#PRAYFORPARIS

Partagez | 
 

 i will leave my mark so everyone will know, i was here. ≈ mrs ashmore

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 33

MessageSujet: i will leave my mark so everyone will know, i was here. ≈ mrs ashmore   Mer 6 Jan - 19:06


ophelia kiera ashmore
--------------------
I dont hate you, but lets just put it this way; if you were on fire and i had a cup of water, i would drink it. crédits : nbcchicagofire.tumblr


Now is always temporary

NOM(S) ↦ Pendant près de vingt-cinq années, la jeune femme a porté le nom que lui a donné son père. Un nom qui est connu dans le monde la justice, et tout particulièrement puisque l'homme qu'elle a toujours aimé plus que le reste du monde est un juge des plus reconnu. Mais malgré le fait qu'il soit reconnu pour ses capacités, cela n'a pas pour autant empêcher les moqueries de certaines personnes lorsqu'elle était encore à l'école, parce que l'on n'a pas vraiment l'habitude de voir quelqu'un s'appeler Baron, encore moins la fille d'un juge américain avec autant d'influence. Mais c'est un fait, sa famille paternelle est française et leur nom de famille en est la preuve formelle. Avec le temps elle à appris à en être plus que fière, parce que porter un nom français est toujours plus intéressant que de s'appeler Smith !! Mais voilà dix années maintenant qu'elle ne le porte plus, qu'elle l'a abandonné pour porter celui de son mari. Un nom tout aussi, voir bien plus, connu et imposant que celui donné par son père. En épousant le jeune homme dont elle était folle amoureuse, elle à aussi épousé le nom de famille Ashmore, qui lui est attribué depuis dix ans maintenant. Il est impossible pour qui que ce soit d'ignorer qui est cette famille, parce qu'ils sont présents sur absolument tout les fronts, dans les affaires comme dans la politique. Quand on parle d'un Ashmore on ne rigole pas, on sait que ce n'est pas le genre de famille avec qui il faut avoir des problèmes au risque de mal finir. Elle fait partit de cette dynastie qu'ils ont bâtis années, après années et n'en à pas toujours eu les épaules au contraire de ce que l'on pourrait croire aujourd'hui. Au début il n'était pas simple d'être la femme d'un Ashmore, mais aujourd'hui ont pourrait croire qu'elle était née pour en être une.  PRENOM(S) ↦ Lorsque la jeune femme est née, ses parents ne s'attendaient pas du tout à avoir une fille. Ils avaient souhaité garder la surprise jusqu'à la fin, mais ne ce faisaient pas beaucoup d'illusions : les Baron, n'avaient eu que des garçons depuis des années maintenant. Voilà la surprise qu'ils ont eu quand on leur à apprit qu'ils venaient d'avoir une fille, peut être n'ont-ils jamais été plus heureux qu'à ce moment là. Si ils l'ont nommée Ophélia c'est une simple histoire d'affection, car sa mère avait une préférence particulière pour ce prénom depuis toujours. Tout les prénoms ne cachent pas de belles et grandes histoire !! En revanche si elle s'appelle Kiera c'est en référence à sa grand mère paternelle, qui n'à cessé de pleurer quand elle à apprit qu'elle avait enfin une petite fille !! L'une et l'autre ont toujours partagé une relation unique et fusionnelle, ce qui rend très fière Ophelia de porter le nom de famille de sa grand mère. DATE DE NAISSANCE ↦ Ophélia n'est pas née pour être comme tout le monde, et elle l'a montré à l'instant ou sa mère a commencé à avoir ses premières contractions. A l'époque Charles, son frère aîné, n'avais que cinq ans mais il pourrait encore raconter toute la soirée au jour d'aujourd'hui. Eux qui avaient prévu de passer une belle soirée dans les jardins couverts de la ville, lui qui avait prévu de s'amuser dans la neige une bonne partie de la soirée avec ses amis, à fini la soirée du réveillon de la nouvelle année dans les couloirs de la maternité !! Car c'est ainsi, Ophélia à vu le jour le 1er Janvier 1980 à 00h01 précisément. C'était le début de l'année 1980, le début de la vie de la jeune femme. LIEU DE NAISSANCE ↦ La jeune femme n'est pas originale jusqu'au bout, puisqu'elle est née à Washington comme tout le reste de sa fratrie avant elle, et après elle. STATUT CIVIL ↦ Depuis plus de dix ans maintenant, Ophélia partage la vie d'Evan Ashmore. Si aux yeux de tous, de leurs amis comme de leurs familles respectives ils vivent une idylles digne d'un conte de fée il en est loin d'être le cas. Il serait mentir de dire que les deux jeunes gens ce sont jamais aimés, car ce n'est pas le cas. Leur mariage était fondé sur un amour réelle et profond, et non une décision prise à la légère puisqu'ils étaient déjà ensembles depuis trois ans à l'époque. Le fait est qu'ils ont eu une vie de couple merveilleuse, les premières années mais avec le temps tout c'est dégradé. La vie les à rattrapés, leur à donné une claque dont ils ne ce sont jamais vraiment relevés. Elle c'est lancée dans la politique, et lui c'est de plus en plus investit dans les affaires familiale comme ça avait toujours été le plan. Et l'un comme l'autre ont su toujours excellé dans leurs domaines, un couple des plus performants et des plus enviables donc. Sauf qu'ils ne ce voyaient plus, sauf lors d'occasion médiatiques, ils ne ce parlaient plus et le fait qu'ils soient incapable de concevoir un enfant à achevé le trou béant qui commençait à les séparer. Dans un moment de solitude, dans un besoin de réconfort qu'elle ne trouvait plus auprès de son mari, Ophélia en à trouvé d'autres. Une erreur qu'elle à tout de suite amèrement regretté, car plutôt que de coucher avec un inconnu elle a couché avec son beau frère ... Une histoire qu'elle aurait préféré oublier, une histoire qu'elle aurait préféré enterrer. Mais seulement on n'enterre pas ce genre de secrets, et Evan l'a découvert. Ce n'est pas qu'elle a cherché à lui cacher, elle ne comptait pas lui mentir mais le temps ne lui ai jamais venu de lui apprendre avant qu'il ne l'apprenne par Connor. Et cela a fini de les achever, complètement. Evan est devenu fou, mais il c'est aussi encore plus éloigné qu'il ne l'était auparavant continuant toujours bien entendu de garder les apparences comme ils l'ont toujours fait. L'un et l'autre ne demanderons jamais le divorce pour des raisons plus qu'évidentes, d'argent et de pouvoir. Et si l'un comme l'autre prétend n'être encore dans cette relation qu'à cause de ses facteurs, cela n'empêche pas Ophelia de voir rouge quand il fréquente une autre femme, et inversement. Dernièrement elle c'est fait un malin plaisir de renvoyer l'assistante qui partageait une histoire avec son mari, et si cela l'a rongée de l'intérieur elle en à tirer une grande satisfaction quand elle l'a descendue devant tout le monde. ETUDES/METIER ↦ Dès son plus jeune âge, Ophelia voue à quelque chose de grandiose. Toute sa vie elle c'est fait un chemin clair dans la tête, elle ferait quelque chose de sa vie, quelque chose d'important, quelque chose qui compte et c'est ce qu'elle à fait. Ayant pour habitude de toujours obtenir ce qu'elle souhaite, elle c'est rapidement lancé le défis d'intégrer une école de droit après ses études. Il ne faut pas ce méprendre, elle à aussi su profiter de sa jeunesse mais aussi et surtout profiter du fait qu'elle à toujours été plus qu'attirante aux yeux des hommes ... Mais elle à toujours réussit à garder sa vie professionnelle, celle qui allait organiser son futur complètement à part de celle qui était sa vie personnelle, son amusement. Son entée à Harvard n'a été une surprise pour personne, car en plus d'être la fille du juge Spencer Baron, elle à surtout toujours été major de promotion dans son école privée. Elle à aussi pendant son adolescence accumulé les actions caritatives, de quoi gonfler à bloc son profil. Si elle à passé la plupart de son temps à Boston, elle à toujours fait en sorte de ce partager avec sa famille qui n'était finalement qu'à 1h30 d'elle en avion. Obtenir des stages de renoms n'à pas non plus été une difficulté, car elle à toujours su montrer son efficacité, et son savoir faire. Dès qu'elle en à l'âge, elle à intégré le parti Républicain aux côtés de ses parents, membres depuis leur jeunesse. C'est ainsi qu'elle à su obtenir un carnet d'adresse important, mais aussi par le biais de celui qui était à l'époque son fiancée, et qu'elle à décroché un emploi de choix en devenant avocate chez Gamble & Gentle. Poste qu'elle a occupé pendant presque trois avant, avant de devenir partenaire pour les trois années suivantes. Son mariage avec Evan Ashmore à quand à lui eu un effet médiatique des plus bénéfique, leur rapportant plus de clients à valeur mais attirant surtout une sincère sympathie à son égard. Enfin, il y'à de cela deux ans, elle est devenue la Présidente du Parti Républicain ! Si son jeune âge à d'abord rendu les gens hésitants, sa force de conviction et son charisme ont su avoir raisons des quelques doutes la propulsant ainsi au plus haut rang du parti. Aujourd'hui, elle ce lance dans la dernière course possible pour le moment à ses yeux, devenir procureur général des USA, et mettre la raclé qu'ils méritent au Démocrates.TRAITS DE CARACTÈRE ↦ directe Δ manipulatrice Δ charmeuse Δ forte Δ têtue Δ jalouse Δ drôle Δ aimante Δ républicaine Δ sûre d'elle Δ femme de pouvoir Δ matérialiste Δ  20 CHOSES A SAVOIR SUR VOUS01. Ophélia est une personne très attachée à ses valeurs, et très proche de sa famille. Considérée par beaucoup comme une forte tête, elle ne ce laisse jamais abattre et trouve toujours un moyen de vous rabaisser si vous souhaitez vous en prendre à elle. 02. La jeune femme est très riche, non seulement parce que sa famille l'a toujours été mais aussi et surtout de par son mariage. En effet avec son mari ils font partit des plus grandes fortunes de la ville. Elle aime l'argent, elle ne s'en cache pas et ne fait pas partit de cette catégorie de personnes qui à en honte, au contraire. 03. Ses frères sont très importants à ses yeux, et si elle les aiment tous elle ne pourra jamais mentir sur le fait qu'elle est plus proche de Kai que des autres. Ca à toujours été ainsi, elle l'a toujours fait passer avant tout le monde et cela ne risque pas de changer un jour. 04. Ophelia est toujours parfaite, ses cheveux sont toujours coiffés à la perfection, elle porte toujours des pièces qui feront pâlir de jalousie les autres. Elle sait qu'elle plaît et aime beaucoup en jouer 05. Il faut savoir qu'elle obtient toujours ce qu'elle souhaite, pas parce qu'elle fait des caprices mais parce qu'elle sait comment vous amadouer. C'est un don qu'elle à depuis qu'elle est jeune, et dont elle sait très bien ce servir en toutes occasions. Ne croyez donc pas qu'elle n'est pas intelligente car vous êtes bien loin du compte. 06. Après avoir longuement essayé d'avoir un enfant, Evan et elle ont décidé de tout arrêter plutôt que de continuer à ce faire du mal. Et si ils ce sont mis d'accord pour ne pas tenter de savoir d'ou venait le problème, cela a été plus fort qu'elle, elle a demander à ce qu'on la teste. Elle à apprit à l'issue de cela, qu'elle était stérile. Une tragédie pour la jeune femme qui à toujours souhaité bâtir sa propre famille ... Encore plus pour une jeune femme républicaine. 07. Il faut croire qu'elle à toujours été destinée à faire de la politique, car c'est devenue la raison principale qu'elle à aujourd'hui de ce lever le matin. Elle adore ce qu'elle fait, et croit qu'elle y arrivera. Aussi personne ne sera jamais capable de l'arrêter. 08. Elle n'aime pas montrer ses sentiments, aussi reste t-elle souvent distante avec la plupart des gens, leur montrant une version d'elle même qui ne lui ressemble pas du tout mais préférant ce protéger de cette façon plutôt que de ce faire avoir 09. Passionnée de Théâtre depuis toujours, il n'est pas rare de la voir à toutes les pièces ce jouant en ville lorsque son emploi du temps le lui permet 10. Si elle est toujours en contrôle, il vaux mieux ne pas être dans les parages quand elle perd tout contrôle quand elle ne peux plus rien supporter. Certains l'ont appris à leurs dépend, et ne feront pas deux fois la même erreur 11. Quand elle était plus jeune, elle aimait tout particulièrement ce rendre au Lincoln Mémorial avec son père. Si il à finit par ne plus l'y accompagner, c'est là bas qu'elle ce rend à chaque fois qu'elle à besoin de prendre une pause 12. Elle à des espions un peu partout, qu'il s'agisse de la ville, du pays et même dans le reste du monde. Si au début elle aimait beaucoup tout savoir sur ses camarades de classes avec le temps son réseau c'est diversifié. En effet, depuis qu'elle est dans la politique elle à des liens un peu partout et s'en sert sans seconde pensée. Aussi ne tentez pas de lui cacher quoi que ce soit, car elle le trouvera 13. Si elle a trompé son mari dans un élan de faiblesse dont elle n'est vraiment pas fière, elle ne l'a pas refait depuis. En effet, c'est une erreur qu'elle regrette amèrement et qu'elle paye tout les jours. Si Evan à entretenu des relations extra conjugales, elle y'à mis fin. Bien sûr elle à flirté et couché avec d'autres hommes, parce qu'elle est une femme et qu'elle à des besoins. Mais elle n'a entretenue aucune relations, ni ressentis aucuns sentiments pour qui que ce soit. 14. Si elle ne fume pas et n'en à jamais éprouvé l'envie, Ophelia ne peux pas ce passer de sa caféine. Elle à une consommation bien trop grande elle en est consciente mais ne risque pas de changer ça. Car elle sait qu'elle ne pourrait pas tenir debout sans. 15. Si Evan et elle n'ont plus les mêmes relations qu'ils y'avaient il y'a cinq ans de cela, on ne peux pas leur enlever qu'ils forment une bonne équipe. Ensembles ils sont capable de bien des choses, et principalement d'achever leurs ennemis. C'est un fait ils sont meilleurs ensembles que séparés 16. Elle est la seule et unique fille d'une fratrie de cinq enfants, et l'a toujours très bien vécu. 17. Si elle ne ce laisse que très rarement aller, elle est une toute autre personne quand elle ce retrouve en compagnie de Jalen, son meilleur ami 18. Elle est plus que consciente que son conseiller en image, Gavin, est attiré par elle. Et si cela la flatte et qu'elle joue parfois le jeu, elle n'a pour le moment absolument rien tenté avec lui 19. Depuis quelques temps Malia Ryswell tourne un peu trop autour de son mari et elle n'aime pas ça du tout. Si bien qu'elle à lancé une enquête à son sujet, et est prête à partir en guerre si il le faut. 20. Il lui arrive parfois de ce rendre dans des jardins d'enfants, pour les regarder jouer en ce torturant l'esprit, imaginant comment aurait été les siens.GROUPE ↦  Break your plans.


VOTRE AVIS SUR LA VILLE DE WASHINGTON ↦ Washington à toujours été et sera toujours sa ville. Si elle à l'occasion de voyager mais aussi d'habiter ailleurs, elle est toujours revenue ici. Parce que c'est là qu'elle à grandit, parce que c'est là que ce passe les choses les plus importantes et parce que c'est là qu'elle souhaite poser son nom. Elle ne veux pas qu'on l'oublie, elle ne veux pas qu'elle ai eu dans la vie politique de la ville et du pays une mince carrière, au contraire de cela elle est plein d'ambitions et si elle n'avait pas vécu à Washington elle n'en aurait peut être pas autant. VOTRE MEILLEUR ET VOTRE PIRE SOUVENIR ↦ Son mariage avec Evan reste, et restera surement son plus beau souvenir. Elle est incapable de le reléguer à une place insignifiante parce que c'est le moment de sa vie ou elle c'est sentie la plus heureuse ... Il lui arrive parfois de revivre les quelques secondes qu'elle à eu seule avec son père, avant d'avancer jusqu'à l'autel, avant de poser son regard sur l'homme qu'elle aimait. De ressentir l'excitation et la peur qui l'habitait. Elle ce souvient encore, qu'à l'instant ou elle sentit les yeux d'Evan ce poser sur elle, elle à su que tout allait bien ce passer, pour toujours. Indéniablement le pire souvenir qui la hante toujours aujourd'hui est fractionné en plusieurs moments différents, mais pourtant tous liés. Le fait d'apprendre qu'elle ne pouvait pas avoir d'enfant l'a complètement dévastée. Le fait de ce retrouver dans les mêmes draps que Connor sans aucuns souvenir de la veille, ou encore de comprendre qu'Evan avait tout découvert ... Depuis sa vie bat de l'aîle, plus qu'elle ne le laisse paraître. Et elle regrette, elle qui jusqu'alors ce targuait ne jamais rien regretter. JUSQU'OU SERIEZ VOUS PRÊT A ALLER POUR SAUVER UNE VIE ↦ Tout dépend de quel vie on parle, parce qu'elle tient beaucoup à la sienne. Elle aimerait avoir le courage de dire qu'elle serait capable de risquer la sienne, mais ce serait mentir. Et si elle ment à la perfection, elle ne le fera pas. Car le fait est qu'elle ne serait pas capable de risquer sa vie pour des personnes qu'elle ne connaît pas, ou pour qui elle n'a pas beaucoup d'intérêt. Par contre ce ne serait pas la même chose pour ses parents, ou ses frères. Et encore moins si il s'agissait d'Evan ... AVEZ VOUS DÉJÀ ÉTÉ IMPLIQUE DANS UNE HISTOIRE AVEC LA POLICE ↦ Si elle à déjà rencontré quelques problèmes pour ébriété sur la voix publique lorsqu'elle était plus jeune, cela n'est jamais aller plus loin. Pourtant dieu seul sait qu'il le faudrait, car elle enfreint pas mal de loi aujourd'hui pour sa campagne, qu'elle soit ériger pour protéger des gens ou bien qu'elle ne soit là que pour l'étique. Ophelia s'en contre-fiche parce qu'elle est protégée, mais si elle ne l'était pas ce serait bien différent ! LA PIRE CHOSE QUE POURRAIT FAIRE OU ETRE VOTRE VOISIN ↦ Être démocrate. Mais elle est tranquille, vu l'endroit ou elle vit il ne risque pas d'y en avoir à plusieurs kilomètres à la ronde. COMMENT AVEZ VOUS VÉCUE LA TRAGÉDIE QUI A TOUCHE WASHINGTON IL Y A 5 MOIS?  ↦ Perde autant de concitoyens à été une véritable tragédie pour la jeune femme. Et elle à écumé les plateaux télévisés pour en parler, pour exprimer son incompréhension et ce qu'il faudrait faire pour que ce genre d'acte soient stoppés. Elle à démonter à quel point la politique dominante actuelle n'était pas capable de protéger qui que ce soit, et que les choses seraient bien différentes si son parti était en place. Heureusement pour elle, personne de son entourage ne ce trouvait sur place lorsque c'est arrivé.



Partners in crimes

PRENOM/PSEUDO ↦ votre réponse ici. COMMENT TU ES ARRIVE(E) ICI? ↦ votre réponse ici. CONNEXION ↦ votre réponse ici. TON DERNIER MOT ↦ votre réponse ici.  


Dernière édition par Ophelia Ashmore le Sam 27 Fév - 15:52, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 33

MessageSujet: Re: i will leave my mark so everyone will know, i was here. ≈ mrs ashmore   Mer 6 Jan - 19:35



Le vent souffle dans ses cheveux depuis quelques minutes déjà, les emmêlants plus que de raison mais la jeune femme n’y prête pas attention. Le plus important ce trouve sur ses genoux, la plupart de ses cours de droit politique sont là attendant qu’elle les connaissent par coeur et qu’elle soit capable de les assimiler lors d’une mise en situation. « Tu ne serais pas mieux à l’intérieur ? » son frère ne la regarde pas, trop occupé à faire ses étirements puisqu’il vient de faire quelques heures de running avec ses amis. Le jardin des Baron est un immense jardin, que les enfants ont toujours apprécier quand ils étaient jeunes et encore aujourd’hui. Elle secoue la tête avant d’inspirer, de réciter mentalement sa phrase et porte son attention sur Charles. Il était son grand frère, celui qui la comprenait un peu mieux que les autres … Il n’était pas toujours facile d’être la seule fille au milieu de ses quatre frères, mais elle n’échangerais sa place pour rien au monde. C’était quelque chose d’assez magique d’être la seule et l’unique, elle avait la chance d’avoir une grande famille mais elle avait aussi cette chance d’être complètement chouchouté parce qu’elle était la seule fille. Elle lève finalement les yeux vers lui, et lui sourit « Avec Marc qui répète pour le concours de guitare ? Non merci ! » répond t-elle finalement. Une réponse qui le fait rire tandis qu’elle referme son livre. Chacun des enfants étaient brillants à l’école, c’était une chose qui les reliaient, parce que leurs parents veillaient à ce que leur éducation soit parfaite. Et si cela ne dérogeait jamais, il fallait qu’à côté de ça ils aient tous leurs petites particularités … Et si Charles aimait tout particulièrement le sport, leur petit frère Marc avait une passion un peu trop bruyante aux yeux de la jeune fille : la guitare. Si bien que le week end, en dépit de la grand maison qu’ils avaient, elle ce savait incapable de travailler quand il était lui en train de répéter. Charles pensait la même chose, ce n’était pas pour rien qu’il était souvent à courir en dehors de la maison ! Seul Simon semblait en faire abstraction, appréciant presque même les lacunes que pouvait avoir leur frère ! C’était un fait, Simon était le plus gentil d’entre eux. « Ne te moque pas de lui, un jour peut être qu’il sera une grande star ! » elle arque un sourcil en portant son regard sur Charles, « Qui ce moque de lui maintenant ? » Elle passe enfin une main dans ses cheveux et soupire. Maintenant le fait qu’ils soient emmenés semblait être un problème. Avant elle n’y avait prêté aucune attention parce que c’était toujours comme ça quand elle travaillait. Pas grand chose n’était vraiment important, rien d’autre en dehors de ce qu’elle était en train d’apprendre. Mais maintenant qu’elle venait de sortir de sa bulle, la réalité était en train de la frapper : ses cheveux étaient une catastrophe. Charles jette un coup d’oeil à sa montre et en jette un autre su sa soeur maintenant aux prises avec ses cheveux plus emmêlés que jamais. « T’avais pas rendez-vous avec maman toi ? » Ophelia soupire, si elle avait rendez-vous et c’était bien ça le problème. La soirée était dans quelques heures seulement, et ce bazar avec ses cheveux n’allait pas être simple à arranger !! Elle ce relève, glisse ses livres dans son autre main et dépose un baiser sur la joue de son frère avant de courir jusqu’à la maison. Rapidement dans sa chambre elle balance tout ce qu’elle avait dans les mains sur son lit, de toute façon elle ne rentrerait pas chez elle ce soir. Son sac l’attend sur la chaise de son bureau, elle dévale les escaliers dans l’autre sens et s’arrête quelques secondes vers le mur ou sont accrochés les clefs de voiture de la maison. Si chacun avait la sienne, Ophelia elle n’en avait pas ici à Washington puisqu’elle vivait la plupart de son temps à Boston pour ses études. Elle prend quelques secondes à peine, et fini par attraper celles de son père. Après tout il avait son chauffeur, il n’avait pas besoin de sa voiture lui ! L’odeur de cuir qu’elle retrouve dans cette voiture qu’elle avait toujours aimé lui redonne le sourire, et lui fait l’espace de quelques secondes complètement oublier que ses cheveux vont être une catastrophe à coiffer et pas du tout adapté à ce qu’elle avait prévu. Arrivé devant le salon elle laisse les clefs au portier et rentre en trombe, saluant d’une mains les jeunes femmes présente à l’entrée elle ce dirige vers l’arrière de la boutique ou sa mère ce trouve déjà. « Ah Ophé … Qu’est ce qui est arrivé à tes cheveux ? » la voix précédemment douce de sa mère vient de monter dans les aigus, au moment même ou elle a posé ses yeux sur elle. Ophelia secoue la tête et lance un regard chaleureux à Athena qui s’occupe toujours d’elle quand elle est en ville. Cette dernière lui indique de s’installer à côté de sa mère dont le travail est déjà bien avancé, et commence à placer ses mains dans les cheveux emmêlés de la jeune femme. Elles avaient normalement prévues de les laisser complètement lâchés sur ses épaules, s’engouffrant dans le dos nus de la robe qu’elle avait choisit et qui l’attendait là sous sa housse blanche. Sa mère la regarde toujours avec consternation « Je révisais dans le jardin, je n’ai pas fait attention ! » répond t-elle froidement. Elle ne supportait pas quand sa mère agissait ainsi ! Elle ne supportait d’ailleurs de recevoir ce genre de regards de la part de n’importe qui. C’était atteindre son égo, et son égo était beaucoup trop important pour elle. Elle entend son téléphone sonner, dans le sac qu’elle avait négligemment laisser tomber au sol trop loin d’elle et soupire. Elle n’aimait pas ne pas savoir qui venait de lui écrire, surtout qu’elle avait une petite idée sur la personne dont il devait s’agir … Pendant quelques secondes elle ne dit rien, fixe son visage dans le miroir en face d’elle tandis qu’Athena s’occupe de ses cheveux bruns et en pagaille. Une deuxième sonnerie ce fait entendre, elle fait claquer sa lèvre contre son palais. « N’y pense même pas, les filles ont du boulot à faire encore ! » s’exclame sa mère au moment ou elle s’apprête à ce lever pour aller récupérer l’objet de tout ce vacarme. Sa mère n’est pas une femme méchante, bien au contraire si ses origines colombienne ressortent à chaque fois qu’elle est en colère et peuvent parfois laisser de marbre certaines personnes elle ne connait personne aussi gentille qu’elle. Sauf quand elle est sous pression et c’est exactement ce qu’elle en ce moment, complètement stressée … La soirée à laquelle elles doivent ce rendre ce soir, accompagnées de tout le reste de la famille n’est qu’une énième soirée complètement semblables à celles ou elles ont toujours l’habitude d’aller. En général c’est presque une routine que d’arriver au bras de son mari, suivie de ses enfants. Mais ce soir différents, parce que les personnes qui organise cette soirée lui font complètement froid dans le dos et pour cause … Si elle connaît les organisateurs, la mère d’Ophélia sait aussi qu’il ne la porte pas dans son coeur, et encore moins ses origines. Alors elle est complètement sous pression, et cela ce voit à ses doigts qu’elle entortillent entre eux
« Ne t’en fais pas Maman, tout ira bien ! » déclare finalement la jeune femme, en laissant sa tête entre les doigts de fée de sa coiffeuse. Elle regarde tout ses gestes, et comprend rapidement qu’elle compte engouffrer toute sa crinière dans un chignon savamment élaboré. « Comment tu fais pour rester aussi calme ? » Elle était calme parce qu’il n’y avait aucune raisons d’avoir peur. Elle était maintenant habituée et ceci depuis deux ans maintenant à ne pas avoir l’approbation de certaines personnes, compte tenu de ses origines ou de quoi que ce soit d’ailleurs. A cause de ses opinions, de sa façon de pensé ou du fait qu’elle ne gagnait pas assez d’argent à leurs yeux. Elle n’en avait rien à faire, parce que ce n’était pas leur opinion qui allait la changer, d’ailleurs personne n’avait encore le pouvoir de faire ça selon la jeune femme. Elle n’était pas le genre de personne à prendre peur ou à ce faire marcher sur les pieds, et tenait visiblement cela de son père. Pour toute réponses à sa mère, la jeune femme sourit et ferme finalement les yeux acceptant volontiers les massages que l’on était en train de prodiguer à son crâne.  Quelques heures plus tard elle est enfin prête, ses cheveux relevés sur la tête laisse une vue des plus impressionnante sur le dos de sa robe qui laisse entrevoir la plupart de son dos, s’arrêtant seulement au dessus de sa chute de reins. Si sa mère a longuement désapprouvé le choix audacieux de sa fille, elle n’a pu s’empêcher d’avouer qu’elle était magnifique en la voyant et c’était tout ce qu’Ophelia voulait. Elle aimait qu’on la remarque, qu’on sache qu’elle était là, qu’on veuille être elle, c’était un plaisir particulier dont elle raffolait. « Tu sais Phee, si papa te voit comme ça il te jette dans la voiture et retour direct à la maison ! » la voix de Kai précède le sourire qu’elle aperçoit. Son petit frère prend leur mère dans ses bras quelques secondes et ce tourne vers sa grande soeur. Il n’y à pas à dire, les Baron n’ont absolument rien à envier aux autres au niveau beauté. Kai est encore jeune certes mais il porte le costard à la perfection et n’a besoin d’absolument rien d’autre pour qu’on le remarque. Ophelia lui sourit à son tour, et lui fait un clin d’oeil. Parce que c’était ça le but, que leur père ne la voit pas sinon elle allait passer un sale quart d’heure … « Tu l’a vu ? » lui demande t-elle en acceptant le verre de champagne qu’il lui tend. La salle de réception était immense et magnifique, mais surtout bondée. Ce genre de soirée était monnaie courante pour la famille accueillant tout ses invités, et ils avaient pour habitude de ne jamais faire les choses à moitié. Il hoche la tête, et indique un endroit d’un signe de tête. Elle suit d’abord le chemin en scrutant la foule et les visage, mais rapidement un regard bleu l’accroche, la fixant depuis quelques minutes déjà. Automatiquement elle ce met à sourire, comme une idiote. Elle n’avait pas l’habitude de ressembler à une idiote, il était la seule personne capable de faire ça. Quand elle lève son verre à son intention, il fait de même et s’excuse auprès des personnes qui sont en train de lui parler pour ce frayer un chemin jusqu’à elle. Quand il arrive enfin, il ne manque pas de saluer sa mère et son frère avant de reporter son regard vers elle à nouveau, un sourire nouveau collé au visage. « Bonsoir. » sa voix résonne dans tout le corps de la jeune femme, et cela lui fait un bien fou. Il serait complètement idiot de croire qu’il ne lui à pas manqué, parce qu’en réalité elle a compté les jours le séparant de lui, les heures même. Il faut savoir qu’Ophelia à toujours été le genre de jeune fille à profiter de la vie, consciente que la chance de ne ce représentait jamais. Et c’est ce qu’elle à fait, c’est ainsi qu’elle c’est découverte et avec beaucoup de plaisir. Mais alors que ses amies continuent de vivre ainsi, elle ne le fait plus. Pas depuis qu’il à croisé sa route et qu’il à changé sa vision des choses … Il faut savoir qu’au début elle pensait juste s’amuser de lui, mais c’était avant qu’il n’arrive à atteindre son coeur. Elle lui sourit à son tour, tentant de garder son calme, de ne pas ce jeter sur ses lèvres qu’elle n’a pas touchées depuis plus de trois semaines déjà. « Salut beau brun … » déclare t-elle, d’une voix un peu plus aguichante qu’elle n’aurait cru, mais elle ce fiche déjà de sa mère qui doit lever les yeux au ciel avant de rejoindre son mari et du rire de son frère, caché dans sa coupe de champagne. Ses yeux doivent lancer des éclairs de désir parce que c’est ce que font ceux du jeune homme en face d’elle. Quand il dépose son verre vide sur le plateau d’un des serveur, il revient vers elle et passe d’abord sa main sur ses reins. Ce contact direct entre leurs peaux relance le désir de la jeune femme qui ce met à frissonner de plaisir. Elle sent le  souffle d’Evan dans son cou quand celui-ci le murmure « Très bon choix de robe. » L’effet attendu est donc le bon. Bien sûr elle avait remarqué le regard vert de jalousie des autres jeunes femmes quand elle était arrivé, et le regard presque salace des autres hommes qu’ils aient son âge ou non. Et si cela lui faisait un bien fou, et que ça montrait qu’elle avait en effet fait le bon choix en choisissant de mettre cette robe, elle voulait tout particulièrement faire tourner la tête d’une personne en particulier. « Je te préfère sans costume. » déclare t-elle simplement à son tour quand le visage de son petit ami sort de son cou, pour retrouver la vue de la foule. Elle sent ses doigts caresser la peau nue de son dos et tout à coup elle ne veux plus être là, du tout. Mais si ils étaient là c’était pour quelque chose d’important, annoncer ce qui marquerait dans la vie de chacun d’eux un tournant particulier. C’est pourquoi elle suit Evan jusqu'à l’endroit ou ce trouve les quelques membres de sa famille. Il est impossible de ne pas savoir qui ils sont, et même si ils ne sortaient pas ensembles depuis deux ans maintenant, Ophelia connaitrais par coeur les prénoms de chacun d’eux, parce qu’ils étaient les Ashmore et que tout le monde savait qui ils étaient. Si elle ne s’entendait pas particulièrement avec ses beaux parents, cela n’était pas la même chose avec le frère ainé d’Evan. Si les deux ne s’entendaient pas particulièrement bien, Ophelia elle s’entendait toujours bien avec tout le monde, c’était un atout. « Fait attention de ne pas la lâcher, on pourrait te la voler ! » s’exclame Connor en les voyant arriver. Evan n’accueille pas du tout ses propos, et ce raidit un peu aux côtés d’Ophelia tandis que cette dernière sourit de plus belle avant de venir saluer le jeune homme. Evan et Connor ne c’étaient jamais entendus, c’était un fait établis mais elle ne voulait pas ce mettre au milieu de tout ça. Si bien qu’elle faisait bonne figure quand ils étaient réunis. La femme de Connor vient la prendre dans ses bras avant de lui proposer un autre verre qu’elle refuse avec politesse. D’habitude elle ne ce gênait pas pour boire à ce genre de soirées, mais ce soir c’était différent.  « Alors, vous savez pourquoi on est là ? » demande finalement Connor. Evan ne dit rien mais Ophelia sait parfaitement ce qu’il aurait voulu lui dire, que ce n’était pas par plaisir qu’il partageait le même espace vital à cet instant. Elle pose une main chaleureuse sur la joue du jeune homme et lui sourit de nouveau, elle ne pouvait pas s’empêcher de sourire de toute façon. Evan la fixe un instant, ce perdant dans ses yeux avant de répondre « Tu le saura bien assez toi. » répond t-il simplement, avant de venir attraper la main de la jeune femme et de la glisser dans la sienne. Il était temps, il allaient le faire maintenant. Ophelia s’excuse pour eux, indiquant qu’ils devaient rejoindre les parents d’Evan, et ils repartent dans la foule. « Ca va ? » lui demande t-elle finalement, il ne dit rien, serre sa main plus fort dans la sienne. Cette soirée n’étaient rien comparée à celle qu’ils avaient vécu tout les deux trois semaines auparavant. C’était celle-ci qui lui avait fait le plus peur, quand ils c’étaient tout les deux retrouvés sur le toit de l’immeuble ou ils c’étaient rencontrés la première fois. C’était là que tout c’était joué, ce soir c’était une broutille. Ou presque … Il passe sa main libre dans la poche de son costume et ce tourne vers elle. « J’ai juste hâte que tu la porte, et que tout le monde sache que tu est à moi. » en général ce genre de phrase la faisait monter de plusieurs étages, elle avait un discours tout préparé pour ce genre de réflexion complètement ridicule et macho. Mais pas ce soir, pas quand c’était lui qui le disait, pas quand elle partageait son point de vue. Ils ce retrouvent finalement à quelques pas des parents d’Evan qui les ont vu arrivés. Ils n’avaient pas vraiment bien pris la nouvelle, en fait ils l’avaient vraiment mal prise. Mais Evan avait su leur faire comprendre que ce n’était pas ce qui l’importait, que tout ce qu’il voulait c’était elle, et force était de constater qu’une belle fille comme Ophelia n’était pas la pire des choses au monde non plus. Elle envoie un sourire des plus calculé à Jackie Ashmore, et continue vers Lyndon Ashmore à l’instant ou ils arrivent à leurs côtés. Evan parle quelques secondes avec eux avant de finalement lâcher la main d’Ophelia et de prendre celle qui était jusqu’à présent vide à sa place. Il la regarde une dernière fois avant de glisser ce qu’il tenait dans sa main depuis tout à l’heure, sur le doigt de la jeune femme. Si elle n’avait pas déjà vu la bague, elle ce serait évanouie sur le champs ! Quand il à finie de la glisser, elle serre sa main dans la sienne sans prêter attention à la grimace qui ce dessine sur le visage du patriarche. Grimace qui disparait à l’instant ou il attire l’attention de l’assemblée complète, un nouveau sourire l’habite un qui parait sincère mais qui ne l’est pas quand on connait assez bien Lyndon Ashmore. A son contraire Jackie semble vraiment ravie par ce qui est en train de ce passer, et Evan lui rayonne plus qu’il ne voudrait bien le laisser paraître … Mais peut être qu’elle rayonne autant elle aussi ! Il revient glisser son bras autour de sa taille, la ramenant vers lui tandis que Lyndon continue de souhaiter la bienvenue à tout le monde, espérant qu’ils passent une bonne soirée et assurant qu’ils doivent tous ce demander quel est la raison de leur présence ici. Tous acquise, et Monsieur Ashmore laisse le mystère planer quelques secondes avant de ce tourner vers Evan et Ophelia, il inspire déclarant qu’il n’aurait jamais être plus fier de son fils qu’il ne l’est aujourd’hui. Un piètre mensonge selon la jeune femme, il aurait été réellement fier si Evan avait choisit une autre femme qu’elle, mais ce n’était pas le cas. Et puis son prénom est prononcé, suivit d’une éloge à son égard qu’elle n’entendra surement plus jamais dans la bouche de son beau père. Finalement celui-ci secoue la tête, rit et ce tourne de nouveau vers l’assemblée pour annoncer les fiançailles de l’heureux couple. Les acclamations ne ce font pas attendre, et tout le monde semble complètement heureux face à une telle nouvelle, mais elle le sait, personne ne pourra jamais l’être autant qu’elle ne l’est déjà, et plus encore quand elle retrouvent enfin les lèvres d’Evan.





Le regard toujours rivé sur la machine à café, Ophélia regarde le liquide noir couler dans sa tasse. Elle aimait continuer à ce le préparer tout les matins, c'était idiot parce qu'elle avait aujourd'hui la possibilité de demander à qui que ce soit d'aller le chercher, même son chauffeur pouvait en récupérer un pour elle quand elle allait au boulot. Mais pourtant elle continuait à ce le préparer, seule parce que c'était la meilleure façon de le faire exactement comme elle le souhaitait. On ne peux pas dire qu'elle était une femme facile à satisfaire, jamais, et la préparation de son café personne ne le faisait mieux qu'elle. À part peut être son mari. Cela lui faisait toujours bizarre de l'appeler ainsi, pourtant ils étaient mariés depuis quelques années maintenant mais elle en était encore aux moments où en disant ce mot elle souriait tel une imbécile. Ophélia n'était pas une imbécile, si ses diplômes accrochés au mur de son bureau le prouvaient, tout le monde le savait aussi. Il suffisait simplement de la regarder, de regarder ce regard pétillant et ce sourire qui veux tout dire, elle était loin d'être bête. La jolie brune n'avait jamais manqué de rien, ses parents avaient toujours fait en sorte que ce soit le cas, pour elle comme pour ses frères. Et il fallait l'avouer, être la seule et unique fille au milieu de plusieurs garçons avait toujours eu ses avantages. Par bien des égards elle pouvait être adulée, elle avait une famille formidable, une belle maison, une carrière en pleine évolution, un mari qui la regardait toujours avec un regard amoureux, un mari qu'elle aimait et qui l'aimait en retour malgré leurs défauts apparents, car ils étaient les mêmes. Donc oui, tout était parfait. Alors pourquoi n'arrivait-elle pas à trouver tout cela parfait, à s'en contenter ? Ce n'était pas assez, ce n'était pas l'essentiel. Sa penderie contenait les derniers modèles des plus grands couturiers, sa maison était de loin la plus belle de la ville, elle courait les soirées mondaines et ce faisait petit à petit une place dans le parti républicain. Mais rien de cela ne pouvait venir combler le vide qu'elle ressentait en elle depuis quelques semaines déjà ... Impossible de le déceler, elle continuer de sourire, de ce sourire photogénique que tout le monde croyait vrai, que tout le monde appréciait. Mais ce n'était qu'un mensonge, ça en avait toujours été un. « A quoi tu pense ? » la voix d'Evan la coupe dans ses pensées, d'un geste elle appui sur le bouton pour arrêter le café qui est arrivé à ras de sa tasse. Elle secoue la tête pour sortir de sa rêverie et ce retourne vers le jeune homme. Il est prêt, vêtu d'un costume bleu marine, il est parfait comme toujours. Il ne sourit pas, la regarde un peu soucieux et attends qu'elle réponde tandis qu'il vient déposer sa pochette sur l'un des tabourets de la cuisine. « A rien. »  C'était la meilleure réponse à donner, celle qu'elle donnait toujours. Elle vient déposer sa tasse de café, et lui demande si il en veut lui aussi. Voyant qu'il ne répond pas, elle retourne ses yeux noisettes vers lui, il l'observe encore. Il y avait beaucoup de personnes qu'elle pouvait bluffer, à qui elle pouvait mentir avec une aisance parfois déconcertante mais Evan ne faisait pas partit de ses gens là. C'était aussi pour ça qu'elle l'avait épouser, parce qu'il l'a connaissait parfois mieux qu'elle ne pouvait ce connaître elle même. Il s'approche d'elle et avant qu'elle n’a pu lui dire quoi que ce soit, il vient déposer sa main sur la joue déjà maquillée de la jeune femme, plongeant son regard dans le sien. . « Ce n'est pas ta faute Phee ! »   Il vient déposer son autre main, sur son autre joue son regard bleu toujours rivé sur le sien. Ce n'était pas la première fois qu'il lui disait cela, à vrai dire il lui avait dit à tellement de reprises qu'elle ne pouvait le chiffrer. En réalité il n'en savait rien. Il ne savait pas si c'était de sa faute à elle, ou de sa faute à lui. Parce qu'ils avaient ensembles décidés de ne pas savoir, c'était mieux ainsi. Ça c'était ce qu'elle avait cru ... Depuis des années maintenant ils essayaient d'avoir un enfant. Un concept assez ironique quand on connaissait la vie de la jeune femme, et surtout son ambition. Un enfant n'était pas franchement la meilleure chose à faire quand on voulait atteindre des sommets comme elle avait toujours prévu de le faire. Mais le fait est qu'au plus profond d'elle même elle avait toujours voulu en avoir, même lorsqu'elle n'était elle même encore qu'une femme. S'occuper de ses petits frères n'a jamais été la corvée qu'elle à toujours dit être, parce que la réalité était qu'elle aimait passer du temps avec eux. Elle les aimait d'un amour inconditionnel, et avait passé son temps à ce demander ce que ce serait d'avoir son enfant, de pouvoir l'aimer sans limites, sans frontières. Plus encore, elle voulait avoir un enfant avec Evan, qu'il soit le fruit de l'amour qu'ils ce portaient l'un à l'autre. Si Evan continuait de dire que ce n'était pas grave, qu'ils trouveraient une autre solution elle n'en était pas certaine. Elle savait qu'il mentait, elle savait qu'au fond de lui il voulait lui aussi un enfant. Un enfant qui pourrait assurer la lignée des Ashmore, un enfant qui aurait les mêmes yeux bleus que les siens. Ils en avaient parlé plus d'une fois déjà, avant même de décider qu'un jour ils ce marieraient. La famille pour l'un comme pour l'autre était importante, et plus encore quand on savait les dessous de l'histoire Ashmore. Elle voulait donner à Evan une possibilité de construire sa propre famille, un couple marié depuis si longtemps ne pouvait décemment pas rester sans enfants, c'était égoïste. "Je sais ..." Murmure t-elle en venant retrouver son regard. Un petit sourire, faible, vient accompagné ses propos mais n'enlève pas la tristesse que l'on peux lire dans son regard. En réalité elle savait qu'elle mentait. Elle savait qu'en disant ça, elle venait de mentir pour la première fois à son mari. Car elle n'avait pas pu continuer à rester sans savoir, elle n'avait pas pu continuer à spéculer, à ce torturer. Si Evan ce contentait de dire qu'il préférait ne pas savoir, qu'il ne voulait pas que cela vienne perturber leur mariage, elle avait ressentit le besoin de le savoir à le seconde où ils c'étaient rendu compte que ça ne servait plus à rien d'essayer. Elle avait fait les tests, attendu avec anxiété leur retour et le verdict était tombé. Elle était stérile ... C'était peut être la pire chose qu'on ne lui ai jamais annoncé dans sa vie. Elle ce souvient encore de l'instant où ce vide en elle c'était formé pour la première fois, elle ce souvient encore s'être dit qu'il ne partirait jamais. D'un élan qu'il ne comprend pas tout de suite, elle vient retrouver ses lèvres. Elle s'accroche à elle presque désespérée, comme si ses baisers pouvaient la sauver. « Je t'aime »    murmure-t'elle entre deux baisers, avant que leurs langues ne ce rencontrent et qu'elle ne passe ses mains sous sa chemise. Elle avait besoin de lui, contre elle maintenant et elle ce fichait bien si ils n'avaient pas le temps pour ça. (...) On la photographie comme si elle était une star de cinéma mais ce n'est pas le cas. Elle vient simplement d'annoncer sa candidature à la tête du parti. Une femme, vient d'annoncer qu'elle souhaite prendre la tête du parti républicain, du jamais vu. Et forcément cela fait parler d'elle. Le truc c'est qu'elle aime ça qu'on parle d'elle, elle aime qu'on la regarde, qu'on trouve cela magnifique qu'elle ce lance dans une aventure comme celle-ci. Alors elle sourit, franchement cette fois parce que toute cette ambiance lui plaît, beaucoup trop. Quand elle entre dans le hall du restaurant on l'attend, on l'appelle par son nom de famille, on indique qu'on l'attend à sa table habituelle tandis qu'on récupère son manteau et le reste de ses affaires. Cela n'à rien d'inhabituel pour la jeune femme, c'est même un peu trop le quotidien, la routine mais cela ne l'a dérange pas, jamais. « Salut beauté ! » Elle ce dirige vers son ami qui vient la prendre dans ses bras avant de tirer sa chaise pour qu'elle s'assied en face de lui. Jalen Dierden n'a rien à envier à personne, parce qu'il est parfait. Longtemps on à spéculé sur une possible affaire entre les deux jeunes gens, mais c'était mal connaître la nature des sentiments qu'ils ont toujours eu l'un envers l'autre. Car d'aussi longtemps qu'elle s'en souvienne il à toujours fait partit de sa vie, et aussi étrange que cela puisse paraître pour une jeune femme comme elle, elle à toujours eu besoin de lui. Il jette un regard à la baie vitrée ou sont agglutinés tout les journalistes qui l'ont suivie jusqu'ici. « Tu adore ça ! » Soupire t-il, en connaissance de causes tandis qu'elle secoue la tête comme si il ce trompait. Il ne ce ce trompait jamais ... On vient leur apporter leurs boissons, celles qu'ils ont toujours l'habitude de prendre dans ce restaurant 4 étoiles qui était devenu leur QG ses dernières années. « Comment tu vas ? » Déclare t-elle finalement après avoir avalé une gorgée de son cosmopolitain. Si normalement elle prenait toujours de grand crus quand elle était en soirée, à chaque fois qu'elle était avec des gens proche d'elle, elle ce laissait un peu plus aller. Ils passèrent près d'une heure à ce raconter leur vie, c'était parfois assez fou de les voir ensembles car inimaginables que deux personnes comme eux aient tant de de choses à ce dire. « Depuis combien de temps ça dure ? » Demande t-il finalement après qu'on ai pris la commande de leurs desserts. Déposant sa serviette avec la précaution et l'élégance qu'on lui a toujours appris elle soupire et lève les épaules. "Des semaines, des mois .... Je ne sais plus vraiment quoi faire." C'était un fait, son couple battait de l'aile depuis un certains temps ... Si sa vie professionnelle était au plus haut, apparemment celle d'Evan aussi et ils n'étaient aujourd'hui plus le couple uni qu'ils avaient toujours été. Elle ne savait même pas quand était la dernière fois qu'ils avaient vraiment été tout les deux. Bien sûr ils avaient fait ensembles plusieurs apparitions, mais cela ne comptait pas puisque la plupart du temps, il retournait travailler. « Peut être qu'il me trompe ... » Déclare t-elle finalement.  C'était ce qu'elle avait pensé un certain temps. C'était la seule réponse à ce vide qui c'était créé entre eux. Jalen là regarde un peu surpris « Ne dit pas n'importe quoi! Y'a pas plus amoureux de toi que cet idiot ! » Sa remarque la fait sourire quelques instants, « N'empêche que je ne comprends pourquoi il me fuit comme ça! » C'était comme ça qu'elle le voyait. Son mari ce tenait à distance, et si au fond c'était vraiment parce qu'il était submergé par le travail, elle détestait ça. Ophélia Ashmore avait besoin d'attention, et si tout le pays avait les yeux rivés sur elle, son mari lui ne semblait pas vraiment lui prêter attention. Et elle n'aimait pas ça, il était plus important que le monde entier et il s'en fichait. Le jeune homme s'apprête à lui répondre quand son téléphone vibre, ce n'est pas la première fois mais si elle a esquivé toutes les précédentes cette fois-ci elle répond en voyant s'inscrire le nom de son père. Quelques heures plus tard la voici de retour dans la demeure familiale, personne ne parle et quand on la croise on baisse les yeux. Cela m'importe peu, au fur et à mesure qu'elle avance elle laisse tomber son manteau, son sac à main et ce fiche de qui elle peux bien croiser car elle sait où elle va et rien ne l'arrêtera. Sa mère à tenté de le faire, mais elle n'en à rien eu à faire. Arriver devant la porte qu'elle recherchait, elle prend une grande inspiration avant d'y pénétrer sans pour autant ce présenter. La pièce est plongée dans le noire en dépit des quelques infimes rayons de soleil qui essaient de transpercer, éclairant le corps de son jeune frère visiblement en piteux état. À peine est-elle rentrée, qu'elle le voit convulser, lui qui était inerte quelques seconde auparavant semble soudain pris de violentes douleurs. Sans réfléchir une seconde elle attrape la bassine qui a été déposée sur le buffet et ce dirige vers le lit. Ce plaçant à côté de lui elle place sa main fraîche contre la peau brûlante de Kai tandis que ce dernier attrape la bassine de ses deux mains afin d'y vomir. Ce n'était pas la première fois qu'elle assistait à ce genre de scène, et elle était aussi consciente ce que ce n'était sûrement pas la dernière. Quand il relève la tête elle voit une grimace ce dessiner sur son visage, tandis qu'il plonge sa tête contre elle, en sueur. Déposant la bassine au plus près, elle l'attire contre lui tout en caressant son dos comme elle avait l'habitude de la faire quand ils étaient plus jeunes. « Je suis là ne t'en fais pas ... » Murmure t-elle tandis que les larmes de son petit frère continuent de couler sur son chemisier.



_________________


    --------------------
    ‹ soon. ›


Dernière édition par Ophelia Ashmore le Mar 2 Fév - 21:50, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 33

MessageSujet: Re: i will leave my mark so everyone will know, i was here. ≈ mrs ashmore   Mer 6 Jan - 19:35



Installée dans son bureau, la jeune femme est concentrée sur son prochain discours. C'est qu'elle pratique cela depuis quelques temps maintenant, mais n'arrive malgré toujours pas à s'y faire. Il paraît qu'elle est inspirante, et elle le sait. Pourtant rien n'est jamais simple, encore moins lorsque l'on sait que l'on est attendu au tournant ... Par réflexe plus qu'autre chose, elle fait tourner son alliance autour de son doigt. N'importe quel femme aurait rêvé d'une alliance comme celle-ci, le diamant qui la surmontait était magnifique mais aussi inestimable, une pièce unique de chez Harry Winston. La bague plus qu'un objet était censé représenter l'amour qui unissait les deux Ashmore, mais les choses n'étaient plus ce qu'elles étaient et elle s'en savait complètement responsable. Plus important que l'argent -ou presque- Ophélia avait toujours eu besoin que l'on prête attention à elle, cela remontait même à l'instant où elle était née et ça ne c'était jamais arrêté. Bien sûr elle à toujours eu l'habitude d'attirer les regards, mais aussi que l'on s'inquiète pour elle plus que pour qui que ce soit d'autres, et les seuls personnes avec qui elle était d'accord pour partager la vedette étaient ses frères, parfois même Evan. Mais elle avait toujours eu besoin que l'on pense à elle plus qu'à personne d'autres, qu'on s'occupe d'elle parfois même que l'on ce centralise sur elle tout simplement. Et Evan avait su dans quoi il s'engageait quand il l'a rencontrée pour la première fois, il avait toujours su qu'elle était comme ça et c'était visiblement préparer à assurer. Pourtant ce n'avait plus été le cas ... Trop souvent il rentrait tard, trop souvent il ne la regardait plus, trop souvent il ne partageait plus son lit et cela était devenu invivable pour la jeune femme devenue tout à coup de plus en plus vulnérable sans l'attention de son mari. En plein dans son apogée politique, il à tout de même su trouver des moments pour l'accompagner mais n'est jamais resté plus longtemps avec elle, retournant presque immédiatement travailler. Une situation invivable, et impossible pour la jeune femme qui à supporté pendant trop longtemps que son mari agisse de la sorte. Bouder n'eu servit à rien, crier encore moins et elle n'aimait pas vraiment s'égosiller la voix. Comploter n'a mené à rien non plus, tandis qu'il à toujours s'agit de sa meilleure arme, rien n'a aidé. À croire qu'elle était tout à coup devenue complètement invisible, n'existant plus aux yeux de l'homme qu'elle aimait, capable de la regarder sans même la voir. Ophélia Ashmore ne ce laisse jamais abattre, toujours fière de ses convictions, certaines de ses choix et de ses positions, elle inspire et elle impressionne. Si bien qu'elle ne semble jamais connaître de moments difficiles, ne jamais faiblir et parfois ne pas faiblir ça fait trop mal. Car quand on baisse les bras une seule et unique fois, tout paraît s'assombrir ... « Madame Ashmore ? » On vient de toquer à sa porte, attirant son attention. Elle relève ses yeux d'un marron profond sur la raison de cette intrusion, et les déposé sur Gavin son responsable de communication. Il s'occupait principalement à ce que l'on ne lui trouve aucun défaut, ce qui en d'autres termes était inutile pour la jeune femme puisqu'elle c'était débrouillée toute seule, toute sa vie sur ce terrain là. Il n'était pas le bienvenue au début, elle ne l'écoutait jamais et ce fichait complètement de son avis. Mais au fur et à mesure du temps, elle avait finit par accepter sa présence au lieu de la tolérer. Elle le regarde attendant qu'il lui réponde, car elle n'a pas que ça à faire, attendre. Il ne semble pas à son aise, et il faut l'avouer c'est la première fois qu'elle voit Gavin ainsi. À part peut être la fois où il avait surpris une dispute entre Evan et elle, une énième dispute sur sa trahison ... Celle dont elle n'était pas fière et ne comprenait pas non plus comment elle avait pu arriver. Elle avait couché avec un autre homme, plongée dans sa solitude, elle avait perdu le contrôle. Pire encore que de coucher avec un autre homme, elle n'avait pas choisit n'importe qui. « Votre frère vient d'appeler, il demande à ce que vous répondiez sur votre téléphone ... »  Personne ne lui dictait ses gestes, et Gavin le savait parfaitement. Pourtant lorsqu'il s'agissait de ses frères elle lâchait tout, prête à tout abandonner pour eux, même pour Charles avec qui les relations c’était tendu ses dernières années. Elle ne demande pas de quel frère il s'agit, elle à sa petite idée et quand elle attrape son portable elle voit le nombre d'appels manqués reçus par Marc. Elle remercie Gavin, qui comprend qu'il est temps pour lui de partir. Avant même qu'elle n'entende les premiers sons de voix de son frère elle sait pourquoi il l'a appelé à plusieurs reprises, passant même par son staff pour qu'elle réponde. Elle le savait, et au fond elle avait toujours su que ce moment arriverait en appréhendant qu'il ce produise. Leurs parents avaient embarqués Kai, sans appels, sans y réfléchir parce que cette nouvelle overdose avait était celle de trop. Elle avait alors rapidement attrapé ses affaires, son sac à main sans même prendre garde à son discours en train de tomber à même le sol. Quand elle ouvre finalement la porte de son bureau, tous les regards ce tourne vers elle mais elle ne s'expliquera pas. « Angeline, décalé tout mes rendez-vous ! » déclare t-elle, sans pour autant prendre attention au regard étonné de la jolie rousse qui ne l'a jamais vu faire ça, ni mêmes aux autres regards. Gavin ayant déjà prévu le coup, lui indique que John attend en bas de l'immeuble. Si elle aurait préféré faire ça toute seule, elle n'avait pas le temps d'argumenter sur ce point là, si bien qu'elle retrouva son chauffeur et la voiture qu'elle avait acheté à ce dernier sans sourciller. Elle appelle Evan presque immédiatement, celui-ci ne répond pas comme toujours. Si elle comprenait sa bouderie elle avait besoin de lui, il lui devait ça. Pourtant au bout de la troisième fois il ne répondit toujours pas, et il fut temps pour elle d'ouvrir les yeux, il ne répondrait pas. Son frère avait faillit mourir, la personne la plus chère à son cœur et mari était sûrement en train de ce taper une autre de ses assistantes ! John attend de savoir ou il doit l’amener mais soudain, elle ne ce sent pas bien. Si ce n’est pas le genre de la jeune femme d’avoir des moments ou elle ce freeze complètement, à cet instant même elle sans que rien ne va plus. Elle sent l’air lui manquer, elle sent qu’elle va pleurer, elle qui ne pleure jamais … La porte s’ouvre, et si John tourne la tête en même temps qu’elle, il comprend qui vient d’entrer avant même qu’Ophélia ne reconnaisse Gavin. « Vous ne pouvez pas faire ça toute seule. » si elle n’acceptait jamais aucune pitié, cette fois-ci elle fut incapable de la rejeter. Car c’était la réalité, elle n’était pas prête à affronter cela toute seule, elle n’était pas prête à faire face à toute sa famille et rester forte comme elle avait pourtant l’habitude de le faire. Le jeune homme indique la direction, elle ne demandera pas comment il sait ou elle à besoin d’aller mais ce contentera de murmurer un merci, infime. Car elle ne disait jamais merci … Des mots ne furent pas nécessaire, la simple présence de Gavin permettait de l’apaiser. Pourtant il n’était qu’un étranger, et elle détestait ce genre de situations en général. Mais cette fois elle avait besoin de la présence de quelqu’un, pour ne pas craquer, le fait qu’il soit là lui permettait encore une fois de garder la tête haute. Et c’est la tête haute qu’elle entra dans l’hôpital, par soucis de discrétion on l’avait faîte entrée par derrière. Ses parents avaient demandé cela, ils ne voulaient pas que leur plus jeune fils se retrouve à la une des médias dès le lendemain matin. Gavin ne propose pas de l’accompagnée et c’est tant mieux, si sa présence dans la voiture avait été nécessaire, elle ne souhaitait être entourée que de sa famille une fois à l’intérieur … « Phee ! » c’est la voix de Marc qui l’accueille en premier, entourée de James et de leur mère il est le seul à l’avoir vu pour l’instant. Tandis qu’elle avance, elle remarque son père assis sur une chaise la tête dans ses mains. Marc vient prendre sa sœur dans ses bras, et retrouver le contact de son petit frère est ce qui commence à lui faire du bien, à lui donner la force dont elle à besoin pour affronter cette épreuve. James ce contente d’un signe de tête à son égard, tandis que sa mère vient à son tour attraper les mains de sa fille et poser un baiser sur sa joue. « Vous avez des nouvelles ? » demande t-elle tandis qu’elle vient s’installer auprès de son père pour lui apporter son soutient. Le fait de la voir le fait sourire, faiblement alors que sa mère baisse la tête. « Ils lui ont fait un lavage d’estomac, on attend qu’il ce réveille mais les médecins sont optimistes … » plus qu’elle n’en à l’air en tout cas. La jeune femme hoche la tête, s’apprête à poser une autre question quand elle remarque l’expression de son frère aîné. Ils avaient beau être en désaccord ses derniers temps, elle le connaissait par cœur, elle savait que quelque chose n’allait pas. Ils lui cachaient quelque chose, James n’était pas la personne la plus capable de mentir dans cette famille, au contraire il était le plus sincère d’entre eux ce qui creusait un profond faussé entre lui et sa sœur. Car Ophélia mentait comme elle respirait … « Qu’est ce qu’il ce passe ? » sa voix est moins douce qu’elle ne l’était, tout à coup c’est réveillé la femme froide qu’elle pouvait être, un peu trop souvent. Elle souriait à qui elle le voulait, elle était odieuse avec les autres. C’était peut être de sa famille dont il s’agissait aujourd’hui, mais elle sentait au plus profond d’elle même que ce qu’ils allaient lui annoncer n’allait pas lui plaire, du tout. Alors qu’elle s’attend à ce que ce soit James, ou ses parents qui prennent la parole c’est Marc qui s’approche, les mains dans les poches visiblement très touché par ce qu’il s’apprête à lui dire. « Il à vraiment faillit y passer cette fois Phee … » elle ce rendait bien compte qu’il s’agissait de la fois de trop, elle ne comptait plus le nombre de fois ou elle avait été le récupérer, et le nombre de fois ou elle avait mentit à ses parents à propos de cela. Elle avait bien essayé de lui venir en aide à plusieurs reprises, en vain. Si elle imagine ou il souhaite en venir, elle attend de l’entendre de vive voix. « Ils veulent le faire rentrer dans un centre. » lâche finalement James. Ils avaient parlé de ce centre à de plusieurs reprises, très sélectif il était surtout connu pour être le genre d’endroit ou on empêchait les visites, le genre d’endroit ou on restait discret, le genre d’endroit ou ils allaient lâchement l’abandonner. Elle secoue la tête, ce relève. A chaque fois ils avaient écarté l’idée, parce que c’était trop pour Kai … Elle savait pertinemment qu’il avait besoin d’aide, et qu’il était arrivé à un point ou aucun d’eux ne pouvait faire quoi que ce soit. « Vous voulez l’abandonner là bas ? » sa mère s’offusque la première, elle n’allait pas abandonner son enfant mais faire ce qu’il fallait, pour son bien. En d’autres terme le jeter dans un endroit ou il serait complètement seul. « Tu sais que c’est la seule façon de l’aider. » son frère avait raison, Kai devait ce faire aider, décrocher mais elle n’était pas prête à l’abandonner. Sa mère lui rappelle alors les enjeux que pourrait provoquer une médiatisation de cette histoire … Mais Ophélia ce fiche royalement de tout ça. Si elle aime sa carrière plus que tout, l’amour qu’elle porte à son frère est plus important encore. Après quelques minutes de disputes, un infirmier vient les interrompre pour leur dire que Kai est enfin réveillé. « D’accord. » répond finalement Ophélia à l’intention de ses parents, et de ses frères. « Laissez moi lui dire. Je l’accompagnerais. » Car il était hors de question qu’elle l’abandonne. (...) Une fois le shooting photo terminé, Ophélia respire enfin. A croire que ses dernières semaines elle n’avait fait que ça, poser devant la caméra, sourire, jouer. Elle en avait l’habitude certes, elle était née pour ça mais en ce moment il était plus difficile de sourire que d’habitude. Pendant près d’une heure Evan c’était tenu à ses côtés, jouant la comédie à la perfection comme ils ont l’habitude de le faire depuis longtemps maintenant. Attrapant la bouteille d’eau qu’on lui tend, elle ne peut cependant ôter ses yeux de l’homme qui partage sa vie depuis plusieurs années déjà. « Il faut qu’il soit présent le week end prochain. » elle savait Gavin à côté d’elle, puisqu’il l’avait observé pendant toute la séance et que c’était lui qui venait de lui tendre la bouteille d’eau dont elle avait désespérément besoin. Il c’était insinué dans sa vie de façon impressionnante et peut être un peu trop oppressante à son gout, mais quand elle voyait qu’Evan n’appréciait pas cela elle ne pouvait s’empêcher de continuer. « J’y travaille. » répond t-elle finalement en remettant ses cheveux en place. Elle avait beaucoup trop chaud, on les lui avait laissés détachés et la masse de cheveux lui servait à l’instant de chauffage ambulant. Elle avait un déplacement prévu à New York, notamment pour rencontrer le maire de la ville et les partisans de son parti. Cela faisait trois semaines qu’elle le répétait à Evan, trois semaines qu’elle lui faisait comprendre qu’elle avait besoin qu’il soit là, et trois semaines qu’il lui répondait qu’il ne savait pas. Leurs relations étaient de pires en pires, mais à chaque fois qu’il avait eu besoin d’elle, elle avait été là alors elle espérait qu’il soit capable d’en faire autant … Dans son entourage peu de personne savaient que son couple battait de l’aile, car elle ce donnait beaucoup trop pour donner le change mais Gavin lui n’était pas dupe et l’avait compris depuis longtemps déjà. « Est-ce que tu en est certaine ? » ils avaient dépassé le stade du vouvoiement, elle adorait qu’on la vouvoie mais Gavin était tout le temps dans les parages, et à force du temps ils en avaient finis par venir au tutoiement. Cela montrait qu’ils étaient une équipe, et elle avait besoin de montrer que les gens qui travaillaient pour elle seraient capables de tout. Ils l’étaient déjà, elle avait accédé à un pouvoir qu’elle n’aurait jamais espéré, et aujourd’hui elle s’en régalait. « Tu m’a trouvé ce que je t’avais demandé sur la nouvelle protégé des démocrates ? » elle ne répond pas à sa question, parce qu’elle n’a pas envie de lancer un débat sur son mari et leur relation. Gavin secoue la tête, pourtant habitué à ce qu’elle agisse ainsi avant de finalement sortir son téléphone « La fiancée de Jalen, tu est sûre que tu veux qu’on s’occupe d’elle ? » Son meilleur ami la mettait dans de beaux draps et la faisait paraître faible. Il sortait avec une démocrate c’était déjà assez dérangeant en soit. Non pas qu’elle lui en veuille vraiment, on ne pouvait pas choisir de qui l’on tombe amoureux mais tout de même … Il aurait pu choisir une autre personne que cette petite brune qui ce frayait un bonhomme de chemin dans le camp adverse. Elle l’avait rencontré à de plusieurs reprises et ne l’aimait pas … Elle était trop mielleuse, trop simple, trop naturelle pour plaire à Ophélia mais Jalen l’aimait alors, elle faisait des efforts. Si il l’avait demandé en mariage et qu’elle ce réjouissait pour lui, cela ne changeait toujours pas le fait qu’elle n’appréciait pas plus que ça Amelia Fitzgerald. Donc oui pour le moment elle était intouchable, mais elle savait qu’elle devait s’armer pour le moment ou la guerre entre elles serait déclarée. Parce qu’elle le savait, cela allait arriver bien assez tôt et qu’elle ne comptait pas ce retrouver sans attaque, elle n’était pas le genre de personne à jouer en défense. « J’aurais déjà du les avoirs ! » la froideur de sa voix exprime sa frustration, elle détestait qu’on ne fasse pas ce qu’elle demandait quand elle le demandait. Attendre n’était évidemment pas son point fort, et si tout le monde le savait elle ne comprenait pas comment il était possible que cette affaire prenne autant de temps. Gavin reste silencieux un instant, tandis qu’Ophélia suit du regard son mari qui semble sur le point de partir. « Nous avons du nouveau sur Ryswell. » ce nom de famille lui agresse les oreilles. Une image s’implante finalement en elle, et la fait grimacer. Encore une gourdasse qui trainait un peu trop auprès de son mari et qu’elle ce ferait un plaisir de descendre plus bas que terre. Elle ce retourne vers le jeune homme qui la regarde toujours avec ses yeux brillants, il la désirait c’était assez difficile de passer à côté de ça. Mais comme toujours, il n’était pas le seul à la regarder ainsi et cela la flattait à chaque fois. « On en reparle au bureau, je dois y aller. » il s’apprête à protester mais s’arrête, car il sait qu’on ne proteste jamais avec Ophélia Ashmore. Déposant sa bouteille sur la plateforme la plus proche, elle avance dans les couloirs, et arrive devant l’ascenseur en même temps qu’Evan. Celui-ci la regarde pour la première fois depuis le début du shooting, il la regarde vraiment sans jouer cette fois, de ce regard qu’elle n’aime pas voir sur lui. Mais aujourd’hui elle s’en fiche royalement … Elle attends que les portes de l’ascenseur ce referment et qu’ils soient enfin seuls pour ce tourner vers lui, en colère. « Pas maintenant … » commence t-il, sentant que sa femme vas lui faire une scène et définitivement pas près pour à y faire face. Mais elle s’en contrefiche, et secoue la tête « Ou est-ce que tu étais ? » la veille elle l’avait attendu pendant plusieurs heures, mais il n’était jamais venu. Si elle comprenait qu’il pouvait crouler sous le travail, elle n’excusait pas son comportement, pas quand cela touchait sa famille qui était devenu lors de mariage la sienne. « Au bureau, ou voulais-tu que je sois ? » sa voix est aussi froide que le marbre, et ses yeux bleus gris fixent ceux de la jeune femme. On dirait qu’il est autant en colère qu’elle mais le fait est qu’aux yeux d’Ophélia il n’a aucunes raisons de l’être. Si jusqu’à présent elle ne lui avait demandé d’être présent qu’à des fins politiques, le besoin de sa présence la veille était une toute autre histoire. Ophélia serre ses poings avant de les relâcher « Au bureau avec ton assistante c’est ça ? » le fait est qu’elle ne cautionnait peut être pas les relations qu’il pouvait avoir avec ses femmes, mais qu’elle ne lui faisait pas toujours des scènes. Elle était plutôt le genre de personne à s’en prendre directement à la femme, la priver de tout pour qu’elle cède et ne fréquente plus son mari. A lui elle ne lui disait rien, ou en tout cas jamais de façon direct, elle maitrisait la subtilité en toutes circonstances mais pas aujourd’hui. Evan pince l’arrête de son nez, signe qu’il en avait déjà marre de leur discussion. Apparemment il ne semblait pas comprendre ce qui était en train de ce passer avec sa femme, mais après tout cela ne faisait-il pas des mois qu’il ne la comprenait plus ? Ils avaient toujours eu l’habitude de tout affronter ensembles, mais sur ce plan là il l’avait complètement abandonnée. « Arrête tes caprices. J’étais là aujourd’hui okay ? » Ophelia ce mord les lèvres pour ce retenir de lui coller une gifle. Quand l’ascenseur indique qu’ils sont bientôt arrivés, elle inspire profondément et reprend finalement d’une voix plus brisée qu’elle n’a l’habitude de l’être. « J’ai interné mon frère hier Evan. » il semble surpris et la regarde un instant tandis qu’elle ne souhaite plus du tout le voir. Elle l’entend murmurer son prénom au moment ou elle sort, ce dirigeant vers la sortie ne prenant pas le temps de l’attendre.





« Madame Ashmore ?  » cela fait quelques secondes déjà que la jeune femme ne bouge plus, comme perdue dans un monde qui n’appartenait qu’à elle. La question avait été évitée pendant tellement d’années qu’elle ne c’était pas attendue à ce qu’elle revienne sur le tapis aujourd’hui. Elle était juste prise de court, parce que lorsqu’on lui avait fait part des grandes lignes de l’interview il n’était pas question de parler de ça. C’était sa vie privée, et elle avait pour habitude de la voir mise au devant de la scène certes mais pas cette fois. Quand elle entend son nom, elle semble revenir à la vie, elle semble revenir dans ce monde ou tout le monde la regarde attendant sa réponse. Les caméras fixées sur son visage, le public silencieux et le le présentateur qui attends qu’elle lui réponde. Elle l’aimait bien ce présentateur, c’était lui qui avait eu l’exclusivité quand elle avait annoncé qu’elle souhaitait prendre la tête du parti. Il avait cette particularité qui n’était pourtant plus si rare, d’être à la fois comique et pertinent et elle appréciait cela parce que c’était ce que tout le monde aimait. Son regard brun sonde le regard bleuté du jeune homme en face d’elle, parce qu’il est bien plus jeune qu’elle, peut être ne comprends t-il pas l’ampleur des dégâts qu’il vient de causer en elle. Comment l’aurait-il pu ? Elle à bien entendu sa question, elle à bien entendu le moment ou son ton rieur est devenu plus sérieux pour lui poser cette question que tout le monde ce pose. Pas seulement les gens qui s’intéresse de façon malsaine à son mariage et à sa vie, mais aussi ses proches qui attendent avec impatience d’en savoir plus, de savoir ou ils en sont. Personne ne se doute de ce qui est en train de ce passer aujourd’hui au sein du couple qu’elle forme avec son mari. Alors oui tout le monde ce demande quand est-ce qu’ils vont enfin former une famille, après tout dix ans de mariage n’est ce pas assez de temps pour commencer à avoir des enfants ? Dans le parti la question ce pose dans son dos, elle en est consciente. Parce que quel couple républicain n’avait pas d’enfants ? Quel famille normalement constituée pouvait prôner certaines valeurs sans elle même être capable de les appliquer ? Elle sourit donc de ce sourire qui en à charmé plus d’un, que ce soit en face ou à travers un écran. Elle hoche la tête et reprend ce masque qu’elle à pourtant toujours l’habitude de porter. « Vous avez raison Griffin, c’est parce que je ne souhaite pas partager mon mari !  » son ton léger, sa réflexion fait rire tout le monde que ce soit joué ou non. Il lui avait demandé si elle expliquait le fait de ne pas avoir d’enfants par sa jalousie. La jalousie, compréhensible, de devoir partager son mari plus que sexy avec quelqu’un d’autres. Si Griffin bavait sur Evan , il n’était pas le seul sur cette planète et Ophelia en était consciente. Seulement lui ne savait pas qu’elle partageait déjà son mari depuis plusieurs années déjà … Ce n’était pas la raison pour laquelle ils n’avaient pas d’enfants. La raison était encore plus blessante, mais personne n’en savait le moindre mot. Parce qu’elle préférait garder cela pour elle même, parce qu’elle ne voulait pas montrer qu’elle était faible, il en était hors de question. « Si ça ne tenait qu’à moi nous aurions déjà trois enfants, deux garçons et une fille. Mais il faut être réaliste, Evan et moi avons une vie qui vas à mille à l’heure depuis quelques années déjà. Serait-il intelligent d’avoir des enfants maintenant ?  » elle était redevenue sérieuse, sans pour autant perdre de sa légèreté. Elle souffrait, cela lui faisait mal de sourire en parlant de ça. C’était la vérité, elle avait déjà imaginé comment aurait été leur vie avec des enfants, elle savait parfaitement comment ils les auraient appelés parce qu’ils en avaient déjà parlé plus d’une fois. Griffin hoche la tête, semblant comprendre ce qu’elle souhaite démontrer. Evan était à la tête de la compagnie familiale, tandis qu’elle était en pleine campagne. Un enfant au milieu de tout ça serait complètement pas abandonné et ce n’était pas ce que souhaitait Ophélia, ni son mari. Voilà ce qui allait être interprété, que le couple souhaitait attendre que les choses ce calment pour enfin former leurs petite famille. Voilà ce que retiendrais les gens, qu’ils étaient des personnes stables et raisonnées. Le reste de l’interview semble durer des heures, des heures pendant lesquelles elle continue de sourire, d’aller bien devant le pays tout entier parce qu’elle est en direct et qu’elle n’a pas d’autres choix. Parce qu’elle est une figure publique et qu’elle ne peux pas ce permettre de faire un pas de travers. Quand tout est fini elle ce dirige vers sa loge, posant pour des photos, échangeant deux trois mots mais une fois la porte fermée elle craque. Elle semble tout à coup ce désarticulé, elle semble perdre tout moyen si bien que lorsque la porte s’ouvre elle ne ressemble pas à la femme qu’elle était quelques secondes auparavant «  Ophélia ?  » la voix inquiète de Gavin la frappe de plein fouet. Elle sent la respiration lui manquer, incapable de lui répondre. Il s’approche d’elle mais elle le repousse avant même qu’il n’ai pu la toucher. Elle ne veux pas qu’on la touche, elle ne veux pas que l’on s’apitoie sur son sort, mais surtout elle ne veux pas qu’on la voit ainsi. Elle porte une main sur sa poitrine et tente de contrôler la respiration qui lui manque. Elle fait une crise de panique elle en est consciente et tandis qu’ils sont là, seuls tout les deux elle applique ce que son médecin lui à dit de faire si une crise de ce genre devait la frapper. Elle en avait toujours fait, depuis son plus jeune âge si bien qu’elle ne pouvait plus nommer le nombre de crises qu’elle avait déjà faîtes. Quand elle sent qu’elle respire à nouveau elle attrape une bouteille d’eau et laisse le liquide la calmer. Finalement elle relève la tête, tourne son regard vers Gavin et reprendre d’une voix enrouée « Je croyais avoir été claire sur ce genre de question. » Le mot d’ordre était de ne pas parler d’enfants, c’était la raison pour laquelle elle avait réussit à la contourner pendant tout ce temps. Elle ne souhaitait pas en parler du tout, jamais. Gavin secoue la tête «  Une initiative de Griffin, non approuvée par les producteurs.  » Il s’approche finalement, sentant que cette fois elle le laissera faire tandis qu’elle ce laisse tomber dans le canapé de la loge, remettant ses cheveux en place et attrapant son téléphone portable. «  Tu l’a gérée à la perfection.  » Le regard qu’elle lui lance veux tout dire, elle gérait toujours tout il n’y avait pas de soucis à ce faire la dessus. Elle rentre son mot de passe, et remarque quelques appels d’un numéro qu’elle connaît malheureusement un peu trop bien. Car ce n’est pas la première fois qu’il l’appelle. «  Je ne veux plus que ça arrive, jamais. Tu m’entends ?  » sa voix est froide tout à coup. Comme à chaque fois qu’elle ne veux laisser aucune sortie à qui que ce soit. Il ne peux pas dire non, et il fera ce qu’elle souhaite c’est tout. Il ne lui faut pas beaucoup de temps pour sortir du bâtiment et rejoindre sa voiture, quand le chauffeur lui demande si elle souhaite rentrer chez elle, elle refuse. De toute façon il n’y à surement personne de présent … Puisqu’elle ne lui donne pas d’endroit particulier, ils ce mettent en route pour un petit tour dans la ville et tandis qu’ils passent devant le capitole, Ophélia prendre l’initiative de rappeler la personne qui lui à laissé plusieurs messages. A peine a t-il répondu qu’elle lui coupe la parole «  Il me semblait avoir été claire, Connor.  » L’homme rit, comme si les paroles de la jeune femme n’avait aucun impact sur lui. « Belle prestation que tu viens de nous faire Ophélia. » le simple fait d’entendre sa voix la répugnait. Elle n’avait jamais apprécié son beau-frère, et non pas parce qu’il ne s’entendait pas avec Evan, mais tout simplement parce qu’elle ne supportait pas le genre d’homme qu’il était. Ce qui rendait son acte encore plus incompréhensible … «  Qu’est ce que tu veux ?  » il avait plusieurs fois tenter de la joindre après qu’Evan lui ai tout enlevé. Mais elle avait fait en sorte de l’éviter, et il fallait bien l’avouer son mari avait contribué à cela. Il avait en sorte que Connor ne puisse plus la joindre, ni même lui parler. Si en général elle n’acceptait pas ce genre d’actes à son égard, elle l’avait laissé faire cette fois-ci parce que cela lui avait bien servit et qu’elle lui devait bien ça. « Tu ne lui à toujours rien dit, n’est ce pas ? » si elle n’avait parlé à personne de façon volontaire de son incapacité à avoir des enfants, Connor était l’exception et cette simple pensée lui donnait tout simplement envie de vomir. Il était arrivé là, au mauvais moment, dans un moment de faiblesse qu’elle ne souhaitait pas reconnaître et tandis qu’elle ce noyait dans l’alcool il avait su avoir les bons mots. Elle lui avait tout raconté, le fait qu’elle soit stérile, le fait qu’Evan c’était éloigné d’elle et qu’elle était certaine que c’était à cause de ça. Elle lui avait absolument tout dit, tout ce qu’elle ne souhaitait pas voir sortir et encore moi devant lui. Son silence semble lui répondre et il rit de plus belle « Tu est incroyable Phee. » l’entente de son surnom la crispe «  Ne m’appelle pas comme ça. » Seul les personnes proche d’elle, seul les personnes qu’elle appréciait l’appelait de cette façon et Connor n’en faisait pas partit. « Tu aimais pourtant que je t’appelle ainsi cette nuit là. » Avant même qu’il n’ai pu ajouter quoi que ce soit d’autres, elle raccroche jetant son téléphone à ses côtés. La colère l’imprègne de nouveau, elle tremble et ne sait plus quoi faire. Finalement elle jette une destination au chauffeurs, parce qu’elle sait qu’à cet endroit seulement elle ce sentira bien. Ce dernier ne demande rien de plus et fait demi-tour. Elle avait besoin de calme, elle avait besoin de respirer car aujourd’hui l’air semblait lui vouloir plus de mal qu’autre chose … A peine sont-ils arrivés sur place, qu’elle congédie son chauffeur lui indiquant qu’elle trouverait bien comment rentrer toute seule. Et si il ne semble pas du même avis qu’elle au début, le regard qu’elle lui lance semble avoir raison de lui. Le Lincoln Memorial avait beau être un des endroits les plus visités de la ville, il était quasiment vide à cette heure-ci. Elle avait toujours apprécié cet endroit plus que les autres, bien que consciente de toute la beauté que pouvait offrir Washington. Si plus jeune elle avait eu pour habitude de s’y rendre avec son père, au fur et à mesure des années elle avait continué à s’y rendre pour ce ressourcer. C’était quelque chose de ridicule peut être, de ce dire que cette endroit plus que célèbre et ouvert à tous était son seul moyen de reposer son esprit, mais c’était ainsi. Absorbée par la beauté du lieu, elle enroule ses bras autour d’elle laissant son esprit vagabonder pendant plusieurs minutes, plusieurs heures peut être. Elle ne voulait plus penser à rien, elle avait besoin de calme. « Je ne pensais pas te trouver ici.  » la voix d’Evan la fait sursauter tandis qu’il vient ce placer à côté d’elle. La réciproque était tout aussi vrai, elle ne pensait pas le croiser pas ce soir, et au fond elle n’en avait pas envie. Le silence s’installe entre les deux époux avant que finalement Ophélia soupire. « Qu’est ce que tu fais là ?  » la dernière fois qu’ils c’étaient vus ils c’étaient disputés quelques minutes avant de finalement retrouver les bras de l’autre. A son réveil rien n’avait changé, ou presque. Evan garde les yeux rivés sur l’eau, pensif. Il hausse les épaules avant de lui répondre. « J’ai vu l’émission.  » bien sûr qu’il l’avait vu, tout le monde l’avait vu. Et si certains ne trouvait pas qu’elle eu été différente que dans toutes les autres émissions, Evan lui savait que quelque chose n’allait pas. Car en dépit de leur guerre constante, il était la personne qui la connaissait mieux que personne. Elle ferme les yeux un instant, elle ne voulait pas en parler, c’était la raison pour laquelle elle était ici. Elle s’attend à ce qu’il lui dise quelque chose d’autre, elle ne sait pas vraiment pas à quoi s’attendre venant de sa part en réalité, mais une chose est certaine elle n’est pas prête à ce battre, pas ce soir, pas une nouvelle fois. « C’est ici que je t’ai embrassé pour la première fois.  » déclare t-il finalement, la prenant de court. C’était vrai, elle s’en souvenait au détail près. Ils étaient venus là parce qu’elle avait eu envie de partager cet endroit avec lui, elle avait voulu lui montrer qui elle était au delà de la personne qu’elle prétendait être. Parce qu’elle le sentait, elle pouvait tomber amoureuse de cet homme comme elle n’était jamais tombée amoureuse auparavant. Elle sent le regard d’Evan ce poser sur elle tandis qu’elle ce remémore l’instant ou sans prendre garde, il avait déposé ses lèvres contre les siennes. D’habitude avec tout les autres garçons qui avaient croisé son chemin, ils s’embrasaient et couchaient ensembles avant de parler mais ce n’était pas de cette façon que les choses c’étaient passés avec lui. Le souvenir de ce soir là, de la beauté de cette première fois, de l’amour qu’ils avaient pu éprouvé à l’égard de l’autre à cet instant là vient la frapper en pleine figure. A la fois réconfortante et violente, cette claque semble la faire revenir à la réalité. « Parfois, j’aimerais tout reprendre depuis le début.  » murmure t-elle. Elle en était consciente, elle était la raison pour laquelle aujourd’hui ils n’étaient plus l’homme et la femme qu’ils avaient été à cette époque. Ils n’étaient plus le couple qu’ils avaient été à leur mariage, et pendant les quelques années qui ont suivies. Elle n’a pas besoin d’expliquer à Evan ce qu’elle veux dire. Elle n’a pas besoin de lui dire parce qu’il sait. « Je suis désolée.  » déclare t-elle finalement. Parce qu’elle l’était, vraiment. Mais elle ne l’était pas assez pour lui dire la raison de ses actes, elle ne l’était pas assez pour lui dire qu’elle l’aimait encore comme au premier jour en dépit de tout ce qu’elle avait pu faire ou dire. Elle l’aimait c’était un fait, au delà de toute cette haine, de toute cette compétition. Après être restée à ses côtés dans le silence quelques minutes de plus, finalement elle ce retire incapable de rester là plus longtemps, incapable de continuer à faire face à ses démons. Car au fond si elle avait un parcours à en fait pâlir d’autre de jalousie, elle était prête à l’échanger pour pouvoir tout changer. Pour pouvoir réparer cette fissure qu’elle sentait grandir en elle jours après jours.


_________________


    --------------------
    ‹ soon. ›


Dernière édition par Ophelia Ashmore le Sam 27 Fév - 15:08, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 80
ADRESSE ↦ : #00 app, .

MessageSujet: Re: i will leave my mark so everyone will know, i was here. ≈ mrs ashmore   Mer 6 Jan - 19:56

stop d'être aussi canon :dead: :dead: :dead:

_________________


    but my brain is already busy being awesome.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 62
ADRESSE ↦ : # 28 - appt in Georgetown

MessageSujet: Re: i will leave my mark so everyone will know, i was here. ≈ mrs ashmore   Mer 6 Jan - 20:16

:dead: :dead: :dead: :dead: :dead:
mais aussi :axe: :axe: :axe:

_________________

    I built the safe room and I don't let no one in there. Cause if I do, there's a chance that they might disappear and not come back. And I admit I am emotionally scared to let anyone inside. Cause I don't want you to have the opportunity to hurt me and I'll be the only person that I can blame when you desert me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 33

MessageSujet: Re: i will leave my mark so everyone will know, i was here. ≈ mrs ashmore   Sam 16 Jan - 15:21

Je n'arrêterais jamais d'être aussi parfaite, désolée :hehe2:

_________________


    --------------------
    ‹ soon. ›
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 77


MY LITTLE BLACKBOOK
MY PLAYLIST:

MY NOTEBOOK
:

PRIORITIES AND FEARS
:
MessageSujet: Re: i will leave my mark so everyone will know, i was here. ≈ mrs ashmore   Sam 27 Fév - 16:14

Parce que j'étais pas venu laisser ma trace par ici et que la big sis' c'est plus plus parfaite de la terre et de l'univers ouah ouah cupidon cupidon hug3 hug3 hug3

_________________


    instead of look how much I love you it’s more like look what a disaster it is when I love you.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

----------------------------------------
we all have the potential to be heroes

AFFAIRES CLASSEES ↦ : 33

MessageSujet: Re: i will leave my mark so everyone will know, i was here. ≈ mrs ashmore   Sam 27 Fév - 16:16

Oh le petit frère d'amouuuur amour

_________________


    --------------------
    ‹ soon. ›
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé
----------------------------------------


MessageSujet: Re: i will leave my mark so everyone will know, i was here. ≈ mrs ashmore   

Revenir en haut Aller en bas
 
i will leave my mark so everyone will know, i was here. ≈ mrs ashmore
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNTIL WE BLEED  :: You're Up To-
www. bazzart
www. topsite obsession
www. topsite prg
www. topsite bazzart
CONTEXTE
REGLEMENT
BOTTIN DES AVATARS
SCENARIOS
PRESENTATION
INVITES
les membres du mois