#PRAYFORPARIS

Partagez | 
 

 And I don't know how it's gonna be after this (w/ Enea & Wes)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 1348
ADRESSE ↦ : Adams Morgan # 26 - Colombia Road w/ Wes Oakley


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: Couting stars by One Republic (+) Kiss me by Ed Sheeran (+) Say something by Big great world

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: And I don't know how it's gonna be after this (w/ Enea & Wes)   Lun 9 Nov - 23:28

How far can we go before we break? How long can I wait? How strong do you think I am? How much can I take of this? Am I a rock, or a rose, or a fist?
  Maeve se regarde dans son miroir, elle tourne à droite, puis à gauche. Elle fronce les sourcil, elle rentre son ventre, elle se met sur la pointe des pieds. Elle relève ses cheveux et les attache en un chignon, elle se regarde avec attention et puis laisse de nouveau tomber ses cheveux sur ses épaules en soupirant. Elle se laisse alors tomber sur le rebord de son lit, et soupire. Cela fait deux heures qu'elle hésite sur quelle robe porter, sur la coiffure à arborer, sur le fait d'aller ou non à cette soirée. Si elle aime ce genre de soirée en règle générale, ce soir elle n'est pas vraiment motivée pour s'y rendre. Elle n'a pas le moral, elle est épuisée et en toute honnêteté elle préférerait sortir pour boire au ESL ou rester enfermée dans sa chambre avec un pot de glace sous sa couverture tout en regardant un film complètement débile. Ou encore faire une garde supplémentaire à la caserne. Elle avait déjà évité le repas chez ses parents qui précédait ce gala de charité. Son excuse était bancale mais elle avait fonctionné. Du moins, elle semblait avoir fait mouche chez tous les membres de la famille Stark puisque personne ne lui a demandé plus d'explication. Elle jette un œil à sa chambre, cette dernière ressemble à un vrai champ de bataille. Comme si une tornade venait de sévir. Des affaires un peu partout, ne parlons même pas de ses chaussures qui ne sont plus certaines de retrouver la jumelle tellement elles sont éparpillées. Elle parcours la pièce du regard et soupire, elle est déjà fatiguée à l'idée de se dire qu'elle va devoir ranger plus tard. Son regard se pose sur sa valise. Elle l'a sortit du fond de son placard, mais pour l'instant elle n'a pas eu le courage de la remplir. Elle reste désespérément vide. Même si elle sait que c'est la meilleure solution, elle n'arrive pas à le faire. Elle n'arrive pas à se dire qu'il faut qu'elle parte d'ici avant de devenir folle. Pourtant, prendre du recul pourrait peut être sauver leur relation, du moins leur amitié qui semble s'effriter de plus en plus chaque jour. Depuis leur explication au ESL, ou plutôt depuis leur dispute elle hésite. Elle pèse tous les jours le pour et le contre sur le fait de partir de cet appartement. Mais quand elle rentre de la caserne, elle est épuisée, elle n'arrive plus à réfléchir à quoi que ce soit alors elle s'écroule sur son lit et se dit qu'elle décidera le lendemain. Quand elle n'est pas épuisée par ses gardes, elle est épuisée de ses nombreuses sorties et de ces retour au petit matin à l'appartement. Mais comme l'a si bien fait remarqué Wes, ils ne sont que colocataires. Et elle met un point d'honneur à n'être que ça pour lui. Elle ne lui adresse la parole que lorsqu'elle est obligé, lorsqu'ils se croisent dans la cuisine, ou bien sur le pas de porte de la salle de bain. De simples personnes qui vivent sous le même toit. Le problème c'est qu'elle n'est pas certaines de tenir bien longtemps comme ça. Elle attrape une nouvelle tenue, une robe bleue et la place devant elle tout en se tournant vers le miroir. Elle hésite une minute, deux minutes, trois minutes et puis elle finit par la jeter sur le sol avec les autres robes qui n'ont pas retenue son attention ce soir. Jamais elle n'a été autant indécise que ce soir, mais en réalité elle se fiche de la robe qu'elle va porter ce soir. Son esprit est complètement ailleurs et elle n'a pas envie de sortir de sa chambre. Du moins pas pour ce genre de soirée. Elle a même hésité un instant de venir accompagné, pour avoir une distraction. Et puis elle avait rejeté cette idée. Son rendez vous de fortune aurait été plus un boulet qu'autre chose. Elle se surprend à penser que si rien de tout ça n'était arrivée, ça serait elle qui arriverait à son bras, parce qu'ils auraient finit par y aller ensemble tout en prétendant que c'était simplement pour éviter d'y aller chacun avec sa voiture. Alors qu'au final, aucun des deux n'auraient voulu y aller sans l'autre. Elle ferme les yeux et prend une grande inspiration. Ce qui était fait était fait. Car elle sait qu'il sera là et qu'elle aussi. C'est tellement évident. Elle redoute de les voir arriver ensemble. Parce que dans l'histoire c'est ce qu'elle retient. Et aussi le fait qu'elle est complètement idiote d'avoir pensé que quelque chose aurait pu se passer entre eux. Elle envoie un message à Lola pour lui dire qu'elle la rejoindra directement sur place finalement. Cela lui laisse encore du temps pour se défiler et trouver une excuse pour ne pas y aller. Et si au final, elle se dirige vers la galerie, elle hésite à faire demi tour. Après tout qui remarquerait son absence? Au moment, où elle décide de faire demi tour, elle croise Lola qui affiche un immense sourire et qui passe son bras directement autour de ses épaules « Hors de question que tu te défiles Stark. » Lola sait lire en elle comme dans un livre ouvert c'est effrayant. Les deux amies présentent leur carton d'invitation à l'entrée et l'hôtesse leur fait signe de passer. Elle a opté finalement pour sa robe favorite, une robe bustier noire Mickael Korrs. Assez courte pour dévoiler ses jambes mais de longueur réglementaire pour une soirée officiellement comme celle ci. Ses cheveux attaché dans un chignon fait un peu à la va vite laisse découverte ses épaules. Elle ne compte pas s'éterniser ici de toute manière. Elle va faire acte de présence, sourire, rire à de nombreuses blagues qu'elle ne trouvera sans doute même pas drôles mais elle va faire semblant. Elle va donner une participation pour aider les familles des victimes. Et puis elle va s'éclipser et sortir. Elle va boire jusqu'à que ne plus savoir qui elle est. Et elle trouvera peut être de la compagnie pour ne passer la nuit seule. Ou elle finira chez Casey, encore une fois. A peine entrée Lola s'excuse et va saluer sa sœur. Son regard parcours la salle de la galerie décorée pour l'occasion. Une décoration très patriotique, peut être un peu trop mais le thème de la soirée s'y prête. Elle affiche ce sourire factice qui trompe son monde à chaque fois. Elle salue son chef de caserne qui doit être accompagné de sa femme. Tommy et Casey sont au bar avec quelques collègues de la caserne, elle aperçoit Riley et Lola en pleine conversation. Elle intercepte le serveur qui passe à sa droite et lui sourit au serveur , elle lui vole une coupe de champagne, qu'elle boit d'un trait. Lorsqu'elle aperçoit un second serveur sa main se tend vers le plateau pour prendre une nouvelle coupe, mais une main vient lui voler la coupe qu'elle convoite. Et une voix familière lui murmure dans l'oreille « Je crois que celle là est pour moi. Ralentie Mae sinon tu vas finir sur le bar » elle soupire, elle n'a pas besoin de se retourner pour reconnaître Eliane qui vient là jouer les rabat joies. Comme à son habitude. Elle ne peut décidément jamais être tranquille. « Je n'ai plus cinq ans Elia, et il m'en faut beaucoup plus pour que je danse sur le bar, je ne suis pas une petite nature comme toi. » la jeune procureur lève les yeux au ciel tout en soupirant. Mae ne supporte pas cette attitude chez Eliane, elle a toujours l'impression d'être une petite fille lorsqu'elle se trouve auprès d'elle. Elle lui reproche toujours quelque chose, elle la juge toujours et cela en devient plus que lassant à la fin « Tu devrais te préoccuper un peu plus de ton rencard que de moi je crois.» elle lui vole la coupe de champagne et part dans la direction opposée.   Maeve n'a aucune envie d'écouter ses leçons de morales, elle a juste envie qu'on la laisse tranquille. Elle préfère pour l'instant rester seule, elle n'a pas très envie de se mêler à la foule ou à ses collègues. Elle se balade devant les photos exposées pour l'occasion. Elle ne peut s'empêcher de sentir son estomac se nouer à la vue de ses photos. Elle se rappelle alors ce jour là, elle se rappelle la peur qu'elle a ressentit. Elle n'a jamais eu aussi peur de toute sa vie. Elle a eu peur de le perdre. Elle reste bloqué devant une photo, elle veut détourner le regard mais ne peut pas. Son regard, et son esprit se perdent totalement pas tant dans la contemplation de la photo car son regard est complètement dans le vide. Lorsqu'elle entend la voix de son père prononcer son prénom, elle détourne enfin le regard. Et la vue de sa sœur avec Wes, elle défaillit presque. Elle vide de nouveau d'une traite son verre, il n'y aura définitivement pas assez d'alcool à cette soirée pour supporter cette image qui la hante encore et encore. Elle sait qu'elle devrait partir dans la direction opposée, elle devrait rejoindre Tommy et ne faire cas de rien. Le problème c'est que la fierté de Maeve l'amène bien souvent à prendre des décisions bien trop impulsives. C'est bien connue, sous le coup de la colère ou lorsqu'elle est vexée, Maeve agit et réfléchie par la suite. Un énorme défaut. Elle en est consciente et pourtant elle ne peut pas s'en empêcher. Elle se dirige alors vers son père et sa sœur d'un pas décidé. Et avec un parfait sourire hypocrite elle salue son père tout en l'embrassant sur la joue, comme elle l'a toujours fait depuis qu'elle est une enfant. Elle lance un simple petit sourire à sa sœur et ignore Wes complètement avant de continuer son chemin vers Casey. Elle se précipite dans les bras de ce dernier qui rentre dans son jeu sans réellement demander d'explication. Après tout Maeve se comporte comme d'habitude avec lui, bien sûr ce soir elle a une idée derrière la tête. Mais jusqu'ici rien d'inhabituel aux yeux de tout le monde. Elle ne peut s'empêcher de jeter des regards furtifs vers Enéa et Wes, elle est jalouse à en crever. C'est un sentiment horrible pour elle. Ne pouvant plus réellement supporter ça, elle s'excuse auprès de ses collègues et amis et se dirige directement vers le bar mis en place pour l'occasion. Elle aurait pu jouer de son charme, mais le barman est une femme. Elle lui demande si elle n'a pas quelque chose de plus fort que du champagne ce à quoi la barmaid s'excuse tout en répondant par la négative. Maeve hausse les épaules et accepte le verre de champagne qu'elle lui tend. C'est décidé, elle va aller prendre l'air. Elle a besoin de sortir car elle étouffe ici. Elle a chaud et veut juste de l'air. Mais lorsqu'elle se retourne, elle manque de renverser son verre sur sa sœur  « Oh je suis étonnée que tu es trouvé du temps pour nous honorer de ta présence Enéa. » elle est froide, mesquine presque méchante avec elle. Si Maeve n'est pourtant pas du genre à être aussi rancunière, elle n'arrive pas à être adulte dans cette histoire. Elle en veut à Enéa, elle en veut à Wes, elle s'en veut à elle parce qu'au fond c'est sa faute. Rien que sa faute à elle. Mais elle en veut aussi à Enéa pour l'avoir évité aussi longtemps, elle a l'impression qu'elle la carrément rayé de sa vie. Elle regarde par dessus l'épaule de sa sœur et  aperçoit Wes, et elle sait qu'il va prendre la défense d'Enéa. Et elle n'a aucune envie d'entendre ses reproches, elle n'a aucune envie de recevoir une leçon de morale d'eux deux. Non elle n'est pas prête pour ça « En tout cas je vois que le divorce te réussie. » c'est mesquin, c'est un coup bas. Elle le sait, elle en est plus que consciente mais elle est blessée, plus que ça même et son côté garce ressort dans ces cas là. Sa manière de cacher ce qu'elle ressent réellement.  Elle lève son verre vers sa sœur e, la gratifiant d'un grand sourire, certes hypocrite mais tant pis et se dirige vers la sortie.

_________________


    How did me & you against the
    world, become me against you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 716
ADRESSE ↦ : Incapable de garder la maison qu'elle partageait avec son mari, elle à acquit un superbe Loft dans le quartier de Capitol Hill au numéro 33


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: i was here ❆ BEYONCE

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: And I don't know how it's gonna be after this (w/ Enea & Wes)   Mar 10 Nov - 18:35




We all have our moments don’t we? Were we let frustration take over and wish to not contain it any longer. It’s natural I hear, it’s what makes use humans. Yet if this were to never happen to you it doesn’t make you less of a human. You just express how you feel in a much different way. ››› best sister, best friend and i









Enea ce revoyait encore dire oui à Logan Sanders quand il lui avait demandé si elle ce rendrait au gala de charité que prévoyait de faire le maire en hommage au victimes de la gare cinq mois auparavant. Elle ce revoyait aussi assurer à Eliane qu’elle serait là, qu’elle viendrait c’était certaine. Tout comme elle ce revoyait cocher la case présente sur l’invitation qu’elle avait reçue. Et elle avait pensé y aller, ou tout du moins elle c’était persuadée qu’elle irait mieux qu’elle pourrait s’y rendre avec un réel sourire affiché sur son visage. Mais ce n’était pas le cas, absolument rien ne c’était passé comme prévu … L’opération n’avait rien changé, la chimiothérapie non plus et elle ce retrouvait là ce soir, assise dans son salon plus certaine d’être capable d’y aller. Mais elle ne pouvait pas ce défiler, elle pouvait signer le plus gros cheque qu’elle souhaitait cela ne changerait rien au fait qu’elle ne serait pas présente alors qu’elle avait promis d’y être, et qu’elle devait y être. Elle ne pouvait pas être absente de cette événement alors que des personnes avaient perdus des êtres chers, alors que Wes avait été blessé … Elle ne pouvait pas ignorer une soirée comme celle-ci, même si elle était fatiguée, même si elle avait une vie vraiment merdique elle devait penser aux autres avant tout. Dans un ultime élan elle passe une main sur son visage pour ce réveiller. Aujourd’hui elle a été incapable d’aller travailler, restant allongée toute la journée dans son lit et dormant plus que de raison. Quand elle c’était réveillée il était déjà 17heures et elle était déjà en retard dans ses préparations. Elle n’allait pas faire appel à Sasha, pas cette fois … Si la jeune femme l’avait sauvée à de plusieurs reprises, elle n’était pas capable ce soir de supporter tout les artifices qu’elles mettaient en place ensembles d’habitude. Elle ferait un maquillage léger elle même, ses cheveux n’avaient plus vraiment besoin de beaucoup de soins maintenant qu’ils avaient repoussés et qu’ils étaient encore courts. En fait elle devait tout mettre dans la robe … Elle ce leva alors, toujours vêtu de son jogging et du t-shirt de Mason dont elle ne ce séparait pas. Tout en trainant des pieds elle arrive dans son dressing encore un peu en chantier puisqu’il était beaucoup trop petit pour accueillir tout ses habits et qu’elle avait été forcé d’en laisser dans son ancienne chambre ses parents. Elle savait quel robe elle allait mettre, une robe rouge ferait l’affaire parce qu’elle attirerait les regards et l’attention, et elle en avait justement une acquise chez Dior à Paris plusieurs mois auparavant lorsqu’elle avait du rendre visite à un spécialiste. Elle était là sous cette housse noire, qu’elle eu du mal à attraper sentant ses bras plus faibles que jamais. Heureusement que Wes l’accompagnait, parce que sans lui elle en était certaine elle aurait été incapable de tenir debout toute la soirée … La robe enfin acquise, elle attrape sa paire d’escarpins la plus confortable possible et passe à la salle de bains pour faire du mieux qu’elle pourra. Parce qu’il faut enlever ses cernes, donner de la brillance à ses lèvres et de la rougeur à ses joues bien trop pales. Cela prend presque deux heures avant qu’elle n’arrive à un résultat convainquant mais plus léger que ceux qu’avait l’habitude de faire sa maquilleuse. Fin prête, elle ne met pas ses chaussures à talons tout de suite et opte pour une paire de ballerines puisque lorsque Jo vient la chercher, c’est pour l’amener diner chez ses parents avant de ce rendre au Gala. Rapidement elle remarque l’absence de sa petite soeur après avoir dit bonjour à tout le monde, elle n’avait pas revu Maeve depuis plusieurs semaines et encore moins depuis que Serena lui avait apprit que la jeune femme était au courant de ce qu’elle avait fait avec Wes … Tout deux avaient couchés ensembles, ce n’était pas interdit par la loi, par personne en réalité. Mais la morale d’Enea aurait du l’arrêter alors, par égard envers Maeve. Ce qu’elle n’avait pas fait. Elle le regrettait amèrement, tout comme elle avait peur des conséquences, peur de devoir l’affronter. Enea était connue pour ne pas garder sa langue dans sa poche, et être capable d’affronter qui que ce soit mais c’était un trait que partageait tout les Stark, Maeve incluse, si bien que Enea n’était franchement pas prête à ce qui allait lui tomber dessus. Wesley avait déjà reçu une partie de la colère de la jolie brune d’après ce qu’il lui avait dit, alors elle savait que son tour allait bientôt venir. Contrairement à l’habitude, Enea ne participa pas aux grandes conversations partagées par sa famille lors du repas et quand inquiète sa mère vint lui demander comment elle allait, cette dernière lui servit un mensonge sur un plateau doré : elle allait parfaitement bien. C’était un peu difficile à croire en la voyant agir tout au long de la soirée, mais puisqu’elle souriait avec entrain et qu’elle avait un visage rayonnant pourquoi douter de ses propos ?? Ses derniers mois elle c’était découvert un talent particulier pour le mensonge, elle qui n’aurait jamais pensé en être capable … Ils prirent tous ensembles la limousine pour rejoindre le centre de la ville, et quand ils arrivèrent devant l’événement elle fut soulagé de lire les mots de son meilleur ami s’affichant sur son écran  « Je suis devant, je t’attends. »  Si ce n’avait pas été pour lui, elle ne serait pas venu ce soir. Elle était consciente que sans son intervention, elle ne serait pas venue, et plus important encore elle n’aurait pas été capable de tenir la soirée. Eliane sortie la première, suivit de près par leurs parents, et quand ce fut au tour d’Enea de ce glisser dehors elle soupira une dernière fois avant de ce donner du courage et poser son pied hors de la limousine. Des reporters et des photographes étaient dehors, et elle ce réjouit tout de suite d’être venu avec Eliane puisque tous sont attirés par elle, si bien qu’elle arrive à ce frayer un chemin jusqu’à l’endroit que Wes lui a indiqué. Quand elle le voit son sourire parait plus franc que tout ceux qu’elle à donner jusqu’alors. Quand elle est enfin à ses côtés elle le prend dans ses bras « Tu ne peux pas savoir à quel point je suis contente de te voir … » Elle était certaine qu’il le savait, parce que depuis qu’il connaissait la vérité il était plus apte que quiconque à démêler le vrai du faux qui pouvait s’afficher sur le visage de la jeune femme. Il lui sourit après l’avoir à son tour serrer contre lui, et lui offre son bras auquel elle s’accroche comme désespérée elle avait déjà beaucoup de mal à tenir debout alors que la soirée n’avait pas encore commencée … Ils accompagnèrent tout deux ses parents auprès de donataires et d’autres victimes, comme toujours Enea joua son rôle à la perfection malgré le fait qu’elle avait de plus en plus de mal à rester concentrée. Et tandis que Wes semble en grande conversation avec un jeune homme qu’il semble connaître, Enea balaye la salle du regard avant que ce dernier ne pose sur sa petite soeur. Maeve était là, les fixant tout les deux, et ce qu’elle vit dans son regard ne présageait rien de bon. Elle comprenait, et le fait qu’ils soient venus ensembles n’arrangeait rien à la situation. Wes l’avait prévenu, mais jamais encore elle n’avait vu Maeve la regarder ainsi et ça faisait plus mal qu’elle ne voulait bien le dire … En même temps elle en était la seule responsable, en même temps elle méritait ce regard emplit de haine et de deception. Toujours soutenue par son ami elle lui donne une pression de la main, il la regarde un peu surpris et à la fois prêt à agir si quelque chose ne va pas et elle lui montre Maeve de loin. L’expression sur le visage de Wes, lui fait comprendre qu’il l’a déjà repérée. C’était une situation insupportable et dont ils étaient responsables tout les deux, elle ne regrettait pas ce qu’ils avaient faits mais elle regrettait de blesser ainsi la jeune femme. Et puis elle la voit ce déplacer, vers eux, après avoir vidé son verre.  « Regarde ta soeur est là! » elle ne sait pas d’ou sort son père qui d’un coup est à ses côtés, mais une chose est certain elle avait bien vu que sa soeur était là, ce dirigeant vers eux. Elle la regarde arriver et faire la bise à leur père, s’excusant rapidement mais poliment de n’avoir pas pu être présente au diner. Et pour la première fois depuis plusieurs jours, Maeve croire le regard d’Enea, et si ses yeux disent le contraire elle lui sourit avant de finalement ignorer Wes et partir dans l’autre sens, vers Casey. Elle sent tout de suite la colère s’emparer du jeune homme tandis que tout les deux regardent Maeve agir. C’était idiot, toute cette histoire était complètement idiote et c’était à cause d’elle. Un instant elle lâche le bras de Wes qui ne semble pas comprendre pourquoi elle fait ça « Je reviens » le rassure t-elle finalement, mais ses mots à peine prononcés il reporte tout de suite son attention sur Maeve qui semble ce régaler de faire exprès. Son comportement n’était pas innocent elle le savait, et si dans un sens Wes le savait aussi cela n’empêchait rien au fait que ça marchait parfaitement bien sur lui. Alors elle prend la décision de rejoindre la jeune femme au bar, tandis qu’elle vient de commander un nouveau verre de champagne elle ce retourne et manque d’en renverser tout le contenu sur la robe de Nea. « Oh je suis étonnée que tu es trouvé du temps pour nous honorer de ta présence Enéa. » les propos de Maeve sont froids, et en réalité elle ne lui à jamais parlé de cette façon. Si Enea s’entendait bien avec ses deux soeurs et les aimaient profondément, ce serait mentir que dire qu’elle n’avait pas un lien plus profond avec sa plus jeune soeur. Elle l’aimait plus que l’on pouvait le dire, et elle devait l’avouer elle aurait été capable de bien des choses pour elle … Elle était consciente qu’elle lui avait fait du mal, trop de mal et que c’était irrémédiable. Elle ne pouvait pas changer les choses, mais elle devait lui parler. Enea ne ce démonte pas pour autant, regardant sa petite soeur en secouant la tête « Ne commençons pas de cette façon Maeve … Pourquoi tu n’a jamais répondu à mes appels ? » Parce qu’elle l’avait appelé à plusieurs reprises, elle avait honte de l’avouer et ne l’avouerais pas mais elle savait que Maeve ne lui répondrait pas. Elle savait que cela repousserait la confrontation … Parce qu’après avoir annoncé à Serena la vérité, elle ne c’était pas encore sentie prête d’en faire de même avec sa petite soeur. « En tout cas je vois que le divorce te réussie. » c’était bas, mais le visage d’Enea ne bouge pas. Elle c’était attendu à cette reflexion, elle savait qu’elle allait venir alors à quoi bon y répondre ? Maeve lève sa coupe de champagne vers son visage, et compte partir mais Enea n’a pas dit son dernier mot. « Arrête de jouer l’enfant Mae, arrête de t’enfuir! » C’était vache de sa part parce que c’était ce qu’elle faisait depuis quelques temps, Maeve s’arrête et ce tourne vers elle. Il faut qu’elle avance, qu’elle arrive à parcourir l’espace qui les séparent mais elle n’est pas franchement certaine d’en être capable.

_________________


    HELLO FROM THE OTHER SIDE ≈
    You close your eyes to the chaos around you as you crash into the stone cold wall of your own personal hell, and you ask yourself, ‘Why am I not the only one who has to suffer?' ~ i know i'll lose you 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 738
ADRESSE ↦ : #26, adams morgan w/ maeve stark


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: summer - calvin harris

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: And I don't know how it's gonna be after this (w/ Enea & Wes)   Dim 15 Nov - 23:35


instead of look how much I love you it’s more like look what a disaster it is when I love you ››› enae stark , maeve stark and wes oakley


Devant le miroir de la salle de bain, Wes réajuste sa cravate. Il peaufine les derniers détails de sa tenue avant d’être fin près. Il observe son reflet dans le miroir un instant, avant d’acquiescer pour lui-même, ça devrait faire l’affaire. Après tout, ce n’était pas un concours de beauté et la tenue qu’il arborait n’était absolument pas importante pour lui mais le fait est qu’il aimait quand tout était absolument parfait, et ce soir, il voulait que ça le soit. C’était un fait, cette soirée comptait pour lui. Parce qu’il avait perdu certaines connaissances mais surtout parce qu’il avait lui-même faillit y passer. Il avait été blessé, avait failli perdre l’usage de ses jambes et avait été arrêté cinq mois. Cinq longs mois qui avaient été une éternité pour lui. S’il était conscient qu’il avait frôlé la mort et que sans l’intervention des pompiers- et en particulier de Tommy Whelan- il serait probablement six pieds sous terre à l’heure qu’il est, il n’avait pourtant pas eu cette prise de conscience sur sa vie que certains avaient eu. Sur la durée incroyablement courte de la vie par exemple. Non, il s’était contenté de reprendre le cours d’une vie normale et de rester fidèle à lui-même, enchaînant les déboires et les décisions un brin idiotes et irréfléchies. C’était du Wes tout craché et rien ni personne ne pourrait le changer. Il sort alors de la pièce pour rejoindre la salle de séjour, un charmant sourire aux lèvres. « Qu’est-ce que tu en penses ? » Wes interroge sa jeune sœur du regard. Celle-ci est déjà prête depuis un certain temps et a le nez fourré dans son ordinateur. Elle y passe d’ailleurs bien trop de temps ces derniers jours. Wes l’a remarqué, mais il décide pourtant de reporter cette conversation à un autre jour. Parce que ce soir, ses pensées sont ailleurs. Il écarte les bras pour lui montrer l’ampleur du résultat. June relève alors la tête vers son aîné et affiche un large sourire, auquel Wes ne peut s’empêcher de répondre. Le sourire de sa petite sœur a toujours été plus que communicatif pour lui, quoi qu’il se passe. « Que tu vas faire tourner la tête de la gente féminine ce soir ! » lâche-t-elle en pouffant doucement d’un rire amusé. Il lève les yeux au ciel avant de la rejoindre et de s’asseoir à ses côtés. Elle est magnifique comme à son habitude d’ailleurs. C’est une Oakley après tout. Wes attrape son téléphone portable afin de regarder l’heure. Lui qui n’avait pas pour habitude de passer du temps dans la salle de bain, il avait pour le coup un peu trop traîné. Il voulait passer un peu de temps avec sa sœur avant de se rendre sur les lieux des festivités. Cela faisait bien trop longtemps qu’ils n’avaient finalement pas discuté et Wes sentait que quelque chose n’allait pas depuis son retour de Los Angeles, et peut-être même encore plus ces derniers jours. Mais le fait est que l’heure le rappelle à l’ordre et qu’il allait devoir remettre cette conversation à plus tard. Il faut dire qu’il n’avait terminé de travailler qu’il y a deux petites heures, qu’il avait fait un peu de rab’ et qu’il était passé chez Aaron en rentrant. Wes dans toute sa splendeur. Il avait toujours un milliard de choses à faire, plus ou moins importantes mais qui le mettait constamment en retard. Il relève alors la tête de son téléphone. « Seulement celle d’Enea, je dois la récupérer d’ici une dizaine de minutes. » Et il ferait bien d’y aller maintenant s’il ne voulait pas la faire attendre, il lui avait promis d’être à l’heure pour ne pas qu’elle ait à subir de faire la conversation avec quiconque d’inintéressant. Il se lève alors qu’il sent le regard désapprobateur de sa sœur le fixer. « Et Maeve ? » Il arque immédiatement un sourcil, ne comprenant pas bien où elle voulait en venir. Ou peut-être qu’au fond il savait exactement ce qu’elle insinuait mais qu’il n’avait pas le moins du monde envie de partir sur ce débat. « Quoi Maeve ? J’imagine qu’elle y sera oui. » S’il parvenait plutôt bien à jouer les innocents de manière générale, il avait bien du mal à le faire auprès de June. C’était un fait qu’il n’avait aucun secret pour elle, elle le connaissait par cœur et savait pertinemment ce que voulait réellement dire la moindre de ses réactions. Elle lève les yeux au ciel et secoue la tête. « T’es un abruti Wes ! » Le jeune homme ne peut s’empêcher de sourire à cette phrase. Il connaissait parfaitement l’ampleur de sa propre bêtise, notamment lorsque cela concernait Maeve, mais c’était ainsi et il n’y pouvait rien. Il s’approche alors de sa petite sœur assez pour être totalement intrusif dans son espace vital. « Arrête, je sais que tu l’aimes ton grand frère d’amour et que tu ne serais rien sans lui ! » Il lui secoue les cheveux alors, visiblement fier de lui et bien trop amusé par ses propres mots. Et la réaction de la jeune femme ne se fait pas attendre puisqu’elle se tourne violemment vers lui et en ouvre grand la bouche, visiblement offusquée. Elle avait passé des heures dans la salle de bain à se préparer pour cette soirée et il venait de tout ruiner en une fraction de seconde. Wes ne peut s’empêcher de rire avant de lui embrasser furtivement la joue et de s’enfuir le plus rapidement possible. Il tenait un temps soit peu à sa vie, et Enea allait finir par devoir l’attendre s’il ne décampait pas rapidement. Lorsqu’il arrive sur les lieux, il est agréablement surpris du monde qui s’y trouve déjà. La rue menant à la galerie est noire de monde et il parvient d’ailleurs difficilement à trouver une place pour se garer. Une fois devant les marches qui mènent à la galerie, il s’arrête devant, fourrant son regard dans son téléphone portable afin d’envoyer un message à Enea pour la prévenir de son arrivée. Il en profite pour fumer une cigarette en l’attendant. Elle n’allait pas être de trop pour cette soirée. Car au delà de l’émotion que cela pouvait susciter pour lui et pour chacune des victimes et de leur famille du drame, il savait aussi et surtout que Maeve se trouverait là. Leur dernière conversation ne s’était pas très bien déroulée, et ce n’était que peu dire. Il avait dit des choses qu’il regrettait déjà et avait provoqué une véritable rupture entre les deux jeunes adultes. Pour ainsi dire, ils ne s’adressaient absolument plus la parole, sauf lorsqu’ils en étaient forcés, mais même là, aucun mots n’était sympathique et courtoise. C’était froid, silencieux et plein d’animosité. Aux antipodes de ce qu’ils pouvaient être à l’ordinaire en réalité. Et tout ceci commençait à devenir pesant. Bien sûr, il était pleinement conscient qu’il était responsable de la situation mais il n’était pas pour autant prêt à mettre sa fierté de côté pour aller lui présenter des excuses dignes de ce nom. Il n’avait que très mal supporté l’agressivité de leur jeune femme durant leur dispute et il avait donc laissé place à la colère qui s’était malheureusement immiscée en lui en faisant quelques dégâts sur son passage. Lorsqu’il découvre la famille Stark, les uns après les autres descendant de voiture, il ne peut s’empêcher d’afficher un mince sourire. Et lorsqu’il découvrit Enea, celui-ci ne fit que s’agrandir. Elle était splendide, comme à son habitude. Il ignorait comment elle pouvait donner autant le change sur sa maladie. S’il l’ignorait, il n’aurait probablement rien remarqué. Certes elle avait perdu du poids et semblait plus faible qu’autrefois, mais elle rayonnait. Elle savait exactement comment tromper son entourage pour qu’ils ne puissent absolument rien remarquer. S’il n’était pas dupe et n’aimait pas lorsqu’elle jouait la comédie, il ne pouvait pas lui interdire de sourire et de vivre une vie normale. Parce qu’elle avait un sourire remarquable et qu’elle méritait d’être heureuse, malgré tout ce qui pouvait lui tomber dessus en ce moment. « Tu ne peux pas savoir à quel point je suis contente de te voir … » A peine a-t-elle dit ces mots qu’elle le serre dans ses bras. Etreinte qu’il prolonge en la serrant à son tour contre lui. Retrouver son contact lui fait du bien. « C’est ce qu’elles disent toutes ! » plaisante-t-il avec un sourire amusé. Puis il se dérobe de ses bras pour l’observer. Magnifique n’était pas un mot assez fort pour la décrire. Si bien qu’il était obligé d’en aller de son petit commentaire, qui n’appartenait qu’à lui. « Très sexy ce soir Mademoiselle Stark ! » Il lui fait un clin d’œil avant de lui tendre son bras pour qu’elle l’attrape, afin qu’ils puissent monter ensemble les quelques marches menant à la galerie. Sur le chemin, ils croisent le reste de la famille Stark. « Monsieur Stark, Madame Stark ! » Wes n’était en rien de gendre idéal, mais étrangement, le couple Stark semblait l’apprécier. Peut-être était-ce dû au fait qu’ils ignoraient que Wes, au delà d’être le meilleur amie d’Enea et le colocataire de Maeve, avait couché avec l’une et terriblement blessé l’autre. C’était une évidence, ils ne devaient absolument pas être au courant de ce qui se tramait entre les trois jeunes. Si bien que des sourires naissent sur les visages du couple lorsqu’ils le voient. Le fait est qu’il avait son petit succès auprès de Cindy Stark et qu’il en était plutôt fier. Wes se tourne alors vers Eliane qu’il assène de l’un de ses sourires habituellement charmeurs. « Eliane, définitivement la plus belle des Stark ! » Le fait est que la Procureure Générale des Etats-Unis était tout aussi belle que ses sœurs ne pouvaient l’être. Et puis, c’était bien connu, Wes avait bien du mal à ne pas faire du charme à toutes les belles femmes qui croisaient son chemin, qui plus est lorsqu’elles appartenaient à la famille Stark. La jeune femme laisse échapper un rire alors que Enea l’affuble d’un coup dans les cotes pour le rappeler à l’ordre, il ne l’avait pas volé celui-là. Il ne peut s’empêcher de rire, face au comique de la situation, alors qu’ils entrent tous ensemble dans la galerie. La première chose qu’il voit en entrant, c’est elle. Et sans qu’il ne s’en rende compte, sans qu’il ne puisse y faire quoi que ce soit, les battements de son cœur s’accélèrent. Elle est d’une beauté rare, indescriptible, et totalement impressionnante. Bien sûre, elle l’est toujours, mais ce soir plus encore que les autres soirs. Maeve Stark, ou sa colocataire qui le rendait complètement fou, dans tous les sens du terme. Le jeune homme avale difficilement sa salive. La voir là, vêtue de cette robe noire qui lui sied à merveille lui donne immédiatement envie d’aller à sa rencontre et de lui présenter ses excuses. Mais la fierté prend rapidement le dessus, et Aaron l’interrompt dans sa contemplation avant qu’il n’ait eu le temps de prendre une véritable décision -bien trop impulsive c’était certain. Celui-ci arborait une humeur bien différente de celles que Wes avait eu l’habitude de voir ces deux dernières années, si bien qu’il fronça immédiatement les sourcils. Il l’écoutait lui raconter les dernières nouvelles de sa vie, tout en sachant qu’il devait volontairement passer sous silence une partie d’entre elles. Définitivement, il allait devoir avoir bon nombre de conversation dans un futur proche. Enea est toujours à son bras mais elle reste silencieuse. Elle semble préoccupée par autre chose. Il tente de capter son regard, mais il sent qu’il l’a totalement perdu. Il presse doucement son bras pour la ramener à la réalité mais rien n’y fait, ce n’est que lorsque le père de famille Stark arrive et fait mention de Maeve qu’elle semble retrouver ses esprits. Il sait parfaitement à quoi elle pense. Pour la simple et bonne raison qu’il a eu exactement la même absence lorsqu’il est entré dans la galerie et qu’il l’a vu. Les choses étaient bien trop compliquées et bien trop tendues ces derniers temps. Et elles ne risquaient pas de s’arranger de si tôt. D’autant que Maeve se dirigeait dangereusement vers eux. Elle embrasse tout le monde -même Aaron qui se trouve aux côtés de Wes, excepté Enea qui a tout de même le droit à un sourire et Wes. Sauf que lui, elle l’ignore totalement. Et il serait mentir que de dire qu’il n’en est pas vexé. Bien sûre, il était pleinement conscient qu’avec ce qu’il s’était dernièrement passé et qu’au vu de l’ambiance qui régnait à l’appartement en ce moment, elle n’allait pas lui sauter dans les bras, mais il ne s’était pas attendu à ce qu’elle l’ignore devant tout le monde. Il serre la mâchoire, visiblement agacé mais ne dit rien. A ses côtés, Aaron grimace, terriblement gêné de se retrouver au milieu de tout ça, alors que Marc Stark, lui, ne semble pas avoir remarqué la froideur de cet échange. Non, il repart en riant et en racontant la dernière anecdote en date. Anecdote que Wes n’a honteusement pas écoutée une seule seconde. Bien trop concentré sur le spectacle qui s’offre à lui. En effet, après l’avoir royalement ignoré, Maeve était immédiatement partie rejoindre les bras d’un énième abruti. Bien sûr, Wes savait qu’il n’avait absolument rien à dire face à cela. Il lui avait lui-même dit qu’ils n’étaient que des colocataires et rien d’autre. Mais quand même. Ses muscles se raidirent sans qu’il ne parvienne à se contrôler il serra les dents, luttant contre l’envie d’aller attraper Maeve et de l’éloigner le plus possible de ce mec. Elle avait un réel problème avec les frères Whelan, ce n’était pas possible ! C’est Aaron qui le ramène à la réalité en se positionnant volontairement dans son champ de vision. Et finalement, ça n’était pas plus mal ainsi, il n’avait pas envie de la voir draguer le premier mec qui passait. Au moment où il s’apprête à reprendre sa conversation avec Aaron, il sent une pression sur son bras. Il se tourne immédiatement vers Enea, parce que malgré le fait qu’il tente par tous les moyens de rester normal et de ne pas constamment s’inquiéter pour elle, il s’inquiète et a toujours peur qu’elle ne se sente pas bien d’un coup, sans qu’il ne puisse faire quoi que ce soit pour l’aider. Il l’interroge du regard, mais il ne tarde pas à être rassuré. « Je reviens » Il ne suffit que d’un regard pour qu’il comprenne où elle se rend. Maeve. Si dans un premier temps il la laisse partir et ne la suit pas, il sait qu’il allait très bientôt devoir aller à leur rencontre. Parce qu’il connaissait assez Maeve pour savoir qu’elle ne serait pas tendre avec Enea, et qu’elle ne méritait pas ça ; mais aussi et surtout parce qu’il était finalement responsable de la situation actuelle et qu’il se devait de tenter de calmer le jeu. Maeve pouvait lui en vouloir autant qu’elle le voulait, mais il n’avait pas envie de créer des conflits entre les deux jeunes Stark qu’il savait pourtant très proches. Alors oui, il aurait peut-être dû y songer avant de finir sous draps d’Enea, mais c’était aujourd’hui trop tard et plus rien ne pouvait être modifié. Il n’entend pas ce qu’elles se disent puisqu’elles ne se trouvent pas à côté mais il voit l’expression que toutes deux arborent et cela ne signifie rien de bon. Il garde un œil sur elles, tentant de donner le change auprès de Aaron et d’écouter ce qu’il est en train de lui dire. Mais le fait est qu’il n’arrive pas à se concentrer sur autre chose que sur les deux brunes qui n’ont absolument pas l’air d’échanger de manière la plus sympathique qu’il soit. Il coupe alors Aaron au beau milieu du récit de sa journée, s’excusant d’être un si piètre ami et rejoint les Stark. « En tout cas je vois que le divorce te réussi. » sont les premiers mots qu’il entend en arrivant et il ne peut s’empêcher de grimacer à leur écoute. Maeve y allait fort. Il ouvre la bouche, pour prêter main forte à Enea et prendre sa défense mais celle-ci, qui ne semble pas l’avoir vu, puisqu’elle se trouve dos à lui retient Maeve qui s’apprêtait à partir. « Arrête de jouer l’enfant Mae, arrête de t’enfuir ! » Merde, cette conversation ne présageait absolument rien de bon. Car ni Enea, ni Maeve ne semblaient avoir sa langue dans sa poche ce soir et ne semblaient vouloir calmer le jeu. Malgré le fait qu’il voudrait probablement s’enfuir et retourner auprès de Aaron pour ne pas assister à cela, Wes décide de rester et se positionne sur le chemin de la brune, lui bloquant totalement le passage. Elle ne pouvait plus s’enfuir. Elle allait devoir affronter la réalité et surtout la criante vérité d’Enae. Il croise les bras et arque les sourcils à l’adresse de Maeve. « Tu devrais vraiment écouter ta sœur Maeve. Tu voulais des explications, pas vrai ? » Il hausse les épaules, espérant qu’elle changerait d’avis. Bien sûre, il était pleinement conscient qu’elle allait détester le fait qu’il ait pris position pour Enae mais il espérait qu’elle comprendrait. Peut-être pas maintenant, mais plus tard…

_________________


    see the flames inside my eyes it burns so bright I wanna feel your love, aasy baby maybe I’m a light before tonight I wanna fall in love and put your faith in my stomach @ edsheeran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 1348
ADRESSE ↦ : Adams Morgan # 26 - Colombia Road w/ Wes Oakley


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: Couting stars by One Republic (+) Kiss me by Ed Sheeran (+) Say something by Big great world

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: And I don't know how it's gonna be after this (w/ Enea & Wes)   Lun 16 Nov - 22:40

How far can we go before we break? How long can I wait? How strong do you think I am? How much can I take of this? Am I a rock, or a rose, or a fist?
Cette soirée, est une soirée importante pour la ville de Washington mais aussi pour les personnes qui y habitent. Car cette tragédie de la gare a touché tout le monde. Il était donc inévitable que le tout Washington s'y retrouve. Et il est par conséquent inévitable que Maeve y voit sa grande sœur, son colocataire qu'elle essaie d'éviter par tous les moyens depuis quelques temps. Elle se demande sans arrêt comment ils en sont arrivé là? Comment c'est possible. Elle n'aurait jamais pensé que ça pourrait terminer comme ça. Dans la vie il paraît que l'on ne peut compter que sur soi même. Et si Maeve ne voulait pas croire en cela, aujourd'hui elle doutait de  son avis sur la question considérablement. Elle a toujours pensé que c'était plus facile d'avancer dans la vie, et d'affronter toutes les épreuves en compagnie de personnes qui sont là pour nous soutenir. Dans les mauvais moments comme dans les bons. C'est d'ailleurs pour cette raison que Maeve a toujours mis un point d'honneur à garder ses amis et sa famille proche. Elle sait qu'elle peut compter sur Lola, elle est d'un soutient infaillible quoi qu'il arrive. Elle sait qu'elle peut compter sur sa seconde famille de la caserne. Elle sait qu'elle peut compter sur sa famille, même si parfois c'est compliqué au final, elle sait qu'ils seront là pour elle si elle a besoin. Maeve est une personne optimiste, et oui elle pense que l'on peut se reposer sur ses proches dans la vie. Seulement aujourd'hui, elle se demande si cela n'est pas une erreur. Dépendre autant de certaines personnes n'est peut être pas une bonne  chose. Au final dans ce monde c'est chacun pour soit, alors il faut s'attendre à être trahis. C'est inévitable dans la vie. Certes, cette trahison actuelle, ce n'était pas une question de vie ou de mort, elle en est totalement consciente mais pour elle c'est tout comme. Son père lui a toujours dit  qu'il faut passer outre une trahison, comme si c'était une exception à la règle. Il faut savoir donner une seconde chance. Bien plus simple à faire qu'à dire. Maeve a toujours pensé que Enéa ne pourrait jamais lui faire une chose pareille, car elle était sa famille, mais apparemment ça ne garantit en rien que personne ne se fera du mal. Elle s'attendait à ce que ses amis la trahissent un jour mais sa propre sœur? Inconsciemment elle s'attendait aussi probablement que quelque chose comme cela arrive avec Wes, parce que c'est Wes et qu'il lui ait impossible de résister à la gente féminine, mais choisir sa propre soeur? C'était cruel selon Maeve. Mais peut être que c'était ce qu'il voulait aussi après tout?  Pardonner ou oublier. Seulement Maeve n'était prête à faire aucune de ces deux choses ce soir. Ni même dans un futur proche.  Pour l'instant, elle est incapable de savoir si elle pourra un jour oublier cette histoire, et reprendre sa vie comme si de rien n'était. Elle n'est pas foncièrement méchante, mais il y a des choses qu'elle ne peut pas accepter, et cette situation est une de celle qu'elle aura dû mal à oublier. En vouloir aux deux personnes qui comptent le plus pour elle, c'est difficile. On dit que dans le deuil il y a cinq étapes à passer avant de vraiment s'en remettre. Est ce qu'il y a le même genre d'étape pour un cœur brisée? Si oui, Maeve était clairement bloqué dans le stade de la rancune, de la colère. C'est  dur pour elle d'en vouloir à sa sœur Elle a envie de courir  vers elle pour pleurer sur son épaule et en même temps elle est une des  raisons pour laquelle elle est dans cet état la. Enéa a toujours été  celle dont Maeve  est le plus proche, celle avec qui elle peut parler librement de tout sans avoir peur qu'une leçon de morale suive dans la seconde d'après. Il ne fait pas faire de préférence dans une fratrie, et pourtant Maeve avait une sœur préférée. Elle pensait qu'elle était aussi la seule à réellement la comprendre et aujourd'hui elle remettait tout ça en doute. Et cela l'attriste au plus haut point. Elle a perdue sa sœur et son meilleur ami en même temps, et même si elle est sans doute un peu trop dramatique sur cette histoire. Elle n'a jamais parlé de ce qu'elle ressentait pour Wes, à personne. Elle n'a jamais exprimé ce qu'elle pouvait vouloir avec le jeune homme, car elle n'avait pas le courage. Car elle pensait que ces idées étaient simplement dans sa tête, et qu'elles étaient idiotes. Et puis quelque chose avait changé entre eux, mais dès que Wes avait pu sortir de l'appartement c'était comme si rien n'avait existé. Alors pourquoi s'accrochait-elle autant? Décider de ne rien faire? Pas de problème, c'est facile. C'est d'ailleurs la solution de facilité, se cacher derrière un sourire et des petites blagues l'air de rien. Maeve avait décidé de ne pas parler de la situation, à personne. Mais décider de ne rien ressentir? C'est une autre paire de manche. Et si la jeune brune ne veut rien faire pour arranger l'état actuel des choses, elle ne peut pas faire semblant que tout lui égal et qu'elle n'est en aucun cas touchée par ce qui se passe. Elle ne pas faire semblant. Elle ne peut pas sans arrêt afficher ce masque sur son visage, elle est une bonne menteuse mais pas à ce point là.  Elle ne peut pas faire comme d'habitude avec Enéa et Wes. Car rien n'est comme avant. Maeve sait qu'elle ne pourra pas éviter sa sœur toute la soirée, la salle n'est pas assez grande, il n'y a pas assez de monde pour que cela soit possible. Mais elle n'était pas vraiment prête à lui faire face maintenant. Alors pour cacher cette appréhension de faire face à sa grande sœur, pour cacher sa colère, sa tristesse Maeve arbore ce sourire et parle sur ce ton que beaucoup déteste. Elle est ce genre de fille qu'elle détestait au lycée, qu'elle méprisait. Elle est sarcastique, mesquine ... chose qu'elle n'est pratiquement jamais du moins avec sa famille et ses amis « Ne commençons pas de cette façon Maeve … Pourquoi tu n’a jamais répondu à mes appels ? » elle hausse les épaules tout en regardant sa grande sœur. Elle est toujours parfaite, oui Enéa est toujours parfaite dans n'importe quelle circonstance. Cette robe rouge lui va à merveille, et un instant Maeve se sent jalouse. Elle sait que jamais elle ne pourra rivaliser avec Enéa Stark. Elle se demande un instant si elle est vraiment sérieuse, si elle lui pose vraiment la question. La réponse est évidente, et c'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle ne prend même pas la peine de lui répondre. Comme le dit souvent Eliane "question idiote, réponse idiote" et dieu sait que Mae hait quand sa grande sœur lui répète cette phrase toute faite. Et pourtant aujourd'hui, elle crève d'envie de la balancer au visage de son autre  sœur. Tout simplement parce qu'elle n'a pas envie d'être sympa, elle n'a pas envie d'être aimable. Mais elle ne le fait pas. Elle préfère garder certaines réflexions pour elle, ce qui est assez inhabituel. La cadette de la famille Stark n'a pas pour habitude d'avoir la langue dans sa poche, elle n'a pas l'habitude de se taire. Lorsqu'elle a quelque chose à dire, elle le dit, bien souvent elle ne prend pas de pincette. Mais cela lui ait égal. Elle préfère dire que ce qu'elle pense plutôt que de se taire. Sauf ce soir. Elle n'a pas envie de regretter certaines paroles demain matin, et puis ce n'est pas l'endroit idéal pour régler ses comptes. Ce soir est une soirée importante pour la ville de Washington, elle n'a pas envie de faire une scène pour une histoire de garçon. Car le coeur du problème c'était bien cela : un homme. Un homme entre elle et sa soeur, mais pas n'importe quel homme au fond. Et c'est d'ailleurs pour cela que la situation était plus que compliquée. Enéa avait choisit le seul homme qu'il ne fallait pas, même si techniquement elle le connaissait avant Mae. Elle n'a pas envie de faire d'esclandre devant ses collègues, devant son patron, devant les gens importants de la ville. C'est pourquoi sortir au plus vite de la galerie est la seule solution pour elle.  Maeve préfère se la jouer petite fille capricieuse et ignorer Enéa, et Wes pour la soirée. Oui ce comportement est immature elle en est fortement consciente.  Elle tourne alors rapidement les talons, mais la voix de sa sœur la rappelle à l'ordre « Arrête de jouer l’enfant Mae, arrête de t’enfuir! » un rire sarcastique s'échappe d'entre ses lèvres  et elle préfère sortir d'ici avant de dire quelque chose qui pourrait attirer les regards de l'assemblé, car cette seule phrase la met hors d'elle. Elle déteste qu'on la compare à une enfant, même si elle en a le parfait comportement ce soir. Elle fait un pas de plus sans tenir compte réellement de la remarque de sa sœur, mais Wes se met en travers de son chemin et l'empêche d'atteindre la sortie tant convoité. Elle soupire bruyamment. Elle aurait dû s'attendre à ce qu'il vienne au secours de Enéa, elle aurait dû le savoir. Mais cela ne rend pas la chose plus facile, même si elle s'y attendait. Elle aimerait crier qu'on la laisse tranquille, elle n'a aucune envie de rester dans la même pièce qu'eux une minutes de plus  « Tu devrais vraiment écouter ta sœur Maeve. Tu voulais des explications, pas vrai ? » elle s'arrête net devant Wes et soupire tout en levant les yeux au plafond. Elle pose son regard sur le jeune homme. Elle plonge son regard dans ses yeux, elle se  perd un instant dans ces yeux bleus. Elle se perd comme elle a pris l'habitude de le faire durant les cinq derniers mois, elle sent on parfum qui la hante. Elle repense à leur dispute au club, et à toutes ces choses qu'elle aimerait lui dire. Mais elle ne dit rien, ce n'est pas l'endroit pour déballer tout ça. Elle renverse un peu de champagne sur ses chaussures, elle n'a pas remarqué qu'elle penchait un peu trop le verre.  Elle reprend rapidement ses esprit, et se tourne vers Enéa après avoir finit d'une traite sa coupe de champagne. Elle ne pose cependant pas le verre , elle le garde, elle a besoin d'avoir quelque chose dans les mains. Elle fait un pas en arrière pour se rapprocher d'Enéa et ne peut finalement pas résister à l'idée de répondre à sa dernière attaque « Oh parce que c'est moi l'enfant maintenant? C'est la meilleure celle la. Et je ne fuis pas Enéa. J'ai juste besoin de prendre l'air. J’étouffe ici. » elle n'a pas la moindre envie de se prendre en pleine figure encore des explications bidons comme celles que Wes lui avait donner quelques soirs plus tôt au ESL, elle n'est pas en état de subir une nouvelle conversation concernant ce sujet . Si elle a retenue ses larmes lors de son affrontement avec Wes ce soir elle pourra pas. Elle est sincèrement épuisée, elle a les nerfs à fleurs de peau et les voir arriver ensemble dans les bras l'un de l'autre était bien plus que ce qu'elle pouvait supporter. Et voir qu'ils se soutiennent mutuellement l'achève complètement. Alors non elle veut pas d'explication, elle ne veut pas entendre le pourquoi du comment. Elle se fiche de savoir qu'ils sont tombés amoureux, que ça s'est fait comme ça naturellement, que c'était juste parce qu'ils s'ennuyaient... Peu importe aucune explication ne peut excuser ce qu'ils ont fait à ses yeux. Elle a juste besoin de temps pour oublier. Elle a besoin de savoir où elle en est. Elle ne sait pas vraiment de quoi elle a besoin au juste, mais elle sait juste qu'elle ne veut plus parler de cette histoire avec personne. Et encore moins avec eux  « Et puis entre nous, c'est plutôt toi qui fuit tout le monde ces derniers temps ou peut être que c'est moi que tu fuis. Et maintenant je comprends mieux pourquoi. » en faisant un signe de tête vers Wes. Même si Maeve n'a jamais exprimé ses sentiments, sa sœur aurait dû savoir qu'il y avait quelque chose. Elle aurait dû s'en apercevoir. Il y a certaines règles à respecter dans ces cas là « Je me fiche d'avoir des détails sur vos folles nuits tout deux.» dit-elle d'un ton sec en se tournant vers Wes, elle sent une boule dans la gorge et tente de prendre une inspiration pour ne pas craquer là et maintenant. Elle a cette désagréable sensation d'être prise au piège et de ne pas pouvoir s'enfuir. Elle n'aime pas ça. Elle se sent coincée. Elle n'est pas prête à entendre la vérité, elle a peur de ce qu'ils vont lui dire au fond. Elle a peur que tout se termine, elle a peur de perdre définitivement Wes et Enéa. Elle a peur d'entendre ce qui pourrait la mettre KO littéralement  « Et comme tu l'as si bien souligné Wesley cela ne me regarde pas puisque toi et moi on est simplement des coloc rien de plus. Tu vis ta vie comme tu l'entend. » elle n'appelle jamais son colocataire par son prénom sauf quand elle est agacée, énervée contre lui. Elle joue avec le verre qu'elle a dans les mains, elle est nerveuse, elle crève de jalousie de les voir si proches. C'est comme si c'était eux contre elle, et elle n'aime pas la sensation d'être mise au pied du mur comme maintenant. Elle cherche du regard un échappatoire mais en vain.

_________________


    How did me & you against the
    world, become me against you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 716
ADRESSE ↦ : Incapable de garder la maison qu'elle partageait avec son mari, elle à acquit un superbe Loft dans le quartier de Capitol Hill au numéro 33


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: i was here ❆ BEYONCE

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: And I don't know how it's gonna be after this (w/ Enea & Wes)   Dim 22 Nov - 14:55




We all have our moments don’t we? Were we let frustration take over and wish to not contain it any longer. It’s natural I hear, it’s what makes use humans. Yet if this were to never happen to you it doesn’t make you less of a human. You just express how you feel in a much different way. ››› best sister, best friend and i









Enea n’était pas présente quand l’attentat à eu lieu, en réalité elle était retourné à Londres parce qu’elle avait une nouvelle série d’opérations à subir. Elle avait d’abord pensé qu’ainsi éloignée de tout le monde, ce serait peut être plus facile pour elle de gérer tout ce que cela signifiait, le fait de ce faire opérer, le fait d’enlever sa tumeur, ses ovaires … Mais à son réveil elle avait apprit la terrible nouvelle, la gare de Washington avait explosé. Encore trop affaiblie par son opération, elle avait regardé les informations en boucle sans pour autant être capable de faire quoi que ce soit d’autre que d’appeler sans cesse sa famille, et ses proches pour savoir quel était l’ampleur des dégâts. Et sincèrement elle pensait au pire, parce que toutes les personnes qu’elle aime avaient une raison certaine d’être là bas. Qu’il s’agisse de Mason en tant qu’agent du FBI, qu’il s’agisse de Maeve certainement la première a arriver sur les lieux avec sa caserne, mais aussi et surtout de Wes qui avait prévu de partir en week end. Elle l’avait eu quelques minutes avant d’entrer dans la salle d’opération, ils avaient rit sur bien des choses et puis il lui avait demandé quand est-ce qu’elle revenait. Elle lui avait dit qu’elle n’en savait rien, parce qu’elle ne savait même pas si elle allait revenir tout simplement … Après quoi il lui avait apprit qu’il partait en week end, une nouvelle qui avait fait rire la jeune femme car son meilleur ami partait rarement en week end. Elle l’avait laissé avec un gout amer dans la bouche, elle avait raccroché et c’était mise à pleurer parce qu’elle n’était pas certaine de l’avoir une nouvelle fois au téléphone, car aucune opération avait un risque 0. Mais elle ne c’était alors pas imaginé le perdre de l’autre façon, elle ne c’était pas imaginé qu’il allait finir sous ses blocs de béton de cette gare qu’elle connaissait si bien pour y être allée plus d’une fois. Elle ne s’imaginait pas qu’elle ce retrouverait devant sa télévision impuissante tandis que les médias anglais montraient en direct ce qui était en train de ce passer. Wes était l’une des raisons pour laquelle elle était revenue en ville quand elle avait tout préparer pour ne pas avoir à le faire. Parce qu’il avait faillit mourir ce jour là, parce qu’elle avait faillit le perdre et qu’elle n’était pas prête à ce que ça arrive, alors elle était revenue ici à Washington. Dans cet endroit ou elle s’exposait plus que jamais, mais ça ne comptait pas, ça ne comptait plus. Le fait qu’il soit aujourd’hui au courant de sa condition lui faisait du bien, c’était horrible de penser de cette façon parce que lui ça ne lui avait certainement pas fait du bien d’apprendre la vérité comme ça de but en blanc sans avoir pu ce préparer avant. Mais aujourd’hui elle n’était plus seule, aujourd’hui elle pouvait ce reposer sur quelqu’un et c’était plus qu’elle n’avait pu faire jusqu’à présent. Il continuait de la regarder avec cet air qu’il ne voyait pas, il continuait de la regarder comme si c’était la dernière fois qu’il la voyait et si cela faisait encore mal aujourd’hui elle avait fini par s’y habituer parce qu’il avait raison. C’était peut être la dernière fois qu’il la voyait à chaque fois, alors autant profiter du temps qu’il leur restait … Et c’était ce qu’ils avaient fait sans penser aux conséquences et c’était ce qu’elle regrettait, parce que les conséquences n’étaient pas insignifiante, au contraire. Elle ce sentait si mal et à la fois si bien, si vide et à la fois si vivante qu’elle n’arrivait plus à savoir sur quel pied danser. Elle n’arrivait plus à savoir ce qu’elle pouvait sincèrement ressentir. Mais debout là, au milieu de cette galerie exposant des photographies criante de vie et de vérité elle savait qu’elle ne pouvait plus ce cacher, elle savait qu’elle devait prendre son courage à deux mains même si le résultat allait faire aussi mal qu’une claque prise en pleine figure. Alors non elle n’était pas prête, mais elle n’avait pas le choix, elle ne l’avait plus depuis quelques temps maintenant. Wes lui avait tout raconté, parce que c’était ce qu’ils faisaient tout les deux, ils ce disaient tout et encore plus quand cela concernait Maeve et le fait qu’elle ai apprit la vérité. Enea ne savait pas comment cela avait pu arriver, mais ce n’était pas ce qui importait, ce qui importait est le fait qu’elle aurait du lui dire avant qu’elle ne le découvre. Mais surtout elle aurait du arrêter avant même de commencer. Seulement ce n’était pas ce qu’elle avait fait et Wes non plus, parce que cela leur avait fait du bien d’agir ainsi et surtout d’être égoïste. Pourtant aujourd’hui en voyant sa soeur repartir en lui tournant le dos et ignorer le jeune homme, elle regrette. Elle ne peux pas rester les bras croisés face à cette situation qui fait du mal à tout le monde, et surtout à ses deux personnes qu’elle aime profondément. A plusieurs reprises son meilleur ami lui a demandé de dire la vérité, parce qu’il n’était pas la personne qui devait le faire et à plusieurs reprises Enea avait refusé. Mais aujourd’hui il n’y avait pas d’autre choix, elle ne pouvait plus faire marche arrière alors c’est avec une volonté venue de nulle part que la jeune femme ce lance à la suite de sa petite soeur, prête a supporter n’importe quel joute verbale. Et il fut impossible d’être déçue de la tournure des choses, comme elle s’en doutait Maeve était bel et bien prête elle aussi à dire ce qu’elle pensait et plutôt deux fois qu’une ! Ce n’est qu’après s’être emportée, en traitant Maeve d’enfant qu’elle découvre la présence de Wes en face d’elle. Elle ne sait pas ce qu’il a entendu jusque là, mais le fait est qu’il ce positionne de façon à barrer le chemin pour qu’elle ne puisse pas s’échapper, pas cette fois. « Tu devrais vraiment écouter ta sœur Maeve. Tu voulais des explications, pas vrai ? » la façon qu’il à de regarder la cadette des Stark est plus révélatrice qu’il ne le voudrait, et Enea prend conscience de ça à l’instant. Bien sûr elle avait remarqué les petits regard qu’ils avaient jusqu’alors l’habitude d’échanger, bien sûr elle avait comprit qu’il y’avait quelque chose entre eux et c’était aussi la raison pour laquelle elle ce sentait fautive aujourd’hui … Mais jamais encore elle n’avait vu son meilleur ami regarder une femme de cette façon, jamais. Elle pose une main sur hanche pour garder l’équilibre, quel était cette idée de porter des talons bon sang ? La discussion silencieuse qui ce passe entre les deux jeunes gens en face d’elle en dit long, le silence de Maeve aussi. Ils sont idiots tout les deux, vraiment. Mais rapidement Maeve semble reprendre ses esprits, puisqu’elle descend complètement son verre en l’espace de quelques secondes avant de reporter son attention sur sa soeur. Le regard qu’elle lui lance est à la fois remplit de rage, mais surtout elle est si déçue … « Oh parce que c'est moi l'enfant maintenant? C'est la meilleure celle la. Et je ne fuis pas Enéa. J'ai juste besoin de prendre l'air. J’étouffe ici. » Jamais Maeve ne c’était permise de lui parler de cette façon, pas même lorsqu’elles n’étaient encore que des enfants. Si elle avait pour habitude de ce chamailler avec Eliane, ce n’était pas le cas avec leur petite soeur. Il n’y avait pas de préférence à faire dans une fratrie, mais le fait est que les deux jeunes femmes avaient toujours été proches et qu’aujourd’hui Enea avait absolument tout brisé. Le pire était qu’a l’instant ou elle l’avait fait, elle n’y avait pas pensé. « Et puis entre nous, c'est plutôt toi qui fuit tout le monde ces derniers temps ou peut être que c'est moi que tu fuis. Et maintenant je comprends mieux pourquoi. » Sa soeur avait raison, elle fuyait absolument tout le monde. Elle restait le plus possible enfermée chez elle, ou bien ce rendait dans des endroits ou elle savait qu’elle ne croiserait personne. Enea c’était retroussée dans le plus petit coin, afin d’être le plus seule possible et c’était ce qui les avaient menés ici. Quand Maeve montre Wes de la tête, la jeune femme secoue la tête et sa voix ce fait plus basse tout à coup « Je suis désolée Maeve, j’aurais du savoir … » mais le pire dans tout cela, c’était qu’elle savait, elle ce doutait. Enfin elle ne savait pas à quel point la relation avait changé entre les deux colocs parce qu’elle était trop occupée à les éloigner, pour savoir que les choses étaient un peu plus ancrées à présent. Mais jamais elle n’aurait du ce laisser aller. « Mais ce n’est pas ce que tu crois, rien n’a changé entre lui et moi. » elle ne quittait pas sa soeur des yeux, elle n’avait pas besoin de regarder Wes pour qu’il comprenne. Parce que pour lui non plus rien n’avait changé. Ils avaient couchés ensembles c’était un fait, mais ce n’était pas comme Maeve pouvait voir les choses. Ce n’était pas excusable non plus en soit d’ailleurs, mais il fallait qu’elle comprenne. Qu’elle comprenne que dans le coeur de Wes elle avait toujours la même place, même si elle n’était pas encore au courant de la place qu’elle tenait et que le jeune homme ne voulait pas ouvrir les yeux sur ça non plus. « Je me fiche d'avoir des détails sur vos folles nuits tout deux. » le ton de Maeve est à nouveau si différent de celui qu’elle adopte d’habitude. Et si elle était prête à s’attaquer au cas d’Enea, elle ce retourne maintenant vers le jeune homme qui n’a pas bougé d’un pouce, prête à s’attaquer à lui aussi. Ni l’un, ni l’autre n’avaient envie de lui parler de ce qui c’était passé entre eux. Ils l’avait bien faîte assez souffrir comme ça … « Et comme tu l'as si bien souligné Wesley cela ne me regarde pas puisque toi et moi on est simplement des coloc rien de plus. Tu vis ta vie comme tu l'entend. » Enea les regarde tout les deux, elle voit le regard de Wes changer prêt à lui aussi monter au créneau. Ce n’était pas ce qu’elle voulait, elle avance de quelques pas avec une difficulté infime qu’elle n’aurait pas imaginé et diminue ainsi l’espace qui la séparait de sa soeur et de l’agent du FBI. Personne ne fait vraiment attention à eux et c’est bien mieux comme ça …

_________________


    HELLO FROM THE OTHER SIDE ≈
    You close your eyes to the chaos around you as you crash into the stone cold wall of your own personal hell, and you ask yourself, ‘Why am I not the only one who has to suffer?' ~ i know i'll lose you 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://foolish-blondie.tumblr.com
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 738
ADRESSE ↦ : #26, adams morgan w/ maeve stark


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: summer - calvin harris

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: And I don't know how it's gonna be after this (w/ Enea & Wes)   Sam 19 Déc - 10:51


instead of look how much I love you it’s more like look what a disaster it is when I love you ››› enae stark , maeve stark and wes oakley


Toute cette situation était ridicule. Wes en était parfaitement conscient et sa patience commençait à s’effriter à mesure qu’il devait y faire face. Si le jeune homme était, dans le cadre de son boulot, d’une patience et d’un calme olympiens, il était évident que cela ne s’appliquait pas à sa vie personnelle. Surtout lorsqu’il jugeait la tournure des évènements totalement disproportionnée et injustifiée. Planté devant Maeve, qui semblait dans tous ses états, il croise les bras, l’empêchant de faire un geste de plus, un pas de plus vers la sortie. S’il ne comprenait pas pourquoi Maeve en faisait des tonnes pour une simple histoire d’un soir, une histoire uniquement basée sur le plaisir de la chair sans sentiments, ou du moins, pas des sentiments amoureux, il était bien décidé à ce qu’elle découvre la justification qu’il mourrait d’envie de lui fournir depuis le début. Enea était atteinte d’un cancer, un maudis cancer. Il ne faisait l’ombre d’un doute qu’il ne s’agissait pas là d’une excuse pour avoir couché avec elle, mais pour lui, cela aurait peut-être le mérite de détourner le problème et d’en finir avec ces stupidités et ces enfantillages. C’était un fait, Wes ne réfléchissait pas toujours avant d’agir. Il prenait des décisions sur un coup de tête, qui plus est lorsqu’il s’agissait de résister face à la présence de belles femmes, mais après tout, il était en droit de le faire. Il était majeur, vacciné et célibataire. Alors pourquoi fallait-il en faire toute une histoire. Pour quelque chose qui paraissait bien futile et dérisoire à côté du fait qu’ils pourraient, à n’importe quel moment perdre une personne à qui ils tenaient tous les deux énormément, Enea. C’est pour cette raison, que, lorsqu’il se retrouve face à Maeve, il lui fait comprendre, d’un regard qu’elle ne gagnerait pas à s’enfuir. Et ce même si c’était ce qu’elle désirait. Elle s’était arrêtée devant lui et avait soupiré avant de lever les yeux en ciel, affichant son habituelle moue de petite fille capricieuse lorsqu’on lui refusait quoi que ce soit allait à l’encontre de ses plans. Mais Wes s’en fiche. Pour le coup, il est bien décidé à lui faire comprendre, à lui faire passer un message, silencieux certes mais qui en disait long. Au delà du fait qu’il prenait sans cesse la défense d’Enea parce que c’était comme ça, il voulait aussi que Maeve retrouve un temps soit peu de calme et se décide à rester pour les affronter, afin que tout soit enfin aplati. Qu’elle sache ce qui était en train de se passer et qu’elle cesse de se focaliser sur des futilités. Car finalement, elle était en droit de savoir. Elle était en droit de connaître la situation de sa sœur, de prendre conscience qu’elle pourrait la perdre à tout moment et que, dans des temps partiels, il fallait non plus se disputer mais se rassembler. Maeve le fixe un instant, un court moment où il se perd à son tour, ayant presque l’impression qu’ils n’étaient que tous les deux, dans cette pièce pourtant bondée. Il hausse les sourcils, afin de faire passer dans son regard ce qu’il souhaitait. Il voulait qu’elle reste. Une explication était de toute évidence de rigueur, et une explication qui irait bien au delà de celle qu’ils avaient eu quelques jours auparavant et qui avait très mal fini. La colère de Wes avait fini par avoir raison de lui, comme bien trop souvent, et il avait dit bon nombre de chose qui avait dépassé ses pensées. Il s’en était voulu, parce que l’énervement et son manque cruel de capacité à assumer ses propres sentiments n’avaient fait qu’empirer les choses. Cependant, il ne pouvait se résoudre à réagir autrement, parce qu’il ne pouvait pas baisser sa garde. Il l’avait assez baissé pendant cinq mois. Et si ça avait été cinq mois agréables de ce côté-ci, il avait un véritable problème à se rendre à l’évidence. Il avait un véritable souci pour assumer devant les autres, devant Maeve et même pour lui-même qu’il pouvait avoir de véritables sentiments amoureux pour une autre personne. Cela ne faisait l’ombre d’un doute, Wes paniquait totalement sur le sujet, c’est pourquoi il avait littéralement tout foutu en l’air pour lui prouver qu’il ne tenait pas à elle – alors que cela était complètement faux- quitte à la blesser. Ce n’était pourtant pas ce qu’il souhaitait, mais c’est ce que sa bouche avait maladroitement formulé. Il n’était qu’un idiot, c’était un fait. Ce n’est que lorsqu’il sent un liquide froid se déverser sur ses chaussures qu’il semble reprendre conscience, littéralement perdu dans ses pensées et dans le regard de sa colocataire. Il grimace en regardant l’état de ses belles chaussures, spécialement achetées pour l’occasion mais il décide de ne rien dire, parce qu’ils avaient déjà assez de conflit comme cela. Et puis, Wes n’était pas vraiment l’homme le plus matérialiste du monde, pour ainsi dire, il se fichait bien que ses chaussures ou même que son costume soient sales. De toute manière, ces derniers allaient finir dans un coin au fond de son placard. Car il était évident que ce genre de vêtements n’était pas ceux qu’il portait quotidiennement. Bien plus adepte d’un look classique et sans prétention. Elle profite du moment d’inattention de Wes pour avaler d’une traite sa coupe et se tourner vers sa sœur, lui faisant à nouveau dos. Lorsque Wes relève les yeux vers les deux femmes, il ne remarque que la condition d’Enea. Elle pose une main fébrile sur sa hanche, histoire de garder l’équilibre. Il fronce les sourcils et ne peut s’empêcher de s’inquiéter pour elle comme il le fait bien trop souvent. Il tente de capter son regard pour s’assurer qu’elle va bien mais la jeune femme ne le regarde pas, bien trop occupée à recevoir les foudres de Maeve. « Oh parce que c'est moi l'enfant maintenant? C'est la meilleure celle-là. Et je ne fuis pas Enea. J'ai juste besoin de prendre l'air. J’étouffe ici. » Wes ne peut s’empêcher de lever les yeux au ciel face à ce que Maeve dit. Il se redresse derrière elle, près à l’empêcher de se défiler à nouveau. Mais elle reprend rapidement la parole. « Et puis entre nous, c'est plutôt toi qui fuis tout le monde ces derniers temps, ou peut être que c'est moi que tu fuis. Et maintenant je comprends mieux pourquoi. » Wes détestait ça. Il détestait être mis sur la touche et qu’on parle de lui en utilisant des sous-entendus ridicules afin de le désigner comme s’il n’était pas là, comme s’il ne faisait pas parti de la conversation. Il bouillonnait derrière Maeve, secouant frénétiquement la tête. Enea jette un regard bref vers lui, un regard étrange qui dépasse complètement le jeune homme. Comme si tout à coup, elle venait de comprendre bien des choses et comme si tout s’éclairait, sans que Wes ne sache vraiment ce qu’il en retournait. Et voilà, il était encore sur la touche et la conversation lui échappait totalement. « Je suis désolée Maeve, j’aurais du savoir … » Immédiatement, le regard du jeune homme se durcit. Il ne voit pas la réaction de Maeve, mais il est à peu près certain –ou du moins c’est ce dont il se persuade- qu’elle ne comprend pas non plus où Enea veut en venir. Savoir quoi ? Il n’y avait rien à savoir. Qu’était-elle en train d’insinuer ? Wes relâche ses bras qui étaient jusqu’alors croisés sur sa poitrine, ne cessant de secouer nerveusement la tête, la tournure que prenait cette conversation ne lui plaisait absolument pas. « Mais ce n’est pas ce que tu crois, rien n’a changé entre lui et moi. » C’était un fait qu’il ne pouvait nier et qu’il avait essayé de faire comprendre à de multiples reprises à Maeve, sans qu’elle n’assimile quoi que ce soit. Wes tenait à Enea, bien plus qu’il tenait à certains de ses amis, presque autant qu’il tenait à June, ou même à Maeve elle-même. Mais leur relation n’avait aucunement à voir avec de l’amour. Bien sûr il l’aimait. Mais à la manière dont on aime sa meilleure amie. Alors oui, la frontière était parfois mince entre l’amitié et le sexe pour Wes, mais cela ne remettait absolument pas en question sa relation avec Enea. Ils avaient simplement profité sans se soucier du lendemain. Mais sans que de l’amour vienne interférer là-dedans. Il pouvait concevoir que Maeve ne comprenne pas cette proximité qui les liait, le fait qu’ils prenaient toujours la défense de l’autre, le fait qu’ils se comprenaient en un seul regard, qui riaient pour des raisons qui étaient inconnus de tous, sauf d’eux, le fait qu’ils ne pouvaient s’empêcher de se prendre constamment dans les bras, d’avoir des gestes tendres l’un envers l’autre alors qu’il avait bien du mal à avoir ce genre de geste pour Maeve en public. Mais ce qu’elle ne comprenait pas, c’était que la relation qui le liait avec Enea était absolument pas similaire ni comparable avec ce qu’il avait avec Maeve. Enea était son amie, la plus proche de ses amies, mais une amie, une simple amie. Rien d’autre. « Je me fiche d'avoir des détails sur vos folles nuits tous deux. » Le ton de Maeve était sec, terriblement sec. Elle lance un regard noir à sa sœur avant de se tourner enfin vers Wes. Un Wes qui bouillonne et qui s’agace du moindre de ses mots. Parce qu’elle ne comprenait rien et qu’il en avait assez. Comme s’il avait envie de lui raconter quoi que ce soit des nuits qu’il avait passées avec Enea. Il n’était pas vraiment le genre à raconter sa vie sexuelle –bon sauf peut-être avec ses potes parce qu’ils n’en restaient pas moins des mecs- alors il n’était pas question une seule seconde d’en parler à Maeve. Il lève les yeux au ciel à ses mots, qu’il juge au sommet du ridicule. « Et comme tu l'as si bien souligné Wesley cela ne me regarde pas puisque toi et moi on est simplement des coloc’ rien de plus. Tu vis ta vie comme tu l'entends. » C’était exactement le genre de phrase qui l’énervait au plus au point. Parce qu’elle l’avait appelé par son prénom entier et non par le diminutif que tout le monde utilisait coutumièrement depuis toujours ; mais aussi parce qu’elle s’entêtait dans cette attitude ridicule mêlée de sarcasme. Sa mâchoire se serre, signe de son agacement. Certes, Wes avait dit les mots qu’elle lui reprochait actuellement mais c’était sous le coup de la colère et parce qu’il en avait assez des reproches qu’elle lui faisait. Et accessoirement parce qu’il préférait la blesser en lui balançant des horreurs plutôt que d’assumer et lui dire qu’il tenait bien plus à elle qu’il ne voulait le faire croire. A côté, Enea s’avance vers eux pour être à leur hauteur. Il tend une main protectrice vers elle pour l’aider, parce qu’il ne peut s’empêcher d’être à chaque seconde inquiet pour elle. Puis il se tourne à nouveau vers Maeve qu’il fusille du regard. « Ca va Maeve, tu sais très bien que j’ai dit ça sur le coup de la colère ! » Elle le connaissait assez pour savoir que lorsqu’il était énervé, ses mots dépassaient bien trop souvent ses pensées, et il avait eu espoir qu’elle ne lui en tienne par rigueur, alors que la vérité aurait voulu qu’ils se contente d’assumer ses propos, mais c’était une toute autre histoire. Une histoire qui le dépassait complètement depuis bien trop longtemps. « Il n’y a rien que tu aurais dû savoir Enea, parce qu’il n’y a absolument rien à savoir ! » dit-il sur un ton des plus secs en regardant brièvement Enea. La colère de Wes était palpable. Il n’y avait rien à savoir. Absolument rien. Rien du tout. Il y avait assez de Maeve pour s’imaginer tout un tas de choses sans qu’Enea vienne s’y mettre aussi. Ou peut-être qu’il y avait quelque chose à savoir mais, qu’il ne le voulait pas. La politique de l’autruche dans toute sa splendeur. Son regard se reporte à nouveau vers Maeve, bien décidé à énoncer l’étendue de ses pensées actuelles, bercées par l’énervement. Ce qui n’était de toute évidence absolument pas bon signe. Car lorsque la colère s’emparait du garçon, il était imprévisible et avait tendance à prendre certaines initiatives qui pourraient courir à sa perte, à leur perte à tous les trois en réalité. « Oui j’ai couché avec ta sœur, mais ça n’avait rien à voir avec toi, ni même avec de quelconques sentiments ou on ne sait ce que tu es en train de t’imaginer ! » Son ton était monté, mais il se fichait totalement que cela interpelle les autres invités. La vérité était qu’à cet instant, il se fichait bien de se donner en spectacle devant tout le monde. Cependant, personne n’avait vraiment l’air de les remarquer et ce n’était pas plus mal. « Tu sais très bien comment je suis Maeve. » C’était probablement cela qui lui échappait le plus et qui l’agaçait. Maeve était l’une des personnes qui le connaissait le mieux. Elle savait comment il était, elle savait comment il évoluait et connaissait la moindre de ses réactions avant qu’il n’y songe lui-même. Et pourtant elle n’avait pas été capable de comprendre que Wes ne faisait pas dans les sentiments. Il avait eu, depuis qu’il était en colocation avec la jeune femme, de multiples et innombrables relations sans lendemain, relations d’un soir avec absolument n’importe qui et elle savait, était parfaitement consciente que cela n’avait rien à voir avec de quelconques sentiments. Alors pourquoi aujourd’hui en faisait-t-elle tout un plat ? « C’est comme si je te faisais une scène parce que tu as couché avec Logan – car oui je suis au courant – ou Tevan ! Dieu sait pourtant que je n’approuve pas mais tu es assez grande pour faire ce que veux ! Tout ça est totalement ridicule ! » L’irritation dans sa voix, lorsqu’il fait référence à Logan et Tevan se fait un peu plus sentir, malgré toute la bonne volonté qu’il met à lui faire croire que savoir qu’elle ait couché avec ses potes ne le met pas hors de lui. Alors que c’était de toute évidence tout le contraire. Il la regarde un instant, ne cessant de secouer la tête. Puis finalement, il lâche un long et las soupire. « Vous savez quoi, j’en ai marre ! J’en peux plus de cette situation. » Souffle-t-il en laissant tomber ses bras le long de son corps. Il s’extirpe du regard de sa colocataire pour se tourner vers son amie, Enea. « Enea s’il te plait dis lui ou c’est moi qui le fait ! » Il voulait en finir. En finir avec cette histoire et surtout en finir avec ces mensonges et ces faux-semblants. Il était grand temps de jouer carte sur table et d’enfin faire preuve d’honnêteté. Enea devait lui dire, expliquer à sa petite sœur ce qui se passait actuellement dans sa vie.

_________________


    see the flames inside my eyes it burns so bright I wanna feel your love, aasy baby maybe I’m a light before tonight I wanna fall in love and put your faith in my stomach @ edsheeran.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 1348
ADRESSE ↦ : Adams Morgan # 26 - Colombia Road w/ Wes Oakley


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST: Couting stars by One Republic (+) Kiss me by Ed Sheeran (+) Say something by Big great world

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: And I don't know how it's gonna be after this (w/ Enea & Wes)   Lun 21 Déc - 22:40

How far can we go before we break? How long can I wait? How strong do you think I am? How much can I take of this? Am I a rock, or a rose, or a fist?

Maeve se sent oppressée, elle se sent prise au piège. Attaquée même. La situation actuelle devient réellement épuisante, et bien trop pesante sur l'humeur de tout le monde. CEla se ressent dans leur attitude, dans leur mot. Cette histoire prend des proportions si importantes. Jamais les trois protagonistes n'auraient imaginé que cela irait jusque là. Mais chacun semblaient camper sur ses positions et il était bien entendu évident que cela ne s'arrangeait pas tant que toute la vérité ne serait pas exposée. Même si cette dernière allait être difficile à entendre, il fallait qu'ils aient une réelle explication. Mais est ce que Maeve était prête pour tout ça? Parfois, la vérité n'est pas bonne à entendre, pourtant c'est indispensable pour régler les problèmes. Mais si elle voulait la vérité et rien que la vérité, en les voyant tous les deux ce soir elle n'en était plus vraiment certaine. Elle n'était pas certaine de pouvoir supporter  cette réalité. L'imaginer est une chose, mais l'entendre en est une autre. On ne pose pas toujours les questions que l'on veut car on a bien trop peur des réponses que l'on pourrait avoir en retour, et Maeve est dans ce cas de figure. Elle a tant de questions sur la situation mais elle appréhende bien trop ce qu'elle pourrait entendre. Et au final, les non dits ne sont peut être pas si mal, même si elle souffre aujourd'hui de cette histoire, une partie d'elle même peut encore y croire. La petite partie naïve d'elle même peut y croire. Mais une fois que les mots seront lâchés, tout cela prendra fin. Et si si elle a envie de fuir la galerie, Wes ne semble pas décidé à la laisser faire. Elle n'a pas envie de connaître la vérité ce soir. Elle cherche désespérément une porte de sortie, elle tente d’accrocher le regard de Lola, de Tommy ou encore de Aaron mais elle ne semble pas trouver son sauveur à cet instant. Elle soupire et se rend à l'évidence. Elle n' a pas le choix, il ne lui laisse pas le choix. Il n'y a pas besoin de mots entre eux pour qu'ils se comprennent. Seuls leurs regards et leurs expressions suffisent. Et même si elle lui en veut pour cela, elle en a besoin. Elle en a terriblement besoin, pour au moins essayer de passer à autre chose. Depuis quelques jours, elle ne fait que fuir, elle repousse l'échéance  au lendemain. Peut être que Enéa a raison, elle se comporte en enfant, et elle doit se montrer mature, responsable. Après avoir bu son verre, elle se tourne alors vers sa sœur. Elle se comporte exactement comme les filles qu'elles méprise. Elle attaque sa sœur de manière injuste. Elle se montre si froide qu'elle ne se reconnait pratiquement pas. Jamais elle n'a eu ce genre d'attitude avec Enéa ou avec Eliane, bien sûr elles se sont souvent disputés, comme toutes les sœurs du monde, mais il n'y a jamais eu de réelle méchanceté, de rancunes entres elles. Alors que ce soir c'est le cas. Comme si il était impossible de faire demi-tour. La voix d'Enéa se fait si douce, que Maeve en vient presque à culpabiliser mais elle ne montre rien. Elle campe sur ses positions, sur ses reproches, sur ses remarques . Elle n'a aucune envie d'entendre un autre point de vue « Je suis désolée Maeve, j’aurais du savoir … » Maeve ne réagit pas, elle ne montre aucune émotion. Un trait de la personnalité chez les Stark qui domine bien trop parfois. Une facette que chacun maîtrise. Si bien qu'en vouloir à Enéa pour n'avoir rien vu est totalement stupide. Parce que Maeve n'a jamais montré le moindre sentiment envers Wes devant sa sœur, une amitié forte et particulière bien sûr mais jamais autre chose. Et pourtant Maeve, lui en veut de n'avoir rien vu car elle est sa petite sœur, et qu'elle peut lire en elle comme dans un livre ouvert.  Oui elle aurait dû savoir, elle aurait du s'en apercevoir...  et en même temps il n'y avait rien à voir.  Si il y a cinq mois elle avait pris conscience qu'elle avait des sentiments pour Wes, du moins elle les avait accepté plus ou moins, elle avait enfin arrêté de faire l'autruche. Elle avait arrêté de se voiler la face. Elle s'en était rendue compte que récemment alors elle n'avait aucun droit de blâmer sa sœur pour quoi que ce soit au fond. Peut être qu'au fond elle essayait de trouver une porte de sortir pour arrêter de ressentir tout cela. Peut être que provoquer des disputes pour des sujets comme celui-ci était une manière pour elle de se faire violence et de ne plus avoir ce genre de sentiments. Pousser à bout Wes, pour qu'il lui prouve qu'elle a simplement imaginé cette situation. En vouloir à Enéa est plus facile que d'avouer qu'elle a simplement une peur bleue de tout avouer, peur de s'engager, peur d'avouer qu'elle s'est lourdement trompée sur toute la ligne. Mais elle ne peut s'empêcher d'être déçue, triste, en colère....  Elle ne peut s’empêcher d'être jalouse, oui elle en est malade de jalousie parce qu'il n'est plus comme ça avec elle. Tout simplement aussi parce qu'elle n'est plus son centre d'attention alors qu'elle l'a été pendant de longs mois. Elle est redevenue simplement la bonne copine  « Mais ce n’est pas ce que tu crois, rien n’a changé entre lui et moi. » elle tourne un peu la tête sur le côté, comme pour signaler qu'elle n'en a que faire de ce que ça peut avoir changé entre eux. Comme si cette histoire n'avait aucune importance, elle montre seulement son impatience de sortir ici. Elle se comporte réellement comme une enfant qui ne veut rien entendre, qui n'a pas envie d'entendre ces quatre vérités. Mais même si elle ne le disait pas à haute voix, si la relation d'Enéa et Wes avait changé, s'ils s'étaient aperçus finalement qu'ils avaient des sentiments, elle ferait  bonne figure. Elle aurait finit par l'accepter. Du moins elle aurait fait comme si elle acceptait cette relation. Cela serait compliqué et très difficile mais elle se ferait une idée. Après tout on ne choisit pas de qui on tombe amoureux. Elle mettrait du temps à accepter mais elle le ferait, parce que Enéa compte beaucoup elle, et son bonheur est important pour elle. Plus que son propre bonheur peut être. Même si en ce moment elle ne le montre pas vraiment. Enéa est sa grande sœur, elle serait prête à n'importe quoi pour elle. Elle pourrait même lui pardonner l'impardonnable. Mais en réalité, ce qui blessait le plus Maeve était de savoir que son meilleur ami et sa sœur lui avait mentit. Elle se sentait réellement trahie «  Et je suis censée faire quoi Enéa? Tout le monde me cache les choses j'en déduis simplement les explications. » elle laisse tomber ses bras le long de son corps , elle regarde sa sœur dans l'attente d'une réponse mais elle ne lui laisse aucune chance de parler « Si ça n'a rien changé entre vous pourquoi me mentir pendant des semaines? pourquoi divorcer? hein? et ne me dis pas que c'est à cause du métier de Mason. » le comportement de sa grande sœur avait soulevé tant de questions, et tant de doutes. Tout plaquer comme elle l'avait fait et fuir tout le monde ne ressemblait en rien à Enéa Stark. Elle qui affrontait toujours ses problèmes la tête haute, elle qui avait toujours été celle que l'on prenait pour modèle. Toutes ses questions et suspicions n'avaient pas trouvé d'explication dans la tête de Maeve, jusqu'à ce qu'elle surprenne cette conversation entre Aaron et Wes, et peut être de manière hâtive elle en avait tiré les fausses conclusions. Bien sûr elle s'est bien gardé d'en parler à qui que ce soit. Elle voulait simplement qu'ils lui disent la vérité mais cette dernière n'est jamais venue. Il s'étaient bien payé sa tête. C'est pourquoi lorsque la jeune brune a pris ses distances, Maeve n'a pas cherché non plus à tenter quoi que ce soit. Préférant rester dans son coin, mais cette situation là ne pouvait pas durer indéfiniment. Il fallait bien qu'un jour la vérité éclate «  Parce que cette raison est complètement idiote, je te connais trop bien.» et puis pourquoi se mettre en couple de nouveau avec un homme qui est dans le même corps de métier? Maeve ne lâche pas sa sœur du regard, elle attend la vérité. Elle veut entendre la vérité de sa bouche. Si elle pousse Enéa à avouer, elle n'en n'oublie pas moins Wes derrière elle. Qui lui aussi est en partie responsable de ce qui se passe même si dès qu'il en a l'occasion se dédouane de toutes fautes. Pour lui cela n'a probablement pas lieu d'être, toute cette histoire est complètement inutile pour lui. C'est encore Maeve qui réagit de manière excessive - et il a sans doute raison - mais il est tout aussi fautif que les deux jeunes Stark dans l'histoire. Et elle n'hésite pas à lui  reprocher encore ses propos, car elle a été blessée plus qu'elle ne l'a jamais été. Car même si le jeune brun n'a aucun sentiments pour elle, elle pensait au moins qu'elle comptait pour lui en tant qu'amie mais peut être que tout cela n'était que dans sa tête au fond aussi. Elle n'est plus sûre de rien du tout. Et attaquer Wes ainsi le pousse encore un peu plus loin d'elle. Lorsqu'elle voit que Wes tend la main vers Enéa, elle ferme les yeux un instant comme pour garder son calme, comme pour faire partir cette jalousie qu'elle ne contrôle plus. Le regard doux, protecteur et inquiet qui s'était emparé de lui quelques secondes n'est plus le même lorsqu'il se tourne vers Maeve. Encore une preuve que tout à changé  « Ca va Maeve, tu sais très bien que j’ai dit ça sur le coup de la colère ! »  elle l'a poussé à bout, c'est vrai mais on dit bien que seuls les mots blessent. Ils blessent beaucoup plus que les actions, et pour Maeve c'était le cas ce soir. Elle n'arrive pas à oublier ces mots, elle n'arrive pas à tourner la page. Elle n'est pas forcément une personne rancunière, mais il y a certaines choses dont elle ne peut faire abstraction. Et cette conversation en faisait partie. Elle attachait peut être trop d'importances à ses mots, mais elle ne pouvait pas faire autrement. Jamais le jeune homme n'avait été aussi cruel avec elle « Il n’y a rien que tu aurais dû savoir Enea, parce qu’il n’y a absolument rien à savoir ! »  elle prend une nouvelle fois une claque en pleine figure, mais c'est sans doute ce dont elle a besoin pour enfin réaliser que rien ne sera possible entre eux. C'est un mal pour un bien finalement. Elle regarde son verre mais il est vide, elle laisse retomber sa main le long de sa robe, et se retient de craquer maintenant, elle lève un court instant les yeux au plafond comme pour empêcher ses larmes de couler. Mais c'est de plus en plus dur lorsqu'elle croise le regard noir de Wes. Elle ne pense qu'au moment où elle va pouvoir sortir d'ici. Comment ils en sont arrivés là? c'est la question qui ne cesse de se répercuter dans son esprit depuis quelques jours  « Oui j’ai couché avec ta sœur, mais ça n’avait rien à voir avec toi, ni même avec de quelconques sentiments ou on ne sait ce que tu es en train de t’imaginer ! » elle a bien compris que rien n'avait à voir avec elle. Elle a de plus en mal de mal à retenir ses larmes, parce qu'elle réalise enfin après des mois qu'elle avait tort sur toute la ligne. Que tout était dans sa tête. Elle cherche même du réconfort dans les yeux de sa soeur, elle a presque oublier qu'elle est censé lui en vouloir à cet instant présent. Elle n'aime pas être mise dos au mur de la sorte  « Tu sais très bien comment je suis Maeve. »  elle le sait et c'est pour cela que jamais elle n'aurait dû se laisser avoir, jamais elle n'aurait dû imaginer quoi que ce soit. C'était  voué à l'échec sans même que rien n'est réellement commencé. Elle en est terriblement consciente, elle est idiote. Elle le connait, elle sait très bien qu'il n'est pas du genre à s'attacher ou quoi que soit. Mais ce jour là, à la gare elle l'a perdu un instant et elle en avait bien trop pris conscience. Elle s'est laissé prendre à son propre jeu. Elle a baissé sa garde, elle a cru qu'il pouvait changer. Elle a cru qu'elle pouvait le faire changer. Mais elle s'était mis le doigt dans l'oeil, et aujourd'hui elle s'en rendait compte. De manière brutale mais elle redescendait sur terre  « C’est comme si je te faisais une scène parce que tu as couché avec Logan – car oui je suis au courant – ou Tevan ! Dieu sait pourtant que je n’approuve pas mais tu es assez grande pour faire ce que veux ! Tout ça est totalement ridicule ! » tant bien que mal, elle cache sa surprise face à de telles accusations. Les hommes ne peuvent vraiment rien garder pour eux c'est pas possible. Non pas qu'elle veuille cacher ses aventures mais cela n'était pas obligé d'arriver aux oreilles de Wes. Elle fronce les sourcils ne comprenant pas vraiment ce que Logan et Tevan venait faire dans la conversation. Ce qui s'était passé entre eux n'avait strictement rien à voir avec toute cette histoire. C'était vraiment n'importe quoi ces reproches.  Et si elle était assez grande pour faire ce qu'elle veut, pourquoi lui faire une telle scène à cause Robb?  La colère dans sa voix lorsqu'il parle des hommes se remarque et pourtant Maeve ne semble pas y accorder tant d'importance tellement ce genre de réflexion l'agace et la met hors d'elle. Ce qui est assez ironique quand on sait qu'elle fait le même genre de reproches au jeune homme « Oh arrête Wes, on ne se connaissait même pas tous les deux quand c'est arrivé avec Logan. C'est du grand n'importe quoi.  » elle passe une de ses mains dans ses cheveux, et elle étouffe un rire nerveux.  C'est réellement du n'importe quoi car cela n'a strictement rien à voir, cela ne se rapproche même pas un peu de la situation actuelle. Toujours ses yeux plantés dans ceux de son colocataire elle ajoute avec un ton de voix emplit de reproches  «  Ca n'a rien a voir avec ce que tu as fait, ce que vous avez fait. » Elle a envie d'exploser au milieu de la galerie, elle a envie de hurler mais elle se retient. Elle n'a pas envie d'attirer le regard des autres, elle n'a aucune envie de faire un scandale. On lui a toujours appris qu'il ne fallait pas laver son linge sale en public. Elle prend une inspiration avant d'ouvrir la bouche, parce que ce qui lui passe par la tête n'est pas une chose à dire en public, ce n'est pas une chose à dire. Et pourtant lui dire à haute voix la pourquoi de sa colère serait sans doute une bonne chose, au moins les choses seraient claires mais elle ne pouvait pas s'y résoudre. Elle ne peut pas lui dire tout ça, il trouverait un moyen de se moquer d'elle et de lui dire ô combien elle est stupide. Elle regarde sa sœur qui n'a pas dit un mot depuis tout à l'heure, elle a l'air fatiguée. Et un instant, Maeve s'inquiète pour elle mais elle reporte bien vite son attention sur le sujet de conversation actuel «  Contrairement à vous je n'ai jamais essayé de cacher le fait qu'il se soit passé quoi que ce soit avec eux. » elle pointe son doigt vers les deux concernés  «  Je n'ai pas mentis. » elle insiste sur ces paroles. Elle n' a pas mentis, elle n' a pas cherché à le cacher. Elle regarde Wes qui semble fatigué de la conversation, de la situation et il ne tarde pas à confirmer les dire de Maeve  « Vous savez quoi, j’en ai marre ! J’en peux plus de cette situation. » Maeve pense que la conversation est alors terminée. Elle soupire de soulagement, il n'y a pas vraiment eu d'explication mais elle en a assez pour ce soir. Elle ne rêve que d'une chose rejoindre ses collègues et simplement rire avec eux et profiter de la soirée. Elle fait d'ailleurs un pas sur sa droite pour les rejoindre mais elle se stoppe net lorsque Wes reprend la parole « Enea s’il te plait dis lui ou c’est moi qui le fait ! » Maeve est encore plus perdue à ce moment là. De quoi il veut parler? Elle regarde sa grande sœur  « Néa de quoi il parle? Me dire quoi au juste?   » elle regarde tour à tour Wes et Enéa, les deux jeunes échangent des regards silencieux comme s'ils arrivaient à se parler par la pensée. Maeve croise les bras sur sa poitrine et attend impatiente de savoir ce qu'ils vont lui annoncer encore. Si elle était d'humeur, elle lancerait un petit sarcasme bien sentie mais elle n'est pas d'humeur joueuse ce soir. Du moins plus maintenant.

_________________


    How did me & you against the
    world, become me against you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
----------------------------------------


MessageSujet: Re: And I don't know how it's gonna be after this (w/ Enea & Wes)   

Revenir en haut Aller en bas
 
And I don't know how it's gonna be after this (w/ Enea & Wes)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNTIL WE BLEED  :: Hillyer Art Space-
www. bazzart
www. topsite obsession
www. topsite prg
www. topsite bazzart
CONTEXTE
REGLEMENT
BOTTIN DES AVATARS
SCENARIOS
PRESENTATION
INVITES
les membres du mois