#PRAYFORPARIS

Partagez | 
 

 #22 - Le pire, c’est ce qui meure en nous quand on vit. ▬ Princesse Cassie ♥

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: #22 - Le pire, c’est ce qui meure en nous quand on vit. ▬ Princesse Cassie ♥   Dim 12 Oct - 18:12



I’m selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can’t handle me at my worst, then you sure as hell don’t deserve me at my best..▶ play




Il avait fermé la porte de la maison pavillonnaire avec délicatesse son portable toujours entre ses doigts, il avait coincé une cigarette entre ses dents et s'était appuyé contre un arbre qui se situait juste à côté de sa moto. Et il inspira longuement aussi vigoureusement que ses poumons noircis par le tabac le lui permettaient. Son système nerveux était encore endolorie par l'image du visage abîmé de Rebecca, il en avait eu des hauts le cœur, il avait éclaté de rage, frappé du poing le mur blanc du salon, il avait hurlé, imploré cette femme de lui donner la raison de son agression. Et il avait faillit exploser lorsqu'il avait comprit que les coups qui avaient touchés la femme qu'il aimait lui étaient destinés. Cet homme avait touché l'une des choses les plus précieuses aux yeux du grand blond et il s'était juré qu'il lui ferait payer. Et puis, il y avait eu ce coup de téléphone de la renarde, cette agent du FBI qui semblait avoir mis de côté sa fierté pour lui dire que l'enfant de Rickon était dans un état grave. Gilliam était resté silencieux, il avait simplement raccroché en promettant que la présence des Sons' ne manquerait pas à l'hôpital où sur les lieux de l'explosion, mais à dire vrai, son cerveau était à présent en état de purée. Il y avait tout un tas de questions qui fusaient à l'intérieur de son crâne et il aurait aimé exploser sa boite crânienne contre le bitume histoire d'oublier tout ça. Pourtant, les choses étaient là, son meilleur ami était père et il n'avait pas jugé bon de l'informer, la femme qu'il aimait à en crever venait de se faire agresser et il avait dû hurler de rage pour qu'elle lui dise la vérité. Et des terroristes avaient attaqué la gare de Washington.

Gilliam soupira longuement, essayant de se remettre les idées en place dans la nuit sombre où tout son monde sembler s'écrouler. Il pensait au petit bout de femme qui dormait chez lui, à tout ce qu'il devrait lui expliquer. Cassie lui manquait à cet instant et même si elle semblait en sécurité il avait peur que ce malade ne vienne lui faire du mal à elle aussi. Dans un mouvement de panique, le bikers grimpa sur sa moto, clope toujours coincé entre ses dents, il toisa la maison de Rebecca et s'était promis de prévenir l'un de ses hommes afin de la faire surveiller. Il alluma le moteur qui coupa le silence du quartier chique dans lequel il se trouvait et Gilliam s'enfonça dans la nuit sombre. Il évitait les embouteillages comme si sa vie en dépendant, ignorant même les forces de polices qui semblaient occupés sur les lieux de l'explosion. Le chaos régnaient et même si Gilliam avait l'habitude d'être plongé dans des bains de sangs, il sentait son cœur se serrait à l'intérieur de sa poitrine lorsqu'il voyait le désespoir sur les visages de nombreux innocents. Il accéléra, il reviendrait ici bien assez tôt avec les autres membres du club. Il devait en premier lieu parler à sa princesse. L'idée même qu'un homme puisse faire violence à la femme pour laquelle il était prêt à s'arracher un bras le rendait hors de lui.


Gilliam vivait avec la mort au-dessus de sa tête, il dansait avec le diable depuis son plus jeune âge. Il avait fait couler le sang d'innombrables fois et pourtant il avait toujours tout fait pour tenir loin de toutes ces horreurs les gens qu'il aimait. Cela avait été en partie l'une des raisons pour laquelle il avait rompu avec Rebecca, mais Cassie. Sa petite Cassie, il ne pouvait pas l'éloigner de l'être tordu qu'il était, elle était, et ce depuis toujours, sa princesse, celle qui lui criait dessus lorsqu'il s'endormait sur le canapé avec ses chaussures toujours aux pieds. Celle qui lui laissait à manger dans le réfrigérateur lorsqu'il sortait au milieu de la nuit pour faire couler le sang et l'argent. S'il arrivait quelque chose à la sœur du petit prince plus rien ne réussirait à contenir sa rage naissante et il allait faire de sa vie un véritable champs de bataille. Il chassa cette pensée morbide de sa tête et passa la vitesse supérieure, se nourrissant uniquement de la route et du vent gelé qui cognait contre son visage. Une fois qu'il fut à hauteur de la résidence, il avait ralentit afin de ne gêner personne, les voisins n'appréciaient guerre qu'un anarchiste vive dans ce quartier de classe moyenne. Certains disaient tout bas qu'il serait mieux dans la rue et paradoxalement tous et toutes étaient tombés sous le charme de la petite blonde pétillante qu'était sa petite sœur. Elle représentait tout ce qu'il n'était pas et ne serait sans doute jamais.

Gilliam coupa le contact de sa moto, la calant juste en bas de sa petite maison. Il réajusta sa veste en cuir et ôta ses gants qu'il fourra à l'intérieur de sa poche arrière. Il fit glisser sa main droite dans sa tignasse blonde qu'il plaqua en arrière. De sa main libre, il coinça la cigarette encore éteinte entre deux de ses doigts et s'empressa d'entrer à l'intérieur. Gilliam s'étonnait toujours autant de la propreté de son habitation, car si Camryn n'était pas ce qu'on pourrait appeler une femme d'intérieur sa petite sœur prenait un malin plaisir à tout ranger derrière lui. Gilliam alla d'un pas pressé jusqu'à sa chambre, il se posa à genou sous le lit et tira une vieille boite en bois qu'il ouvrit avec précaution avant de l'emporter dans le salon. Il fut surpris d'apercevoir la petite tête blonde de sa sœur qui semblait aussi livide qu'il l'avait été quelques heures auparavant. «-Cas'? Je pensais que tu dormais...» Le grand blond déposa la boite sur la table basse du salon avant de toiser sa petite sœur avec interrogation. Il avait vu du coin de l'oeil que la télévision était allumée, toutefois le son semblait être coupé et les images de l'explosion tournait en boucle. «- Est-ce que ça va princesse?» Gilliam lui tendit la main et l'attira contre son torse, pendant de longue seconde, il resta silencieux serrant l'être le plus important à ses yeux contre son cœur. Il était si heureux de l'entendre respirer, de la toucher, de sentir son cœur qui cognait contre sa poitrine. «- écoutes Cas' il faut que je te parle de l'explosion et de Rebecca et de Rickon. » Le visage de Gilliam prit un air grave, las de souffrance et d'inquiétude et il attira sa sœur jusqu'au canapé blanc. Se souvenant que la dernière fois qu'il s'était assis sur ce dernier c'était pour jeter le cendrier au visage de la junkie qu'il hébergeait. Le grand blond se laissa tomber dans le canapé, ouvrant la boite en bois, il en sortit plusieurs armes à feu dont un petit desert eagle semi-automatique qu'il tendit à sa petite sœur. Ses prunelles azurs s'ancrèrent gravement dans celles de la petite blonde. «-Je veux que tu gardes ça sur toi tout le temps ok ? » Il lui déposa l'arme dans le creux de la main et s'empressa de charger son arme personnelle et de glisser son couteau dans l'étui en cuir marron qui était attaché sur sa ceinture en cuir noir. Il revoyait le visage de Rebecca, il revoyait les regards remplis de larmes des gens qui étaient présents lors de l'explosion et son cœur se serra un peu plus fort à l'intérieur de sa poitrine.



Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: #22 - Le pire, c’est ce qui meure en nous quand on vit. ▬ Princesse Cassie ♥   Dim 12 Oct - 23:19


Le pire, c’est ce qui meure en nous quand on vit.
Brother & Sister
Cette nuit avait été particulièrement agitée pour Cassie, avec les douleurs qu'apportait parfois la maladie et les effets secondaires des traitements, elle n'osait pas fermer les yeux dans ses moments là de peur de ne jamais se réveiller. Elle avait donc fait un peu de ménage, oui en pleine nuit, dans un silence quasi complet comme une petite souris. Ce n'était pas sale, mais Cassie est un peu maniaque surtout quand elle est angoissée, une façon pour elle de ne plus réfléchir, juste le temps qu'il faut. La télé allumée en sourdine, elle regarde parfois juste les images, la nuit rien de bien passionnant sur la télévision du salon, généralement elle regarde les informations. Elle maudit le nouvel achat de son frère, un canapé blanc rien de pire pour voir la moindre trace mais elle s'en fichait après tout, cette nuit elle voulait juste s'occuper l'esprit.

Après avoir fait le salon, elle s'attaque à la cuisine avec une idée ingénieuse de faire un gâteau, oui en pleine nuit pour faire plaisir à Gilliam, un gâteau au chocolat, une recette de leur mère, elle savait le faire parfaitement, elle l'avait tellement fait, elle faisait donc souvent des petits plats venant de se petit carnet de cuisine, d'une façon elle se sentait proche d'elle. Quelques minutes de préparation et voilà le gâteau dans le four, elle en profita pour faire la vaisselle. Elle espérait que son frère vienne ce matin, elle voulait qu'il partage avec elle la première part comme ils ont l'habitude de le faire.

En sortant le gâteau du four elle tourna la tête vers la télévision, une seule seconde mais l'image était pour elle terrifiante, un attentat, ici à Washington, une terrible explosion dans la gare. Elle manquait de justesse d’échapper le plat avant de le mettre sur la plaque de cuisson. Elle était à présent sur le canapé devant ses images, les mêmes qui reviennent en boucle encore et encore. Elle regardait seulement les images, elle avait coupé le son. Quelques minutes après elle entendit la porte s'ouvrir. « C'est toi Gilliam ? » Elle avait peur, peur d'avoir oublier de refermer la porte à clef. Elle n'osa pas se lever du canapé, avec soulagement elle aperçue la silhouette de son frère, il se dirigea dans sa chambre pour venir rapidement dans le salon. «-Cas'? Je pensais que tu dormais...»  Elle baissa son regard, elle avait juste une envie de pleurer mais, elle voulait être forte pour une fois, la main de son frère puis le contact de son torse contre elle, elle prit une grande inspiration. «- Est-ce que ça va princesse?» « J'ai fais un gâteau au chocolat, celui de maman et toutes ses personnes sont mortes. » Elle avait dit ça rapidement sans vraiment réfléchir, elle ne savait pas quoi dire devant les images. «- écoutes Cas' il faut que je te parle de l'explosion et de Rebecca et de Rickon. » La panique se lisait certainement dans les yeux de la jeune fille. « Ne me dit pas qu'ils étaient là-bas s'il te plaît, il faut qu'on aille à la gare, maintenant Gilliam. » Elle le regarde dans les yeux, avec son regard apeuré puis elle le regarde ouvrir cette boite et sortir des armes, elle recula un instant. «-Je veux que tu gardes ça sur toi tout le temps ok ? » Il lui déposa une arme dans les mains, ses mains innocentes. Elle lâcha l'arme au sol. « Non Gilliam, je refuse d'avoir ça sur moi, j'en ai pas besoin, je n'ai pas besoin d'une arme, je suis incapable de faire du mal à quelqu'un, je refuse de prendre le risque, ne me demande pas ça, je ne risque rien, je vais mourir de toute façon. Range cette boite Gilliam je t'en supplie. » Elle ne pouvait contenir ses larmes plus longtemps. «On doit partir à la gare Gilliam, il faut qu'on apporte de l'aide, ils ont besoin de nous. » Même si elle était malade, elle voulait venir en aide aux autres et tant pis pour sa santé, elle ne voulait plus être cette fille fragile, elle devait faire quelque chose pour les autres. Elle voulait pas de cette arme, elle refuserait de la prendre, elle voulait juste pour le moment avoir des nouvelles de Rickon et de Rebecca.
electric bird.
Revenir en haut Aller en bas

Invité
----------------------------------------
Invité


MessageSujet: Re: #22 - Le pire, c’est ce qui meure en nous quand on vit. ▬ Princesse Cassie ♥   Mar 14 Oct - 19:35



I’m selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can’t handle me at my worst, then you sure as hell don’t deserve me at my best..▶ play




Il avait toujours pris soin de la garder loin du sang, que rien ni personne ne vienne tâcher son beau visage pâle et pourtant tout lui revenait au visage. Cette histoire avec Rebecca, l'enfant caché de Rickon, la maladie de soeur, au fil du temps et à force de se voiler la face Gilliam perdait pied. Lorsqu'il était entré dans l'appartement, il n'avait même pas fait attention à cette odeur familière, ce gâteau qu'il affectionnait tant lorsque tout allait bien, lorsque sa mère, la douce Kate lui chantait dans le creux de l'oreille une berceuse où lorsque le dimanche elle revêtait sa plus belle robe, qu'elle nouait ses longs cheveux blonds dans deux grandes tresses qui radoucissait son visage et qu'elle passait toute la mâtinée à écouter un vieux disque des Beatles en préparant assez de gâteaux pour nourrir tout un régiment. Lorsque Gilliam voyait Cassie, il ne pouvait pas s'empêcher de voir en elle le fantôme de sa défunte mère, de leur défunte mère. Des deux, elle était celle qui ressemblait le plus à la douce Kate que ce soit physiquement, dans sa gestuelle et même dans ses mots. Alors, il ne fut pas réellement étonner lorsqu'il entendit sa princesse lui murmurer avec peine que des personnes venaient de perdre la vie d'une telle façon et avec tant de torture dans la voix qu'il pouvait sentir la culpabilité de la jeune femme du bout des doigts. Il l'entendait, oui, il entendait sa peine tout comme il entendait sa propre rage disparaître petit à petit. Cette dernière laissant place au fardeau qu'il portait sur ses épaules et à une tristesse dévorante.

Le blond avait conduit en douceur sa petite sœur jusqu'au canapé du salon, il ne prêtait aucune attention à ce qui l'entourait et à la possible absence de Camryn à cet instant. Son esprit était hanté par les marques sur le visage de son ex petite amie et il ne pouvait pas se permettre de faire courir un risque à la petite blonde qui le suivait depuis sa plus tendre enfance. « Ne me dit pas qu'ils étaient là-bas s'il te plaît, il faut qu'on aille à la gare, maintenant Gilliam. » Gilliam avait secoué son visage calmement, tout du moins il essayait de se contrôler comme il le pouvait. «-Non mais Cas' écoutes-moi... » Il lui déposa larme dans le creux de sa main frêle, tout avait l'air si fragile et si précieux chez elle. Même ce geste qui ce serait voulu violent paraissait gracieux aux yeux du Bikers. Le petit pistolet venait de chuter contre le sol s'écrasant sur la moquette et Gilliam ne pu s'empêcher de le ramasser. « Non Gilliam, je refuse d'avoir ça sur moi, j'en ai pas besoin, je n'ai pas besoin d'une arme, je suis incapable de faire du mal à quelqu'un, je refuse de prendre le risque, ne me demande pas ça, je ne risque rien, je vais mourir de toute façon. Range cette boite Gilliam je t'en supplie. » Le grand-frère essayait tant bien que mal d'assimiler et d'analyser chaque mot qui venait de franchir le seuil de ses lèvres. Et c'est avec le cœur en morceau qu'il implorât sa sœur comme un chien le ferait certainement en voyant son maître l'abandonner. «-Ne dis pas que tu vas mourir Cassie s'il te plaît...ne dit pas ça.» Celle pour qui il se battait chaque jour, celle qui ne l'avait jamais lâché, celle qu'il portait sur son dos lorsqu'elle voulait voir les oiseaux, celle qu'il avait lui-même nourris et enlacer si fort qu'elle aurait pu en suffoquer. Il se souvenait d'elle bébé, atrocement petite enroulée dans sa couverture rose bonbon, ce petit bout qu'il avait serré contre son cœur en hurlant de douleur en silence pendant que des hommes exécutaient ses propres parents. Gilliam attrapa la main de sa sœur d'une telle façon qu'on aurait pu croire qu'il avait peur qu'elle ne devienne qu'un mirage, qu'une invention de son imagination.

«On doit partir à la gare Gilliam, il faut qu'on apporte de l'aide, ils ont besoin de nous. » Elle pleurait, et comme chaque fois qu'il voyait des larmes sur son doux visage le bikers avait des crampes au ventre. Il l'attrapa par les épaules l'enlaçant de tout son être. «-Je vais aller aider avec les Sons', mais s'il te plaît Cas' calme toi.» Il lui avait murmuré, éloignant son visage de lui de la jeune femme, d'un pouce il essuyait les larmes naissantes de la blonde. Et ses yeux s'ancrèrent dans ceux de sa petite soeur, il fut transpercé de douceur. «-Si je te demande de prendre cette arme c'est qu'une personne qui m'en veut personnellement et qui en veut au club s'en est pris à Rebecca, il l'a frappé et je ne veux pas que tu prennes ce risque lorsque tu sors. » Sa gorge se nouait au fil des mots, il passa une main dans les cheveux de sa soeur avec tendresse. «-J'ai déjà trop perdu Cas, si je te perds j'en mourrai.... » Et l'image du corps sans vie de Hanna et du bébé lui revenait au visage, les larmes de Rebecca lorsqu'il l'avait abandonnée pour mieux la protéger de tout ça, le visage de la brune à présent stigmatisé par sa faute. L'horreur de cette nuit. Gilliam posa ses lèvres sur le front de sa soeur en serrant les mâchoires tant il sentait son coeur au bord de l'implosion. «-Je t'en pris Cas' écoutes-moi pour une fois, ce soir...j'ai juste besoin de savoir que tu vas bien, que je ne risque pas de te perdre toi aussi. » Son front s'était posé contre l'épaule fragile de sa petite soeur et des larmes de désespoir naissaient sous ses paupières, des larmes qui longeaient le long de ses joues avant de se cracher contre sa barbe blonde. Et il était resté ainsi, le corps secoué par des spasmes douloureux, il pleurait en silence comme il l'avait toujours fait. Il fallait toujours craquer pour éviter de sombrer dans la folie la plus totale. «- J'ai fait tellement d'erreurs petite soeur... » Et il avait tant de responsabilité, tant d'enjeux entre les mains et si peu de temps pour tout arranger. «- Rickon....il a un fils. » Intérieurement Gilliam ne savait plus réellement s'il disait ça par confidence ou tout simplement par jalousie ou encore par colère et déception d'être au courant de ça par une tierce personne. Depuis quand son meilleur ami essayait-il de l'éviter ? Depuis la mort de son bébé certainement. Tout était trop récent, trop flou dans son esprit et il plongea son large visage dans le cou de sa petite soeur essayant d'y puiser la force comme il le faisait chaque fois qu'il la voyait sourire.



Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
----------------------------------------


MessageSujet: Re: #22 - Le pire, c’est ce qui meure en nous quand on vit. ▬ Princesse Cassie ♥   

Revenir en haut Aller en bas
 
#22 - Le pire, c’est ce qui meure en nous quand on vit. ▬ Princesse Cassie ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
UNTIL WE BLEED  :: 1ère version :: archives rps-
www. bazzart
www. topsite obsession
www. topsite prg
www. topsite bazzart
CONTEXTE
REGLEMENT
BOTTIN DES AVATARS
SCENARIOS
PRESENTATION
INVITES
les membres du mois