#PRAYFORPARIS

Partagez | 
 

 Mais moi si j'ai plus personne .Je suis comme un cerf volant sans le fil...ça fait super peur ◄ Phoenix

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Mais moi si j'ai plus personne .Je suis comme un cerf volant sans le fil...ça fait super peur ◄ Phoenix   Dim 5 Oct - 23:38



J’ai entendu dire que quand on est perdu le mieux à faire c’est de rester où on est et d’attendre qu’on vienne vous chercher, mais personne ne pensera à venir me chercher ici. .▶ play

Le nuage de poussière noyait ses poumons à tel point qu'elle avait l'impression de brûler de l'intérieur, c'était une étrange sensation que celle qui vous entoure le corps de part en part et s'insinue par chaque parcelle de peau. Comme il était désagréable de sentir l'odeur de souffre qui vous chatouille les narines et vous ramène lentement à la réalité fracassante d'un drame. Son corps semblait lourd, bouger ne serait-ce que d'un centimètre était un acte de torture et ce bruit dérangeant, ce bourdonnement qui sifflait à l'intérieur de ses oreilles l'empêchait de connecter ses neurones, paradoxalement il lui épargnait aussi les hurlements stridents des ombres qui semblaient gargouiller dans tous les sens. Genesis avait du mal à reprendre pied, à mettre au clair ses idées, elle ne se souvenait plus réellement des derniers événements de la journée, qu'avait-elle fait ? Avec qui était-elle ? Elle se souvenait seulement du visage souriant de son petit garçon, sa petite boule de bonheur, ses yeux d'un bleu aussi foncé qu'une nuit d'hiver pétillaient l'espoir et la joie de pouvoir enfin rencontrer son père. «-Priam... » La blonde avait soufflé le prénom de son fils tout en supportant la douleur qui lui mangeait le cœur, ce n'était pas une douleur physique cette fois-ci. C'était autre chose, un mauvais pressentiment, une boule au ventre qui se nichait et y plantait des griffes aiguisées. Oui. C'était la souffrance d'une mère et son système nerveux s'était remis en marche par instinct maternelle, bien qu'encore sonnée, la blonde s'était redressé, ne portant aucune attention à son bras bien amoché par les débris. «-Priam ? Priam ? » Elle s'était levée, titubant au milieu d'un nuage de fumée, les corps s'animaient brusquement autour d'elle, la bousculant. Une jeune femme courrait dans sa direction et Genesis, bien qu'en sonné par l'explosion, avait agrippé son bras aussi fermement qu'elle le pouvait. «-Je cherche mon fils, il a deux ans et demi, il est blond...et ... » Malheureusement, cette femme avait eu un comportement digne de la race humaine. Elle s'était dégagée de l'emprise de la profiler, avait ignoré le regard implorant d'une mère sur le point de s'exploser la tête contre un mur tant le désespoir se nichait dans le creux de son cœur.

«-Priam!!!! Où es-tu mon cœur ? » Les larmes longeaient les joues cendrés de la jolie blonde, ses cheveux étaient teint de gris, elle pleurait tout en marchant, en cherchant, en implorant la terre de cesser de tourner. Hélas, rien ne cesserait. Genesis pouvait sentir ses jambes flancher lorsqu'elle posa ses yeux azurs sur la petite tête blonde qui dépassait d'un débris. Le cœur battant la jeune mère s'en approcha comme s'il s'agissait ici d'une chose dont elle ne voulait pas voir, bien pire qu'une trahison, bien pire que la mort d'un parent, la vision de son enfant en danger. Elle s'était précipitée jusqu'au petit corps, tombant à genoux au niveau de son petit crâne et du filet de sang déjà gluant qui lui collait le front. «-Priam...oh mon petit bébé, maman va t'aider, je vais t'aider mon coeur. » Genesis avait toujours été une personne lucide, à la tête froide, prête à faire face aux pires atrocités de ce monde, prête à rencontrer les pires monstres sans jamais en ressentir une once de crainte. Pourtant, à cet instant, elle n'était rien d'autre qu'une pauvre mère dévasté, poussant ridiculement le débris sans le faire bouger d'un pouce. Étouffant des hurlements de douleur en entendant les gémissements de son fils. Alors elle s'était jetée dehors, en courant, l'adrénaline avait endolorie ses douleurs, elle ne ressentait actuellement que la crainte de perdre son enfant. Elle aurait donnée sa vie pour lui, pour être à sa place. La lumière ne l'aveuglait pas lorsqu'elle fut à l'extérieur de la bâtisse. Deux pompiers s'empressèrent de la prendre en charge et la jeune femme se débattait faiblement. «-Non, non mon fils est à l'intérieur il faut que je vous emmène, il va mourir ! » Elle hurlait comme une damné se fichant éperdument d'être prise pour une cinglée. «-Madame nous allons faire ce que l'on peut, mais vous devez rester calme et vous faire examiner. » Le poing brisé de la blonde s'était logé dans la mâchoire du pompier avec une hargne hors du commun. Si le père de son fils la voyait à cet instant, il n'en reviendrait pas tant elle n'était plus celle que son entourage connaissait. «-Je suis un putain d'agent fédérale et mon fils est à l'intérieur si vous ne m'accompagnez pas et qu'il arrive quelque chose à mon petit garçon je m'arrangerai pour que son père vous arrache les testicules et vous les fasse bouffer je le jure !! » Genesis n'y voyait plus clair, elle avait l'impression de vivre dans l'un de ses nombreux cauchemars et que cette fois-ci aucun réveille, aucun rire ne pourrait l'en sortir.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: Mais moi si j'ai plus personne .Je suis comme un cerf volant sans le fil...ça fait super peur ◄ Phoenix   Lun 6 Oct - 20:00



J’ai entendu dire que quand on est perdu le mieux à faire c’est de rester où on est et d’attendre qu’on vienne vous chercher, mais personne ne pensera à venir me chercher ici. .▶ play

Elle était en colère. Ce n’était une pas colère irrémédiable, d’ailleurs ce n’était pas vraiment une colère en soit. Elle était tout simplement pas contente … Habituée a mieux travailler en solo elle avait eu du mal à s’habituer à la présence de Wesley comme partenaire au sein du FBI, ce type pouvait être une vraie plaie quand il s’y mettait et avait toujours ce don de la fatiguer plus que nécessaire. Mais avec le temps il fallait bien l’avouer, elle avait fini par s’habituer à lui … Avec le temps ils c’étaient tout les deux rendu compte qu’ils étaient complémentaire, et il fallait être honnête cela faisait tout de même du bien de ne plus travailler en solo. « Alors quoi, même pas un un baiser d’adieux c’est ça ? » Wesley se tenait à ses côtés, elle avait accepté de l’amener à la gare alors qu’elle s’apprêtait à faire son service. Cela l’avait arrangé, parce que sincèrement elle n’avait aucune envie de rejoindre celui qui allait remplacer le jeune homme. Oakley avait décidé de s’évader le temps d’un week end, ils n’étaient pas assez proche pour qu’elle lui demande ce qui lui arrivait mais elle faisait partit de ce genre de personnes qui ne posait jamais trop de questions personnelles. « Vraiment Oakley ? » Il était tout de même assez incroyable de savoir qu’aujourd’hui ils s’entendaient bien tout les deux. Car au final ils n’avaient pas grand chose en commun, il était sûr de lui et toujours blagueur alors qu’elle était froide et hautaine. Et pourtant … Un sourire s’affiche sur le visage de son cadet, l’embêter semble être son passe temps favoris. Elle débloque la sécurité de la voiture, lui indiquant qu’il est temps qu’il s’en aille « Toi et moi on le sait, je vais te manquer. Arrête de te mentir à toi même Phoenix ! » Levant les yeux au ciel, elle le pousse par l’épaule afin de le faire sortir de la voiture. Il lui fait de nouveau un clin d’oeil, et elle lui rend un sourire. Le genre de sourire assez rare chez l’aînée des Appleby. Elle ne perd pas beaucoup de temps a le regarder rentrer dans la gare, il ne s’agit plus d’un enfant, elle sait qu’il se débrouillera très bien tout seul. Regardant dans son rétroviseur si elle peu de nouveau s’engager dans la circulation, elle allume en même temps la musique pour combler le silence laissé par Wes. Tandis qu’elle s’apprête la mort dans l’âme a rejoindre les bureaux, et qu’elle se trouve déjà bien loin, la sonnerie classique de son téléphone du boulot se met à retentir dans tout l’habitacle lui indiquant que la journée vient bel et bien de commencer. (…)

C’est le chaos. Quelques secondes auparavant la gare tenait debout, elle était d’ailleurs magnifique, elle ne savait pas pourquoi mais depuis très jeune Phoenix était toujours émerveillée par ses monuments, par l’ancienneté qu’il représentait. Maintenant il ne restait plus rien, tout n’était que pierre, poussière et gravats mais surtout cohue. Sur place tous allaient le plus vite possible, pompiers, médecins, flics … La situation était si critique qu’ils devaient tous ce dépêcher si ils voulaient sauver des vies. C’était tout ce qui comptait, et quand beaucoup de héros étaient en train de courir tête baissées dans les décombres, Phoenix avait tenté de trouver une jeune femme qui devait se trouver là, car si le plus important était qu’elle rejoigne la cellule de crise maintenant pour essayer de comprendre d’ou venait cette bombe, et surtout si il n’y en avait pas une autre, quelque chose d’autre occupait son esprit. Elle venait de poser Wes, personne d’autre qu’elle ne savait qu’il se trouvait ici, alors elle devait au moins prévenir quelqu’un qu’il se trouvait quelque part la dessous. Rapidement elle trouva la brune qui partageait l’appartement de son partenaire, cette dernière avait surement subit quelques dommages puisqu’une plaie lui barrait le front, elle sembla soulagée de la voir et en quelques mots échangés elle comprit qu’elle était bouleversée par la nouvelle, mais aussi qu’elle ferait tout pour le trouver. Après lui avoir demandé de la tenir au courant, elle était à son tour rentré dans le feu de l’action. Les spéculations faisaient bon trains, on mettait cela sur le dos de bien des personnes, de n’importe qui ayant ne serait-ce qu’une miette de mobile. Chacun allait donc de sa théorie tandis que soudainement, Phoenix n’en pouvait plus de les écouter, cela ne menait à rien, ils ne menaient à rien. Elle sortit alors pour ne plus les entendre continuer à dire des anneries … La panique elle a apprit à gérer avec il y’a de cela des années, les psys c’étaient succéder, mais elle avait comprit que si elle n’arrivait pas à la gérer elle ne pourrait pas vivre. Et puis son métier ne lui permettait pas de paniquer. Etant une personne calme de nature, elle avait besoin de s’éloigner de ses gens ignorants pour retracer les faits dans sa tête. Mais sa solitude n’allait pas être bien longue, puisqu’elle entendit des cris à quelques pas de là « Je suis un putain d'agent fédérale et mon fils est à l'intérieur si vous ne m'accompagnez pas et qu'il arrive quelque chose à mon petit garçon je m'arrangerai pour que son père vous arrache les testicules et vous les fasse bouffer je le jure !! » Phoenix était intriguée, elle ne connaissait pas beaucoup de personnes ayant cette voix et autant d’aplomb ! Et ce qui ne la rassurait pas du tout, c’était ce qu’elle avait entendu … Pressant le pas vers la source des éclats de voix, ce qu’elle vit ne la fit pas du tout sourire. Reconnaissant la chevelure blonde de Genesis, elle s’avança rapidement vers elle. « Qu’est ce qu’il ce passe ? » demanda t-elle aux personnes présentent, elle vit son amie se tourner vers elle en entendant sa voix. Elle était dans un sale état, ce qui lui laissa comprendre qu’elle devait ce trouver dans la gare au moment de l’explosion. Une évidence s’imposa alors en elle « Ou est Priam ? » Car elle avait bien entendu sa collègue profiler, indiquer que son enfant ce trouvait toujours là dessous.


Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: Mais moi si j'ai plus personne .Je suis comme un cerf volant sans le fil...ça fait super peur ◄ Phoenix   Mer 8 Oct - 9:34



J’ai entendu dire que quand on est perdu le mieux à faire c’est de rester où on est et d’attendre qu’on vienne vous chercher, mais personne ne pensera à venir me chercher ici. .▶ play

Le pire dans ce genre de drame c'est certainement qu'on ne pouvait en vouloir à personne, la nature humaine voulait que lorsqu'un malheur frappe un être humain, l'individu ne cessait de rejeter la faute sur autrui. Genesis l'avait souvent remarqué lorsqu'un enfant disparaissait, bien souvent le couple se déchirait en se rejetant la faute l'un sur l'autre, dans de rares cas ce drame réunissait les deux personnes concernées, mais bien souvent c'était tout le contraire. Genesis ne s'était jamais vu comme étant une personne intouchable, c'était même tout le contraire et son comportement froid avait toujours reflété sa méfiance envers l'être humain, la peur d'être rattrapée par un passé trop lourd, trop sanglant. Elle avait toujours vécu avec une épée de Damoclès trônant au-dessus de son crâne feintant l'indifférence perpétuelle quant à l'importance de sa propre vie. Toutefois, beaucoup de choses avaient changé depuis la naissance de son fils, la méfiance avait grandi tout autant que la peur évoluant comme la mutation génétique d'un animal, elle se répliquait encore et encore. Elle n'avait jamais trouvé une épaule sur laquelle se reposer de peur de mêler les précieux de sa vie à la marre de sang dans laquelle elle s'était trouvée depuis son plus jeune âge. Hélas aujourd'hui elle perdait pied, se sentait inutile comme jamais elle ne s'était sentie auparavant. Elle n'arrivait plus remettre de l'ordre dans ses souvenirs afin de trouver le moment où elle avait échoué dans son rôle de mère. Seul le visage enjoué de son enfant à l'idée de voir son père la hanté parmi le brouhaha de panique dans lequel la ville de Washington était plongé. À cet instant, face au trou béant qui se dessinait dans sa poitrine, elle aurait aimé avoir le soutient d'une personne de confiance, elle aurait aimé se blottir en sanglotant dans les bras de sa meilleure amie ou même de son oncle. Pas une seule fois elle n'avait pensé au père de son enfant, car elle le savait, il allait la haïr bien plus que maintenant, tout comme elle se haïssait elle-même à cet instant.

Et si le monde qui l'entourait semblait s'évaporer, elle frôlait la crise d'hystérie face au calme cinglant de l'homme qui lui faisait face, logeant intentionnellement son poing brisé dans la gueule d'ange du pompier secouriste, elle n'en éprouvait aucun remord. À dire vrai, elle n'éprouvait rien d'autre que la panique qu'un chien pourrait ressentir lorsqu'il se savait coincé et au pied du mur. Pourtant, une voix familière avait réussi à attirer l'attention de la profiler. « Qu'est ce qu'il ce passe ? » Genesis fit volte-face, la main engourdie par la douleur, son système nerveux cherchait à la soulager et encore une fois elle haïssait son propre corps, car elle aurait aimé souffrir physiquement tout autant que son fils actuellement. Comme si la voix de la blonde avait eu le pouvoir de la réveiller en plein rêve, Genesis réalisait soudainement à quel point le chaos régné autour d'elle. Les gens courraient, hurlaient, certains enfants cherchaient leurs parents, un vieil homme implorait les agents de police dans une langue étrangère. Le nuage de fumée trônait au-dessus des ruines de la bâtisse et Genesis ne put réprimer un haut le cœur tant elle se sentait mal. «-Phoenix ! » La voix de la blonde était aussi cassée que ne l'était son esprit et pourtant dans une gestuelle automatique elle s'était projetée jusqu'à hauteur de sa collègue oubliant même l'homme qu'elle venait de frapper au visage.

Phoenix allait l'aider, elle le savait, elle l'aiderait parce que c'était dans la nature humaine d'aider les personnes dont on se sentait proche bien plus vigoureusement que des étrangers. Elle s'en voulait de penser cela, elle, l'agent du FBI qui passait son temps à consoler des parents apeurés. Toutefois, elle n'avait plus envie d'être la parfaite petite agent du FBI, elle n'était rien d'autre qu'une mère prête à éventrer vivant quiconque oserait se mettre en travers de son chemin. « Ou est Priam ? » De nouveau un haut le coeur secouait le corps de la blonde traumatisait. L'image de son fils coincé sous les décombres voilait sa vision. Elle secoua son visage, ravalant la boule qui s'était logé au fond de sa gorge, elle serrait le poing de sa main intacte réprimant des sanglots. «-Il est coincé sous les décombres il est vivant, mais personne ne veut venir avec moi pour l'en sortir Phoenix. » Genesis avait posa sa main sur l'épaule de sa collègue, noyant ses prunelles azurs voilés par les larmes naissances dans celles océans de la blonde. «-Je t'en pris, aides-moi, il faut le sortir de là, je n'y arriverais pas toute seule... » Le tout était prononcé sur le ton de la supplication, comme une enfant qui supplierait sa mère de lui offrir le dernier ours en peluche à la mode.

La blonde sentit la main du pompier certainement traumatisé par la force de la petite blonde qui lui avait balancé son poing au visage. Genesis le toisa avec méchanceté et mépris, ne se laissant pas démonter par le bien pensant d'un pompier même pas fichu de croire qu'elle était réellement agent fédéral, mais juste une timbrée parmi tant d'autres. Elle ne le laissa même pas ouvrir la bouche. «-Je n'irais pas à ce fichu hôpital tant que je n'aurais pas sortie moi-même mon bébé des décombres et si vous continuez à marchander et que mon fils y reste je monterais un dossier tellement gros sur vous que même le trou d'une actrice x va paraître ridicule à côté de l'obus que je vais balancer sur votre face. Même en Alaska personne ne voudra vous embaucher je me suis fait assez comprendre ou je recommence ? » Cette fois-ci c'était bel et bien la Genesis cinglante, implacable dont personne n'osait défié qui faisait face au pompier. Elle avait ravalé ses larmes et laissé place à la haine, la sienne, celle contre ce fichu monde injuste où on écrase les plus petits sans en payer le prix. Elle posa sa main sur sa bouche, étouffant un relent acide qui lui chatouillait l'estomac. Puis de nouveau elle se tourna en direction de Phoenix. «-Il faut y aller. » Sans un mot de plus elle s'était engouffrée à l'intérieur de la ruine qui tremblait et hurlait sa douleur. Plusieurs personnes essayaient de lui barrer la route en lui disant combien il était dangereux d'entrer à l'intérieur, mais ces hommes certainement jamais connu la dangerosité d'une mère prête à tout pour protéger sa progéniture. Pendant qu'elle marchait prudemment jusqu'au petit corps ensevelit, elle murmura à l'attention de Phoenix. «-Habituellement, je conduis, mais il y avait un monde fou...j'aimerai avoir le pouvoir de tout changer depuis le début... » Elle s'était frottée les yeux avec conviction, chassant l'idée même que son fils puisse y rester. Il était fort son petit garçon, bien plus fort qu'elle. «-Priam devait voir son père pour la première fois...il était tellement heureux.... » Cette fois-ci tandis qu'elle titubait difficilement, elle sentit son corps lâcher prise. Rickon. Qu'allait-il penser ? Était-il au courant de ce drame ? «-Oh mon dieu Phoenix, qu'est-ce que je vais dire à son père ? Et s'il mourrait ? Si mon petit prince n'arrivait pas à s'en remettre... » Tout en marchant Genesis ne se rendait même pas compte qu'une avalanche de larmes noyaient son visage de poupée russe. Et elle le vit, seul le haut de son corps était visible, sa petite main était tendue en direction de sa mère, ses yeux azurs devenaient sombres au fil des secondes et Gensis posa une main sur son ventre et hurla de douleur au milieu de ses sanglots, elle tomba à genou aux côtés de son petit garçon caressant ses cheveux noirci par la cendre maladroitement.[/color]



Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: Mais moi si j'ai plus personne .Je suis comme un cerf volant sans le fil...ça fait super peur ◄ Phoenix   Jeu 9 Oct - 15:28



J’ai entendu dire que quand on est perdu le mieux à faire c’est de rester où on est et d’attendre qu’on vienne vous chercher, mais personne ne pensera à venir me chercher ici. .▶ play

C'était triste à dire, mais Phoenix Appleby était habituée aux situations chaotiques. C'était comme ça, a croire qu'en naissant on l'avait obligé à vivre toutes les mises en situation improbables, et puis son métier n'arrangeait rien à cela de toute évidence. Peut être qu'a une époque on croyait aux contes de fée comme Cendrillon, aux bonnes fées qui donnent plein de merveilleux dons aux enfants. Bah elle n'y avait pas eu le droit. Sans forcément passer par ce qui lui était arrivé quand elle était enfant -qui avait fait explosé le quota de chaos- elle avait assisté aux attentats du 11 Septembre. Elle avait vu ses avions foncé consciemment dans des immeubles occupés par des milliers de personnes A l'époque en formation de médecine, elle avait été aux première lignes de cette tragédie et avait pu voir l'ampleur des dégât, avait comme la plupart des personnes qui se trouvaient là, fait des cauchemars pendant des jours et n'avait pas été capable de rentrer chez elle en avion. Son père avait du venir la chercher lui même, sinon elle aurait été incapable de rentrer. Plus tard lors de ses missions sous couverture, elle avait vu bien des choses qu'on ne souhaite pas voir tellement ses dernières sont horribles, elle avait une fois de plus été témoin de l'atrocité dont est capable la race humaine. Elle avait vu bien des choses donc, et dans un sens ce n'était pas plus mal car maintenant elle était parée à tout, voir un corps calcinée ne lui faisait plus rien, voir un enfant mort ne lui faisait plus rien. Beaucoup la qualifiait d'insensible mais elle n'était pas complètement d'accord, elle en avait déjà vu assez pour ce créer les murs nécessaires, pour ce rendre imperméable à tout sentiments totalement normaux chez un être humain mais pas chez elle. C'est pourquoi quand certains de ses collègues en arrivant sur les lieux avaient du mal à regarder la scène, avaient une rage sans limite qui commençait à faire sa place a l'intérieur, avaient le visage crispé face à l'horreur ambiante, elle n'avait rien de différent. Elle avait un visage étonnement ordinaire, elle était calme, bien assez en tout cas pour leur dire que leurs suspicions étaient mauvaises, il ne pouvait pas mettre cette explosion sur le dos de n'importe qui car leurs faits et gestes étaient espionnés maintenant. Ils devaient ce calmer et regarder les choses clairement, sauf qu'ils en étaient incapables. Tout les corps de métiers étaient en train de ce rentrer dans le lard, car le FBI et les agents de police sur place n'arrivaient pas à s'entendre. Et ils étaient idiots, tous autant qu'ils étaient de réagir ainsi. Il lui était incapable de rester plus longtemps dans cette ambiance, et elle réfléchissait clairement à aller elle même au milieu de tout ça pour ce rendre compte de ce qui c'était vraiment passé, pour comprendre. Elle aurait clairement eu besoin de l'aide de Genesis sur ce coup là, elle ne ce demanda pas une seule fois ou était la jeune femme parce que Phoenix n'était pas comme ça, ce n'était pas la première chose qui lui passait à l'esprit, les autres.

Et pourtant son regard tomba sur la jeune femme en question en train de ce débattre contre des pompiers, et en train de s'époumoner. Phoenix comprit rapidement de par sa tenue et ses propos qu'elle n'était pas là pour le boulot, qu'elle était là parce qu'elle avait été victime de la bombe. Gen' n'était pas le genre de personne à garder sa langue dans sa poche elle non plus, aussi ne s'étonna t-elle pas beaucoup de l'entendre proliférer des menaces mais ne comprit pas tout de suite pourquoi elle faisait cela, aussi n'hésita t-elle pas à s'emmêler. « Phoenix !» cette voix elle ne la reconnaissait pas, la voix cassée et fatiguée de Génesis étaient alarmant, quelque chose n'allait pas. Elle venait de frapper un soldat du feu, mais tout à coup cela ne comptait plus, elle ce jeta sur la fille du procureur comme désespéré. Tandis que Phoenix reporta toute son attention sur son amie. Priam n'était pas là, pourtant elle savait que lorsqu'elle ne travaillait pas la jeune femme était avec son fils, alors il aurait du être ici à ses côtés. Quand elle posa la question son amie sembla mal de nouveau, et Phoenix comprit rapidement l'horrible évidence qu'allait lui confirmer la profiler « Il est coincé sous les décombres il est vivant, mais personne ne veut venir avec moi pour l'en sortir Phoenix.» il ne fut pas compliqué de voir la terreur dans les yeux de la jolie blonde, le fait même qu'elle ose un contact avec Phoenix en posant sa main sur son épaule montrait qu'elle était perdue. Les larmes de la jeune femme ce firent plus abondantes, tandis que Phoenix regardait les pompiers qui semblaient désemparés. « Je t'en pris, aides-moi, il faut le sortir de là, je n'y arriverais pas toute seule...» Oui, on disait que Phoenix était sans coeur. Mais elle ne l'était pas tant que ça finalement parce qu'imaginer ce petit bout de chou qu'elle ne connaissait que trop bien sous les décombres ne la laissait pas de marbre, tout comme voir son amie dans cet état.

« Vous avez pas entendu ce qu'elle vous dit ?» déclara t-elle froidement aux pompiers qui comprirent qu'elle n'était pas du tout de leur côté. Elle attrapa la main de Genesis en la serrant dans la sienne, un simple regard lui fit comprendre que Phoenix allait l'aider. Elle n'allait certainement pas lui dire de s'asseoir là en attendant qu'on sorte le petit garçon de là, c'était impossible et elle ne comprenait pas que l'on puisse faire endurer cela à une maman. « Je n'irais pas à ce fichu hôpital tant que je n'aurais pas sortie moi-même mon bébé des décombres et si vous continuez à marchander et que mon fils y reste je monterais un dossier tellement gros sur vous que même le trou d'une actrice x va paraître ridicule à côté de l'obus que je vais balancer sur votre face. Même en Alaska personne ne voudra vous embaucher je me suis fait assez comprendre ou je recommence ? » si la situation avait été différente, Phoenix aurait pu rire de voir le visage décontenancé du pompier en face d'elle. Ils ne semblaient pas comprendre qui était Genesis, et surtout ne semblaient jamais avoir gouter à ses coup de chaud. Il ne fallait pas la sous-estimer et c'était une des raisons pour laquelle les deux blondes s'entendaient bien. Une autre femme se trouvait devant eux à présent, elle était forte, elle était une mère qui voulait récupérer son fils. « Qu'est ce que vous attendez pour retourner chercher l'enfant ? » déclara Phoenix d'une voix cinglante, ils n'avaient pas besoin qu'elle confirme l'appartenance de Génesis au FBI, elle même portait son badge bien visible à sa ceinture. Le fait est que la profiler semblait déjà les avoir assez terrifiés pour qu'ils retournent là bas. « Il faut y aller.  » déclara finalement Genesis en se tournant vers sa collègue, et Phoenix n'avait rien à redire à cela. Aussi la suivi t-elle dans le gouffre formé par les ruines. Phoenix avait cette manie de ce surestimer ses capacités, car depuis toute petite se retrouver confinée dans un endroit lui était impossible, pourtant c'est sans aucune crainte qu'elle suivit la profiler à la recherche du jeune garçon. On tenta de barrer le passage mais Gen' ne ce laissa pas démonter pour autant, et Phoenix l'arme a la main les dissuada de barrer le chemin plus longtemps.

Marcher la dessous sembla plus compliqué pour elle qu'elle ne le pensait, son coeur battait plus vite mais Phoenix en fit abstraction. Ce n'était pas elle qui comptait, c'était Priam et Genesis. « Habituellement, je conduis, mais il y avait un monde fou...j'aimerai avoir le pouvoir de tout changer depuis le début... » murmura cette dernière tandis qu'elle avançait avec difficulté, tout en ce frottant les yeux ajoutant un peu plus de poussière sur son visage. Phoenix attrapa son bras sans pour autant quitter le chemin sinueux se traçant devant elles des yeux « Ne fait pas ça. Ce n'est pas ta faute !» murmura Phoenix avait conviction. Elle en était consciente c'est ce qu'elle répétait souvent aux parents qui perdaient leurs enfants, ou aux personnes qui perdaient un être aimé, tout le monde avait cette habitude de reporter la faute sur soi, et elle les persuadaient toujours du contraire. Aussi cela pouvait-il sembler faux dans sa bouche, c'est pourquoi elle s'empressa d'ajouter « Ce n'est pas toi qui à posé les bombes Gen. » Cette fois sa voix ce voulait plus douce, et plus compréhensive. C'était normal de ce rendre coupable dans ce genre de situation, même pour une fille aussi intelligente que l'était la profiler. Un regard en arrière lui fit comprendre qu'elles n'étaient pas seules, par chance les pompiers les avaient suivies et elle leur en était reconnaissante car elle ne savait pas beaucoup à quoi s'attendre. « Oh mon dieu Phoenix, qu'est-ce que je vais dire à son père ? Et s'il mourrait ? Si mon petit prince n'arrivait pas à s'en remettre...» Elle ce mit à pleurer de nouveau, et cela lui faisait presque mal au coeur pour elle. Elle serra sa main un peu plus fort, pour essayer de la calmer. « Arrête Winston on en est pas là, on va le trouver d'accord ? » Priam était le seul enfant avec qui elle ai jamais passé du temps, elle savait que c'était un petit garçon courageux. Elle le savait ... Et puis Genesis lâcha sa main pour courir jusqu'à un endroit précis, Phoenix ne le vit pas tout de suite, mais quand elle vit le petit corps du garçon bloqué elle ne pu s'empêcher d'avoir un haut le coeur. Rapidement les pompiers la dépassèrent pour intervenir sur l'enfant, lui demandant si il savait ou il était pour savoir si il était toujours conscient et s'activant pour le sortir de là. Le cri que poussa Genesis lui glaça le sang, mais elle ne pu s'arrêter la dessus, les pompiers avaient besoin de place pour le sortir de là ce que la maman ne leur laissait pas. Alors Phoenix se dirigea vers elle, la tirant en arrière malgré son refus « Ils vont le sortir de là » commença t-elle à dire, mais Genesis était comme emparée, elle ne voulait pas partir. Prise d'un coup de force, Phoenix l'arracha au jeune garçon et la planta un peu plus loin devant elle, attrapant le visage emplit de larmes de la jeune femme « Tu m'entends ? Ils vont le sortir de là ! » s'exclama t-elle avec plus de force cette fois-ci.

Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: Mais moi si j'ai plus personne .Je suis comme un cerf volant sans le fil...ça fait super peur ◄ Phoenix   Ven 10 Oct - 15:34



J’ai entendu dire que quand on est perdu le mieux à faire c’est de rester où on est et d’attendre qu’on vienne vous chercher, mais personne ne pensera à venir me chercher ici. .▶ play

La présence de Phoenix la rassurait pour autant qu'elle le pouvait sur une limite émotionnelle courte. Genesis se souvenait très bien de leur première rencontre dans les locaux du FBI de cette ressemblance presque percutante dans leurs regards respectifs, toutes deux venaient d'un milieu aisé, toutes deux avaient affrontés le mal absolu, témoins de ce qu'était capable la race humaine, toutes deux guettaient le moment propice pour étouffer le mal d'une poigne de fer. La froideur et le sang froid dont les deux femmes avaient fait preuve lors d'enquêtes déchirantes avaient fait d'elles des agents respectés voir détestés par moment. Leur métier était ce qu'il y avait de plus important à leur yeux, pour Genesis tout du moins travailler sur une enquête lui avait permis plus d'une fois de sombrer dans une dépression profonde lors de ses nuits de solitude hantée par les carcasses carbonisés et mutilés de ses parents et de ses deux grands-frères, elle se souvenait de l'odeur putride qui l'avait hanté pendant de longs mois, elle qui passait des heures à se frotter si fort la peau qu'elle en saignés. Elle aurait pu sombrer dans la folie, mais elle avait fait de sa souffrance une rage de vaincre, une force et paradoxalement elle s'était entichée du seul garçon qui se voulait être un briguant quitte à mettre sa carrière en péril, car cet homme, cet être tordu et anti conformiste lui avait donné un fils. Un petit garçon plein de vie, intelligent et aimant. Et depuis la naissance de son fils, Genesis s'était radoucie, ce qui n'échappait pas à sa collègue lorsqu'elle passait prendre un café chez elle, elle ne cessait de lui rappeler à quel point la jeune maman avait changé. Sans s'en rendre compte Genesis passait plus de temps avec les familles des victimes, elle compatissait, se mettait parfois à leur place et leur épargnait le blabla habituelle qu'un agent fédéral sortait en boucle. Elle ne leur faisait plus de promesse, elle ressentait leur peine et leur désespoir au plus profond de son cœur, car elle-même était mère, elle même veillait à ce que son fils respire correctement lorsqu'il s'endormait.

Alors la présence et le sang froid de Phoenix la rassurait et l'apaisait quelque peu, elle l'empêchait de frôler la crise d'hystérie. Oui. Phoenix était l'alliée la plus respectable que la mère aurait pu avoir à ses côtés. Elle était forte. Néanmoins ça n'empêchait pas la petite blonde de rejeter la faute sur sa propre personne, et si elle avait agi de façon différente? Et si Jack était venu le prendre à la maison ? Phoenix ne cessait de lui dire que ce n'était en rien sa faute, qu'elle n'était pas celle qui avait posé les bombes, mais Genesis n'arrivait pas à s'ôter cette culpabilité du crâne. Elle était mère, et en tant que tel elle ne pouvait se permettre ne serait-ce qu'une erreur qui aurait un impacte quelconque sur son enfant, la chaire de sa chaire. Elle avait toujours fonctionné ainsi depuis la naissance de Priam. Jamais un autre homme que Jack n'avait franchi la porte de sa maison, elle avait mis de côté sa vie personnelle, elle avait levé le pied sur son travail, elle avait tout fait pour que son fils soit heureux. Et le ciel lui était tombé sur le crâne, écrabouillant toutes ses pensées d'un geste brutale lorsqu'elle vit son petit garçon. L'image même de la détresse de son fils à demi conscient. Elle aurait tout donné pour être à sa place, que ce soit son corps qui serait écrabouillé là-dessous. Elle avait la rage contre elle-même, contre le monde entier et n'entendait rien, ni les protestations des pompiers, ni les mots de Phoenix. Elle ne voulait pas lâcher cette petite main froide, elle ne voulait pas que son fils pense que sa maman n'était pas là.


Elle se débattait, donnait des coups de coudes à qui osait l'ôter de son fils et pourtant lorsqu'elle sentit la main de Phoenix l'attraper avec fermeté elle ne fit rien. Elle se laissa faire, le regard vide, totalement absente, elle voulait se tirer une balle. Si jamais son fils ne survivait pas, elle ne s'en remettrait pas. Jamais. Tous les Rickon et les Rebecca du monde ne suffiraient à remplacer son fils. Elle sentait les mains froides de sa collègue qui s'étaient posés sur ses joues poussiéreuses. Elle la toisait avec calme. Genesis n'était qu'une coquille vide. Rien de plus. « Tu m'entends ? Ils vont le sortir de là !» Oui. Elle l'entendait, au milieu du bourdonnement, elle entendait cette voix aigus et rassurantes qui la ramenait sur terre. Ses bras longeaient son propre corps et elle détournait son regard lorsque les pompiers essayèrent de soulever les décombres. « - J'aimerais être à sa place Phoenix. » Cela avait été dit avec calme, conscience et souffrance. Elle secoua son visage lentement, posant ses mains sur celles de Phoenix, elle les ôta de son visage, serrant la jeune femme dans ses bras. «-Merci. » Puis elle s'éloigna, le calme était revenu, du moins tant qu'elle ne posait pas les yeux sur l'enfant.

Elle regardait autour d'elle, des centaines de personnes hurlaient de douleurs, imploraient la pitié dont ne sait quel dieu. Et cela fit sourire Genesis. Dieu n'existait pas, elle le savait, jamais elle n'implorait une chose aussi cruel que dieu qui donnait l'espoir pour mieux vous le reprendre. « - Je vais trouver ces poseurs de bombe et je vais faire en sorte qu'ils souffrent aussi fort que ces gens. » Une lueur de rage naissait dans le regard de la blonde. Elle entendit les pompiers qui semblaient dire qu'ils y étaient presque. Et lança à son amie. «-Appel les Sons' Phoenix. » Toutes deux savaient ce que ça voulait dire. Genesis ne pouvait pas joindre Rickon et même si elle avait pu, elle n'aurait pas eu la force de lui faire face une nouvelle fois, pas pour lui annoncer que son fils était entre la vie et la mort. Et elle savait que Phoenix avait un lien quelque peu trouble avec le petit prince des bikers. «-Dis leur que le fils d'un des Sons' est en ce moment même sous les décombres à cause de ces bombes. Appel Gilliam. » Genesis savait que si les Sons' savaient cela, ils allaient faire payer ces personnes d'une façon ou d'une autre et actuellement la vengeance était tout ce qui lui restait. Elle planta ses pupilles azurs dans celles de Phoenix. «-S'il te plaît. On aura besoin d'eux... » La méthode serait différente mais le résultat le serait bien plus rapide. Elle n'était pas idiote et le savait très bien. Puis elle entendit son fils qui hurlait de douleur tandis que les pompiers ôtaient l'énorme débris qui lui écrasait la poitrine. Genesis posa sa main sur ses lèvres, les yeux clos, elle essayait de tenir debout, car c'est ce qu'une mère fait. Elle tient debout au milieu des ténèbres.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: Mais moi si j'ai plus personne .Je suis comme un cerf volant sans le fil...ça fait super peur ◄ Phoenix   Mar 14 Oct - 14:17

center>

J’ai entendu dire que quand on est perdu le mieux à faire c’est de rester où on est et d’attendre qu’on vienne vous chercher, mais personne ne pensera à venir me chercher ici. .▶ play

Selon ses propres dires, Phoenix n'avait jamais vraiment eu d'amies. Les filles ont toujours été le genre de personne qu'elle fuyait comme la peste, toutes plus médisantes les unes que les autres, elle ne sentait jamais à son aise dans ce milieu là. A vrai dire, elle n'aimait pas être entourée que de filles parce qu'elle n'était jamais à l'aise, mais cela changeait cependant quand il s'agissait de ses soeurs. C'est peut être parce qu'elles ont grandis à ses côtés, elle ne saurait vraiment comment l'expliquer mais elle s'entendait toujours mieux avec les hommes. Et s'entendre était déjà un bien grand mot, puisqu'elle n'a jamais eu non plus ce que l'on pourrait appeler la fibre amicale ! Faire confiance ça n'a jamais été dans ses gènes, tout comme aimer quelqu'un ou quelque chose. Mais Genesis était venu chambouler un peu tout ça, mise de paire pendant ses début au FBI, Phoenix n'était pas plus emballée que ça a l'idée de faire équipe avec une femme. Mais rapidement l'une et l'autre c'étaient révélé bien plus semblables qu'elles ne l'auraient cru. La vraisemblance était même que pendant longtemps on l es à cru venant d'une même famille ! Elles ce sont rapidement entendu mais sans pour autant faire partit de ce genre d'amis qui font des câlins, s'envoient des coeurs ou des bisous, elles sont devenues amies en respectant chacune la pudeur de l'autre. Et c'était quelque chose à laquelle elle ne c'était jamais attendu, d'avoir une vraie amie. Il était encore compliqué pour elle d'ailleurs d'appeler la jeune femme ainsi, car Phoenix a toujours été très peu familière avec ce terme là.

Et elle ne s'attendait pas a être ainsi touchée par les événements. Bien sûr quand elle se retrouvait face à une scène de meurtre elle était un peu touchée, mais jamais bien assez pour être totalement chamboulée, avec le temps elle avait finit par apprendre à passer outre ce qui expliquer qu'elle ne soit pas dégoutée comme la plupart des nouveaux l'été. Poser ses doigts immaculée sur une victime fraichement assassinée ne lui posait que très rarement problème, jamais d'ailleurs. Alors non elle n'était pas du genre à flancher pour tout et n'importe quoi, et Genesis était comme elle. Sauf que cette fois c'était différent, c'était l'enfant de la profiler qui se trouvait là et Phoenix ne pouvait pas non plus rester de marbre face à cela. Elle n'était pas un monstre, elle n'était pas totalement dénuée de sentiments ! Voir l'enfant ainsi lui mis un coup au coeur qu'elle n'imaginait pas, mais elle devait rester forte pour deux ce qui ne s'avérait pas simple face au désarroi de son amie. Peu importait toute les affaires qu'elles avaient pu résoudre ensembles à cette instant, peu importait les criminels qu'elles avaient mis sous les barreaux, il était temps maintenant de faire preuve d'un peu d'humanité. Réussissant à pousser la jeune femme, elle la regarde dans les yeux pour la calmer. Elle y lit un calme olympien parce que c'est ce dont elle à besoin, Phoenix ne panique jamais. Cependant elle arrive à comprendre son amie, et n'imagine même pas le tiers de sa douleur.

« J'aimerais être à sa place Phoenix » la souffrance perçu dans la voix de la jeune femme semblait presque insoutenable. Que pouvait-on répondre à cela ? De manière générale Phoenix ne gérait pas les membres de la famille de la victime, elle laissait toujours cette tache à Wes car le peu de fois ou elle l'avait fait elle n'avait pas su ce montrer assez compréhensive, ni même chaleureuse. Elle n'était pas comme ça, si bien que lorsque sa mère les avaient quittés, elle n'avait pas versé une larme. Pourtant à cet instant les choses étaient différentes, elle appréciait le petit garçon et le voir dans cette situation lui était difficile. Cependant elle savait qu'elle pouvait ce passer d'une réponse claire et précise comme elle avait l'habitude d'en donner, elle ne pouvait pas changer de place avec lui et c'était précisément cela qui faisait du mal à la mère qui se trouvait devant elle. Elle sentit la froideur des mains de Genesis dans les siennes tandis qu'elle les ôtaient de son visage, et elle fit une chose à laquelle Phoenix était très peu habituée : elle l'a prit dans ses bras. Si elle fut des plus surprise en premier lieu, elle la serra contre elle pour lui apporter son soutien. Elle avait du mal à ce souvenir de la dernière personne qu'elle avait ainsi tenu dans ses bras. « Merci. » Phoenix la suivi du regard tandis qu'elle s'éloignât. Le chaos régnait autour d'elles, ce qui venait de ce passer était un enfer tandis que les pompiers étaient toujours en train de déblayer les gravats pour dégager Priam.

« Je vais trouver ces poseurs de bombe et je vais faire en sorte qu'ils souffrent aussi fort que ces gens. » et ses dires étaient légitimes. Phoenix était la haut, au milieu des forces de police mais aucun d'entre eux n'étaient capable de trouver un coupable potentiel. Elle ne les dénigrez jamais en général mais cette fois-ci elle savait qu'ils seraient bon à rien pour trouver ceux qui avait créé cet enfer. « On le fera ensembles. » déclara t-elle finalement, elle le savait le FBI serait certainement plus avancé. Et puis elle avait déjà des pistes qu'elle devait soumettre à sa hiérarchie mais elle n'avait pas eu le temps de les attendre. « Appel les Sons' Phoenix. » Si l'aînée des Appleby avait connaissance de la proximité entre Gen et les bikers, elles n'en avaient vraiment parlés ensembles. Phoenix se tenait loin de leur histoire principalement pour leur amitié, mais aussi pour elle. Cependant sans vraiment savoir comment elle avait appris à connaître quelques un d'entre eux, et avait appris à avoir du mal à en supporter certains. La phrase de Genesis la laissa de marbre un instant, la blonde scruta son amie pour être certaine de ce qu'elle voulait dire et la phrase qui suivit ne lui laissa plus de doutes. « Dis leur que le fils d'un des Sons' est en ce moment même sous les décombres à cause de ces bombes. Appel Gilliam. » Si ce dernier nom ne lui était pas inconnu, elle mit un certain a assimiler que Priam était le fils de l'un d'entre eux, bien entendu elle l'avait soupçonné plus d'une fois mais n'en avait jamais fait part à son amie puisqu'elle c'était promis de ne jamais parler d'eux avec elle.

Elle ne pensait pas pouvoir rester ainsi de marbre, appeler les Sons' impliquait à bien des choses qui n'étaient en aucun cas dans sa ligne de conduite elle le savait. « S'il te plaît. On aura besoin d'eux... » elle n'avait jamais vu cette profondeur particulière dans le regard de son amie, elle comprenait sa demande. Mais cela impliquait beaucoup de sous entendus, beaucoup trop qu'elle n'avait jamais été prête a franchir jusqu'à présent. Analysant la situation elle comprit ce qu'elle devait faire, en voyant Genesis rejoindre son fils, quand elle entendit le cri de douleur de ce dernier, elle balaya bien assez rapidement ses principes. Sortant son téléphone et voyant qu'elle avait de la batterie elle chercha brièvement le numéro qu'elle voulait, appeler serait impossible mais elle allait lui envoyer un message. Il était évident qu'en alliant le prénom de son ami et de son enfant le jeune homme comprendrait rapidement. Une fois fait elle suivit les pompiers qui commençaient à dégager l'enfant et la mère qui ne le lâchait plus d'une semelle. « C'est fait. » Elle avait des milliers de questions à lui poser, mais elle savait que ce n'était pas le bon moment.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
----------------------------------------


MessageSujet: Re: Mais moi si j'ai plus personne .Je suis comme un cerf volant sans le fil...ça fait super peur ◄ Phoenix   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mais moi si j'ai plus personne .Je suis comme un cerf volant sans le fil...ça fait super peur ◄ Phoenix
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNTIL WE BLEED  :: 1ère version :: archives rps-
www. bazzart
www. topsite obsession
www. topsite prg
www. topsite bazzart
CONTEXTE
REGLEMENT
BOTTIN DES AVATARS
SCENARIOS
PRESENTATION
INVITES
les membres du mois