui. « Je ne suis pas assez idiot pour avoir donné son nom, tu peux te détendre. » Le fait est que Robb ne vendait pas ses hommes. Il avait bien des défauts mais il avait un code d’honneur envers ses hommes et jamais ô grand jamais il irait à l’encontre de cela. Jamais ô grand jamais il vendrait ceux qui travaillaient quotidiennement pour lui, même pour sauver sa propre peau. Il préférait mourir plutôt que d’être une balance. « Mais il va falloir qu’on trouve une solution rapidement, où cette cinglée de Malone va nous descendre un par un. » lâche-t-il en croisant les bras. Il ne jugea pas utile d’expliquer que Malone était la personne qui était au rendez-vous, ni qu’elle était la chef du trafic avec lequel ils s’étaient entretenus, et encore moins qu’il avait pris du bon temps avec elle il y a quelque jours de cela. Il laisse échapper un long et profond soupire alors qu’il retire sa veste en cuire qui commence à lui tenir chaud. « On est sur ses terres Nina, Parrish nous a foutu dans une belle merde ! » C’était le cas de le dire. Et si Robb avait pour habitude de respecter ses acheteurs, il savait que cette fois, les choses avaient été trop loin et qu’elles n’étaient pas prêtes de se régler. Il n’avait fait que repousser à plus tard les hostilités. En soit, Alba n’avait pas tort, ils étaient sur ses terres, elle menait la danse, ils n’étaient que des invités. Les choses s’étaient toujours bien déroulées avec Shae et ce n’était pas leur arrivée qui devait changer quoi que ce soit. Et même si ce genre de leçon l’agaçait, il savait aussi qu’elle avait totalement raison. Robb secoue alors nerveusement la tête. « Comme si on était déjà pas assez dans la merde. » Robb marque une pause, car il sait que cette phrase allait être retournée contre lui. Il savait que les problèmes qu’ils avaient actuellement étaient essentiellement de sa faute. C’est pourquoi il poursuit immédiatement avant qu’elle n’ait eu le temps de dire quoi que ce soit. « Ne fais pas de commentaires là-dessus. » Il ne connaissait que trop bien l’avis de Nina sur le sujet et il n’avait absolument pas envie de l’entendre davantage. D'autant plus qu'il ne lui avait pas dit qu'il venait tout juste de découvrir que June, celle pour laquelle il était finalement venu à Washington, celle qui lui faisait un peu trop tourner la tête, n'était autre qu'un agent du FBI et que cela allait susciter de nouveaux problèmes, de très gros problèmes ...

_________________


    The truth doesn't always set you free; people prefer to believe prettier, neatley wrapped lies ≡ jodi picoult.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 325
ADRESSE ↦ : Santa Monica (LA) // Whashington Henley Suites (DC)


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST:

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: There comes a time to rule by fear ( w/Robb)   Sam 31 Oct - 23:59

if i cut everyone of my life who made a mistake i wouldn't have anyone left
S'il y a une chose qu'il faut savoir sur Nina Westmore, c'est qu'elle fait toujours ce qu'elle a envie et quand elle le décide. Peu importe si cela est mal vu, ou si elle va devoir briser quelques règles. Elle toujours vécue ans une prison dorée, son père l'a toujours considérée comme une véritable princesse. Il en a fait d'ailleurs une princesse capricieuse. Elle est insupportable avec la plupart des gens - juste certaines personnes ont un traitement de faveur et peuvent apercevoir la vraie personnalité de Nina - en règle générale elle en fait qu'à sa tête tout le temps. Nina Westmore est parfois exaspérante. Et celui qui a en fait les frais - peut être trop souvent - c'est Robb Renfield.  Et à Washington, Nina tourne en rond. Littéralement. Alors elle est encore plus exaspérante certains jours. Deux mois qu'ils sont dans cette ville, qui pourtant est très agréable, mais Nina n'arrive toujours pas à réellement trouver ses marques. Peut être parce qu'elle a trop de chose en tête pour pouvoir réellement apprécier la vie dans la capitale du pays. Elle ne sent pas en sécurité, pourtant avec ses activités professionnelles ce n'est pas la première fois que cela lui arrive. Mais ici, cela lui pèse plus que dans les autres villes où elle pose parfois ses valises quelques jours voire semaines. La raison, elle ne la connait pas mais cette sensation ne veut pas la quitter depuis quelques temps. Comme si elle était surveillée à chaque minutes.  Et si elle devait être complètement honnête, si elle devait poser les cartes sur la table, elle dirait que cette sensation de ne pas être réellement à sa place ici, est aussi dû au fait qu'elle ait appris que Tommy a une petite amie. Elle sait que c'est complètement idiot, mais naïvement, elle avait imaginé autrement ses retrouvailles avec le pompier. Pourquoi? Elle ne sait pas vraiment. C'est complètement idiot. Alors, Nina avait pris la décision de se plonger dans le travail, que ce soit la partie légale ou la partie illégale de la chose. Mais Robb avait gâché ses plans juste comme ça. Car Monsieur Renfield avait décidé qu'elle n'irait pas faire cette vente, car il le sentait mal, car c'était bizarre que Nina soit demandé en personne. Et il avait posté deux hommes devant sa chambre pour l'empêcher de fuir, mais c'était bien entendu sous estimer la jeune femme. Nina se faisait un plaisir de rencontrer Chase, une nouvelle fois mais son associé avait estimé que ce n'était pas une bonne idée, que ce n'était pas sûr. Elle n'était pas non plus en sucre Nina, elle pouvait se défendre seule sans problème, elle l'avait prouvé bien des fois auparavant. Pour pouvoir sortir de sa prison de la journée, elle n'a eu qu'à faire un peu de charme aux deux gorilles devant sa porte, quelques sourires, quelques battements de cils est le tour était joué.  Décidément, ils étaient bien trop faibles pour faire partir de leur équipe, d'ailleurs Nina a noté leurs noms  juste au cas où. Le seul qui avait été un peu difficile à semer était Bran, le nouveau bras droit de Robb ici en ville. Bran était sans doute le seul qu'elle appréciait ici, il avait du potentiel et il était difficilement impressionnable. Si sortir de sa chambre avait été d'une facilité déconcertante, entrer dans celle de Robb l'avait été encore plus. On ne peut vraiment faire confiance à personne de nos jours. Si elle n'était pas d'humeur, Robb ne l'était visiblement pas non plus  « Qu’est-ce que tu fous là Nina ? Comment est-ce que tu es rentrée ? » elle lève les yeux au plafond. Un immense sourire apparaît sur le visage de la jolie blonde, elle se mort la lèvre inférieure avant de répondre simplement « Je t'attendais chéri, je pensais que ça allait te faire plaisir. » elle joue clairement avec les nerfs du jeune brun, un jeu dangereux que la blonde adore. Elle s'ennuie dans cette ville. Et quand Nina s'ennuie il faut qu'elle trouve de quoi s'occuper. Si elle avait été à Los Angeles, elle se serait réfugié dans une petite séance de surf, ou bien encore une séance de shopping sur Rodéo Drive mais ici c'était différent. Et puis si elle était dans cette humeur massacrante c'était bel et bien la faute à Robb, alors il était tout à fait normal qu'il la subisse lui aussi. Voyant que Robb n'a aucune envie de jouer le jeu de rôle, elle hausse les épaules et répond à sa seconde question qui était pourtant plus qu'évidente. Elle n'était pas entrée par la fenêtre au troisième étage. Elle était plutôt douée pour s'introduire chez les gens mais elle n'avait pas non plus des super pouvoirs. Alors le plus simplement du monde elle lui répond  « Par la porte, tu sais c'est ce truc avec une poignée et quand tu la tournes ça s'ouvre. » au vu de son regard ce n'était pas cette réponse qu'il attendait, mais c'était bien trop tentant pour Nina pour ne pas le dire, elle soupire et hausse les épaules tout en secouant légèrement la tête de gauche à droite. Robb n'était visiblement pas d'humeur  « Le réceptionniste m'a donné la clé sans poser de question. Je trouve ça d'ailleurs irresponsable de sa part parce que j'aurais très pu là pour t'abattre de sang froid.  » elle ne lâche pas son associé des yeux, elle peut aisément lire qu'il n'a pas le moins du monde envie de plaisanter. Pourtant, c'est elle qui avait le plus de raison d'être dans cette humeur après avoir été évincée comme une moins que rien de sa vente. Si parfois, cela ne la gênait pas plus que ça de ne pas faire telle ou telle transaction, aujourd'hui cela l'avait plus que contrariée.  Elle se sentait déjà enfermée dans une cage dans cette ville, alors ne pas pouvoir sortir comme elle le voulait était une horreur pour elle. Mais aussi le fait d'être suivit l'agace au plus haut point, elle n'est pas libre de ses mouvements. C'est donc tout naturellement qu'elle demande donc à Robb qui il a pu encore une fois mettre en rogne. Mais la réponse qu'il lui donne ne lui plait pas « Tu n’as qu’à demander à ton idiot de Parrish ! A savoir pourquoi on le garde celui-là ! »  elle arque un sourcil. Elle sait que Robb n'apprécie que très peu Parrish mais elle n'aime pas le ton qu'il emploie. Il l'accuse de quelque chose c'est évident. Mais pour répondre à sa question elle hausse simplement les épaules car elle non plus elle ne sait pas pourquoi elle ne la pas viré avant aujourd'hui. Mais malgré le fait qu'il soit parfois incompétent, elle ne peut se résoudre à le laisser partir. Certes il est agréable pour les yeux - enfin selon Nina -  et parfois il fait du bon travail.  Elle suit du regard Robb qui se sert un verre sans lui proposer. Elle ne dit rien, elle le laisse faire mais elle note dans un coin de sa tête de lui apprendre les bonnes manières un de ces jours. Ce n'est pas compliqué de proposer un verre à la personne avec qui vous êtes en train de discuter non? Avant qu'elle puisse lui demander pourquoi il est aussi désagréable aujourd'hui il poursuit « Ils ont tiré sur Carstairs, sans savoir que c’était lui ! »  elle passe la main dans ses longs cheveux blonds et hoche la tête tout en insultant mentalement Parrish qui décidément depuis ce matin ne remonte pas dans l'estime de Nina. Robb ne l'a pas cité expressément mais elle sait que c'est lui le fautif sinon il en aurait pas parlé un peu plus tôt. Car même s'il n'aimait pas l'homme, il ne parlait jamais de lui avec Nina sauf s'il avait quelque chose à lui reprocher que ce soit dans le travail ou sur le fait que ses yeux se balader un peu trop sur la jeune blonde. Et sans avoir à y penser deux fois, elle le croit. Elle se souvient alors avoir vu Parrish le lendemain de la transaction avec quelques bleus au visage et quelques blessures de guerre mais elle n'avait pas vraiment prêté une grande attention à tout cela. Elle avait bien des choses à régler de son côté pour pouvoir se soucier des petits bobos de ses hommes. C'était tout simplement les risques du métier. Elle n'était pas non là pour leur tenir la main à chaque égratignures  « Cet abruti traitait avec les Gutierrez.» une grimace vient s'affichait sur le visage de Nina, elle n'aime pas cette famille. Et c'est peu de le dire. Premièrement parce qu'ils ont tendance à ne jamais payer dans les temps et que les retards de paiement l'énerve - tout comme Robb - et deuxièmement parce qu'un des fils lui avait fait des avances lors d'une réunion. Un total manque de respect. Elle lui avait fait cependant comprendre son point de vue rapidement et efficacement. En d'autre terme elle lui avait refait le nez sans qu'il est a passé sous le bistouri d'un chirurgien. Si Nina aime plaire aux hommes, et qu'elle aime se sentir désirée mais tout le monde n'avait pas ce droit là. Et cet abrutit ne l'avait certainement pas. Mais cette action de la part de Nina l'avait rapidement calmer pour les futures rencontres. Elle prend une mèche entre ses doigts et l'enroule autour « Il s'est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment c'est tout. Il est vivant non?  »  comme si il était chanceux de s'en être sortit en vie, et puis il n'avait aucune raison d'être présent alors pourquoi en faire une affaire d'état « C'est qu'on appelle un dommage collatéral. Rien de plus. » elle regarde Robb se rapprocher d'elle et le voir aussi proche lui donne une idée. Elle en a assez de parler de Parrish ou de cette histoire, si elle est là aujourd'hui, ce n'est pas pour parler de ce petit incident de rien du tout selon elle. Et puis les Gutierrez n'avait eu que ce qu'ils méritaient, c'est une leçon qu'il fallait leur enseigner. On ne peut pas se moquer impunément de Nina et Robb. Ils ne vivaient pas le monde de mickey, s'ils étaient aussi craints et respectés ce n'était pas pour leur amabilité. Mais la profession l'exigeait, il faut savoir que dans ce milieu ce sont les plus fort qui survivent. Les faibles ne durent jamais bien longtemps. La loi de la jungle ou de la rue dans leur situation s'applique. Mais là n'est pas la raison de la présence de Nina, elle veut avoir sa réponse. Elle veut savoir pourquoi Robb l'a enfermée dans sa chambre comme une princesse que l'on enferme dans un donjon.  Elle affiche alors sa fameuse moue, habituellement irrésistible mais Nina fronce les sourcils quand Robb la repousse, elle n'est pas vexée mais elle n'aime pas quand il fait ça . Robb est sans doute un des seuls homme de son entourage à pouvoir la repousser ainsi sans qu'elle ne lui fasse payer par la suite. Nina Westmore a un réel problème avec le rejet dans ce genre et le mot "non" aussi. Ce sont les deux choses qu'il ne vaut mieux pas faire avec elle au risque de le regretter « Parce que ce n’était pas Carstairs qui était au rendez-vous. »  elle le regarde curieuse de savoir pourquoi ce n'était pas le jeune homme comme prévu. Elle n'aimait pas les changement de plan à la dernière minute, cela avait tendance à l'irriter et la rendre encore plus méfiante qu'elle ne l'est à la base « Et que maintenant, grâce à ton cher et tendre Parrish, leur cartel veut notre peau. » le qualificatif utilisé pour parler de Parrish la fait sourire. Robb est jaloux c'est évident, et il a beau dire le contraire Nina sait pourquoi il ne l'aime pas. C'est d'ailleurs peut être pour cette raison que la jeune Westmore garde encore Parrish avec elle. Inconsciemment elle le fait pour cette raison, peut être.  Beaucoup de monde aimerait les voir mort, et pourtant ils sont encore là. Ce n'est pas ce genre de menaces qui effraient Nina, loin de là. Pourtant elle devrait peut être les prendre au sérieux. Car un jour, quelqu'un allait les mettre à exécution. Son père était pareil, il se pensait immortel et pourtant aucun être humain ne l'est. Mais ayant échappé plusieurs à la fois à la mort, le laisse penser parfois. Et Nina était pareil que son paternel. C'est sans doute la raison première pour laquelle, elle fonçait parfois tête baisser dans le danger. Heureusement que Robb était là pour temporiser un peu ce tempérament.   Elle sort une liasse de billet du sac et la regarde avant de la reposer à l'intérieur du sac marron sur le lit « Ou au moins celle de Parrish. » elle lève les yeux vers lui et le voit sourire.  Si quelqu'un doit tuer Parrish c'est elle qui le fera, de ses propres mains. Une légère inquiétude traverse son regard  « Je ne suis pas assez idiot pour avoir donné son nom, tu peux te détendre. »  Elle sait que Robb est plus que loyal quand il s'agit des hommes qui travaillent pour eux. Qu'ils les apprécient ou non. Il y a bien de l'honneur chez les criminels quoi qu'on en dise. Avant de condamner Parrish, elle voulait être sûre qu'il soit le fautif dans l'histoire. Il n'était pas seul sur le terrain ce jour là  « Mais il va falloir qu’on trouve une solution rapidement, où cette cinglée de Malone va nous descendre un par un. » Nina se lève et se rapproche de la fenêtre, son regard s'assombrit, elle n'a plus envie de plaisanter. On ne menace pas Robb ou son business sans répercutions. C'est une chose qu'elle ne supporte pas. Elle sait que cette Malone a menacer Robb, et cette idée est insupportable pour Nina. Sur un ton froid elle s'exprime après un petit silence «  Sauf si on la descend avant. »  elle ne savait pas quel genre de menaces avait été proférées lors de la rencontre ni même quelles vies avait été  menacée de se terminer plus vite que prévue. Mais aucune menaces n'étaient acceptables. Nina n'a peut être plus rien à perdre aujourd'hui, mais Robb c'était le contraire. Il avait beaucoup à perdre et encore plus dans cette ville. Et tout d'un coup, elle se souvient le soir où elle a revu Tommy dans ce bar. Elle était suivit. Elle s'en veut soudain d'avoir approché le jeune blond ce soir, elle n'aurait jamais dû le faire car si c'était les hommes de Alba, ils pouvaient s'en prendre à lui. Et si quelque chose devait lui arriver elle ne se le pardonnerait pas. Non elle ne pourrait pas. Si les ennemis du cartel connaissaient un point faible pour Nina, en la personne de Robb, Alba elle en avait sans doute découvert un autre. Tommy Whelan. « On est sur ses terres Nina, Parrish nous a foutu dans une belle merde ! » elle se retourne vivement vers Robb plus en colère que jamais. Elle laisse échapper un rire nerveux, sur ces terres?  apparemment cette Malone a un réel problème d'égo. Ils ne jouent pas dans la même cours  de récréation.  « Sur ces terres?  Je croyais que Carstairs était le boss? Robb qui est Malone?  » elle le regarde dans l'attente d'une réponse claire et précise.  Mais ce qui agace aussi Nina à l'instant c'est que Robb rejette  la faute seulement sur Parrish. Si le jeune homme a certes commis une erreur ce soir là, il n'était pas le seul responsable et Robb connaissait leurs noms c'est obligatoire « On va régler le problème avec Parrish en interne. Il est hors de question qu'on le donne à Malone. » elle traverse de long et en large la chambre de Robb. Elle est en colère, elle est stressée et cela se voit à des kilomètres à la ronde. Elle n'aime pas du tout la situation dans laquelle ils se trouvent. Si cela arrivait à Los Angeles ils auraient clairement un avantage de terrain alors qu'ici à Washington c'était le contraire.  Elle réfléchie à une solution, et ne pas trouver de suite la met sur les nerfs.  Alors qu'elle fait un énième aller retour Robb reprend la parole « Comme si on était déjà pas assez dans la merde. » et c'est lui qui le dit. Elle s'arrête alors net d'arpenter la chambre et regarde Robb en posant les mains sur ses hanches.  Nina sourit et ouvre la bouche pour répliquer  mais il ne lui laisse pas le temps  « Ne fais pas de commentaires là-dessus. » si elle ne sautait pas sur cette perche qu'il venait tout juste de lui tendre, elle serait bien idiote.  Elle se met à rire , pas que la situation soit très drôle mais plutôt ironique. Il se plaint que Parrish a fait une connerie alors que la sienne dépasse tout l'entendement. C'est clairement l'hôpital qui se fout de la charité, car l'erreur la plus stupide n'est pas celle de Parrish. Mais celle de Robb. Et combien de fois Nina lui a fait remarquer . Avec un ironie qui n'appartient qu'à elle regarde le jeune brun tout en prenant la parole « Rappelle moi qui nous a mis dans la merde en premier lieu ....  » elle lui pique son verre et le porte à ses lèvre, elle déteste le whisky, ce qui lui arrache une grimace lorsqu'elle sent l'alcool lui brûler la gorge. Mais elle a besoin de quelque chose de fort là  « ... a cause d'une...  » elle pince ses lèvres et respire pour éviter de s'emporter une nouvelle fois à cause de cette histoire « non je resterais polie. Je ne vais pas te redire les choses encore une fois. » elle reporte une fois le verre à ses lèvres et cette fois, elle finit le verre de Robb tout en esquissant une nouvelle grimace. Elle déteste vraiment cet alcool, c'est vraiment un alcool de mec. Elle redonne le verre au brun sans aucune délicatesse, et s'assoit sur le rebord du lit tout en croisant ses jambes laissant alors sa jupe remonter sur ses cuisses «  D'ailleurs, as-tu régler le problème?  Si elle parle, elle signe notre arrêt de mort. » elle énonce un fait ici, ce n'est en aucun cas une accusation, ou un reproche. Elle veut simplement se tenir au courant de l'avancé de l'enquête de son associé, mais surtout elle veut savoir s'il aura le courage de régler le problème lui même. Où si elle va devoir s'en occuper elle même. Car Nina sait très bien qu'il peut se transformer en véritable bisounours à cause de cette June Harper.  Et Nina n'aime pas cette facette de Robb, non elle préfère largement l'autre personnalité froide, glaciale et dangereuse qui est tellement plus charmante selon elle. Mais le sujet qui préoccupe Nina à l'instant n'est pas celui-ci, du moins pas aujourd'hui. Non le sujet du jour était sa rencontre avec Malone «  Bref, revenons en au sujet du jour Renfield, je pense que Parrish n'est pas le seul a avoir été présent pour l'échange non? Shae devait être dans les parages?  » Shae. Nina a tellement de chose à dire sur son compte, bien entendu aucune choses gentilles, elle la déteste. Tout simplement. Elle ne comprend pas pourquoi Robb lui fait autant confiance mais surtout pourquoi il la protège autant. Nina jalouse? bien sûr qu'elle est jalouse, et elle ne s'en cache pas le moins du monde. Elle n'aime pas Shae mais la réciproque semble aussi vrai, du moins du point de vue de la jeune blonde. Cette fille se la joue un peu trop selon Nina, elle n'aime pas la manière dont Shae a de lui parler, de parfois remettre en question ses ordres. Bien que Nina ne travaille que rarement à son contact puisqu'elle a décidé de ne pas la considérer du tout.  Elle n'aime pas non plus la manière dont elle a d' être proche de Robb. Nina a toujours eu l'habitude d'être la seule femme du cartel, du moins à Los Angeles puisqu'à Washington il y a Shae. «  Est ce que tu vas aussi lui faire la morale sur comment s'est déroulée la transaction? Elle est la chef n'est ce pas? » son ton est condescendant au possible. Du grand Nina Westmore en somme. Elle connait Robb, il va s'énerver, il va lui dire d'arrêter son comportement de petit fille capricieuse mais peu importe. Nina n'a jamais caché son aversion pour la brunette, ni même le fait qu'elle ne la porte définitivement pas dans son cœur. Si Parrish doit tomber, hors de question qu'il soit le seul.


_________________


    Years, lovers, glasses of wine. These are things that must never be counted
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 655
ADRESSE ↦ : hôtel, Watergate Complex, chambre #312

MessageSujet: Re: There comes a time to rule by fear ( w/Robb)   Dim 29 Nov - 10:15


As I cannot be the hero, let me be the monster, and lesson them in fear in place of love. ››› nina westmore and robb renfield


Robb était d’une sale humeur, cela se voyait comme le nez au milieu de la figure. Si ces derniers temps, tout semblait lui échapper dans sa vie privée, il n’avait la moindre envie que cela se répercute sur leur business. Mais il avait fallu que cet idiot de Parrish fasse absolument n’importe quoi et qu’ils les mettent tous dans une situation bien délicate. Et bien entendu, il avait fallu que Robb prenne tout en main pour tenter un temps soit peu de calmer le jeu. Il détestait ça. Parce que certes, il était plutôt bon négociateur, et savait faire preuve d’un calme olympien dans les situations plus que périlleuses, mais il ne supportait pas devoir rattraper les erreurs des autres. C’était aussi le job d’un leadeur, mais devoir corriger les frasques de Parrish le rendait particulièrement nerveux. Et cela se ressentait à la fois dans sa façon de parler mais aussi de se comporter. Ses gestes étaient brusques et particulièrement secs. A peine rentré dans la pièce et après avoir abaissé son arme ciblant visage de Nina, il se débarrasse immédiatement de ses affaires sans le moindre soin, montrant à la perfection toute l’étendue de sa colère. Il lui demande immédiatement ce qu’elle fait là, malgré que la réponse semble évidente. Nina Westmore ne pouvait se trouver là, dans sa chambre, que pour une seule et unique raison. Ou peut-être pour deux raisons qui finalement revenaient à un même et unique point. Elle voulait lui faire des reproches. Parce qu’il l’avait écarté de cette rencontre qui devait avoir lieu entre elle et Chase –et il s’était avéré qu’il avait eu raison- ou parce qu’il n’avait pas encore réglé cette histoire un brin compliquée avec June, sur laquelle leur opinion respective ne convergeait de toute évidence absolument pas. Il soupire, il n’a de toute évidence pas envie de confrontation. Pas ce soir, pas maintenant. Il a juste envie d’une douche et de repos. Cela fait des jours qu’il n’a pas dormi convenablement. Et surtout, il souhaite qu’on lui fiche la paix. Cependant, Nina en a de toute évidence décidée autrement. Etendue sur son lit, elle lève les yeux au ciel avant d’arborer le genre de sourire qu’il déteste. Elle joue avec ses nerfs en ayant cette attitude totalement désinvolte et nonchalante. Avec cette petite moue boudeuse et cette manie qu’elle a de toujours se mordre la lèvre inférieure. Si beaucoup trouve ça totalement irrésistible, ce n’est pas le cas de Robb, du moins, pas ce soir. « Je t'attendais chéri, je pensais que ça allait te faire plaisir. » Il s’arrête immédiatement dans ce qu’il est en train de faire et la fixe, haussant les sourcils. Ca ne l’amuse absolument pas. Oui, Robb n’était absolument pas dans cette optique ce soir –m’enfin après tout, quand l’était-il finalement ? Il soupire et finit par secouer la tête avant de retirer sa veste. Elle est insupportable. Voyant qu’il n’est pas réceptif, Nina reprend de plus belle, avec la ferme intention de le pousser à bout. « Par la porte, tu sais c'est ce truc avec une poignée et quand tu la tournes ça s'ouvre. » Cette fois, il ne prend même pas la peine de la regarder. Parce qu’il le sait, elle doit sourire encore davantage, amusée de l’agacer autant. Il préfère largement se consacrer au rangement de son arme. « Le réceptionniste m'a donné la clé sans poser de question. Je trouve ça d'ailleurs irresponsable de sa part parce que j'aurais très bien pu là pour t'abattre de sang froid. » Elle avait enfin fini de le prendre pour un parfait idiot, si bien qu’il décide enfin de lever les yeux vers elle. Mais ça ne dure pas vraiment, parce qu’elle ne peut s’empêcher d’en aller de son commentaire. Du Nina dans toute sa splendeur en somme. De nouveau, Robb secoue la tête, visiblement las de son interlocutrice. « Tu me fais perdre mon temps Nina, j’ai pas le temps pour tes enfantillages. » Il n’avait pas envie ni même le temps pour ses moqueries, mais le fait est qu’elle n’avait pas totalement tort. Cet abrutit de la réception devait apprendre ce qu’il devait et surtout ne devait pas faire. Il devait respecter sa vie privée, ne pas lui poser un milliard de questions, cesser de toujours vouloir lui faire la conversation quand il traversait le hall de l’hôtel, et surtout, arrêter de donner la clé de sa chambre à n’importe qui. Car si aujourd’hui, il ne s’agissait que de Nina –mais qu’il s’en serait tout de même bien passé- il aurait pu s’agir de n’importe qui de mal intentionnée. Et il était hors de question qu’il meurt à cause d’un imbécile qui ne parvenait à respecter les indications qu’il lui avait pourtant spécifiquement données lors de son arrivée à l’hôtel il y a quelques semaines de cela. « J’irais dire deux mots à cet imbécile. » finit-il donc par bougonner presque à contrecœur parce qu’il donnait en quelque sorte là, raison à Nina et qu’il détestait par dessus tout cela, surtout lorsqu’elle agissait de la sorte. Il s’éloigne de la jeune femme, histoire d’aller se servir un verre. Il avait de toute évidence besoin d’un petit remontant. Pour calmer sa colère, mais aussi pour oublier un temps soit peu la présence de Nina. Le Whisky semble avoir de bonne vertu puisque l’énervement baisse d’un cran –quand bien même celui-ci reste totalement d’actualité. Il lui énonce alors le fond du problème. Parrish, les Gutierrez, et surtout Cartairs. Cet idiot qui avait décidé de se mêler aux Gutierrez et qui avait fini par être blessé par Parrish. Alors oui, Robb était énervé par Parrish parce qu’il ne le supportait pas depuis bien longtemps déjà, mais il était encore plus furieux contre Carstairs. Parce qu’il n’avait en soit absolument rien contre lui. Que les relations qui liaient les deux cartels avaient toujours été parfaitement cordiales et n’avaient jamais réellement posées de problème. Ils leur arrivaient même parfois de faire affaire ensemble, selon les dires de Shae. Alors oui la faute venait certes de Parrish, mais il n’était pas le seul. Carstairs avait lui-même sa part de responsabilité là-dedans. Au fil de son discours, Robb voit l’expression de Nina changer. Si elle était il y a quelques secondes de cela nonchalante et un brin espiègle, elle avait retrouvé tout son sérieux. Le fait est qu’elle ne plaisantait jamais lorsqu’il s’agissait d’affaires sérieuses concernant le cartel. Elle semble agacée, ce qui est tout à fait légitime, puisque Robb l’est tout autant qu’elle, voir plus, parce que c’était lui qui avait dû faire face à Alba. « Il s'est retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment c'est tout. Il est vivant non? » Robb ne peut s’empêcher d’avoir un léger rictus, ce qui ressemblait de près ou de loin pour Robb à un sourire. Un très mince sourire, mais un sourire quand même. Il ne pouvait qu’être d’accord avec elle. Cette situation était complètement idiote et disproportionnée. « C'est ce qu'on appelle un dommage collatéral. Rien de plus. » Sur les affaires, et quand il ne s’agissait pas pour Robb d’empêcher Nina d’y prendre part, ils étaient toujours sur la même longueur d’onde. Il acquiesce avant de s’appuyer contre la console qui longe le mur en face du lit. Après avoir bu une nouvelle gorgée, il soupire. S’il était bel et bien d’accord avec elle, il n’était pas certain que ce soit le cas d’Alba Malone. « Alba Malone ne voit pas cela comme un dommage collatéral si tu veux mon avis. » S’il ne comprenait pas vraiment pourquoi la jeune femme en faisait toute une histoire, il avait tout de même une brève idée de la raison. C’est alors qu’il lui conte ce fameux rendez-vous. Cette intuition que les choses n’allaient pas être ce qu’elles devaient être, la confirmation de cette dernière, l’arrivée d’Alba, leur conversation, et surtout le fait qu’elle voulait dorénavant la peau du cartel, ou tout du moins celle de Parrish. Il n’avait de toute évidence pas fait attention au fait qu’il ne lui avait absolument pas expliquer qui pouvait bien être cette Alba Malone. Il avait passé bien trop de temps avec cette dernière pour se souvenir qu’elle n’était alors il y a quelques heures de cela une parfaite inconnue. Enfin, elle ne l’était pas vraiment, parce qu’avant même de connaître sa véritable identité, il avait eu à faire à elle, dans un tout autre domaine. Robb se décolle alors de la console pour s’approcher de Nina et poursuivre son monologue. Il n’avait pas vendu Parrish et ne le ferait pas. Pas pour Nina, bien sûre que non, mais parce que malgré toute l’aversion qu’il avait pour lui, il n’en restait pas moins l’un de ses hommes et qu’il était prêt à donner sa propre vie pour eux. Probablement vexée que Robb ne soit pas réceptif à sa tentative de séduction, ou corruption - appelez cela comme vous voulez-, Nina s’éloigne, s’arrêtant devant la fenêtre. Elle est tout à coup beaucoup plus sérieuse. Surtout lorsque Robb lui énonce que cette fameuse Alba Malone souhaite descendre Parrish et a fortiori l’entièreté du cartel. « Sauf si on la descend avant. » Robb secoue immédiatement la tête. Nina est impulsive, bien trop impulsive et là était son plus gros défaut. Elle ne réfléchissait pas assez et prônait toujours davantage l’action à la réflexion, à la diplomatie. Qui aurait cru que le sang froid de Robb serait bien plus important que celui de Nina Westmore. Probablement personne. Surtout à les regarder comme cela à première vue. Car c’était un fait, beaucoup avait peur de Robb, beaucoup disait de lui qu’il faisait froid dans le dos et qu’il en imposait ; quand on disait certes que Nina était la reine des glaces mais à un degré bien moins élevé. La plupart des hommes évoluant dans ce milieu n’avaient pas peur de Nina Westmore, parce qu’ils n’étaient qu’une bande de machos misogynes et ils avaient là bien tort, car elle pouvait parfois faire bien plus mal que Robb ne le pouvait, d’une toute autre manière. Il se devait donc de calmer les ardeurs de la jeune femme. C’était d’ailleurs toujours assez impressionnant de le voir calmer Nina. « Mauvaise idée Nina et tu le sais. On n’est pas là pour démarrer une guerre de gangs ! On était censé se faire discret ! » Et c’était ce qu’ils avaient prévus à la base, mais ceci avait été bien difficile à mettre en œuvre. Les choses avaient si rapidement échappé à leur contrôle. Robb rappelle alors à Nina qu’ils n’étaient finalement pas sur leur lieu de prédilection, qu’ici à Washington, ils se devaient de faire profil bas et de s’accommoder aux règles de la ville, en d’autre terme, aux règles des cartels dominants. Mais ceci sembla provoquer une colère monstre chez Nina. Elle retourne violemment pour faire face à Robb. « Sur ses terres? Je croyais que Carstairs était le boss ? Robb qui est Malone ? » C’est à cet instant qu’il se rend compte qu’il ne lui a pas expliqué qui était cette femme. Il entrouvre la bouche pour rétablir cette erreur, mais elle reprend la parole en commençant à piétiner dans toute la pièce, visiblement sur les nerfs. « On va régler le problème avec Parrish en interne. Il est hors de question qu'on le donne à Malone. » Il lève les yeux au ciel. C’était une évidence qu’ils allaient régler le cas de Parrish en interne et qu’ils ne le donneraient pas à Malone. L’idée qu’elle puisse penser le contraire l’agace, car elle montre clairement qu’elle tient plus qu’elle ne voudrait le dire à Parrish, ou du moins c’est ce que Robb interprète et il déteste cela. Parce qu’il n’aime pas cette proximité qu’il y a entre eux, qu’il déteste tout contact qu’il puisse y avoir entre elle et lui en réalité. Il la regarde un instant suivant ses cent pas effectués au centre la pièce, des yeux. « Carstairs n’est que son homme de main. C’est elle qui tire toutes les ficelles depuis le début. Bran est en train de monter un dossier sur elle, on aura bientôt de quoi se défendre, je l’espère. » Dit-il simplement alors qu’elle est en train de céder à une panique qu’il n’aime pas. Il l’ignore pendant un temps pour poursuivre ce qu’il a à dire. « Mais si tu veux mon avis, elle tient bien plus à son homme de main qu’elle ne le laisse paraître. » Il s’adonne à une réflexion. Parce qu’il en est persuadé, Alba Malone en fait trop sur cette histoire pour que Carstairs ne soit qu’un simple homme de main parmi tant d’autres. Il repose alors son regard sur Nina qui ne cesse de gesticuler. Elle ne l’écoute pas, et ça l’agace automatiquement. Oui, Robb avait surement un véritable problème d’égo, mais il détestait lorsqu’on ne l’écoutait pas, lorsqu’on n’était pas captivé par chacun de ses propos. Il se redresse alors et attrape le bras de Nina qu’il serre assez fort pour la stopper nette dans ses allés retours nerveux dans la pièce. Elle allait finir par lui donner la nausée. Il la fusille du regard pour lui faire comprendre qu’elle devait se calmer. « Il n’a jamais été question qu’on le donne à Malone, Nina ! » C’était seulement ça le problème finalement pour elle ? Qu’il vende Parrish à Malone ? Il fronce les sourcils, ce qui lui donne un air bien plus impressionnant. Il est vexé. Parce qu’il est prêt à parier qu’elle n’agirait pas ainsi dans une situation analogue à son sujet. Il finit par lui relâcher le bras, agacé. « Juste, occupe toi de lui, je n’ai pas envie de perdre mon temps avec cet abruti. » grogne-t-il avant de s’éloigner d’elle. Il reprend le verre qu’il avait posé sur la console et en avale une nouvelle gorgée. Puis il soupire. Tout ceci le rendait fou, l’agaçait au plus au point. Parce qu’ils avaient déjà assez de soucis comme cela, sans pour autant que Parrish ne les mette dans une situation encore plus inconfortable. S’il pensait clairement cela, il ne put s’empêcher d’en faire part à voix haute. Bien sûr, il aurait dû s’abstenir. Car de toute évidence, il oubliait que les trois quarts des problèmes qu’ils avaient en ce moment avaient été causés par Robb, lui-même. Si bien qu’il s’était attendu à ce qui allait suivre. Nina s’arrête devant lui et pose ses mains sur ses hanches, laissant échapper un franc rire qui voulait en dire long. « Rappelle moi qui nous a mis dans la merde en premier lieu .... » Il déteste quand elle fait ça, quand elle le met au pied du mur et quand elle a finalement raison. Il était responsable de bien des écarts ces temps-ci, il en était conscient. Si bien qu’il se contente de lever les yeux au ciel de la manière la plus las possible. Et alors qu’il s’apprête à prendre l’ultime gorgée du contenu de son verre, Nina le prend de cours et attrape son verre, le buvant d’une traite, créant une véritable offuscation de la part de l’homme. « ... a cause d'une... » Il la fusille du regard, lui faisant clairement comprendre qu’elle n’a aucun intérêt à terminer cette phrase, et qu’elle devrait choisir avec soin les mots qu’elle allait énoncer. « Non je resterais polie. Je ne vais pas te redire les choses encore une fois. » Pourquoi fallait-il qu’elle soit toujours aussi insupportable et qu’elle ait cette faculté assez impressionnante à toujours le mettre en colère. Elle lui refourgue le verre vide dans les mains alors qu’elle s’éloigne un instant de lui. Mais elle a tout gagné, la colère qui s’était progressivement évaporée du garçon était revenue au galop. « Ne commence pas sur ce terrain Westmore ! » Il la regarde prendre place sur le lit alors qu’il fait un pas dans sa direction. « Et personne ne t’as appris que c’était mal poli de prendre les choses qui ne t’appartiennent pas ? Tu n’aimes même pas le Whisky et cette bouteille vaut une fortune ! » Cette phrase était totalement ridicule dans la bouche de Robb. Parce qu’il ne se gênait absolument pas pour prendre ce qui ne lui appartenait pas et qu’il avait assez d’argent pour boire aisément ce genre de bouteille hors de prix jusqu’à sa mort, et même au delà. Mais le fait est qu’il n’aimait pas partager. Il se débarrasse rapidement du verre qui l’encombre avant de reporter son attention vers la jeune femme. « D'ailleurs, as-tu réglé le problème? Si elle parle, elle signe notre arrêt de mort. » Robb n’avait pas envie de parler de June avec elle. Il ne voulait en parler avec personne en réalité. C’était son problème, son seul problème et il ne voulait qu’absolument personne ne vienne y interférer. Et ce même si finalement, Nina était en droit de le faire. Parce que, d’une certaine façon, June Oakley tenait aussi la liberté de la grande blonde entre ses mains. « Elle ne parlera pas. » dit-il sèchement sans réellement être sûr de ses propos. Car la vérité était qu’il ignorait totalement si la jeune femme n’allait pas finir par les vendre. Elle ne l’avait certes pas fait jusque là mais cela ne signifiait en aucun cas qu’elle ne pourrait par le faire sur un coup de tête un beau matin où ils se croiraient assez en sécurité pour être surpris de se faire embarquer au moment où ils s’y attendaient le moins. « Bref, revenons en au sujet du jour Renfield, je pense que Parrish n'est pas le seul a avoir été présent pour l'échange non? Shae devait être dans les parages? » La phrase de Nina pique Robb au vif. Il ne supporte pas lorsqu’elle commence à aborder ce sujet. Parce que le cas de Shae a toujours suscité beaucoup de débats, houleux entre eux. Elle ne la supportait pas sans réellement avoir de raison. Parce que Shae avait toujours fait du bon travail. Robb l’assène de nouveau d’un regard noir. Qu’était-elle en train d’insinuer ? Que Shae était tout aussi responsable de l’erreur de Parrish ? Elle perdait complètement les pédales. Il secoue alors la tête, un brin agacé. Shae était intouchable. Il ne supportait tout bonnement pas qu’elle s’attaque à elle quand il était clair qu’elle n’avait absolument rien fait de travers, au contraire de Parrish. « Est ce que tu vas aussi lui faire la morale sur comment s'est déroulée la transaction ? Elle est la chef n'est ce pas ? » Le ton condescendant qu’elle arbore ne lui pait pas du tout. Si bien qu’il fait un pas de plus vers elle afin de lui faire plus aisément face. Il ne comprenait pas pourquoi elle était aussi catégorique au sujet de la jeune femme. Elle avait prouvé à mainte reprise qu’elle faisait son travail convenablement et qu’il n’y avait donc pas lieu de la blâmer pour cela. Bien sûre, Robb avait sa petite idée sur la question. Nina était jalouse. Jalouse qu’une autre femme puisse faire partie du cartel, jalouse qu’elle puisse avoir du pouvoir et qu’elle ne soit plus la seule femme à gérer d’une main de fer leurs affaires. C’était d’un ridicule. « Shae n’a commis aucune erreur, elle n’a fait que son travail. Elle devait descendre des Gutierrez et c’est ce qui a été fait. Parrish aurait dû bosser son dossier et ne pas se jeter sur Carstairs ! » Il arque les sourcils pour appuyer ses propres propos alors qu’il glisse sa main dans sa poche pour en ressortir son paquet de cigarette. Il en avait à cet instant plus que besoin. « Mais de toute évidence, il doit être bien trop occupé à regarder lubriquement les longues jambes de Nina Westmore ! » C’était un reproche. Un véritable reproche envers Parrish mais aussi envers Nina qui alimentait les désirs de cet homme. Désirs qui n’avaient aux yeux de Robb pas lieu d’être. Ou peut-être qu’il ne s’agissait là qu’un moyen de lui montrer l’entendue de sa possessivité. Car il avait beau dire que la jalousie de Nina envers Shae était ridicule, il en faisait tout autant envers cet idiot de Parrish, mais pour des raisons bien différentes. Il n’enviait pas Parrish, parce qu’il était évident qu’il avait un grade bien plus haut placé que ce dernier mais il ne supportait tout simplement pas que d’autres hommes puissent regarder Nina de cette manière. « Je me suis déjà entretenu avec Shae, le sujet est clos. » finit-il par conclure sèchement. En vérité, il ne n’avait toujours pas été voir Shae en chair et en os. Il n’en avait pas encore eu le temps, ni l’énergie. Mais il l’avait eu au téléphone pour qu’elle lui transmette le rapport – aussi bref fut-il- des choses et cela lui avait suffit pour la mettre hors de cause. « Maintenant, si tu pouvais me faire l’obligeance de retourner dans ton hôtel et me foutre la paix, ça serait bienvenue. » Robb et sa délicatesse légendaire, son amabilité à couper le souffle. Il lui jette un regard en biais pour lui faire comprendre qu’elle n’était pas la bienvenue ici avant de se diriger vers la fenêtre pour pouvoir profiter de sa dose de nicotine en paix. « Et occupe toi de Parrish ! » Oui, Robb ne se gênait absolument pas pour donner des ordres à Nina. Elle avait beau être une Westmore, pour lui, elle lui devait obéissance.

_________________


    The truth doesn't always set you free; people prefer to believe prettier, neatley wrapped lies ≡ jodi picoult.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 325
ADRESSE ↦ : Santa Monica (LA) // Whashington Henley Suites (DC)


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST:

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: There comes a time to rule by fear ( w/Robb)   Dim 13 Déc - 20:48

if i cut everyone of my life who made a mistake i wouldn't have anyone left
Nina ne supporte qu'on la considère comme une enfant, comme une petite chose fragile qui a sans cesse besoin qu'on la défende et qu'on la protège du monde extérieur. Elle est bien loin de l'être, et elle met un point d'honneur à le faire savoir à tout le monde. Elle est une grande fille, et elle n'a en aucun besoin de protection. Elle en assez qu'on la voit toujours comme telle, quand son père était encore présent c'était la même chose. Elle ne pouvait pas faire un pas à l'extérieur de la demeure familiale sans avoir un garde du corps avec elle. Elle comprenait que son père pouvait avoir peur pour elle, mais elle n'avait pas besoin d'avoir sans arrêt un gorille sur le dos qui surveillait chacun de ses faits et gestes. Elle n'en pouvait plus de ce manque de liberté, de cet espionnage. Et si lorsque son père est décédé, elle pensait en avoir finit, elle se trompait lourdement. Car Robb Renfield avait pris le relais du paternel. Et même si elle lui répétait qu'elle pouvait très bien de débrouiller seule, il ne l'écoutait pas. Il ne la prenait jamais en considération lorsqu'il s'agissait de sa sécurité.  Robb semble s'entêter à penser qu'elle doit être épiée à tout moment de la journée. Et donc, il lui a semblé judicieux de l'assigner à résidence, ou dans ce cas de l'enfermer dans sa chambre d'hôtel le temps que monsieur joue au gros bras pour une autre vente. Alors que la personne avait spécifiquement demandé Nina. Et Nina n'aime pas être traitée de la sorte. Elle n'a besoin de personne pour assurer sa sécurité, elle n'est pas une petite chose que l'on doit traiter avec précaution. Elle est aussi capable que n'importe quel homme. Alors elle avait décidé de faire payer Robb pour son affront et elle ne connaissait pas une meilleure façon que de venir dans sa chambre d'hôtel et de lui taper sur les nerfs. La vengeance est un plat qui se mange froid, seulement dans le cas de Nina elle n'avait aucune envie d'attendre plus longtemps. Et elle voulait aussi être tenue au courant de la rencontre entre Robb et Chase. Nina n'aimait pas rester sur la touche lorsqu'il s'agissait de son business, Robb le savait et ne lui cachait que très peu de choses à ce sujet. Le seul problème avec Nina c'est sa capacité à faire perdre patience très rapidement au jeune brun. C'est presque innée chez elle. Ce qui il faut l'avouer l'amuse beaucoup. Si beaucoup de personne n'ose pas tenir tête Robb Renfield, par peur de multiples représailles, Nina ne rate jamais une occasion de lui montrer son désaccord, ou sa manière de penser.  Elle n'a jamais eu peur de Robb, sans doute parce qu'elle le connait sans doute plus qu'il ne le pense. Sans doute aussi parce qu'elle a grandit dans ce milieu ou tous les hommes de son père joue le jeu de l'homme sans sentiment et violent. Elle connait bien trop ce milieu là pour avoir peur de qui que ce soit. C'est donc avec son plus beau sourire, et son attitude des plus agaçante qu'elle s'adresse à Robb. Et avec une pointe de sarcasme qui semble exaspérer l'homme en face d'elle « Tu me fais perdre mon temps Nina, j’ai pas le temps pour tes enfantillages. »  mais même avec le ton employé par Robb qui se veut froid et autoritaire, la jeune blonde n'en perd pas pour autant son sourire. Ce ne sont en aucun cas des enfantillages. Nina est presque vexée par son attitude. Et si elle a envie de répliquer, elle ne dit rien. Un simple sourire apparait au coin de ses lèvres, ce seul sourire vaut bien plus qu'une petite remarque assassine envers Robb. Elle aime tellement jouer avec les nerfs du jeune brun, un passe temps qu'elle maîtrise à la perfection. Et dont elle abuse parfois un peu trop souvent. Elle aime le pousser à bout par simple plaisir personnel. Ce qui l'amuse c'est qu'il entre dans son jeu à chaque fois. Alors si en principe ce genre de petit amusement finit dans les bras l'un de l'autre - sans doute une des raisons principales pour laquelle elle aime tant ce petit jeu avec lui - depuis quelques jours la fin n'est plus la même. Et le fait que Robb la repousse, la contrarie fortement. Elle est vexée. Bien sûr elle agit comme si tout cela n'avait aucune importance, mais pourtant c'est tout le contraire. Elle n'aime pas être rejetée de la sorte. Elle n'aime pas perdre à ce jeu, enfin elle n'aime pas perdre tout court. Perdre la met dans une humeur massacrante et ce n'est pas vraiment une bonne idée d'énerver Nina Westmore. Comme on le dit si bien sa vengeance sera terrible dans ce cas là. Mais elle aime encore moins qu'un homme lui résiste, et d'autant plus Robb Rendfield  « J’irais dire deux mots à cet imbécile. » ce ne serait visiblement pas du luxe. Nina sourit face à son attitude, car il avoue - à demi mot - qu'elle a raison. Et Nina aime avoir raison. Et elle aime encore plus que Robb le reconnaisse. Une chose dont elle ne se lasse pas d'entendre, ô bien sûr il ne le dit jamais clairement mais elle arrive à déceler sa confession dans ses réponses. Ce réceptionniste est vraiment un abrutit qui méritait une bonne correction. Nina avait certes usée de ses charmes pour entrer dans la chambre de son associé, mais elle ne supportait pas qu'un petit ignorant puisse mettre en danger la vie de Robb aussi facilement. Car elle ne l'avouerait jamais, mais s'il devait arriver quelque chose à Robb, elle ne s'en remettrait jamais. Et Nina avait déjà sa petite idée sur comment donner une leçon à cet idiot quelques étages plus bas, mais elle laisserait d'abord Robb le faire « Je me fais du soucis pour ta sécurité tu le sais. Et niveau sécurité tu n'es pas vraiment au point chéri. » elle aurait pu accepter la victoire sans en rajouter une couche de plus. Mais bien sûr c'est mal connaître Nina Westmore. Elle aime jubiler quand elle a raison, et surtout quand on lui donne raison. Elle le regarde se servir à boire, elle soupire  « Tu n'es vraiment pas marrant aujourd'hui, il faudrait peut être penser à t'envoyer en l'air. Il paraît que ça aide à améliorer l'humeur. » il faut toujours qu'elle ait le dernier mot. Un cercle vicieux au fond, car Robb aime aussi avoir le dernier mot pendant leur petite joute verbale. Il pense peut être que cela lui donne une certaine autorité. Seul petit problème, c'est que Nina n'écoute jamais ce qu'on lui dit. Et ne supporte vraiment pas de ne pas avoir le dernier mot. Sans doute une nouvelle raison pour laquelle, leur discussion ne se termine jamais bien et que pour arrêter tout affrontement verbal, ils ne connaissent qu'une seule manière pour faire taire l'un et l'autre. Mais si elle est là aujourd'hui, ce n'est pas seulement pour taper sur les nerfs de Robb mais c'est aussi pour parler business. Et Nina affiche une toute autre attitude. Car le cartel pour elle est une chose importante, une chose qui lui tient à cœur. Son père lui a confié les rennes de son entreprise familiale - pas vraiment légale - et elle compte bien la garder à flot encore un long moment. Plus une obligation qu'une nécessité au final, car si cette entreprise vient à couler, elle coulerait avec elle. Et ce n'était tout simplement pas envisageable pour la jeune blonde. Car cela signifierait qu'elle irait croupir dans une cellule de neuf mètres carrés et cette idée là ne l'enchantait pas du tout. Cette idée la terrifiait même. Mais elle garde tout cela enfouie au fond d'elle, et tente simplement d'y faire abstraction pour continuer à gérer le réseau. Mais aujourd'hui un problème de taille s'imposait à eux. Problème que Nina voulait régler au plus vite mais Parrish était concerné. Elle maudit intérieurement, elle le traite d'incapable, d'idiot. Et elle se demande pourquoi le principal concerné n'avait pas évoqué cet incident mineur. Car oui pour Nina, ce n'était pas la fin du monde comme elle venait si bien de le faire remarquer. Et voir Robb sourire lui fait comprendre qu'il est sur la même longueur d'onde concernant le fait que Chase n'aurait jamais dû se trouver là « Alba Malone ne voit pas cela comme un dommage collatéral si tu veux mon avis. » elle hausse les épaules et lève les yeux au ciel.  Elle se fiche bien de savoir comme mademoiselle Malone voit les choses. Il n'avait pas à se trouver là, un point c'est tout. Elle n'est personne pour dire quoi que ce soit. Nina n'est pas vraiment une personne compatissante au malheur des autres, elle en n'a rien à faire en réalité. Elle a perdue toute envie de plaisanter et sin humeur mutine  à présent, et affiche ce regard déterminé qui la caractérise tellement lorsqu'il s'agit des affaires. Celui qu'elle arbore pour chaque réunion avec ses hommes, pour chaque vente avec des clients. La petite partie d'humanité en Nina disparait dans ces cas là. Et son impulsivité à tendance à parler pour elle lorsque quelque chose la contrarie. Tuer Alba Malone pourrait mettre fin à quelques soucis que Nina et Robb ont en ce moment. Et comme à son habitude, Nina s'emporte et dis tout haut ce qu'elle pense tout bas. Elle sait que si Robb n'était pas auprès d'elle, elle se serait sans doute fait tuer depuis un moment, mais elle ne lui donnera jamais la satisfaction de lui avouer cela. Elle a sa fierté, son honneur et il est hors de question qu'elle admette qu'elle a besoin de lui. Elle prône son indépendance haut et fort. Et puis Nina n'est pas une personne qui fait dans les sentiments, dans les explications. Elle ne parle jamais pour s'épancher sur sa vie, sur ce qu'elle ressent.  Elle se retourne vers Robb et plonge son regarde dans le sien. La seule manière pour elle de retrouver ses esprits, de retrouver son calme « Mauvaise idée Nina et tu le sais. On n’est pas là pour démarrer une guerre de gangs ! On était censé se faire discret ! » Robb lui avait dit cela d'un ton calme presque doux, et prend une grande inspiration. Elle serre les poings, et essaie de calmer ses nerfs. Toute cette histoire l'énerve, elle veut régler tout ça au plus vite. Mais sa manière n'est pas une bonne idée, elle le sait. Mais cela réglerait bien des problèmes au fond.  Elle déteste qu'on lui dise comment agir. Elle n'a pas d'ordre à recevoir de personne, et le fait qu'il lui rappelle qu'ils sur ces terres la met complètement hors d'elle. Contrairement à Robb, il  y a très peu de choses qui la fond sortir de ses gonds. En règle générale, elle ne laisse jamais exploser sa colère. Ce qui est encore bien plus terrifiant pour les autres, le calme dont pouvait parfois faire preuve Westmore. Elle ne faisait jamais payer aux autres par la violence, non elle était bien plus vicieuse que cela. La violence ne résout rien selon elle  - ironie quand tu nous tient - mais aujourd'hui elle ne pouvait pas rester calme. Enfin dans certains cas, elle devait employer la violence, le métier qui veut ça mais elle essayait de le faire le moins souvent possible. Elle en avait assez de tout ça. Et les propos de Robb n'arrange pas les choses, elle n'a pas toutes les informations en sa possession apparemment, et c'est inacceptable pour elle. Comment peut-elle gérer ses affaires si elle ne connait pas tous les détails. Rapidement, Robb lui explique la situation. Mais cela ne calme pas pour autant la jeune blonde « Carstairs n’est que son homme de main. C’est elle qui tire toutes les ficelles depuis le début. Bran est en train de monter un dossier sur elle, on aura bientôt de quoi se défendre, je l’espère. »  Celle la, elle ne l'avait pas vu venir pour être honnête. Etre prise au dépourvue de la sorte ne lui plait pas. Elle se sent vulnérable. Et c'est la pire des choses pour elle, mais surtout elle sent la panique l'envahir, chose tellement rare pour elle. S'être fait berner pendant des années de la sorte ne lui plait pas non plus. Elle a envie d'arracher les yeux de ce Chase, qui pourtant est très sexy mais peu importe, elle l'a envie de l'étrangler de ses propres mains pour l'avoir manipuler de la sorte. Mais surtout elle se sent tellement idiote de n'avoir pas vu clair dans son jeu. Elle ne supporte pas qu'on lui mente. Elle pince ses lèvres, elle est stressée, elle panique. Elle en a tout les signes. Son cœur s'emballe, sa respiration aussi. Et ressentir ce genre de chose n'est pas habituel pour elle. Elle ne se rappelle plus la dernière fois qu'elle a été aussi .... elle ne trouve même pas les mots pour décrire son état d'esprit actuel. Elle se rend compte alors qu'elle ne maitrise rien du tout. Mais le fait de savoir que Bran, le seul homme capable dans le cartel -  le seul qu'elle apprécie vraiment aussi - est sur le coup la rassure un peu. Juste un peu. Ils doivent trouver un plan d'attaque s'ils ne veulent pas tout perdre. Et il est bien évident que tout perdre n'est pas une solution envisageable  « Mais si tu veux mon avis, elle tient bien plus à son homme de main qu’elle ne le laisse paraître. »  elle regarde Robb et un sourire en coin nait sur son visage. Les sentiments ne sont que faiblesse, et Nina est très douée pour exploiter les faiblesses des autres et s'en servir à son avantage. Alors si Chase était celle de Alba, Nina allait se faire un plaisir de jouer avec cette idée. Rien de tel pour affaiblir un ennemi « Intéressant. Tu sais ce que mon père répétait: chaque personne a une faiblesse, trouve là et exploite la. » un sourire presque sadique apparait sur ses lèvres. Il ne faut jamais provoquer ou pousser Nina à bout de la sorte. Elle n'est pas encore certaine de la manière dont elle veut gérer les choses, mais elle va bien entendu mettre toute son énergie sur cette affaire là. Personne dans ce monde là n'a le droit de prendre Nina Westmore pour une idiote  sans en payer les conséquences « Il est hors de question qu'elle gagne. Hors de question qu'elle pense qu'elle a un quelconque pouvoir de pression sur nous. » mais elle en avait un de taille : Parrish. Et à cette pensée et aux mots de Robb, elle cède de nouveau à la panique, mais différente de celle qu'elle ressentait quelques minutes avant.  Nina n'écoute plus rien, il est hors de question qu'elle livre Parrish à l'ennemi. Ce n'est pas dans leurs habitudes, même s'il a fait une erreur, le livrer à l'ennemi comme ça serait une trahison. Elle imagine déjà tout ce qu'ils pourraient faire endurer à Parrish, et même si elle ne l'aime pas plus que ça, elle ne supporte pas cet idée. Elle sent une pression sur son bras, et revient immédiatement à elle. Ses yeux rencontrent ceux de Robb et s'arrête de faire les cent pas. Elle se stoppe net et se fige. Elle fixe Robb sans bouger et reprend une respiration normale, son cœur reprend lui aussi ses battements habituels. Un simple regard et il arrive à calmer Nina ce qui est bien nécessaire pour la jeune blonde  « Il n’a jamais été question qu’on le donne à Malone, Nina ! » en réalité elle se fiche bien de ce qui peut arriver à Parrish, du moins c'est ce qu'elle veut se convaincre. Car sans réellement en connaître la raison, elle a dû mal à imaginer éliminer son homme de main. Elle ne l'aime, il lui tape sur les nerfs la plupart du temps et pourtant, ne plus l'avoir sous la main la dérange  « Juste, occupe toi de lui, je n’ai pas envie de perdre mon temps avec cet abruti. » elle ne lui demande pas de perdre son temps comme il lui fait si bien remarquer. Elle se chargera de Parrish en temps voulu. Bien sûr la solution la plus efficace, la plus simple serait de faire disparaitre. En réalité, elle n'avait pas vraiment beaucoup d'option. Elle ne pouvait simplement pas le virer car il pourrait très bien aller parler aux flics pour sauver sa peau, ou bien carrément signer avec un des ennemi du cartel. Alors si elle ne souhaitait plus le garder auprès d'elle, elle connaissait la fin de l'histoire. Mais elle ne peut pas le faire. Elle trouvera donc un moyen de lui faire payer sa maladresse autrement. Mais lorsque Robb évoque les soucis dans lesquels le jeune homme les a plongé, elle ne peut s'empêcher de rire et de faire la morale au jeune brun. Il avait un culot monstre de rejeter la faute sur Parrish, alors qu'il n'était clairement pas le seul responsable de leur descente aux enfers. Non Robb avait sa part de responsabilité la dedans. Et le sujet June Harper énervait toujours Nina. Elle détestait au plus haut point cette brune qui c'était immiscée entre elle et Robb. Et qui plus est, tenait entre ses mains leur avenir. Si cela ne tenait qu'à elle, Nina aurait depuis bien longtemps réglé le problème sans faire d'états d'âmes, seulement elle n'en n'avait pas le droit. Elle connaissait les sentiments de Robb pour la brunette et cela la rendait malade littéralement. Elle n'aurait jamais pensé qu'il aurait pu être assez idiot pour tout lui révéler.  A croire que lorsqu'on dit qu'un homme est idiot quand il est amoureux est bien vrai. Mais elle sait qu'elle ne doit pas perdre son sang froid. Alors elle s'arrête avant de dire quelque chose qu'elle pourrait regretter, ou plutôt quelque chose qui pourrait mettre encore plus en colère Robb. Elle vole le verre de Robb, pas qu'elle aime le whisky parce qu'elle déteste cette boisson alcoolisée mais elle n'a que ça sous la main et elle a besoin d'un remontant « Ne commence pas sur ce terrain Westmore ! »   son ton est catégorique, elle sait ce qu'elle risque en parlant de June. Alors elle se tait, elle ne veut pas revenir sur ce sujet. Il sait ce qu'il a à faire, c'est un grand garçon. Nina n'aime pas se répéter  « Et personne ne t’as appris que c’était mal poli de prendre les choses qui ne t’appartiennent pas ? Tu n’aimes même pas le Whisky et cette bouteille vaut une fortune ! » cette remarque la fait doucement rire. Elle se fiche bien de ce qu'il lui dit, l'argent n'est pas un problème. Et encore moins le fait de prendre ce qui n'est pas elle. Et Robb est bien mal placé pour lui faire la morale de ce côté là. Ils ne sont pas des enfants de chœurs après tout. Et voler, prendre ce qu'ils veulent est le fond de leur commencer. Son père lui a toujours dit qu'elle pouvait avoir ce qu'elle voulait. Si elle veut quelque chose, elle peut l'avoir. Et puis ce n'était que du whisky ce n'est pas non plus le sacré graal pas de quoi en faire tout un monde « Elle ne parlera pas. » il semble convaincu, Nina l'est un peu moins. Elle n'a aucune confiance en elle, et ce depuis le début. Peut être parce qu'elle a carrément retourné le cerveau de Robb, mais aussi parce que Robb s'éloigne d'elle. Oui elle est jalouse. Complètement jalouse. Elle n'aime pas partager, et encore moins Robb. Le partager avec toute ces filles insignifiantes qui ne reste pas plus qu'une nuit dans sa vie, lui convient. Elle l'accepte. Ou elle le tolère plus exactement. Mais June, non. Et encore moins cette Shae, qu'elle ne supporte pas. Et qu'elle n'aimera sans doute jamais. Une rivalité sans borne, alors qu'elles pourraient sans doute s'allier et faire une bonne équipe. Mais Nina refuse catégoriquement d'avoir à faire à elle, elle aime être le centre d'attention des hommes de son cartel. Et elle refuse de partager sa place dans la vie de Robb. Ce qui est sans doute le cœur du problème. Si Robb ne supporte pas Parrish, Nina voue une haine sans borne à Shae. Raison pour laquelle elle ne manque pas de rappeler que la jeune brune était elle aussi présente le jour de l'échange et qu'aux yeux de Nina elle était tout aussi responsable de l'erreur qui a été commise que Parrish. Mais amener Shae sur le tapis, agace encore un peu plus Robb. Il jette un regard noir et menaçant à Nina et s'approche d'elle comme pour accentuer sa menace. Nina lève simplement la tête vers lui tout en restant bien tranquillement assise sur le lit. Elle ne comprend pas cet attachement plus qu'idiot de Robb pour la jeune femme. Et comme elle s'y attend, il prend sa défense « Shae n’a commis aucune erreur, elle n’a fait que son travail. Elle devait descendre des Gutierrez et c’est ce qui a été fait. Parrish aurait dû bosser son dossier et ne pas se jeter sur Carstairs ! » on en revenait toujours au même point. Il prend sa défense, cela énerve Nina, et donc elle cherche à reporter sa frustration sur le jeune homme. Un cercle vicieux. Tout le monde fait des erreurs dans la vie après tout, certes cette dernière avait des conséquences importantes mais comme l'avait souligné Nina, Chase était encore en vie. Mais elle devait avouer que si cela était arrivé à Robb, elle aurait fait tuer le responsable sur le champs sans passer par quatre chemin. Elle n'aurait même pas tenter de négocier avec qui que ce soit  « Mais de toute évidence, il doit être bien trop occupé à regarder lubriquement les longues jambes de Nina Westmore ! »  à l'entente de ces propos Nina affiche un sourire sur son visage. Oui elle aime le pouvoir qu'elle a sur Parrish, et certes elle ne fait rien pour que ce genre de regard cesse. Elle ne le fait pas qu'avec lui d'ailleurs, elle manipule bien des hommes avec son physique. Elle a besoin de savoir qu'elle plait, elle a besoin de savoir qu'elle aliment quelques fantasme de ces hommes. Car c'est ainsi qu'elle garde le contrôle. Elle peut alors les manipuler à sa guise et ils obéissent sans broncher  « Je me suis déjà entretenu avec Shae, le sujet est clos. » le sujet était loin d'être clos pour Nina.  Mais elle trouverait bien autre chose à reprocher à cette Shae dans les jours à venir, car c'était bien évident qu'elle avait sa part de responsabilité dans l'histoire seulement Robb était aveugle pour s'en apercevoir « Maintenant, si tu pouvais me faire l’obligeance de retourner dans ton hôtel et me foutre la paix, ça serait bienvenue. » elle le regarde sans bouger d'un pouce. Le jeune homme attrape une cigarette, ce qui entraine la réaction habituelle de Nina. Elle lève les yeux au ciel, c'est une très vilaine habitude de Robb qu'elle n'a jamais compris. Autant elle comprend le fait de boire un verre pour se calmer les nerfs autant elle ne comprendra jamais cette addiction à la cigarette. Son père avait la même, et parfois sans qu'elle ne s'en rende compte, elle voyait certains traits de sa personnalité en Robb. Il l'avait  bien formé en d'autre terme. Mais elle chasse bien vite ce genre de pensée de son esprit, elle n'aime pas penser à son père ainsi. Même si cela faisait plus d'une dizaine d'année, elle avait l'impression que c'était hier. Et elle revoyait encore la scène dans sa tête, celle où son père se fait abattre froidement. Mais la voix de Robb la ramène à la réalité « Et occupe toi de Parrish ! »  un ordre. Oui Robb lui donne un ordre, ce qu'elle déteste. Personne ne dit ce qu'elle doit faire. Elle soupire assez fort pour lui montrer qu'elle en a assez de cette histoire, pour lui montrer qu'elle ne supporte pas ce genre de ton. Entre eux ça toujours été compliqué. Peut être parce qu'au fond ils sont bien trop similaire. Ils aiment tous les deux avoir le pouvoir sur les autres, ils veulent être aux commandes et ils ne supportent pas quand tout va de travers. Mais aussi parce qu'ils ne pouvaient s'empêcher d'être jaloux de chaque personne qui s'approchait trop de l'un ou de l'autre  «  La jalousie est un vilain défaut Renfield. Et je te ferais remarquer que toi aussi tu les regardes mes jambes. » elle se lève et se rapproche du jeune brun tout en gardant une certaine distance. Elle sort son téléphone portable de la poche de sa veste et tapote rapidement un message tout en assurant à Robb qu'elle va régler cette histoire. Il n' a pas besoin de lui ordonner de la sorte. Elle sait ce qu'elle doit faire, seulement elle ne sait pas si elle va en avoir le courage  «  Je me charge de Parrish. » Et Nina tenait toujours parole, elle ne savait pas encore comment elle allait régler tout cela mais ça serait fait en temps et en heure « Et non je n'ai pas envie de retourner à mon hôtel. Je m'ennuie toute seule. » elle n'était pas dans sa ville, et elle ne connaissait personne alors rester seule dans sa chambre d'hôtel ne l'enchantait pas. Et au contraire de Robb, la jeune blonde est quelqu'un de sociable qui aime être entourée.  Elle déteste être seule, bien que parfois elle est besoin de temps pour elle. Mais la plupart du temps elle a besoin de présence autour d'elle, le silence à tendance à la faire paniquer, à la rendre nostalgique. Et elle n'aime pas ressentir ce genre de chose, alors elle sort, elle s'entoure pour éviter de penser  à tout ce qui se passe dans sa vie. Cela lui évite de devenir parano aussi surtout en ce moment « Je ne sais pas si ça t'intéresse mais ta petite sœur va très bien. Son fiancé est vraiment canon. Elle a l'air heureuse. » habituellement, elle n'aborde jamais le sujet. Elle sait très bien ce que Robb ressent pour Serena. Et elle sait aussi que la laisser derrière lui avait dû être difficile. Elle se mettait rarement à la place des autres, mais elle pouvait comprendre Robb sur ce point là. Elle le comprenait parce qu'elle s'imaginait Jamie à la place de Serena. Et ils avaient ce point en commun leur amour pour leur frère et sœur. Nina s'était installée dans l'hôtel tenue par la sœur de Robb, et au fil du temps les deux jeunes filles s'étaient liées d'une amitié, superficielle mais Nina avait eu un coup de cœur pour la jeune femme. Et c'est une des raisons principales pour laquelle Nina choisit toujours le Henley Suites Hotel lorsqu'elle se trouve en ville. Seulement aujourd'hui, le séjour était bien trop long pour elle. Un silence s'impose dans la pièce, et aucun des deux ne semble vouloir le combler pendant quelques instants. Cependant, Nina brise ce silence bien trop lourd pour elle « On aurait jamais du venir ici en premier lieu Robb. » elle le dit presque dans un murmure, comme si elle se fait la réflexion pour elle même. Elle n'a  pas pour habitude de se montrer vulnérable, de montrer ses doutes et ses peurs. Elle se laisse tomber sur le lit et soupire « On a bien trop à perdre ici. » mais elle regrette déjà de l'avoir dit à haute voix. Jamais elle n'aurait dû faire part de sa peur à Robb. Même Nina a du mal à être elle même dans cette ville. Elle ne sait pas ce qui lui arrive, elle est perdue et elle perd le contrôle. Elle ne se reconnait plus, et cela l'effraie au plus haut point.


_________________


    Years, lovers, glasses of wine. These are things that must never be counted
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
----------------------------------------


MessageSujet: Re: There comes a time to rule by fear ( w/Robb)   

Revenir en haut Aller en bas
 
There comes a time to rule by fear ( w/Robb)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNTIL WE BLEED  :: Watergate Complex-
www. bazzart
www. topsite obsession
www. topsite prg
www. topsite bazzart
CONTEXTE
REGLEMENT
BOTTIN DES AVATARS
SCENARIOS
PRESENTATION
INVITES
les membres du mois